La croisière maudite — 4

Oups !

Comme il y avait panne de courant, j’éclairais ma belle Marie avec ma mini lampe de poche pour qu’elle puisse prendre une douche rapide, quelle délicieuse corvée. Debout, appuyer contre un mur, je regardais par le rideau laisser entrouvert ses mains couvertes de savons glisser sur ses longues cuisses musclées, ses fesses superbes, son ventre un peut rond, son sexe et sa poitrine lourde au mamelon durcit. Wow ! Et visiblement, elle prenait un malin plaisir a le faire en me jetant des petits sourires narquois et des regards provoquant.

— Prend ton temps minou. Lui dis-je tout heureux, mais un peu inquiet. Ma belle Marie était une vraie miss catastrophe et... merde !

Le savon lui glissa des mains, elle jongla avec en tournant, l’échappa puis voulant le ratt****r elle se cogna la tête contre le mur. Outch ! Elle le ramassa plier en deux m’offrant une vue magnifique sur sa vulve en grommelant quelque chose que j’éviter de décoder, car elle connaissait des jurons rarement employer par le petit peuple. Elle avait de la culture ma grande.

J’eus droit tout de même à un beau sourire pendant qu’elle se redressait en se frottant le front puis se retournait sous le jet d’eau face à moi pour finir de se laver et se rincer tandis que moi je me rinçais l’oeil. J’étais bandé dur, aucun spectacle sur ce navire ne valait celui-là. Je déglutis en regardant son corps de rêve pendant qu’elle repoussait ses longs cheveux sur sa nuque.

J’aurais tout donné pour filmer ça, mais elle refusait évidemment, elle avait une peur bleue que cela se retrouve sur internet un jour, ce n’est pas quelle ne me faisait pas confiance, mais elle craignait que mon ordinateur ne soit piraté. Marie avait pris un peu d’embonpoint au ventre, mais surtout aux fesses et cela lui allait très bien. Mais elle avait toujours son grand corps de mannequin, bandante à mort ma belle bombe.

— Tu peux ben avoir un gros sourire, dit-elle se retournant pour fermer les robinets.

Je pointer le petit rayon de lumière sur son fabuleux derrière humide en disant :

— Ils on annoncer que la coupure de courant pourrait durer toute la nuit, ils s’excusent, mais il ne faut pas s’alarmer ce n’est qu’une génératrice qui est en panne et il y a une tempête qui approche, encore la, on n’a pas a s’inquiéter.
— Seigneur Paul, dit-elle en s’enroulant dans une serviette une fois sortit de la douche, t’as l’air plutôt zen par rapport a tout ça. Toi qui as la peur des moyens de transport, normalement tu devrais crier, paniquer « Seigneur on va couler, je le savais Marie, je ne sais pas nager. »

J’avais effectivement une peur bleue de tous les moyens de transport, du patin à roulettes a l’avion en passant par l’automobile et même le bateau. Je n’avais jamais eu de bicyclette et j’avais acheté mon premier véhicule à 40 ans et encore aujourd’hui je n’arrivais pas à conduire sans songer au pire des accidents le front couvert de sueur froide. Par contre je pourrais marcher de Québec à Vancouver avec le sourire.

— Bof, savoir nager ne ferait pas de différence ici dans l’atlantique nord, l’eau est si glaciale que l’on meurt en moins de 5 minutes.

Elle grimaça en enroulant une serviette sur sa tête.

— OK ! Faudrait peut-être se trouver des chandelles ?
— Ils vont en distribuer y parais et des piles de toutes tailles au besoin. À mon avis, ce n’est pas la première fois qu’ils ont une panne de courant. Ce bateau-là a dû transporter Laurel et Hardy et tout jeune en plus.

Marie souriait, elle l’aimait son homme avec ses qualités et ses défauts et elle adorait lui faire plaisir comme tout à l'heure sous la douche. Un gars étrange comme elle n’en avait jamais rencontrer, un beau grand maigre très sexy, un peut poule mouiller pour certaine chose, mais qui pouvait par contre montré les dents quand il le fallait. Un tendre au grand coeur, un romantique intelligent et drôle et un bon baiseur pas égoïste pour 2 sous pas mal ouvert à tout. Mais surtout, il ne sortait pas avec elle juste parce qu’elle était Marie Lemieux contrairement à trop d’idiots qu’elle avait fréquentés.

