La vie d'une chienne (4) : Charlotte

Je m'appelle Marie, j'ai 23 ans...et je suis une chienne.

Ou en étais-je?...Ah oui...la vengeance de Charlotte. (cfr épisode 3)

En me réveillant le lendemain de mon "agression", je commençais par prendre une douche.
Mon corps était encore meurtri par les assauts subits la veille, mais mon esprit tournait à plein régime. Je revoyais défiler les images de tous ces mecs me baisant et m'humiliant comme la dernière des traînées. J'allais commencer à me caresser, mais je décidais de m'abstenir. Il fallait que je réfléchisse.

Depuis la veille au soir, je me posais une question...qui était vraiment Charlotte?
Je l'avais prise pour une petite bourgeoise coincée, mais les événements d'hier m'avaient donné tort. Quelle genre de fille organise un viol collectif par simple vengeance? Quelle genre de fille fricote avec des pervers comme Franck et ses mécanos, prêts à abuser d'une jeune fille sur simple demande? Et surtout...quelle genre de fille pouvait prendre un tel plaisir à ass****r à ça?

Car ça lui avait plu. Elle piaffait d'excitation a chacun de mes gémissements, m'insultait et donnait des ordres à mes agresseurs pour qu'ils ne relâchent pas leur hardeur...Sans compter la douche dorée dont elle m'avait abreuvée pour clôturer les ébats. Tout cela témoignait d'une perversité assez flippante...même pour moi.

J'y réfléchit encore une bonne demi heure, puis je pris ma décision. Je me rendrais à son studio le jour même pour avoir une discussion franche avec elle...de garce à garce!
Je m'y rendit en début de soirée, lorsque les cours (qu'elle suivait avec assiduité) étaient terminé. J'étais déterminée et pas mal remontée...mais je fus vite refroidit.
Alors que j'arrivais chez elle, je vis sortir l'immonde Franck. Transpirant, une casquette dégueulasse vissée sur son crane dégarnie, et cigarette au bec. Au bout d'une minute, Charlotte sortit à son tour, tête baissée, et portant un long manteau noire. Il la prit par le bras et l'emmena vers le métro tout proche...d'abord déboussolée, je décidais de les suivre.

Le voyage dura 20 minutes et puis je les vit sortir à une station que je ne connaissais pas. Une fois dehors, je ne pus m'empecher de sourire. Nous étions dans le quartier chaud. Les sex-shops et les peep-show abondaient sur tout le boulevard. Franck et Charlotte marchaient d'un bon pas et d'un coup, sans hésitation, ils pénétrèrent dans un cinema X un peu miteux.

J'étais aux anges. J'allais avoir la preuve que j'attendais sur le caractère dépravé de Charlotte. Je leur laissait 2 minutes d'avance...et puis j'entrais.

Le gérant était un vieux type d'une soixantaine d'année, cheveux grisonnant et dents en piteux état. Il m'adressa un sourire interloqué, sans doute surpris de voir une deuxième jeune fille en à peine quelques minutes. Alors que je sortais mon portefeuille, il m’arrêta d'un geste.

"Pas de ça ma mignonne, c'est gratuit pour les jolies minois comme le tiens...mais je te préviens, t'as pas choisi le bon jour pour t'encanaillée. Y'a une jolie poupée qui vient de rentrer avec son vieux mec...et du coups, mes clients risquent d'être sacrement en chaleur dans quelques minutes. Ca risque de dégénérer."

Je lui tendis malgré tout un billet

"Je viens juste pour regarder aujourd'hui. Donc voila de quoi vous faire garder le silence sur la présence d'une deuxième jeune fille"

Il prit le billet et me fit un clin d'oeil

"Asseyez vous dans le fond de la salle et tout au bout de la rangée. Personne ne saura qui vous êtes dans la pénombre...surtout qu'ils risquent d'être occupé"

Je rentrais donc dans la salle plongée dans le noir et me faufilait jusqu'a la place indiquée. Sur l'écran, la sculpturale Tara White suçait deux belles queues en même temps, mais pour une fois, ce n'est pas ça qui m'excitait. Au premier rang, je repérais immédiatement mes cibles. Je pouvais deviner que Charlotte branlait Franck au petit spasme qui le secouait. A deux siège d'eux, un jeune black les fixait avec envie. Pareil pour le vieux pervers à lunette debout au bout de la rangée. Un petit homme dégarnit, assis deux rangées derrière eux semblait également comprendre ce qui se passait et il se leva pour rejoindre le premier rang.
5 minutes plus tard, le jeune black était assis à coté de Charlotte et lui pelotait les seins sous son manteau. Le type à lunette était juste devant elle et se branlait en matant. Le troisième gars n'était plus très loin, déboutonnant déjà son pantalon. Alors Franck se leva et prit Charlotte par la main. Il l'amena devant l'écran et retira son manteau. Elle ne portait qu'un ensemble de lingerie sexy rouge en dentelle. Les clients poussèrent un murmure de plaisir. Elle était vraiment bandante. Des seins ronds, fermes et imposants sur une taille mince et échancrée se poursuivant sur de longues jambes interminables.
Ils se jetèrent littéralement sur elle. Arrachant son soutien et baissant sa culotte sans ménagement. Elle commença à gémir quand le gros pervers lui empoignit les seins pour les triturer et émit une petit protestation quand le jeune black à genoux devant elle commença à lui lécher la chatte. Franck se recula tout en se branlant et le petit homme dégarnit s'approcha alors pour lui caresser les fesses. Ils la fouillaient sans considération, avec leur mains, leurs doigts et leur langues. Ne s’intéressant qu'a leur plaisir.
Ils finirent par la mettre à genoux et elle fut forcée de sucer le black et le gros pervers à tour de rôle.Le petit timide préférant se placer derrière elle pour continuer à doigter son petit cul. La encore, il ne se souciait guère d'elle.
Ils enfonçaient leur bites bien à fond dans sa bouche jusqu’à lui faire venir larmes et les hauts le coeur. Puis il tapaient son visage avec leur glands. Le black prenait même un malin plaisir à lui boucher le nez pour la faire suffoquer à plusieurs reprise sous le regard complice de Franck. Le petit timide ne l'était pas autant que ça, car je le voyais maintenant ajouter un deuxième doigts à son petit va et vient dans l'anus de Charlotte.
Le black la poussa par terre, faisant trébucher le petit avorton, et lui monta dessus en missionnaire. Le gros pervers vint s'agenouiller au dessus de son visage et fourra ses boules dans sa bouche, tandis qu'elle subissait le pilonnage en règle.
Le black chuchota quelques choses au gros type et ils échangèrent de place. Le black vint fourrer son énorme queue dans la bouche de Charlotte tandis que le vieux pervers la bourrait comme une poupée gonflable.

J'étais au comble de l'excitation, ma main était fourré dans ma culotte et je me caressait comme une folle. Soudain j'entendis le bruit d'une fermeture éclair, et en me retournant, je vis le vieux gérant avec sa bite en main juste à coté de moi. Avec son grand sourire édenté il me dit

"Un pauvre billet de 20 ne suffit pas pour que je me taise chérie...mais une petite pipe pourrait faire l'affaire"

Sa menace faillit me faire rire, mais j'étais trop excité pour refuser de sucer une queue, même une demi molle odorante comme la sienne. Je commençais donc à lui faire sa petite gâterie...m'arrangeant pour alterner fellation et masturbation afin de continuer à ass****r aux ébats devant l'écran.

Le gros pervers s'était a nouveau accroupi au dessus du visage de Charlotte...mais cette fois, il écartait ses fesses pour qu'elle puisse lui lécher l'anus. Je le voyais prendre son pied en sentant la petite langue s'enfoncer dans son cul. Le black avait laissé l'avorton s'allonger entre les jambes de Charlotte pour lui bouffer la moule.

La bite du vieux gérant commençait à durcir et je la pompais avec de plus en plus d'hardeur, perdant de vue l'orgie pendant 2 petites minutes. Dans un râle, il se vida les couilles au fond de ma bouche et j'avalais tout le foutre chaud goulûment. Il soupira en s'asseyant sur le siège à coté du mien et je pu reprendre mon observation.

Le black s'était rassis et forçait Charlotte (à présent à quatre patte) à lui sucer la queue en lui empoignant les cheveux. Le gros pervers avait pour sa part entreprit de la sodomiser bien à fond tout en lui pressant les tétons. Lorsque que Charlotte gémissait, je pouvais entendre Franck l'insulter

"Ta gueule salope...fais pas ta mijaurée...je sais que t'adore qu'on te dilate ton petit cul."

Le vieux gérant avait maintenant sa main dans ma culotte et me doigtait doucement. Je le laissais faire avec plaisir.

Avant de jouir, le gros porc se retira du cul de Charlotte, laissant la place au petit dégarnit qui vint s'engouffrer dans l'orifice encore béant que lui offrait Charlotte. Il ne tint que quelques secondes et puis il lâcha son jus dans le cul de sa proie. Franck bouscula alors le type et vint à son tour pilonner la rondelle de sa "protégée"

"J'adore te baiser quand tu es encore pleine du jus d'un autre"

Il la bourra 1 ou 2 minutes, puis déchargea à son tour dans un râle.
Le gros pervers était aux anges...dès que la place fut libre, il s'enfonça dans la chatte de Charlotte

"Voila...je viens...je vais inonder ta cramouille maintenant..."

Et il s’exécuta.
Au même moment, le black lâcha la purée dans la bouche de Charlotte...et lui maintint le tête pour s'assurer qu'elle n'en perde pas une goutte. C'était terminé.

Les 3 types se rhabillèrent et partirent sans un mot. Franck vint cracher au visage de Charlotte

"Allez salut vieille truie...à la revoyure"

C'était ce que j’espérais...Charlotte allait se retrouver seule...et il fallait que je lui parle.
Je retirais la main du gérant de ma culotte et rajustait mon pantalon. Puis je me levais et lui lançait

"Fini pour aujourd'hui mon chou...mais je reviendrais...tu va adorer mon petit cul"

Je courus rejoindre Charlotte qui venait d'entrer dans les toilettes avec ses vêtements sous les bras. A partir de ce jour...nous allions de venir de très bonne amies...


100% (2/0)
 
Posted by shame662
7 months ago    Views: 1,407
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments