ma soeur soumise

HISTOIRE DU NET

Ma sœur Christine et moi sommes très proches. A l’université l’un et l’autre, nous partageons nos confidences lorsque nous nous retrouvons, y compris en ce qui concerne le sexe. Je la sais donc très libérée de ce point de vue là. De taille moyenne, brune aux cheveux mi-longs et légèrement frisés, elle a un corps aux formes épanouies la rendent très attirantes. Elle porte en plus souvent un parfum que j’adore. Bref, malgré le coté i****tueux, elle me fait fantasmer souvent.

Un weekend end d’été les parents n étant pas la maison, (ils ne rentraient que le dimanche soir).
L’après midi était pluvieuse et nous avons, alors, décidé de faire tous les jeux de société que nous possédions. Le soir venu, je propose un apéritif. Je lui sers une vodka orange et je prends un whisky. L’alcool aidant, nous en arrivons à parler de jeux érotiques et de soumission ! Christine me confie alors qu’elle n’a encore jamais pratiqué ce genre de rapports. Mon verre de vodka à la main, je lui avoue à que j’aimerais bien soumettre une partenaire à mes désirs d’exhibition et de plaisirs buccaux, mais que çà c’était surtout un fantasme. Elle me regarde sans rien dire. Inhibé par la vodka, Je lui montre un jeu de cartes posé sur la table du salon et lui propose, en riant, une strip –partie de valet de pique. Elle accepte, à ma grande surprise, je suis bluffé lorsqu’ elle me récite les règles de jeu .Me précisant : »J’ai joué bien avant toi a ce jeu avec mes copines et je peux te dire qu’a la fin les gages étaient pas mal osés ».

Nous commençons. Les premiers tours sont équilibrés et nous nous retrouvons tous les deux pieds nus. Le jeu va donc devenir très intéressant ! Le tour suivant, elle finit avec le valet de pique. Elle se lève pour retirer sa jupe mais j’interviens alors en lui disant :
• Laisse-moi le faire moi-même !
Elle sourit et se rapproche de moi ; soulevant légèrement le tee-shirt, je déboutonne la jupe puis la laisse tomber à ses pieds. Je découvre alors entièrement ses belles cuisses et une petite culotte couleur chair. Je respire également son parfum et je décide :
• J’ai le droit de toucher, aussi !
Et, joignant le geste à la parole, je caresse le derrière de ses cuisses. Les lèvres entre-ouvertes, elle semble apprécier la caresse. J’ai un début d’érection qu’elle ne peut voir encore. Elle me dit alors :
• Tour suivant !
Elle finit en premier et je dois m’incliner.
• C’est moi qui enlève aussi ! me dit-elle
Je me lève et elle déboutonne mon pantalon. Le contact de ses mains m’électrise et mon érection se renf***e. Le pantalon descend à mes pieds. Elle caresse elle-aussi mes cuisses avec un plaisir évident et je vois son regard traîner sur la bosse de mon slip.
• Tour suivant ! Dis-je alors
Pour pimenter le jeu, je propose alors que le perdant du tour suivant enlève deux vêtements d’un coup. Je prends ainsi le risque de me trouver nu alors qu’il lui reste encore trois vêtements. Elle accepte, je gagne. Elle se lève et dit simplement :
• Bon !
Cela devient très excitant ! Je passe mes mains sous son tee-shirt et commence à le relever sur son soutien-gorge couleur chair également ; Christine le fait passer par dessus ses épaules et le retire. Je la fais se retourner et j’admire au passage ses belles fesses encore couvertes par la culotte. Je dégrafe alors le soutien gorge. Puis, la faisant se retourner à nouveau je découvre pour la première fois ses seins lourds. Elle est vraiment très excitante ainsi en petite culotte ! Je m’assois pour pouvoir enfouir mon visage sur son ventre ; elle se laisse faire. Je passe alors mes mains dans l’élastique du slip et je descends légèrement la culotte jusqu’à faire apparaître les premiers poils. Qu’elle est bandante, presque nue. Je l’imagine soudain soumise à mes phantasmes lubriques, en train de lui faire avaler mon sexe … Jamais je n’ai trouvé ma soeur aussi belle. Je me recule pour mieux l’admirer ; ses seins se redressent légèrement sous l’effet du désir que je sente monter en elle. Je la retourne alors. Elle se laisse toujours faire. Je descends sa culotte pour découvrir la naissance de ses fesses. Ainsi arrangé, le petit vêtement ne cache plus que le strict minimum et elle semble plus nue. Une grosse érection déforme mon slip. Il est temps de passer au tour suivant !
Je perds. Elle empoigne mon tee-shirt et me l’enlève. Puis elle passe ses mains sur mon torse nu ; avec sa poitrine à portée de main. Elle passe alors une main sur mon slip distendu, m’arrachant un gémissement de plaisir.
• Il ne faut pas le conserver à l’étroit ! me dit-elle
• Tour suivant ! Articule-je nerveusement.
Je perds de nouveau, elle prend un malin plaisir à retirer mon slip, en passant une main à l’ntérieur, m’empoignant le sexe après m’avoir malaxé les couilles.
Je gémis
Au tour suivant, nous sommes nus tous les deux .Je propose que le perdant du tour suivant subisse un gage. Elle accepte. La partie touche à sa fin, je propose alors que le perdant soit soumis à l’autre pendant une heure. Elle marque une légère hésitation avant de répondre :
• Après tout pourquoi pas ? Cela peut être amusant!

