shopping.... la suite

Le retour à la maison avait été chaud.

Dans la voiture, lorsque tu t'es assise, tu as relevé ta jupe pour t'asseoir sur tes fesses nues révélant ainsi ton sexe épilé. A peine la voiture en marche, tu t'es caressée, cuisses grandes ouvertes; et çà a duré tout le temps du trajet. Pendant qu'une de tes mains s'occupait de ton minou, l'autre massait, au travers du tissu de mon pantalon, mon sexe bandant. Tu m'as fait part du plaisir que tu avais tiré de ce moment ambiguë avec la vendeuse.

A la maison ensuite, dès la porte passée, tu t'es débarrassée de ta robe. Nue. Uniquement vêtue de tes chaussures à talon. Tout aussi rapidement je me suis défait de mes vêtements que j'ai laissés tomber en tas à mes pieds. Pendant ce temps, tu as passé le soutien gorge, les bas et le porte jarretelle.

Prête. Je t'ai prise dans mes bras, nos lèvres brulantes se joignaient dans un long baiser où nos langues s'unirent passionnément. Nos mains caressèrent nos corps. Sans plus de préliminaire, je te pris sous les fesses et te soulevais. Tes jambes ceinturaient ma taille. En te laissant retomber, tu t'empalais, dans un souffle de plaisir émis par nos gorges, sur ma bite dressée.
C'est là, debout, ton dos contre la porte d'entrée, au milieu de nos vêtements épars par terre, que je t'ai fais l'Amour. De mon sexe turgescent, je te labourais. Ton dos battait en mesure contre la porte a chacun de mes assauts. Nos bouches restaient unies. Enfin, nos corps couverts de sueur, à l'unisson nous prenions notre plaisir. Intense, profond.

Oh! Véronique, comme je t'aime.

Pour nous remettre et nous rafraîchir, nous avons plongé, nus, dans la piscine. Puis nous nous sommes installés au soleil, sur des transats, un verre à la main.
C'est là, après discussion, que nous avons pris, ensemble, la décision de répondre à l'invitation de la vendeuse. Ce serait une grande première dans notre relation : malgré ce que tu avais pu dire à l'employée au magasin, nos jeux amoureux étaient toujours restés entre nous. Nous n'avions jamais fait à plusieurs.

Nous avons donc pris contact avec la vendeuse qui se prénomme Sylvia.

C'est devant sa porte, en ce début d'après midi ensoleillé, que nous nous trouvons, Véronique et moi.

Sylvia nous ouvre, recule de deux pas et apparait. Décidément, la belle promet. Nous refermons la porte. Sylvia, chaussée d'escarpins à talons hauts, est vêtue d'un déshabillé transparent. Le voile vaporeux laisse apparaitre un soutien gorge pigeonnant relevant deux seins opulents magnifiques. Le push-up est du plus bel effet. Sa taille est ceinturée d'un porte jarretelle soutenant des bas noir gainant ses jambes longues et fines. Par dessus les jarretelles elle a passée un string fendu. L'ouverture dévoile le capuchon de son clitoris, orné d'un petit bijou doré du plus bel effet.
- " puis-je vous débarrasser?" nous dit-elle.

Véronique se défait de la veste longue qu'elle avait revêtue. Elle apparait alors avec ce que nous avons convenu tous les deux. Notre choix s'est porté sur des chaussures à talons, des bas soutenus par une guêpière à bonnets redresse seins. Ses seins reposent comme sur des présentoirs, en offrande, les tétons fermes. Pas de string, nue. Notre hôtesse, prenant Véronique par la main, la fait tourner sur place pour la voir entière.
Admirant la croupe cambrée de ma compagne, elle découvre dans la vallée des fesses, un magnifique Rosebud orné d'un cristal. J'ai voulu que Véronique orne son petit trou. Sylvia caressante semble apprécier.

Je me suis aussi défait de mes vêtements. J'apparais entièrement nu. Véronique a orné mon sexe d'un discret collier doré orné de perles et a inséré dans ma rondelle un petit bijou pénétrant dont seules les chainettes apparaissent entre mes fesses.

