La Chercheuse ( deuxième partie )

Judith attendit qu'il eu fini de jouir, profitant du spectacle, toujours bras croiser sous sa poitrine quelle n'avait jamais aimer. Elle trouvait ses seins beaucoup trop large, trop lourd et trop plats, enfin pas si plat mais pas assez en harmonie avec sa silhouette élancer. Quant elle était sur le dos il lui couvrait presque tous le torse, de plus elle n'avait pratiquement pas d'auréole et des bout très petit, mais cela plaisait tout de même terriblement au hommes et aux femmes aussi. Elle soupira, sentant son sexe gonfler dans les linges quelle portait sous la robe. Elle aurais bien aimer être a la place du jeune pour avoir la tête de cette noiraude entre les cuisses et décida qu'il était temps quelle aille se reposer, voir son amante quelle n'avait pas visiter souvent ses dernier temps avec toutes ses enquêtes pour de nombreux clients et tout ces voyages sous la grisaille de l'automne. Ou aller faire un tour au bordel St-Louis a paris, le lieux de tout les vices. Elle n'avait pas eu beaucoup d'occasion de se retrouver au lit avec qui que ce soit et cela lui manquait cruellement. Mais elle était très difficile dans le choix de ses partenaires et non sans raison.
La femme sortit de sous la table et s'en alla sans rien dire en souriant avec ses seins sortit de sa robe qui se balançait joliment, apparemment fier de montrer sa jolie poitrine lourde mais haute a la vielle Dame quelle était.
Judith la trouva toute fois fort jolie en la regardant filer, celle-ci lui fit même un jolie clin d'œil en sortant et Judith lui sourit!
-Bon, fit Victor un peut essoufflé, essuyant son sexe toujours en érection avec un linge en grimaçant tellement son gland était sensible. Puis il remonta ses collant en demandant.
- C'est bien le livre que je voulait?
Judith sourit tout simplement tout en regardant la bosse que faisait la bite sous le tissus en se disant que les hommes ont bien de la vigueur a son age. Voir un pénis en érection l'avait toujours fait saliver, mais ce jeune la pouvait toujours courir, se dit-elle impatiente de conclure l'affaire pour retourner a l'auberge prendre un bon bain chaud.
Elle se pencha laissant le jeune reluquer son corsage et détacha la corde qui tenait le tissus épais pour protéger l'ouvrage puis le découvrit. Le codex apparue, épais d'une bonne main et long d'un bras, relier en cuire noir border de métal avec une serrure et un symbole embossé dessus rehaussé de dorure. Un rond parfait avec une croix en dessous.
-Quelle est ce symbole la chercheuse? Juste le fait de dire son nom éxita Victor et fit sursauter son membre qui refusait de ramollir. Il déglutit intimider par le regard de la femme qui le fixait.
-Celui représentant la femme, un ancien symbole! Répondit elle avec sa vois si particulière, une voix légèrement enrouer, posant ses main a plat de chaque coté du codex bien pencher vers le jeune quelle vit déglutir a nouveau tandis qu'il replongeait son regard dans son décolleté. Elle voulait l'aguicher mais aussi lui montrer la grosse clef en métal noircit nicher entre ses seins attacher a une chainette d'argent autour de son cou gracile.
-Je peut? Demanda t-il en tendant les doigts vers sa poitrine visiblement très troubler les yeux pétillant.
Elle aquiessa et le laissa glisser sa main dans son décolleté et prendre la clef, sa la chatouilla provoquant de doux frétillement au bout de ses seins, puis il enleva la chainette de son coup délicatement tandis quelle penchait la tête en soulevant ses cheveux et il inséra la clef dans la serrure, un léger clic retentit et il ouvrit le codex lentement. Un ouvrage interdit quelle avait dénicher dans le nord de la Norvège après des mois de recherches, plus de 100 pages dédier strictement au plaisir des femmes.
L'ouvrage était remplie de fantastique gravure représentant des femmes prenant leur plaisir de toute les manière possible et imaginable. Seul ou a deux ou en groupe, avec différent objets ou bien avec des machine simple ou très complexe ressemblant plus a des instruments de torture qu'a quelque chose conçut pour procurer du plaisir!
-Incroyable, lâcha t-il surexciter, il était ou?
-En Norvège chez des sœurs évidemment, dont je tairai le nom du couvent!
Il la regarda amuser!
-Elle ne devait pas s'ennuyer les gueuses!
Judith sourit en repensant au plaisir quelle avait connue la bas pendant quelle y était loger le temps des négociations... Mais c'était si loin déjà, l'hiver dernier!
-Et elle ne s'ennuie toujours pas! Ses une copie que j'ai fait faire a grand frais par des moines et il on travaillé jour et nuit tout l'été et ils on réussit une copie parfaite je puis vous l'assurer! Et un maître relieur d'Allemagne a assembler le codex, toujours identique a l'original. Les sœur refusait de s'en départir!
En fait, elle en avait fait faire deux copie, l'une pour son client, l'autre pour elle, pour sa propre collection et elle ferais payer cette copie par le jeune seigneur ou un autre client si il décidait qu'il n'en voulait plus. Un ouvrage comme celui la serait des plus facile a écouler!
-Je peut les comprendre! Lâcha t'il moqueur. Et les texte, ses quoi cette langue?
-Aucune idée, les sœurs non plus. Un langage inventer sans doute mais les gravures sont d'une qualité exceptionnel!
Fasciner le jeune tournait les pages, plus il avançait dans le livres et plus cela devenait pervers et éxitant. Les illustrations était d'un réalisme saisissant et toute en noir blanc, même les texte et les enluminures.
-Je vois, combien?
Quand elle en dit le prit il s'en étrangla, les yeux arrondit.
-Quoi, mes ses du vol!
Judith resta de marbre les mains toujours a plat de chaque coté du codex, les yeux a demie fermer.
-Exact c'est du vol mon fils! Dit une femme qui venait d'entré d'un pas vif et plein d'assurance, tête haute. Une fort jolie femme d'ailleur, qui vieillissait très bien constata Judith en se redressant et croisant les bras nullement déranger par son arriver. D'autre client paierait le prix quelle en demandais a Paris et peut être même plus. Judith détailla la femme qui s'arrêta a coté de son fils et qui regardait le codex, tournant les pages sans voir apparemment la bosse sous le collant de son fils qu'il s'empressa de dissimulé en croisant les jambes. Elle regarda la femme encore tandis que celle ci examinait le codex la trouvant très attirante. Petite, un peut large d'épaule avec une poitrine très forte, le haut des seins était recouvert de grosses taches de rousseur qui remontait jusqu'à sa gorge et au épaule dénudé. Son visage était autoritaire mais fort séduisant pour son age avancer, lisse sans trop de ride et ses yeux était fascinant, d'un bleu clair fascinant. Ses cheveux épais et grisonnant était coiffer sur le haut de sa tête et recouvert d'un voile vert assortit a sa robe. Judith ressentit du désir pour cette femme qui la regarda droit dans les yeux a présent avant de regarder l'entre-jambe de son fils en disant.
-Ce n'est pas de lui montrer ton désir pour elle qui la feras baisser son prix idiot! Comme je te connaît et en voyant ses charme, je dirais que ce serait plutôt le contraire qui se produit présentement!
Judith, nullement démonter, regarda le jeune avancer son fauteuil mal a alaise. C'est bien les hommes sa, pensa elle amuser, même une fois mature il craignent toujours leur mère. Discuter affaires avec une femme est toujours plus difficile, mais son garçon désirait tellement le codex qu'il en bavait quasiment dessus. Elle le referma d'un cou sec sous son nez, il sursauta, et elle commença a le remballer sous le regard affoler du jeune pendant que sa mère souriait étrangement.
-Mais qu'est ce que vous faite? Demanda-il paniquer, sa voix ayant monter d'un cran. Mère!
-Le prix est ferme et non négociable, fit Judith imperturbable remettant la chainette avec la clef autour de son coup et replaçant la clef profondément entre ses seins, j'ai d'autre acheteur sa ne fait rien! Elle se pencha pour reprendre le livre mais la mère mit la main dessus en la fixant droit dans les yeux, elle était presque nez a nez et elle dit, son souffle chaud chatouillant les lèvres de Judith...
-Victor!
-Oui mère!
-Ferme la et vas fourrer ta bite ailleurs et ne revient pas avant que je te fasse quérir!
Il se leva penaud les joues rouge faisant grincer les pattes du fauteuil et s'en alla rapidement sans mots dire avec son organe qui soulevait toujours son collant qu'il tentait de cacher avec sa blouse.
-Encore un garçon, dans un corps d'homme celui la. Dit la mère avec découragement en fixant toujours Judith que cela troublait.
Son sexe pulsait entre ses cuisses, elle devait se concentrer pour soutenir son regard et ne pas baissé les yeux vers le décolleté profond de la femme. Et soudain, celle-ci lui sourit et rentra a son tour ses petit doigts entre ses seins, sans pudeur, et en ressortit la clef. Elle lui enleva la chainette et se la passa au coup et fourra la clef bien profond entre ses gros seins que Judith regarda cette fois. Depuis sa jeunesses, elle avait toujours ressentit la même attirance envers les hommes que les femmes et les femmes plus âgée surtout. Et celle la lui plaisait terriblement. Elle préférait caresser de gros seins mou doux et malléable que des petit seins dur et ferme. A chacun ses goût!
-Voila dont la fameuse chercheuse, Dame Judith, dont j'ai tant entendue parler! On vante partout votre grande beauté et ma fois, cela est bien mérité et nullement exagéré. Dit-elle les mains jointe devant son ventre un peut rond.
Elle la regarda comme un homme, des pieds a la tête! Judith en fut surprit, puis comprit que le codex devait être pour elle et non pour son fils.
-Merci mais... Je ne baisserai pas mon prix! L'avertit Judith en la regardant a nouveau droit dans les yeux.
-Hum, fit-elle songeuse, je reste convaincu que le prix est trop exorbitant mais... Enfin, il était pour moi et on vas s'entendre toute les deux ne vous inquiétez pas!
Elle avait changé, elle parlait plus doucement les yeux a demie fermer et luisant et Judith comprit que comme le codex était pour elle, elle aimait donc prendre du plaisir avec des femmes, donc elle la désirait. Sa se voyait bien maintenant a son regard de toute façon. Judith aussi la désirait mais pas a n'importe quelle prix. Elle avait travaillé fort pour obtenir les droits de copier ce livre, elle avait même payer aussi de sa personne et cela avait été fort agréable de baiser avec la mère supérieur du couvent dans cette chapelle. Elle se rappelait très bien quand elle l'avait trouver la, éclairer par le soleil passant a travers les vitraux, a genoux, bras en croix en train de prier. Elle se rappelait bien aussi l'odeur de l'encens, le silence, le doux visage de la mère supérieur si belle et comment elle avait soulever sa robe devant elle pour lui montrer son sexe et comment elle avait fait l'amour la, devant la croix gigantesque. Elle aussi la désirait depuis leur première rencontre au couvent. Judith, comme toute les femme, en était très consciente quand elle éveillait le désir chez quelqu'un.
-L'ouvrage est a vendre pas moi!
-Sa je le sait Dame Judith, on dit que vous avez repousser les offre de bien des hommes très riche de la noblesse, des demandes en mariage fabuleuse et, voyant votre grande beauté, je le croix aisément, mais on dit aussi que vous aimer la compagnie des femmes, que vous aimer même une fort jolie fille dans le nord du pays et cela vous regarde, mais.., vous me désirer, je le voit bien! Alors on est fait pour s'entendre tout les deux non puisque je vous désire aussi!
Judith rougie bien malgré elle en rajoutant.
-Peut être mais trouver et acquérir ce...
-Je sais, il mérite le prix que vous en demander et je vous le donne mais a une petite condition, rien de terrible je pense! Passé la nuit ici, seul avec moi et personne d'autre a moins que vous en exprimiez le désir! Toutefois si des affaires trop urgente vous en empêche et si vous me promettez de revenir... La encore je...
-Vous avez la sommes? Coupa Judith.
-Oui!
-Si ses pour jeter votre fils entre mes cuisses on oublie tout sa, sa ne m'intéresse pas!
-Je comprend que cette idiot ne vous plaise pas et il n'en est pas question! Il s'occupe comme il peut de mes affaires quand je voyage, ces pour sa que ces lui que vous avez rencontrer la première fois. J'aurais aimer mieux avoir une belle grande fille comme vous mais j'ai hériter de ce con la... con comme son père, mort heureusement! J'ai toujours préférer les femmes, je me suis marier par convenance, mais sa, vous devez vous en douter vue la nature de ce codex et après ce que je vient de vous avouer! Vous et moi seulement, parole d'honneur!
Judith sourit déjà décider a accepter. Le voyage jusqu'ici était long, si elle s'en retournait elle ne serait pas a l'auberge avant la nuit et demain elle avait encore une longue journée devant elle. Et puis juste pour baiser cette femme fort belle et bien ronde, elle aurais accepter une légère baise de prix. Mais la elle gagnait sur tout les tableau. Toutefois elle se demandait si cette femme intelligente et apparemment bien informer savait pour elle, savait ce qui la distinguait des autres femmes, les vrai raison qui l'avait faite repousser les demandes en mariage. A une certaine époque, elle aurai bien aimer se marier et avoir une vie social comme toute les autre, puis, elle avait accepter sa différence et même apprise a en profiter autant quelle le pouvait et découvert le commerce de livre rare grâce a un amant, se qui lui permettait de très bien gagner sa vie. Et puis aucune femme n'avait jamais regretter d'avoir baiser avec moi pensa-elle.
Judith plissa les yeux et dit.
-D'accord, mais on fait l'échange ici, maintenant! Ensuite, quand le codex seras a vous j'aimerais prendre un bon bain, je sent le cheval et la poussière et il y as mon cocher aussi! J'apprécirait qu'il soit nourri et loger convenablement et qu'il soit la pendant l'échange!
-Sa me vas! Fit-elle en frappant dans ces mains pour appeler les domestiques. Je peut lui procurer de la compagnie pour cette nuit si vous le souhaiter!
-Oui, il l'aurais mérité!
-Alors on s'entend Jolie Judith!

---------------------------- a suivre
100% (2/0)
 
Categories: Mature
Posted by priss0100
3 years ago    Views: 159
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments