Christophe 2

l'année de mes 14 ans, après avoir passé une grande partie de ma puberté a me tripoter devant des films pornos ou des magazines, en pleine découverte des filles et des plaisirs du sexe hétéro, j'étais avide de savoir en la matière.Je me touchais tout le temps , partout,j'adorai ca et j'adore toujours d'ailleurs.
Il n'était pas rare que je vois mon ami Christophe ; chez qui je passait quelque fois les après midi, car nous avons la branlette en commun.
Par une journée d'automne je me rend donc chez mon cher voisin je suis déjà excité a l'idée du moment sympathique que je m'apprête a passer.Arrivé chez lui, je suis désormais moins tatillon qu'a notre première branlette simultanée,les discutions sont sans détour, on parle cul!direction sa petite chambre et on déballe nos queues sans chichis .Cet après midi la , Christophe était très excité ; cela faisait déjà une bonne demi heure qu'on s'astiquait le manche, au bout d'un moment je remarque qu'il lorgne sur mon sexe , en ralentissant le rythme assez rapide qui est le sien.Il me dit d'une voix basse: "elle a l'air dure, je peux la tâter pour comparer a la mienne ?"J'étais un peu sous le choc,un homme qui va me toucher la bite? dans ma tête c'était tabou, je lui répond:"moi j'aime pas trop ca, ca fait un peu pédé quand même...non?" , lui:"allé , c'est pas comme si on s'enculait!!, je touche juste , après si tu veux tu pourras toucher la mienne" J'hésite car la proposition de palper sa grosse queue de jeune homme m'avait déjà traversé l'esprit une fois ou deux , et il faut reconnaitre que c'est un sacré engin, viril et velu.C'était un jeune homme costaud , trapu de 4 ans mon ainé et plutôt précoce par rapport a moi qui n'avais pas de poils , et étais encore en pleine croissance .Je me prend finalement a son jeu , et lui dis :" ok, vas-y touche la", légèrement surpris , il s'allonge a coté de moi sur son lit , tout deux le pantalon baissé,et se lance.J'étais a sa gauche , tout en gardant sa queue en main, il tâtât la mienne en la pressant un peu sur l'épaisseur , il se tourne ver moi et en me regardant et dit d'un air sur de lui:"tu vois , ca te fais bander!je t'avais dis que c'était rien." Tout en serrant mon pénis entre son pouce et son indexe,il exerce un petit va et vient, rendant mon gland presque violacé .A ce moment la je ne pensais qu'a une chose , sa queue!Je veux la toucher sentir comme elle est chaude , et que ca la rende aussi dure que la mienne.Je voyais au visage de Christophe qu'il était en plein excitation , a la manière dont il regardait mon sexe bouger a la cadence de ses mouvements.
je me tais et regarde le plafond , me demandant si c'est bien normal de me laisser toucher par un homme, et de songer a lui faire de même, puis il me coupe dans ma réflexion en me demandant:" alors ?tu veux la toucher ou pas ?" , il s'appuyât sur ses coudes pour se redresser un peu,sa queue etait droite et avait l'air plus dure qu'un menhir.Je savais qu'il en avait très envie , et a voir mon regard sur son sexe, il savait que moi aussi , même si je restais silencieux et hésitant mais pas moins en érection.Christophe sens que je suis sur le point de refuser par peur, et me dis " essaye , tu verra bien si t'aime ou pas...", ce a quoi je répondis " bon , ok , mais si j'aime pas , on le refait plus , déjà la je trouve qu'on va un peu loin..." Et je m'approche alors de sa si belle queue , et enveloppe ma main autour de ce pieu,je sentais son rythme cardiaque dans sa bite, qui était aussi brulante qu'un café tout chaud , j'étais alors accroupi a coté de lui , mon regard ne décrochais pas de ce spectacle , une sensation m'envahit , j'avais les mains moites , et ma bite était si dure qu'elle me faisait presque mal.Il me dit en soupirant " vas y , serre la fort .."Ni une ni deux , je m'exécute tout en me délectant de voir son gland grossir sous la pression de ma poigne,sentant que je lui procure du plaisir , je me met a le branler tout doucement sans desserrer d'un cran .Me voila , hyper excité, je vais jouir en pas longtemps ce coup ci , je le sais déjà c'est trop d'émotion pour mon sexe, je ne peux me retenir plus longtemps , tout en masturbant mon ami,je laisse jaillir de ma lance le délicieux jus, qui se fixe puis coule le long de ma poitrine , d'un mouvement sec Christophe écarte ma main de son sexe,qui se met lui aussi a rependre le liquide du plaisir presque instantanément sur son ventre poilu et masculin laissant s'échapper un " putain !"léger et plein de satisfaction.J'adorais le voir éjaculer depuis longtemps , ca m'impressionnait, son sperme était aussi crémeux et abondant que celui d'un acteur porno , je l'avais déjà complimenté a ce sujet , bref tout ca pour dire que j'ai découvert une pratique très excitante cet après-midi là, mais je garde quand même un sentiment de culpabilité , d'avoir fais quelque chose d'interdit.Lorsque je suis rentré chez moi j'étais perplexe , je me questionnais encore et toujours sur mes actes , mais le soir dans mon lit , c'est a sa grosse queue que je pensais , et a tout ce jus qui en était sorti a peine quelques heures plus tôt.
Ensuite,Nous ne nous sommes plus vu pendant quelques temps, pour des raisons que j'ai oubliées, puis arriva l'été.
Un jour je croise Christophe dans le lotissement, sur sa peugeot 103 sp rouge, il me voit puis s'arrête et me propose d'aller avec lui a la piscine l'après-midi même, j'accepte volontiers , il fait chaud et je m'ennuie donc c'est parfait.JE me rend chez lui comme convenu, sa mère nous dépose a la piscine a 10 km de notre ville, et reviendra nous chercher plus tard a la fin d'après-midi.C'était la piscine municipale d'une petite ville , qui avait déjà fait plus que son temps, autant dire qu'il n'y avait pas foule pour un début d'été dans ce décor un peu vieillot.
Je gardais en tête les souvenirs de notre dernière rencontre qui fut un peu plus chaude qu'a l'accoutumée,ce qui rendait le moment différent de quand on va a la piscine sans arrières pensées.
Nous passons par le vestiaire , et déjà quand nous nous changions j'ai pu apercevoir l'objet du désir qui pendouillait entre ses jambes, conséquentes et poilues comme celles d'un homme de trente ans .Une fois en maillots, bien serrés évidement car les shorts étaient interdits ,nous passons Sous la douche ,Je distinguais déjà le volume que remplissait sa queue et ses grosses bourses de mâle, dans le slip de bain noir brillant qu'il portait.Entre deux baignades nous allions dehors sécher au soleil sur nos serviettes posées a même le sol,assis a regarder les autres jeunes passer , a des moments Christophe me disait :"regarde j'ai la gaule!",j'y jetais un œil et m'apercevais que son maillot était tellement tendu qu'on pouvais apercevoir des boules dépasser sur les côtés, je faisais tout comme si ca me faisait rien mais au fond de moi ca m'excitait et souvent rien que me dire ca me mettait une trique du feu de dieu, et je sautais a l'eau pour la cacher, ce qui fini par arriver.Je saute a l'eau espérant y rester assez longtemps pour que mon chibre ré-atteigne sa taille initiale, Christophe me rejoint dans l'eau et,accoudés au rebord nous nous rafraichissions en discutant.il se mit a faire deux aller-retour de droite a gauche avec la tête comme pour s'assurer que personne ne nous observait, et me demande:"tu bande encore là? je l'ai vu dehors"
D'entendre ces mots, fit redoubler mon érection au lieu de la calmer, alors discrètement je lui répond "oé, et toi aussi j'ai vu.C'est quoi qui t'a foutu la gaule ?" et pour ne pas le mettre dans l'embarras je rajoute :"c'est les filles la bas hein ?" ce a quoi il répond simplement par un "oé" évasif , soudain je sens ses doigts serrer ma queue comme pour mesurer la f***e de mon érection , a la manière dont il avait opéré a notre dernier "après-midi branlette".je lui dis:"Oh! qu'est-ce que tu fais?ya des gens!!", il me lâche et me dit d'une voix mesurée:" t'inquiètes pas ,personne ne voit,touche la mienne stp.."
Je réfléchis un instant et me dis que de toute façon , même si je dis le contraire,je bande et ça trahi mon excitation a ses yeux.Je choisis en une seconde et plonge ma main dans l'eau bleu de la piscine discrètement jusqu'au paquet de mon ami,tout en surveillant du coin de l'œil les alentours du bassin.J'effleure son bas-ventre,je sens déjà sous ma peau que son gland dépasse du slip,puis caresse doucement l'ensemble jusqu'à sous-peser ses couilles et finir par empoigner ce braquemart par dessus le maillot.D'expérience je savais qu'il aimait cette façon d'être pris en main,il me le signifia aussitôt en me palpant a nouveaux et rétorqua:" c'est bon , sors la et branle moi comme chez moi,t'inquiète je surveille"Je me suis dis après tout,c'est vrai personne ne verra rien , et j'ai ainsi libéré sa trique en passant le maillot sous ses boules du jeune homme.Les gens défilaient , mais je continuais a le masturber a son bon vouloir , lui me serrais toujours la queue, je lisais dans ses yeux le plaisir d'être satisfait par mes soins , je frottais sa grosse queue qui semblait alourdie de par sa posture, passais mes doigts dans ses poils et sous ses couille.Il avait l'air d'adorer ca , mais tout a coup nous nous laissons surprendre par un adulte qui nous jeta un regard qui en disait long sur ce qu'il avait vu,de peur nous avons cessé , et somme partis nous changer au vestiaire , l'après midi était presque passé.Nous nous sommes lavés changés nous étions en avance de 10 minutes , avant de sortir , Christophe me téléphone, il était dans une cabine dans lesquelles des gens peuvent se changer, la porte était entre ouverte , il me chuchote:" eh viens voir " j'ouvre la porte et je le vois là,la queue a la main ,encore et toujours en érection ,la tige sortant de la braguette ouverte de son bermuda,sans tact aucun il dit" vas y comme tout a l'heure, je veux gicler."je ferme la porte de la cabine, et lui offre encore un peu de plaisir a ma façon commençant a me ressentir coupable, je me tiens debout près de lui sa queue serrée entre mes doigts désirant en accélérant légèrement , pour pas être en retard.Je l'entendais pousser quelques soupirs avec discrétion je savais qu'il n'en avait plus pour longtemps, puis il empoigna sa queue et se vida sur la paroi orange années 70, en quatre énormes giclées qui dégoulinèrent jusqu'au sol laissant percevoir le bruit de son écoulement, dans la résonance du vestiaire désert.Émoustillé par ce nouvel après-midi chargé en découvertes, nous rentrions chez nous comme de gentils jeunes , sans rien laisser paraitre de nos actes.Le désir que j'éprouve pour le sexe de Christophe me laisse pensif une nouvelle fois , est-ce que c'est bien ? est-ce que c'est mal? pourquoi cette sensation de braver le tabou?
12% (3/25)
 
Categories: First TimeGay Male
Posted by vespadude
2 years ago    Views: 1,469
Comments (11)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
11 months ago
j aime bcp tres exictante cette petite histoire
1 year ago
C'est marrant, j'ai vécu une expérience très similaire il y a quelques années mais vu que je ne m'appelle pas Christophe, ça ne devait pas être avec toi ;)
1 year ago
Tu me fait bander en vous imaginant coquin...
2 years ago
Il n'y a pas de mal à ce faire du bien !! ;)
dandyoskar
retired
2 years ago
la suite !
ça m'a bien excité !
2 years ago
J espere que les branlettes ne sont que l apero!
kentin91
retired
2 years ago
Superbe histoire, très bien écrite et convaincante... Je bande :) merci à toi
2 years ago
De chauds souvenirs me reviennent...
chriss-16
retired
2 years ago
hum délicieusement cochons !!
bi49
retired
2 years ago
laisse toi aller
2 years ago
la suite ! la suite ! la suite !