J'ai en ma possession une petite boite que je garde avec moi malgré ma nudité. Sylvia s'enquiert de ce que cela peut être.
- "Une surprise. Pour vous et Véronique. " Qui me regarde sans savoir.
- "Bien, nous dit Sylvia, je vous précède".

Nous la suivons dans le salon. Elle laisse derrière elle flotter des effluves de son parfum. Et c'est l'occasion d'admirer le coté face.
- " Bon Dieu! Ce qu'il y avait sous la jupette au magasin, vaut vraiment le coup!"
Deux fesses magnifiques, aux galbes parfaits, ondulent devant mes yeux. Les deux globes sont séparés finement par le string émergeant de la vallée pour diverger et relever la taille.
Je flatte la croupe de Véronique et la pousse en avant. Là aussi, j'apprécie la vue : le cristal me plait beaucoup.
Dans ma marche, les ornements du petit collier sur mon sexe me caresse, pendant que dans mon anus le bijou pénétrant roule agréablement dans son écrin.

Nous nous retrouvons dans un salon meublé contemporain. Deux canapés se font faces séparés par un table basse sur laquelle sont posés trois coupes et une bouteille de champagne. Délicate attention.
-" Avant de nous asseoir, avec votre permission, je voudrais vous faire un cadeau à toutes les deux."
-" Bien sûr" me disent-elles à l'unisson.
J'ouvre la boite et apparaissent, posés sur un feutre rouge, deux Rosebud à queue de cheval. Beaux objets brillants prolongés d'une queue couleur de jais.

-" Accepteriez vous que je vous pose mon petit cadeau?"
Sylvia accepte, défait les liens fermant son négligé qu'elle fait tomber d'un mouvement d'épaule, se tourne, se penche en avant, et pour plus de confort pose un pied sur la table basse. Le premier contact physique avec notre hôtesse. Avec deux doigts j'ouvre un peu les fesses, écarte le string et je découvre le petit trou. Mignon, rose, bien fermé. D'un doigt je mouille la rondelle, préparant l'intromission. Puis je présente le bout du Rosebud que j'ai humecté à ma bouche. Je pousse doucement. Avec enchantement, je vois disparaitre dans ce si beau petit cul, l'olibos. L'anneau du cul se referme sur le col et ne reste plus que l'extraordinaire croupe d'où émerge la queue. J'aime la vision. La queue brune sortant des fesses et, accroché au capuchon du clitoris, le petit pendentif doré. Vue de près le sexe est beau avec des lèvres parfaites. De la main je flatte cette croupe offerte et d'une tape lui signifie que c'est fini.

Véronique semble apprécier. A son tour elle se penche. J'extrais le Rosebud qui orne son trou et le remplace par le nouveau. J'aime le cul de ma compagne : rond, agréable au toucher et à la pénétration. Son sexe est doux et chaud. Je la caresse et, elle aussi, la flatte.

Les deux filles s'admirent mutuellement, se regardent en virevoltant dans une psyché faisant ainsi flotter les queues. Elles en touchent le soyeux. Je regarde ce petit spectacle. J'aime. Mon sexe se redresse.
J'attire les filles vers le canapé. Véronique s'assoit, montrant à sa petite camarade comment je veux qu'elles soient assises : les fesses posées sur le bord de l'assise, jambes écartées, buste droit reins cambrés. Cette position fait ressortir la poitrine et expose agréablement l'entre-jambes. Sylvia s'assoit de cette manière, et je vais m'installer dans l'autre canapé. Moi aussi du bout des fesses, jambes écartées, exposant mon sexe à la vue.
Érotique à souhait. Le petit bijou ornant le sexe de Sylvia et ses seins relevés par le soutien gorge, les queues de cheval étalées sur le cuir blanc du canapé, la fente du sexe de Véronique et ses seins offerts sur les présentoirs des demis-bonnets, la sensation physique du petit bijou pénétrant mon cul. La vision et l'ambiance me font bander.

A la demande de Sylvia, je fais le service. Je verse le champagne dans les coupes. Tout en devisant, nous buvons à petites gorgées.
Véronique et moi exposons à notre compagne que c'est notre première fois, et que nous ne désirons pas de coup si ce n'est, éventuellement la fessée pour Véronique, que je n'accepte de me faire pénétrer que par un doigt. Sylvia nous dit accepter toutes sortes de choses mais pas de coup hormis, elle aussi la fessée. Nous décidons de pouvoir a tout moment refuser. Nous continuons notre conversation.

Délicatement, Sylvia pose la main sur la cuisse de Véronique. Légèrement, elle caresse la jambe gainée. Petit à petit, la main remonte la voie ouverte et se pose sur le bas ventre. Puis elle se retourne, sa main quitte l'entrejambe pour être aussitôt remplacée par l'autre. Son visage s'approche de Véronique, pose ses lèvres sur la bouche de ma compagne. Sa langue f***e l'entrée. D'abord timide, par petites touches, Véronique se libère de ses appréhensions ; le baiser se fait plus fougueux. Les mains se font papillons ; caressants qui un sein, qui une fente. Les amantes basculent sur le canapé ; corps mêlés.

Ma coupe dans une main, outre le précieux liquide, je savoure le spectacle. Entre mes jambes mon sexe est dans une extraordinaire forme. De mon autre main je me caresse.

Mais je ne suis là, pour l'instant, que spectateur. Ma participation ne sera que voulue par les filles, avec néanmoins quelques petites dérogations. Je profite donc amplement du show.

- "Nous serions peut être mieux dans la chambre. Si vous voulez bien. " nous dit Sylvia.

Elle se lève, attire Véronique. Enlacées, échangeant de petits baisers, elles se dirigent vers une pièce voisine. Je prends le pas, mon regard rivé sur les deux culs qui me précédent. Les deux queues balancent légèrement au rythme de la marche.

La chambre. Les rideaux tirés assombrissent légèrement rendant plus intime l'ambiance relevée par des bougies disposées çà et là. Un grand lit rond couvert d'un drap en soie grège. Près du lit, une petite table sur laquelle sont disposés divers objets : godemiché, ceinture phallus, lubrifiant, etc. A un pas du lit un fauteuil près duquel se trouve une petite table basse sur laquelle se trouve encore trois coupes et une bouteille.
Je m'assois toujours les fesses au bord de l'assise, jambes écartées, sexe dressé. Je me sers une coupe. Les filles prennent possession de la scène, jouant de leurs corps magnifiques.

Elles se débarrassent promptement des chaussures. Elles s'enlacent, se caressent, échangent de longs baisers. Sylvia profite de la liberté des seins de Véronique pour les sucer, téter les tétons qui s'érigent de plaisir. Un échange se fait. Simplement. Chacune fait l'Amour à l'autre. Chacune prend possession du sexe de l'autre. Les doigts caressent les fentes, excitent les clitoris, pénètrent les sexes. Les chattes se mouillent du nectar intime des amantes qui se lèchent, se sucent, prennent plaisirs.
Chacune déclenche des orgasmes à répétition à l'autre.

N'y tenant plus, j'interviens dans le débat. Sylvia est à genou entre les jambes de Véronique et lui mange la chatte. La croupe enqueuttée est relevée. Je m'approche et caresse ce cul offert passant ma main entre les fesses. Sylvia me regarde et me fait part de son assentiment. Je baisse le string et l'en débarrasse. A cet instant, je remarque sur le coté de la fente, au niveau du clitoris un petit tatouage de couleur représentant un hippocampe ; bonne idée. Il faudra que j'en parle avec Véronique. Puis écartant la queue, je me penche sur ce sexe humide a souhait. Le gout en est agréable, légèrement acidulé. Enfin je me redresse et présente mon sexe. D'une lente poussée, ma bite pénètre cet écrin chaud, humide. Un bonheur. Jusqu'au fond. Et tout aussi lentement, j'entame un va et vient qui délivre sa part de bien-être : que c'est agréable. Sylvia continue entre les jambes de Véronique. Mon mouvement, petit à petit, s'accélère. De temps en temps, je fesse ces rondeurs et laisse de légères traces rosées. Je sens mon plaisir monter de mes couilles. Je saisi à deux mains les hanches et tire vers moi alors que du bassin je pousse en avant. Je pénètre ce sexe offert au plus profond et dans un souffle de plaisir je libère, à longs jets, ma semence. Je sens le corps de Sylvia réagir, se contracter ; un souffle rauque de plaisir sort de sa gorge. Je reste planté, les yeux fermés, dans ce trou accueillant, le corps parcouru des secousses de l'orgasme. Autour de mon sexe, je sens les contractions de plaisir de l'intimité de mon amante.
Ouvrant enfin les yeux, mon regard croise celui de Véronique. Ses yeux sont voilés de plaisir et elle me regarde en souriant goutant mon bonheur.

Je me sors de Sylvia et m'approche de Véronique. Je m'agenouille près d'elle et lui présente ma bite humide du sexe de notre bien-aimée et d'un peu de sperme. Elle enfourne mon manche et je sens sa langue me parcourir, ramassant au passage les reliefs de mon plaisir.

Je vais me rasseoir dans mon fauteuil, jouissant du spectacle. Sur le lit, les filles se démènent, jouissant des caresses. Ce n'est que soupirs et cris d'extase. Mon sexe entre mes jambes retrouve une certaine raideur. Je me caresse et me masturbe fougueusement les yeux rivés sur les actrices.

Véronique se penche et se saisit d'un godemiché, ma foi de bonne taille. Il représente, à s'y méprendre un phallus avec ses couilles. Véronique positionne Sylvia en levrette. Le cul présenté est toujours pourvu de la queue de cheval. Véronique suce le sexe artificiel, puis soulevant la queue dévoile la figue de sa maitresse; humide, rose tel la chair d'une figue où persiste une peu de mon sperme. Puis elle presse le gland du manche sur le clitoris de sa camarade. Du bout elle branle le petit membre érectile. La respiration de Sylvia s'accélère, le ventre se creuse. C'est le moment où le gland se pose à l'entrée du vagin et enfourné d'un coup, arrachant un soupir enchanté à Sylvia. Pendant qu'une main de Véronique branle le clitoris, l'autre manipule le godemiché allant et venant au plus profond.

Je me lève alors, je prends la bouteille de champagne et m'approche. A la régalade je donne à boire à Sylvia. Quelques gouttes perlent sur le menton. Je me penche vers elle, d'un regard je quête son autorisation et l'embrasse goulument. Nos lèvres se joignent, nos langues se mêlent. Baiser divin.
Je m'approche de Véronique qui fourrage encore le sexe de sa partenaire. Au goulot je lui donne a boire du champagne, puis l'embrasse à pleine bouche. Son regard me fait comprendre qu'elle a pris et prend encore du plaisir.
Je prends le Rosebud planté dans le cul de Sylvia et l'extrait. Je verse du champagne dans la raie offerte tout en attirant la tête de Véronique.
- "Lèche, tète, suce" lui dis-je.
Pendant que je verse a mince filet le vin ambré, elle boit à la raie, passant la langue dans le petit trou offert. Véronique se redressant, je ré-introduis le Rosebud dans la rondelle accueillant. Puis je vais me rassoir.
Je n'en peux plus de bander comme çà. J'accélère ma branlette.

Véronique s'aperçoit de mon état. Elle me dit:
-" Mon pauvre Amour solitaire. Laisse je vais t'aider".

Elle descend du lit, s'agenouille dans le berceau de mes cuisses largement ouvertes, me fait descendre plus dans le fauteuil. Les chainettes de mon bijou pénétrant pendent sous moi. Véronique se penche sur mon intimité dressée comme un mat. La langue lèche mes couilles, remonte le long de la tige vers le gland violacé d'envie. Par dessus, j'aperçois la queue de cheval ornant encore le cul de ma compagne. Par en dessous, pendant qu'elle œuvre sur ma bite, elle tire sur les chainettes et sort le gland de mon cul. Mon sexe est planté dans la bouche de Véronique, une main roule mes couilles. Je sens un des doigts de ma compagne s'introduire profondément dans mon anus. Il appuie sur la partie antérieure du colon augmentant la pression dans mon sexe. Je sens mon sexe durcir de plus en plus sous la caresse. J'apprécie.

Sylvia s'est redressée. Elle prend sur la table près du lit une ceinture pourvu d'une bite longue, grosse. Elle s'équipe et s'approche de Véronique qui n'a rien remarqué, occupée qu'elle est par ma hampe.
Sylvia, a genou derrière ma compagne, présente le godemiché au sexe de Véronique, qui est surprise et laisse un court instant la fellation pour regarder ce qu'il se passe derrière elle. Puis elle se remet à l'ouvrage. D'un long mouvement de hanche, Sylvia plante son pieu dans le sexe offert. Céleste spectacle : les queues dans les culs, le sexe planté ; étalon montant sa jument. De la main j'accompagne la tête de Véronique sur ma bite. Le regard de Sylvia est rivé dans le mien pendant qu'elle vrille Véronique. Et c'est les yeux dans les yeux, nous souriant, que j'éjacule dans la bouche de Véronique. Moment intense que celui de prendre plaisir dans la bouche d'une personne sous le regard complice d'une autre.

Au moment où je lâche ma crème, Sylvia se sort de Véronique. Elle s'approche, prend la tête de Véronique et lui demande de ne pas avaler. Elle l'embrasse à pleine bouche, mêlant leurs langues. Puis elles se séparent et toutes les deux me regardent. Elles me montrent leurs langues. Sylvia avait pris un peu de sperme dans la bouche de Véronique. Ensemble elles avalent. Divine vision.
-" Il a bon gout. J'aime. Sucré. " me dit Sylvia. Et elle embrasse de nouveau Véronique.
Joueuses, rieuses, complices, les deux se penchent sur moi. Elles se partagent ma bite, léchant, suçant, me doigtant le trou du cul : l'une après l'autre, ensemble.
Sylvia, toujours harnachée, caressant le phallus de sa ceinture et me regardant, me demande:
- « Voudrais-tu que je te pénètre avec? Je ne f***erai pas. »
Je regarde Véronique et finalement décline l'offre.
Je me penche vers elles et dépose sur les lèvres de chacune un léger baiser.
-" Merci les filles, c'était très beau et très bon".

Je sers trois coupes. Elles se sont assises sur le bord du lit, reins cambrés, jambes écartées. Sylvia s'est débarrassée de son harnachement. Je me lève et m'approche d'elles. Mes mains se perdent entre les jambes, mes doigts fourragent les sexes offerts. Elles ferment les yeux, goutant le plaisir du moment. J'embrasse chacune et leur redis merci.

Puis je dis à Véronique:
-" Il faudrait que nous partions".

Tout trois enlacés, nous quittons la chambre. Dans le salon Véronique et moi nous rhabillons. Sous sa veste elle garde la queue plantée dans son cul. Sylvia, toujours en petite tenue a toujours le sien ornant sa croupe.
Nous échangeons un long baiser. Les filles font de même.
Sylvia dit à Véronique:
-" Si tu veux, tu reviens. C'était très agréable. Vous pouvez revenir tout les deux si vous voulez."

Aux anges, je regarde les amantes se séparer. La veste de Véronique présente une légère excroissance au niveau de la queue de cheval. Une idée : je relève le bas de la veste laissant apparaitre les fesses et la queue. Je bloque le bas de la veste de manière que le cul reste découvert. Puis nous quittons la maison de Sylvia. La nuit est tombée. Véronique marche devant moi dans l'allée : les fesses ondulant au rythme de la marche, la queue battant la mesure. Dans mon pantalon mon sexe redonne des signes de vigueur.

Dans la voiture, éreintée, Véronique somnole. La veste ouverte laisse voir ses seins magnifiques posés sur les demis bonnets. Ma main caresse légèrement sa cuisse.
A la maison, nous passons sous la douche. Comme Véronique avait enlevé la queue, à la sortie je lui remet. Elle va se coucher aussitôt, nue comme a l'accoutumée. Lorsque je la rejoins dans la chambre, elle dort sur le ventre la tête reposant sur ses bras. Elle a sombré dans le sommeil en n'ayant pas eu le temps de se glisser sous les draps. La queue de cheval est toujours entre ses fesses, la crinière étalée sur son beau cul.

