Premier jour de vacances (Episode VI)

Je prends tes hanches à pleines mains et décide d'imprimer d'emblée une cadence soutenue, mes couilles claquant contre ton cul à chaque va-et-vient. Ta chatte est tellement suintante que mon membre coulisse en toi comme dans un rêve. Je sens mon plaisir monter en flèche, mais je m'en voudrais de te priver d'un autre orgasme, aussi je tente de garder le contrôle afin de durer plus longtemps en toi. Soudain, alors que mon attention était concentrée sur le spectacle de mon sexe pilonnant ton intimité, tu pousses un cri de surprise. Je lève la tête: il y a un homme qui nous regarde, là-bas dans l'eau, à quelques mètres de nous. Depuis combien de temps nous observe-t-il? Impossible de le savoir. Mais à en juger par la grosseur qu'il peine à dissimuler dans son maillot, il n'a pas dû rater grand chose de nos ébats. Nous restons immobiles quelques instants. Notre voyeur semble aussi gêné que nous, si ce n'est plus. Tout en restant blotti dans ton ventre, je me penche vers toi et te demande si ça te dérange qu'on continue notre câlin malgré tout. Tu sembles hésitante, ne sachant pas quoi décider. Aussi, je prends l'initiative de le laisser approcher. Le jeune homme sort de l'eau et s'arrête à deux mètres de nous, se posant à genoux sur le sable. Je parie que tu le trouves à ton goût, plutôt grand, assez musclé et la peau brunie par le soleil.

Malgré son physique avantageux, il semble plutôt inexpérimenté et nous regarde comme s'il n'avait jamais fait l'amour, ni même vu une femme nue auparavant. Probablement encore trop jeune. La pensée que nous sommes sa "première fois" me fait sourire. Je l'avertis qu'il peut nous regarder, mais en aucun cas se permettre de te toucher. Toi seule pourras décider, en temps voulu, ce que tu as envie de faire de lui. Il acquiesce silencieusement, comme hypnotisé par le spectacle de nos corps unis dans la passion. Après t'être assurée qu'il n'y a personne d'autre à proximité de nous, tu te détends un peu et, en cambrant légèrement ton cul, me fais comprendre que je peux m'y remettre. J'agrippe fermement tes fesses entre mes mains et recommence à butiner ton nid d’amour. Le jeune homme bande comme un taureau sous son maillot, il ne te lâche pas des yeux, admirant tes seins ballotant à chacune de nos à-coups, devinant ton sexe avalant sans répit le mien. "Tu peux te branler, si tu veux", l'invites-tu. Il ne se fait pas prier et extirpe de son maillot une queue longue et fine, surmontée d'un court gland rose. Il prend son membre en érection dans sa main et se met à l'astiquer fougueusement, tout en te dévorant du regard.

De là où je me trouve, je ne peux pas voir ton expression, mais j'imagine aisément que tu ne résistes pas à la vue de cet autre sexe. Je sais combien, parfois, tu aimerais pouvoir me sucer alors que je te pénètre ; que je puisse me dédoubler, voire davantage. Tu pourrais ainsi t'affairer sur plusieurs bites à la fois. Cette pensée m'excite, aussi je redouble d'effort et continue de donner de grands coups dans ton sexe tout en griffant ton cul charnu. Toi, tu gémis de plaisir, arrosant ma queue de l'intérieur, et tu te contractes de plus en plus. L'orgasme n'est plus très loin. Le jeune homme semble également monter, son sexe durcissant à vue d’œil. Je vois ton bras se tendre vers lui et t'entends lui dire: "Viens dans ma main, que je m'occupe de toi." Il s'approche avec maladresse, son sexe tendu venant presque effleurer ton visage. Tes doigts se referment sur cette verge juvénile et tu te mets à le masturber. Ta chatte semble se dilater encore un peu plus, et je sens que ça bouillonne à l'intérieur. Au bout de quelques minutes, je sens les parois de ton vagin se contracter sur ma bite, et je vois ta main se crisper sur la queue écarlate de notre jeune invité. Enfin, tu t'écroules sur la serviette, sous l'assaut d'un orgasme fulgurant, tu pousses un long hurlement et ton nid d'amour vaporise de la mouille sur toute ma toison pubienne et mon entrejambe.

En te voyant jouir aussi fort, le jeune homme semble intimidé. Presque inquiet, même, de te voir ainsi allongée sur le ventre, peinant à reprendre ta respiration, tremblant de tous tes membres à cause de la terrible décharge de plaisir que ton corps vient de subir. Cependant, au bout de quelques secondes, tu te redresses, ragaillardie, et tu t'empares à nouveau de sa verge tendue pour la branler de plus belle, tout en remuant ton cul sur ma bite poisseuse. "Dépêchez-vous, j'ai envie que vous jouissiez sur moi en même temps". Tes désirs sont des ordres, ma princesse. J'appuie de toutes mes f***es contre l'entrée de ton vagin, frottant mon gland avec puissance afin de monter en flèche. Au chaud dans ta main experte, notre jeune ami ne semble plus savoir où il habite. Ses muscles se mettent bientôt à tressaillir, ses couilles se contractent et sa queue sursaute entre tes doigts. Tu te redresses légèrement, afin de lui offrir ton cou et ta poitrine pour accueillir sa semence. Laquelle ne tarde pas à arriver. Dans un ultime élan, le jeune homme s'approche tout près de toi et balance son liquide blanchâtre et épais sur tes seins en poussant un énorme cri de satisfaction.

Ma chérie, je sais combien tu as rêvé de ce moment, de pouvoir sentir du sperme se déverser sur ton corps alors que je suis encore au chaud, au creux de tes reins. Plus pour longtemps, cependant, car j'atteins l'orgasme à mon tour. En ajoutant, au désir accumulé ce matin en te regardant te caresser, celui procuré par ce câlin passionné au déroulement inattendu, autant te dire que ma queue s'est gorgée d'une quantité conséquente de liqueur. Alors que je jouis enfin, j'expulse deux longues giclées au fond de ton ventre, puis je retire ma bite et plusieurs autres jets de sperme viennent maculer ton dos et tes fesses. Épuisé, je me laisse tomber en arrière. A moitié conscient, je regarde ma semence se frayer un chemin le long de la raie de tes fesses, s'agglutinant sur ton petit trou et à l'entrée de ton minou, quelques gouttes tombant même sur la serviette. Tu te relèves, et je peux alors admirer ton corps couvert de nos spermes, ta poitrine ruisselante de sa semence et ta chatte laissant écouler le long de tes cuisses le fruit de ma jouissance. Radieuse, tu viens te coller contre moi, badigeonnant mon ventre de ce mélange odorant et collant. Puis tu prélèves quelques gouttes de mon sperme qui coule de ton sexe, portes tes doigts à ta bouche pour avaler mon nectar et me glisses au creux de l'oreille: "Alors, ça t'a plu?" A ton avis...

L'air complètement déboussolé, mais visiblement ravi, le jeune homme prend vite congé en balbutiant un remerciement. Il enfile à la hâte son maillot, manquant de s'étaler sur le sable et repart prestement en direction du village. Nous le regardons s'éloigner, nus dans les bras l'un de l'autre. "Bon, si on se nettoyait un peu, maintenant?", proposes-tu. Tu prends ma main et nous rejoignons ensemble la mer turquoise. Nous avançons jusqu'à ce que tu aies de l'eau à hauteur des hanches, puis j'entreprends de te laver délicatement, prenant de l'eau entre mes mains en coupe pour la déverser sur ton corps souillé de sperme. Cette toilette érotique ravive mon désir, mais il est plus sage de s'abstenir pour l'instant, sous peine de ne pas pouvoir faire de câlin ce soir. Je nettoie ta poitrine, ton ventre, ta toison pubienne, je passe mes doigts sur tes orifices encore ouverts, je frictionne tes cuisses et ton dos, puis je m'offre à tes soins. Une fois propres, nous barbotons quelques minutes dans cette eau si agréable avant de regagner nos serviettes. Le contrecoup de nos ébats nous tombe dessus comme une massue et nous nous assoupissons, lovés l'un contre l'autre.

A suivre...
75% (3/1)
 
Posted by sophiemarc06
1 year ago    Views: 196
Comments (1)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
contente de vous lire et que vous avez permis la realisation de certains de vos fantasme hates a la suite xxxxxxxxx sandra