à la neige

Je suis parti en vacances à la neige dans une station sympa des Alpes. Ma copine de 22ans m’accompagnait ainsi que mes parents et les enfants de ma sœur. Les deux petits allaient au club des enfants apprendre à skier tous les matins, là une jolie monitrice ouvrait le portail et accueillait les enfants d’un large sourire communicatif…Comme moi assez ouverte d’esprit côté séduction ma copine commença à me parler d’elle au bout du deuxième jour. J’avouais vite qu’elle aussi ne me laissait pas indifférent. Le lendemain nous avons sympathisé et rendez vous fut pris pour un verre le soir dans un des bars de la station. Elle vint avec un homme plus âgé que nous, elle avait la petite vingtaine, moi 37 et lui vers les 45/50 ans. L’ambiance était plus cool et détendue , tutoiement, tournées, chaleur du feu et assez rapidement désinhibés nous en sommes venus à parler de choses plus ou moins sexy et érotiques. Ils s’étaient rencontrés en début de saison et avait vite décidé de faire chambre commune, se plaisant tous les deux. Voyant que nous étions assez libres et décomplexés sur le sujet, Hervé nous a donc conviés si nous le souhaitions à les suivre dans un chalet où deux couples de Suisses organisaient une petite soirée libertine. Un peu réticente au début, Vanessa, mon amie, a vite accepté. Nous furent bien accueillis au chalet. Là aussi un feu crépitait dans l’imposante cheminée et des coupes de champagne nous furent offertes en rentrant. Il y avait déjà un peu de monde, les femmes pour la plupart était torse nu, soit la robe de soirée était rabattue sur les hanches soit un simple fuseau de ski les habillait, on pouvait d’un premier regard deviner les invités et les hôtes. Armelle, la jeune monitrice, ôta aussitôt sa parka et retira le plus naturellement du monde son pull. Elle offrit à ma vue, presque sous mon nez, une généreuse poitrine qu’aucun soutien gorge ne venait restreindre. Ses mamelons tout rose avaient déjà commencé à pointer sous l’effet du froid de la nuit lors des quelques pas qui nous séparaient du bar du chalet. Apparemment ce n’était pas la première fois qu’elle venait ici. Elle tendit la main vers Vanessa et l’invita à faire de même. Elle déclina poliment l’invitation, prétextant d’attendre un petit peu avant, histoire de vaincre sa timidité. La maîtresse de maison vint se présenter à nous. Elle était grande, fine, des tâches de rousseur sur les joues que l‘on retrouvaient aussi sur sa poitrine, des cheveux bouclés châtain et un doux accent suisse. Louisa me serra la main et se pencha pour embrasser Vanessa, qui, surprise, rougit instantanément. Cela fit rire notre hôte qui lui dit de ne pas s’inquiéter tout se passerait bien, que si elle avait peur elle n‘était pas obligée de participer pour une première fois, spectatrice cela lui suffirait pour ce soir. Et sur ce dernier mot elle me mit la main « au paquet », moi aussi je ne m’attendais pas à ce genre de geste mais Louisa m’avait déjà agrippé et avait senti mon début d’érection au travers de mon pantalon, légère érection due à tous ces seins qui virevoltaient autour de moi si librement et si naturellement. Viens par là, toi, suis moi. Sa main toujours accrochée à mon sexe je ne pus qu’obéir. Elle me mena à la deuxième maîtresse de la maison me présenta en concluant par un petit: voilà de la chair fraîche appétissante. Et déjà la main qui m’avait attiré à l’autre bout de la pièce passait entre mon bas ventre et mon pantalon, à la recherche de mon sexe. Elle fit quelques va et vient ainsi avant de se mettre à genoux et de me dégrafer les boutons de mon jeans. Mon sexe aussi raide que dur ne vit pas la lumière longtemps car déjà Louisa le gobait. Machinalement je mis les mains sur sa tête, accompagnant les mouvement de sa bouche. Ses cheveux étaient si doux entre mes doigts. Au bout de quelques instants elle me libéra de cette étreinte orale pour inviter Magdalena son amie à me sucer aussi. Vas y goûte le toi aussi. Et levant les yeux vers Vanessa restée un peu en retrait elle me dit qu’elle espérait qu’elle savait aussi bien sucer une belle queue qu’elle. Elle est encore jeune mais bon ce sont des choses à savoir faire pour contenter son homme!!! Vanessa rougit de plus belle et marmonna une réponse inaudible, avouant que oui mais sans que cela puisse trop se deviner. Dans mon dos je sentis alors quelque un venir se frotter, et deux bras m’entourèrent chaleureusement, c’était Armelle. Viens me dit elle, viens nous rejoindre avec Hervé, elle nous rejoindra aussi si elle veut, cela serait cool, elle me plait bien ta petite Vanessa. Je grimpais donc les escaliers à sa suite, son fuseau lui moulait le cul, qu’elle avait bien rebondi. Cela me fit bander encore plus. Hervé était en caleçon dans la chambre en train de regarder une femme se déshabiller langoureusement devant lui. Elle n’avait plus que ses sous-vêtements sur elle…des bas, des porte-jarretelles (comme je n’en avais vu que dans les pornos des années 80/90) et une culotte de soie ou satin couleur nacre. Elle se trémoussait agitant sa poitrine légèrement tombante aux énormes tétons qui dardaient énormément. Armelle m’enlevait mon polo quand je m’asseyais sur le lit et me fit me retourner pour pouvoir continuer de me déshabiller entièrement. Mes chaussures, mon pantalon, mon tee-shirt et me voilà à peine nu qu’elle aussi se jette frénétiquement sur mon sexe à pleine bouche. Vanessa est dans l’entrebaillement de la porte elle nous fixe et je devine qu’elle n’arrive pas encore à croire à ce qui se passe ici. La femme enfin débarrassée de ses dessous m’enserre le cou et je sens ses tétons dans mon dos, sur mes épaules, je tourne la tête pour la voir un peu …surprise, Hervé la prend déjà en levrette et elle va et vient comme ça derrière moi son souffle chaud sur ma nuque. Armelle relève la tête et appelle Vanessa. Viens plus on est de fous plus on rit. Je lui fais signe de se rapprocher, de s’asseoir sur le lit. Et c’est à pas lents qu’elle s’exécute. Aussitôt à mes côtés je glisse une main sous son pull, sa petite poitrine me surexcite et ma suceuse du moment lui envoie un sourire complice. Vanessa se met alors à genoux sur mon côté gauche et avec Armelle se passent le relais toutes les vingt secondes pour me sucer joyeusement la bite. Pendant qu’elle me gobe, Armelle en profite pour glisser sa main sous le chemisier de ma petite copine et lui dégrafe son soutien gorge, qu‘elle fait glisser sous le tissu. Elle lui caresse la poitrine sans que l’on puisse voir ses mains et cela plait beaucoup à Vanessa qui réagit vivement, je le sens à ses coups de langue plus frénétiques sur mon sexe. Relâchant un instant la sucette, elle lance un regard à Armelle et lui dit s’il te plait, que toi ce soir, pas plus je pourrai pas. Et à cette invitation elle se voit répondre un langoureux french kiss, je devine les langues se chercher dans leurs bouches. Je ne suis plus trop intéressé par l’idée de me faire encore sucer la bite. Déjà quatre femmes s’y sont mises ce soir et Hervé ne semble pas près de quitter cette vigoureuse levrette. Je décide donc de quitter le lit et de m’installer sur un petit fauteuil dans le coin de la chambre et de profiter du spectacle. Armelle déboutonne le chemisier de Vanessa et rigole devant ces petits seins qui s’offrent à elles. C’est vrai que ces piqûres de moustiques ne l’ont jamais complexée, ils sont tout mignons, si adorables. Elle se penche et les lèche du bout de sa langue. Vanessa se tourne et me cherche du regard, elle me sourit, gênée, mais me voyant le sexe à la main me fait un clin d‘œil et relève la tête de sa partenaire du moment pour à son tour s‘occuper de sa poitrine. Elle prend à pleine bouche ces magnifiques seins. Ses lèvres les sucent, sa langue les titille, ses dents viennent les mordiller. Armelle rit de toutes ses dents. Attends tu veux voir un truc de ouf que t’as jamais fait…et elle se prend à pleines mains les seins, les pétrit, et presse dessus et alors un premier jet de lait gicle du téton gauche puis un deuxième et un troisième s’échappe du droit, cela fait rire aux éclats Vanessa dont la timidité est enfin vaincue. Elle tente maladroitement d’att****r au vol les giclées qui viennent ruisseler sur sa petite poitrine. Armelle relâche l’emprise de ses mains, se penche et lèche Vanessa. Puis toutes les deux s’embrassent à nouveau, les mains dans le pantalon de l’autre se caressant les fesses mutuellement. Je m’étonne de voir que c’est Vanessa qui prend l’initiative d’aller plus loin en faisant glisser tout doucement le fuseau sur le cul d’Armelle. Un cul bien blanc en comparaison de son visage tout bronzé, cela est aussi comique que délicieux à voir. Armelle fait comprendre à Vanessa qu’il faut qu’elle s’en tienne qu’aux caresses de ce côtés ou alors seulement son bas ventre, ce n’est pas la bonne période pour aller devant…Toutes deux restent donc à se caresser les fesses, quatre fesses blanches toutes aussi appétissantes les unes que les autres. Les fuseaux à peine roulés sur le haut des cuisses, elles sont là quasi nues à s’embrasser, à laisser leurs mains aller et venir sur la peau de leurs corps. Cette étreinte saphique me contente et assez vite je ses que je viens entre mes doigts qui s’empressent autour de ma bite; je ne peux contenir mon éjaculation. Toutes deux éclatent de rire. Tu permets, lance Armelle à Vanessa, me désignant du regard. Et elle approche à quatre pattes telle une féline, se faufile entre mes jambes et vient lécher les quelques gouttes de sperme qui sont encore sur mon sexe. Grisé par la situation, l’excitation et l’alcool, je suggère à Vanessa, venue se rafraîchir avec moi dans la salle de bain, de nous éclipser discrètement et de finir tranquillement la nuit tous les deux à l’appartement. En passant devant la chambre nous faisons un petit signe d’au revoir à Armelle qui s’affairait avec la partenaire d’Hervé, nous descendons au rez-de-chaussée cherchons à trouver notre hôtesse pour la saluer, mais elle est occupé à califourchon sur un homme la robe relevée sur ses hanches. En me retournant pour fermer la porte j’ai le temps d’apercevoir une magnifique toison pubienne qu’arbore Louisa, aux reflets presque roux. Dans ma tête je pense qu’alors cela serait cool que Vanessa se laisse pousser les poils aussi un peu sur la chatte . Cela m’excite à nouveau nous pressons le pas pour rentrer, et par deux fois je glisse sur la neige. Nos rires généreux ont dû réveiller ou déranger quelques personnes cette nuit là.
100% (6/0)
 
Posted by tibubusiko
2 years ago    Views: 760
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments