Ma mère mon initiatrice 1

Maman m’a eu à 20 ans en faisant l’amour avec un copain de fac qui ne sait même pas que j’existe.

Nous vivons tout les deux, depuis 16 ans et je ne lui connais pas d’amant.

Nous ne nous cachons pas et très souvent je prends ma douche pendant qu’elle se maquille et nous avons l’habitude de nous voir nu.

Un jour, alors que je me masturbais en prenant ma douche, elle entra dans la salle de bain et bien que la porte vitrée nous séparait, elle s’aperçoit se que je faisais et me dit : « Veux-tu que je t’aide ».. Ses paroles m’arrêtèrent net et je continuais ma douche.

Quelques jours plus tard, je rentre dans la salle de bain alors que maman était sous la douche, et je vis sa main entre ses jambes et elle se faisait du bien. Du même ton qu’elle, je lui dis : « Veux tu que je t’aide » et à ma grande surprise, elle me dit : « Oui » en ouvrant la porte de la douche.
J’étais moi aussi tout nu et maman vit ma queue qui commençait à bander, et elle me dit : « La nature t’a bien gâté, je n’ai jamais vu un sexe aussi gros, tu vas en faire des heureuses »

Maman dirige sa main vers mon sexe, le prends dans sa main et le branle de suite, moi je glisse la main entre ses jambes qu’elle écarte en me disant de la faire jouir par le clitoris.
Voyant mon inexpérience, elle me dirige pour que très vite elle jouisse.

Maman s’aperçoit que je vais jouir moi aussi et elle me dit : « Laisses-toi aller dans ma main ».
Nous jouissons ensemble, et me dit : « Ce soir tu viens dans mon lit, afin que je t’apprenne tout pour faire jouir les femmes »

Le soir venu, je rejoins ma mère dans son lit, elle est déjà couchée, et elle m’invite à la rejoindre. Je me déshabille rapidement et viens me coucher, elle me demande de lui caresser sa menue poitrine et de lui embrasser les tétons. Sans me faire prier, je prends un téton dans ma bouche et lui caresse l’autre avec une main, de son coté, elle me caresse le ventre et cela me fait bander, ma queue est énorme et prêt à gicler, ma mère me demande de me retenir pour ne pas jouir trop vite.
Elle me demande d’embrasser son corps et de lécher son ventre et m’avoue qu’elle fait l’amour plusieurs fois par semaine, mais qu’elle s’est organisée pour que je ne m’en aperçoive pas.

Maintenant, elle me caresse les couilles et me demande de mettre ma langue entre ses cuisses et de la faire jouir avec ma langue en suçant son clitoris.
Ma langue découvre son petit bouton et je le prends entre mes lèvres. Ma mère arrose mon visage de cyprine
Et elle prend ma bite dans sa bouche. Elle me suce longtemps et je me retiens le plus possible pour ne pas jouir dans sa bouche, mais n’y tenant plus, je lâche tout mon sperme entre ses lèvres, ce qu’elle semble apprécier, puisqu’elle avale toute ma semence.
Nous nous serrons l’un contre l’autre et après quelques minutes, elle me demande de regagner ma chambre et que la nuit prochaine, elle m’apprendra autre chose.

Le lendemain, alors que j’avais embrassé ses seins et sa chatte, elle me demanda de mettre ma langue dans son petit trou, en me disant que c’était encore meilleur que dans sa chatte, et que cela s’appelle une « feuille de rose ». Devant son insistance, j’embrasse son trou du cul et quel ne fût pas ma surprise, notre position de permettait, ma mère me caressait mon petit trou, et y mit un doigt qui entrait sans trop de mal. Sa langue vient remplacer son doigt, et effectivement cela était très bon, puis elle mit un peu de gel dans mon cul pour y enfoncer deux doigts.
A ma grande surprise, mon anus se dilatait et les deux doigts entrèrent sans mal et furent rejoint par un troisième.

Ma mère me demanda de lui faire la même chose. Et très vite ma main entrait dans son cul et me demanda de remplacer mes doigts par ma queue, j’enculais donc ma mère avant de l’avoir baissée.
Après quelque aller et retour, ma mère me demanda de quitter son cul, pour me finir dans sa chatte et que je jouisse avant elle. Pourtant, elle m’avait dit de me retenir, mais elle me rassure en me disant : « Tu verras qu’avec une peu d'entraînement ru vas y arriver sans problème ».

Tout les soirs, je partage le même lit que ma mère, et effectivement je me retiens et je lui remplis la chatte au moment de sa jouissance.

Un soir, alors que je bandais déjà, elle me dit : « Ce soir tu vas goûter à autre chose ».
Et avant de se coucher, elle ouvre un tiroir et sort un gros gode ceinture qu’elle se fixe à la taille et elle me demande de me mettre à genou le cul en l’air, et après m’avoir bien lubrifié mon petit trou, m’enfonce son gode comme moi je la prends par derrière. Après la première douleur passée, j’apprécie ce genre de baise, et m’avouant qu’elle est bisexuelle, elle me dit qu’elle aime prendre les femmes et les hommes de cette façon.
Je vais tout t’apprendre m’a t’elle dit et tu vois que je ne t’ai pas menti, tu es devenu un super coup et en plus tu aimes bien avoir une bite dans ton cul, je vais te faire baiser par mes amants qui ne demande que cela de baiser un petit cul, la seule chose que je ne pourrais pas t’apprendre, c’est l’art de la branlette espagnole, j’ai de trop petits seins.

Je rentrais du lycée et trouve maman en train de prendre le thé avec son amie Sonia, je dis bonjour et embrasse maman sur la joue, et celle-ci m’invite à prendre le thé avec elles, je m’assieds dans le fauteuil en face de Sonia et m’aperçois qu’elle à une très forte poitrine et un peu gêné, je commence à bander en me posant la question : Es-ce une maîtresse de maman ?

Le soir dans le lit avec maman, celle-ci me dit : « Tu fantasme sur la poitrine de Sonia et elle regardait la grosse bosse dans ton jean. J’aimerais bien moi aussi me la taper, mais je n’ai jamais osée »

La semaine suivante, Sonia est là quand je rentre, et seulement à la voir je commence à bander, maman lui a parlée de mon fantasme et de la grosseur de ma queue !

Sans attendre, Sonia ouvre son chemisier et comme elle avait retiré son soutien gorge avant mon arrivée, me montre son opulente poitrine et écarte ses jambes pour que j’aperçoive qu’elle a retiré aussi sa culotte.

Maman vient s'asseoir à coté de moi et ouvre ma braguette pour faire sortir ma grosse queue et la montrer à Sonia. Qui pousse à cri en la voyant, elle n’en avait jamais vue d’aussi grosse.
Maman prit mon sexe dans sa bouche et demanda à Sonia de venir nous rejoindre, nous nous retrouvons très vite dans la chambre et Sonia prit ma bite dans sa bouche en écartant le plus possible les lèvres pour la faire rentrer.

Maman lui suçait la chatte pour bien la lubrifier et que je puisse la baiser sans trop lui faire de mal

Je rentrais ma queue en elle, et maman, pendant que l’on baisait, préparait son cul.

Sonia n’avait jamais donné son cul, même à son mari elle avait peur d’avoir mal, elle me demande de ne pas le faire, elle commencera avec une plus petite queue.

Maman me présentai régulièrement ses copines qui voulait baiser avec un gros sexe et surtout bien jouir, pour la plupart leur mari n’était pas à la hauteur. J’accumulais donc les expériences et maman en profitait toujours, souvent c’était déjà ses amantes.

Pour mes 16 ans, maman et Sonia me firent une surprise en m’invitant au restaurant. Je fis donc le trajet dans la voiture de maman et Sonia devait nous rejoindre au restaurant.

Je fus très surpris en voyant que Sonia était accompagnée de son mari qui me félicita d’avoir transformé sa femme en une superbe salope et que ce soir, j’allais pouvoir la baiser et l’enculer puisque depuis quelques temps, il la prenait par derrière et qu’elle aimait cela et ajouta je m’occuperais de ta mère..

Le dîner se déroula normalement, avec quelques mains baladeuses de temps en temps.

Jean Pierre, le mari de Sonia, régla l’addition et nous invita chez lui pour boire le champagne et continuer la soirée
En voiture avec maman, celle-ci m’informe qu’elle couche avec Jean-Pierre depuis un mois, que Sonia est au courant, puisque c’est elle qui la mis dans son lit en trio et pour la première fois, nous allons nous retrouver à quatre, que je pourrais prendre son cul et que je vais me faire prendre moi aussi, que si je connais des bites en plastique, ce soir tu vas en prendre une vraie et tu vas sentir le foutre dans ton cul.

A peine entrés chez Sonia, nous nous retrouvons nus dans le salon, et Sonia prend ma queue dans sa bouche alors que maman prends celle de Jean Pierre.

Maman me demande de m’approcher de son visage, et me tends la bite pour que je la prenne dans ma bouche, je la prends entière, et la suce, Jean Pierre envoie tout son foutre dans ma bouche, et maman me demande de tout avaler.
Je jouis moi aussi dans la bouche de Sonia qui avale tout elle aussi.

Maman me passe du gel entre mes fesses, je comprends que Jean-Pierre va m’enfiler et je me mets à quatre pattes pour qu’il ait bien accès à mon cul.
Sa bite entre dans mon cul et comme pour les godes, je commence à jouir, Jean Pierre après plusieurs aller et retour, me remplit le cul de sperme bien chaud, de son coté Sonia à passer du gel dans le cul de son mari, pour que je puisse entrer ma grosse queue sans mal.

Jean Pierre s’est déjà fait baisé, mais jamais par une si grosse queue et la première douleur passée, nous l’entendons gémir de plaisir, Nos femmes ne sont pas en reste, elles se gouinent dans un 69 parfait.

Nous finissons la nuit à quatre dans le lit ou nous changeons de partenaire plusieurs fois dans la nuit.

Sur le chemin du retour, je dis à maman : « Je me souviendrais longtemps de cette nuit » et l’embrassa pour la remercier.

Les semaines ont passées, et nous continuons notre vie à deux ou à quatre.

Un jour, alors que j’étais en train de faire un devoir, maman frappe à la porte de ma chambre accompagnée d’un femme d’environ 70 ans, elle s’appelle Madeleine, et est veuve depuis deux ans, et elle a eu notre adresse par Sonia, elle désire jouir comme elle le faisait quand son mari était jeune, puis maman nous laisse.

Madeleine commence à se déshabiller, et je vois ses seins flétris et tombants, Le reste de son corps est encore très bien pour son âge et je commence à bander. Elle devait être très bien quand elle avait 20 ans.

Elle ouvre mon pantalon, pour prendre ma queue dans sa bouche et me dit : « Sonia m’a pas menti tu en as une vraiment très grosse ».
Je me déshabille, et nous faisons l’amour de tout les coté.

Puis elle est repartie en demandant à maman si elle pouvait revenir. Maman lui répond que oui quand elle veut.
Nous nous retrouvons tout les deux et maman me dit : « C’est la première fois que quelqu’un paye pour se faire baiser, je t’ai transformé en pute. ».

Madeleine vient se faire baiser environ une fois par semaine et un jour, elle m’annonce que sa petite fille va se marier, et qu’elle aimerait que je la baise avant.

La semaine suivante, Madeleine vient avec sa petite fille Cécile et je dis à maman qu’aujourd’hui se sera gratuit. Cécile me suis dans ma chambre, alors que maman tient compagnie à Madeleine sans oublier de passer la main sous sa robe.

Cécile sait pourquoi elle est là, sa grand-mère lui à tout dit, elle se déshabille et se couche en m’attendant, je me déshabille moi aussi et je vais la rejoindre.
Nous flirtons et nous nous caressons, Cécile me dit : « Je suis encore vierge, vas très doucement. »
Je lui propose de la faire jouir, mais de ne pas la dépuceler et laisser son mari le faire et si son mari n’arrive pas à la faire jouir, qu’après son voyage de noces, elle revienne me voir avec sa grand-mère, ce qu’elle accepte, mais je ne dois rien dire à celle-ci.

Madeleine vient toute les semaines pour prendre son pied, et un mois plus tard, elle vient avec Cécile que je suis content de revoir.

Madeleine laisse sa place à sa petite fille, elle sait bien que son mari n’est pas à la hauteur et que la petite n’a pas pris son pied comme elle pouvait l’espérer.

J’entraine Cécile dans la chambre, et sans ménagement, nous baisons et elle jouit comme la première fois mais cette fois avec ma grosse queue. Je lui apprends à faire l’amour dans toutes les positions et par tous ses trous. Nous sommes restés deux heures au lit et sa grand-mère commençait à s’inquiéter.

Maintenant Madeleine et Cécile viennent me voir régulièrement et je partage souvent mon lit avec la grand-mère qui me dit il va falloir que ma fille vienne avec nous, et la petite fille qui me dit il va falloir que maman te connaisse elle n’a jamais joui avec papa.
93% (26/2)
 
Posted by tigrou97234
1 year ago    Views: 2,993
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments