Un "sommeil" agité (1)

Je m'appelle Céline, j'ai 38 ans, je suis femme de ménage et je vis dans un petit village du sud de la France.
J'ai eu mon fils Fabien très jeune, car déjà à l'époque, j'aimais incroyablement le sexe.

Cette histoire s'est déroulée, il y a deux ans aujourd'hui, et j'avoue être encore excitée, seulement à son évocation.
C'était à la fin de l'été et mon fils et moi avions eus une dispute au sujet d'une voiture qu'il voulait s'acheter, et malgré son permis fraîchement obtenu, je m'opposais à l'achat de ce véhicule trop puissant pour un jeune conducteur. Alors, comme à chaque fois que nous discutions avec véhémence, il est parti voir ses amis en claquant la porte pour ne revenir que tard le soir.

Je connaissais bien ses amis, notamment Eric, un jeune du village avec qui Fabien avait passé son enfance, et qui en maintes occasions avait pu admirer mes seins (je ne porte pas souvent de soutient-gorge) alors que j'étais penchée et faisais un peu de ménage. Il y avait également Manuel, mon neveu, un beau jeune homme très discret et Yoan un jeune qui venait d'emménager avec ça famille.

Le lendemain de notre dispute, je trouvais étrange que Fabien ne revienne pas à la charge. C'était midi, et lui et moi allions déjeuner, son père étant au travail. Et, chose qui n'était pas dans son habitude, il ne disait rien. Ce silence cachait quelque chose... Je lui demandais ce qui n'allait pas, pourquoi il ne disait rien, et là encore, il restait muet.

Ce n'est qu'en retournant à la cuisine chercher les plats que je l'ai vu en train de verser quelque chose dans mon verre et remettre l'emballage de ce produit dans la poche de sa veste accrochée à la chaise où il était assis. Je pris alors note de ne pas boire mon verre et de savoir ce qu'il y avait mis.
Lorsque le repas fut fini, il se leva pour aller au toilette et je pu alors fouiller sa veste et voir qu'il avait mis dans mon verre un somnifère. A son retour, je fis mine de boire d'un trait tout le contenu de mon verre, que j'avais préalablement changé.

L'après midi commençait, et je m'installais sur le canapé faisant semblant d'avoir un gros coup de barre. Quelques minutes plus tard, je fermais les yeux, mimant un sommeil profond. Alors, j'entendis mon fils ouvrir la porte et discuter avec ses amis :
"Elle a tout bu cette conne, allez-y les mecs, moi je vais chez Corinne"

Curieuse de ce que ces jeunes gens me préparaient, je décidais de jouer le jeu, de rester les yeux fermés feignant un sommeil de plomb. Quelle ne fut pas ma surprise!!!
Eric, s'est approché de moi et sans plus de cérémonie a soulevé mon t-shirt prenant mes seins dans ses mains.
"Regarde, elle n'a même pas de soutif la garce!" Dit Yoan. J'ai failli sursauter tellement son geste me surprenait mais je conservais mon calme ainsi que ma pseudo somnolence.
Manuel dit à Eric d'y aller doucement, de ne pas me réveiller, mais ce dernier lui répondit simplement "t'inquiète avec la dose qu'elle a prie, on peut s'amuser toute la journée sans qu'elle se rende compte de quoi que ce soit"

Je savais alors ce qu'il m'attendait et pour mon plus grand plaisir, je décidais de me laisser faire. Eric, le plus audacieux des trois, entreprit de m'enlever mon pantalon.
Il pris alors délicatement le haut de mon leggings et le baissa jusqu'à mes chevilles, alors que Yoan m'ôtait mon t-shirt avec une infinie précaution à l'affût du moindre geste d'éveil de ma part. Une fois torse nue et en culotte j'exposais à ces jeunes gens mes seins (je fais un 90D) droits, en forme de poire. Mes tétons étaient rouges, et commençaient à durcir.
Manuel avait sorti son pénis et commençait à se masturber pendant qu'Eric passait sa main sur ma culotte. Il l'attrapa et la baissa pour découvrir mon sexe nu, complètement rasé.

J'étais désormais nue et les laissais jouer avec mon corps.

Yoan s'amusait à caresser seulement le bout de mes seins, il les suçait les mordillait, les sous-pesant à pleine main frottant son gland entre eux, les utilisant pour se masturber légèrement.
Eric, lui, embrassait mon minou humide suçait mon clitoris sentant ma fente s'ouvrir un peu plus à chaque coup de langue. Mon sexe suintait de mouille et je serrais les dents pour ne pas laisser échapper le moindre son.
Manuel, quant à lui, avait pris ma main que je laissais aussi inerte que possible pour ne pas éveiller de soupçons, et se caressait le membre avec.

Ses trois jeunes mâles abusaient de moi. Je me sentais une chienne en chaleur, bien contente de devoir rester immobile.

Manuel avait un beau pénis, de taille moyenne, mais avec lequel j'avais le sentiment de pouvoir prendre énormément de plaisir. Celui de Yoan était plus long bien que plus fin et les vas et viens qu'il faisait avec mes seins autour de son membre allaient bientôt le faire éjaculer.
Seul Eric gardait encore son vit dans son caleçon.

Sentir ainsi leur fougue me conduisit à un orgasme que j'étouffais du mieux que je pouvais mais je ne pus retenir quelques cris. Alerté par ceux-ci, Manuel demanda s'il ne valait pas mieux arrêter tout. Eric, lui répondit " mais non, c'est normal qu'elle couine un peu, et encore ce n'est rien comparé à ce qu'elle va prendre!!"
J'avais bien fait de ne pas prendre le somnifère, il aurait été dommage de ne pas profiter de ce moment.
Mes seins étaient durs, les lèvres de mon sexe étaient gonflées, ouvertes, et un filet de mouille coulait sans discontinuer de mon entrejambe.
C'est alors qu'Eric leur rappela "on lui met du foutre dans tous les trous les gars souvenez-vous!!"
A peine eût-il prononcé ses mots que Yoan éjaculait entre mes seins. Il prit bien soin de récupérer son sperme avec son sexe pour ensuite essayer de me le fourrer dans la bouche. N'ayant pas l'habitude d'avaler, je restais bouche fermée mais Eric dit à Yoan "pince-lui le nez, elle ouvrira la bouche"... aussitôt dit, aussitôt fait, et me voilà bouche ouverte avec un gamin de 18 ans en train de me verser son foutre dans la bouche.

En me voyant ainsi, Manuel jouit dans ma main, et à l'instar de son ami, pris beaucoup de soin à me mettre tout son jus dans la bouche.
Je restais ainsi, la bouche pleine de sperme quand Eric sorti sa queue, un membre de 25 cm, qu'il plongea directement dans mon minou totalement offert.
Je poussais un petit cri et Eric me donna de grands coups de reins comme pour me punir de sa frustration, qu'il avait accumulé en regardant ma poitrine sans jamais pouvoir y toucher tout au long de ces années. Je me concentrais au maximum pour ne pas hurler ma jouissance, et je ne réussi pas à rester muette, tandis qu'Eric remplissait mon intimité avec sa semence chaude et visqueuse. Comme cela était doux et bon de sentir dans mes entrailles se déverser son sperme.

Ils avaient deviné.

Ils avaient compris que durant toute la séance je ne dormais pas du tout et que j'avais plus qu'amplement profité de chacun de leurs attouchements.

J'avalais rapidement le sperme que j'avais dans la bouche, et essaya de jouer la femme offusquée, qui venait de se réveiller, trouvant là, trois jeunes hommes à demi nus : "c'est une honte, qu'est-ce qui vous prend, pourquoi m'avez-vous fait ça? Je vais aller à la police!!"
Si mon subterfuge semblait fonctionner avec Manuel et Yoan, Eric, lui, n'était pas dupe de la situation:
"Espèce de petite garce, on en n'a pas fini avec toi, Manu, tiens-lui les mains"
Et là tout bascula, je perdis le contrôle et je savais que j'allais devoir assouvir le moindre de leur fantasme...

Manuel me tenait les mains plaquées au-dessus de ma tête, je me retrouvais une nouvelle fois allongée sur le canapé. Le pénis de Yoan avait retrouvé de sa vigueur, celui d'Eric aussi, ma nudité et ma pseudo colère leur donnaient une trique d'enfer. Eric attrapa mes jambes et il les maintenait fortement de manière à ce que Yoan puisse s'occuper de mon anus. En guise de préliminaires, ce dernier m'enfonça trois doigts. Il les écarta à l'intérieur afin de me dilater plus rapidement et ne se soucia absolument pas de mes cris de douleur. Pensant qu'il pourrait entrer, il présenta son vier contre mon anus, poussa très fort mais ne parvint qu'à rentrer son gland. Il répéta l'opération plusieurs fois, avec les encouragements d'Eric. Je suppliais Manuel de me lâcher mais il n'en fit rien sous les ordres d'Eric. Yoan avait réussi à se frayer un chemin entre mes fesses et ses coups de boutoirs m'arrachaient des soupirs de plaisir.
Eric voyant cela, oublia mes jambes, me fit basculer sur le côté et replongea son membre dans mon intimité. J'étais prise en sandwich, une queue dans l'anus, l'autre dans mon minou. Manuel, curieusement continuait à me tenir les mains, Eric lui dit alors qu'il pouvait en profiter, et une fois les mains libres, je lui pris son pénis, légèrement en érection, et le mis dans ma bouche.

Yoan et Eric décidèrent de changer de place et je sentis le gros membre d'Eric entrer dans mon petit trou. Il sentit mon frémissement de plaisir. Son sexe était à l'étroit et il prenait beaucoup de plaisir à rentrer et sortir au même rythme que Yoan dans mon vagin. J'étais trempée, et le sexe de Yoan entrait en moi avec beaucoup d'ardeur. Celui de Manuel avait un goût excellent, comme celui d'un jeune homme encore puceau.

Yoan insista pour que Manuel prenne sa place pour me besogner soigneusement tandis que lui enfournerait son membre dans ma bouche. Manuel était plus épais et le sentir entrer en moi était divin, je savais que j'aurai beaucoup de plaisir avec lui. Le sexe de Yoan avait le goût de ma mouille, j'étais aux anges!! Manuel, ne soutint pas le rythme qu'imprimait Eric dans mon cul, il éjacula très vite et si la première fois le volume de sperme était normal, je peux dire que ce qu'il a joui dans mon vagin était bien plus impressionnant. Je l'ai senti toucher le fond de mon vagin et exploser simultanément, me remplissant une nouvelle fois de fluide chaud. Cette sensation fit monter un nouvel orgasme en moi, alors que dans cette frénésie, Eric se laissa aller dans mon petit trou le remplissant à ras bord de semence. Je sentais ses ultimes saccades en serrant au maximum mon anus afin de lui procurer plus de sensations. Je m'occupais de suite du sexe de Yoan, qui voyant ses amis décharger ne put se retenir et m'aspergea le visage de foutre brûlant.
Dans ma perversion je suggérai à mes amants de baigner leur sexe dans leur foutre encore chaud afin de les mettre dans ma bouche pour que je puisse les laver et en connaître la saveur.
Manuel, une fois avoir joui, fut pris de panique et s'en retourna chez lui. Même encore aujourd'hui il détourne le regard lorsque nous nous croisons dans les repas de famille.
Eric et Yoan restèrent pour me faire savourer leur semence.
Après les avoir nettoyés, je me suis rhabillé et Eric et Yoan furent chez Corinne et j'imagine, qu'ils ont dit à mon fils que sa vengeance était accomplie.
Ce que je ne savais pas c'est qu'ils avaient pris des photos, et que j'ai du accepter que mon fils ait sa voiture.
Yoan déménagea peu de temps après pour ses études. Eric lui faisait ses études plus près et restait vivre au village, ce qui me permit de le revoir...

95% (14/1)
 
Categories: HardcoreMature
Posted by tigrou97234
1 year ago    Views: 1,851
Comments (2)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
Belle histoire
1 year ago
J'aurai du étre là sale chienne! belle et bien écrite