This is a print version of story Je redécouvre Elodie by elodiemiclus from xHamster.com

Je redécouvre Elodie

J’ai une copine de 25 ans, Elodie, que j’aime passionnément. Elodie est une de ces femmes qui prétendent ne pas être accro au sexe. Mais pour moi, je restais persuadé qu’elle ressentait un manque.
Elodie est une petite brune (1m60), mince (50kg) , petite poitrine ferme (85b) très joli cul, qu’elle s’est toujours obstinée à me refuser. Très appétissante de l’avis général, mais désespérément prude ! J’arrive, parfois à lui faire mettre des tenues un peu sexy, mais pas assez souvent. L’été, elle accepte de rester sans SG à la maison et parfois, le soir, sans culotte non plus !
Donc, je voulais franchir un cap essentiel pour moi. La voir se faire tringler, par un mec bien monté, devant moi. Je lui en avais parlé régulièrement, mais elle me traitait de pervers à chaque fois.
Il y a un an aujourd’hui, après quelques mois de recherches, je faisais la connaissance d’un mec qui était ok pour me permettre de réaliser mon souhait. Je voulais un homme entre 40 et 55 ans, marié et bon baiseur ! De plus, je pensais souhaitable que la femme de mon « complice » soit parfaitement au courant et qu’elle me donne son accord. Je sais que je compliquais ma recherche, mais, ayant pris l’avis d’hommes « prêtant » leur femme, je pensais que c’était une sécurité.
Louis avait 42 ans, marié à Cathy, 40 ans, il se présentait comme un cocufieur expérimenté. Il me fournit des photos de lui. 1m85, 95 kg, brun, plutôt beau mec, il possédait une bite de 21cm*4, droite et fine, donc parfaite. Très vite, nous avons réfléchi à un scénario. C’est Cathy qui nous soumis une idée qu’elle pensait jouable. L’idée que Louis puisse se faire Elodie, la réjouissait. Les photos, très sages que j’avais fournies plaisaient tellement à Cathy, qu’elle m’avait informé qu’elle serait heureuse d’initier Elodie au saphisme, si j’en avais envie. Je lui promis que si Louis parvenait à la baiser, je lui offrirais volontiers Elodie une fois prochaine.
Vendredi 6 Juillet 2011 : j’informe ma copine qu’un ancien collègue sera notre invité à partir du Lundi 9 et pour une semaine. Elodie est un peu surprise, mais elle n’a pas d’objection.
Le 9 vers 15h, Louis arrive à notre domicile. Je les présente et je remarque que ma femme le trouve immédiatement sympa. Discussion sur la terrasse, puis, vers 18h, Louis demande à prendre une douche. Je lui indique la salle de bain (tout cela était dans le scénario) et il monte dans la chambre d’amis, pour prendre des vêtements. Je demande à Elodie d’aller donner un drap de bain et un gant à Louis. Elle va donc lui porter le tout dans sa chambre. La porte étant entrouverte, elle entre et se fige. Louis est nu, la bite au repos. Intégralement bronzé, il l’impressionne, elle rougit, bafouille, pose le tout sur le lit et redescend vite fait.
Je lui demande hypocritement ce qu’elle a, elle me dit ce qu’elle a vu et je me moque d’elle :
« Ben tu va pas en perdre la vue ! C’était si impressionnant que ça ? »
Elle esquissa un sourire timide, haussa les épaules puis dit :
« Il est bien foutu ! Et ça doit être un naturiste, car il est intégralement bronzé… »
« Ben tu lui demanderas après sa douche ! »
Elle haussa à nouveau les épaules et rougit un peu.
Quand Louis eut fini, nous passâmes au salon. Elodie déclara qu’elle allait prendre une douche avant de manger. Comme elle allait vers la salle de bain, je la suivi et je lui dis :
« Tu devrais te mettre directement en nuisette, comme d’habitude. »
« Pas devant Louis ! »
« Pourquoi pas, si tu veux, tu mets un peignoir par-dessus. De toutes façons, il va pas te sauter dessus… »
« Bon, je vais voir. »
Je savais qu’il n’y avait pas plus de 50% de chances qu’elle le fasse, mais je la sentais troublée par Louis. Nous en avons profité, lui et moi, pour faire un bilan. Il était certain qu’elle avait fixé sa queue avec intérêt.
« Je pense que si elle revient en peignoir et nuisette, elle aura fait un grand pas ! Donc, je manœuvrerais pour que tu puisses l’enfilée dès ce soir. »
« Avec plaisir ! »

Elodie nous rejoignit 15mn plus tard. Elle portait son peignoir japonais et dessous, une nuisette de voile mauve. Profitant que nous étions tous les deux dans la cuisine, je passais une main sous ses vêtements et je relevais le tout pour voir qu’elle portait un tanga mauve en dentelle ajourée.
« Humm, tu es très appétissante comme ça ! »
« Arrête, voyons, si Louis entrait… »
« Il se rincerait l’œil, comme toi dans sa chambre ! »
« N’importe quoi !!! »
« D’ailleurs, si tu étais reconnaissante de t’avoir montré son corps, tu pourrais lui donner un apperçu du tiens. »
Là encore, elle haussa les épaules et je la sentis troublée…
Le repas fut aussi agréable que possible. Louis portait un short et un tee-shirt qui le moulaient sérieusement. Malicieusement, je fis boire un peu plus d’alcool à Elodie qu’elle n’en a coutume. A la fin, elle était juste un peu guillerette…
Je l’aidais à débarrasser la table et à ranger. La sentant un peu déphasée, j’en profitais.
« Tu sais que Louis n’arrête pas de te mater ! Il aimerait en voir plus, le cochon ! Si tu étais gentille, tu lui montrerais ton sexe, pour être à égalité !!! »
Elle me regardait avec stupeur. Tranquillement, je la coinçais contre le mur et je lui ôtais son tanga. Elle tenta de m’en empêcher avec un manque de conviction troublant. Je déposais le tanga sur la table de cuisine et je l’entraînais vers le salon.
« Je crois que Elodie te dois des excuses pour t’avoir surpris nu »
« Y a pas de mal, elle est excusée. Mais j’aurais bien aimé que les rôles soient inversés ! »
« Tu vois, ma chérie, Louis aimerait te voir nue. Sois mignonne, ôte ton peignoir et ta nuisette »
Elle protesta mollement, prétextant que c’était indécent. Louis souriait, charmeur à souhait. Finalement elle ôta son peignoir, rougissante.
« Allez, la nuisette, maintenant ! »
2 à 3 minutes d’hésitation, puis elle la fit tomber au sol. Louis m’avoua avoir faillit pousser un cri de joie. Elle était là, à 2 mètres d lui, nue, ses petits seins fermes, presque arrogant et sa moule ornée d’un petit « ticket de métro ».
« On dirait bien que Louis te trouve très à son goût ! Regarde la bosse de son short. »
Il bandait ferme le salop. Elodie se relâcha brusquement, une digue venait de sauter dans sa tête !!! Il lui fit signe de s’approcher. Elle vint tout prêt de lui. Il se leva et sa bouche vint se coller à celle de ma femme. Elle lui rendit un long et tendre patin. Doucement, il la fit assoir sur le canapé. Il s’agenouilla, lui écarta les jambes et vint lui lécher la chatte, avec une infini tendresse. Louis est particulièrement doué dans ce domaine. Ses doigts entrèrent dans la danse et en moins de 5 mn, elle eut un superbe orgasme. Au passage, je remarquai qu’il lui avait glissé un doigt dans le cul.
Il se releva et ôta short et tee-shirt. Puis il présenta son gland aux lèvres de Elodie. Elle me jeta un regard anxieux et je lui fis signe de sucer. Pas vraiment adepte de la chose, elle se montra maladroite. Il lui donna des ordres précis, qu’elle exécuta docilement. Tiens donc, elle manifestait une tendance à la soumission qui m’était inconnue !!! Elle prit la bite quasi totalement en bouche et lécha les couilles comme il le lui demandait.
« C’est bien ma belle, tu as beaucoup à apprendre, mais j’ai le temps ! Mets-toi à genoux sur le canapé, face au mur, croupe tendue. »
Là encore, elle me jeta un regarde et sur mon signe de tête, elle s’exécuta. Magnifique vision de femme bien offerte et d’une longue bite qui s’infiltrait entre ses cuisses pour venir pénétrer sa chatte humide. Elle poussa un cri aigu car il l’avait plantée sèchement. Lui saisissant ses petits nichons, il commença à limer en accélérant progressivement. Rapidement, il prit un rythme qui me paru incroyable. Les fesses de Elodie claquaient fort et elle commençait à pousser des grognements caractéristiques de l’orgasme qui lui venait.
« Putain, t’aime ça ma salope, hein ? »
« Ouii…. »
« Oui, quoi ? Dis le à ton mari ! »
« Oui, j’adore come il me baise, mon chéri. »
« T’en veux encore petite pute. Ben tu ne vas pas être déçue. Tiens, prend ça ! »
Il lui assena trois énormes coups hyper rapides et elle jouit avec une puissance que je ne connaissais pas. Louis arrêta ses mouvements, puis, lentement, il sortit sa bite de la chatte dilatée d elodie. La penchant plus en avant, il lui écarta les fesses et glissa un doigt mouillé dans son cul serré. Il fit quelques allez retour, puis ajouta un deuxième doigt. Elle poussa un petit cri de douleur, mais il reprit les mouvements. Le troisième doigt la fit protester.
« Non, arrête, ça fait trop mal ! Aïe »
« Tais toi idiote, ma bite à besoin de ton cul et tu vas la prendre comme la bonne chienne que tu es !!! »
Soudain, je m’apercevais qu’il avait décidé de la traiter durement. Plus tard, il m’expliqua qu’il avait vite compris que Elodie était une soumise inexploitée.
Sortant ses doigts, il les lui mit dans la bouche. Elle les lécha sans protester (cela confirmait qu’elle avait l’habitude de se doigter le soir et même de glisser un doigt dans son cul). Je vis alors qu’il positionnait son gland à l’entrée du cul de Marthe. Elle tenta de protester, mais il lui colla une énorme claque sur les fesses. Le gland força le passage et elle hurla de douleur. Puissamment, il enfonça le tout dans ce cul qui était quasi vierge. Elle se mit à pleurer et à supplier. Grave erreur, car il se montra plus froidement déterminer et beaucoup plus excité !!! Le va et viens commença avec un rythme ascendant, qui, bizarrement, calma les pleurs et cris. Cette garce prenait goût à la sodomie, avec une facilité qui me surprenait.
« Dis moi, salope, ce n’est pas la première fois qu’on t’encule. Je sens bien que tu pratiques de temps en temps… »
Elle ne dit rien et il lui donna plusieurs grosses claques sur les fesses.
« Réponds quand je te pose une question ! »
« Non, ce n’est pas la première fois… mais c’est rare… oui continue, c’est bon… »
Il accéléra et bientôt, elle fut emportée par un orgasme qu’il accompagna en vidant ses couilles dans le cul de Elodie. Moi, j’étais consterné. Ma femme se faisait enculer à mon insu. Mais, par qui ???
Lorsque la pine de Louis fut sortie de cette étroite rondelle, il la mit sur le dos et demanda :
« Qui est ton enculeur occasionnel ? »
Le visage d’Elodie se décomposa. De nouveau, elle eut des sanglots, mais sentant qu’il ne lâcherait rien, elle avoua.
« C’est William. Il me prend une ou deux fois par mois. Mais je ne voulais pas, tu sais… »
Elle me regardait en disant cela. William est un de nos voisins, dont la femme est absente tout au long de la semaine. Depuis 2 ans, Elodie allait 2 fois par semaines, le Vendredi, faire un peu de ménage chez eux. Ainsi, la maison était propre au retour de Madame. William travaillant, il n’était que très rarement au domicile quand ma femme allait faire le ménage. Mais, je savais qu’une ou deux fois par mois, il lui arrivait d’être en repos… Etant donné que c’est un beau mec de 35 ans, marié à une superbe blonde du même âge, je ne me doutais pas qu’il puisse s’envoyer ma femme.
« Tiens donc, il t’encule et te baise, je suppose ? »
« Oui, il m’oblige aussi à le sucer et il jouit dans ma bouche. Une fois, il a fait des photos et il m’a dit que si je ne me laissais pas faire, il les montrerait à mon mari. »
« Quel genre de photos ? »
« Un jour, je croyais qu’il était pas là. Alors, en faisant le ménage dans leur chambre, j’ai sorti un god qui se trouvait dans le tiroir de la commode. Je le savais depuis le début, mais ce jour là, j’étais très excitée et je me suis dis que ça devait être un bon moyen de se soulager. Je me suis déculottée et allongée sur le lit, j’ai commencé à me le mettre. C’était assez bon. Soudain, je l’ai vu, il était sur le pas de la porte et il faisait des photos avec son portable…j’ai sursauté et j’ai voulu me relever et me rhabiller. William m’a ordonné de continuer en me menaçant de faire voir les photos … Comme je n’arrivais pas à me détendre, il s’est déshabillé et il est venu sur le lit. Il m’a prise et j’ai aimé ça… Il n’a pas jouit dans mon vagin, mais dans ma bouche en m’ordonnant d’avaler. J’étais humiliée, mais j’ai obéi… Depuis, il profite de moi chaque fois qu’il ne travaille pas. »
Incroyable !!! Marthe se faisait baiser dans mon dos, alors que je rêvais qu’elle le fasse devant moi… ce salop de William ne perdait rien pour attendre. Je pensais déjà au moyen d’en profiter pour me faire sa femme, cette chienne de Julie.
« Mais dis moi, il n’a pas peur que tu le dises à sa femme, ton William ??? »
« Elle sait tout. Ils sont libertins et il lui a montré les photos. Elle me l’a dit et c’est même elle qui lui a demandé de me sodomiser… »
Merde, mon plan tombait à l’eau avant même d’être élaboré.
« Et sa queue est comment ? »
« Moyenne, 16cm. Pas très grosse, moins que la tienne je pense. Mais il est très résistant. Ca peut durer plus d’une demi heure et 2 ou 3 fois presque de suite. »
Comme elle restait 3 heures chez eux, cela supposait qu’il ait une sacrée constitution !!!
« Finalement, tu te trompait sur ta femme, mon pote ! Non seulement elle te trompait, mais en plus, c’est une vraie salope soumise. Je vais bien me régaler, moi. »
Et c’st un fait, que durant ces 6 jours et nuits, il se régala et que je vis Elodie changer totalement



Story URL: http://xhamster.com/user/elodiemiclus/posts/132008.html