Voyage d'affaire

Véronique, pour une fois, je t'ai amenée avec moi dans un de mes voyages.
Voyage impromptu. Travail du dernier moment.
Une chambre a été réservée dans un hôtel à destination et nous sommes partis.

A l'aéroport, je t'ai laissé partir en taxi directement à l'hôtel et de mon côté je suis allé à mon rendez vous.

En rentrant dans l'hôtel, je t'ai appelée au téléphone pour te dire que j'arrivais. Tu m'as simplement dit le numéro de la chambre et que la porte était ouverte.
Je sors de l'ascenseur et je tourne à gauche.
Le couloir est long vers le numéro 224. C'est la chambre située au bout du couloir, près de l'escalier de secours. Je marche sans bruit sur la moquette et me dirige vers la chambre.
Devant la porte, je toque légèrement. J'entends une petite voix qui me dit d'entrer.
J'ouvre doucement la porte et je me glisse à l'intérieur.
Tu as tiré les rideaux et la pièce baigne dans un clair obscur qu'éclaire le peu de lumière extérieure passant entre les rideaux.

Dans cette demi pénombre le spectacle qui apparaît à mes yeux est unique, formidable et a de quoi nourrir tous mes fantasmes.

Véronique, j'ai vu directe sur tes fesses et ta croupe généreuse. Tu t'es installée nue sur le lit, dans la position de la levrette les fesses orientées vers la porte. Tu as posé tes épaules à plat sur le lit, étendu tes bras en croix et ta tête repose de coté sur le dessus de lit. Tes cuisses sont légèrement écartées et ouvrent une vision divine sur la fente de ton sexe épilé dont je distingue tous les détails : ton clitoris déjà gonflé, les lèvres rosées, l'entrée de ton intimité. Ta position penchée sur le lit et tes jambes écartées ouvrent aussi ta raie fessière et je vois cet anneau qu'est ton anus.

Doucement, je m'approche de toi. Je pose mes mains sur tes rondeurs fessières et je les caresse. En me penchant, je dépose un petit baiser sur chacune d'elle. Je poursuis ma caresse.

Mes mains en symétrie parcourent ton petit derrière adoré. Mes pouces s'approchent de ta fente et massent délicatement ton clitoris. Ils le branlent délicatement tirant ainsi de ta bouche quelques petits soupirs de plaisir. Pendant que l'un poursuit son mouvement branlatoire, l'autre remonte le sillon de ton sexe, en massant ton intimité. Il rejoint l'entrée de ton sexe et la pénètre profondément. Tu es déjà humide de cette liqueur qui oint ta divine caverne. Par petits mouvements, mes pouces te donnent du plaisir. Je sens ton souffle donner des signes de contentement.
Tout humide, un de mes pouces remonte légèrement ton périnée et caresse ta petite entrée. Tout en caressant je pousse doucement et le bout de mon pouce pénètre l'entrée interdite. Tu ne bouges toujours pas. Tu ne dis rien. Je ne perçois que le bruit léger de ton souffle. De la même main, mon pouce toujours te pénétrant, mon index entre dans ton sexe. Délicatement, mes doigts en pince, à l'intérieur de tes douces intimités, je masse roulant mes doigts au travers des parois, te tirant quelques petits soupirs supplémentaires.

Tu n'as toujours pas bougé de ta position.

D'une main, je défais mon pantalon que je fais tomber, avec mon caleçon, sur mes chevilles.
Je me met à genou par terre derrière toi. Ma bouche prend la place de mes mains. Je tête et je suce ton clitoris. Ma langue s'enfonce dans ton sexe lapant ton précieux liquide. Je remonte vers ta petite entrée que je lèche d'un bout de langue pointu.
Mon sexe répondant à cette stimulation commence à se raidir. De quelques caresses, je l'aide et il finit par se relever complètement, comme savourant par avance sa friandise.

