This is a print version of story aziz baise ma femme (partie 2 ) by motspassants from xHamster.com

Aziz baise ma femme (partie 2 )

Une deuxième gifle me projeta immédiatement à terre. Il me releva par les cheveux. Lui se tenait les mains sur les hanches, la verge en avant, droite et fière. Moi, je tenais mes joues entre les mains, les jambes relevées, je pleurais bruyamment, comme un enfant. De la nasse s'écoulait de mes narines, et mes yeux étaient des rivières.
- Alors, tu suces?
Un petit «oui» de défaite lui répondit.
Il patienta une seconde.
- Alors, j'attends.
D'un rapide mouvement du bassin, il secoua sa puissante colonne sous mon nez. Alors moi, un solide rugbyman de quarante ans, musclé, poilu, qui était tout à l'heure encore prêt à abattre l'amant de ma femme, me mettais à genoux devant lui, baissais les yeux, soumis, prit doucement son sceptre dans mes deux mains et posa mes lèvres sur son gland, qui il y a peu inondait la matrice d'où provenaient mes enfants.
- C'est bien kahba, suce salope, tu vas voir ce que c'est qu'un homme…
Il m'avait battu. Humilié. Il m'avait pris ma femme. Réduit ma f***e à néant. Démontré mon infériorité. Fait chialer comme un gosse. Et maintenant, je le suçais avec application devant ma femme souillée de son sperme.
J'avais englouti le gland et progressé sur la hampe. Je n'arrivais pas à aller très loin. Il me mit la main droite sur la tête, et me dit de me dit de faire attention avec mes dents. J'ouvrais au maximum les mâchoires. Je lui obéissais.
Il me faisait faire de petits allers retours, reculait ses hanches et avançait sa pine alternativement. Je sentais son ventre écraser mon front. J'étouffais un peu sous son gras, et cela me faisait bien sentir ma soumission face à cet homme. Bientôt, il me prit la tête entre ses deux mains pour accélérer le mouvement.
Je n'avais pas dû me débrouiller très très bien. Son vît allait de plus en plus profondément, jusqu'à pénétrer ma gorge. Je ne tenais plus en équilibre, et mes mains se raccrochaient à présent à ses cuisses velues et puissantes. Je ne maitrisais plus ma bouche, qu'il utilisait selon son bon vouloir, comme un roi, et des flots de salive débordaient mes lèvres pour couvrir mon menton et tomber sur ma poitrine. Lui-même, sa virilité s'ornait de mon humidité buccale. Je ne pourrais plus jamais me regarder dans une glace sans me rappeler cette scène.
- Ah… Connasse, lèche mes couilles!Mets-toi à quatre pattes!
J'obéissais. Je plaçais ma tête entre ses deux imposantes cuisses, et la tournais pour placer ma langue sous ses bourses. Je rendais hommage à sa capacité reproductice également bien dotée, et goûtais au goût un peu rance de ses testicules. Elles étaient déjà humides de ma première fellation.
Je sentis mon dos ployer sous le poids de son ventre. Mon visage s'écrasait entre ses cuisses, ses couilles et son chibre, je m'affaissais sous son poids, et mes fesses s'écartaient mécaniquement, lui offrant une entrée royale vers mon petit trou qu'il commença à caresser.
Je me débattais. D'abord, parce que je ne voulais pas qu'on me fasse ça, ensuite, parce que j'étouffais. J'étouffais réellement. Ne parvenant plus à respirer, j'abandonnais la lutte tandis que des étoiles apparaissaient devant mes yeux.
Soudain, ma tête trouva de l'air. Elle venait de passer entre ses cuisses. Je pris de profondes inspirations, le corps abandonné à Aziz. Celui-ci me pris par le ventre, me fit coulisser et me reposa sur le dos.
- Tu vas voir, je suis gentil. Je ne vais pas te faire de mal. Je veux te faire du bien. Je sais faire beaucoup de bien, tu sais. Mais je sais que ce n'est pas facile, alors je vais te trouver quelque chose à faire pour faire passer la pilule.
Il prit la tête de mon épouse, et la fit s'assoir sur mon torse, à quelques centimètres de ma bouche. Pendant qu'il relevait mes jambes sans f***es, il lui ordonna d'approcher sa chatte gluante de ma bouche. Je pouvais toucher mon épouse parce qu'il lui avait ordonnée de se donner à moi.
Je goûtais sa liqueur à elle, et les restes de sa saillie à lui. C'était amer et fort. Il avait pris son droit sur elle.
J'entendis un crachat, qui atteignit ma rondelle. Il allait prendre le sien sur moi. En attendant, ma langue qui connaissait le sexe qui avait perforé cette chatte fouillait celle-ci comme pour retrouver un peu de masculinité, ou peut-être en creux l'empreinte de son maître, qui n'était plus moi. Je n'avais plus de souveraineté sur ce con.
J'entrepris de laper le clitoris qui se présentait à moi, après avoir intégralement nettoyé sa matrice. Elle gémissait.
Les doigts d'Aziz couraient autour de mon petit trou. Il le chauffa quelques minutes, puis il commença à picoter. Je tentais d'agripper les jambes de ma femme, mais ne trouvais que celle de l'homme assis sur mon torse.
- Tu commences à aimer, hein…
Un grognement négatif essaya de se faire comprendre, mais en réalité je devenais moite et mon corps commençait à remuer. Son index grattait ma corolle. Il éclata de rire lorsqu'il vit entre mes jambes complètement écartées mon anus sauter vers son doigt. J'avais envie de le recevoir.
- Attends, lève-toi chérie s'il-te-plaît… Alors, t'as comprismec?
Un silence, je ne le voyais pas mais le devinais souriant, satisfait. Cela s'entendait à son petit air sardonique.
- Alors, c'est qui le maître? C'est qui l'Homme? Celui qui peut mettre sa bite partout?
Je répondais d'une voix aigüe
- C'est toi, c'est toi Aziz… Aziz…
J'avais chaud, mes jambes et mon bassin tournaient tous seuls. J'avais les yeux mi-clos.
- Alors, qu'est-ce que tu veux?
Mes idées n'étaient pas claires, mais l'instinct me faisait lui répondre.
- S'il-te-plaît… S'il-te-plaît… Je t'en prie… Mets-moi un doigt! J'ai envie! ALLEZ! S'IL-TE-PLAÎT AZIZ!!!
Ces deux dernières phrases criées exprimaient bien à quel point cet homme avait su m'exciter. Ma femme rit.
- D'accord, d'accord, je vais m'occuper de toi. Mais toi aussi il faut que tu t'occupes de moi. D'accord? Alors, pendant que je m'occupe de ton cul, tu vas t'occuper du mien.
Il plaça ses fesses au-dessus de mon visage. Je projetais ma langue à la rencontre de son anus, sans dégoût mais avec envie, et rapprochait son très large postérieur de mes mains. Il y avait un goût un peu âcre, qui m'excitait encore plus.
Sitôt mis à ma besogne, lui entrepris mon trou. Il y fit pénétrer une phalange, qu'il fit lentement tourner. Il prenait tout son temps. Mon sexe était bouillant, mais je ne pouvais m'en occuper. A la place, je poussais des gémissements plaintifs, en écartant mes jambes comme si je voulais me déchirer moi-même en deux.
Bientôt, il fit entrer un doigt entier dans mon fondement. Il tourna pour élargir mes possibilités, et lorsque je fus un peu assoupli il y joignit un second. De ces deux doigts, il entreprit de me masser la prostate. Je progressais dans la jouissance.
De son autre main, il caressait sa première femme, s'occupait de ses tétons, faisait courir sa paume sur sa nuque qu'il abaissa goûter sa verge. S'abaisser pour lui, le terme est bien choisi.
Elle s'était abaissée pour vénérer sa virilité, je m'étais abaissé à nettoyer ce qu'il a de plus sale. On s'abaisse pour lui. Cet homme me rendait folle, il avait un talent immense pour s'occuper des femmes.
Une seconde… Je ne suis pas une femme?
Une caresse prodiguée par les doigts d'Aziz, courant dans mon rectum, fit s'évanouir cette réflexion. Je gémissais pour de bon, en continu. Un troisième vint rejoindre peu après ses deux frères.
Pendant ce temps, ma langue s'enfonçait de plus en plus loin, visitait plus profondément son intimité. J'avais envie, en léchant ce cul, de lui sucer la bite. Comme je ne pouvais pas le faire, c'était son anus qui contentait ma faim. Car c'était cela: j'avais faim de lui.
Soudain, ses doigts arrêtèrent leur mouvement. Il les retira. J'eus brutalement froid, et ressentis un vide profond. De la déception, aussi. Il se leva.
