This is a print version of story damien soumis ( episode 5 , le dernier) by motspassants from xHamster.com

Damien soumis ( episode 5 , le dernier)

J'arrivais en vue du lieu de rendez-vous. C'était un des plus grand restaurant de la ville. J'avais encore l'impression d'avoir la bouteille dans le cul. C'était il y a plus de quinze et c'était la première fois que je revenais en Tunisie depuis cette période.
Nous étions rentrés de vacance Sylvie et moi début septembre pour la reprise des cours. Bien sur nous nous sommes tout de suite séparés.
Les cours et la vie ont repris. Je me masturbais frénétiquement tous les soir en repensant à ces vacances. Curieusement, je n'en voulais pas du tout à Khaled et Mourad que j'imaginais en train de draguer sur leur plage favorite à la recherche d'une femme allemande ou d'un petit français aussi tendre que moi.
Sylvie que je voyais régulièrement et avec qui j'étais resté ami, n'avait plus le moral. Elle n'arrêtais pas de parler de nos vacances et de Khaled qui manifestement lui manquait terriblement. Puis un jours, elle m'a envoyé un mot.
- Je retourne là bas, je ne peux pas vivre loin de lui et lui non plus... A un de ces jours j'espère..
J'ai bien sur compris de qui elle parlait. Rapidement, je n'ai plus eu de ses nouvelles. Je n'ai plus jamais eu non plus de relations sexuelle avec des mecs. je n'en éprouvais ni le besoin ni l'envie et je savais que je ne trouverai personne comme Mourad et Khaled.
Les années se sont écoulées. J'ai parfaitement réussie ma vie professionnel et je possédais une entreprise à la pointe de la technologie informatique. Je gagnais très bien ma vie sur ce tout petit marché que je partageais avec deux ou trois autres entreprises pour le monde entier.
J'ai aussi réussi ma vie affective. Je me suis marié. J'avais trois beaux enfants qui me donnaient toutes satisfaction. Bref tout cela n'était plus que de lointains souvenirs jusqu'à il y a trois mois.
Au cours d'un salon professionnel, j'ai été contacté par le ministère tunisien des affaires étrangères qui lançait un appel d'offre pour des très gros travaux de redéploiement informatique. Le plus gros marché de ma carrière, auquel bien sur je me suis empressé de répondre. J'étais un peu surpris qu'ils contactent une boite aussi petite que la mienne pour un tel contrat.
Aucune nouvelle pendant un mois. je commençais à me faire à l'idée que j'avais perdu le marché quand un jour, l'ambassade tunisienne m'a contacté.
J'étais invité dans leur pays pour discuter de mon offre!
Leur grand manitou de l'informatique du pays, m'invitait à douze heure trente précise le jeudi suivant, dans le plus grand restaurant du pays.


J'étais devant l'entrée du restaurant. Très chic. très classe. J'ai franchis le seuil. Un majordome s'est précipité vers moi d'un air obséquieux.
- Que puis-je pour vous Monsieur.. Ce restaurant ne reçois que sur réservation...
Je lui ai tendu la carte que j'avais trouvé avec le billet d'avion et la réservation de mon hôtel. Il s'est tellement penché pour me saluer que j'ai eu l'impression qu'il allait se casser.
- Si Monsieur veut bien me suivre.... Monsieur est attendu dans un des salons du premier étage....
Nous avons traversé la salle entièrement occupée par des hommes d'affaires de toutes nationalités. Le cadre était superbe, mais je n'ai pas eu le temps de le détailler.
Un escalier... Un long couloir... Beaucoup de porte fermées. Aucun bruit.... Moquette épaisse dans les tons bleu et or... Décoration clinquante et tapageuse...
Le majordome frappe à une des portes. Une invite à entrer. Il ouvre et s'efface pour me laisser passer avant de refermer la porte derrière moi.
Un homme s'est dirigé vers moi. Carrure imposante. Epaisse crinière. Il m'a tendu la main. Voix virile et chaude.
- Bonjour Damien..... Ç'a fait longtemps
J'ai cru m'évanouir en reconnaissant Khaled . Il n'était pas seul. La femme vêtue dans un costume traditionnel s'est jetée à mon coup pour me couvrir de baisers. J'ai éprouvé un sentiment d'allégresse indescriptible. Je venais de retrouver Khaled et Sylvie . J'ai compris à ce moment précis, à quel point ils m'avaient manqué. Je suis resté complètement abasourdi devant eux.
Pendant toute la durée du repas, nous avons discuter de tout et de rien nous racontant nos vies respectives. Moi surtout, décrivant mon boulot ma famille.
J'étais très heureux d'être ici. Sylvie était resplendissante. Sure d'elle. D'une sensualité exacerbée dans ces vêtements orientaux qui lui allaient si bien.
Les plats se succédaient sans arrêts, mais nous y touchions à peine, tout à la joie de nos retrouvailles.
A la fin du repas, nous sommes allés nous asseoir sur le canapé. Sylvie nous faisait face assise sur un fauteuil. Khaled a demandé au maître d'hôtel de ne plus nous déranger.
- Tu veux un alcool?
- Non merci. Je ne bois pas.
- Si nous en venions au contrat.
- Dois je comprendre que tu m'a choisi
- Presque mon ami, presque, mais il faut quand même régler certains détails car tu n'es pas le mieux disant sur le marché.
- Je suppose que je suis trop cher?
- Un peu trop oui...
- Cela peu se discuter....
- Je le pense aussi. Cela dépend de toi. Je ne te cache pas que je cherche avant tout un partenaire en qui je peux avoir toute confiance.
Il m'a regardé droit dans les yeux. Un bref moment, j'ai retrouvé l'expression du maître sur son soumis.
- Je sais que je peux avoir toute confiance en toi et que tu sauras te taire, et être discret.... Je sais que tu sais te taire quand il faut....
C'était une menace à peine voilée et j'ai bien compris l'allusion à ce qui s'était passé il y a plus de quinze ans. Je n'en avais effectivement jamais parlé à Sylvie, ni à personne d'ailleurs. C'est curieux mais, j'étais content qu'il s'en souvienne.
- Je saurais être discret... J'ai l'habitude. Dans mon métier, nous sommes souvent confrontés à ce genre de problème et notre déontologie nous interdit de raconter ce que nous voyons chez nos clients.... Les plus grands pays me font confiance....
Sylvie a interrompu notre conversation.
- Tu es toujours aussi superbe Damien
- Je te remercie mais je commence vieillir.
- Ne dit surtout pas cela... N'oublie pas que j'ai le même âge que toi... Je ne me sens pas vieille du tout.
- Tu es magnifique....
- Tu as raison Damien, j'ai une femme magnifique. Sans elle, jamais je n'aurai réussi.... Te souviens-tu de ces vacances que vous avez passé ici... Je suis sur que tu n'as rien oublié...
- Il m'est difficile d'oublier... C'est grâce à moi que tu aS connu Sylvie, et que vous êtes ensemble...
- Si tu veux.... C'est une manière de présenter les choses..
Nous avons rigolé les trois, mais l'atmosphère avait subtilement changé entre nous. Les deux me regardaient en souriant. Il y avait une vraie connivence entre eux. Je savais qu'il ne fallait pas revenir sur le contrat.
- Et Mourad?
- Oh il va bien. Il occupe aussi un poste important. Il dirige l'agriculture de mon pays.....
Nouveau regard appuyé, mais c'est Sylvie qui a parlé
- Il s'occupe aussi de la pêche
Je me suis senti légèrement rougir. Sylvie et Khaled me regardaient avec un petit sourire en coin. Je me suis raclé la gorge
- Si nous revenions à nos affaires.
- Je suis sure que Khaled et toi, vous trouverez un arrangement. Cela te permettra de revenir souvent. J'aurai plaisir à te voir de temps en temps.... Mais moi aussi j'y met une condition à ce contrat...
Elle regardait son mari. Je ne comprenais plus très bien ou nous étions dans cette conversation. Khaled lui a fait un signe de tête comme pour l'autoriser à continuer. J'étais décontenancé et j'ai demandé d'une voix étonnée:
- Tu t'y connais en informatique?
Elle a rigolé longuement de sa voix si envoûtante. Khaled s'est joint à elle et je me sentais un peu bête de ne pas participer à cette euphorie que je ne comprenais pas.
- Cela n'a rien à voir avec l'informatique.... Je voudrais simplement que tu me rendes ce que tu me dois....
Je comprenais de moins en moins la tournure que prenait la conversation dans ce salon feutré, à l'abri de regards indiscrets et de la frénésie de la ville.
Manifestement, ils avaient préparé cet entretien ensemble. Je la regardais dans l'attente de précision. Elle a soutenu fièrement mon regard. C'est Khaled qui a repris.
- Tu auras ce marché Damien. Je sais que tu sauras te taire. Nous connaissons tes compétences. Et le prix n'est pas un réel obstacle à notre partenariat.... A une condition.... Et même si tu refuses de t'y soumettre, je te donnerais quand même l'affaire.... Vas-y ma colombe demande lui de te rendre ce que tu veux....
J'ai regardé Sylvie et je devais avoir l'air inquiet.
- N'ai pas peur Damien, je ne veux rien d'extraordinaire.....
Elle a bu de l'eau. Manifestement, elle savourait un moment longtemps attendu et cela ne faisait que renf***er mon inquiétude.
- Toi tu m'a vu.... Khaled et Mourad m'ont tout raconté.... Nous parlons souvent de toi.... Je ne savais pas que tu étais derrière le grillage.... A les entendre tu avais aussi pas mal de prédispositions pour..... la chose....
Mon regard était accroché à ses lèvres pulpeuses d'un rouge très sombre. Elle parlait très lentement en détachant chaque syllabes et ses paroles me brûlaient le cerveau et le corps.
Les années s'effaçaient d'un coup et je devenais à nouveau le jeune étudiant timide et docile. Je n'étais plus un chef d'entreprise mais un adolescent rouge de confusion et de honte.
Elle s'est levée pour se diriger vers un petit réfrigérateur camouflé dans une commode et en a extrait une petite bouteille de coca qu'elle m'a ostensiblement montrée.
Puis elle a lentement versé le liquide pétillant dans un long verre qu'elle m'a tendu d'une main gracieuse aux ongles longs et parfaitement manucurés. Elle à bien vu que ma main tremblait.
- Tu aimes toujours le coca?
Il y avait un brin d'ironie dans sa voix langoureuse. Machinalement j'ai pris le verre en regardant la petite bouteille sur la table basse devant moi. J'avais chaud. J'ai desserré le col de ma chemise. Khaled me regardait en souriant. Ils m'ont fait penser à deux chats en train de jouer avec une malheureuse sourie. Et comme la sourie, je savais qu'ils allaient me manger.
Je n'arrivais pas à détacher mes yeux de la petite bouteille posée sur la table basse devant moi. J'ai bu lentement le verre de coca pour me donner une contenance. J'avais beaucoup de mal à avaler. Sylvie a repris la parole.
- Mourad regrette beaucoup de ne pouvoir être avec nous. C'est lui qui nous a dit que tu aimais le coca... Sous toutes ses formes... Moi qui ne me suis doutée de rien.... C'est vraie que j'étais trop amoureuse de mon homme pour faire attention à ce qui t'arrivait. A les entendre ces deux là, il parait que tu ne te défendais pas beaucoup.... Ils m'ont tout raconté et maintenant il faut me rendre ce que tu as vu.....
Elle m'a fixé droit dans les yeux en vidant le reste de la bouteille dans mon verre. Elle était d'une beauté à coupé le souffle avec son corps dont je me souvenais du moindre détail, moulé dans cette djellaba et son visage maquillé à l'orientale. J'avais beaucoup de mal à parler. Ma voix était nerveuse et hésitante.
- Je ne comprend pas Sylvie.... Tu veux quoi?...
Elle ne m'a pas répondu tout de suite. Ses mains jouaient avec la petite bouteille de coca. Un sourire a étiré ses lèvres charnues. Khaled est intervenu:
- Dis lui ma colombe..... Vas-y....
Nos regards se sont soudés l'un à l'autre. D'une voix très ferme et sure d'elle, elle a repris.
- J'aimerai que l'on retrouve le temps passé.
Elle m'a servi un nouveau coca et jouait nerveusement avec la bouteille vide en me regardant fixement.
- Damien?
Je n'arrivais pas supporter les braises de son regard et ne comprenais absolument pas ou elle voulait en venir. Malgré ma gêne à la trouble évocation du passé, j'ai brusqué ma voix:
- Oui Sylvie.... Que souhaites tu?.... Dis le moi...
Un éclair de colère dans ses yeux. Une voix dure que je ne lui connaissais pas.
- Je veux..... Je veux que mon mari t'encule... Ici... Devant moi..... Comme Mourad l'a fait devant d'autres...... Comme ce que tu a vu dans le hammam ce jour là....
Comme je l'a regardais d'un air effaré, elle a ajouté d'une voix brusquement devenu douce.
- S'il te plaît comme au bon vieux temps..... Tu nous a vu Khaled et moi.... Je voudrais voir moi aussi....
J'étais complétement décontenancé par la tournures que prenaient les événements. Je les dévisageais stupéfié et le fin sourrire narquois de Khaled ne m'a pas échappé. Sylvie a repris la parole.
Sa voix a vite remplacé la supplique par de l'autorité. Comme par magie, elle est devenue brusquement cynique et arrogante.
- Je suis sure que tu en as envie... Il parait qu'il faut qu'on te f***e un peu.... Nous pouvons appeler le majordome....
Comme un automate, je me suis levé. Khaled aussi. Je ne savais ni quoi dire, ni quoi faire. Je ne voulais ni rester ni partir. Mon visage devait être cramoisi. Tous les souvenirs ressassés pendant ma promenade pesaient sur moi. Je me sentais craquer.
Sylvie s'est approchée de moi. Je sentais son parfum capiteux et enivrant. Ses mains ont écarté les pans de ma veste. Je n'ai rien fait pour l'empêcher. Je ne pouvais pas bouger, ni même parler. Son parfum très lourd, montait dans mes narines et ses mains posées bien à plat sur ma chemise m'ont électrisé.
Nous étions à présent debout les trois. Kalhed derrière moi et elle face à moi. Ses fines mains sont descendues lentement pour se fixer sur la ceinture de mon pantalon. Je n'avais pas la volonté l'arrêter et je savais parfaitement qu'en cas de révolte, Khaled l'aiderait.
Immobile, je regarde les reliefs du repas sur la table pendant que ses mains s'activent autour de ma taille.
- C'est incroyable, tu n'as absolument pas pris un gramme.
Mon pantalon tombe souplement autour de mes chevilles. Je ferme les yeux quand elle saisit l'élastique de mon slip qui suit rapidement le même chemin que mon pantalon.
Sans vraiment le comprendre, je me suis retrouvé nu à partir de la taille. Je devais être ridicule avec mon veston, ma chemise et ma cravate et le cul à l'air.
Le pantalon et le slip autour de mes chevilles m'empêchaient de bouger. Sylvie ne me quittait pas des yeux. J'ai baissé les yeux. J'avais honte de mon comportement devant elle et pourtant je ne faisait rien pour me revêtir. J'ai sursauté en sentant des mains sur mes fesses.....
- Tu as toujours un aussi beau cul.... C'est dommage que tu ne te rase plus.... J'ai souvent parlé de ton cul et de ta bouche à Sylvie.... Mourad aussi en parle souvent...
Khaled avait retrouvé le timbre de voix d'il y a quinze années. Voix hautaine, méprisante et dominatrice. Il s'est collé contre mon dos.
- Regarde le ma colombe....
Sylvie s'est reculée pour mieux me détailler. Ses yeux brillaient. Les grosses poignes de Khaled malaxaient mes fesses en me poussant lentement vers le canapé de l'autre coté du salon particulier. Ses paumes moites me faisaient vibrer intérieurement. J'avançais lentement vers le canapé après m'être débarrassé de mon pantalon, mon slip et mes chaussures.
- Tu es encore très bandant.... Je vais te mettre comme au bon vieux temps.... Je suis certain que ton cul s'en souvient encore.... J'ai raconté à ma femme que tu mettais souvent ses sous-vêtements... Je suis sur que tu te souviens du slip rouge....
J'ai parfaitement reconnu le bruit d'une braguette que l'on ouvre. J'étais redevenue la marionnette d'il y a quinze ans.
- N'ai pas peur.... Personne n'a rien su à l'époque et personne ne saura rien aujourd'hui... J'ai vraiment envie de faire plaisir à ma colombe... Toi aussi j'en suis sûr...
J'étais debout contre le canapé, comme il y a quinze ans devant un lit dans un des bungalow de la plage. Mais cette fois ci, c'est une voix de femme qui m'a dit de me mettre à genoux sur ce canapé. J'étais face au dossier du canapé et à un mètre à peine du mur blanc de ce salon. J'avais encore mes chaussettes noires et ma veste. Et je ne les voyais plus.
- Tu vois ma colombe, il est plus obéissant que n'importe lequel de nos valets...
Khaled s'est positionné debout derrière moi. Ses mains m'ont saisi par les hanches pour me tirer vers lui. Très vite, j'ai senti le bâton chaud contre la peau de mes globes. J'ai frémis en retrouvant les sensations oubliées.
- Cambre toi bien Damien.... Montre bien tes fesses à ma femme..... Regarde comme son cul est beau ma colombe.... Un vrai derrière de femme..... Vas-y ma colombe... Mets en pas mal..... J'ai fait faire une enquête et il n'a rien fait depuis son retour.... Ajoute ma colombe.... Il est presque vierge aprés tant de temps.
L'arabe a écarté mes fesses, dévoilant mon anus inviolé depuis plus de quinze ans. J'avais peur, mais je ne faisais rien pour empêcher la suite des événements. J'avais la chair de poule.
- Pourquoi tu trembles?... C'est la peur ou l'envie?

Je ne le savais pas moi-même. J'ai tout de suite reconnu l'odeur de l'huile solaire. Les fines mains de Sylvie ont enduit ma raie. Machinalement, je me suis cambré pour tendre mon cul. Une espèce de reflex qui m'est revenu immédiatement malgré le nombre d'années.
- Ton trou est bien serré.... Dommage que tu te sois coupé les cheveux.... J'aimais bien tes cheveux de femme.... Heureusement qu'avec ta blondeur, on ne voit pas trop tes poils...
Khaled avait la voix grave et douce. Les doigts fins et agiles de Sylvie parcouraient ma raie; s'attardant sur mon trou pour le masser longuement avec l'huile solaire. Les ongles me griffaient légèrement les chairs délicates. Je la laissais faire en frissonnant.
- C'est vrai que tu as un joli derrière Damien... Les femmes font rarement attention au cul des hommes..... Mon mari a raison de dire que tu as un derrière de femme.... Je suis sure que ta femme n'a jamais fait attention à tes fesses...
J'ai senti une chaleur monter dans mon bas-ventre. J'en avais envie. Une furieuse envie, incontrôlable. Je me suis cambré au maximum, mes fesses allant à la recherche des doigts.
- On dirait que cela t'as manqué... Tu as recommencé en France?... Peut-être que les hommes de mon mari se sont trompés?
- Non jamais.... Plus jamais...
J'avais une voix méconnaissable. Une toute petite voix, rien à voir avec celle de Khaled.
- Moi non plus.... Jamais depuis que Sylvie m'a rejoint....
Des spasmes me parcouraient le corps. Ils partaient du fond de mon ventre et m'irradiaient tout le corps. J'attendais en vibrant que le sexe de l'arabe se frotte contre mon sillon. Je le voulais et je le redoutais. J'avais envie et peur; et j'avais honte de tendre ainsi mes fesses devant mon ancienne petite amie.
- Ne t'inquiète pas... Je vais y aller doucement.... Détend toi..... Ouvre tes fesses.... Montre bien à ma colombe ton oeillet....
J'ai posé ma tête sur le rebord du dossier du canapé et mes mains ont écartées mes fesses. Je tremblais, mais pas de peur. Quand j'ai sentis le bout de son sexe contre mon anus, j'ai faillis gémir, mais ma gorge nouée ne laissait passer aucun son.
- Regarde ma colombe.... Tu voulais le voir se faire niquer.... Ne perd rien du spectacle.... Regarde le nous offrir sa rosace toute plissée.... Regarde comme il se cambre bien... Et son trou.... Son anus tout serré.... Regarde comme il brille sous la lumière... Il palpite comme une bouche....
C'est lui qui m'a tiré doucement vers sa verge. Son gland bien dur et très chaud a poussé sur mon anus. La pointe de son pieu pressait de plus en plus fort ma corolle inviolée.
L'arabe est revenu plusieurs fois à la charge, me tirant de plus en plus fort sur son pieu et mon anus a capitulé pour s'ouvrir difficilement sous les poussées viriles.
J'ai sentis son gland déflorer mon intimité glissante et sa verge très dure s'est enfoncée lentement en moi m'arrachant des cris aigus de douleur. J'avais le souffle coupé.
- Vas doucement mon chéri. Montre lui que tu n'est pas un sauvage..... C'est incroyable de voir comment un si petit orifice peut avaler ta bitte mon amour... Tu crois que tu vas pouvoir lui enfoncer ton sexe jusqu'à la garde?...
- Ne crains rien ma colombe, je suis sur qu'il aime justement les sauvages. Regarde comme son trou s'ouvre bien. Il n'a pas changé. J'ai comme l'impression qu'on va bien s'amuser ensemble. Il crie peut être fort mais il ne fais rien pour éviter ma bitte.... Je vais le niquer jusqu'à l'os devant toi ma colombe...
- Vas-y mon amour, sodomise le, je veux tout voir. Je veux tout apprendre.... Toutes les femmes aimeraient voir un homme devenir femme....
- Celui là, il y a quinze ans, c'était devenu une vraie pute... A la fin, On l'appelait Damia ...
- Incroyable que je ne me sois aperçue de rien du tout..... Je devais être trop amoureuse de toi mon chéri... Vas-y montre moi comment on sodomise un homme...
Il a commencé à me tringler en poussant de plus en plus loin et mon cul répondait parfaitement en s'élargissant souplement. Je n'avais plus mal et son gland ouvrait mes entrailles chaudes.
Je me suis laissé défoncer devant Sylvie en gémissant de plaisir.
- Regarde le... Une vraie femelle des rues..... Il faut bien balancer les hanches d'avant en arrière et pousser de plus en plus fort.... A chaque poussée, ma bitte entre de plus en plus loin....
Khaled me tenait à taille et allait de plus en plus vite dans mon ventre. Ses couilles lourdes tapaient les miennes.
- Je vais bien te niquer..... Ton cul s'est bien ouvert.... Regarde ma colombes, comme il s'offre à mes coups de queue... Tu vas il a toute la longueur dans son ventre.... Et il aime ça.....
Il a écarté mes fesses pour que Sylvie puisse voir la bitte coulisser le long de ma rondelle dilatée. J'allais à la rencontre de ses coups de reins pour que sa bitte aille le plus loin possible. Jamais je n'aurais pensé que cette bitte m'avait autant manqué.
Je me suis laissé sodomiser devant Sylvie en gémissant de plaisir. La pieux de l'arabe tapait le fond de mon ventre m'arrachant à chaque fois des petits cris de plaisir. Je sentais son sexe devenir de plus en plus dur, de plus en plus épais.
Je savais que Sylvie ne perdait rien du spectacle que nous lui offrions. Moi je me concentrais sur le plaisir retrouvé de me faire casser le cul. Je redevenais la salope d'antan.
Les couilles lourdes de l'arabe tapaient de plus en plus vite contre les miennes. Je me cambrais, visage levé vers le plafond. Je serrais le bord du canapé de toutes mes f***es en gémissant. Il m'a tiré vers lui de toute ses f***es me faisant crier de douleur.
- Je vais le remplir à ras bord.....
Son foutre a jaillit dans mon ventre. Les jets chauds me remplissaient le fion et moi je me tordais de plaisir. Il a lâché toute sa semence tout au fonds de moi. Mon cul était collé contre son bas-ventre et je me laissais remplir les intestins jusqu'à ce que l'arabe se soit complètement vidé les couilles devant sa femme.
Il s'est enfin calmé et je restais immobile en tremblant toujours empalé sur son sexe vigoureux.
- Dorénavant, tu dois obéir à ma femme.... Tu feras tout ce qu'elle te demande.... C'est elle ta patronne.... Tu as compris?.... Tu vas redevenir Damia.... Réponds, tu as compris?....
- Oui.... Oui....
- Oui quoi?.....
- Je.... Je suis Damia...
- Et le reste?
- C'est elle ma patronne....
- C'est bien...
Quand il est sorti, mon anus lubrifié à recraché un peu de sperme. J'avais oublié cette sensation de vide et de manque quand on n'a plus rien dans le cul.
- Voilà ma colombe.... Tu vois qu'on ne t'avait pas menti en te disant que ton ex-copain aimait se faire niquer....
Sylvie a approché le goulot de la bouteille de coca contre mes lèvres. J'ai bu avidement sans la regarder. J'avais un peu honte, mais en même temps j'étais soulagé. Elle a bien vu que je bandais. Elle avait la voix très douce.
- C'est bien Damien ou plutôt Damia.... J'ai jamais eu un homme soumis. Je vois que tu as apprécié le sexe de mon homme.... Mais ce n'est pas encore finis.... Ne bouge pas .... Garde la même position....
Je suis resté sans bouger, ne comprenant pas bien ce qu'elle voulait. Rien ne se passait et mon anus relâchait lentement le sperme de Khaled qui coulait le long de l'intérieur de mes cuisses.
Un courant d'air dans la pièce. Quand je veux me retourner pour voir ce qui se passe, Khaled me bloque la nuque sur le canapé. Sylvie reprend:
- Il parait que tu aimes offrir ton cul au premier venu.... tu vas être servi... Il me faut une autre leçon...
Je devine que nous ne sommes plus seuls. Sylvie se met à parler en arabe. Du ton hautain d'une maîtresse de maison. Quelqu'un se place derrière moi. Un bruit de fermeture éclair. J'ai juste le temps de dire non avant qu'une queue inconnue m'empale brutalement. Je crie de douleur. Douleur et surprise de me faire prendre sans aucun préliminaire.
La bitte me semble énorme. Je ne sais pas qui est en train de me planter une queue d'une telle dimension. Mes yeux s'embuent de larmes et j'entend à peine Sylvie
- Tu es en train de te faire enculer par notre chauffeur et il a été particulièrement bien doté par la nature...
Je gémis comme une femme sous les coups de boutoir de l'inconnu. Moi le dirigeant d'entreprise, marié à une femme que j'adore, père de deux enfants, j'étais entrain d'offrir mon cul au premier inconnu devant mon ex-copine. Le pire du ridicule, c'est que j'avais toujours ma veste, ma chemise et ma cravate sans oublier mes chaussettes noires pures fil d'Ecosse.
Le gland tape durement au fonds de mon ventre me poussant contre le dossier du canapé. Je ne peux rien voir mais je sais que Khaled et Sylvie regardent la scène et l'arabe me serre toujours la nuque pour que je subisse la loi de son chauffeur qui me laboure en profondeur..
- Tu vois ma colombe, une fois qu'on l'a ouvert, un cul s'habitue vite aux plus grosses tailles...
Je gémis de plus en plus fort.
- Ecoute Damia gémir... Une vraie putain... Pire même puisqu'il est gratuit...
Khale passe à l'arabe et l'inconnu me fait mal en me sodomisant durement. Je crie sans pouvoir me retenir. Il m'écarte les fesses au maximum pour bien montrer mon trou dilaté. Un coup de reins d'une v******e inouïe et un torrent de liquide dans mes entrailles dévastées. Les jets sont interminables et mon cul se rempli à nouveau de semence virile.
La bitte reste bien fichée au tréfonds de mon ventre. Nous restons immobile quelques secondes. Sylvie dit quelque chose en arabe. La bitte sort rapidement. Je lâche un pet. Un nouveau courant d'air dans la pièce. Un bruit de porte. Khaled lâche ma nuque. Je m'écroule sur le dossier.
Devant mes yeux embués, la main de Sylvie tient un tampon périodique qui se balance au bout de sa ficelle.
- Mets le lui ma colombe... Il ne faut pas qu'il tache ses vêtements... Et on n'a plus besoin de son anus pour le moment...
Elle me l'a enfoncé dans mon fion encore dilaté. Jusqu'à la ficelle. Mon trou l'a accueilli sans problème. Elle a pris le même ton autoritaire que son mari.
- Retourne dans la salle de bain.... Tu trouveras une djellaba... C'est bien plus pratique que ton costume.... Bien sur tu gardes le tampon...
J'ai du mal à marcher et je garde les yeux baissés. Honte de croiser leurs regards, ou reflex de soumis. Je ne sais pas. Un peu des deux peut être....
Dans la luxueuse salle de bain, je n'ose pas me regarder dans la glace. je ne pense à rien. J'agis comme un automate. Après une douche brûlante, j'enfile en tremblant le vêtement propre et frais. Le tissu est très fin, presque transparent. J'ai mal au ventre et la ficelle entre mes fesses, me gêne. J'ai envie de jouir. Je retourne dans le salon.
Ils sont à table entrain de manger le dessert. Je me joint à eux. Il y a une énorme corbeille de fruits au milieu de la table. Je n'ose pas parler ni les regarder. Sylvie me tends une banane.
- Mange Damia, il faut que tu prennes des f***es... Tu doit aimer les bananes...
Elle a lourdement insisté sur mon prénom. Impossible d'ignorer le sous-entendu avec ce fruit. Sylvie appui sur une sonnette devant elle. Quelques secondes à peine et la porte s'ouvre. C'est le maître d'hôtel.
Bien sur il me regarde. Mais il reste impassible même en découvrant mon pantalon, mon slip et mes chaussures sur le sol devant le canapé. Il va jusqu'à les ramasser pour les porter dans la salle de bain avant de revenir vers nous.
- Tarek?
- Oui Madame?..;
- Notre invité souhaite un fruit un peu plus consistant qu'une banane. Pensez vous pouvoir lui trouver quelques chose?...
- Bien sur Madame, nous sommes ici pour satisfaire tous les désirs de nos clients. Surtout quand ils sont les invités de Monsieur et Madame... J'ai déposé ce que Madame souhaite dans la salle d'eau.... Si Monsieur et Madame souhaitent autre chose, toute l'équipe reste à votre disposition...
Il part en refermant la porte. Sylvie se lève et vient à mes cotés. Un de ses mains fraîches se glisse dans l'échancruree de la djellaba pour me pincer la pointe de mon sein.
- Je suis vraiment contente que tu sois là.... Je sais que tu reviendras souvent parmi nous.... Il faudra habituer ta femme, je te préfère complètement épilé..... Mais ils nous restes encore du temps.... Je vais me refaire une beauté.....
Khaled me regardait et je ne savais pas quoi dire. Il s'est levé au bout de quelques minutes. Je l'ai imité. Je sentais que tout cela ne finirait comme cela.
Le tampon périodique occupait toute mon ampoule anale. Il avait du absorber les spermes. La ficelle me grattait. L'arabe m'a flatté les fesses comme on flatte la croupe de son chien.
- Tu auras ce contrat Damien... Je l'aime trop pour te refuser ce contrat... Et tout ce qui se passera dans mon pays sera tenu secret.... Tu n'a rien à craindre.... Maintenant Damia tu vas aller te mettre à genoux face au canapé....
Il m'a suivi sans lâcher mon derrière.
- Penche toi.... Plus que cela.... Le torse sur le canapé.... tourne ta tête vers le mur.... Ecarte tes bras.... Je te veux offert et aussi soumise qu'une bonne pute.....
Il est venu prés de moi, a retroussé la djellaba jusqu'à la taille, m'en couvrant la tête. De moi-même, j'ai écarté les jambes. C'est lui qui m'a débarrassé l'anus du tampon. Sensation de soulagement.
- Il est prêt ma colombe.....
J'ai cru qu'elle voulait à nouveau me faire sodomiser par son mari. Je ne voyais rien avec le tissus sur ma tête. J'ai reconnu son parfum. Je n'ai pas compris ce qu'elle faisait. Khaled a pressé sur mes fesses m'obligeant à baisser un peu mon derrière.
J'ai reconnu les douces mains de Sylvie qui ouvraient mes fesses. Puis un truc froid contre mon anus. C'est Khaled à présent qui tenait largement ouvertes mes fesses. Le truc froid poussait contre mon anus. Je ne comprenais pas ce qui se passait.
- C'est bien ma colombe..... Comme cela..... Pousse maintenant...
La pression contre mon anus augmente rapidement pour devenir assez forte. Le truc froid ouvre ma corolle. Je ne comprenais pas ce qui entrait dans mon intimité mais c'était épais, très épais. Ma corrole se dilatait douleureusement. Plus gros que le sexe du chauffeur... Les larmes ont jaillit tandis que je serrais les dents.
- Vas-y pousse ma colombe.... N'ai pas peur... Pousse encore...
- J'ai peur de lui faire mal...
- Non au contraire plus il crie plus il bande... Et Nassir l'a bien préparé... Vas-y d'un coup sec...
Le pilon a ouvert brusquement mon muscle anal, m'arrachant un crie de douleur. Je commençais à comprendre ce qui m'arrivait. La personne derrière moi ne me pistonnait pas et se contentais de pousser pour m'enfoncer l'engin au plus loin possible.
- J'arrive pas plus loin...
- Mais si ma douce.... Tu vas y arriver... Donne un grand coup de bassin.... De toutes tes f***es ma colombe....
J'ai brusquement cru que mon ventre avait explosé sous la pénétration du monstre froid et gluant. J'ai hurlé. En même temps, Sylvie s'est collé sur mon dos.
Les yeux injectés de larmes de douleur, j'ai sentis sa main chaude tenir mon sexe dressé contre mon ventre.
- C'est vrai que tu aimes cela et que tu bandes.... Il y longtemps que je rêvais de t'enculer Damien..... Depuis qu'ils m'ont raconté.... J'ai fait fabriquer ce gode spécialement pour toi par un des artisans du souk....
Elle ne bougeait pas. Son bassin bien collé contre mes globes tendus. Moi j'attendais que la douleur s'estompe en cambrant bien mes reins. Elle a lâché mon sexe...
- C'est incroyable que tu puisses bander avec ce que tu as dans ton cul..... C'est un slip avec un godemiché.... Le gode a la même taille que la bouteille de Coca.... C'est Mourad qui m'a dit que tu arrivais à marcher avec un tel engin dans le cul... Maintenant je vais te sodomiser comme un homme ma petite Damia..... Ici, ils disent je vais te niquer comme une kahba...
Elle a commencé à me limer et je voyais mille étoiles dans les yeux. J'avais mal, très mal et envie de jouir. Mon visage frottait contre le tissu du canapé. La bitte de plastique coulissait de plus en plus vite et Sylvie trouvait le bon rythme pour me dévaster les intestins.
- C'est vrai que tu as le trou comme un hall de gare....
Elle haletait et donnait des coups de reins de plus en plus violents. A chaque fois le bout du gode me tapait le fond et me faisait sursauter de douleur. Cela a duré longtemps, très longtemps. J'avais mal et ma bitte tendue n'arrivait pas à cracher. Et toujours sa voix douce à mon oreille:
- ça te quel effet de te faire enculer par une femme?.... Tu sens comme t'es dilaté?..... Tu as vingt cinq centimètres dans le cul.... Après ça tu auras du mal à t'asseoir ma chère Damia....
Les pointes de ses seins contre mon dos. Ses jambes fines contre les miennes.... Son souffle dans mes cheveux.... Et sa v******e à me défoncer l'anus....
- Tu sais que ce slip se retourne?.... C'est une pure merveille....Tu vas voir....
Elle arrête et me libère. Mal au ventre, au cul et honte de bander. Je reste sans bouger. Au bout de quelques seconde de silence, Khaled à pris la suite.
- Léve toi... Allez Damia debout...
Je suis debout. mes jambes tremblent. Sylvie est toujours là mais elle ne porte plus le god. Elle est habillée. Khaled me montre l'accessoire en souriant. Le gode de couleur chair est tâché. Il est vissé à une culotte noire en latex. Sylvie n'a pas menti sur la taille de l'engin. Impressionnant...
Sylvie prend le slip et le retourne. Le gode est à l'intérieur du slip. - Je suis sure qu'il est parfaitement à ta taille ce slip...
C'est elle qui me l'enfile. Je me contente de lever une jambe après l'autre. Elle remonte le slip le long de mes jambes. Bien sur le gode est du coté des fesses. Il est froid dans ma raie.
Khaled l'aide à peine, uniquement pour m'enfoncer de nouveau le gode dans mes reins. Le slip en latex noir me serre. Le gode fiché en moi m'oblige à me pencher pour atténuer la sourde douleur dans mon ventre.
- Tu vas le garder jusqu'à ce soir.... Tu resteras chez nous dormir.... Mourad viendra aussi et tu seras ma femelle bien obéissante...
La djellaba retombe. Le maître d'hôtel entre. Il me regarde en souriant très obséquieusement. J'ai mal au cul.
- Vous ramasserez les vêtements de Monsieur dans la salle de bain et les ferez livrer chez nous.
- Bien Madame...
- Monsieur va avoir un peu de mal à marcher... Il faudra lui faire traverser la salle lentement....
- Je propose à Madame de faire passer Monsieur par les cuisines.... Les commis comprendront puisqu'ils ont vu le cadeau de Madame....
- Pourquoi pas, je vous autorise même à leur montrer, mais personne ne touche.... Allez vas Damia suis le.... A ce soir....
J'ai obéis à ses ordres en marchant à l'écarté et en bandant.



Story URL: http://xhamster.com/user/motspassants/posts/139696.html