Maman très chaude, enfants pervers. Ch. 5&a

Rappel des protagonistes

Les personnages :
Kate : la mère
Paul : le père
Eric : le fils pervers
Aurélie : la fille aussi perverse
Mick : un pote d'Eric
Pierrot : un pote d'Eric
Frank : un pote de Mick
Gina : la petite amie d'Eric
Lilly : une vendeuse
Sylvie : une copine de Gina
Sally : L'inconnue de l’arrêt de bus
Lola : La stripteaseuse
Adam : le gentil videur

Chapitre 5 : Une première pour Kate et Paul

Après mon expérience avec Lilly dans le magasin de chaussures, je ne peux m'empêcher d'y penser ou de sortir ces souvenirs de ma tête. Je me suis laisser séduire par cette jeune fille et ensuite j'ai profité d'elle.
Le sentiment de culpabilité généralement associés à ce genre de chose n'effleure même pas mon esprit car il est balayé par ce sentiment de joie... ce sentiment de proximité intime avec cette belle jeune fille de l'âge de ma fille qui m'a fait tellement de bien… tellement jouir…
Ma relation avec Eric évolue au fil des jours. Je ne pose plus de question sur ma relation intime avec mon fils et je ne me cherche pas des excuses. En dehors de nos baises sauvages je suis encore sa maman et c'est mon fils, mais dans nos moments intimes il se sent plus fort maintenant, et il se contrôle mieux. Il mesure bien ma soif de sexe et il va au devant de mes désirs.
Mes troubles et mes hésitations du début s'effacent pour faire place à un sentiment de soumission, un désir constant de lui plaire. Je pense aux différentes manières de plaire à mon fils, essayant de trouver des astuces pour qu'il me désire un peu plus, comme si c'était l'homme de ma vie comme mon mari l'est. Et tout çà en cachette de ma fille et de mon mari.
C'est samedi soir et Aurélie est sortie avec ses amies pour voir un film. Mon mari lui, est sorti avec ses copains pour une de leurs nuits de poker. A la pensée d'être la maison seule avec mon fils mon corps frissonne, un frisson que je connais bien maintenant. Un frisson provoqué par une excitation sexuelle qui part de ma tête pour finir dans ma chatte.
Je sais que mon fils va en profiter pour me baiser ou me faire sucer sa grosse bite comme j'aime si bien le faire. Dès que mon mari et Aurélie sont partis de la maison, que je monte dans ma chambre et enlève tous mes vêtements. Je me tiens devant le miroir en admirant mon corps complètement nu pendant quelques secondes en pensant à ce que je devrais porter pour l'occasion. Je me chuchote à moi-même ;
"Pas mal pour une mère de deux enfants âgé de 38 ans". En admirant mes seins, les courbes de mes hanches et mon ventre plat.

Je sors des bas blancs et je les enfile sur mes jambes bronzées, ils sont auto-fixant et s'arrête au milieu de mes cuisses. Que mettre avec çà ? Ah, oui… j'ai une espèce de tunique qui a quatre pans, deux à l'avant et deux à l'arrière qui couvre tout juste le haut de mes bas. La partie supérieure est blanche et transparent avec de petits points rouges partout et des rubans de dentelle sur les côtés. Je l'enfile et me regarde dans le miroir. Au milieu 3 boutons dont celui du bas au niveau de mon nombril, ma douce chatte est visible si je bouge et que les pans de robe s'écartent.
Dans le dos le décolleté descend sur le haut de mes fesses à raz de la fente qui les sépare. Je déboutonne le bouton du haut et mes seins sont presque prêts à sortir, les bords des aréoles visibles.
Rien qu'à me voir dans le miroir j'ai la température de ma chatte qui monte… je suis vachement sexy… comme une call-girl dans un film porno.
Pour finir une paire de talons hauts blancs que j'ai récemment achetés complète ma tenue subjective.
Je suis prête pour mon fils et Dieu met témoin j'espère qu'il est prêt pour moi. Je passe mes doigts le long de mes lèvres de chatte sentant l'humidité qui si trouve déjà là et je les amène jusqu'à ma bouche pour les lécher et me déguster en poussant un soupir.
« Uhhhhmmmm... »
C'est devenu une petite manie ; chaque fois que je me sens excitée je touche ma chatte humide et je goûte à cette humidité qui sort de mon trou. Des fois je le fais même avec mon mari dans la même pièce, en m'assurant qu'il ne me voit pas. Alors je me sens salope, la femme de mes fantasmes que j'ai toujours voulu être.
Le cœur battant je me dirige vers la chambre d'Eric, balançant mes hanches... mon cul nu. Je me sens alors sans tabou en parcourant la maison à moitié à poil et m'apprêtant ainsi à ouvrir la porte de la chambre de mon fils. J'ouvre, mais il n'est pas là. Je regarde en bas et j'aperçois de la lumière dans le bureau. Il doit utiliser l'ordinateur.

Je descends les marches et arrivée près du bureau je vois Eric assis regardant l'écran de l'ordinateur, loin de penser à sa maman chérie qui c'est préparée avec soin pour lui.
Il est temps de montrer à mon fils ce que j'attends de lui… et tout de suite.
J'entre, il m'a entendu car il tourne la tête. Je me tiens devant lui en le regardant dans les yeux. Je peux ire qu'il est surpris de me voir vêtue de cette façon, vu ce que je porte et surtout ce que je laisse voir car ses yeux montent et descendent sur mon corps comme absorbant ma nudité... mes seins... ma chatte.
- J'ai pensé que tu aimerais peut-être une certaine compagnie, murmurai-je, à peine capable de parler.
Il ne dit quoi que ce soit, pendant un long moment ou il ne me quitte pas des yeux, surtout mon corps. Il avale sa salive et réajuste son pantalon pour décoincer sa queue déjà dure. Je m'apprête à me jeter sur lui, saisir son pantalon et sortir sa bite, mais quelque chose dans son regard me bloque. Son regard sévère presque dur me fige et je reste immobile.
Lentement, il me fait signe avec son doigt de m'approcher plus près.
- Stop !
Je m'arrête, obéissante, attendant que mon fils de me dise quoi faire ensuite. Mon corps est en ébullition anticipant ce qui va arriver.
- Regarde l'écran, dit-il en pointant son doigt vers l'ordinateur.
J'obéis et j' halète de surprise. Une photo de moi remplis l'écran de l'ordinateur, complètement nue avec mon cul bien en vu et ma chatte humide. C'est une des photos qu'il a pris de moi, lors d'un de nos ébats.
Sa main survole la souris d'ordinateur et une autre photo apparaît sur l'écran... moi dans une autre position montrant mon corps et mes parties intimes exposées.
- Oh mon Dieu…
Et il me fait défiler plus de photos de moi. Je tremble en me regardant dans des positions pornographiques si salaces que je ne peux croire que c'est moi qui ai autorisé cela.
Je n'avais encore jamais vu les photos qu'il a prises de moi, pensant qu'il les avait effacées comme je lui ai demandé.
Debout, à demi-nue et tremblante je ne peux pas détourner mon regard, comme hypnotisée par la femme que je vois sur l'écran... une femme qui a montre tout.
Je sens sa main sur mon cul qui frémit sous son touché. J'ai chaud, excitée par ce que je viens de voir, et très humide. A tel point que ça coule sur ma peau à l'intérieur de mes cuisses. Sans réfléchir, je me penche vers l'avant pour mettre mes mains sur le bureau et je pousse mon cul vers mon fils, ne quittant as des yeux l'écran. Une autre photo est apparue ; Jambes et cuisses écartées, on voit ma chatte ouverte et dégoulinante de jus.
La main d'Eric s'est dirigée vers ma chatte et il a facilement glissé un doigt en moi.

- Oooh, Eric...
Il n'a encore rien dit. Il enfonce lentement son doigt et le ressort et j'écarte mes jambes lui offrant un meilleur accès. Et les photos défilent…Je respire difficilement car elles sont tellement explicites... tellement sexy… et pornographiques. Je me penche plus loin vers l'avant, mon visage touchant presque l'écran et j'écarte mes jambes plus largement en faisant bien ressortir mon cul. Je lui donne ainsi accès à tout ! Je sens ses doigts travailler ma chatte et un de ses doigts humide perfore mon trou du cul, lui aussi humide et gluant.
- oh... Ooooohhhhh… Eric !
Lui aussi a respiré plus fort et plus vite quand il glissé le doigt dans mon cul. J'ai déjà eu son doigt dans mon cul avant mais cette fois c'est moi qui m'expose ainsi, mon cul tourné vers mon fils, sur mes jambes écartées et il peut voir tout ce qu'il fait. Jusqu'à ce soir je n'ai pas osé le faire mais là… je me sens bien car je ne suis plus la maman mais la salope soumise.
- Oh maman... as-tu déjà… est ce que tu as eu un doigt ou… une bite… dans ton joli petit trou du cul…
-Je ne peux lui répondre… je ne veux pas. Mais son doigt qui va et vient est impitoyable.
Il commence à m'embrasser les fesses tout en continuant de m'élargir la rondelle.
- Maman, t'as pas répondu à ma question.
Et les photos continues d'apparaitre sur l'écran. Lilly et moi, moi qui lèche sa chatte... sa douce chatte.
- Aller, maman...Je serais ravi de te voir faire çà toute seule... oh ouiiiii çà doit valoir le coup !
Mon visage rougit, et en quelque sorte je suis gênée par ce qu'il dit... par ce que mon fils fait de moi, mais là encore je ne peux pas me résoudre à arrêter cela. Je suis de plus en plus excitée et tellement chaude et presque que prête à jouir. Il arrête de faire aller-venir son doigt dans mon trou du cul mais, il le laisse dedans au bord, comme pour me punir de ne pas répondre.
- Oh Eric s'il te plaît bébé... non…
Rien, pas de mouvement. Je repousse mes fesses contre son doigt mais il ne fait rien. Frustrée, je passe ma main en arrière et saisis sa main pour la maintenir et me baiser avec elle. Je f***e mais il tient bon. Sentant l'anneau de mon cul je glisse mon doigt dedans à côté de celui de mon fils. Oh que c'est bon.
-Oooh, maman... que fait ce doigt là!
Peu importe si je voulais refuser à mon fils cette saloperie, je ne peux pas, c'est trop chaud... trop érotique. Perdue pour perdue je baise mon cul avec mon doigt et je sens rapidement son doigt se déplacer aussi, à l'unisson avec le mien. Je geins de plus en plus et je sens mon orgasme arriver.
Je mets ma tête sur le bureau, je coince mon doigt complètement enfoncé dans mon anus en feu et je jouis.
- Ouiiiii... OOoohhhhh, oui...AAAAAhHHHH... AAAAAhhhhhhhhhhhhhh…
Je n'aurais jamais pensé que ce doigt qui baise mon cul pourrait m'apporter à tel orgasme ! C'est surement la pensée que je fais ça comme une salope avec mon fils qui est placé de tel façon qu'il peut parfaitement voir mon trou ouvert sous la pression des doigts qui le f***e.
Refaisant surface je regarde Eric et je retire lentement mon doigt. Il regarde fixement mon cul avec de grands yeux, et se lèche ses lèvres.
- Uuuuhhhhmmmm... c'était vachement bon. Pourquoi tu ne me foutrais pas quelque chose de plus gros là-dedans ?
Lui dis-je me surprenant moi-même par mes paroles sorties de ma bouche sans 'en rendre compte.
Putain ! Je viens de demander à mon fils de m'enculer ! Moi… sa mère !
Pourquoi je ne me contente pas d'être salope comme d'habitude. La vérité est que je n'ai jamais eu la bite d'un homme dans mon cul avant ce soir et je ne sais comment çà fait…
Je ne peux pas l'avouer à mon fils, pas après ce que je viens de dire. Au lieu de çà je gémis comme une putain pour lui donner l'impression que je n'attends que çà, remuant du cul comme une poule en chaleur… prête pour sa bite... prête à être follement enculée par mon fils.
Je baisse les yeux pour voir qu'il a sa bite dehors et qu'il la caresse tout en regardant mon cul. Un seul regard sur sa grosse bite et je sais ce que je veux, je veux qu'il me baise le cul, je veux prendre sa longue queue dans mon cul. Un frisson de peur court le long de mon échine dans la crainte qu'il me fasse mal.
- Oh mon bébé... quelle est belle et longue… elle me semble prête. Tu vas me mettre ce monstre dans le cul… Mon Dieu, il faut utiliser un lubrifiant, sinon j'ai peur elle ne blesse un peu car elle est énorme pour un petit cul comme le mien. Oh mon bébé… je la veux même si elle me fait un peu mal…
J'ai dis tout çà, non… j'ai gémi.

Il fouille dans le tiroir à proximité et à ma grande surprise, il sort un tube de lubrifiant. Doux Jésus, il va le faire ! Je n'ai jamais pratiqué le sexe anal avant et mon fils va prendre ma virginité encore intacte de ce coté.
- Reste comme çà, maman.
J'arque mon dos et présente mon cul pour que mon fils pousse sa grosse bite à l'intérieur. Je sens le lubrifiant froid qu'il applique en quantité sur et dans mon trou déjà entrouvert et en l'évasant encore un peu de ses doigts.
Je tends mon cul quand je sens son gland entrer en contact avec l'anneau de mon cul.
- OOOhhhh, bébé… vas-doucement… tout doucement… oh mon Dieu.
Il pousse un peu et je sens mon trou du cul qui s'ouvre comme jamais avant çà. Saisissant le bureau avec les deux mains, je gémis de douleur autant que de plaisir, quand son gros pénis, écartèle mon anus et mes boyaux en s'enfonçant petit à petit dans mes entrailles.
- AAaahhhh... oh Jésus...Uuuhhmmm!!! Stop !
Je sens la douleur qui dépasse le plaisir.
- Maman, Cà va ? Sa voix remplie d'inquiétude pour moi.
Il cesse de progresser, mais reste à l'intérieur. Mon cul est en feu, des picotements parcourent mes boyaux mais la douleur s'estompe un peu, surprise qu'elle n'a, en réalité, pas nui a cette sensation incroyable malgré un instinct naturel de mon muscle sphincter qui se resserrait autour de la bite épaisse de mon fils. Ce sentiment de viol, de f***er mon cul à s'ouvrir sous la poussée d'une queue de cette taille et en plus celle de mon fils, fait disparaitre complètement la douleur pour la remplacer par ce plaisir incomparable à un autre, d'avoir cette bite longue et dure qui palpite dans mon cul et qui me rend folle.
Je prends quelques secondes pour me reposer, m'adapter à sa taille, puis je regarde en arrière je lui att**** sa main qui était sur ma hanche et lui souriant faiblement ;
- Ooooooh, mon fils… ne bouge plus… laisse moi faire.
Il est aussi excité que moi, j'approche sa main de mes lèvres pour l'embrasser et il met son index dans ma bouche. Je lui suce son doigt comme une fellation et je repousse mon cul contre sa bite. Quelques centimètres de plus s'enfoncent dans mon conduit dilaté. Je ne sens pas de douleur alors je pousse encore.
- AAaahhhh, maman…. Oooohhhh… ouiiiii…gémissait Eric
Je pousse encore jusqu'à sentir ses cuisses sur mes fesses. Il est complètement enfoncé dans mon cul dilaté à l'extrême et je sens sa bite palpiter dans mon corps. Le passage étant fait c'est merveilleux de sentir cette queue épaisse qui envahie mes entrailles. Je n'aurais pas cru que ce soit si érotique et si excitant. A voir la bite de son fils dans un endroit où nul n'a jamais été auparavant, même mon mari, me donne l'impression que je m'abandonne totalement à lui, comme si je n'étais pas sa mère mais plutôt sa salope attitrée... oh mon Dieu... la salope de mon fils. J'aime !
En gémissant je commence lentement a faire aller et venir sa grosse queue. Je m'encule moi même… je me baise le cul avec la bite de mon fils. J'ai tant de fois rêvé de ce moment, que j'ai encore l'impression de rêver. Je ne sens plus aucune douleur mais des terminaisons nerveuses commencent à prendre le relais, pour m'envoyer des ondes de plaisir tout au long de mon corps d'une manière que je n'aurais jamais imaginé.

« Huuuummmm... ooooooh Eric... Aaaahhhhh... j'aime çà... oh mon chéri... c'est si bon….
Eric a ôter son doigt de ma bouche et il me prend par les épaules .
- Oooh maman... ton cul... ton cul… putain c'est serré… mais alors vachement serré… me dit-il surpris.
A son tour, il me tient fermement et c'est lui maintenant qui m'encule avec de longs coups de bite, la sortant pour ne laisser que son gland enserré par ma rosace et replongeant en regardant sa longue queue baiser mon cul pour disparaitre avalée par ce trou qui goute pour la première fois au plaisir d'une bonne sodomie.
J'y pense pendant une minute, imaginant à quoi çà ressemble. "Oh non, ce n'est pas juste" je me suis dit, moi aussi je veux voir sa grosse bite qui m'encule.
- OOOhhhh, ouiiiii, baise mon cul, chéri… ooooooh... Huuummm c'est bon…Dommage que quelqu'un ne film pas çà. J'aurais aimé voir la bite qui me sodomise…
J'approche rapidement d'un autre orgasme sous les coups régulier de la bite de mon fils dans mon cul. Je regarde l'écran et je vois Lilly manger ma chatte, mon visage déformé par le plaisir. Soudain, je vois un éclair de lumière et je découvre que mon fils a son appareil en main. Incroyable… il a toujours son appareil prés de lui !
Je tords ma tête pour essayer de voir ce que mon fils prend en photos mais ce n'est pas possible.
- C'est comme çà qu'on respecte sa mère… en la prenant en photos avec ta grosse bite dans son cul… t'as pas honte petit salaud de fils… La pose te convient…
C'est tellement excitant de dire ces mots, d'entrer dans le rôle d'une salope et sentir la bite de mon fils dans mon cul, qui s'enfonce mon trou, qui s’élargit comme jamais pour la laisser passer.
Il me regarde avec sa bouche ouverte étonné de mes paroles. Il s'installe, et , lentement mais sûrement il encule sa mère sans pitié, prenant des photos et me fait gémir a chaque éclair du flash.
- AAaahhhh...
Mon cul est si humide.
- Aaaaaaaaaahhhhhhhhh...
C'est comme si une barre d'acier m'empalait par le trou du cul.
- Ooooohhhhh…

Je commence à perdre l'esprit.
- AAAAAhHHHH...
Je ne peux en supporter plus ! J'ai besoins de reprendre le contrôle de sa queue et de m'en servir moi-même pour le plaisir de mon cul.
- Ooooooh, Eric, assois-toi…mets-toi dans le fauteuil.

Il sort doucement sa queue hors de mon cul. Laissant sa queue humide posée sur ma fesse juste à coté de mon trou surement grand ouvert il prend une photo, j'en avale ma salive en imaginant ce qu'elle doit donner sur un écran.
Il s'assoit me regardant dans l'expectative. Lui tournant le dos j'abaisse mon cul sur le dessus de sa queue. Douleur... juste pour un infime instant… un moment pour que son énorme bite reprenne sa place dans mon trou du cule et ensuite… encore une fois, que de plaisir... Cette merveilleuse sensation d'être remplit par son fils.
- Oh mon Dieu...Aaaahhhhh... Eric ! AAAAAhHHHH !
Je me suis assise complètement empalée sur sa bite longue et épaisse. Je n'ai jamais rien eu de si profondément enfoncé dans mon cul avant et j'adore ce qui m'arrive. Je mets mes mains sur les accoudoirs de la chaise, je me lève et j'écarte bien mes jambes.
Puis d'une façon insensée je mets mes pieds sur les bords du bureau et je m'élève lentement. Oooh, sentir ce pieu long, épais, fortement veiné qui sort de mon cul presque tout droit me fait presque jouir.
Juste avant que son gland ne s'échappe de mon anneau culier je serre mes fesses et je m'empale à nouveau sur la bite de mon fils. Je me déplace verticalement de haut en bas sur sa bite, en augmentant progressivement la vitesse. Mes bras commencent à me faire mal, mais je ne m'arrête pas. J'entends gémir au loin... c'est moi ? Mon fils…Je ne sais pas et je m'en fous. Je ne pense qu'à la bite de mon fils dans mon cul... qui va et vient, de plus en plus vite, en élargissant l'anus de sa putain de mère.
- Maman ! Maman… je vais jouir…dans… ton cul !
Je sens ses mains qui se crispent sur mes seins et maintenant j'entends bien que c'est moi qui gémis.
- Ouiiiiiiiiii, chéri…. AAaahhhh, ouiiiiiiiiii, mon fils… jouis !
Il en pince et tire mes tétons durs comme la pierre… je suis aussi au bord de la jouissance… je vais jouir par le cul… avec la bite de mon fils…et je crie en pleine extase ;
- Ouiiiii ! Vas-y ! Jouiiiissssss !
Et je sens sa bite gonfler et arroser mes entrailles de son sperme i****tueux. Je me penche en arrière contre lui, ma main frôle le bourrelet de mon anus distendu pour m'accrocher à ses couilles.
Moment d'une intensité inimaginable, au-delà du plaisir que l'on ressent par le vagin et je voudrais que çà dure éternellement. Avec son énorme bite dans mon cul qui s'ouvre au-delà de ses limites, je surf sur les vagues de mon orgasme, gémissant sans arrêt pendant un temps qui me semble durer de longues minutes.

Après un long moment, j'ouvre mes yeux, capable de respirer à nouveau normalement. Il caresse encore mes seins, doucement, avec tendresse. Tremblante, je me déplace sur le côté légèrement et mettant mon bras autour de sa tête je l'embrasse avec amour comme une femme comblée.
Il transpirait et moi aussi mais nous continuons de nous embrasser passionnément, sa queue toujours bien dur et toujours coincée dans mon trou du cul.
- Maman… waouh ! Je n'aurais pas cru que çà serait si bon de t'enculer !
Je le regarde les yeux brillants ;
- Tu sais… je n'ai jamais... jamais fait… quelque chose comme... comme ça, OOOoohhh mon bébé… je t'aime tellement
- Je t'aime aussi maman.

Nous nous embrassons avec passion, nos langues faisant un duel dans nos bouches. Je ne veux pas que cet instant s'arrête… je ne veux pas que la bite de mon fils quitte mes entrailles car je sais maintenant à quel point j'aime avoir mon cul distendu et ouvert comme ça, surtout avec sa bite.
-Maman, permet-moi de prendre encore quelques photos ... s'il te plaît, me demande-t-il, plein d'excitation dans ses yeux.

Et voila que çà le reprend ses maudites photos. J'ai une légère hésitation. Me prendre comme çà…toute nue avec mon trou du cul complètement dilaté comme un gouffre béant… non un cratère qui recrache une lave blanche… un trou qui aurait du être interdit pour mon fils…
- Oh mon bébé il ne faut pas… tu te rends compte… le trou du cul de ta mère en photo… Aaah non… Dis-je avec un ton qui laisse planer le doute.
Je l'embrasse sur ses lèvres et sa langue sort immédiatement pour que je la suce.
Immédiatement je sens sa queue qui bouge dans mon cul et elle reprend du volume.
- Huuuummmm...
Je gémis dans sa bouche laissant paraitre un peu de surprise.
Une de ses mains passe entre mes jambes ouvertes et touche ma chatte, et ses doigts montent et descendent entre mes lèvres pour les écarter. Automatiquement j'écarte encore plus mes cuisses avec mes pieds toujours sur le bord du Bureau en face de nous.
- Maman ! Putain ! T'es vachement mouillée ! murmure-t-il à mon oreille.

Ma main derrière son cou, ma tête contre la sienne, je regarde comment ses doigts fouillent ma chatte humide, sa main qui caresse tout mon bas ventre et ses 4 doigts qui écartent les lèvres de ma chatte pour pénétrer mon trou de devant. Je suis tellement à l'aise avec mon fils à ce moment que je lui permettrais de faire ce qu'il veut de mon corps.
Il retire ses doigts dégoulinant de jus épais et il me les mets devant mes yeux.
- Regarde maman... tu vois ta mouille qui coule sur mes doigts ? Tu veux la gouter ?
La question m'a surprise, bien sûr, mais je veux gouter mon jus. Une petite pensée traverse mon esprit comme un flash, « si c'était le jus de ma fille... », Mais je la chasse aussitôt.
- OH Oui... S'il te plait… donne moi tes doigts que je les suce.
J'ouvre la bouche dans l'attente de ses doigts juteux mais il les met au dessus et laisse couler de longues gouttes sur ma langue tendue. Mon Dieu, quelle gout! Pourquoi j'aime tellement çà ? Immédiatement, je rentre ma langue et j'avale cette liqueur en fermant les yeux avec un gémissement de salope qui vient de mes entrailles.
- Huuummm, c'est bon…Encore s'il te plaît...
Encore une fois, je sens sa queue remuer à l'intérieur de mon cul et je réalise que mes paroles font de l'effet à mon fils. Je souri et je suce ses doigts en passant ma langue entre eux. Sa bite durcie un peu plus et vibre a l'intérieur de mon cul et quand elle recule un peu je contracte mes muscles anneaux pour la bloquer. Et je recommence, compression…détente… Je l'entends gémir… ni lui, ni moi ne faisons des mouvements mais c'est comme si on baisait.
Une de ses mains att**** un de mes seins, pince mes tétons tout dur et l'autre va sur ma chatte chaude et trempée. Il colle ses doigts dans mon trou à son tour pour me faire gémir de contentement. Il a au moins 3 doigts qui fouillent ma chatte.
- Petit salaud… tu sais y faire ave ta maman… Uuuhhmmm...
- Maman, je sens ma bite...Je peux sentir ma bite qui est dans ton cul ! dit-il avec surprise.
Moi je ne suis plus sur terre. Mes 2 trous sont remplis et fouillés en meme temps et pour moi c'est une nouvelle expérience. Qu'est ce que çà doit etre d'avoir 2 bites en même temps ? Mes organes fouillés ainsi envoie des ondes de plaisir dans mon cerveau embrumé et je ne veux pas que çà cesse !
- Continue, Jérémy, n'arrête surtout pas ! Baise-moi mes deux trous !
Je suis insatiable, me soulevant je commence à baiser moi-même mon cul avec sa bite pendant qu'il s'occupe de ma chatte avec ses doigts. Mon trou du cul est vachement distendu mais il est lubrifier par mon jus dégoulinant de ma chatte, ce qui permet à sa grosse bite de glisser à l'intérieur de mon cul avec facilité. J'ai un peu mal mais je me soulève a la limite de perdre son gland, et je retombe comme une masse, enterrant sa grosse bite entièrement dans mon cul en touchant la base de sa queue avec mon anneau anal. Je transpire comme une truie mais je travaille sa bite comme une professionnelle, dedans et dehors... dedans et dehors sans que ses doigts quittent ma chatte.
- Jérémy… OOoohhhhh, je vais...Oh oui, baise-moi fort…
Je ne sais plus ce que je dis… je suis dans l'enfer du sexe.
Encore une fois un orgasme éclate comme un coup de tonnerre. Mon corps et mes terminaisons nerveuses sont en feu, chaque muscle se contracte et se détend et je jouis en hurlant mon plaisir.
Mon fils grogne aussi et m'envoie de nouveau sa crème par giclées successives qui vont se perdre au fond de mes entrailles.
Mon corps toujours sous le coup de ma jouissance je tourne la tete et jérémy prends ma bouche pour m'embrasser, tout en pinçant mes seins et mon clito qui est devenu hyper sensible. Sa bite palpite dans mon cul et je suis à lui. Je sais maintenant qu'il pourra faire ce qu'il veut de moi et comme çà lui fera plaisir !
Enfin, il s'arrête de me baiser avec ses doigts et abandonne mon clito qui commençait à me faire mal sous cette jouissance trop forte. Comme il ne débande pas, je le laisse dans mon cul, serrés l'un contre l'autre… si proche... ensemble, mère et fils...

Je le regarde dans les yeux et je ne vois rien d'autre…que de l'amour… de l'amour pour moi. A cet instant je comprend que je lui appartiens et que je peux lui faire complètement confiance pour n'importe quoi qu'il me demandera. Toutes les limites qui existaient antérieurement sont brisées par ce que nous venons de faire.
- Maman, je t'aime tellement, me dit-il dans ma bouche ouverte.
Je tremble et des larmes coulent sur mes joues. Je n'aurais jamais imaginé trouver un tel amour et autant de plaisir.

- Moi aussi, je t'aime trop mon bébé... Dieu m'est témoin… je t'aime comme mon fils et je t'aime comme amant.
Il me regard consterné, mais je lui souri en retour et il se rend compte que ce sont des larmes de joie. Nous embrassons à nouveau pendant un long moment.
- Maman, je peux encore prendre des photos ?
- Bien sûr mon bébé d'amour, tout ce que tu veux.
En disant cela je remarque que ses yeux s'illuminent sous son excitation. Je baisse mes yeux pour voir que sa bite est toujours bien ancrée dans mon cul.
- Mais je pense qu'il faut que mon cul abandonne ta queue qui ne veut plus le quitter.
- Non, mets tes jambes par terre et penche toi sur le bureau, je ne vais pas lâcher ton petit cul et je vais prendre mes premières photos avec ma bite dans ton cul.
Je souris et bien sûr je fais ce qu'il me dit. Je suis maintenant debout avec mes jambes écartées, je me penche sur le bureau avec mes gros seins qui s'écrasent sur la surface froide. Je sens sa bite qui écartèle mon trou du cul et j'entends les déclics de son appareil. Dieu ! Sa queue est encore opérationnelle et fouille mes intestins avec une vigueur incroyable. Je sens qu'il peut de nouveau baiser mon cul et je l'aurais laissé faire mais apparemment il a d'autres plans.
- Maintenant relâche toi bien et détends toi complètement.
Un frisson d'excitation et d'incertitude parcourt mon corps en pensant qu'il veut que mon trou du cul reste grand ouvert quand il va sortir sa grosse bite ! Je me doute bien qu'il va être ouvert comme un cratère vu la taille de sa bite ! Il ne va quand même pas prendre des photos de mon cul comme ça ? Je sens qu'il glisse hors de mon cul et je tourne la tête en arrière pour essayer de voir quand sa bite va sortir et… le flash de l'appareil explose. Je n'ai pas eu le temps de lui demander de ne pas faire ça et il ne se gène pas pour prendre plusieurs photos.
- Maman ! Si tu voyais çà ! C'est magnifique !
Je ferme les yeux et enfouis mon visage dans mes mains. Je suis incapable de faire quoi que ce soit, je ne suis pas sure que ce soit raisonnable de le laisser prendre des photos de moi de cette manière… dégradante… sale…obscène… des photos de moi, sa mère, sa maman !
- Maintenant, tient-toi droite, lentement et écarte bien tes jambes.
Je le fait bien volontiers en espérant que mon trou du cul retourne à la normale. Avec effroi je vois que maintenant il s'est abaissé et prend des photos de mon cul par en dessous. Je sens que quelque chose s'écoule hors de mon cul... oh mon Dieu son sperme ! Je serre des fesses et essaye de refermer mon sphincter mais il s'ouvre à nouveau et cette contraction ne fait qu'accentuer le flot de sperme qui coule.
Je me retourne pour lui dire d'arrêter mais je suis éblouie par les flachs qui crépitent.
- Jérémy arrête maintenant…
Il film son sperme qui s'écoule de mon trou du cul !
Juste à cet instant nous entendons des bruits à la porte d'entrée. Je suis glacée de terreur…quelqu'un va entrer dans la maison!
A peine capable de marcher dans ces hauts talons, le foutre de mon fils qui dégouline de mon cul, je me précipite dans ma chambre et j'écoute. J'entends la voix de mon mari mais je ne comprends pas ce qu'il dit. Je devrais m'enfermer dans la salle de bain ou me couvrir mais je reste là… horrifiée et figée !
Quelques secondes plus tard il entre dans notre chambre. Attrapée ! Prise en flagrant délit ! et je ne peux que dire ;
- Enfin... Tu es à la maison. Je t'attendais avec impatience…
Je mets sur mon visage mon sourire le plus sexy pour bêtement lui faire croire que je me languissais de faire l'amour avec lui.
Il ferme la porte derrière lui et dit en criant presque :
- Doux Jésus, Kate, Je viens de voir Eric à poil dans les escaliers et la bite en l'air !
Une chose sûre, ses yeux n'ont pas quitté mon corps nu exposé et je vois du désir dans son regard.
- Paul, on s'en fout de ce que fait Eric… il devait surement regarder un film porno ! Moi j'ai envie de toi car ça fait longtemps que nous n'avons pas baisé…et je me suis préparé pour çà !
Je marche vers lui en balançant mes hanches de gauche à droite, serrant mon cul pour être sur qu'il ne sort rien et arrivé près de lui je lui roule une galoche sensuelle. Il gémit doucement et me prend par la taille pour me presser contre lui. Ce n'est qu'un mâle… qui oublie tout… quand une belle femelle s'offre à lui.
Nous nous embrassons pendant un moment et je commence à déboutonner sa chemise, pour enlever ses vêtements. Mon cœur commence à rebattre normalement et il me semble que ma diversion fonctionne.
- Chérie, tu es en sueur, que faisais-tu ?
- Oh Paul, le temps m'a semblé long depuis que tu es parti, tu m'as manqué… j'ai besoins de toi… j'en pouvais plus d'attendre…
J'embrasse sa poitrine pendant que mes mains s'occupent du bas. Je déboutonne rapidement son pantalon qui tombe sur le sol, je baisse le slip sous ses genoux et me retrouve le nez devant sa bite semi dure qui se balance devant moi.
Je l'att**** et le regardant je mets sa queue dans ma bouche. Il me fixe dubitatif puis expirant il ferme ses yeux et penche la tête en arrière. Succès ! J'ai gagné ! J'ai juste eu à le sucer pour qu'il se laisse aller.
Je m'occupe de sa bite, comme j'ai appris à le faire avec celle de mon fils Eric, l'avalant entièrement avec son gland dans ma gorge. Paul commence à haleter, appréciant clairement la façon dont je suce sa bite qui maintenant est toute droite et bien dure. Inconsciemment, je réalise qu'elle n'est pas aussi grande et aussi grosse que celle de notre fils, et cette pensée réveille mon désir.
Je commence à m'échauffer et ma chatte se mouille de nouveau. La seule pensée d'avoir baisé avec mon fils et maintenant avec mon mari dans un tel laps de temps me donne l'impression d'être une parfaite salope... comme la salope de mes rêves qui souvent m'a donné du plaisir. J'enfonce bien la bite de mon mari à l'intérieur de ma gorge et par des mouvements de déglutition je branle son nœud qui à passé mes amygdales.
- Oh mon Dieu, Kate, je vais te baiser, dit-il en retirant sa queue de ma bouche.
- Non, c'est moi qui vais te baiser, je réponds ne voulant pas qu'il voit ma chatte qui à déjà bien servi.
- Quoi ? marmonne-t-il ne comprenant pas.
- Couche-toi sur le lit
Je le pousse sur le lit et, immédiatement, je l'enjambe les cuisses écartées et je m'enfile sur sa bite tendue.
J'en ai des frissons d'excitation de prendre le contrôle sur mon mari. Je m'empale bien à fond, savoure un instant cette queue en moi et puis je commence à monter, monter et descendre. Mon corps est brulant et ma chatte est si humide ! J'att**** ses mains pour les maintenir au-dessus de sa tête.
- Alors Paul ? » Demandai-je, surprise moi-même que je ne l'appelle chéri ou mon cœur.
- Aimes-tu que je joue à la salope… comme une petite putain ?
- Kate, qu'est ce qu'il t'arrive ? marmonne-t-il
- chut...répond à ma question…
Pendant qu'il cherche sa réponse je me baise la chatte sur un rythme lent et régulier, laissant son gland juste au bord qu'en je me soulève et m'empalant jusqu'aux couilles quand je descends. Ses yeux s'élargissent, mais je vois surtout de la soumission et du plaisir…
- Ouiiiii, Oooohhhh, ouiiiii… répondit à voix basse après un moment.
Il a vraiment l'air d'apprécier ce que je lui fais.
- Bien ! Tu ne dis plus un mot et ne t'avise pas à jouir avant que je te le dise !
Je n'en reviens pas que je puisse prendre le
le contrôle de mon mari comme ça. Avant cela, nos parties de sexe se limitaient à des séances rapides où il jouissait et moi presque jamais.
- Huuummm, moi aussi j'adore prendre ta belle bite comme je veux. Je la sens bien comme çà.
Je sens la bite de mon mari remuer dans ma chatte, signe qu'il aime me prendre comme çà.
- Tiens, prends mes seins dans tes mains et joue avec… je découvre que j'aime lui donner des ordres et lui dire comment faire.
Il saisi mes seins avec ses mains tremblante.
- Maintenant presse mes tétons.
Il le fait, en les faisant rouler entre ses doigts.

- Putain ! Plus fort... plus hard Paul ! Tire les!
J'ai presque crié en disant çà.
Je joue mon rôle de putain à la perfection surtout que je sens poindre mon orgasme aux picotements dans mon bas ventre. Paul gémit de plus en plus et lui aussi ne doit pas être loin de se lâcher.
- Ouiiiii ! Vas-y ! Je jouiiiisssss ! Aaaaahhhhhh…remplis moi…..
Je sens sa bite exploser au fin fond de mon vagin et cracher son sperme contre mon utérus. C'est mon troisième orgasme de la nuit. Je prolonge mes spasmes de jouissance en continuant de rouler ma chatte sur sa bite pour lui extraire tout son jus.
Je m'écroule sur lui et je ne bouge plus pour apprécier cette sensation d'humidité à l'intérieur de ma chatte en attendant que mon ventre se calme.
J'ouvre mes yeux et je regarde mon mari. En sueur, il me regarde comme si j'étais une personne différente. Et c'est vrai… les ébats sexuels que j'ai eu avec mon fils m'ont changé, ouvert mon esprit à d'autres possibilités, différentes et variées, de faire l'amour ou tout simplement de baiser !
A voir son expression, mon mari a vraiment apprécié notre baise.
- Mon Dieu… Kate... c'est la meilleure... le meilleur...
- La meilleure baise qu'une putain t'a jamais donné ? Lui coupant la parole.
- Oui... OOOhhhh, ouiiiii.
Je lui souris, mais d'un sourire mauvais.
- Eh bien ta petite pute n'en a pas fini avec toi…
Je me tire vers le haut, en laissant sa bite glisser hors de ma chatoune et me penchant en avant je l'embrasse sur les lèvres, puis son cou, et plus bas…plus bas… et quand j'arrive sur sa bite gluante il respire très fort.
- Oh mon Dieu Kate ! Tu ne vas pas... AAAAAHHHhhhh...
Je viens de prendre sa bite humide entièrement dans ma bouche, d'un seul coup, et je commence à la sucer et à lécher tout ce jus de sperme et de cyprine qui la macule. J'en reviens pas de la quantité que j'avale ! J'ai l'impression de boire un cocktail aphrodisiaque et je redeviens une chaude salope !
Une pensée progresse dans mon esprit de salope quand je lèche la queue et les boules de mon mari… Le gout et l'odeur… Est-ce que le sperme d'Eric est sur la bite de mon mari ? Comment?... Est-ce possible…
Je réalise que le foutre de mon fils qui est resté dans mon trou du cul a coulé sur la bite de mon mari quand je l'ai baisé ! Et moi j'ai lécher ! Putain ! J'ai lécher le sperme qui sort de mon cul ! Çà ne me dégoute pas …je suis juste un peu choqué ! J'ai vu des femmes qui l'ont fait, mais c'était pour le spectacle, devant la caméra, mais ici, j'ai ... mon Dieu, ici je l'ai fait pour de vrai ! Confuse par cette situation je continue néanmoins de sucer la bite de mon mari pour bien la nettoyer. Quand j'ai fini je remonte jusqu'à sa tête, il me regarde, en fixant mes lèvres humides.
Je lui souri. Veut-il gouter ? Sale pensée… mais oh combien érotique ! Je suis toujours en colère contre lui depuis que je l'ai surpris entrain de se branler devant son écran. Et bien pour me venger je vais lui faire gouter le sperme de son propre fils !

Je lui bloque ses mains et mélangeant bien le jus collant dans ma bouche j'appuis mes lèvres sur les siennes et quand je sens sa bouche s'ouvrir je laisse glisser se mélange de jus de sexes dans sa bouche. Je le regarde dans les yeux et lui aussi, pas un mot n'est prononcé entre nous, mais tous deux savons ce qui se passe.
Je regarde sa gorge et je vois qu'il dégluti. Il a tout avalé ! A ce moment ses yeux reflètent du plaisir et je l'entends même gémir. Il aime le goût de ce nectar ! Il aimait boire ces jus mélangés ! C'est un nouveau choc pour moi. Je découvre qu'il est vicieux et çà me rend toute chaude.
Toujours en bloquant ses mains je remonte vers le haut et je mets mes cuisses de chaque coté de sa tête. Je n'en reviens pas de ce que je fais mais c'est mon tour de m'amuser. Ma chatte est juste au dessus de son visage et je le regarde la respiration lourde.
Avec ma chatte humide à 2 cm de sa bouche je lui demande ;
- Monsieur en veut encore un peu… un peu plus ?
- Kate...je...
- Répond ! T'en veux encore…
Il me regarde pendant quelques instants et dans un souffle ;
- Ouiiiii…
Çà me suffit pour moi. J'abaisse ma chatte sur son visage, mes lèvres touchent son menton, sa langue s’élance hors de sa bouche et plonge dans mon sexe ouvert pour ratisser ce qui si trouve. Du plaisir ! Rien d'autre que le plaisir, de cet accueil chaleureux, de sa langue sur et dans ma chatte qui se remet à mouiller sous ses coups de langue. Mon clitoris si sensible excite mes terminaisons nerveuses de mon bas ventre et je me tends en arrière en me demandant combien de temps il lui faut pour vider mon sexe de tous ces fluides sexuels.
Je me penche en avant sur mes mains pour voir son visage sous moi. Qu'elle saleté. Son visage est luisant dans la lumière, mouillé par son sperme et mon jus qui s'écoulent dans sa bouche. Ses yeux sont fermés et il étire sa langue le plus loin possible dans mon trou à bites. je presse ma chatte sur son visage à la limite de l'étouffement et je sens encore mieux sa langue profondément à l'intérieur de ma chatte.
- Oh oui Paul, prends tout… vide ma chatte et baise là avec ta langue.
Je ne comprends pas pourquoi il fait si chaud dans cette chambre, mon corps commence à transpirer. Je déplace lentement ma chatte de haut et en bas sur la bouche de mon mari avec sa langue dans mon trou et je vois du jus qui coule toujours dans sa bouche ouverte. Dieu, que j'aime ce sentiment, le sentiment de le dominer, de lui faire faire quelque chose de dégoutant que beaucoup d'hommes n'osent ou ne font pas.
- OoOoOoOh ... Oooh Dieu, je vais jouir… continu…je vais te donner un supplément de crème. Ouvre bien ta bouche Paul…je veux que tu goute à mon jus…quand je vais t'arroser la bouche… ouiiiii, baise ma chatte… encore….Aaaahhhhh...
Et j'explose une nouvelle fois, assise sur le dessus de son visage et écartant les lèvres de ma chatte pour laisser couler ma cyprine sur sa bouche.
Je jouis autant dans ma tête que dans mon corps et le mot « Salope » traverse mon esprit.

Finalement je m'effondre sur le lit à coté de lui, je suis morte. Ma tête est enfouie dans l'oreiller, mon corps évacue les tensions de mes orgasmes successifs et je ne peux bouger pour l'instant. Je sens mon mari ramper vers moi et qu'il me regarde. Que regarde-t-il ? Ma chatte qu'il vient de bouffer ou… mon trou du cul ? Le souvenir de ce que j'ai fait plus tôt me fait reprendre mes esprits et je couvre de mes mains mes 2 trous qui ont été gâtés par mes 2 hommes.
- Mon Dieu, que tu es belle Kate…
Je lui souris et je me rends compte que je l'aime toujours. Peu importe ce que j'ai fait avec notre fils, il est mon mari, l'homme dont je suis tombé amoureuse et qui m'a épousé. Je les aime tous les deux et maintenant de la même façon. Je me sentais tellement chanceuse d'avoir deux hommes qui m'aiment et...me baisent si bien. Il me voit lui sourire et il se couche à coté de moi. Je me blotti immédiatement contre lui en murmurant « Je t'aime ».
Et je m'endors.
Le lendemain, je me réveille affamée et immédiatement je descends en bas dans la cuisine. La maison est silencieuse, tout le monde est encore endormi. En me faisant un œuf sur le plat je repense à hier soir, et au plaisir que j'ai eu de me faire enculée par mon fils. Je me suis livrée à lui de manière absolue, d'une façon que je n'ai jamais donnée à personne ! Je souris à cette pensée et me rappelle cette envie irraisonnée et cette sensation sexuelle incroyable que j'ai ressentie quand sa bite glisser dans et hors de mon cul...
- Salut maman.
- Surprise je sursaute et vois ma fille debout dans l'embrasure de la porte. Aurélie est vêtue d'un short, une brassière qui s'arrête 3ou 4 cm en dessous de ses seins et presque transparent. Son short est si serré, que l'on voit les contours de sa vulve et la fente au milieu. Je répond ;
- Salut Aurélie, et elle s'assoie à la table pour boire son café.
En vérité et soudainement, je me sens toute chose en voyant ma fille habillée comme elle est. Elle va vers le frigo et se penche pour prendre la bouteille de lait sur la planche du bas. Je me trouve directement derrière elle et retenant mon souffle je regarde entre ses jambes. Je salive immédiatement et je dois vite avaler. Le tissu de son mini short est coincé profondément dans la chatte de ma fille et ses grandes lèvres débordent.
Je devrais détourner mes yeux, c'est ma fille ! Qu'est ce qui ne va pas chez moi… mes yeux restent collés sur son jeune sexe jusqu'à ce qu'elle se redresse pour se verser un verre de lait. Voir ainsi Aurélie me fait penser à Lilly et à son petit cul si sexy !
- Dis donc… toi et papa… vous avez été très bruyants la nuit dernière, dit-elle souriante.
De quoi ? Elle nous a entendus ? J'ai fait beaucoup de bruit ?
- Aurélie ! Qu'est ce que tu racontes ?
Je regarde ma fille ; elle est souriante, et boit son lait. Sans même m'en rendre compte mes yeux se portent sur ses seins fermes à peine couverts par ce chemisier léger et je remarque que ses tétons sont durs. Les miens aussi et j'espère qu'elle ne l'a pas remarqué. Je baisse la tête car je sens mes joues qui s'échauffent.
- Maman… pas la peine de rougir…on ait entre femmes… et après une minute de silence.
- La porte de votre chambre était mal fermée et je n'ai pu m'empêcher d'entendre ce que vous avez fait.
- Mon Dieu, tu nous as entendus ? Je suis désolé mon cœur...j'ai ... nous avons... euh… enfin tu comprends…
J'espère qu'elle comprend, après tout c'est une jeune femme maintenant, je suis sûr qu'elle sait bien des choses sur le sexe. Et moi qui pensais que Paul a fermé la porte quand il est venu dans notre chambre.
- Maman je ne suis plus une petite fille. Je sais bien ce que vous avez fait. Et…j'ai…été… curieuse…je n'ai pu m'empêcher de regarder, désolée…
- Aurélie ! Non !
Oh mon Dieu, ma fille a vu ce que nous avons fait. M'a-t-elle vue faire la putain assise sur la figure de son père ? Dans ma tête, je visualise immédiatement ce que ma fille a pu observer de la porte et je me vois avec ma chatte écartelée autour de la bite de son père. Je sais que je devrais être en colère, dégoûtée, déçue mais au lieu de çà... Je sens un picotement familier entre mes cuisses. Pourquoi ? Pourquoi je réagis comme çà ? Est-ce que je deviens une salope qui ne pense qu'au sexe…
- Aurélie ! Tu nous as regardé faire…mon Dieu, tu as vu que… combien de temps tu nous as regardés ?
- Heu, quelques minutes... enfin un petit moment, corrige-t-elle rapidement.
J'ai le sentiment qu'elle veut dire un bon moment. Elle regarde ses pieds, peut-être gênée par ce qu'elle a fait. Elle a l'air triste, avec cette expression sur son visage qu'elle avait quand elle était plus jeune et qu'elle était punie pour quelque chose de mal. Je ne veux pas qu'elle soit triste. Je ne veux pas qu'elle pense qu'avoir des relations sexuelles soit quelque chose de mal ou de terrible, mais, cependant, cette conversation me met mal à l'aise.
- Ce n'est rien ma chérie. Je ne t'en veux pas. Je suis juste un peu surprise, c'est tout. Ecoute, tu sais très bien qu'avoir des relations sexuelles c'est tout naturel entre deux personnes qui s'aiment, non…..?
Je vais vers elle et je l'embrasse en la serrant contre moi, mes seins écrasant les siens dans une étreinte chaleureuse. J'adore tellement ma fille et je sais qu'elle a besoin d'un câlin en ce moment. Elle me rend mon câlin en mettant ses mains autour de ma taille pour conserver notre contact. Je lui dis en souriant ;
- Même tes parents, oui, même nous, avons besoin d'avoir des relations sexuelles de temps en temps.
Elle me regarde, très proche de mon visage. Pourquoi je la serre toujours aussi étroitement. Il faut que je la lâche !
- Merci maman... Merci de ta compréhension et...je n'ai pas été choquée… de vous voir...J'AI...J'ai même aimé… a-t-elle chuchoté en me faisant un petit baiser sur mes lèvres.
Dans ma surprise je n'ai même pas remarqué tout de suite que ses mains étaient dangereusement très proches de mon cul, le touchant presque. Elle casse immédiatement notre étreinte et sort rapidement de la cuisine. Je reste là, surprise de ce qu'elle vient de faire et je m'interroge sur le sens de ses paroles. Assise à la table de la cuisine je repense à Lilly et ma fille, comme elles sont si jeunes... si belles… tellement sexys... si… désirables.
- Hé maman…
Eric est entré dans la cuisine et se plaçant derrière ma chaise il m'enveloppe de ses bras et prend mes seins avec ses mains comme des ventouses.
- Uuuhhmmm...Eric, n'oublies pas que tout le monde est encore dans la maison, murmurai-je d'une voix rauque appréciant son touché.
Ses mains ont glissé sous ma nuisette pour sentir mes seins nus.
- Oui, je sais maman, mais je ne peux pas m'empêcher, tu es tellement belle et je ne peux pas sortir de ma tête ce que nous avons fait hier soir. Tu peux même vérifier, ma bite est dure comme un manche de marteau.
Il s'installe à côté de moi. Je baisse mes yeux pour voir le contour rigide de sa bite effectivement bien dure dans son short. Souriante je lève les yeux vers lui.
- Huuummm, tu ferais mieux de verser un peu d'eau froide sur cette chose avant que quelqu'un arrive et te vois dans cet état.
- Je ne peux pas maman, un peu d'eau ne suffira pas pour la faire retomber. Mais… peut-être que si toi... peut-être que si tu faisais une petite opération d'entretien... me dit-il en souriant.
Une opération d'entretien ? Est-ce que sucer une bite s'appelle maintenant comme çà ? Un frisson d'excitation parcourt de haut en bas ma colonne vertébrale car je pense que le danger de le faire dans la cuisine avec tout le monde a la maison exacerbe ce sentiment.
- Eric, je ne peux pas, c'est trop dangereux.
Il me regarde suppliant avec cette excitation dans ses yeux comme un petit garçon qui attend son cadeau. Lentement, il baisse son short pour exposer à mon regard sa belle bite bien bandée. Je regarde rapidement vers le haut des escaliers quand même alarmé par ce qu'il fait, c'est si dangereux !
- Eric, je t'en pris ! Retiens-toi un peu !
Je dis cela pour la forme car je sais maintenant que je ne peux rés****r quand je vois sa magnifique et grosse queue de jeune homme et que je vais pouvoir la sucer.
Et avec un sourire très coquin il me dit :
- Maman, c'est le seul moyen pour qu'elle revienne au repos.
Je ri presque à haute voix, et il serait stupide de penser que je veux qu'elle retombe. Mon cœur bat la chamade quand je regarde cette bite palpitante.
- Ooh, Eric…que me fais-tu faire ! Ok…mais... rapidement... oh mon Dieu...
Je penche ma tête et je la prends entièrement dans ma bouche. Huuummm... quelle est douce et bonne. Quelle plaisir d'avoir cette bite chaude, fortement veiné dans ma bouche ce plaisir qui envahi tout mon être. Lentement je la déguste en tournant ma langue autour, ne gardant que le gland gonflé entre mes lèvres le bout de ma langue dans son méat, puis, je l'avale pour prendre son gland dans mon arrière gorge que je malaxe en déglutissant. En même temps je gémis doucement de ce plaisir qui descend dans mon bas ventre.
Je sens ses mains qui prennent ma tête et ses doigts qui fouillent dans mes cheveux.
- oh maman, je veux baiser ta bouche... laisse moi faire, je peux tenir encore...Je veux juste baiser ta bouche, oh oui...
Maintenant bien ma tête en position, il recule ses hanches, sa bite sort presque de ma bouche mais il la renfonce aussitôt à fond et baise ma bouche. Je suis surprise par sa vigueur et sa rudesse, sa queue va si profond, qu'il m'étouffe presque mais je tiens bon. Il augmente la vitesse de ses vas et viens et je sens que je ne vais pas en supporter plus alors je mets mes mains sur ses cuisses pour le repousser.
- Oui maman, ouvre ta bouche... prendre ma queue... suce…ouiiiii…oh oui... bouffe-là !
Il s’appuit contre la table et je sens la pression sur ma tête pour me f***er à me mettre à genoux. Je veux lui dire d'arrêter, mais je ne peux pas... sa bite était profondément enfoncée dans ma gorge. Je n'ai pas d'autre choix que de me mettre à genoux au-dessous de lui. Bien placée il me baise ma bouche, dégoulinante de salive qui coule sur mon menton et goutte sur mes seins.
- Putain que c'est bon ! Maintenant, suce mes couilles Maman, suces...
Il tire sa queue de ma bouche que je caresse d'une main et j'att**** ses couilles avec mes lèvres. Je les lèche ce qui les rend humide, reprenant mon souffle avant qu'il ne me fasse sucer sa queue à nouveau. Le fait de sucer la bite de mon fils me rend tellement impuissante et je suis sous son emprise.
Au début j'ai voulu arrêter ce traitement un peu brutal, mais maintenant, Oooh, je commence à aimer d'être traitée comme ça ! Ce sentiment de soumission, d'être obligé de faire ce qu'il veut occulte tout raisonnement sensé et envoi des ondes d'excitation à travers mon corps.
- Oh mon fils... Oooh Eric...
Je ne sais plus vraiment ce que je fais, si je veux arrêter cela ou si j'en veux plus. J'espère seulement que ma fille ou mon mari ne va pas descendre trop tôt pour interrompre ce moment délicieusement pervers.
Une nouvelle fois, il pousse sa bite dans ma bouche et me baise vulgairement et grossièrement manquant de m'étrangler à nouveau. J'adore cette sensation d'étouffement sur la bite de mon fils ! Je place mes mains sur son cul et le poussa vers moi pour enfoncer sa bite tout au fond de ma bouche.
- Oh ouiiiii, maman... oh tu l'as complètement en...Oh putain, ce n'est pas vrai ! OOoohhhhh
Il gémit, excité, me regardant avaler son gros morceau de viande.

Je retiens mon souffle et ma gorge masse la tête de sa bite enfoncée profondément ! J'ai besoin d'un peu d'air ! Je sors sa queue et je la saisi avec une de mes mains et donne des coups de langue sur ses couilles.
- Maman, allonge-toi sur la table ta tête dehors.
Je me lève et me couche sur la table. Il me tire jusqu'à ce que ma tête pende sur le bord. Tout ce que je vois c'est sa bite juste au-dessus de moi et qu'il de nouveau plonge dans ma bouche. Je gémi de plaisir d'être dans cette position. Pendant qu'il baise ma bouche je sens une de ses mains qui tire ma culotte sur le côté révélant ma chatte humide. Je ferme mes yeux et écarte mes cuisses pour lui permettre de glisser ses doigts à l'intérieur de mon trou humide. Il remplit ma bouche avec de profondes poussées et mon cou commence à me faire mal. Je tourne la tête et la bite de mon fils finie par glisser sur ma joue et reposer en dehors de ma bouche.
- Eric, OOOhhhh Eric, j'aime çà ! Aime-moi ! Baise-moi ! AAAAAhHHHH…
Ses doigts fouillent ma chatte sur un rythme plus rapide.
Toute cette excitation, cette énergie sexuelle qui fait vibrer mon corps me fait oublier ou je suis et ce que je fais. En ce moment, je veux juste plus de ses doigts... plus de sa bite ! La sensation de sa bite chaude sur ma joue me pousse à la reprendre dans ma bouche et de la bouffer comme une affamée. Mon fils, immédiatement baise ma bouche. Ses doigts à l'intérieur de ma chatte me conduisent à un inévitable orgasme. Je veux crier, mais je ne peux, Dieu Merci ! Je jouis longuement en silence et je sens enfin la bite d'Eric gonfler et un jet puissant de sperme gicle dans ma gorge. J'avale tout ce qu'il m'envoie !
- Oh maman Oui... Oui… prends çà, prends tout ! Ahhhhhhh...
Il est encore dans ma bouche de salope, mais maintenant, chaque fois qu'il pousse sa queue derrière mes amygdales, il plonge dans ma gorge. Il se retire en arrière, s'enfonce et gicle, tire en arrière... pousse et gicle… et ses 4 doigts réunis s'enfoncent dans ma chatte contractée par mon orgasme. Je ne l'ai jamais vu envoyer autant de sperme avant et je fais de mon mieux pour le suivre et avaler tout ce qu'il m'envoie.
Enfin, les couilles vides il s'effondre au-dessus de moi, sa bite encore à l'intérieur de ma bouche et ses doigts à l'intérieur de ma chatte. Je laisse ma tête retomber et sa queue encore frémissante se glisse hors de ma bouche pour se poser mon front et finir de baver le reste de son jus sur mon visage. Je sens qu'il se déplace et il embrasse doucement ma chatte, dégustant le jus qui en est sorti. Oh qu'ils sont bons, si doux et humides, ses baisers sur ma chatte qui s'offre à sa bouche. Je tire ma langue pour lécher, tendrement, lentement... sa bite et ses couilles encore mouillées. Nous nous léchons mutuellement comme ça pendant quelques minutes de plus, car aucun d'entre nous deux ne veux lâcher l'autre.
- Eric, il faut arrêter maintenant,
Il s'agite sur moi mais il ne se retire pas et continue de lécher ma chatte.
- Eric s'il te plaît, on a eu de la chance que personne ne descende mais ne tentons pas le diable. Lâche-moi.
Il n'obéit pas tout de suite et sa bite ramollie est près de ma bouche. Je sais combien il est difficile d'arrêter et si j'avais le choix, nous resterions dans cette position pour toujours ! Mais... nous devons arrêter cette folie sexuelle. Je frappe ses fesses d'une claque amicale.
- Oust ! Ton père ne devrait pas tarder à descendre.
Ces mots semblent enfin avoir un effet sur lui. Il se détache de mon corps et relève son short pendant que je descends de la table et remets ma culotte en place. Nous nous regardons en nous souriant.
- Putain c'était chaud !
- Tu peux le dire ! Ta bite c'est transformée en lance d'incendie.
- Tu parles…avec ce que tu m'as fait ! Ah, maman tu es sacrément douée pour la pipe profonde.
- Qu'est ce que je t'ai fait ? Si je me souviens bien, quelqu'un est descendu et m'a demandé être sucé, Huuummm...Je me demande bien qui c'était ? Et je m'esclaffe avec lui.

Nous continuons à nous taquiner sur ce qui vient de se passer puis l'air sérieux il me prend par les hanches, me tire à lui et prend mes lèvres dans un sensuel baiser.
- Maman, Merci, Merci pour tout.
- Chéri, tu sais bien que maintenant je ferais n'importe quoi pour toi…
- N'importe quoi ? Maman…
Encore une fois un reflet malicieux passe dans ses yeux. J'avale ma salive avant de répondre pour m'interroger sur quoi je m'embarque.
- Oui, mon cœur, tout ce que tu désire…
- Huuuummmm, tu es la meilleure maman, que n'importe qui n'aura jamais.
Il m'embrasse à nouveau quand j'entends du bruit à l'étage. Je regarde autour de moi et je remarque qu'il y a beaucoup de zones humides sur notre table de cuisine. En soupirant j'att**** vite un chiffon et je nettoie. J'ai à peine le temps de remettre de l'ordre dans mes cheveux d'essuyer mon visage que Paul entre dans la cuisine.
- Bonjours chéri, comment vas-tu ?
Il vient près de moi et il me donne une accolade appuyée et essaye de m'embrasser sur mes lèvres. Je suis assez nerveuse car je ne sais pas si j'ai encore des traces du jus d'amour de mon fils sur mon visage.
- S'il te plaît mon cœur, je n'ai pas encore brossé mes dents…
Et je me dérobe à son baiser.
Je verse du café à mon mari qui me regarde mais ne dis rien, je ne peux deviner à quoi il pense.
- Alors, comment as-tu aimé notre dernière nuit
- Ooh...heuuu... ouf, c'est une des meilleures que… Kate… j'ai...J'ai vraiment apprécié la façon dont tu t'es comportée hier soir, c'était chaud… vraiment... chaud ! Qu'est ce qui t'a pris ? Nous n'avons jamais fait ça avant.
Je peux dire qu'il a du mal à sortir ses mots pour essayer de s'ouvrir à moi, peut-être encore un peu incertain sur la domination que j'ai exercée sur lui et sur ce que je lui ai fait. Je lui souris en sachant qu'il a aimé, qu'il en voudra encore et peut-être plus.
- Chéri, j'ai décidé d'épicer un peu nos ébats sexuels. Nous devenions un peu routinier depuis quelques années, il est peut-être temps de faire l'amour différemment. Tu m'as donné l'impression d'aimer çà…
- Tu parles, mon amour, j'ai adoré ça,
- Tu crois que tu recommenceras ce soir… pour faire aussi bien ? T'as pas envie de… m'enculer…Paul ?
Je n'en reviens pas ! Je n'ai jamais utilisé de gros mots pour parler de sexe avec mon mari, mais rien que de prononcer le mot "enculer" je sens une excitation sexuelle titiller ma chatte. Je me lève et debout devant mon mari je me penche vers lui, ma robe de nuit que je n'ai refermée qu'à moitié baille et j'expose mes gros seins à sa vue.
- Tu vas m'enculer et jouir dans mon cul et je te laisserais peut-être bouffer la crème qui en sortira. Ou bien… je t'attacherais au lit et je sucerais ta queue tout au long de la nuit jusqu'à ce que tu ne puisses plus jouir dans ma bouche ?
Il me regarde et je vois ses yeux qui s'écarquillent de plus en plus au fur et à mesure de mes paroles.
Au moment où je termine ma phrase, ses yeux sont grand ouverts, regardant furtivement mes seins, et sa respiration commence à être saccadés. Sentant son excitation, je m'approche de lui et le chevauche, mes jambes écartées de chaque côté de ses cuisses. Je saisi ses cheveux pour tirer sa tête en arrière et mes yeux dans les siens.
- Et si tu m'enculais ici… maintenant… murmurai-je.
Bon, je suis excitée, mais je veux savoir jusqu'où je peux aller, existe-t-il une limite ?
- Sort ta bite Paul,
- Kate, ici… maintenant ? Et les enfants qui sont en haut ?
Il tremble d'excitation. Je l'embrasse passionnément et je lève ma chemise de nuit au-dessus de mes hanches.
- Tu as peur qu'ils voient ta bite ? Ou qu'ils te voient défoncer mon cul…
Serais-je capable de faire çà ? Avec nos enfants qui peuvent descendre… et me voir empalée sur la queue de leur père ?
Avec Eric pas de problème, avec Aurélie je suis moins certaine de sa réaction. J’appuie mes gros seins sur son visage et laisse échapper un petit gémissement. Je pense à ce que j'ai fait avec mon fils quelques minutes plus tôt, et il me semble que ces pensées alimentent mon comportement actuel.
Je sens ses mains se déplacer pour att****r mes seins à travers ma nuisette. Je baisse les yeux et je vois sa bite bien dure juste en dessous de moi, prête à m'enfiler. Je souri, il le ferait ! Le salaud ! Il laisserait les enfants nous surprendre juste pour me baiser ! Je commence à réaliser avec excitation la puissance que j'ai sur mon mari et quand je pense à ce que je pourrais lui faire faire, des idées plus folles les unes que les autres me viennent en tête.
Je lui donne un dernier baiser et me retire de ses genoux pour me diriger vers l'escalier. Il reste figé, haletant, sa queue toujours dure, et tremblante mais ses yeux sont plein de déception. Je me retourne vers lui avec un sourire.
- Et n'oublies pas... ce soir je vais te baiser Paul…çà va être ta fête… et la mienne.


Chapitre 6 : Kate pose pour son fils et ses potes et fait la connaissance de Frank...

Le reste de la matinée est assez calme. Eric est parti voir un de ses ami, Aurélie est sortit aussi et mon mari est partit au boulot. Je me débarrasse des corvées habituelles et m'apprête à faire une lessive.
Je vais dans la chambre d'Eric et ramasse ses affaires à nettoyer m'arrêtant un instant avec ses sous-vêtements dans mes mains. Je les porte à mon visage et inhale profondément appréciant l'arôme ! Eric... typiquement Eric, Dieu que j'aime son odeur.
Je me demande ou m'amènera ma relation avec mon fils, comment tout çà va finir ? Je baise maintenant avec mon fils et mon mari ! Quelqu'un m'aurait prédit cela, je l'aurais traité de fou.
Je me découvre un appétit sexuel que je n'aurais pu imaginer et en plus avec un coté salope… soumise à mon fils et dominante avec mon mari. Et pour couronner le tout je suis surement bisexuelle car il y a eu Lilly...
Je prends les frusques d'Eric et entre dans la chambre d'Aurélie. Un vrai capharnaüm, des vêtements sur le sol, son lit n'a pas été fait et le placard complètement sans dessus dessous. Comment une jeune fille peut être aussi bordélique.
Je range ses affaires et je repense à son bref baisé ce matin. Je veux croire que c'est un innocent baisé d'une fille à sa mère mais je ne peux m'empêcher de penser à autre chose. Faut dire que la vue accidentelle sur les plis de son short sur sa vulve ne m'aide pas à réfléchir correctement.
Encore une fois je m'en veux de penser de cette façon sur ma fille et je me mets à faire son lit. Les mains sous les couvertures, je tombe sur un slip de coton blanc qui, à ma grande surprise, me semble très humide. Voyons-çà de plus près, effectivement le gousset du slip est trempé… mon cœur bat plus vite. Je ne comprends pas pourquoi mes mains tremblent et que les effluves qui s'en échappent me font tourner la tête. L'air de la pièce à disparue, tout ce que je sens c'est la chatte d'Aurélie, ma fille. Je sais très bien que c'est du jus de chatte que je renifle. Elle s'est masturbée ce matin. Avant ou après notre conversation dans la cuisine ?
Lentement, les mains tremblantes, j’enfouis mon nez et ma bouche dans le fond mouillé du slip et respire profondément. Huuummm... le doux parfum excite tous mes sens. Je m'assoie sur son lit le nez dans son slip et une de mes mains plonge dans mon entrejambe pour constater que je commence à mouiller.
Je suis une dépravée pour faire çà. Il s'agit de ma fille pas de Lilly ! Je me dis que je ne ferais jamais quelque chose comme çà avec ma fille mais à cet instant je n'en suis pas si sûre.
Mes doigts passent sous ma culotte et je caresse mon clito en tournant autour. Je suis dans un état second et tenant le slip de ma fille plaquée sur mon visage je me masturbe jusqu'à l'orgasme.

Je ne sais pas combien de temps je suis là mais je me rends compte que je crie sous mon extase avec ma langue qui lèche le slip de ma fille !
"Oh mon Dieu... oh mon Dieu...je suis perdue… j'ai envie de ma fille…
Ce fut de loin le plus bel orgasme que je me suis donné en me masturbant. Et pour ne pas culpabiliser je me dis que ce n'est pas grave d'avoir un fantasme de la sorte si on ne passe pas à l'acte.
Eric revient quelques heures plus tard et semble assez excité.
- Hé t'as bouffé du lion ou tu es excité par quelque chose ?
- Maman, nous avons trouvé un modèle, nous allons prendre quelques photos... nous allons prendre des photos d'un modèle réel !
- Attends, quel modèle, quelles photos ?
Il est déjà dans sa chambre sans me répondre. Curieuse je l'ai suivi dans sa chambre. Il prépare déjà son appareil photo numérique.

- Eric, quel modèle ?
- C'est une fille qui travaille pour S et P, l'agence des tops modèles, et elle a accepté de poser pour nous.
- Huuuummmm, intéressant, et quel genre de photos vous allez pour prendre ? Comme les nôtres…
Il lève les yeux brièvement, et se rend compte de ce que je veux dire.
- Maman ce n'est pas ce que tu pense. Je t'ai parlé de Mick et Pierrot, mes deux meilleurs amis, hé bien, nous avons ouvert un site web et tu sais que nous sommes tous dans la photographie. Nous avons pensé qu'un magnifique modèle boosterait le lancement de notre site. Mick a rencontré cette fille grâce à un ami et elle a accepté de poser, nous avons rendez vous l'ancienne gare de triage dans vingt minutes.
Je le regarde plein d'inquiétude
- Eric, site web…, images... s'il te plaît, attends une minute, je dois m'assurer que vous n'avez pas....
Il sait ce que je veux dire. Il s'approche de moi et me serrant dans ses bras il me chuchote dans mon oreille.
- Maman, je ne posterais jamais vos photos, pas ceux que j'ai pris... s'il te plaît, fais-moi confiance.
Je me sens un peu mieux, et mon cœur commence à battre à vitesse normale. Son étreinte est rassurante et je me colle contre lui.
- Je sais bébé, je sais. Vous pouvez publier mes photos mais juste celles qui ne sont pas érotiques et encore moins celles qui sont pornographiques. OK…
Nous nous sommes embrassés étroitement serrés l'un contre l'autre. Apres un instant il me lâche et sourit.
- Maman pourquoi tu ne viendrais pas avec moi ? Tu nous verrais travailler et tu rencontreras mes amis… dis oui, s'il te plaît.
Je dois dire que l'idée me semble excitante. Je n'ai rien d'autre de prévu pour aujourd'hui donc sortir avec mon fils me semble être un plan parfait.
- Laisse-moi changer de vêtement et on y va.
- Maman, tu es très bien comme çà, répondit-il souriant.
- Tu ne veux pas que ta maman se face belle pour tes amis ou quoi d'autre ?
Je lui dis çà en mettant ma main sur ma hanche, et prenant une pose pas innocente.
- Houais... mets quelque chose de sexy, comme quand nous sommes allé dans ce bar.
Bien sûr, je sais de quel bar il fait allusion et l'idée de porter ce vêtement étriqué devant ses amis fait battre mon cœur. Le porter devant mon fils c'est une chose mais porter cette tenue minuscule devant ses amis était quelque chose que je ne peux faire. Je me précipite à l'étage et à peine quinze minutes plus tard je redescends avec un sourire nerveux et m'arrête à mi course.

Dès qu'il me voit ses yeux brillent et je vois qu'il retient son souffle. je portais une mini-jupe noir en peau serrée avec des bas de nylon auto fixant qui s'arrêtent juste au-dessus de l'ourlet de ma jupe. J'ai mis la plus haute paire de talons hauts blancs que je possède et un chemisier dentelle d'une coupe très serrée et très décolleté. Le soutien-gorge que je porte est aussi en dentelle et combiné avec le chemisier, mes seins semblent cachés efficacement mais met bien en valeur ma forte poitrine.
- Whaou, maman ! La vache… le look… dit-il la bouche ouverte.
Je fini de descendre les escaliers en souriant, profitant de l'effet que j'ai sur mon fils. Je veux montrer mon corps, je veux qu'il soit fier de moi.
- Je suppose que tu aimes ce que je porte…, pas trop court… ou trop décolleté ?
- Pas du tout, tu es parfaite ! S'exclame-t-il.
- Tu ne pense pas que j'en montre un peu trop pour tes amis ?
Il me regarde avec un sourire malicieux.
- Maman, tu vas les rendre dingue de désir.
Il me tend la main comme un gentleman et nous partons. Cette fois, je suis assise sur le siège passager, et ma jupe remontée j'écarte un peu les jambes et il ne manque pas de jeter furtivement des petits coups d'œil entre mes jambes. J'aime faire çà, j'adore le taquiner et le provoquer.
Il ne faut pas longtemps pour se rendre à l'endroit où la séance photo doit se dérouler, c'est une ancienne gare de triage qui est quasiment abandonnée. Il n'y n'a plus aucune activité en cours et les portes sont presque toutes fermées. Je suis surprise que l'une des portes soit assez ouverte pour laisser notre voiture passer.
- Eric, avons-nous l'autorisation d'être ici ?
- Le père de Mick travaille à la SNCF et il nous a donné l'autorisation et les clés de la porte, et il sait que nous cherchions seulement un cadre pour prendre des photos.
Nous arrivons dans une zone dégagée et une voiture est déjà là et deux garçons debout sont à coté.
- Salut les gars, où est Mick ? Demande Eric.
- Aucune idée, il devait déjà être ici,
répond un grand garçon aux cheveux blond.
Je suis légèrement surprise que les deux amis de mon fils soient beaux et bien bâtis. Ils sont tous les deux en jeans et t-shirt plaqués sur leur corps révélant leur poitrine et leurs bras musclés.
- Je vous présente ma mère, maman c'est Pierrot et Frank... ah... mais tu connais Pierrot, c'est le fils de Jeannine.
Mon amie Jeannine ? Oh, je n'ai pas vu Pierrot depuis longtemps, il a tellement grandi !
- Bonjours jeunes gens, ravi de vous rencontrer et content de te revoir Pierrot. Comment va ta mère ?
- Bonjour Madame...
- Voyons, appelez-moi Kate.
Je veux qu'ils se sentent à l'aise et le seul moyen que j'ai trouvé c'est qu'ils m'appellent par mon prénom. Ils me regardent un peu incertain mais me serrent la main.
- Maman va bien mais elle est très accaparée par son travail.
Jeannine travaille dans le monde de la mode. Ce n'est pas un modèle bien que sa beauté le lui aurai permis mais elle est assez petite. Elle bosse dans le service assemblage des photos et articles. Nous avons été un temps de bonnes amies et la vie nous a un peu éloignées l'une de l'autre.
- Enchanté de vous rencontrer, Kate, déclare Frank.
- Maman aime beaucoup la photo et elle voulait ass****r à une prise de vues.
- Cool Kate, vous posez aussi ? Demande Pierrot.
- Non, non...Je m'intéresse juste aux travaux d'Eric de temps à autre, çà me semble un passe-temps agréable...
Je me demande s'ils s'aperçoivent que je rougis en car en disant cela j'ai repensé aux photos qu'Eric a pris de moi…
- Et bien, si vous voulez mon avis, vous seriez… heu, vous pourriez facilement poser, vous avez un corps digne d'un modèle,
Dit Pierrot. Et son visage est devenu un peu rouge.
- Je lui souri pour lui faire comprendre que je prends çà comme un compliment venant de sa part.
J'ai une bonne impression sur eux. J'aime bien Pierrot, il est poli, avenant, confiant, mais encore un peu jeune. Ses cheveux blonds et ses yeux bleu lui donne un air de surfeur qui a traîné sur les plages. Je remarque quand même que ses beaux yeux bleus me regardent en balayant mon corps de haut en bas. Il a beau le faire discrètement mais la femme que je suis le remarque immédiatement.
Frank est presque l'opposé de Pierrot. Cheveux noirs et le teint plus foncé lui confère un regard plus direct, un peu arrogant. Il est plus grand qu'Eric ou Pierrot et plus épais dans la région de la poitrine et des bras, ses muscles sont très saillants sous son t-shirt. Ses yeux bruns sont assez inquisiteurs et perçants. Mon corps vibre chaque fois qu'il me regarde et inconsciemment ma poitrine se raidit.
- Mick a une demi-heure de retard. Je me demande s'il a un problème avec son modèle…
Dit Frank avec une voix grave.
Eric et Pierrot le regarde avec un froncement de sourcils.
- Donnons lui un peu de temps…déclare Eric.
Ils préparent leurs caméras et aménage la zone pour le grand moment. Puisque je n'ai rien à faire, je m'assois sur une des poutres qui sort sous les wagons de chemin de fer et je les regarde. Encore une fois, je vois Pierrot me mater discrètement quand il croit que je ne le regarde pas. De temps en temps Frank fait de même et j'ai peur de ce que je trouve dans son regard.
Enfin après environ dix minutes de plus, nous entendons une voiture arriver. Mick sort de sa voiture et nous rejoins.
- Et bien nous sommes dans le caca ! Pas de modèle. Elle s'est désistée à la dernière minute.
- Putain, qu'est que tu lui a dit ?
- Je lui ai dis simplement ce que nous avions en tête... c'est tout.
- Mick ! je t'avais dit de ne rien dire jusqu'au dernier moment ! Crie Frank.
Mick reste debout sans broncher, un regard franc dans les yeux.
- Hé bien…Quand elle m'a demandé des détails je n'allais pas lui mentir Frank. Répond-il sur un ton sévère.

Les deux garçons sont très tendus et pendant un moment j'ai pensé qu'ils pourraient venir aux mains. Il me semble nécessaire de calmer ses jeunes gens.
- Doucement les garçons ! Puis-je faire quelque chose pour vous aider…
Ils me regardent comme s'ils me voyaient pour la première fois. Leur regard de colère se transforme en coup d'œil curieux. Plus je m'avance vers eux plus la situation se détend et lorsque je me tiens enfin entre eux deux, leurs regards est plus de l'admiration plutôt que de la colère.
- Désolé, je ne pense pas que nous nous connaissons...
Me dit Mick en me tendant la main poliment.
- C'est la mère d'Eric, déclare Mick avec une certaine déception dans sa voix.

- La Maman d'Eric ! Mme...
- Appelez-moi Kate, s'il vous plaît, dis-je en lui souriant.
- Je ne sais pas ce que vous comptiez faire mais rien n'est catastrophique. Vous n'avez qu'à trouver quelqu'un d'autre pour prendre sa place, c'est tout !
- Maman, vous ne savez pas combien de temps il nous a fallu pour la convaincre, elle était parfaite pour cela, nous avions tout mis en place...
- Attends... Attendez une minute... dit Pierrot.
- Kate… je vous ai dis que vous avez tout pour faire un modèle…
Tout à coup, tous les garçons me regardent sous un autre angle, leurs yeux montent et descendent sur mon corps. Je reste stupéfaite de surprise je ne m'attendais pas à çà !
- Moi ? Ooh non... sans façon…J'ai juste émis une …. Non je ne peux faire çà.
Pourquoi ais-je aussi chaud tout d'un coup ? Ma peau transpire presque pendant que je reste là figée, entourée des par eux.
Pierrot demande ;
- Eric, çà te dérange si ta mère pose pour nous…
- Non, pas du tout, je pense même qu'elle ferait un super modèle, répond mon fils d'un regard interrogateur.
Je tremble et ne sais que faire. Ce n'est surement le but que je recherchais quand j'ai interrompu leur dispute...
- Allez Kate, on peu essayer... vous voulez bien pose pour nous ? Demande Frank.
Ils attendent ma réponse. Je les regarde et je vois dans leurs yeux de l'enthousiaste de l'admiration et de l'excitation, ils veulent vraiment que je pose pour eux. Même Frank, qui ne me plaisait pas trop, me regarde avec de l'espoir dans ses yeux.
Je regarde Eric et je vois ses lèvres bouger en silence « s'il te plaît, maman ».
- OK, mais si je fais çà, c'est moi qui déciderait qu'elles photos vous utiliserez sur votre site. Dis-je fermement.
- Ok, pas de problème !
- Vous choisirez, bien sûr.
- Oui, parfait !
Chacun d'eux se presse autour de moi en souriant et hochant la tête pour marquer leur approbation. Je suis entourée d'hommes jeunes et beaux qui veulent prendre des photos... Je ne suis pas sûre que c'est bien de faire çà mais néanmoins je retourne à la voiture pendant un bref moment, pour faire semblant de mettre un peu plus maquillage et comme je l'espérais, Eric m'a suivi pour me parler.
- Maman, Merci pour ce que tu fais.
- Eric… dis-moi que je ne fais pas une bêtise… quel genre de photos voulez-vous prendre ?
Je fais une retouche à mon maquillage quand je sens sa main sur ma cuisse. Mon cœur s'accélère. Serais-ce sa réponse ?
- Quoi que tu pense, c'est toi qui décide jusqu’où l'on peut aller…
Et tout en me disant çà sa main glisse sous ma jupe.
- Eric, je ne veux pas trop en montrer, surtout si vous mettez les photos sur internet. En outre, ce sont vos amis.
Sa main atteint rapidement mon slip et son doigt a court le long de ma fente et en salope que je suis devenue mon corps réagi instinctivement en ouvrant mes jambes ce qui fait que ma minuscule jupe saute au dessus de mes hanches comme un élastique.
- Eric s'il te plait…
Je jette un coup d'œil par la vitre pour m'assurer que personne ne voit ce qui se passe. Je vois que ses amis regardent dans notre direction de temps en temps mais ils ne peuvent pas voir ce que fait mon fils. Je continue à faire semblant de me maquiller juste pour être sûr qu'ils ne soupçonnent rien.
- Maman, quoi qui se passe je suis sûr de mes amis...
Ses doigts sous mon slip caressent maintenant mon clito engorgée et frotte les parois de mon vagin.
- Doux Jésus, Eric, arrête…pas ici…on ne peux faire çà..
Malheureusement, mon corps réagit à ses attouchements et bientôt ses doigts sont remplis de ma mouille.
- Regarde comme tu mouille ma petite maman…
Il a retiré ses doigts et les tient en face de moi, dégoulinant d'un liquide clair. Cette odeur a tout de suite un effet érotique sur moi. La bouche est sèche et mon cœur qui bas la chamade je prends ses doigts dans ma bouche pour les sucer rapidement. Huuummm… que c'est bon…
- Ok, je pense que tu es prête… tu vas faire çà comme une pro !
Il s'éloigne et je reste assise ne sachant que faire et je me demande jusqu’où je peux les laisser prendre des photos. Je peux bien sur dévoiler une partie de ma peau mais tout peut dé****r. Je ne suis pas seule avec mon fils…c'est copains sont là et des photos seront sur internet.

Je reviens vers eux près de l'une des voitures de chemin de fer, avec le soleil qui brille sur le coté.
- Ok, que dois-je faire ?
Ils commencent à parler tous à la fois. Chacun d'eux a une idée de la façon de le faire, alors ils discutent de l'une et de l'autre. Enfin, Mick parle et ils écoutent.
Et la séance de prise de vues commence.
Je fais ce qu'ils me demandent et çà clic de tous les cotés. Je me sens à l'aise car ma jupe est soigneusement tirée vers le bas et mes seins sont couverts à moitié. Je prends différentes poses suivant leurs instructions et je mets sur mon visage le plus beau de mes sourires.
Je tourne… je virevolte… je me cambre et fait flotter mes cheveux…je me baisse comme pour prendre quelque chose et ma jupe comprime mes fesses…
Mais avec tous ses mouvements mes seins sont soumis à rude épreuve et s'échappent de plus en plus des limites de mon soutien-gorge et du chemisier. Je veux m'assurer que je n'en montre pas trop, mais dès que j'essaye de remettre en place mon chemisier les garçons me crient de garder la pose.
Je remarque que Frank s'arrange pour prendre mes seins en photo ! Et sans vraiment se cacher et sans aucune pudeur, devant mon fils et ses amis.
Loin d’être courroucée, au contraire, j'arque encore plus mon dos. Ainsi, il veut mieux voir la ferme rondeur de mes seins.
Clic, clic, clic, clac sur... mon décolleté et mes seins…
- Kate vous faites çà très bien…parfait, juste ce que nous voulions, déclare Mick.
J'espère que mes mamelons sont encore couverts. Des frissons d'excitation commencent à réveiller ma libido.
- Ok, que diriez-vous d'être un peu plus provocatrice... quelque chose de plus sexy, dit Mick.
- Je pense qu'elle saurait bien faire çà, déclare Frank.
Je le regarde et ses yeux sont braqués sur mes seins. Je baisse mes yeux pour constater que mes auréoles dépassent de mon soutien-gorge et mes tétons sont à peine recouverts par le tissu transparent. Rapidement, je tire mon soutien-gorge laissant mon chemisier légèrement en dessous et Frank me jette un regard froid.
- Comment, une pose provocante ? Qu'entendez-vous par pose provocante ?
Il ne répond pas tout de suite et je vois Eric qui lui donne un coup d'œil.
- Ben…Juste une pose sexy pour le bouquet final.
Huuummm…ils veulent une pose sexy... J'étends mes jambes légèrement espacées je plie une des jambe et je saisi mes cheveux pour les élever au-dessus de ma tête et je ressort ma poitrine.
Tout d'abord je n'entends rien puis c'est des exclamations et les clics des appareils. Je de l'air sur le haut de mes cuisses et je soupçonne que je montre les bords de mon slip…
Devant leurs exclamations de contentement ma respiration s'accélère er mon cœur bat plus vite.
Eric et tous ses potes me regarde de la même manière... avec désir. Encore une fois, je me sens puissante pour contrôler les hommes avec l'aide de mon corps. ils sont comme des marionnettes, prêtes à tout pour un coup d'œil sur mon anatomie.

Je soulève un peu plus une de mes jambes sachant que je leur montre probablement mon slip. Ils tournent autour de moi en cliquant avec leur appareil sous tous les angles possibles de mon corps. Je les laisse faire, pour l'instant ; Après tout, je suis toujours couverte et décente mais je m'empresse de dire avant que çà devienne incontrôlable ;
- OK les gars, j'ai un peu chaud et je dois me rafraichir, que diriez-vous d'une pause, Je peux vous dire qu'ils sont déçus ; ils ne voulaient pas m'arrêter. Je tire ma jupe car vu sa position… c'est sûr qu'ils on vu mon slip.
- Ou sont les toilettes ?
- Maman, il n'y a ici aucune salle de bains. Tu n'as qu'à te mettre les voitures de chemin de fer, me dit-il comprenant mon besoin.
- Ok, je reviens dans quelques minutes,
En partant je regarde Frank qui se tient derrière moi. Ses yeux fixés sur moi sont pénétrant et me déshabille. Il y a quelque chose de malsain dans son regard, comme s'il évaluait la marchandise avant de la consommer. Son regard me fait un peu peur et je suis partie indifférente en balançant mes hanches.
- Si vous avez a faire allez y, je reste là pour m'assurer que personne n'embête la maman d'Eric.
C'est la voix de Frank.
- OK t'as raison je vais me chercher un carte mémoire. Dit mon fils.
- Je prends soins de ton appareil photo et je vais m'assurer que tout va bien pou ta mère.
Oh Dieu, pas lui...Je n'ai pas du tout, confiance en lui. Je suis vite parti vers un autre wagon et je passe l'angle de celui-ci, je marche un peu et je fini dans un endroit isolé, entouré de voitures, une voie sans issue. Je remonte à l'extrémité et j'écoute.

Après quelques secondes j'entends marcher. Mon cœur me saute à la gorge ! Comment peut-il me trouver si vite ? Ne voulant pas l'affronter je vais le plus loin possible et tourne derrière le dernier wagon. Et j'attends.
Je n'entends plus rien mais je sais qu'il est là, dans l'angle et qu'il me regarde… qu'il regarde mon cul avec ce regard d'a****l en chasse.
Je retiens mon souffle pendant quelques secondes... je dois faire quelque chose…
Je baisse ma tête et je lève lentement ma jupe au-dessus de mes hanches. Je l'entends soupirer, assez fort, que n'importe qui entendrait si il était assez proche. Je ne réagi pas mais je sais bien qu'en faisant cela je reconnais le fait qu'il est là. Je ne peux juste me résoudre à lui faire face.
J'attends quelques secondes dans l'espoir qu'il s'en va mais j'entends un déclic... mon Dieu, il prend des photos de moi. Cette pensée s'enregistre lentement dans mon cerveau et mon corps réagit automatiquement ! Ma chatte devient très humide.
Je devrais me retourner et lui a demandé de s'en aller, mais je ne le fait pas, quelque chose me bloque et je reste là, tremblante.
OK Kate, rabaisse ta jupe, me dis-je. Au lieu de cela, j'att**** les côtés de mon slip et lentement je le descends légèrement vers le bas de mes hanches comme si je me préparais à faire pipi ! Je ne sais pas pourquoi je fais çà…quelque chose en lui m'hypnotise… il est là et me regarde… et prend des photos.

Alors que mon slip est à mi-chemin vers le bas de mon cul je me penche les jambes raides et je le glisse jusqu'à mes chevilles et le retire. Mon Dieu, je ne sais pas ce qui m'arrive. J'entends le bruit de son appareil qui film…plus près, beaucoup plus proche maintenant. Je suis resté dans la même position et j'écarte une jambe, me penche un peu plus et me soutenant d'une main sur le sol en dessous.
Je sais que ma chatte est maintenant bien en vue ainsi que mon cul nu ! Je sens ma cyprine qui coule à l'intérieur de mes cuisses. Tout mon corps est chaud.
J'entends qu'il pose son appareil et le bruit du zip de sa braguette ! Oh Dieu, je ne peux pas le laisser me baiser ! Pas l'ami de mon fils, pas ici... pas maintenant. Mon slip est en face de moi et sans réfléchir je l'att**** et la porte à mon visage pour l'inhaler. Euh... cette odeur... ce goût...
Tout à coup je sens sa queue entrer en contact avec l'ouverture de ma chatte... oh Dieu… enfin ! je craignais qu'il n'ose mais…Je ne peux pas!!! Trop tard !
- Aaaaaahhhhhhh...
Ma chatte est tellement humide que sa bite a glissé à l'intérieur de mon corps d'une seule poussée. Et que c'est bon ! putain il en a une longue !! je la sens qui frappe mon utérus ! Sa bite remplit bien mon vagin et il me baise et j'aime çà. Je gémi de plaisir et me tenant par les hanches il me baise par derrière de plus en plus rapidement.

Il gémit lui aussi, me ramonant la chatte avec un désir bestial. Je recul mon cul pour encore mieux le sentir et que sa queue me perfore le vagin le plus loin possible.
- Ahhhhhhh... ouiiiii, bais-moi…OOOhhhh...
J'approche rapidement de l'orgasme, ma chatte remplit par la bite d'un ami de mon fils, qui me baise comme un fou. Les premiers spasmes arrivent…mon plaisir envahi tout mon corps et je hurlerais si je pouvais. Il me baise comme un a****l et au plus fort de mon orgasme il reste enfoncé dans ma chatte et je gémis comme une salope que je suis devenue.
Lorsque je me calme et reprends mes esprits il sort sa bite de ma chatte et je sens un soulagement car il m'a baisé comme une brute et je suis un peu irritée. Il me prend avec ses mains, me retourne et me fait face.
Son visage en sueur est juste en face de moi et il me f***e à me mettre à genoux. Il ne perd pas son temps et il f***e ma bouche pour m'enfourner sa queue humide. Je résiste un court instant mais dès que je goute à sa bite je ne peux m'empêcher de le sucer pour avaler ma mouille. J'enfonce sa bite au fond de ma gorge me rappelant comment mon fils aime la façon dont je le suce.
- Oh oui... suce bien…oui, tu es une salope ! Suce ma grosse bite ! J'ai tout de suite vu que tu es une petite salope quand tu nous a montré ta petite culotte mouillée. J'étais sûre que t'étais une chaudâsse, que tu aime la bite et que t'avais envie d'en prendre une dans ta chatte de salope.
Oh Dieu, ses mots me rende folle ! Je le suce de toutes mes f***es, enfonçant profondément sa longue bite. De temps en temps, pour reprendre ma respiration je le lèche, aspire juste son gland ou ses couilles gonflées.
J'entends le bruit de son appareil…Ce salaud a ramassé son appareil photos et reprend des photos de moi entrain de lui faire une pipe. Mais à ce stade, je m'en fou complètement ! Je veux de la bite et j'en bouffe ! Je veux lui soutirer son foutre dans ma gorge et gouter au sperme du pote de mon fils..
- Ouii, ma chatte…T'es douée…OOOhhhh, ouiiiii comme çà…putain t'es une sacrée pipeuse !
- Uhhhhmmmm... oui... C'est tout ce que je peux répondre la bouche pleine.
Enfin, je sens sa queue se raidir et gonfler dans ma bouche. J'enfonce son gland dans ma gorge en tenant la base de sa bite et il décharge son sperme tout en continuant de prendre des photos !
- AAaahhhh, ouiiiii…avale mon foutre salope ! Bois le bon jus de Frank. Putain t'es vraiment chaude toi !
Et j'avale au fur et à mesure des jets qui giclent dans ma gorge puis dans ma bouche. Je goute et je bois cette bonne crème en gémissant de plaisir… encore une fois…et encore…et encore !
Enfin, les couilles vide il sort sa bite de ma bouche, remonte son pantalon et je me redresse sur mes jambes un peu flageolantes.
- Kate ! Tu es vraiment un bon coup ! J'aime les chattes brulante comme la tienne et j'espère qu'on remettra çà bientôt. Et...ne t'inquiète pas...Je ne dirai rien à Eric, je vais lui raconter n'importe quoi…
Il me donne un baiser rapide et avec son sourire arrogant il s'éloigne.

Je le haïs… je le haïs pour ce qu'il a pu faire de moi. Et je me déteste moi-même pour l'avoir laisser me faire ça. Je suis restée là un moment pour penser à ce qui vient de se passer. Je pense qu'il n'ira pas se vanter de ce qu'il vient de faire mais je n'en suis pas aussi sûre. Et il a pris des photos… mais bon je ne peux plus revenir en arrière. Il faut que je le vois plus tard pour qu'il efface ces photos compromettantes.
Je remets mon slip et regagne la zone ou tous les gars m'attentent impatiemment.
- Maman, enfin. On allait partir à ta recherche. T'as eu un problème ?
- Je me suis bêtement perdue, cet endroit est comme un labyrinthe. Je suis désolé les gars, je n'ai quand même pas été si longue…
- Aller, pas de problème. Nous sommes prêts pour vous Kate. Maintenant tenez ce panier et prenez de nouvelles poses pour nous.
La séance photos a reprise et je remarque que Frank ne prend guère de photos mais me regarde plutôt en souriant d'un air convenu.
Ils m'ont fait écarter légèrement les jambes, et même en me penchant un peu, çà reste de bon goût, juste légèrement sexy.
Eric n'a pas essayé de prendre des photos sous ma jupe, mais le reste des garçons étaient presque au niveau du sol avec leurs appareils. Je les laisse prendre quelques photos sans tirer sur ma jupe et après environ vingt minutes de plus, ils ont finit.
- Ok, on a ce qu'il faut. Terminé ! Dit Mick comme un photographe professionnel.
- Superbes photos Kate. J'ai hâte de les voir sur l'ordinateur, vous avez été sexy et en même temps très nature. Êtes-vous sûre que vous n'avez jamais été modèle…
Demande Pierrot déjà entrain de visualiser certaines des images sur son appareil.
- Non Pierrot, c'est la première fois que je fais çà. Je ne sais pas comment ces photos seront mais j'ai eu plaisir à poser.
J'aime beaucoup Mick et Pierrot. Ils sont polis, respectueux et je me sens vraiment à l'aise avec eux. Avec Frank c'est différent, il est arrogant et effrayant et bien sûr c'est lui qui a réussi à me baiser aujourd'hui.
Eric s'approche de moi et serrant ma main murmure ;
- merci maman » dans mon oreille. Je lui souri en lui donnant un bécot en retour. Alors qu'ils rangent leur équipement je me suis retrouvée seule près de Frank un court moment. Je m'approche de lui, un peu incertaine.
- Frank, les photos que vous avez prises... vous ne devriez pas... pourriez vous s'il vous plaît… les effacer...
Il sourit sciemment en me regardant, balaye mon corps de son regard perçant et bien malgré moi je sors ma poitrine en me redressant.
- Huuummm, ce sont les meilleures photos de toutes celles que j'ai prises, comment je pourrais les effacer ?
- Frank s'il vous plaît...J'AI...Je vous ai laissé faire quelque chose qui n'aurais du jamais arriver c'est... mauvais…très… très mal...
- Comment mauvais ? Il me semble que vous avez appréciée, non…
- J'ai juste... perdu le contrôle... s'il vous plaît comprenez moi, je le supplie.
- Si vous voulez vraiment que je les efface vous devrez faire d'abord quelque chose pour moi.
- Mon Dieu, n'ais-je pas déjà fais assez ?
Je le regarde choquée, me demandant ce qu'il pourrait me demander de plus !
- Pas encore ! Mais je ne pense pas que c'est le moment d'en parler. Je vous appellerais bientôt, me dit-il avant qu'Eric s'approche de nous.
Je le regarde, la haine dans mes yeux. Le salaud ! Comment puis-je être si stupide pour l'avoir laissé me baiser ! Et en plus je l'ai laissé prendre ces photos !
- Maman, tu es prête ?
Je fais demi-tour, passe devant Eric et me dirige vers la voiture. Je suis énervée et effrayée. J'ai peur de comprendre ce que je devrais faire pour obtenir qu'il efface ses images.

Eric tente de me parler lors de notre trajet de retour, mais je ne peux pas lui dire quoi que ce soit. Je voudrais bien, j'aurais bien besoin de son aide, mais j'ai peur de ce qu'il pensera de moi s'il découvre que j'ai baisé avec son ami.

A suivre...

100% (14/0)
 
Categories: AnalFirst TimeTaboo
Posted by phantome19
1 year ago    Views: 9,967
Comments (2)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
ummmmmmmmmm tjr ce recit m excite d avantage, bravo....voila des videos exprimants cette histoire


http://xhamster.com/movies/2185646/lesbian_strapon_action.html

http://xhamster.com/movies/2266273/two_lesbians_french_matures_get_anal_fucked_with_strapon.html

http://xhamster.com/movies/2327264/french_mom_gets_anal_fucked.html

http://xhamster.com/movies/1801420/hot_lesbian_foursome_pleasures_here.html

http://xhamster.com/movies/298766/mom_caught_girl_masturbation.html

http://xhamster.com/movies/2122928/brazzers_bored_milf_fucks_not_her_step_daughter.html

http://xhamster.com/movies/1505252/huge_white_cock_and_tig_ol_039_bitties.html

http://xhamster.com/movies/2292483/mature_lesbian_mom_fucks_teen_girl_bvr.html

http://xhamster.com/movies/2058771/aleska_diamond_assfucked_by_danny_d..html

http://xhamster.com/movies/2153850/mother_and_not_her_daughter.html

http://xhamster.com/movies/1587107/mommy_suck_and_ride_anally_a_giant_cock_for_facial_sperm.html

http://xhamster.com/movies/1627762/mommy_gets_butt_fucked_and_huge_tits_jizzed.html

http://xhamster.com/movies/446462/milf_mom_eats_teen_daughter_while_i_watched.html

http://xhamster.com/movies/644397/voyeur_teen_daughter_039_s_friend_watches_mom_and_dad_fuck.html

http://xhamster.com/movies/2320427/moms_home_part_2.html

http://xhamster.com/movies/166779/my_friends_039_mom_is_a_slut.html

http://xhamster.com/movies/1768345/guy_039_s_gf_and_mom_go_lesbian.html

http://xhamster.com/movies/1977931/she_fucks_her_bf_and_039_s_mom_with_strapon.html

http://xhamster.com/movies/1393577/horny_mom_with_strapon_seduces_her_son_039_s_gf.html

http://xhamster.com/movies/1856352/mom_husband_and_wife_make_love_in_the_morning.html

http://xhamster.com/movies/2139417/mom_lesbian_milf_makes_love_to_her_girlfriend.html

http://xhamster.com/movies/2054918/taboo_step_moms_sexual_triangle_with_her_step_sons.html

http://xhamster.com/movies/2039000/busty_mom_in_relation_with_her_step_son.html

http://xhamster.com/movies/2083439/i_banged_my_friends_mom..html

http://xhamster.com/movies/1752945/friends_mom_anal.html

http://xhamster.com/movies/2302857/mom_seduces_her_sons_girl_into_threesome.html

http://xhamster.com/movies/2089436/would_you_put_this_inside_me.html

http://xhamster.com/movies/2066700/would_you_like_to_see_my_rumpus_room.html

http://xhamster.com/movies/730646/wife_fucks_young_babysitter_with_strapon.html

http://xhamster.com/movies/2274411/anal_strapon_for_young_bobbi_with_big_orgasm.html

http://xhamster.com/movies/1928977/super_hung_uncut_cock.html

http://xhamster.com/movies/2018459/mommy_and_not_her_daughter_have_fun_in_the_jacuzzi.html

http://xhamster.com/movies/991523/mom_teaches_daughter_039_s_friend_lesbian_sex.html

http://xhamster.com/movies/1467260/thats_never_going_to_fit_in_my_pussy.html

http://xhamster.com/movies/1228607/Brunette_with_big_tits_plays_with_a_vibrator_while_giant_cock_fucks_her_ass.html

http://xhamster.com/movies/343704/squirting_lesbians.html

http://xhamster.com/movies/1318184/skinny_teen_for_bbc...f70.html

http://xhamster.com/movies/1796581/very_very_long_dick_for_tiny_ass.html

http://xhamster.com/movies/1668194/milf_and_mature_lesbian_lovers.html
1 year ago
La suite vite cette mère de famille est trop chaude!!!!!