Je le regardais l'œil implorant. Comme une vulgaire salope, je me touchais les tétons, effleurais ma bite qui à présent ne m'intéressait plus. J'avais envie de lui. Je voyais son sexe viril et imposant, doté de tous les droits, son ventre proéminent qui me dominait, ses cuisses puissantes et velues.
Lui me regardait de toute sa hauteur. Il mit son pied sur ma bouche. Avec délectation, dans une totale soumission, je passais ma langue entre ses orteils en gémissant. Je passais lascivement mes mains entre mes cuisses relevées, et approchait mes doigts de mon trou. Je le trouvais souple, humide et brûlant.
D'un petit coup, il me fit tourner la tête et abandonner ma tâche. Il se dirigea sans dire un mot vers le tas où se trouvait ma femme tout à l'heure. Il me regardait, impérial, méprisant. J'obéissais.
Arrivé à sa hauteur, tête baissée, il m'attrapa par la bouche, me cracha soudainement au visage.
- Chienne!
Puis me projeta sur le tas de linge. Je poussais un petit cri de surprise. Sur le ventre, les bras me retenant faiblement au linge autour de moi, j'avais les fesses relevées, et le visage au niveau du sol.
Tournant légèrement la tête, je le vis se mettre à genoux, ses jambes enserrant les miennes, et son gland dépasser de ma raie. Il m'asséna une claque sonore sur la fesse.
- Ecarte tes fesses, grosse pute.
Encore une fois, je m'exécutais. Je baissais les yeux, rouge de honte. Aziz allait m'enfiler, comme une femelle. Et moi, je n'attendais que ça. Il avait raison. Je mouillais. J'étais une salope pour lui.
Aziz rigolait. Il me faisait lécher les doigts avec lesquels il m'avait doigté et se moquait de moi:
- Alors c'est ça, le mec qui voulait me défoncer tout à l'heure? C'est bien un gawri ça, trois claques et ça ferme sa grande gueule, ça baisse les yeux. Et t'as trouvé ma bite, quand t'as baissé les yeux, hein? T'as vu, la mienne c'est une vraie. Ah, mais en fait, c'est ça? T'es pas jaloux parce que ta femme te trompe? T'es jaloux parce que tu voulais la goûter toi aussi? Ah c'est bon les bites d'arabe hein? Tu la veux dans ton cul, hein, maintenant? Alors, c'est qui l'homme?
Je n'en pouvais plus. J'étais humilié comme jamais, il m'avait battu, pris ma femme, mon honneur, et maintenant il voulait faire de moi sa femme. Mon anus s'ouvrait et se fermait tour à tour. Il était devenu vivant. Il avait faim. Son immense sexe coulissait dans ma raie humide. Sa main gauche pinçait mes fesses. Il prenait son droit.
- Alors, c'est qui l'homme ici? Réponds!
- C'est toi, oh oui c'est toi, oui…
Ma voix mourante exprimait autant ma défaite, ma soumission que mon mon désir.
- Vas-y, je veux t'entendre me supplier, putain…
Je ne tenais plus. Alors que ma femme s'installait à la place que j'occupais tout à l'heure, je l'implorais, le cul ouvert,
- Oh prends-moi, prends-moi, vas-y, j'ai envie de ta grosse bite, je veux que tu me plante, tu m'as fait jouir avec tes doigts, prends-moi, je ferai tout ce que tu veux, je te lècherai les pieds, je te téterai la bite mais pitié, BAISE-MOI!
J'essayai de happer sa bite avec mon cul. Mais ce n'était apparemment pas suffisant. En face de mon corps haletant, ma femme se doigtait avec délectation, son regard plongé dans le mien.
- Explique pourquoi c'est moi qui te baise, pourquoi c'est moi qui baise ta femme, et pas l'inverse, grosse tantouze.
Je dégoulinais littéralement. Je lui aurais dit n'importe quoi.
- Parce que t'es trop fort, parce que t'as une grosse bite, parce que tu baises trop bien! T'es un homme! Un homme! Je fais pas le poids, t'es trop fort et trop viril! Allez! ENFONCE-MOI TA BITE! Je t'en supplie, enfonce-moi ta bite…
Je commençais à pleurer. Lui donnait le rythme de mes phrases en me claquant les fesses. Il faisait durer le plaisir, je ne pouvais rien faire qu'attendre son bon vouloir, là, concubine jetée sur un tas de linge.
- Et toi, t'es quoi? Hein? Allez, dis-le.
- Je suis une gonzesse!
- Non, t'es une PUTE!
Une douleur fulgurante me traversa le cerveau. J'avais les yeux écarquillés, et le souffle coupé. Ma femme se pencha sur moi:
- Il en a enfoncé la moitié d'un coup. Tu dois avoir mal. Mais ne t'inquiète pas, tu aimeras.Toutes les femmes aiment.
Il me caressait le dos, lentement, en me parlant doucement
- Calme, calme, détends-toi, ça va aller, je vais bien m'occuper de toi, va. Tiens, mange ça.
Il me présenta ses doigts à sucer. Ma femme repris son poste d'observation.
Après quelques instants, je commençais à me détendre. Il le sentit, et commença à reculer doucement sa bite, avant de me la ré-enfoncer avec f***e mais sans v******e. Je me sentais… envahi.
J'avais quelque chose de chaud, vibrant et puissant qui prenait possession de mon fondement. Des mains rassurantes me retenaient par les hanches. Un homme s'occupait de moi. Il prenait quelques instants pour me flatter la nuque, ou caresser mes flancs.
Il jouait quelques secondes avec mes seins. Mon souffle revenait. Il devenait chaud, et profond… Je soupirais bientôt. Lorsqu'il était entré, je me sentais rempli. J'étais bien… Lorsqu'il se retirait, je me sentais vide, et je voulais qu'il reprenne sa place. Mais c'était la lente caresse de sa virilité dans mon humidité qui me procurait le plus de plaisir.
Je commençais à sentir quelque chose au niveau des couilles. Une sorte d'électricité passagère. Soudain, dans un râle, il plongea entièrement en moi en m'attirant à lui.
- Voilà, c'est à moi.
Ses lourds testicules recouvraient les miens, plus modestes. Son bassin collé au mien témoignait de sa domination sur moi. Son ventre poilu qui écrasait à présent mes reins, ses jambes qui contrôlaient les miennes, ses larges mains qui lui permettaient de m'enfiler m'assuraient de la présence d'un homme qui faisait ce que tout homme doit faire: utiliser sa supériorité.
Il ressortit la longueur de son sexe, et la replongea avec vigueur et détermination dans mon trou béant. Etait-ce lui qui m'empalait, ou moi qui servait de gant à sa bite? Je lui servais de sac dans lequel plonger sa virilité. Il accéléra peu à peu le mouvement, et moi je commençais à ahaner mon plaisir.
- Ah, putain, t'aimes ça hein? Regarde chérie, ton mari, comment il aime se prendre ma queue…
Ma femme prenait son vagin humide d'une main, et s'agrippait au tuyau de l'autre. Moi, je prenais un tuyau dans mon cul trempé et attrapais le linge pour m'y retenir. Mais cela ne servait à rien. Aziz imprimait sa vitesse, de plus en plus grande, et c'est lui qui retenait réellement mon corps de ses mains et ses bras puissants.
- Ah la pute!
Un bruit de succion se faisait à présent entendre, entre deux percussions par ses couilles. Mes fesses aussi claquaient. Je glissais tellement que sa verge sortit plus d'une fois de son fourreau. Elle en retrouvait tout aussi naturellement le chemin.
Ses mains se dérobant également, il me prit par la tignasse. Moi, j'étais enculé en profondeur et je criais, le visage levé, les yeux fermés. Le plaisir avait fini de m'envahir; ma femme avait raison, j'aimais ça.
J'aimais la manière dont il me chevauchait. J'aimais le sentir entrer, ressortir, prendre possession de moi. J'aimais être soumis à son sexe, plus imposant que le mien. Et j'aimais me faire prendre devant ma femme, voire ma virilité complètement anéantie devant celle à qui je faisais si souvent l'amour.
Il m'insultait en me baisant, entre deux souffles.
- Ah grosse chienne! Tu voulais me niquer hein! Qui c'est qui nique qui, hein, maintenant? Grosse pute! Tu l'aimes ma bite, hein connasse? T'en veux hein? T'en as plus rien à foutre de ta femme maintenant, tout ce que tu veux c'est le foutre du gros Aziz, hein salope! A me lécher les pieds comme une pute, t'aimes ça hein? Hein! HEIN?!?
Je sentais quelque chose monter profondément de mon ventre, toucher mon sexe avant d'atteindre à mon cerveau et d'exploser partout en même temps.
Pour la première fois de ma vie, j'avais un orgasme. J'hurlais mon bonheur, mon pénis débandé se répandait sous sa loi d'Aziz à qui mon anus gémissant révélait l'étendue de son talent.
- Ah ah gros pédé! T'aimes ça la bite d'Aziz dans ton cul sale garce! Kahba! Elle te fait jouir hein!
Je vis ma femme essoufflée prendre son pied à l'écouter, et à me voir soumis à son pieu. Il accéléra sa cadence, affermit son emprise sur mes cheveux et d'un coup se bloqua dans mon cul.
- AAAHHHHHH!
Son long cri de jouissance retentit dans la pièce, et je sentis ses longs jets de foutre crémeux repeindre mon cul à ses couleurs. Il s'était enfoncé avec f***e, mais finit par se détendre. Il laissa s'échapper cet unique mot: «chienne», avant de s'effondrer sur mon dos.
J'avais encore son sexe épais planté dans le cul, et j'étais en nage. J'attendais le bon vouloir de mon maître. Il ne se relevait pas. Ma femme avait fini de jouir. Elle me dit de rester là en attendant qu'il se réveille. Il dormait donc.
J'attendais sagement le temps que mon homme se relève, pendant que mon épouse rassemblait nos affaires et préparait un café.
J'entendis dans mon oreille un souffle fatigué, au bout d'un petit quart d'heure.
- Salope, va.
Aziz se releva en s'appuyant sur ma tête. Il garda les doigts agrippés dans mes cheveux pour me relever également.
- Maintenant, nettoie avec ta langue. Fais attention à tes dents, ou je te cogne.
Tombant à genoux, je m'appliquais immédiatement à reprendre son membre en bouche, mû autant par la peur que par la gratitude. Je léchais partout, avec goût cette fois. Oui, j'aimais la bite d'Aziz.
Son sperme avait un goût plus fort que ce que j'avais cru en m'occupant de la chatte de ma femme. Il y avait aussi une forte odeur de cul, et un goût que je supposais provenir de ma merde. Je nettoyais.
- Dégage du linge, t'as le cul qui dégouline.
Il me repoussa du pied vers le carrelage. En plaçant une main sous mon cul, je sentis celui-ci encore ouvert qui se vidait lentement. Je commençais à me branler avec la main qui avait recueilli le sperme.
- Suce mieux.
Aussi étonnant que cela puisse paraître, il reprenait encore de la vigueur. Je m'exerçais à être meilleur encore, et faisait tourner ma langue autour de son gland, comme me le faisait parfois ma femme. Je le lui tétais en levant les yeux par-dessus son ventre, lui lançant un regard excité.
- T'essaies de me provoquer, salope? Tu la veux encore, hein? Tu la veux dans ton gros cul tout blanc?
Il me donna des petits coups de queues quelques instants. Je poussai un petit cri surpris et légèrement indigné.
Il bloqua alors ma tête entre ses mains, et s'enfonça d'un coup dans ma gorge. Comme précédemment, je dus me tenir à ses cuisses pour ne pas tomber. De nouveau, de la bave s'échappait de ma bouche. Son sexe devait être bien propre à présent.
- Il est insatiable. Le lundi, c'est trois ou quatre fois dans l'après-midi. Sans compter le reste de la semaine, quand je viens ici à midi, quand il passe au bureau ou même à la piscine il y a deux semaines, quand tu t'occupais des enfants.
Ma femme venait de rentrer avec le café.
- Ecoute petite pute, le boss c'est moi. Maintenant, ta femme, tu l'oublies. Tu la touches plus, sinon je te défonce pédé. C'est moi qui la nique. C'est moi qui te nique aussi. Mais tu vas pas te plaindre, t'aimes ça salope.$
Constatant qu'il avait raison, je grognais mon accord.
- Mais faut gagner le droit de me sucer la queue, petite soumise. Alors maintenant, après ton taf, tu viens direct ici faire mon ménage.
Je ferai reluire ton sol et ta bite, Aziz.
Il accélérait la cadence, sans pitié.
- Tu feras ce que je te dirai, quand je te le dirai! Je te retourne je te baise où je veux grosse putain! Tu t'habilleras comme je dis, fini de joueur à l'homme! OUVRE GRAND TA GUEULE CONNASSE! Devant moi tu baisses les yeux pédale! Maintenant, AVALE!
Comme pour confirmer cet accord, il se déversa à jets encore épais dans ma bouche. Obligé par sa f***e, convaincu par sa supériorité, j'avalais comme une catin. J'étais sa femme.

Fin.


Story URL: http://xhamster.com/user/motspassants/posts/142917.html