HISTOIRE DU NET :Soulevé comme une plume et

Soulevé comme une plume et dominé par la grande et forte Stéphanie 5


Un réveil torride

Le réveil sonna et nous nous réveillâmes sans avoir changé de position. J’étais toujours fermement calé contre les gros seins de Stéphanie pendant que sa large main couvrait presque tout mon bassin. Comme à chaque réveil, je bandais comme un fou. La douce sensation de ses gros tétons dans mon dos, ainsi que sa main sur mon sexe n’ajoutais qu’à mon excitation matinale. Stéphanie sentit mon petit sexe se dresser sous sa main et me dit alors :”Je vois que l’on est en forme à nouveau, mais je dois vérifier quelque chose avant...”. De son autre main, elle explora la raie de mes fesses pour tâter mon anus. Je ne m’attendais pas à ça et un frisson me parcourut le dos. Stéphanie me rassura:”Ne t'inquiète pas ma chéri, c’est juste pour vérifier. On dirait que tout est rentré dans l’ordre”. Elle s’assit alors sur le bord du lit pour ouvrir le tiroir de table de nuit et en sortit un préservatif. Elle ouvrit le sachet et entreprit de poser la protection de latex sur mon sexe du bout de ses gros doigts à coté desquels mon pénis même en pleine érection semblait minuscule . Elle avait choisi un modèle de petite taille et il m’allait très bien. Stéphanie s’assit alors à califourchon sur moi et laissa son vagin avaler ma petite bite. Je voyais mon corps tout fin au milieux de ses grosses et puissantes cuisses. Elle commença à s’agiter sur moi. Ses seins se balançaient majestueusement. Elle saisit mes avant bras dans ses grandes paluches et me força à mettre mes mains sur ses tétons, que je caressai avec désir. Alors que des vagues de plaisir commençaient à envahir son bas ventre, elle saisit ma petit tête dans ses mains de géante et la coinça entre ses deux énormes melons. Je devins aveugle et sourd, emprisonné entre ses mamelles gigantesques. Je disposais juste d’un filet d’air pour ne pas m'étouffer. Stéphanie accéléra la cadence grisée par le plaisir. Tout mon petit corps allait et venait au rythme qu’imprimait les muscles puissants de son bassin. Mes bras tentaient vainement d'enserrer cette cage thoracique large et puissante. Nous jouirent ensemble. Je sentis dans la vibration de son corps immense toute la puissance de cette montagne de muscle. Mon corps n’avait qu’à subir. Piloté par le plaisir intense, ses mains comprimaient si fort mon crâne entre ses seins fermes que cette fois je n’avais plus d’air. Je n’eus mon salut qu’à son désir frénétique de boire ma semence. Relâchant mon buste qui s’écrasa sur le lit, elle me libéra de la prison constituée par ses larges cuisses pour me retirer délicatement le préservatif qu’elle s’empressa de vider dans sa bouche. Elle se délecta alors du liquide visqueux et chaud. A genoux sur le lit et pas encore rassasiée, elle saisit par derrière mes cuisses d’araignée dans ses mains démesurées, et me souleva ainsi pour porter mes parties génitales dans sa bouche. Je me retrouvais alors la tête en bas pendant que la géante avide de ma substance léchait consciencieusement mon pénis de sa grosse langue musclée. Ses bras agitaient mon corps léger au gré de ses envies comme si je ne pesais rien. Quand plus une seule goutte de mon sperme ne lui avait échappé, elle râla de plaisir, tout en levant au dessus de sa tête ses mains qui me tenaient encore fermement. Ma bouche se trouva alors au niveau de son opulente poitrine que je ne pus m’empêcher de sucer et de pétrir à nouveau. Stéphanie prit alors conscience que nous allions être en retard à la fac et décida de m’emmener la tête en bas à la salle de bain où elle me posa délicatement sur la table à langer. Nous primes à nouveau notre douche ensemble et nous nous lavèrent réciproquement. Je ne me lassai pas de laisser courir mes petites mains sur son corps à la fois si puissant et si féminin. Elle ne semblait pas se lasser non plus de saisir mes membre fins et ma taille de guêpe dans ses grosses mains. Une fois rincé, elle me souleva en saisissant tout mon bassin pour me poser à nouveau sur la table à langer et me sécher. Une fois sec, elle me posa sur sa hanche pour m’emmener à la chambre où se trouvait mes vêtements.


Humilié jusqu’au bout

Arrivés dans la chambre de ses parents, elle me posa au sol et m’ordonna de m’habiller rapidement. Elle alla dans sa chambre pour se préparer également. Je m’habillai aussi vite que possible et allai attendre Stéphanie dans le hall d’entrée. Elle vint rapidement, vêtue d’une façon ultra féminine. Elle portait un chemisier très décolleté qui mettait encore plus en valeur sa large poitrine. Il était suffisamment transparent pour que l’on puisse voir la dentelle blanche de son sous soutien gorge. Une idée me traversa la tête :Mes fesses auraient pu tenir largement dans chacun des bonnets. J’aurais pu m’en faire une balançoire. Elle avait mis une robe qui lui arrivait à mi-cuisse. J’admirai à nouveau ses quadriceps puissants et ses mollets énormes. Stéphanie me sortit de ma rêverie : “Je sais que mon corps d’amazone te fascine, mais il va falloir y aller si on ne veut pas rater le bus !” Sur ce, elle ouvrit la porte, et nous partîmes vers l’arrêt qui se trouvait à environ 500m. Stéphanie marchait vite et j’avais du mal à la suivre. Je trottais derrière elle. A mi chemin, nous entendîmes le bus arrivé au loin. Stéphanie, voyant bien que je n’arrivais pas à suivre que j’étais essoufflé se tourna vers moi. Elle s’inclina pour mettre son épaule contre mon ventre. Plaçant une main sous mes fesses, elle me souleva ainsi pour me porter jusqu’à l’arrêt. Elle se mit alors à courir comme si elle ne portait rien ! Je pouvais voir ses fesses bouger et ses mollets sur-puissants rouler sous sa peau. Cette fille était vraiment une f***e de la nature. Elle arriva à l’arrêt, toujours en me portant sur son épaule, en même temps que le bus. La chauffeur ouvrit la porte et Stéphanie s’y engouffra. Tout le monde nous regardait. Ce n’était pas courant de voir une amazone porter avec facilité un homme pour monter dans un bus. Elle me posa délicatement sur un siège coté fenêtre en mettant une main sous mes genoux et l’autre dans mon dos. Elle s’assit alors à coté de moi. J’étais rouge de honte..mais terriblement excité aussi ! Les gens chuchotaient et se demandaient qui était ce couple aussi dépareillé. Arrivés à notre arrêt, Stéphanie se leva et sans que j’ai eu le temps de réagir, elle me saisit sous les aisselles et me posa sur sa hanche. Nous descendîmes ainsi sous les yeux des autres passagers, ébahis par la f***e de ma maîtresse. Un fois en dehors du bus, elle me posa par terre et m’embrassa sur le front. Nous n’avions pas les mêmes cours ce matin là et elle devait me laisser. Elle me dit: “Soit sage mon petit cul, sinon, tu sais ce que je peux te faire...!” Je déglutis. Elle se tourna et s’éloigna. Je regardai hébété sa grande et musculeuse silhouette s’éloigner. Jamais je ne m’étais senti aussi petit et faible, mais finalement, je ne m’étais jamais senti aussi bien.


Elle m’avait filmé !

J’avais été incapable de me concentrer sur quoi que ce soit ce jour là. Les images de la journée de la veille me revenait sans cesse en mémoire. Je rentrai chez mes parents tout aussi désorienté. Il fallait que je dorme pour y voir plus clair. Arrivé chez moi, ma mère m’accueillit en me disant: “J’ai eu la maman de Stéphanie au téléphone, elle m’a dit que vous vous étiez bien amusés avec ses amis. Elles doivent partir avec leur équipe le week-end prochain. Elles voudraient que tu les accompagne”. Je frémis en entendant ces mots. Le traitement infligé par ces 3 brutes avait déjà été lourd à supporter, je ne savais pas si j’allais survivre à celui de toutes l’équipe. Je souris et dis à ma mère que j’allais y réfléchir. J’allai ensuite dans ma chambre pour me reposer et consulter mes mails. J’en avais un seul et qui venait de Stéphanie. Il était intitulé “Tu as été parfaite ma petite pute”. Une énorme pièce jointe y était attachée et je l’ouvris immédiatement. C’était une vidéo ! Du moment où Stéphanie m’avait laissé à la merci de Catherine, elle avait tout filmé. Je me voyais empalé sur le pieux de cette brute entrain de gémir de plaisir. Elle agitait mon corps de haut en bas comme si j’étais une simple poupée gonflable. Je paraissais si petit dans les bras de cette grosse brute ! Zoomant sur mon anus, je vis son énorme vérin aller et venir dans ma petit rondelle. Ses grosses mains pétrissaient mes délicates petites fesses. La géante Ingrid apparut alors dans le champ. Elle était vraiment immense. Je la vis saisir le haut de mes bras qui disparurent dans ses mains plus que larges. Ma tête également n’était plus visible une fois entre ses cuisses. Mon corps secoué par Catherine bougeait au rythme des puissants coups de reins de cette brute. Mon petit sexe dressé crachait régulièrement. Quand Catherine éjacula en moi, Stéphanie se focalisa à nouveau su mon anus dont jaillit une quantité impressionnante de sperme sous pression. La vidéo s’arrêtait là. J’étais sous le choc. Je compris immédiatement qu’il valait mieux que j’accompagne cette équipe d’amazone, comme l’avait suggéré Stéphanie, si je ne voulais pas que cette vidéo soit diffusée. Ma mère entra alors dans la chambre en me demandant :” Je ne trouve pas ton maillot de bain. Tu l’as laissé chez Stéphanie ?”. Le souvenir de ce qui était arrivé à ce pauvre slip de bain me rappela quel plaisir j’avais pris. J’étais finalement extrêmement excité de devenir pour un week-end la soumise et l’esclave de cette bande de valkyries...


Fin
100% (3/0)
 
Categories: BDSMFetishHardcore
Posted by tigrou97234
1 year ago    Views: 186
Comments (2)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
3 months ago
une série vraiment très excitante !
5 months ago
C'est gentil de propager mes histoires mais la moindre des politesses serait de citer son auteur et ou tu les as prises !