Oh! Véronique comme je t'aime. Que de plaisir me donnes-tu.
Puis, je me couche à ses cotés, la main posée sur sa chute de rein. J'éteins la lumière et, heureux, je m'endors.

.... C'était il y a quelques années.
Depuis ?!
Nous avons encore rencontré Sylvia. Plusieurs fois. Nous avons fait l'Amour. Nous avons fait des sorties ensembles : au spectacle, au restaurant, en promenade, en voyage. A trois. A deux ; Véronique et Sylvia, Sylvia et moi.

Véronique et moi n'avons jamais fait l'Amour avec quelqu'un d'autre que Sylvia.
Sylvia, avec le temps, n'a plus fait l'Amour qu'avec nous. Seule avec Véronique ou moi. A trois.

A chaque fois nous nous retrouvions chez elle.
Petit à petit, le sentiment s'est installé. Chacun aimant d'Amour les autres. Nous étions heureux ensemble et partagions tout.
Une seule fois elle est venue chez nous. J'avais fait aménager une des grandes chambres de la maison en installant une très grand lit. En guise d'inauguration, tout les trois nous y avons fait l'Amour.
Cette fois là, en fin d'après midi, au salon devant un verre, nous avons fait le constat que nous nous aimions. Chacun aimait les deux autres.
Véronique et moi en avions parlé et nous avons proposé à Sylvia de venir s'installer.
Cette fois là, nous lui avons fait visiter notre grande demeure. Nous avions organisé la visite. Outre la chambre avec le grand lit, j'avais fait installer trois chambres supplémentaires ; une pour chacun au gout de chacun.
Nous lui avons expliqué que nous pourrions nous retrouvé "en couple" dans la chambre d'un autre, que si nous voulions à trois nous nous retrouverions dans le "grand lit d'union".
Nous lui avons simplement proposé une vie "de couple" à trois.

Quelques temps après, ayant mûrement réfléchi, Sylvia s'est installée. Au grand bonheur de Véronique et moi.
Il arrive que nous dormions simplement, ensemble, tout les trois enlacés dans le grand lit. De plus en plus souvent d'ailleurs. Nus bien sur.
Depuis je suis heureux. Mes compagnes sont complices. Nous nous entendons magnifiquement. J'aime les voir marcher dans les rues dans leurs robes légères, enlacées, s'embrassant. J'aime marcher avec elles, enlacés, les embrassant. Sous le regard outré et parfois envieux des passants.
Je sais ce qu'il peut bien y avoir sous leurs robes légères. Des personnes que j'aime. Des choses que j'aime.

Dernièrement, nous avons scellé notre union. Le petit hippocampe tatoué sur la lèvre gauche du sexe de Sylvia ; Véronique a fait tatouer le même sur la lèvre de droite du sien. Les deux dessins regardent vers la fente du sexe. Et j'en ai fait tatouer un identique juste au dessus de la naissance de ma verge. Pour le sens vers lequel il devait être tourné, c'est Sylvia qui l'a donné:
- " Vers la droite. Regardant le coté de Véronique. N'est-elle pas ton premier Amour ?!".

Adorable Sylvia.
Oh ! Mes Amours. Comme je vous aime. Véronique et Sylvia.



85% (9/1)
 
Categories: First Time
Posted by razalgull
2 years ago    Views: 636
Comments (5)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
9 months ago
Très belle histoire, toute en sentiments, et très bien écrite. :-)
1 year ago
Belle histoire , très belle histoire . Le feu qu'elle déclanche sur mon sexe n'a d'équivalent que la brulure de mes yeux à lire et relire ces mots ...
Merci
cokin44
retired
1 year ago
belle histoire !
2 years ago
Superbe! Un vrai talent d'écriture au service d'une histoire incroyablement excitante... Bravo, et que du bonheur pour vous trois! :-)
2 years ago
magnifique ! quelle excitante histoire