Je me lève. Ton sexe est à la hauteur de mon pénis. Je le prends dans ma main et du gland je branle ton clitoris. Je te sens gémir. Toujours l'aidant, je remonte mon bout vers l'entrée de ton sexe. Là, je pousse doucement en avant. Tu es toute mouillée. Doucement, lentement, délicatement, je te pénètre jusqu'au plus profond. Mes mains se sont saisies de tes hanches et te retiennent alors que je pousse mon sexe en avant au plus profond de toi. Tu fais marcher tes muscles intérieurs qui enserrent et desserrent alternativement ma hampe. Lentement, je me retire. De mes doigts, je te caresse de nouveau: ton clitoris, ton sexe. Je pose mon sexe le long de ta raie fessière et fait quelques petits mouvements entre tes globes. Un de mes pouces humide s'insère dans ton petit trou. Il te masse. Je pointe mon dard à l'entrée de ta rondelle lubrifiée, et pousse doucement. Une légère résistance, et mon gland glisse dans cette entrée qu'amoureusement tu me réserves et me donnes. Tout à mon plaisir je goute cet instant divin du plaisir de cette pénétration. Je ne peux que t'aimer plus chaque fois que je profite de cette voie unique.

Puis, je sors de ton petit trou, baisse de quelques centimètres et pointe mon ogive à l'entrée de ton sexe. Je te pénètre de nouveau, lentement. Une fois totalement introduis j'entame un lent mouvement de va et vient. Tu soupires chaque fois un peu plus fort à chacune de mes sorties et de mes pénétrations. Je pousse mon doigt dans ton cul en même temps que je laboure ton sexe.

Tes bras sont toujours étendus en croix. Tes mains se sont refermées sous le plaisir, sur le couvre lit et serrent le tissu en le tordant.

Je sens ton plaisir arriver. Ton sexe humide semble de plus en plus chaud. Ta liqueur coule mouillant mes couilles. Les mouvements de tes muscles intérieurs s'accélèrent.
Te sentant venir, j'accélère moi aussi mes mouvements de pénétration. Mon doigt qui est toujours entre tes fesses, accélère lui aussi le mouvement.
Dans une dernière poussée, alors que sort de ta bouche un énorme soupir, je me libère au plus profond de toi. J'enfonce plus mon doigt, touchant au travers des tissus mon sexe qui se libère de sa semence.
Je sens chez toi un désir de crier à pleine gorge cet instant. Tu mords le dessus de lit, ce qui t'en empêche.

Debout, je ne sais plus où j'en suis. Je suis toujours enfoncé en toi. Je me penche en avant, et enlace ta taille.
Nous roulons sur le côté. Me tournant le dos, tout contre moi, tu te loves en chien de fusil. Je t'embrasse derrière l'oreille. Tu tournes la tête sur le côté. Je t'embrasse à pleine bouche. Nos langues s'apprécient. Je te suce. Tu me rends la pareille goûtant le suc de ton sexe sur mes lèvres..

Dans un souffle je t'entends me dire : »bienvenue mon amour ». Ce sont les premiers mots que je t'entends dire aujourd'hui.

Plus tard, après être passé sous la douche, nous rejoignons mes clients qui nous invitent en soirée. Tu as revêtu une robe s'arrêtant à mi-cuisse et pourvue d'un décolleté « accrocheur ». Si on peut remarquer que tu n'as pas de soutien-gorge parce qu'on devine les tétons au travers du tissu, je suis le seul à savoir que tu n'as ni culotte ni string.
Je suis également le seul à savoir que dans ton sexe se trouve un petit œuf et que j'en détiens la télécommande dans la poche. Petit jeu savoureux. Impromptu.

Heureusement que les autres n'en savent rien.

Amusant l'ignorance.
77% (5/2)
 
Categories: First Time
Posted by razalgull
2 years ago    Views: 365
Comments (2)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
2 years ago
sympa ☺
bi49
retired
2 years ago
lecture difficile