This is a print version of story Geraldine,soumise(Chapitre9) by xavierathebitch from xHamster.com

Geraldine,soumise(Chapitre9)

Maitre Erik émergea très tôt, le réveil indiquait 7 heures. Géraldine, le surveillait depuis que sa Maitresse et son amant s’étaient endormis, leurs corps nus, enlacés, après avoir fait plusieurs fois l’amour. Ses couilles et ses tétons étaient endoloris par la morsure des pinces japonaises, ils avaient subis un nombre incalculable de traction, la faisant gémir, presque en même temps que sa Maitresse, mais elle c’était de plaisir.
Depuis leur sommeil, les chaines étaient accrochées, tendues au montant du lit, chaque petit mouvement provoquant une traction très douloureuse.
Elle était épuisée de son inconfortable position, elle avait faim .Les yeux embués de larmes, elle mordait dans son gag-ball , geignant doucement ,pour ne réveiller personne. Maitre Erik se doucha , s’habilla ,puis il s’installa derrière Géraldine, commençant à lui caresser délicatement son cul , surprenant la petite soumise, qui commença à bander dans sa cage,mollement mais douloureusement avec les pointes de disciplines qui lui caressait sa petite queue .Maitre Erik lui plaquât une main sur le nez de l’esclave et sa bouche bâillonnée ,obstruant son seul et unique accès d’oxygène, continuant à la caresser ,malaxant ses tétons pincés. «MMMMMMMPPHHH,MMMMMMMPPHHH »geignit Géraldine, presque asphyxiée, ses cris totalement étouffés par la main de Maitre Erik et son gag-ball,de grosses larmes coulaient de ses yeux .
»Chuuut , ne réveille pas ta Maitresse, petite chienne, c’est juste entre toi et moi .Un jour, soit ta Maitresse te vendra ou t’échangeras ,ou je vivrais avec elle .Ce jour, tu deviendras MIENNE !!! Tu vivras à mes cotés, mon plaisir de Maitre sera ton quotidien, ma marque sera gravée au fer dans ta chair, penses-y !!! « lui dit Maitre Erik, au creux de l’oreille, en tirant horriblement la chaine des pinces des tétons de sa main valide.
«MMMMMMMPPHHH,MMMMMMMPPHHH »hurla Géraldine, mais aucun son ne sortit de sa bouche si bien obstruée, essayant de se débattre inutilement.
»A tout à l’heure, je reviens avec du matériel qui te plaira surement, j’en suis persuadé » ironisa Maitre Erik, toujours au creux de son oreille, relâchant enfin ses prises, abandonnant Géraldine à ses nouvelles questions existentielles. «MMMMMMMPPHHH ,MMMMMMMPPHHH»pleurnichait doucement Géraldine, de grosses larmes coulant sur ses joues, essayant de reprendre une respiration normale, affolée et troublée par les intentions de Maitre Erik à son sujet. ce Maitre tyrannique, mais si charismatique .Devenir un jour, son esclave. Cette pensée lui provoqua une angoisse, mais sa minable queue encagée démontrai aussi une envie profonde lui appartenir, un jour.
Maitresse Sandra fut réveillée vers 11 heures,par les doux gémissements devenus incessants de la pauvre Géraldine,qui n'en pouvait plus de douleur et les rayons du soleil qui chauffait déjà .Elle resta quelques temps à s’étirer, admirant sa soumise plaintive. Elle détacha enfin les bras de la prisonnière, et lui tendit un déambulateur pour personnes âgées,pour qu'elle puisse se déplacer avec ses ballets boots,vu son manque d’expérience.
»Viens donc te laver, soumise, tu vas apprendre à te nettoyer ton cul de catin toute seule !!! Tu as 30 minutes, ensuite, je t’attends pour ton déjeuner, habillée »ordonna Maitresse Sandra, lui cinglant le cul de coups de cravache. «MMMMMMMPPHHH,MMMMMMMPPHHH »geignit Géraldine, acquiesçant de la tête, sachant ce qui l’attendait. Elle trottina encore chaussée de ses ballets boots, derrière sa Maitresse, avançant à tous petits pas avec son déambulateur pour se stabiliser, jusqu'à la salle de bains, ou l’attendais une poire à lavement. Une fois entièrement nue, Géraldine rentra dans la grande douche, s’introduisant 10 fois, la poire annale pleine, pour se nettoyer son trou. Maitresse Sandra surveilla l’opération, puis elle laissa sa soumise finir seule .Géraldine se caressa longuement, se massant ses pieds endoloris par la position dans les ballets boots, puis se rinça à l’eau glacée, mais 30 minutes, c’est court, quand on est menotté.
« Tu te fiches de moi, soumise, je vais t’apprendre te presser !!! « cria Maitresse Sandra, en surgissant dans la salle de bains, un paddle à la main. « Pardon, Maitresse, pitié, je ferai plus attention »répondit la petite soumise, en baissant les yeux.
»Ferme-la, et approche pour ta punition !!!« ordonna Maitresse Sandra, assise sur le lit le regard dominateur.
»Oui, Maitresse »dit Géraldine, avançant, apeurée par sa future punition. Maitresse Sandra saisis les menottes et coucha la soumise sur ses genoux, mettant un pied sur la chaine des menottes, empêchant ainsi la soumise de se redressée.
»Compte jusqu'à cent, soumise !!!»ordonna Maitresse Sandra, en commençant à lui fesser le cul avec le paddle.
»1,2,3,4,5,6,7,8,9,10, AIEE ,PITIÉ,MAITRESSE »pleurnichait déjà la soumise ,le cul déjà chaud, essayant de faire échapper son cul a la sanction en se tortillant inutilement.
»Crie tant que tu veux, chienne, Mais COMPTE »cria Maitresse Sandra, reprenant la fessée encore plus forte.
»11, 12, 13, AIIIE …………………………98, 99,100« hurlait une Géraldine épuisée par le manque de sommeil, en larmes, son cul était brulant des coups tous ses reçus. »Bien je pense que tu as compris, petite Géraldine «dit Maitresse Sandra en la laissant se redressée, tournant les fesses de la soumise face à la glace.
»Oui, Maitresse, merci «dit la pauvre soumise entre deux sanglots, voyant le reflet de son cul brulant dans la glace, ses deux fesses étaient cramoisies.
»Allons déjeuner, soumise, ensuite comme tu n’as pas daigné t’habiller, je t’habillerais moi-même »dit Maitresse Sandra, en tirant Géraldine en cuisine. La soumise dut asseoir son cul cuisant sur un tabouret de bar, ne sachant comment s’asseoir. Elle mangea son déjeuner et seul repas du jour : jambon, yaourt, gels et boisson énergétiques, ainsi que ses hormones. Du bar de la cuisine, on avait une vue d’ensemble du salon, ou trônait maintenant un tapis de marche, placé en plein soleil derrière la grande baie vitrée.
Maitresse Sandra revint avec sa tenue pour la journée , en la voyant, Géraldine regretta amèrement sa lenteur matinale .Maitresse Sandra avait pris une combinaison en latex noire munie d’ouvertures aux endroits nécessaires (tétons, annale et clitoridienne), une cagoule latex noire muni d’un masque et d’un bâillon gag-ball,la cagoule était équipée d'un trou sur le haut pour passer une natte ou queue de cheval,un corset latex noir,des ballets boots et un armbinder, elle accrocha la laisse de Géraldine à la poutre ,puis lui détacha les mains.
»Enfile la combinaison, soumise et vite, ensuite séance de marche en ballets-boots »ordonna Maitresse Sandra, en lui mettant la combinaison dans les mains.
Géraldine dut enfiler la combinaison en latex, le cou étiré comme une pendue. Maitresse Sandra ferma la fermeture de la combinaison dans le dos et ouvrant les accès anal et tétons, elle enferma les bras de Géraldine dans l’armbinder . Sa taille fut enserrée avec le corset tellement étroit que la soumise haleta pour retrouver une respiration normale, ses pieds furent chaussés avec les ballet-boots reliés entre eux par une courte chaine, les oreilles de la soumise furent obstruées avec des tampons acoustiques, puis sa tête couverte avec la cagoule, elle se retrouva ainsi a 90% sourde, le gag-ball lui obstrua la bouche, son cou enserré dans un large collier de posture muni d’une laisse. Le cul de Géraldine fut lui aussi obstrué par un plug gonflé à bloc, le câble faisant comme une queue à la combinaison.
»Viens donc apprendre à marcher avec tes nouvelles chaussures, petite chienne « dit très fort Maitresse Sandra, pour que Géraldine entende, l’entrainant vers le tapis de marche.
«MMMMMMMPPHHH,MMMMMMMPPHHH » râla Géraldine, secouant négativement la tête, rechignant à monter sur le tapis, comprenant bien que son futur exercice n’allait pas être de tout repos.
»MONTE, CHIENNE !!! » hurla sa Maitresse, accompagnant l’ordre de violents coups de paddle sur le cul de l’esclave, certes recouvert de latex, mais déjà tellement sensible.
« MMMMMMMPPHHH,MMMMMMMPPHHH » hurla soumise, son cri étouffé par son bâillon, les yeux remplis de larmes sous la douleur et la fatigue, elle monta sur le tapis.
Maitresse Sandra fixa deux chaines au collier de Géraldine, et les accrocha à la poutre, ainsi que des chaines à des anneaux du corset qui furent fixés au montant de chaque coté de la machine, la stabilisant pour une marche correcte. Puis le sourire sadique, Maitresse Sandra lui fixa des pinces aux tétons,et a ses petites testicules , qu’elle relia, à l’avant de la machine, mais la chaine était courte et étirait déjà les tétons et les couilles de la soumise avant la mise en marche.La soumise était ainsi bloquée sur la machine, dans l’obligation de marcher en faisant de tous petits pas, à cause de ses entraves de chevilles, mais à un certain rythme sous peine d’avoir ses tétons et ses couilles inutiles horriblement martyrisés. Pour finir Maitresse Sandra fixa le masque, occultant ainsi la vue de la soumise, déjà privée de son ouïe,plus aucun repère ne lui était possible.
»Allez c’est parti, ma chérie, je t’ai mis un programme de deux heures, bon courage !!!»cria Maitresse Sandra, claquant le cul de Géraldine, d’un grand coup de paddle sur le cul, mettant la machine en marche, le tapis se mis à défiler. « MMMMMMMPPHHH, MMMMMPPPPHHH » hurlat Géraldine, ses tétons et ses couilles étirés par le départ du tapis, se mettant à trottiner suffisamment rapidement pour ne pas les avoir un peu plus martyrisés. Sa combinaison en latex devint vite étouffante aux bouts de quelques minutes, le soleil de Septembre tapant dur sur la baie vitrée. Son corps souffrait un martyr : elle transpirait allégrement, ses pieds douloureux de la position dans les ballets-boots, ses jambes lourdes de fatigue de sa nuit debout et de l’exercice en court, son cul dilaté et en feu par les coups reçus, les morsures des pinces ,tirant irrémédiablement , à chaque fois qu’elle ralentissait le pas, et cette occlusion de ses sens (ouïe et vue), lui empêchant tout repère. Deux heures, combien de temps reste-t-il encore, pensait-elle, en trottinant inlassablement.
Quand Maitresse Sandra arrêta enfin la machine, Géraldine était littéralement épuisée, ses muscles des jambes étaient à la limite des crampes. Elle était assoiffée, la chaleur dans sa combinaison était infernale. »BOIT, C’EST L’HEURE DU GOUTER »ordonna Maitresse Sandra en lui retirant le gag-ball et son masque, et lui mettant une paille dans la bouche.
» Maitresse, pitié, j’en peu plus »pleurnicha Géraldine, les yeux en larmes éblouis par la lumière, en aspirant avidement la boisson énergétique. »OUI, PETITE CHIENNE, JE T’AUTORISE UNE SIESTE EN PLEIN SOLEIL, TU AS ASSEZ BU» lui répondit sa Maitresse, l’œil ironique, retirant la paille et lui renfournant son gag-ball.
«MMMMMMMPPHHH,MMMMMMMPPHHH»geignait Géraldine,en secouant la tête négativement, au regard de sa Maitresse, elle savait que sa sieste allait être particulière. Maitresse Sandra la libéra de la machine, lui laissant ses pinces à seins ,retirant celles de ses couilles,et les malaxant severement faisant hurler de douleur la petite soumise.Elle l’aida pour descendre et la poussa en terrasse, et l’allongea en plein soleil.Maitresse Sandra lui fixa une barre d’écartement, pour détendre les muscles, dit elle, son armbinder fut fixé à la barre et enfin, le masque lui fut remis, l’isolant de nouveau, et lui souhaita une bonne sieste.
« MMMMMMMPPHHH,MMMMMPPPPHHH » couinait Géraldine, bâillonnée et entravée, à cuire en plein soleil.
Combien de temps se passât-il ? Quand la soumise sentit enfin les mains libératrices, seules ses chevilles furent libérer. Soudain, elle se sentit soulevé du sol.
« MMMMMMMPPHHH, MMMMMPPPPHHH »hurla Géraldine, affolée, ses cris étouffés par son bâillon, se débattant comme elle le pouvait, en vain, elle fut déposé sur le lit. Son plug gonflable lui fut arraché sans ménagement, mais elle senti instantanément un sexe énorme s'engouffré dans son anus dilaté, l’enculant allégrement, quelle sensation!!!! « MMMMMMMPPHHH, MMMMMPPPPHHH »hurlait la petite chienne, privée de ses sens se demandant à qui était cette verge qui la défonçait, ce qui l’aurait peut-être rassuré. L’homme, la ramona sans qu’elle n’entende aucun son, la faisant couiner comme une bonne chienne, il éjacula enfin, inondant son fondement et son plug lui fut remis, enfermant la semence. Maitresse Sandra retira le masque, elle arborait un sourire radieux en voyant Géraldine en larmes.Elle découvrit son mystérieux enculeur, et elle fut rassurée en voyant Maitre Erik. La nuit était tombée.
« NOUS N’AVONS PAS BESOIN DE TOI , CE SOIR, ESCLAVE, ALORS BONNE NUIT ,JE T’AI LOUE POUR DEMAIN »dit Maitresse Sandra, en lui sanglant les jambes, l’une contre l’autre, l’immobilisant aux pieds du lit, puis sa vue fut encore occultée. « MMMMMMMPPHHH,MMMMMMMPPHHH » geignit la petite soumise, sans espoir d’être écouter, inquiète pour la journée du lendemain, mais tellement épuisée par ces deux jours sans dormir,qu'elle sombra dans le sommeil,vers un joli rêve.


Story URL: http://xhamster.com/user/xavierathebitch/posts/158921.html