En souvenir du bon temps

Tout premier récit écrit par mes soins
Tout en arpentant la rue d'’un pas pressé, je regarde ma montre :
— "Déjà 20H10 ! Ouhlà, je suis à la bourre. J’espère au moins qu'’elle est prête, car sinon on n'aura plus de place." J'’arrive devant chez Florence le souffle court, et je frappe à la porte dans la foulée.
— "J’arrive!", Répond une voix fluette qui m’'est familière.

Quelques secondes après, je vois ma Belle, souriante comme d’'habitude, et encore en peignoir.
— - Qu’'est-ce que tu fous ? On est à la bourre !
— - Ça va, ça va, j'’en ai pas pour longtemps ! Répond-elle après m'’avoir furtivement embrassé.

Puis elle file à la salle de bains….
Bon, bin je vais quand même rentrer, même si elle ne me l’'a pas proposé, car je sens que ça va être long. Je m’'assois sur une chaise et j’'attends. De toute façon, ça ne sert à rien de lui faire remarquer mon impatience, elle en fera autant la prochaine fois.

Tout d'’un coup, la porte de la salle de bains s'’ouvre à grand fracas et elle déboule dans la pièce tel un diable qui sort de sa boîte. C’est ma foi un diable fort charmant, vêtu d’un petit string rouge qui lui habille délicieusement les fesses, et… de rien d’autre, ce qui me permet d’'admirer ses deux jolis petits seins qui se dandinent à chacun de ses pas. Ce spectacle suffit amplement à me dire que finalement, je suis bien content qu’elle soit en retard. Pourtant, en à peine quelques secondes, ses plus beaux appas de jeune femme se retrouvent dissimulés sous sa robe bleue que j’'adore et qui lui va à ravir : un décolleté assez prononcé, une coupe assez moulante qui laisse deviner sa silhouette, et une longueur assez réduite qui permet d'’admirer ses jambes nues. Je la trouve finalement presqu’'aussi délicieuse habillée que nue.
— Puisqu'’on est pressés, tant pis, j’ai pas mis de soutif ! Me dit-elle en prenant son sac. En plus, je sais que t’'aimes ça donc t’'es content ? Rajoute-t-elle avec espièglerie.

Sûr que je suis content ! Je vais pouvoir me rincer l’œ'oeil sur son décolleté toute la soirée, et fantasmer sur ses seins que j’ai déjà hâte de retrouver tout à l’'heure pour un tête-à-tête que je sens déjà torride. Mais je commence à la connaître ma petite Flo, elle dit que c'’est de ma faute si elle sort sans soutif, mais en fait elle en mourrait d’'envie, et quelque chose me dit qu'’elle va revenir excitée à mort par cette petite sortie en tenue très légère.

J’'ai à peine le temps de l’'admirer un peu plus en détails que je me retrouve entraîné sur le palier. Tant pis, je me dis que j’'aurai le temps de la contempler tout au long de la soirée, et puis j’avais presqu’'oublié qu’'on était à la bourre.

Quelques minutes de marche plus tard, on arrive enfin au restaurant, avec seulement 25 minutes de retard, ce qui est conforme aux habitudes de ma tendre moitié, et aux miennes aussi je dois bien avouer. Ça doit être le tempérament des gens du Sud…. Heureusement, on trouve une table sans trop de difficultés.

AAAAAhhhhhhh, enfin installés! Je peux me plonger à loisir dans son corsage, et aussi un peu dans ses yeux qui me regardent amoureusement (du moins j’'ose le croire). Rien ne peut venir troubler ma béate contemplation, ni le serveur, ni les plats qu'’il m'’apporte, ni les autres clients, ni les bavardages incessants de ma Belle, que je n’écoute que d’'une oreille distraite d’ailleurs…

Jusqu’'au moment où, juste avant le dessert, elle décide de s'’absenter pour faire ce que toutes les femmes font sans arrêt, à savoir aller aux toilettes, sans oublier bien entendu d'’emmener son sac à mains, dès fois qu’on veuille lui piquer, ou que je veuille fouiller dedans ! Je reste donc quelques minutes seul, ce qui me permet de faire un petit tour d'’horizon des personnes présentes dans la salle, et surtout des personnes de sexe féminin évidemment. Mais celle que je préfère ne tarde pas à revenir, plus éblouissante que jamais dans sa robe légère qui virevolte.

Après le café, au moment où l’'attente de l’'addition rend l’'atmosphère un peu lourde, ma petite Flo ne trouve rien de mieux que de m’'annoncer, avec un petit sourire espiègle au coin des lèvres :
— Tu sais quoi ? J’ai une petite surprise pour toi !
— Ah ouais ? Ca tombe bien, j’adore les surprises. Et c’'est quoi ?
— Si tu veux le savoir, regarde dans mon sac !

Ce mystère m'’intrigue. Sans plus tarder, je m’empare de son sac, ce qui d'’habitude m’'est totalement prohibé, et je l’'ouvre, ce qui d’'habitude frise le crime de lèse-majesté. Je ne tarde pas à deviner la "petite surprise" comme elle dit. Son petit string rouge, qui en partant de chez elle était bien au chaud entre ses fesses, se retrouve encore bien au chaud, mais dans son sac cette fois ! A mon avis, il a perdu au change !

Je la regarde interloqué, tandis qu’'elle me regarde l’'air amusé et fière de son coup. Je ne tarde pas moi aussi à trouver ça amusant, et même assez excitant à dire vrai. Depuis le temps que j’'en rêve, je n’'en reviens pas qu’elle se soit enfin décidée à le faire ! Car si le fait de sortir sans soutien-gorge lui est déjà arrivé, se retrouver sans rien sous sa robe est tout nouveau, du moins avec moi en tout cas.

Comme si mon trouble n’'était pas assez évident, je sens son pied qui vient frotter contre ma jambe et remonter dangereusement vers un endroit qu'’il m’'est alors difficile de contrôler. Mais heureusement, ou plutôt malheureusement, le serveur vient interrompre les velléités libertines de ma compagne, et en profite au passage pour me fusiller avec une addition plombée à la chevrotine.

Une fois sortis du restaurant, j’ai une envie folle de rentrer, mais ma Belle, décidément pas à cours d'’idées lumineuses, me propose une partie de billard, ce qui permettra de profiter de la douce soirée, et aussi d’'étancher un peu plus sa soif d’'exhib.

Nous voilà donc partis, dans les bras l'’un de l’autre, pour une partie qui s’annonce des plus distrayantes ! Le bar n’'est pas loin, on y est en même pas 5 minutes.

En y repensant, je la soupçonne d’ailleurs d’'avoir choisi le billard en connaissance de cause. Car quoi de plus excitant que de se retrouver dans un bar à faire un billard, penchée sur la table, le décolleté généreusement offert aux regards des fidèles du comptoir, le minou à l’air, avec la robe qui se relève par le derrière et qui offre une vue impayable sur ses jambes (et peut-être plus) aux clients installés sur les tables ?

Mais, chères lectrices, chers lecteurs, n'’allez quand même pas vous imaginer que les idées de ma Belle se limitent aux plaisirs charnels et exhibitionnistes ; il me faut dire aussi que l’'on s’est souvent retrouvés à faire des parties sans aucune autre intention que le plaisir de jouer car c'’est un jeu qu'’elle apprécie particulièrement… peut-être parce que ça se joue avec une queue et des boules ? (Je sais, le jeu de mots est affligeant mais c’était vraiment trop tentant).

Bref, revenons à l'’histoire qui nous occupe, et qui je l’'espère vous passionne (ouais bon, on peut toujours rêver). On prend donc une table, un verre chacun, et on commence à jouer. Bien que moi autant que Florence ayons un niveau correct, je me souviens très bien que ce soir-là fut une catastrophe au niveau du jeu à proprement parler. Mais pouvait-il en être autrement ? Moi, je ne pense qu'’à une seule chose depuis qu’'on est sortis du restaurant, c’est me retrouver en tête-à-tête avec ma charmante compagne, quant à Flo elle doit être excitée comme une pucelle à son premier rendez-vous amoureux par tous ces regards qui la transpercent, où qui semblent la transpercer, car le fait de sortir sans culotte a le pouvoir de lui faire croire que tous les yeux masculins des alentours sont braqués sur elle. Et les mâles sont nombreux dans l'’assistance, même si la plupart des regards sont concentrés sur les écrans de télé qui diffusent le match de foot dont le souvenir de l’'affiche me fait défaut.

Moi, je suis évidemment fier comme Artaban de voir ma copine faire baver la moitié du bar, et je me dis que la nuit va être longue !

Mais après deux ou trois parties, qui ont d’'ailleurs duré plus longtemps qu’'à l’'accoutumée tant notre niveau de jeu était déplorable, ma petite exhibitionniste, sûrement rassasiée de regards avides, décide d’'arrêter là ce massacre, qui est une véritable insulte faite à ce jeu. Je ne peux qu'’adhérer, car tout ce qui peut me rapprocher de l'’instant où on rentrera chez moi est le bienvenu, même si ces quelques parties ont dû attiser le désir de ma partenaire. On s’'assoit quand même quelques minutes sur une table pour finir notre verre. Blottie au creux de mon épaule, je la sens chaude comme la braise. Je ne peux m’'empêcher de lui demander :
— - Alors, c’était comment cette partie de billard en tenue légère ?
— - Je suis toute dégoulinante, c’est la folie ! Me répond-elle avec son sourire d'’ingénue qui tranche singulièrement avec ses propos. D'’ailleurs j’'ai arrêté parce que j’'avais peur de tâcher ma robe.

Cet aveu me transporte et me donne une trique du tonnerre. Je souffre le martyre dans mon jean soudain trop étroit pour contenir le volume décuplé de mon sexe.
— - J’'ai envie de toi ! Soufflais-je à ma Belle en forme de proposition.
— - Moi aussi ! Répond-elle instinctivement. Si on rentrait ?

Mais l'’occasion est trop belle de lui proposer ce dont j'’ai toujours rêvé :
— - Ça te dirait d’aller plutôt faire un tour dans les toilettes ?
— - Ça va pas ? On va se faire repérer !
— - Mais non, on va faire gaffe ! Et puis on s'’en fout, on connaît personne ! Ca t’'excite pas à toi ?
— - Si, mais c'’est dangereux ! Proteste-t-elle pour la forme tant ses yeux brillent d'’envie.
— - Oooooohhhhhh!! Fais pas ta chochotte ! Allez viens, suis-moi !"

Avant même qu'’elle ne puisse réagir, je l’'entraîne avec moi dans les toilettes hommes ; comme dirait un certain poète-chansonnier :
"Elle m’a dit d’un ton sévère
Qu'’est-ce que tu fais là ?
Mais elle m'’a laissé faire,
Les filles c’est comme ça!"

Bref, on arrive sans encombre à se faufiler dans une cabine, les toilettes sont désertes, ils sont tous plantés devant le match. Ça rassure quelque peu ma chérie, même si elle me fait remarquer, sûrement à juste titre :
— - On nous a peut-être repérés en train d’aller tous les deux en même temps aux toilettes !
— - Bin quoi, on a eu une envie pressante simultanément et puis voilà ! Et puis on s’'en fout, au moins ils sauront que je t’'aime !

Je mets fin à cette conversation en collant mes lèvres contre les siennes pour un baiser des plus torrides et annonciateur de bien des plaisirs. Mais je suis intrigué, j'’ai envie de voir sa chatte toute trempée. Je retire donc en vitesse sa robe toute fine en un clin d'oe’œil et elle se retrouve complètement nue. Je ne m’'attarde pas sur ses seins, dont les pointes sont pourtant fièrement dressées, et, malgré l’'état d'’insalubrité avancé du sol (le choix des toilettes hommes n'’était sûrement pas le plus judicieux), je m’'agenouille pour admirer son sexe. Je constate avec satisfaction les effets de sa petite exhibition : Son minou est complètement luisant de mouille, ses fins poils sont collés à ses lèvres, et quelques gouttes dévalent l'’intérieur de ses cuisses.
— " Bin dis donc, va falloir nettoyer tout ça maintenant !"

Sans plus tarder, je me mets en action. Ma langue et mes lèvres s'’affairent avec application. Tout y passe : ses cuisses, ses lèvres, son clito, l’'entrée de son vagin… Ses petits cris de plaisir contenus (on est quand même dans un lieu public !) me prouvent son excitation éminente. D’'ailleurs, elle ne tarde pas à retirer ma tête de son entrejambe pour passer à la suite, en me murmurant :
— " Viens, prends-moi, j’ai trop envie !"

Je me soumets bien volontiers à ses désirs ! Je dégrafe les quelques boutons de ma braguette et fait jaillir mon sexe bien dur et bien raide. Je m’'approche alors de ma chère Florence et, après avoir relevé sa cuisse pour faciliter le passage, présente mon gland à l’'entrée de son vagin. Je ne tarde pas à trouver l’'ouverture, et, pour reprendre les termes d’'un sport cher à mon coeœur, je prends alors le trou pour une pénétration plein axe (quelle finesse !).

Ma Belle ne peut contenir un cri aigu devant cette intromission. Je commence par quelques petits mouvements mais les cris et les encouragements de ma partenaire me convainquent d’'accélérer. Je m'’exécute, mais je sais que je ne pourrai pas tenir longtemps à ce rythme, je suis bien trop excité. Heureusement, elle aussi est au bord de la jouissance. Très vite, je sens son corps s’'agiter frénétiquement, son bassin onduler, ses mains empoignent mes fesses, ses cris pourtant étouffés résonnent dans la petite cabine exiguë ; l’'orgasme qui la submerge, tel un raz-de-marée emportant tout dans son sillage, provoque à mon tour le mien, et nous jouissons ensemble, dans un moment d’'une intensité qui n’'a d’'égal que la rapidité du rapport.

Je reste quelques instants en elle, la tête posée sur son épaule, à reprendre mon souffle, et à partager ce moment d’'émotion intense. Elle aussi est essoufflée, et son cœoeur palpite avec une rapidité rare.

Puis je me retire, et on se rhabille, ce qui ne prend guère plus que quelques secondes ! Enfin on ressort. Dommage, il n’'y a toujours personne dans les toilettes pour nous écouter, et je me dis avec regrets que personne n’'a entendu ma Flo jouir. Mais ce n’est pas grave, et je rejoins le bar l’'air triomphant, j'’ai l'’impression que tout le monde sait ce qu’on vient de faire, que tout le monde m’'envie, que tout le monde se prosterne devant moi, il s’'en faut de peu pour que je grimpe sur le bar pour crier "Je suis le roi du monde !!!!!".

Ouhla, je m’enflamme un peu. Bon, reprenons. À peine revenus à notre table, on décide de partir, car Florence a l'’impression que tout le monde nous regarde. Tiens, c'’est bizarre, tout à l’'heure ça l’'excitait, et là ça la gêne. Décidément, je crois que jamais je ne comprendrai les femmes.
Bon, tant pis, moi ça me plaisait bien qu’on nous regarde en se disant "oah, ils ont été faire l’'amour dans les toilettes !". Mais c’est Flo qui décide, si elle se sent gênée…...

A peine sortis du bar, ses propos qu’elle me souffle à l’'oreille m’'enflamment :
- "J’ai du sperme qui coule partout sur mes cuisses !"

Hmmmmm… Cet aveu me donne une trique foudroyante ! (Encore ?! - Bin ouais !). Je suis obligé d’'adapter ma marche en fonction de ce gros truc qui bouge tout seul dans mon caleçon. Ma Belle est encore une fois toute contente de son effet, mais elle a intérêt à assumer tout à l’'heure, car il va falloir du temps pour faire baisser mon excitation. Mais bon, vu l’'état qui doit être le sien également, elle devrait y arriver assez facilement….

On arrive chez moi au pas de course. Je n’'y tiens plus, avant même d’'atteindre le premier étage, je la plaque contre le mur et commence à l’'embrasser et à la peloter frénétiquement. Ma main ne résiste pas et va faire un tour du côté de son entrejambe, pour constater qu’'effectivement son sexe dégouline de sperme. Je bande toujours autant et je me dis que faire l’'amour dans la cage d’'escalier, avec le risque qu’'on nous surprenne, pourrait être une bonne idée. Malheureusement, Flo ne veut pas risquer de se faire repérer dans une position compromettante et elle parvient, après une longue transaction et avec la promesse d’une petite gâterie buccale dans l'’intimité de ma chambre, à me faire relâcher mon étreinte. Les marches qui nous séparent du deuxième étage sont avalées d’une traite et c’'est avec un bonheur indescriptible que je referme à clé la porte de ma chambre d’'étudiant pour une nuit qui s’'annonce sous les meilleurs auspices.

Enfin seuls, sans la crainte pour ma copine qu’'un voyeur vienne déranger nos ébats, je m'’approche d'’elle avec l’'assurance qu’'elle ne me repoussera pas, et même avec le sentiment qu’'elle piaffe d'’impatience que je la prenne dans mes bras. En vrai gentleman, je me dois alors d’'honorer son corps brûlant de désir. En guise de préambule, je pose un petit baiser sur ses lèvres qui, en quête d’un vrai patin digne de ce nom, ne tardent pas à s’ouvrir. Sa langue se fraye un chemin entre mes lèvres ; ma bouche, toujours hospitalière et connaissant parfaitement la visiteuse, l’'accueille avec grand plaisir, puis nos langues se cherchent, se trouvent rapidement, et échangent quelques amabilités en un ballet rempli d’'érotisme et de sensualité.

Tout en continuant ce baiser fougueux, je déshabille ma Belle. Oh, ce n’est pas ce qu’il y a de plus long à faire, il suffit d’écarter les bretelles de ses épaules pour que sa robe tombe à ses chevilles. Et, le lecteur attentif se souvenant qu’elle ne portait plus de sous-vêtements à ce moment-là, il lui sera facile de conclure qu’'elle se trouve alors quasiment nue, seuls ses petits talons et sa robe couvrant ses chevilles pouvant encore être une barrière à sa nudité totale, ce qui est ma foi bien peu.

Mais, elle interrompt ce baiser pour me glisser à l’oreille :
— " Tu te souviens de ce que je t’ai promis ?"

Je lui réponds d’un sourire entendu, tandis que sa main s’'est déjà égarée sur les boutons de mon jeans et caresse mon sexe qui n'’en peut plus d’'être confiné dans un espace aussi étroit.

Je lis dans son regard toute la lubricité qui l’'anime. Ma chemise ne résiste pas longtemps et ses petits baisers sur mon torse me font frissonner. Elle descend petit à petit pour aller chercher sa petite friandise. Mon pantalon n’'est nullement un obstacle à ses envies. En quelques secondes, il se retrouve à mes chevilles, suivi de mon caleçon. Ainsi libéré, mon sexe pointe fièrement à quelques centimètres de son visage. Agenouillée à mes pieds, ses yeux regardent mon visage et elle me sourit.

Sans me quitter des yeux, elle enroule sa main autour de ma verge et finit lentement de me décalotter en me branlant à vitesse très réduite. J’'adore sentir et voir cette petite main aux doigts si fins s’'enrouler autour de mon sexe. Mais déjà elle approche son visage et commence à lécher mon gland déjà bien liquoreux. Chaque coup de langue m’'électrise et me procure un plaisir indescriptible. Puis ses lèvres entrent en action ; D’'abord par quelques baisers timides, mais bien vite elles se montrent plus aventureuses et coulissent de plus en plus sur ma verge, mais toujours avec lenteur et délicatesse. Elle sait jouer avec mon plaisir, ne pas me faire jouir trop vite, et je sais qu’'elle aussi prend plaisir à cette caresse. "Le plaisir d’'offrir, la joie de recevoir"…

Ses yeux ont quitté les miens et ma Belle est maintenant totalement concentrée sur son affaire. Avec sa langue, avec ses lèvres, avec ses mains, sur mon gland, sur ma verge, sur mes couilles, avec lenteur, puis plus vite, en changeant le rythme, ma bien aimée connaît toutes les subtilités et les variantes pour réaliser une bonne fellation. Et Dieu qu’'elle s’'y prend bien ! (Même si Dieu n'’y est pas pour grand-chose dans l’affaire !)

Mais, alors que le plaisir est à son comble est vient flirter avec la zone rouge de non-retour, ma fellatrice s'’arrête et se relève, avant de poser ses lèvres humides et goûtues sur les miennes. Ce baiser au goût particulier est ma foi bien agréable, même si je suis déçue de cet arrêt soudain.
— "Viens sur le lit, me dit-elle, on sera plus à l’aise !"

J’'obéis, docile et en totale confiance (je suis entre de bonnes mains !). Guidée par ma Douce et Tendre, je me retrouve allongé sur le lit et sur le dos, et libéré de tout vêtement, tout comme ma compagne d’ailleurs. Alors elle s’'allonge à mes côtés et m'’embrasse à nouveau, avant de me souffler à l’'oreille :
— - T’inquiète pas, j’'ai pas encore fini ma petite gâterie ! Tu veux que je continue au moins ?
— - Quelle question ! Evidemment que j’'en ai envie, t’'es la meilleure ma petite Flo !"

Alors, telle une liane, elle se laisse doucement glisser sur mon corps en déposant une kyrielle de baisers qui me font frissonner. Arrivée à destination, elle se saisit de ma verge posée sur mon ventre, la redresse à la verticale tout en la scrutant amoureusement, et approche sa bouche jusqu’à ce que ses lèvres viennent couvrir mon gland. Alors, elle recommence ses va-et-vient. D'’abord lentement, comme au début, comme si tout recommençait, comme tout à l’'heure. Puis elle accélère, tout en restant à vitesse réduite. Grand avantage d’'une relation longue(enfin "longue", disons quelques années !), elle sait quelles caresses peuvent augmenter le plaisir et sa main vient caresser mes couilles avec douceur, tandis que mon sexe ne doit de garder sa verticalité que grâce à la bouche généreuse de Florence. Ses cheveux viennent caresser mon ventre en cadence, me coupant par la même occasion la vue de son visage. Tant pis, ça me permet de me concentrer encore plus sur ses caresses exquises.

Mais malgré sa lenteur, je sens qu’'entre ses lèvres, sa main toujours aussi douce, et ses petits gémissements étouffés, je ne pourrai pas rés****r longtemps. Vite, penser à un truc pas du tout érotique ; ah je sais, les formules de trigo : cos(a+B) = cosa.cosb- sina.sinb, cos(a-B)=… ...Trop tard ! Malgré mon avertissement censé lui faire reculer sa bouche, ma Belle continue son traitement divin et revient même me branler à vive allure avec sa main. Fatalement, quelques secondes plus tard, une vive vague de plaisir envahit mon bas-ventre, déclenchant par la même occasion le processus irréversible de l’'éjaculation. Ayant absorbé le premier jet, ce qui est assez rare pour être souligné, Flo retire enfin sa bouche en vitesse, sans cesser sa branlette, et m'’observe déverser mon plaisir sur mon ventre….
—- Pourquoi tu t’'es pas retirée plus tôt ? L'’interrogeais-je après avoir savouré ma jouissance.
—- Je voulais voir si cette fois j’'allais aimer !
—- Ah ! Toujours pas visiblement ! Répondis-je d’'un ton légèrement moqueur.
-— Bin non, toujours pas, c'’est dégueulasse ce truc, et en plus j’'ai failli m’'étouffer, c'’est trop puissant quand ça sort !"

Nous partons alors tous les deux dans un grand éclat de rire, avant de partir à la salle de bains pour nettoyer les dégâts causés par les caresses expertes de ma tendre moitié et de terminer la soirée enlacés dans le lit.
100% (4/0)
 
Categories: Lesbian SexHardcore
Posted by piolis111
1 year ago    Views: 474
Comments (1)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
Une bien belle soirée ! Merci.