En décidant de vivre ensemble ils avaient décidé de continuer a avoir des aventures avec d’autre, séparément ou en couple, même après leur mariage et cela fonctionnait très bien et tout simplement parce que Paul était l'homme le plus franc quelle n’avait jamais connu. Et la, Marie voulait l’emmener a la petite fête des transsexuelles jute pour voir sa réaction quand il s’apercevrait que toutes ses jolies filles avaient des bites. Mais pas seulement pour ça réalisa telle, pour revoir le sosie de la belle Lady Ga Ga. Baiser avec cette shemale lui avait donné de sacrés frissons. Elle soupira en espérant qu’elle n’avait pas annulé à cause de la panne de courant.

— Bon, fait toi beau pendant que je vais mettre quelque chose de très seyant on va a une petite fête pleine de jolies filles mon homme.
— Pardon !
— J’ai eu une invitation tout à l'heure.
— Wow ! Et le codex ? Et les explications ? Et l’objet mystérieux si précieux, cette carte tu disais ?
— Le codex est en sûreté là où il est, pour le reste ça va venir. Dit-elle en me prenant la lampe de poche pour ensuite filer dans la chambre.
— Tu ne vas pas m’éclairer pour la douche ?
— Débrouille toi le voyeur. Tu as une mini light sur ton porte-clef.

Loric mit du temps à frotter le maudit tapis, surtout qu’il était rouge. Le rouge avait le même effet sur lui qu’un flash d’appareil photo droit dans les yeux en plus de le paralyser et cela lui donnait des migraines épouvantables. Mais dans la pénombre comme maintenant ça allait. Il réussit à tout faire disparaître, pour ce qui est de l’ascenseur il ne fonctionnait pas et de toute façon cela n’avait pas d’importance. Quelques passagers passèrent sans s’intéresser a ce qui’ il faisait, la panne de courant les énervait. Il, retourna a sa cabine se doucher a nouveau et ce changer. Tous ces vêtements état soigneusement envelopper dans du plastique, puis il sortit sa trousse a maquillage. Avec les années il avait appris à changer de visage rapidement. Comme la rousse l’avait aperçu dans l’ascenseur avant l’épisode du conteneur il ne voulait pas prendre de chance. Il se colla une grosse barbe noire bien taillée et mit des verres épais, mais neutres. Il se regarda dans la glace satisfait du changement, avec son complet cravate bas de gamme il faisait homme d’affaire moyen en vacance. Mais sous le complet il portait une veste multipoches avec tout un attirail. Il partit à la recherche de la rousse ayant pris soin d’amener avec lui une petite arme de poing trouver dans un coffre, un Glock, un pistolet semi-automatique qui a l’avantage d’être en plastic, léger et fiable. Comme ce vieux navire ne possédait aucun détecteur de métal, il lui avait été facile d’embarquer cette arme, qui reste tout de même détectable à cause des munitions, et tout son équipement à bord. C’était la première fois qu’il ressentait le besoin de la porter, après tout, la rousse avait deux complices et elle savait se défendre, en plus, celui avec la face de crane n’avait pas l’air très rassurant. Mais avant, il devait redescendre dans la cale pour vérifier si elle avait bien trouvé le codex.

Quand je revins dans la chambre pour me changer, Marie avait déjà enfilé une superbe robe rouge et se maquillait. Comme il n’y avait pas de courant, elle avait dû se contenter de peigner ses cheveux humides.

— Oh ! The lady in red. Yes !

J’eus droit à un sourire dévastateur.
Le temps qu’elle finisse de se préparer, je l’attendais déjà tout de noir vêtu comme toujours ; jean noir, chemise de satin noire, veste de motard à col Mao, mes éternels runnings noir et blanc aux pieds et une cravate de soie mince, mais orange brûlés, pour mon petit côté rebelle. J’entraînai Marie vers l’ascenseur en nous éclairant avec ma mini light et, en maugréent, j’appuyai plusieurs fois sur le bouton d’appel qui refusait de s’allumer en l’entendant rire.

— Paul, tu me décourages parfois, trois étages à pied ça irait pour ton vieux cœur de gars distrait ?

Elle me devança vers les escaliers et je la suivis en soupirant, avec ses cheveux mouiller, sa robe de soirée et son déhanchement je l’aurais accompagné jusqu’en enfer. Elle n’avait pas enfilé de bas nylon et j’éclairais discrètement ses beaux mollets joliment dessinés, fins et musclés.

— Si ta petite fête est tombée à l’eau on s’en fait une à la cabine minou ? La j’éclairais ses fesses fermes et galbées, qui se balançait joliment, cela en était hypnotique surtout que ça robe mince laissait entrevoir la démarcation de son slip. Ah les filles !
— Non, on va ailleurs, répondit-elle, j’ai eu une autre invitation ! Pis arrête de m’éclairer le cul !

Je le fis amuser en disant :

— OK, ça m’apprendra à sortir avec une femme pour qui tout homme sensé ferait une guerre et avec le sourire en plus.
— Wow ! Paul tabarouette, ça ces du compliment. Mais on m’a dit ça tellement souvent si tu savais. Fit-elle moqueuse en se déhanchant beaucoup plus pour m’agacer, mais faillit se renverser un pied.

— Maudit talon haut que je déteste ça, grogna telle en les enlevant et elle continua pieds nus soulier en main, tiens, le tapis est mouillé !

J’éclairai le sol et on vit que les taches d’huile avait disparu.

— Notre ami a effacé ses traces ou quelqu’un de l’entretien a tout nettoyé. Commenta Marie.
— C’est pas grave j’avais tout filmé.
— Tes un ange mon beau, dit-elle en s’arrêtant devant la porte des escaliers en même temps qu’un homme barbu a lunette qu’on n’avait pas vue arriver dans la pénombre surtout qu’il ne portait que du noir lui aussi. Il commença à ouvrir la porte par galanterie en nous souriant, mais se figea soudainement et son sourire s’évanouit.

J’ai l’habitude de voir les hommes se casser le cou pour regarder ma femme ou stopper carrément pour l’admirer, surtout quand elle est habillée sexy comme maintenant, mais la c’en était ridicule. L’homme semblait paralyser, bouche ouverte, fixant la robe de Marie. Comme il semblait ne plus vouloir bouger, les yeux river au décolleté de ma blonde j’éclairai le sol en soupirant me préparant a l’att****r par le collet, mais Marie le gifla, la claque résonna au loin dans le couloir et les lunettes du gars s’envolèrent. Outch ! Il se prit la tête à deux mains aussitôt sortant de sa léthargie en criant et s’enfuit en longeant le mur pour disparaître dans un couloir. On le regarda filer éberluer.

— Ce bateau-là est rempli de vicieux, lâcha Marie exaspérer, ça fait deux.
— Comment ça ?
— Un gars m’a pogné les fesses dans l’ascenseur, il la regretter.
— Oh, j’imagine. Une chance que je n’étais pas là, je lui aurais fait mes yeux méchants minou.

Marie sourit en me donnant un bizou.

— Je t’aime comme ça Paul. Gros mâle protecteur jusqu’au bout des ongles.
— Moi aussi je t’aime comme tu es minou.
— OK ! C'est-à-dire mon beau ?
— C’est à dire eh... jolie et dangereuse. On y va la bombe ?

Elle rit en secouant la tête et dit en se moquant de moi :

— J’ai le tour pareil avec les filles hein, comme tu dis souvent !

Et elle trouva ça drôle en plus. Je lui fis une grimace.

— Et c’est lunette par terre le vexer ?
— Eh... Il reviendra les chercher l’obsédé.

J’ouvris la porte pour la laisser passer et elle rajouta en prenant les escaliers :

— WAIS, en tout cas ça vous fait de l’effet une belle femme en robe rouge les gars.
— Prétentieuse.
— Pardon !
— Eh ! Rien minou. J’ai une petite histoire pour toi.
— Ah non, pitié Paul.
— Est bonne écoute : un homme rentre chez lui un soir, sa femme lui demande de la sortir dans un endroit cher parce que ça fait longtemps qu’ils ne sont pas sortis en amoureux. Sait tu ou il la emmener ?
— Dans une station-service Paul.

Gros soupir. Elle l’est connaît toute, pas croyable.

Elle rit un moment tout heureuse de son petit effet puis me raconta en détail le petit épisode de l’ascenseur.

— Faudrait que tu me donnes des courts d’auto-défense Marie. On ne sait jamais.
— Pourquoi ? T’as peur qu’un gars te pogne les fesses aussi dans un ascenseur.
— Eh...

Loric n’en avait pas cru ses yeux quand il était arrivé face à face avec la rousse. La lampe de poche de l’homme qui l’accompagnait l’avait ébloui et empêcher de la reconnaître avant qu’elle ne soit sur lui et comble de malheur elle portait du rouge vif. Il avait eu aussitôt l’impression qu’on lui enfonçait des aiguilles chauffées au rouge dans la cervelle, puis il n’avait vu que du blanc et elle l’avait giflé. Il s’était enfui à sa cabine en parti aveugle tout en criant de douleur.

— Maudite rousse ! Cria-t-il dents serrer avant d’avaler 5 comprimés d’analgésiques en tremblant de rage.

Comment pouvait tel savoir pour le rouge, car il ne doutait pas un instant qu’elle l’avait fait exprès. Elle devait avoir eu accès à mon dossier médical qui se trouvait dans une clinique privée à Zurich, donc savoir qui je suis, pensa-t-il. Loric n’en revenait pas, il réalisa qu’il venait de rencontrer sans doute son pire adversaire, son Moriarty, rien de moins. Une fois la douleur estomper, son mal de tête et sa joue, il repartit pour la cale, mais en emportant cette fois des verres spéciaux qui occultait le rouge fabriquer spécialement pour des gens comme lui. Ensuite ils s’occuperaient d’elle.

Une fois au deuxième, Marie s’appuya sur mon épaule pour remettre ses souliers, sou une porte de cabine provenait de la lumière orange et on entendait de la musique. Une stéréo a pile probablement ou un lecteur MP3 et la Marie se plaça devant moi en croisant ses mains sur ma nuque.

— Paul, il y a un spectacle de sosie demain soir ce son eux qui font la fête dans cette cabine. Ils me prennent pour...
— Ton sosie, wow ! Ahhhh... Je comprends Émilie.
— Tes vite mon homme.
— Ça m’arrive.
— Tu sais ce que sais Paul, étant donné que je suis connu je dois parfois m’empêcher de faire certaine chose, mais en tant que sosie de moi même je peux m’éclater comme je veux ou presque, tu me comprends ?
— Fais-moi un dessin, dis-je pour l’agacer. Elle sourit et me donna un bisou, son parfum délicat m’étourdit.
— Toi aussi tu es un sosie Jaques, hum, oublie, pas, dit-elle en essuyant du rouge au coin de ma bouche puis en me prenant par la main.
— Oui Émilie, donc, je peux m’éclater aussi comme je veux avec les belles dames qu’il y a la bas ?
— Ben oui, fit-elle arborant un drôle de sourire, pour t’éclater, ça, tu vas t’éclater mon homme.
— Good ! Tu veux dire que je risque de baiser une personnalité connue ? Moi qui en rêve depuis si longtemps.

Elle me fit une jolie grimace avant de frapper à la porte assez fort à cause de la musique.


Comme Loric le prévoyait, la cale était toujours déserte, personne n’avait donc déclaré l’infraction. Il eut des sueurs froides en éclairant les traces qu’il avait laissées en fuyant. Une fois dans le conteneur il ramassa ses outils toujours la, remit les longs gants de caoutchouc et ouvrit a nouveau le sarcophage. Il grimaça encore en apercevant cette maudite momie se rappelant le moment terrifiant, en faite le pire moment de sa vie, ou il c’était retrouver dans cette huile noire avec elle. Il en frissonna longuement. Son client lui avait assuré qu’il y avait un codex dissimulé dans ce cercueil et autre chose d’une valeur inestimable, une carte enfermer dans un cylindre de métal. Il devait s’en assurer au cas ou la rousse n’aurait rien trouvé. Il prit quand même soin de caler le couvercle avec un des montants de bois qu’il avait démonté, car le navire roulait de plus en plus, on annonçait une tempête, il ne voulait surtout pas qu’il lui tombe sur la tête et surtout ne jamais retomber la dedans. Pour rien au monde il ne souhaitait revivre ça. C’est en plaçant ce bout de bois qu’il remarqua l’ouverture dans le couvercle et il se pencha pour regarder de plus prêt et vit des empreintes de doigts et à leurs formes il comprit que c’était des empreintes de femme.

— Maudite rousse ! Lâcha-t-il encore certain que c’était elle qui avait laissé ces traces. « Elle n’est pas si professionnelle que ça finalement, je vais revenir pour prendre ses empreintes et découvrir qui elle est cette emmerdeuse. » Se dit-il. Il palpa le panneau et il s’ouvrit découvrant un compartiment vide.
— Salope !

Il regarda l’huile et la momie, il devait vérifier là-dedans au cas ou, pas le choix. Mais juste a cette idée son corps se couvrit a nouveau de sueur froide et cette odeur...
Il prit une grande respiration et se pencha pour commencer à fouiller dans cette mélasse immonde...


— Wow ! Encore la belle Marie Lemieux et son chum.

C’était une autre porte de cabine qui c’était ouvert sur notre droite et une magnifique blonde, pieds nu et en peignoir de bain nous faisait signe de la rejoindre. Marie me prit par la main et m’y entraîna rapidement.
On se retrouva dans une petite cabine éclairer par quelques bâtons lumineux verts fluo accrocher ici et là et des tas de vêtements traînaient tout partout et Marie me présenta.

— C’est Jaque le sosie du Mari de Marie et mon mari.

La blonde nous regarda tous les deux en riant.

— Eh... OK. C’est spécial ça. Salut Jaque, moi ces France, le sosie de Lady Ga Ga.
— Qui ?
— Excuse-le, Jaques vient de découvrir les Yardbirds.

Elles rirent et je m’en moquais j’étais sous le charme de cette blonde sulfureuse qui semblait avoir une sacrée belle paire de seins et ceux-ci remuait joyeusement sous le peignoir.

— Ton mari n’est pas trop jaloux ma belle ?

Marie me regarda avec un petit air coquin.

— Lui ! Non, pas du tout.
— Tes sexy a mort Émilie dans cette robe. Dit la blonde en enlaçant Marie lui agrippant les fesses sans détour et la frenchant avec fougue.

Wow ! Et la je compris qu’il c’était déjà passé quelque chose entre elle et le mot trio flashait au néon dans ma petite cervelle en regardant, déjà exciter, leur poitrine comprimer l’une sur l’autre et leurs mains baladeuses glissant sur les reins et les fesses.

Je déglutis en sentant mon sexe enflé, puis la blonde lâcha Marie, se recula et se débarrassa de son peignoir, elle ne portait rien en dessous.

Petit Jésus !

Un corps de rêve, mais avec un bite plus grosses que la mienne a moitié bandée en plus et elle se mit a se masturber en s’assoyant sur le lit les yeux river sur ma belle bombe.
Marie me fit un grand sourire en dézippant sa robe pour la laisser glisser au sol. Puis elle enleva ses souliers, ses slips et son soutien-gorge jetant le tout sur une pile de vêtements qui traînait. La blonde avait une sacrée érection à présent en admirant les courbes sublimes de Marie. J’étais déjà bandé aussi dur que le sosie.

— Mets toi a l’aise mon homme, me dit-elle coquine en s’agenouillant entre les jambes de la blonde pour agripper ça bite d’une main et commencer a lui lécher en pressant ses couilles. Celle-ci me regarda les yeux petits en disant :

— Timide mon beau ?


Je me déshabiller rapidement tandis que Marie commençait a la sucer. C’était si étrange comme spectacle de la voir tailler une pipe à une blonde aussi sexy. J’avais déjà vu des pornos avec des shemale et cela m’avait excité, mais jamais je n’aurais cru me retrouver dans une situation pareil et surtout avec Marie.

Une fois nu le sosie fixa mon membre droit et dur qui palpitait déjà et je m’approcher, elle s’en empara pour l’amener a ça bouche sans détour en repoussant ses longs cheveux blonds sur son dos, elle se contenta de me sucer le gland en me masturbant. Ouf, c’était fabuleux. Les orteils déjà replier je regardai les lèvres de ma blonde qui allait et venait sur la bite impressionnant et luisant de salive. Je palper les seins du sosie de la main droite les trouvant dur. Toutes les deux donnaient de la tête avec cœur, je ne m’attendais vraiment pas à ça en suivant Marie pour nous rendre à une fête. « C’est pour ça, compris-je, qu’elle avait eu cet étrange sourire en me parlant de toutes ses belles filles qu’il allait y avoir a cette fête, c’est sosie. Toutes ces filles devaient être comme cette Lady Ga Ga de transsexuelle sans doute »

Au bout d’un long moment fort agréable, Marie se redressa pour me sucer avec France. La blonde lui caressait les seins tandis quelle se passait ma bite d’une bouche a l’autre. Surexciter je m’imaginait déjà prendre Marie en même temps que la blonde couille contre couille sur ce lit. Elle suçait, léchait, mordillait mon gland, ma hampe et les testicules aussi, le paradis. Je gémissais de plaisir en caressant leurs cheveux soyeux tandis que leur bouche se rencontrait, que leur langue se croisait et elles se frenchèrent longuement.

Puis Marie grimpa à genoux sur le lit face a la fille en agrippant ça bite entre ses cuisses pour la placer a l’entré de son vagin et s’assit dessus lentement. Je passer derrière ma blonde attendant que le gros membre recourber soit en elle jusqu’aux couilles et la pousser vers l’avant pour avoir accès a son anus. Lady Ga Ga se retrouva appuyer contre le mur le lit étant très étroit. Je m’agenouiller langue sortit et agacer son petit trou bomber un moment puis les grosses couilles glabres de France qui gémit avant de lui sucer l’une après l’autre puis de lécher sa hampe quand elle sortait du vagin humide de Marie qui s’empalait lentement sur le sexe. France la tenait par les fesses pour l’aider à aller et venir.

Je cracher sur l’anus bomber de Marie et pousser ma salive a l’intérieur avec un doigt, elle stoppa en gémissant faiblement. Je le fis aller et venir puis le sortit pour cracher sur mon gland et le placer sur l’anus et pousser doucement. Une fois bien enfoncer entre ses fesses je sentis la bite de l’autre en commençant a l’enculer ma blonde que je tenais par les hanches sentant mes couilles basses frapper celle du sosie qui se remit a fourré Marie. C’était des plus enivrant comme situation. Marie gémissait comme une gamine contre la joue de la blonde et là, la porte s’ouvre et, surpris, je vois un sosie de Madonna qui écarquille les yeux, mais ne dit rien. Elle entre referme la porte et s’approche en se débarrassant de sa mini jupe et de ses slips de dentelle noirs. Elle aussi a une jolie paire de couilles et une belle bite qui se dresse rapidement dans sa main aux ongles couverts de keetex noir. Elle grimpe à genoux sur le lit pour fourrer ça bite dans la bouche de la blonde aussitôt aider par Marie qui lèche la hampe ou le gland avec elle. Wow ! Je me remets à l’ouvrage de plus en plus exciter.

La porte s’ouvre à nouveau, petit Jésus ! Je vois le sosie d’une jeune chanteuse rock bien connue ; longs cheveux blonds, petite camisole noire sans soutien-gorge sous laquelle pointent des petits seins libres et jean ultra moulant. On jurerait une ados.

— Tabarouette, fit-elle, moi qui pensais que tu t’ennuyais France !

Elle referme, et se déshabille elle aussi. Elle a le corps sublime d’une belle blonde maigre dans la vingtaine, mais elle aussi a un pénis et de belles couilles glabres et s’installe à genoux derrière moi pour m’embrasser et lécher les fesses puis l’anus y poussant le bout de sa langue ce qui me fait frémir. C’est si agaçant, si excitant que je dois stopper et la, elle me crache sur le petit trou et j’y sens son gland en f***er l’entrée, mais en douceur. Ma bite devient deux fois plus dure et plus sensible dans le rectum de Marie contre le membre de France que je sens toujours aller et venir.
Des mains délicates me prennent par les hanches et la jeune chanteuse commence à m’enculer lentement son ventre plat frappant mes petites fesses blanches. Comme je suis bi, ce n’est pas une première pour moi, mais avec une jolie jeune blonde qui a l’air d’une ados et qui a des seins ça oui !
Marie me jette un coup d’oeil et me sourit les yeux vitreux puis recommence à sucer le sosie de Madonna qui se penche pour me frencher. Ça bouche goutte la gomme à la menthe.

La cabine résonne de gémissements et de gros soupirs un moment et la porte s’ouvre encore.
Un petit chiwawa avec des oreilles de renard et de gros yeux globuleux entre et saute sur le fauteuil dans un coin et nous regarde langue pendante en respirant a haute vitesse.

— Wow, crie un autre sosie, mais bien ronde celle-là, le party est icitte les filles, crie-t-elle dans le passage, amenez vous...

Jésus Marie Joseph ! Cinq autres sosies entrent et ils sont tout aussi réussis que les autres. Tous se déshabillent, certain n’on pas de seins, mais celle avec le petit chien en as une sacrée paire et elle s’installe derrière celle qui m’encule et une autre derrière elle et rapidement on encule à la queue leu leu. Pas croyable !

Marie est presque suffoquée par le plaisir qu’elle ressent à être prise de partout. Elle suçait en salivant, et sentait que trop bien les deux bites en elle la comblant totalement, mais en plus des mains lui pressaient les seins.
Elle avait déjà eu deux petits orgasmes et un troisième se pointait. Sacré voyage de noces ce dit elle.


Le commandant Desbiens se tenait bien droit sur la passerelle mains croiser dans le dos faisant acte de présence quelques heures par jour comme l’ordonnait le règlement de la compagnie. C’est a peut prêt tout ce qu’il avait a faire sur ce bateau, ça et dîné avec les passagers. À part lui il y avait 5 membres d’équipage qui se contentait de surveiller les écrans radars et les communications. Le navire se dirigeait tout seul grâce au GPS connecter à un réseau satellite, même les icebergs n’étaient plus vraiment un danger. Les satellites les avaient déjà tous repérés et calculaient leur déplacement et la route du navire pour les éviter. Si loin au nord en cette saison et hors des routes commerciales ils étaient les seuls à naviguer dans cette région.

Il bâilla fixant les essuie-glaces des grandes baies vitrer en pensant au joli cul de la belle Doris, une cuisinière de la cafétéria des employés qu’il s’envoyait depuis trois mois. Il avait hâte de finir son quart et d’aller la retrouver discrètement dans sa cabine.

— Le générateur de secours tient bon lieutenant Plourde ? Demanda-t-il pour la centième fois.
— Oui commandant. Répondit une jeune brune dans la vingtaine et nouvelle à bord. Une spécialiste de l’informatique et des communications et elle connaissaient son affaire. M Dubois affirme que d’ici 4 h du matin la génératrice principale seras réparer monsieur.

Il soupira songeant aux nombreuses plaintes qui allait leur tomber sur le dos sans parler des demandes de remboursement. Ce navire avait été rénové, mais pas entièrement, les armateurs avaient manqué de liquidités. IL regarda l’officier radar et lui demanda :

— Et cette tempête M Bouchard ?
— Toujours pareil commandant, aucun changement. On en a pour des jours, peut-être une bonne semaine. Météo Canada ne peut pas être plus précis pour le moment et aucun iceberg ou banquise immerger dans les parages. Nos touristes ne verront pas grand-chose du Groenland si ça continue, ils vont devoir rester confiner dans leur hôtel de glace.. Pour le reste, tout baigne commandant.

Il soupira à nouveau nullement inquiet, réprimant un autre bâillement. Mais 30 minutes plus tard, l’officier radar se leva comme s’il venait de se pendre un choc électrique et le fixa. Il comprit aussitôt que quelque chose se passait. Bouchard avait 15 ans de métier et n’était pas le genre à paniquer pour un rien.

— Quoi ? Un iceberg ? Une banquise immerger ?
— Non commandant, une... une vague géante et elle... elle vient droit sur nous.
Un silence de mort suivit cette annonce et toutes les têtes se tournèrent vers lui.

— Quoi ! Rugit-il en allant regarder lui même sur l’écran radar. Vous êtes certain ?
— Absolument commandant regarder cette écho et le satellite viens de le confirmer. Elle est apparue soudainement comme sortie de nulle part.

Ses genoux fléchir et il frémit en fixant l’écran. Il y avait une série de ligne concentrique verte, les terres comme les côtes du Groenland et certaines petites îles étaient en jaune, les icebergs en rouge et une ligne blanche indiquait leur route, mais une autre ligne, en rouge celle-là et qui clignotait, signe de danger immédiat et d’une longueur impressionnant fonçait sur eux. Une vague géante pas de doute là-dessus, la terreur de tout commandant de navire. Celle-ci pouvait atteindre une hauteur de 10 étages et engloutir n’importe lequel bateaux en moins de deux minutes. Aucun navire n’était construit pour rés****r à l’incroyable pression d’une vague géante. Certains navires de croisière avaient déjà été frappés par de tels vagues et s’en étaient sorti avec juste quelques dommages, mais ces navires là, étaient beaucoup plus imposants que le sien. Il déglutit en pensant à sa famille et réalisa que tout le monde le regardait paniquer.

— Combien de temps on a d’après vous ?
— Je dirais 5 minutes monsieur, même moins.

Il déglutit péniblement et reprit le dessus.

— On passe en manuel, jamais le satellite ne pourras réagir a temps, de quelle direction viens cette vague Bouchard ?
— Nord nord-est, monsieur. Dit-il en se rassoyant.
— On est en manuel monsieur. Annonça un matelot.
— Cap au nord nord-est il faut la prendre de face, machine en avant toute, enclencher les propulseurs de secours et les stabilisateurs, que l’on ferme toutes les cloisons étanches, scellés les cales. Officier de communication envoyer un appel de détresse immédiatement et une balise de secours et on passe a l’éclairage rouge.

Le commandant sentait son coeur battre la chamade en allant prendre un micro pour faire une annonce générale, celui-ci tremblait dans sa main.

— Atention ! Attention ! Ici le commandant, une vague géante vas frapper le navire dans quelques minutes, restez ou vous êtes et accrochez vous a tout ce que vous pouvez, autant que possible restez loin des hublots et des fenêtres. Pour ceux qui sont dans leur cabine, assoyez-vous par terre et protégez-vous avec des matelas. Ne vous en faites pas, dit-il pour les rassurer, on vas s’en sortir avec quelques dommages, une bonne frousse et une bonne histoire a raconté. Bonne chance à tous.

Il reposa le micro et il s’empara de puissance jumelle a vision nocturne utiliser normalement pour surveiller les icebergs en s’approchant des fenêtres et les genoux tremblants il scruta la mer houleuse tandis que le navire tanguait fortement prenant du gite en tournant lentement, beaucoup trop lentement a son goût. Mais il pleuvait, le ciel était boucher, il n’y voyait pas grand-chose. Sans la lumière des étoiles ou de la lune, ses jumelles ne lui servaient pratiquement à rien. Il priait pour que cette maudite vague ne soir pas trop haute et soudain il aperçut une Crète blanche a une hauteur inimaginable et qui était presque déjà sur eux... Étrangement, il pensa à sa première bicyclette.

L’annonce faite par le commandant nous tétanisa tous tandis que des alarmes résonnaient. J’avais déjà vu un bon documentaire sur les vagues scélérates et regardé le film évidemment d’Irwin Allen et mon cœur accéléra. Comme au ralenti mon regard allait sur la bonne dizaine de corps nus, entremêler et figer et Marie tête tourner vers moi blanche comme un drap. J’eus l’étrange impression d’être en train d’admirer un superbe tableau de Jérome Bush et... l’enfer se déchaîna.

Loric entendit vaguement une annonce, mais le haut-parleur était fêlé et éloigné. Il continua à fouiller l’huile noire lentement pour ne pas créer de vague en grimaçant de dégoût, la momie flottant juste sous son nez. Il la tassa en entendant des bruits de moteur électrique qui s’enclenche des portes qui se ferment et le plancher se mit vibrer beaucoup plus tout à coup puis le bateau se mit à gîter terriblement. Des alarmes se mirent à faire un boucan du diable. Il comprit que quelque chose se passait, il voulut se redresser, mais...

Tous à terre, hurla le commandant tandis que le navire s’élevait à une vitesse stupéfiante et juste avant que toutes les fenêtres n'explosent...

La vague monstrueuse frappait le navire par le travers avant...

Oups !!!






100% (1/0)
 
Posted by priss0100
3 years ago    Views: 843
Comments (1)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
3 years ago
c'est quand même plus excitant quand c'est du vécu