This is a print version of story playing a game and again by KOCHISE from xHamster.com

Playing a game and again

Ils étaient allongés sur un épais tapis de laine, leurs corps nus, l'un contre l'autre encore moites de leurs ébats précédent.

Ils échangeaient les récits de leurs autres aventures, avec leurs autres amants en teintant leurs paroles de petits rires malicieux ou bien d'étonnement. Ils parlaient de ces choses qu'on ne confesse sur l'oreiller , les coucheries de nuit d'ivresse, les rapports fougueux dans les endroits inattendus, les belles rencontres comme les plus lugubres.

Couché sur son flan, elle maintenait sa tête d'une main et caressait le corps de son compagnon de l'autre alors que lui se contentait de rester allongé sur le dos les mains derrière la tête.
Toute en bavardant elle ramena sa main sur la verge ramollie mais encore gonflée et débutât de douces et lentes caresses pour tenter d'y raviver une certaine raideur. Ils avaient déjà fait l'amour trois fois aujourd’hui, mais elle désirait qu'il la prenne encore une dernière fois avant de s'endormir. Mieux! c'est elle qui prendrais les rennes et serait la maitresse du jeu.

Il ne se rendait pas encore compte de son petit manège, il continuait de raconter ses histoires, s'en même réaliser qu'elle était dorénavant en train de le masturber lentement et que son sexe avait retrouvé une belle vigueur. Ce n'est que lorsqu'elle se redressa et l’enjamba qu'il compris qu'elle désirait encore faire l'amour.
Assise à cheval sur les jambes de son compagnon, sa queue entre ses mains elle le regarda et lui dit:

" finis de m'attacher avec tes cordes ou ta ceinture! plus de fessées! plus de seins malmenés ou de main qui agrippe mes cheveux et ma gorge!
Maintenant c'est toi mon jouet! contente toi d'être une bite bien dure!"

Elle jeta un œil à sa verge et parut satisfaite.
Elle glissa un peu et vint lécher le gland déjà bien gonflé de désirs. Elle sera fort la base du pénis et vit son bout se tendre sous la pression et devenir bien violacé. elle lécha encore puis vint engloutir ce sexe dure dans sa bouche, elle le suça doucement, puis s’arrêta pour le masturber a nouveaux tout en parcourant avec sa langue la forme de ses bourses.

Il jouait le jeu et attendait que Madame s'amuse avec lui sans broncher, c'était un délice le la sentir occuper ainsi de lui. Elle joua longtemps avec sa bouche autour et sur sa queue, il la surpris en train de la fixer droit dans les yeux. Difficile de décrypter ce qu'il y avait dans ce regard.
Était-ce un " surtout ne fais rien d'autre que de bander sans broncher sinon tu le paiera" ou bien " tu sait bien que j'aime que tu me maltraite, prend moi comme une chienne!"
Pragmatique, il se dit qu'étant déjà bien épuisé de lui avoir fait tant l'amour, il la laisserait faire et opta pour la première option.

Sa bouche abandonna enfin cette belle verge brillante de salive et bien dure et se pencha plus avant sur lui pour prendre sa queue entre ses seins et la cajoler un peu. Elle le regarda a nouveau droit dans les yeux en se mordillant la lèvre inférieure, puis éclata de rire en le voyant sourire de satisfaction.

Elle se leva, fit demi tour et ses jambes tel des pantographes vinrent présenter son cul juste au-dessus de sa bite, elle saisie sa queue d'une main et la positionna entre ses lèvres , abaissa encore un peu son cul et fit disparaitre ce gland violacé dans l'entré de son vagin.
Elle s’appuie des mais sur les jambes de son compagnon, mais ne s'agenouille pas. Elle entame d'amples et lent vas et vient le long de cette verge bien dure pour la sentir tout en elle. Elle contracte un peu son périnée de temps autres pour le serrer encore plus fort.

D'ou il est, le spectacle est magnifique! Elle a un cul exceptionnel, et le voir ainsi s'empaler sur son dard est une vision qui le fait frémir de plaisir.
Il se résonne un instant et reprend son sang froid...elle lui a dit de se contenter d'être une bite bien dure, pas de jouir selon son plaisir. Il se retient puis se calme. Souffle un coup, tout va bien.
Il l'observe a nouveaux, ses mouvements de hanches se sont accéléré, il l'entend soupirer et même gémir un peu.

L'excitation vient, elle sent cette boule de chaleur dans tout son bassin. elle doit la garder et accélère pour voir si c'est suffisant.
Mouvement brusque! petite décharge électrique jusqu’à l'arrière du cerveaux, bref voile noir devant les yeux, explosion de chaleur dans son vagin!
Elle reprend le rythme frénétiquement pour retrouver ce début d'orgasme, la position est bonne, mais il manque un petit quelques chose...


Elle à eu un sursaut et poussé un petit cri, elle semble prendre son pied se dit il satisfait, il la voit s'exciter sur sa queue avec plus d'entrain, elle s’essouffle.
Il désobéit et saisi son cul ferment avec ses mains, ses doigts rentre profondément dans la chère, il se contracte et gonfle son gland et se permet un coup de rein.

Elle perds son souffle et risque aussi de perdre cette tension qui monte en elle. Soudain un second éclair, une décharge qui parcours toute la colonne vertébrale et arrive jusqu'au cerveaux pour l’assommer, des muscles qui se contractent sans qu'on leur demande, les yeux ne répondent plus et semble aveuglé par une obscurité sans fin, une chaleur brulante qui emplie son vagin et remonte jusqu’à sa poitrine.
Elle se relâche entièrement se couche son dos contre la poitrine de son compagnon en laissant derrière elle un râle lent et profond ses bras tombant en croix.

Elle à jouit et c'est couchée sur lui mais il est toujours en elle et profite de cette position pour lui att****r les seins et lui donner quelques bon coup de reins.
Elle pousse a nouveaux un long cris après son second coup de queue, et de la voir prendre son pieds ainsi cela l'excite lui aussi. il lui assène encore quelques vas et viens et furieux qui la font gémir quant enfin il se sent venir.
Il se retire et donne un dernier coup de main pour laisser le sperme jaillir sur sa chatte, son pubis, son ventre et jusqu’à la limite de sa poitrine. Il jouit fort et grogne de plaisir tout en mordant la nuque de sa compagne.
Son corps s'affale, se tortille encore un peu du plaisir qui s'échappe, il la caresse tandis qu'elle continue de frotter son clitoris pour prolonger la jouissance. Il sent tout les muscles sous sa chaire se délasser tandis que son souffle s'entrecoupe de gémissement.


de long instant dans les brumes de l'extase, shooté par les endorphines, les deux amants reprennent vie doucement allongés sur un épais tapis de laine, leurs corps nus, l'un contre l'autre encore moites de leurs ébats précédent.


Story URL: http://xhamster.com/user/KOCHISE/posts/160464.html