Elle mène toute la partie, il ne lui reste plus qu’une paire a formée pour gagner, mais elle perd la partie .Elle me regarde, surprise, étonnée .Je suis moi-aussi incrédule.
• On dirait que tu as perdu.
• Oui …
• Tu vas donc te soumettre à tous mes désirs ?
• Tu en rêvais, pas vrai? Eh bien d’accord c est le jeu. Fais de moi ce que tu veux. Je suis prête à réaliser tes désirs secrets, même les plus cochons. Mais pendant une heure, pas plus !

Le rêve devient réalité ! Et en plus, j’ai l’impression qu’elle est heureuse d’avoir perdu. Je la fais se lever. Je caresse ses cuisses. Je passe alors mes mains entre ses cuisses. Je ne la quitte pas des yeux je la vois passer sa langue sur sa lèvre supérieure. Je touche enfin sa fine toison brune. Elle est toute nue devant moi et je peux en plus tout exiger d’elle.
• Fais-moi bander encore plus !
• Tu vas voir !
Vicieusement elle passe la main entre ses cuisses et commence à se caresser lentement pour m’emmener au comble du désir. Je finis mon verre de vodka en l’admirant … je sens subitement mon plaisir monter. J’approche vivement le verre pour ne pas tacher la moquette et éjacule abondamment dans le reste de vodka. Les giclées s ajoutent au liquide et la vodka flotte au dessus de mon sperme!

• Pauvre chéri ! Qui n’a pas pu se retenir, me dit Christine en se moquant. Tout ce sperme qui aurait pu finir ailleurs ! C’est dommage de le gâcher comme cela, Je suis sure que tu avais une autre idée en tète!

. Quel idiot ! pense-je d’avoir raté un si bonne occasion d’éjaculer dans une bouche, pour la première fois. J’essaie de limiter l orgasme en ne touchant plus mon sexe. Les dernières gouttes écoulées, je pose le verre. Mon sexe est resté en érection, je décide de corser le jeu.
• Agenouille-toi sur le canapé, lui intime-je.
Après être allé chercher une cordelette, je lui lie gentiment les mains derrière le dos puis je passe alors le bout de corde restant autour de ses pieds. Elle est ainsi complètement immobilisée.

• Mais c’est que tu es complètement à ma merci maintenant !
• Oui … répondit-elle simplement en me regardant
• je vais te caresser mais tu ne devras émettre aucun son. Sinon, tu auras une fessée.
Je commence à promener les mains sur son corps nu, à caresser le dessous de ses seins, à jouer avec les tétons, à caresser ses cuisses en évitant sa chatte; elle frémit légèrement. J’accentue alors le mouvement et passe la main entre ses jambes. Elle est trempée, elle se tortille et s’agite de plus en plus. Je marque une pause et je vois mon verre posé sur la table. Une idée très cochonne me traverse l’esprit … Le fond du verre contient un liquide blanchâtre, mélange entre la vodka et mon jus. Je contemple Christine agenouillée, les seins pointés, prêtre à se soumettre à mes désirs ; je dis :
• En fait, j ai changé d avis : si j entends un gemissement, un cri de ta part, tu devras boire le contenu de ce verre ! Comme tu l’as dit tout à l’heure, ce serait dommage de gâcher.
Elle me regarde en écarquillant les yeux interloquée par ma proposition !
•Qui ne dit rien, consent.
Oui ! Je vais accentuer mes caresses et si j’entends le moindre son, je te ferai boire le verre de sperme !

Je commence à promener mes mains sur son corps satiné et sur sa chatte que je trouve trempée. Sûr de ma victoire, je caresse très doucement son sexe et elle ouvre légèrement la bouche dans une plainte muette. Elle n’a pas encore joui et je sens qu’elle n’en peut plus ! J’en profite pour caresser encore et encore son corps magnifique. Elle se mord la lèvre inférieure pour retarder l’inévitable et le gage qui s’ensuivra.
• Allez ! Laisse-toi aller, murmure-je ; laisse-moi te faire gouter mon sperme au verre !
Mais elle veut rés****r. Je m’applique car je sais que je vais être récompensé par un spectacle tout aussi excitant. Je me mets à parcourir sa chatte et l’intérieur de ses cuisses en de longues caresses.
• Çà te plait ?
• Oooooooh ouiiiiiiii c est bon ! gémit elle… oh non !
Elle se mord la lèvre comprenant son erreur.
Je continue mes caresses, lui murmurant a l oreille : va s y laisse toi aller, tu peux jouir. Une longue plainte sort de sa bouche, elle se tortille dans tous les sens, tandis mes doigts sont trempés de cyprine qui coule par petits jets sur le moquette.
Je reste quelques minutes sans bouger, lui laissant le temps de reprendre ses esprits. Puis je lui demande :

• Bien. Tu es prête pour mon apéritif ? demande-je
Elle hésite un moment, puis déclare :
• Puisque tu le veux, je vais boire ton sperme, dit-elle, encore haletante.
Sa soumission me rend fou de désir. Je prends le verre. Un gros paquet blanchâtre flotte sur le fond de vodka. J’approche le verre du visage de Christine :
• Ouvre la bouche !
Christine, encore tremblante d’excitation, entrouvre les lèvres. Je lui incline alors la tête en arrière pour verser le contenu du verre dans sa bouche. Pour faire durer le plaisir, je fais se rapprocher lentement le liquide blanchâtre du bord du verre puis verse une partie du jus dans sa gorge. Le jus disparait dans sa bouche et je la vois déglutir.
• C’était bon ? demande-je vicieusement
Mais il en reste encore la plus grande partie dans le verre. Passant doucement ma main entre ses jambes, je trouve sa chatte toute humide ! Je demande:
• Tu ne m’as pas répondu. C’était bon ?
• Oui …
• C’est normal, c’était surtout l’alcool ; regarde ! Dis-je en approchant le verre, il reste le meilleur !
Christine contemple fixement le verre et surtout son contenu.
• Quelle chance tu as ! Tu vas te régaler. Ouvre bien la bouche !
J’incline à nouveau le verre vers ses lèvres. L’amas de sperme glisse vers le bord. Puis, je le vois tomber sur sa langue. Je maintiens le verre incliné pour que la moindre goutte finisse dans sa bouche et j’admire ainsi quelques secondes Christine la bouche ouverte pleine de sperme :
• Avale tout, maintenant ! Ordonne-je.
Elle le fait. Elle vient de boire tout mon foutre ! Cette scène m’a rendu fou d’excitation. Et çà se voit. Une envie irrépressible de profiter de la situation me saisit.
• Tu es très obéissante. Maintenant, je vais m’occuper de toi mais si tu veux que je te détache tu devras satisfaire un autre de mes désirs avant.
• … lequel ?
• Je crois que tu n’as pas pu savourer mon sperme pur. Tu vas me faire jouir dans ta bouche et tu garderas tout jusqu’à ce que je te permette d’avaler.
• Mais j’ai les mains attachées !
• Ne t’en fais pas, j’imprimerai le mouvement.
J’approche mon sexe et lui mets dans la bouche. Une sensation de chaleur délicieuse envahit ma bite. Saisissant sa tête, je commence alors de lents va et viens dans sa bouche.
• Humm ! C’est trop bon. Ma cochonne, après un tel traitement, qu’est-ce que tu vas prendre !! J’arrive à maîtriser la montée de mon plaisir. Je sens sa petite langue s’agiter sur mon gland. C’en est trop, j’explose enfin à grandes giclées en la regardant dans les yeux et en gémissant longuement de plaisir ! Depuis le temps que j’attendais çà ! Mon orgasme est interminable mais elle s’applique à tout garder. Une fois calmé, je sorts doucement mon sexe de sa bouche.
• Montre-moi ! Lui dis-je
Elle incline la tête et ouvre la bouche. Je vois bien le liquide blanchâtre qui baigne sa langue.
• Garde-le et savoure-le bien ! Je vais te masturber jusqu’à ce que tu jouisses!
Je recommence alors à lui caresser les seins, les cuisses et la chatte. Je me concentre rapidement sur son clitoris. Elle apprécie et émet de fréquents :
• Humm ! Humm !
• C’est bon de savoir que tu prends ton pied avec mon sperme plein la bouche ! Que ta petite langue trempe dedans !
• Humm ! Humm !
Je passe une main entre ses fesses, lui caresse son petit trou du cul .Je fais durer le plaisir plusieurs minutes, y mets un doigt que j enfonce lentement dans ses entrailles, elle se trémousse dessus. Quand je la sens à bout, je lui dis :
• Montre-moi encore !
Elle obéit et je vois sa bouche presque pleine du mélange de sperme et de salive.
• Je vais te faire jouir. Tu peux avaler maintenant.
Tout en accentuant mes mouvements sur son clitoris, je pistonne son cul de mon doigt et je la vois avaler. Elle vient de boire tout mon foutre pour la deuxième fois ! La bouche enfin libre, elle crie de bonheur.
• Oh oui ! Oh oui ! Continue !
Je m’active sur son clitoris, jusqu’à ce qu’elle demande grâce. Elle s’écroule alors sur canapé.

Après cette jouissance partagée et l’heure étant presque écoulée, je la détache. Je lui dis simplement alors :

• Merci.
•Merci a toi aussi j'ai joui comme un folle, j ai hâte de recommencer a être ta chose
Je pense, aussitôt, à d’autres jeux de soumissions toujours plus osées.
100% (24/0)
 
Categories: BDSMHardcoreTaboo
Posted by tigrou97234
1 year ago    Views: 2,423
Comments (1)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
Cette histoire est bien faite et bandante :)