This is a print version of story En manque by woopys from xHamster.com

En manque

Je suis vraiment en manque. C'est sans doute ce qui explique ma présence sur ce chat, cherchant un « mec mûr pour me baiser ». Je reçois des tas de réponses d'hommes autour de la cinquantaine, qui semble-t-il sont nombreux sur ce site dont la cible est pourtant les jeunes.
Sur tous les messages, l'un retient mon attention. L'homme a 54 ans, les photos sur son profil le montrent un peu bedonnant, mais assez musclé et viril, sa façon d'écrire est propre, soignée et me pousse à engager la conversation. Il me demande mes motivations, je lui réponds que je cherche une bite car j'aime le sexe. Il me demande ce que je préfère, sexuellement parlant, je lui réponds la fellation. Ça l'étonne, il me demande pourquoi. Je lui réponds que ça me fait me sentir chienne et que ça me plaît.
Très vite, il trouve les mots que j'aime entendre :

« pute », « salope », « chienne ».

Il m'envoie une photo de son pénis et me demande ce que j'en pense, je le trouve épais et bien rigide et le lui dit. Je lui envoie quelques une des rares photos que je possède sur mon ordinateur (malheureusement pas des nues car je ne possède ni appareil ni webcam), il semble s'en contenter, et me dis:

« Tu as une tête pas terrible je trouve, mais elle fait très tête d'ange, et j'aime. Tu as l'air d'avoir un sacré corps de chienne, fine, un bon petit cul et de bon gros seins. Tu me vas. »

Nous convenons d'un rendez-vous extérieur, car lui est marié, dans 4 jours, à 23h00, sur le parking du Leclerc à côté de chez moi. J'accepte. Il me dit

« à Lundi soir »

et se déconnecte.


08 avril 2012.

C'est demain. Je ne sais pas si je vais y aller, j'ai un peu peur.


09 avril 2012.

A 22h00 je pars de chez moi car j'ai 3 bons kilomètres à faire. Conformément à ses instructions, je porte une robe d'été extrêmement courte, qui dévoile mon cul à chaque coup de vent, et bien sûr pas de sous vêtements.
Je sors de chez moi discrètement et commence à marcher le long de la route. je sens les regards des chauffeurs sur moi, certains sifflent ou klaxonnent. Habillée si légèrement, j'ai l'impression d'être nue. La température tombe vite et j'ai très froid, ce qui me pousse à marcher de plus en plus vite.
Au bout d'une bonne demi-heure de marche, j'atteins le supermarché. Comme il me l'a demandé, je m'assois en tailleur devant l'entrée principale et j'attends, assise sur le sol froid. Les minutes s'écoulent lentement.
Je ne sais pas depuis combien de temps j'attends. Une voiture arrive, et la tension monte. Elle s'arrête juste à côté de moi. C'est lui. Nous nous faisons un signe de tête en guise de reconnaissance. Il ouvre sa portière et se met debout. Il dégage sa queue de son survêtement.

« Allez, salope, viens donc faire ce que tu aimes tant ! »

Affamée de bite, je me jette à ses pieds. Je commence par le branler pour le faire durcir un peu, puis dégage son gland de son prépuce. Haletante, je lape son membre, qui atteint sa rigidité maximale.

« Voilà, c'est bien, maintenant ouvra ta bouche et laisse toi faire »

J'obéis. Il me prend la tête à deux mains et entreprend de me baiser la bouche, rapidement et profondément. A chaque va et vient, de la salive sort de ma bouche et coule sur mon menton. Je lèche de ma langue habile son gland qui pénètre mon orifice buccal. Sa bite à un goût délicieux, un peu salé, j'ai envie de ne jamais m'arrêter de le sucer. Mais toutes les bonnes choses ayant une fin, il me tire les cheveux en arrière et me gicle sur le visage. Une bonne partie va sur mes lunettes, troublant ma vue. Alors que je fais mine de vouloir m'essuyer un peu avec le bras, il me dit :

« Non, ne touche pas à ton visage. Tu es belle comme ça, une belle bonne salope à la gueule d'ange. Je veux que tout le monde le voie. »

Je me demande ce qu'il veut dire par là. je me relève. Il passe une main autour de ma taille et la pose sur mon cul. Il m'entraine alors, et je le suis. Nous marchons quelques mètres, jusqu'au bord de la route. Il me place de manière à ce que tous les rares conducteurs puissent voir mon visage recouvert de sa semence, qui commence à couler le long de mon corps. Il dégage mes seins de ma robe, en me pinçant fort les tétons, jusqu'à la frontière entre le plaisir et la douleur. Je gémis longuement.
Puis il se place derrière moi, me tire les cheveux afin que je me cambre bien, et soulève ma robe afin de faciliter son accès. Je le sens frotter sa queue contre mon cul afin de se redonner un peu de vigueur, puis au bout d'une petite minute, son pieu me pénètre la chatte. Il me tient par les épaules et me pilonne littéralement. A chaque a coup, je sens mon intérieur se déchirer, et ses couilles fouettent mes lèvres. Une immense chaleur se répand en moi. Je ne me gêne pas pour crier de plaisir. Des voitures passent, ralentissent pour regarder, mais étonnement aucune ne s'arrête.

« Huummmm, tu aimes ça qu'on te regarde, sale pute, pas vrai? Tu aimes qu'on te voie te faire tringler au bord d'une route et qu'on admire ton corps, hein? Dis-le! »

« Ouiiii ! Ouiiii! c'est vrai! J'aime qu'on me voie baiser comme une salope ! Et j'aime ta bite! Oooh! Oooh! Défonce-moi! »

Il enlève sa bite de mon minou et sans ménagement me l'enfonce dans le cul. Autant dire que dans ce trou serré, l'effet est décuplé, tant dans la douleur que dans le plaisir. Une main quitte mes épaules pour me donner une vigoureuse fessée. La douleur se transforme en jouissance.

« Oh oui, frappe moi, frappe moi encore!»

« Vilaine petite fille! Vilain petit sac à foutre qui préfère se faire baiser par un vieux le long d'une route que de faire dodo!»

« C'est vraiii! Punis moi! Punis moi! »

« A genoux pouffiasse! »

Je comprends et le branle jusqu'à ce qu'une autre salve de sperme jaillisse de sa belle queue et atterrisse en haut de ma poitrine. Je me relève.

« Tu es splendide ainsi. Retournons à ma voiture. Non, ne te rhabille pas encore, laisse donc tes seins respirer encore un peu. Ils apprécient, au toucher de tes tétons.»

Nous arrivons à la voiture.

« Tu habites où, que je te dépose ? »

Je lui donne l'adresse. Il démarre et me tend une lingette pour m'essuyer un peu.

« Viens te coucher sur ma cuisse ma connasse.»

Ce que je fais. Il me caresse la tête en me parlant.

« Ah la la, j'ai su dès que je t'ai parlé que tu étais une petite chienne en manque de bite. Tu aimes être soumise, je me trompe?»

« Non »

« J'espère t'avoir donné beaucoup de plaisir alors. Sincèrement. Tu as parfaitement joué ton rôle et j'espère que moi aussi. Et puis, c'est toujours un plaisir de bourrer une jeune chienne à peine majeure et pourtant déjà si avide.»

Nous arrivons chez moi. Il baisse son pantalon.

« Te voilà à destination. N'oublie pas de saluer comme il se doit ce qui t'a fait jouir ce soir.»

J'embrasse son pénis à demi dur, et lui léchouille le gland.

« Rentre chez toi maintenant, ma pute, et bonne nuit.»

« A toi aussi. Et merci pour tout.»


Story URL: http://xhamster.com/user/woopys/posts/162733.html