Loup-garou 6

10h 02 - les cannes

Une fois dehors a frissonner caméra en main tout le monde m’ignora comme d’habitude. On voyait pourtant mon visage quelques fois dans chaque émissions. Je faisais l’historique des endroits hanté, une minute au début en voix off et c’est moi ensuite qui tenait la perche avec le microphone et qui trébuchait sans arrêt. Dans le noir ses pas évident de marcher à reculons. Marie avait eu l’idée de me faire porte un casque ridicule de cycliste. J’avais eu trop de commotion pendant les premiers tournages.
Cette fois la caméra que j’avais amener captait le son aussi alors je filmais ma blonde en gros plan tandis quelle souriait et questionnait le groupe. Puis ce fut la séance de pose habituelle avec Marie qui s’y prêta avec patience comme toujours et le maire évidemment qui l’enlaça un peut trop a mon goût et cet idiot c’était fait un petit coque dans le toupet. Ridicule.
Quelqu’un me tapota l’épaule, je sursauter et filmer les nuages en me tournant.
Le vieux monsieur avec la marchette.
-Oui !
-Vot gros camion est plein de sang monsieur.
-Une balle d’argent dans tête sa vous dit quelque chose.
-Pardon !
-Non rien. Oui je sais, on va le laver, y as un garage ici ?
-Oui au bout du village de l’autre coté du pont. Chercher pas vot dame, le maire est un chaud lapin.
-Quoi ?
Je me retourner, tout le monde avait disparue comme par magie. Ma belle Marie aussi !
-Y son ou ? Demandais-je en me retournant.
Personne.
Le vieux devait avoir une marchette turbo ces pas possible.
Merde !
-C’est vous pour le garou ?
Je me retourner encore. Une vielle, très vielle dame emmitoufler dans un long manteau d’automne des années 50 avec une canne, un petit bonnet blanc sur la tête et gants assortit.
-Vous venez d’où madame ?
-Chut venu au monde ici mon petit gars. Aller voir le curé Cochon !
-Pardon.
-Le curé Cochon, il la vue hier au soir le garou ou la entendu, je sais pu. A mon age...
-Le curer est cochon ?
Paf.
Elle m’avait gifler. Une chance quelle portait des gants, mais ma maudite vertèbre dans le coup avait tout de même craquer.
-Parler pas en mal de not curé monsieur, ces son nom de famille.
-Pardon, fis-je sonner et la joue en feux, eh, l’église est ou ?
-La bas. Elle pointait derrière moi avec sa canne, je regarder. La rue principale descendait en pente jusqu’au pont et remontait. L’église était tout en haut sur la gauche la ou la route se terminait.
-Merci ! Dis-je en me retournant. Disparue.
Shit !
Je soupirer en fermant la caméra. Une sorcière en contre plaqué sur le gazon de la maison d’en face me riait au nez. Navrant cette fête des morts.

En me rendant à mon camion je pensais à ma belle Marie et au maire chaud lapin, sa me décourageait. Ou elle était vraiment fâcher ou sa vue baissait. Elle avait bien le droit a ces petites aventures elle aussi mais avec ce gars la... Enfin.
Quatre petit vieux examinait mon 4x4, la marchette et trois cannes tous en veste a carreaux avec casquette sur la tête. Typique. Ils résistaient à peine au vent et tanguaient comme de vieux roseaux.
-Oui je sais, dis-je les voyant examiner le sang, un chevreuil ou un orignal.
-Non ! Firent-ils tous en même temps.
-Bon un ours ! Un bison ! Un chameau ! Maurice Vachon !
-Non monsieur je sais tout. Fit une des cannes en l’agitant vers moi comme une épée. Je reculer la tête apeurer.
-Son comme ça en ville, fit la marchette.
-Wais ! Y on tout vue pis y savent toutes. Une autre canne.
-Ok, ses quoi ?
Ils soulevèrent tous les épaules comme a l’armée.
-Vous savez pas ?
-Jamais vue du poil long de même monsieur, cé pas un a****l du coin hien les gars.
Ils firent tous non !
Intriguer j’aller devant le camion et vit des touffes de long poil brun coller au pare-chocs. On aurait dit du poil de yack. Mais les yacks son rare en Abitibi.
Je mit le tout dans un sac en plastique pour analyse a l’arrière du camion. Les dalton de l’age d’or me suivirent en luttant contre le vent.
-Cé vrai que les pneus dégonfle tout seul sur cé camion la monsieur ?
-Non, fis-je exaspérer enfin si mais... Ils se gonflent tout seul en cas de besoins.
-Cé vrai sa grimpe dans face d’un mammouth sa Msieur.
-Non, les mammouths son disparue depuis 10,000 ans Msieur.
-Ah oui, pourquoi les Russes en mange encore monsieur je sais tout ?
Je vider mes poumons en serrant le sac en plastique dans une des caisses avec la griffe et me retourner en disant.
-A cause pergélisol qui...
Shit. Plus personne.
Je regarder partout, disparus.
Doit y avoir un téléporteur dans le coin cé pas possible. Je regarder vers le ciel en cherchant l’entreprise. Sa devait être Kirk, Spock, Mc Coy et Scotty ressuscité pis ben, ben vieux.
Je riais tout seul quand on me tapa encore sur l’épaule.
Je sursauter à nouveau en me retournant. Monsieur tronçonneuse en personne et couvert de sciure de bois armé et dangereux.
Merde !
-Devriez surveille vot dame est partit avec le maire ses...
-Oui, oui je sais, un chaud lapin.
-Wais.
Surveille dont la tienne pensai-je tout bas, mais ben, ben bas en regardant ce qu’il tenait.
-Ok, merci ! Fis-je en refermant les portes arrière et en allant m’installé derrière mon volant et baissant la fenêtre un peut. Il s’approcha.
-Parais que sa grimpe dans...
-Sont tous mort monsieur.
Il plissa les yeux indécis et vit le sang sur le capot et le pare-brise tandis que je démarrais mon engin.
-Cé quoi que vous avez frapper un...
-Wais un Yack. Dis-je en partant et le laissant ben perplexe.
Cette histoire commençait à m’énerver et le maire aussi, et les cannes et ma blonde.

10h30 - Premier témoignage, le prêtre.

Je roulais au ralenti en traversant le village remplie de décoration d’halloween. Pas âme qui vive, ou presque et très peut de voitures et quelques boutiques apparemment ouvertes dont une de style médiéval.
-Cool.
J’allais essayer de racheter le coeur de ma douce avec des petits achats. Sa marche tout le temps. Mais la je voulais interviewer le curé Cochon tout seul, sans Marie, comme un grand garçon. Tant pis pour elle.
Je me stationner devant la vieille église en bois peinte en blanc. Le curé en sortit aussitôt en béquille avec une jambe dans le plâtre et le visage couvert d’ecchymoses et d’égratignures.
Shit ! Si ce maudit loup-garou existe, ces lui pas de doute.
Dans la soixantaine, bedonnant, trapu, chauve sur le dessus de la tête mais sur les coté sa allait, manteau d’armée sur le dos. Drôle de curé. Il regarda méchamment mon camion en descendant prudemment les cinq marches du perron. Pourquoi ?
-Curé Cochon. Se présenta t-il un fois devant moi en me tendant la main, que je serrer en me présentant.
-Paul Tremblay des chasseurs d’entité.
-Vous avez frapper un...
-Wais !
-Eh, Mme Lemieux est pas la ? Il la cherchait des yeux.
-Avec le maire.
-Hiii... ! Fit-il vraiment décourager en relevant le col de son manteau à cause du vent. Vous savez ses...
-Je sais !
Je soupirer agacer en posant ma caméra a l’épaule et commençant a le filmer. Il sourit aussitôt...
Je l’attaquer en vitesse avec une question piège.
-Bon, ces la bête qui vous a blessé ou un camion comme le mien ?
-Hein !
-Votre jambe monsieur le curé.
-Ah, non ! La, il rit comme un idiot.
Je l’avais coincer cé sur. Je me rendit compte que je commençais à croire au loup-garou. Étrange et que je devenais un bon journaliste. Good !
-Non ça ces le pont.
-Pardon, le pont vous a frapper ?
-Hein ! Non ! La il me regarda étrangement. Non, l’été on se jette dans la rivière du haut du pont mais je ne suis plus jeune et je suis mal tomber.
-Ben oui, mais la ces l’automne monsieur.
Hi ! Hi !
-Ben oui, l’hiver arrive déjà. Le temps passe vite hein ?
Gros soupir. Bon, un dure a cuir.
-Pis la bête ? On dit que vous l’avez vue ou entendu ? Demandai-je septique.
-Ah oui, entendu, hier soir, un long hurlement lugubre derrière l’église, sa donnait froid dans le dos vous savez. Venez j’ai quelque chose a vous montré, j’ai eu une peur bleue ce matin quand j’ai découvert ça M. Lemieux.
-Tremblay. Dis-je lui emboîtant le pas.
-Sa vas passer quand l’émission ?
-Si vous êtes pas chanceux, un soir de pleine lune.
-Hein !
-Non rien. Votre eau bénite mon père est pas trop acide ?
-Pardon ?
-Quand vous nettoyer vos crucifix en argent, sa boucane tu vos doigts ?
-Eh ! Non ces Mme Charnier qui...
-Vos steaks vous les aimer saignant ?
-Ben...
-Vous savez que de manger de la viande crue ses extrêmement risquer à cause des nombreux parasite qui y pullule, sans parler du prions, vous savez la vache folle ? Loup-garou ou pas, personne n’est a l’abrie.
-Eh, je...
-Sa vas mon père, avancer.
-Je vous suis mal jeune homme.
-Ces moi qui vous suis.

Je le suivais pis au ralentis et exaspérer en grelottant tandis qu’il se traînait avec ses béquilles jusque derrière l’église puis dans le vieux cimetière clôturer en bordure de la forêt. Typique. Au centre il y avait une immense croix de bois peinte aussi en blanc et au pied de celle ci un chevreuil a moitié dévorer.
Wash ! Le sang de l’a****l avait gicler jusque sur la croix, une vraie boucherie. Mon déjeuner se rappela a mon bon souvenir. Il y avait aussi des traces de griffes sur la croix.
-J’attendais pour le faire ramasser que vous veniez avec Mme Lemieux mais bon, est en train de se faire... enfin. Jamais vue ça ici.
Il se signa et murmura quelque chose.
Navrant ces croyances antiques.
Enfin, je me mit au travail.
Je filmer le tout, plus des tas empreintes de gros pieds griffu autour de la carcasse allant jusqu’a la forêt. Puis je les mesurer et les photographier en respirant par la bouche, puis la croix. Un vrai pro ensuite, je vomis sur le prêtre.
0% (0/1)
 
Categories: MatureSex Humor
Posted by priss0100
3 years ago    Views: 269
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments