Mike : Les gènes de la famille Chapitres 8

Chapitre 8 : Ma future belle-famille

Elodie et Nath repassèrent de nombreux week-end et elles se sont relayées comme des putains de salopes pour avoir leur dose de sexe avant de retourner en cours. Quand les vacances de fin d’année sont arrivées Nath et moi sommes partis voir ses parents qui habitent à plus 500 kms d’ici.
Caroline cri de joie à la vue de Nath entrant dans la maison et coure pour embrasser sa fille. Nath finalement réussi à dire,
- maman, c'est mon fiancé, Mike. Mike, je te présente ma mère, Caroline.

Caroline sourit un court instant et rapidement me serre la main avant de dire brutalement :
- Donc tu es le garçon qui a séduit ma fille et qui va l’emmener loin de chez moi. Enchantée de te connaitre.
Elle ne semble pas vraiment enchantée de me rencontrer. Juste avant d’entrer Nath m’avais dit :
- mon père est coincé à Memphis à essayer de résoudre un problème énorme de programmation pour un client important. Il espère être ici dans 3 ou 4 jours.
Après avoir fini de transporter dans tous nos bagages et paquets, nous nous sommes installés dans la cuisine où sa mère et moi avons mieux fait connaissance. Finalement, j’ai dis,
- Wow Nath, je n’aurais jamais deviné que Caroline est ta mère, elle est beaucoup plus grande que toi ! Caroline rougit quand je dis ça et détourne son regard comme gênée de ce que je viens de dire.
- Oui, maman, comment se fait-il que je suis si petite ? Papa est grand et ma sœur est encore plus que toi !
- Je t’ai déjà dis que je n’aime pas parler de ta taille ! Et sa mère s'enfuie de la pièce avec des yeux remplis de larmes.
- Oups, je crois que j’aurais du fermer ma gueule ! Je suis désolé, je commence mal mes relations avec ta mère.
- Ne t’inquiète pas, chéri, elle va prendre sur elle, laisse-moi aller lui parler un peu.
Nath me donne un baiser rapide et va rejoindre sa Caroline me laissant espérer un retour à la normal.
- Maman, maman, je crois que nous avons besoins de parler.
J'entends dire Nath en entrant dans la chambre de sa mère et elle ferme la porte.
Plus tard, Nath me raconte la conversation entre sa mère et elle.
*************************
- Maman, chaque fois que quelqu'un fait un commentaire sur ma taille ou plutôt mon manque de hauteur de torse, tu par en vrille ! J’en ai marre et je voudrais savoir ce que tu me cache ! J’ai une maladie ou une malformation ! Tu n’a jamais dis quoi que soit sur ce sujet. Mais putain je suis une adulte et toi et moi pouvons mettre les choses au clair. Par moment, plus jeune, j’ai pensé que Papa n’était pas mon père pour que je ne sois pas aussi grande que les autres membres de la famille.
- si c’est ça, tu mets un panneau devant la porte qui dit ; Elle n'est pas la fille de mon mari ! Et comme ça tout le monde sera au courant et on n’en parle plus !

La maman de Nath essaye de l'interrompre, mais Nath continue sans se laisser intimider.
- Maman, j'aime mon père et je l’aimerais toujours, même s'il s’avère que ce n’est pas mon « père ». Alors vas-y, accouche et dis-moi ton secret qui te ronge.
Des larmes coulent en abondance sur les joues de sa mère et enfin elle répond :
- Tu as raison, Paul n'est pas ton père. Ma mère m'avait aussi parlé du conte de fées ou la belle jeune fille trouvait son étalon pour combler ses envies sexuelles, et je pensais que Paul était celui-ci. Puis, je suis tombée enceinte de Martine et nous nous sommes mariés. Il a été bon, mais je sais qu'il n'est pas mon étalon ; C’est juste un homme avec une très grosse bite qu'il utilise seulement pour boucher le plus de trous qui tombent sous sa queue et se faire plaisir. Je sais qu’il a commencé à me tromper quand Martine avais tout juste un an, et alors j'ai commencé à chercher mon étalon ailleurs.
Ton père a eu de nombreuses aventures, plus que moi, et je n’ai jamais pu le ratt****r ! Un de mes amants avait la plus grande bite que j'ai jamais vue et je la voulais dans ma chatte. Et bien je l’ai eue sa grosse bite ! Ma chatte avait le double de largeur après qu’il m’eu baisé.
Je n’ai vraiment pas pris mon pied la première fois alors j’ai réessayé et au lieu d’atteindre le nirvana je me suis retrouvée enceinte. J'espérais que tu étais de Paul, mais quand tu as grandi, je savais que c'était M. Grossebite car il n'était pas très grand lui aussi. Le pire...je ne me souviens même pas de son nom ! Dieu, je suis une vraie salope !
- Non, maman tu ne l’es pas ! Tu cherchais seulement ton étalon, ton Monsieur Pénis à toi. Et bien moi... je l’ai trouvé ! J’ai trouvé notre étalon familial !
Caroline regarde sa fille à travers ses larmes avant de dire,
- Non, Nath, je ne pense pas que ça existe. C’est juste un conte de fées ! Ma grand-mère n'en a jamais trouvé un, j'ai bien sûr cherché aussi et Martine à même pensé qu'elle l'a trouvé avec Michel et elle c’est mariée. Mais Michel est juste un autre gros connard avec une belle bite mais il ne sait pas s’en servir !
S'il te plaît ne te met pas à rêver avec cet homme, Mike. Il va te briser le cœur.
- Il ne faut jamais dire que ça n’existe pas, mère. Je sais qui il est, je l’ai essayé, et pas que moi d’ailleurs, et il va me rendre la femme la plus heureuse au monde ! Il suffit de lui donner sa chance, s'il te plait maman.
- Bien ma fille, je lui accorde quelques jours pour qu’il fasse ses preuves. Mais je ne promets rien. Et merde, au moins tu ne te feras pas baiser par Paul en pensant que c'est lui ! Ooouuups !

- QUOI ! Qu’est-ce que ça sous entend ?
- Merde, j’aurais du fermer ma grande gueule ! Putain...maintenant je dois tout te dire ! Avant que Martine et Michel se rencontre ta sœur a séduite son père et ils baisaient tous les deux lorsque je n'étais pas au domicile. Elle l’a baisé plusieurs fois avant de se rendre compte qu'il n'était pas celui qu’elle cherchait. Maudit conte de fées ! Elle m’a tout avoué ! enfin moi, j'étais énervé contre elle mais je ne pouvais pas lui reprocher, elle cherchait juste ce damné étalon mythique !
- Ne t’inquiétez pas, maman, je te dis que je l’ai trouvé, et nous allons être heureux !
- Eh bien, j'espère que vous serez heureux, Nath, Dieu sait que c'est beaucoup mieux que d'être simplement confortable en ménage !
Ils ont parlé d'autres choses, comment nous nous sommes rencontrés, Nath a ignoré les parties juteuses, et comment elle venait me...nous rejoindre les weekends et ainsi de suite. Enfin, elles sont réapparues ensemble toutes les deux avec des sourires sur leurs visages.

Je lisais un roman de Stephan King, quand ils sont sortis et je leur dit,
- Caroline, Paul a appelé pour dire qu'il avait réglé le problème informatique et serait maison demain matin avant d'aller au bureau.

La maman de Nath dit d’une voix tremblante et je crois comprendre :
- Vraiment, je suppose que cela signifie que sa putain n’était pas disponible
Et sa voix diminue de volume pour dire quelque chose qu'elle ne veut pas que j’entende. Puis elle s'approche de moi et me donne un câlin pour la première fois en disant :
- Merci Mike et bienvenue, euh, dans la famille. Elle rougit légèrement et je vois des petites perles de sueur sur son front quand elle a continue,
- Oh je...je me sens drôle. Je pense que j'ai besoin de m'allonger pendant un certain temps.
Nath aide sa mère à s’allonger sur le canapé et Caroline regarde sa fille en souriant bizarrement et avec un étrange et perplexe regard.

Plus tard, Nath et sa mère préparent le souper et j’entre dans la cuisine pour voir comment ça va.
- Muuummm, quelque chose sent bon par ici,
Nath me regarde puis avec un petit cri de joie elle me saute au cou pour m'embrasser sur les lèvres. Quand elle cesse son baiser je lui dit,
- Je vais dire çà toute la journée si tu réagis toujours comme ça !
- Maman, regarde ce que j'ai trouvé sous le GUI ! Allez maman, viens là !

Caroline regarde au-dessus de ma tête et sourit en disant :
- C’est toi qui es dessous, il t’appartient de faire ce que tu veux avec.
- Ah bon ! Alors viens ici car tu as besoin de faire mieux connaissance avec Mike !
- NATH ! s’écria Caroline, mais elle essuie ses mains et s'approche de moi, et avec un autre regard sur le gui.
- Mon grand garçon, maintenant, tu es vraiment le Bienvenue dans la famille,
dit-elle avant que ses lèvres légèrement humides me donnent un baiser plutôt maternel.
Doucement, je glisse mes bras autour d'elle et je la tiens légèrement par la taille en prolongeant le baiser avec une pression légèrement accrue. Soudain elle me pousse en balbutiant:
- Oh mon...je dois... pour...retourner...à notre s...souper.
Nath m'a fait un petit sourire et ensuite aider sa maman. En les regardant j’ai remarqué que Caroline ralentie quand elle passe sous le GUI, et dès que nouveau elle est située en dessous je vais vers elle et la saisit par ses hanches,
- A mon tour, sous le Gui.
Je l’embrasse, doucement tout d'abord avant d'augmenter lentement l’intensité de mon baisé. Quand je commencé à glisser ma langue dans sa bouche, Caroline pousse la sienne dans la mienne et ses bras étroitement enroulé autour de moi, nos corps se réunissent.

Ses bras caressent mon dos tout comme son pubis pressé et serré sur mon sexe déjà un peu gonflé. Tout à coup elle me repousse loin d’elle en disant :
- Oh mon Dieu ! Je suis désolée Nath, je ne devrais pas avoir agi comme ça ! Je suppose que je m'ennuie de ton père plus que d’habitude ce soir !
Nath enroule ses bras autour de ma taille en disant :
- Non, maman, je ne pense pas que ce soit ça ! Ce n'est pas du tout ça ! Et tu n’as pas à être désolé, non plus. Je suis certain que tu as envie de Mike et même qu’il te prenne plusieurs fois avant que nous repartions de la maison. Et ça, je pense que ça te perturbe l’esprit !
- Non ! Enfin si ! Je suis vraiment confuse ! Je ne comprends pas ce qui m’arrive ! Tu ne devrais pas dire de pareilles choses ! Mais...c’est plus fort que moi, ton fiancé m’attire comme un aimant.

Dans les deux prochaines heures elle évite soigneusement de passer sous le Gui.
Mais cette coquine de Nath m'a poussé dessous et elle a rapidement quitté la salle avant que sa mère se retourne. Caroline me regarde, là debout et jetant un regard autour d’elle et voyant que nous sommes seuls elle vient vers moi en gémissant et disant :
- Oooh, bien ! Je crois qu’il faut que je me dévoue étant la seule dans la pièce !
Elle commence un petit bisou sur la joue mais le bout de sa langue glisse lentement jusqu'à ce qu'il trouve mes lèvres et, rapidement, en se collant à moi sa langue danse sauvagement avec la mienne.
Nath arrivée discrètement nous prend par la taille en disant avec un petit sourire :
- Alors, on s’amuse sans moi ?
Caroline se retire loin de moi en balbutiant,
- Oh mon Dieu, merde, oh, j'ai, oh, j’ai encore craqué ! Je suis tellement désolée ma chérie !
Nath s'approche de nous deux et nous donne a chacun un baiser et attirant sa mère vers moi lui dit :
- Alors fais-lui un baiser pour te faire pardonner !
Et Caroline, instinctivement, m’embrasse de nouveau avant de dire :
- Oh mon Dieu pas encore ! Et elle sort en courant de la pièce.
Plus tard, quand nous sommes allés préparer les chambres Nath a crié,
- Bordel de merde ! Maman ! Mike ne va pas dormir dans la chambre de Martine ! Mike partagera mon lit ce soir ! En outre, Martine et Michel vont bientôt être là ; est-il censé dormir avec eux ?
- Nath ! Tu veux bien arrêter de dire des bêtises !
De plus je ne suis pas toujours à l’aise avec ta sœur et son mari !
- Putain ! Arrête maman ! Martine n’est pas née de la dernière pluie et je me demande d’ailleurs si elle ne fait pas cocu Michel ! Aller, bonne nuit Maman, fait de beaux rêves !
Sa mère est sortie en claquant la porte de la chambre à coucher.

*************************
Coucher dans notre lit je lui dis,
- Eh bien, C’était mal parti mais je crois qu’on va finir pas s’entendre. Mais ta mère doit avoir des problèmes avec sa libido. J’ai vraiment l’impression qu’elle est en manque de câlins.
- Laisse ma mère tranquille, c’est moi qui suis là
Nath se blottie contre moi, sa main trouvé ma bite molle et me caresse rapidement jusqu’à sa complète érection. Nath jette un coup d’œil sous le drap et dit :
- Aaah, voilà ce que je cherche ! Baise-moi Mike, j'ai besoin de cette belle bite et de sa liqueur pour passer une bonne nuit. Baise-moi aussi longtemps que tu le peux !
Je roule au-dessus d'elle et facilement ma bite glisse dans sa chatte déjà mouillée et les cuisses grandes ouvertes elle commence déjà à gémir de bonheur.
En maintenant la plus grande partie de mon poids hors d’elle, je commencé à pistonner lentement son vagin mais ce n’est pas ça qu’elle veut. Dans un doux grognement, elle dit :
- bon sang, j'ai dit "Baise-moi !". Je veux sentir la grosse queue de mon étalon me remplir totalement. Je veux une baise brutale, Mike, défonce moi... OOUUF, oh oui ! Comme ça !
Mes hanches et mon pubis claquent sur elle plus durement que jamais et en moins de cinq minutes elle crie ;
- OH mon Dieu, oui ! JE JOUIIIIISSSS ! OH PUTAIN ! TA BITE ME FAIT JOUIIIRRRRR !
Ses cuisses m’enserrent la taille quand elle a son orgasme et elle n’arrête pas de crier :
- OUIIII...AAAHHHH...AAAGGRRR... LA VACHE ! C’EST BOOONNNN !
Enfin, elle se calme et toujours entouré de ses jambes et ma bite profondément enfoncée et baignant dans son jus elle me dit :
- OH merde ! Qu’est ce que c'est bon ! Continue mon amant merveilleux ; J'ai besoin de sentir ton sperme remplir ma chatte et surtout n’arrête pas avant que je te dise que je suis pleine de toi !
Elle va etre servie ! Mais avant j’ai encore envie de me repaitre de son corps, de son con et de son jus brulant. Deux fois de suite, la maison résonne de ses cris d'extase et Nath en demande toujours plus !
Apres son dernier cri de plaisir Nath me dit :
- mon Dieu, arrête ! Je ne veux plus jouir ! Tu vas me faire mourir !
- Chérie ! Toi, peut-être, mais moi j’y suis presque.
Tout en parlant je bouge ma queue très doucement dans sa chatte étroite et avec un sourire elle met sa tête en arrière et se laisse aller à cette douce caresse de ses chairs excités
Lentement, je glisse ma main entre nos deux corps et bientôt mon pouce et mes doigts trouves son clitoris dur de la roche. Son petit corps est secoué à mon premier contact de son bouton d'amour. Je l’embrasse doucement et murmure :
- juste encore une fois, mon amour, je sais que tu le peux et que tu le veux.
Sa tête roule d’un coté à l’autre quand je pince son clito tandis que ma bite s’enfonce le plus loin possible. Soudain elle soulève sa tête et gronde,
- Salaud, putain de salaud ! T’as raison vas y... baise moi encore et fais moi encore jouir ! Mais ce coup ci je veux ton foutre !
Je reprends mon pilonnage en elle et elle a att**** mes épaules fermement et au fur et à mesure que son excitation augmente, je sens ses ongles qui s’enfoncent dans ma peau.
Nath, en même temps me bouffe littéralement la langue et ses muscles intimes broient ma bite
- Oh Seigneur, Tu vas encore m’éclater ! Et criant plus fort et le corps convulsé par des spasmes :
- Vas-y jouis ! Baise-moi à fond et remplis-moi de ton sperme ! Oh Dieu, je suis toujours entrain de jouiiirrrr ! Oui, Voilàaaa ! Je te sens ! Aaaahhhh que c’est boooonnnn !
Criait-elle quand ma première salve explose contre son utérus enflammé
- MON DIEU OUI ! Remplis-moi, remplis-moi avec ton sperme ! Oh Dieu, je jouiiiiss de nouveau ! Oh, oh, oh, oh, oh, oh, oh, OH, OH, OOOOOOOHHH BAIIISEEEEE-MOIIIII ! OUIIIII JE JOUIIIIISSS !
Complètement vidé je m’affaisse sur son corps en sueur et malgré ma bite encore enfoncée dans son puits d’amour je sens que sa déborde de tous les cotés de sa chatte.
- Oh Nath, T’es merveilleuse ! Tu es ma déesse de l’amour. J’aime te faire jouir ! Ça m’excite et ça accentue ma propre jouissance. Je ne me lasserai jamais de faire l'amour avec toi !
Mes lèvres trouvent les siennes, et nous partageons un baiser passionné.
Par contre, tu as du réveiller tout le monde.
Je pense qu’il, et surtout, elles, n’ont eue au qu’un doute sur ce que nous avons fait.
- Oh, tu sais Mike, moi je pense plutôt que ça leur a donné des idées et des envies. Si elles apprennent que tu as baisé avec ta mère, ta sœur, ta tante et ta , je pense qu’elles vont prendre un ticket pour leur tour.
Arrêtant de nous embrasser passionnément je commence à retirer ma bite de sa chatte quand elle dit,
- non, ne te retire pas ! J'aime garder et sentir ta bite à l'intérieur de moi, s'il te plait mon chéri, laisse-là moi encore.
Je bascule sur mon dos en gardant Nath au-dessus de moi toujours empalé sur mon pieu. Elle me donne un baiser sur le nez et elle dit :
- Merci chéri, je te dirais quand je serais prête à la lâcher.
- Prend tout ton temps mon cœur, si tu ne le sais pas encore j’aime ta chatte qui entoure ma queue comme ça. Tu peux me la garder aussi longtemps que tu veux.
Elle blottie sa tête sous mon menton et au rythme de sa respiration je sens qu’elle ne va pas tarder à s’endormir.
Le silence étant revenu dans la chambre je peux entendre la porte se refermer et je sais que c’est sa mère qui nous a regardés faire l’amour, sans doute attirée par les cris de sa fille.

Quand je me réveille, Nath légèrement sur le coté se réveille aussi et voyant mes yeux ouverts, murmure :
- Bonjour mon bel amant, je sens quelque chose de gros et dur qui cherche la porte d’entrée.
Je l’att**** et je passe sous elle et comme un chien qui rentre dans sa niche, ma queue vient se placer à l’entrée de sa chatte et elle n’a qu’un petit coup de cul à donner pour qu’elle se mette bien au chaud.
- Oooohoooh ! Putain qu’est ce que je suis sensible ! Tu m’as sacrément baisée hier soir, mais j'ai besoin d'une pause pendant un certain temps.
Je cesse de bouger, mais les dommages sont trop graves car tout à coup, elle gémit doucement :
- Oh mon Dieu putain de salaud, je suis en train de jouir !
J'essaye de rester immobile mais elle s’agite et se tortille sur moi jusqu'à ce quelle obtienne son orgasme entrainant également mien. Je libère mon foutre dans un meuglement de taureau en rut.
Une fois calmée elle retire sa chatte de ma queue et hors de moi, libère un geyser de lave blanche qui jailli de trou à bite grand ouvert.
- Waouhhh, ça coule de partout !
dit-elle en plongeant rapidement entre mes cuisses pour me nettoyer avec ses lèvres et la langue. Une fois convaincue qu'elle a tout léché elle me regarde me disant :
- Voilà, tout propre de nouveau ! Maintenant je pense que j'ai droit à quelque chose de plus frais.
Et elle avale ma bite qui n’a pas encore débandée et se l’enfonce dans sa gorge. Elle exerce son talent avec sa bouche et sa langue qui me travaille comme une pro et en 15 minutes environ, elle repose son menton sur mes couilles pendant que j'envoie plusieurs giclées de sperme dans sa gueule d’ange.
Elle avale tout comme une bonne salope qu’elle est devenue et conclue :
- Dieu Mike, j'aime le goût de ton sperme ! Je te l’ai déjà dis mais j’ai l’impression que c’est toujours meilleur ! Je recommence quand tu veux. J’aime te sucer la bite et j'adore vraiment quand tu te donnes en moi et dans n’importe quel trou !

Nath se met sur le bord du lit et me dit :
- Reste là comme çà, tu es beau tout nu avec ta grosse queue qui pend. Fais semblant de dormir, je vais aller demander à ma mère qu’elle vienne te réveiller.

- ...quoi ?
- Mike, je n'ai aucun scrupule à te partager avec toutes les femmes de ta famille, OK ?
Je hoche de la tête pour accord.
- Bon... alors... j'aime ma maman et ma sœur tout autant que tu aimes les tiennes. Si elles ont envies de baiser avec toi je me dois de les encourager.

Je rigole et regardant en l’air je vois du Gui juste au dessus des oreillers.
- Oui, j'ai vu aussi. Je ne pense pas que maman voulait vraiment que tu dormes dans la chambre de Martine ! Et je ne serais pas surprise qu’elle veuille passer la nuit prochaine avec toi !
Nath prend un bout du gui et prend ma bite en bouche pour la raffermir. Puis elle pose le gui sur ma queue
- Là, essaye de la garder comme çà.
Dit –elle en saisissant la feuille et la place de façon à ce que la moitie de ma bite dépasse devant.
Elle arrête d’admirer mon gland en entendant du bruit en bas.
- Oh chouette, j'entends mon père ! Je vais le voir avant qu’il parte au bureau. Il ne sera pas longtemps à la maison car maman pense qu’une de ses copines va être disponible d’ici peu. Aller, tourne la tête et fais semblant de dormir.

Chapitre 9 : Caroline, sa mère.

Nath descend et se dirige vers la cuisine. Avant d'y entrer, elle entend ses parents discuter de son voyage et du brusque retour à la maison.
- Bonjour maman ! Salut papa, c'est si bon de te voir ! Elle fait un gros câlin à son père, puis elle embrasse sa maman.

Nath boit rapidement un verre de jus d'orange puis regarde son père et dit,
- on dirait que tu es déjà en route pour ton bureau. Je vais t’accompagner un peu. Maman j’en profiterai pour faire un jogging, tu pourras aller réveiller Mike pour moi ? Il ne va quand même pas dormir tout le temps qu'il est là. Je reviens dans environ une heure. Merci maman, aller papa on y va.
Caroline, pensive se demande pourquoi sa fille n’est pas descendue avec Mike et, en pensant a Mike, elle se rappelle les cris presque ininterrompue de sa fille, la nuit dernière, sous les coups de pine de son amant. Elle a même caressé sa propre chatte deux fois et elle a jouit en même temps que sa plus jeune fille !

Toujours dans sa robe de nuit un peu transparente, Caroline se dirige vers la chambre de sa fille et frappe doucement à la porte.
Pas de réponse. Elle saisit la poignée de la porte, prend une profonde inspiration et ouvre la porte puis rentre à l'intérieur. Elle a le souffle coupé quand ses yeux tombent sur la partie exposée de sa bite.
- Mike, il est l’heure de se lever. Dit-elle doucement.
Mike ne bougeant pas d’un poil elle s’avance vers le lit qui est tellement large quelle se penche pour lui toucher l’épaule et répéter :
- Mike, réveille-toi...
Je fais un de mes meilleurs ronflement et je sens, je devine, que ses yeux sont braqués vers mon entrecuisse découvert.
Je la sens haleter et même gémir tout doucement :
- Mon dieu...à quoi je pense...
Je ronfle encore un peu et pose dans mon soi-disant sommeil, mon bras sur mon visage en couvrant mes yeux.

Caroline tend la main et me caresse la poitrine en disant doucement :
- Mike, faut se lever...
Je ne réagis toujours pas et sa main glisse lentement vers mon bas-ventre, où encore une fois elle s'arrête et redit doucement,
- Mike...debout jeune homme...
Elle me secoue légèrement encore une fois et comme je ne réponds pas, sa main de nouveau glisse plus bas pour se retrouver sur ma bite en pleine érection.
- Oh mon Dieu, Qu’est ce que je fais ?
Elle caresse doucement ma bite et murmure :
- Pas étonnant que tu sois tellement fatigué, tu as dû donner tout ce que tu pouvais pour faire jouir ma fille comme ça.
Et elle continue pour elle-même. « Caroline, arrête de te comporter comme une salope, il est le fiancé de ta fille ! Mais Dieu, tu as une belle bite ! Oh mon Dieu, je ne dois pas faire ça à ma fille !
La respiration sifflante elle reste là à regarder ma grosse bite, lève les yeux et aperçois enfin le gui qui recouvre le haut de ma queue ce qui lui fait dire doucement :
- Caroline, tu dois baiser ce qui se trouve sous le GUI, c'est la tradition !
Cela dit, elle se penche en avant et englobe de ses lèvres la totalité de mon gland dans sa bouche humide chaude. Nous gémissons de concert et elle momentanément avant de continuer.
Habilement, elle tourbillonne sa longue langue autour et le long de ma pine en insistant sur le prépuce replié en forme de couronne, ce qui me fait gémir à nouveau.
Je commence à faire semblant de me réveiller, ce qui ne l’empêche pas d’avaler entièrement ma bite et je ne peux retenir un fort gémissement.
Caroline retire sa bouche de ma bite et regarde sa salive qui l’entoure et l’a rend luisante, encore plus appétissante. Elle balance une jambe et se positionne à cheval au dessus de ma queue droite comme un menhir.
Elle att**** ma bite et la positionnant entre ses grandes lèvres elle gémi,
- pardonne-moi Nath, je ne peux plus rés****r ni attendre ! Mike, s'il te plaît reste endormi, surtout ne te réveille pas !
Et lentement elle descend sa chatte sur mon pieu en gémissant :
- Oh mon Dieu, c'est incroyable ! Qu’est-ce que t’es gros ! Tellement énorme ! Oh Nath, je suis désolé mais je viens de le faire ! Je baise ton fiancé !
Son dernier mot vient de quitté ses lèvres qu’elle commence à monter et descendre sa chatte sur ma bite en me prenant entièrement dans sa chatte chaude et fumante avant de se retirer presque complètement hors de moi. Après son quatrième ou cinquième empalement complet je déplace mon bras et mes yeux grands ouverts je lui dis :
- Bonjour Caroline ! J'aime la façon dont vous me réveillerez !
Mes mains att****nt rapidement ses hanches, l’empêchant de se soulever hors de moi comme elle en avait l’intention.
- Lâchez-moi ! Vous ne pouvez pas me f***er à baiser maintenant. Lâche-moi, crie t elle en luttant pour soulever ses hanches.
- Vous savez bien que vous n’en avez pas envie Caroline. Je dormais en rêvant de vous et je me réveille pour voir votre beau visage et votre corps en train de faire de l’équitation sur ma bite en gémissant comme une folle et vous avez le culot de dire que je ne peux pas vous f***er !
Je la maintiens fermement en place jusqu'à ce qu'elle s’abandonne et commence à bouger du cul de nouveau.
Je lève rapidement ma main gauche et saisit son téton droit à travers sa chemise de nuit et elle couine de plaisir quand je le presse et le tord.
Elle continue de gémir de plaisir mais je l’a soulève et la pose sur le coté du lit prés du mur.
- Quoi... pourquoi ? Dit-elle en état de choc.
- Ben, c’est évident ! Caroline. Je dois te laisser partir ! Mais c’est quand même à toi de décider ! Tu pars ou tu rampe sur moi et t’assume la situation ! A toi la décision !
Elle regarde ma bite bien tendue et brillante de son jus et quelques secondes suffisent pour faire son choix.
- Oh Doux Jésus, Pardonne moi et toi aussi Mike, pour ce que tu as fais de moi !
La mère de Nath a crié ça rapidement et elle c’est jetée sur moi en guidant ma queue pour tomber d’un seul coup et venir frapper sa chatte sur mes couilles.
- Oh Dieu que c'est bon ! Oh Mike, fais-moi jouir s’il te plait, je sais que tu peux le faire ! Vite, Mike, Nath sera bientôt de retour et je ne veux pas qu’elle voit ça !
Une de mes mains caresse son dos pendant que l’autre joue avec ses deux seins et elle halète,
- Oh...Ouiiiii...lààààààààà... oh Nath, mon amour, je suis désolé ! Je t’aime mais je n'ai pas...........

Nath, les yeux dans ceux de sa mère surprise et effrayée, monte sur le lit à côté d'elle et repousse ses hanches sur mon pieu à moitié sorti de sa chatte baveuse et lui dit :
- Maman, je voulais que cela se produise ! Tu as besoin de sa queue. Je t’ai dis que j'ai trouvé « Monsieur Pénis ! » Et je t’ai dis aussi que j’ai trouvé notre étalon, rappelle-toi ? »
Caroline secoue la tête « non » et Nath continue,
- J'ai bien fait, et même si c'est mon fiancé, je voulais que toi et Mike fassiez l'amour de la manière dont tu as besoin pour être aimée. Pas comme papa te baise, pas comme un de ces innombrables autres gars que tu as baisés pour voir si tu trouvais la bonne bite !
Les yeux de Caroline passent des miens à ceux de Nath plusieurs fois avant que je commence à bien enfoncer ma queue dans sa chatte contractée.
- Fais-moi confiance maman, tu ne le regretteras pas et moi non plus !
Et elle embrasse sa mère sur les lèvres en enfonçant sa langue et Caroline répond instinctivement à son baiser. Puis elle se tourne vers moi et m'embrasse tout aussi passionnément.

- Mais, il est ton...........
- Maman, ferme là ! Ton corps à besoin de sa bite ! Tu la sens bien n’est ce pas ? D’ailleurs je vois bien que personne ne te tiens en ce moment et que tu es complètement empalée sur sa belle bite ! Alors passe un bon moment et fais toi plaisir, découvre ce que Mike et sa queue de taureau peux faire pour toi ! Lorsque vous aurez terminé, tous les trois nous auront le temps de parler !
- Allez maman, baise jusqu'à demander grâce à ce bel étalon ! Jouis à en mourir de plaisir et puis tu me rends Mike car moi aussi je veux sa grosse queue !
Avec un sourire, elle saute hors du lit et marche vers la porte, mais avant de sortir elle se retourne et dit :
- Oooohhhh, maman, tu es tellement sexy comme ça ! Aimez-vous tous les deux! Je vous vois plus tard.
Caroline me regarde et elle me dit :
- Je...J’ai...... Je ne comprends pas ce qui vient de se passer.
Pour toute réponse je balance brusquement ma bite au fond de sa chatte et je redouble mon coup.
- Oh mon Dieu que c’est boooonnnn !
- Eh bien, ma belle dame, c'est ce que Nath, ta fille veut ! Elle a vite pigée ce que tu as besoin et je crois bien que je peux te le donner ! Alors...profite...baise...bouffe...suce...et grimpe aux rideaux !
- Mais comment peut-elle être sûre ? J'ai souvent pensé que j’avais trouvé ce que je cherchais et plusieurs fois, mais sans succès. Martine a fait pareil que moi et tout ce qu'elle a récolté c’est un gros con qui baise mal.
- Nath a dit que nous parlerons lorsque tu auras fini de baiser avec moi. De mon point de vue, tu n’as pas encore commencé. Maintenant, mets tes questions de coté et donne-toi du plaisir.
Je tire sur sa chemise de nuit et elle l’a retire par dessus de sa tête, apparaissant nue au-dessus de moi.
- Mon Dieu, Caroline, ton corps est de toute beauté !
J’att**** son mamelon gauche dans ma bouche et je le suce sauvagement. Cela déclenche le départ d’une grande baise et elle se déchaine sur ma bite comme si sa vie en dépendait.

Elle se soulève très peu comme si elle avait peur de perdre ma bite ou de moins la sentir. Elle remue plutôt d'avant en arrière ou sur les cotés mais le plus souvent elle garde ma bite fermement planté au fond de son vagin et elle comprime ma queue en la secouant. Apparemment elle se donne des sensations assez fortes car il ne lui faut pas moins de trois minutes pour qu'un orgasme traverse son corps et la secoue toute entière.
La contraction de sa chatte est si importante que j'ai l'impression qu''un étau écrase ma bite pourtant bien dure.
Elle semble néanmoins contrôler sa jouissance car elle exprime celle-ci par des cris assez doux.
- Huuuummmm… Aaaggrrreeeee…Ouuuhhhhh… AAAaahhhh, mon Dieu…
Et ce, pendant toute la durée de ses spasmes dans ses muscles internes qui entourent ma bite qui résiste encore.
Elle saisit mes épaules fermement pour laisser son orgasme s'envoler et puis elle pousse un long soupir de soulagement après son dernier spasme.
- Doux Jésus que c'était bon ! Je n'ai jamais jouis comme ça! Aussi fort et aussi longtemps! Dit-elle avant de se pencher et de m'embrasser.
- Merci à toi…non! A vous deux de m'avoir donné cette jouissance incroyable. Je vous aime!
Elle commence à se soulever pour se désaccoupler mais je la surprends en la tenant serrée contre moi et en la basculant pour me mettre au dessus d'elle.
- Tout d'abord, vous êtes merveilleuse quand vous jouissez. Deuxièmement ce n'est plus la peine de me remercier car vous n'avez pas encore fini de jouir ce matin, et j'espère bien que vous ne pensez même pas que nous avons terminé!
- Mais je vous ai entendu hier soir ! Vous devez être vidé ! Ta bite doit être à sec maintenant!
- Je suis encore loin d'être vidé comme tu le dit! Tu la sens ma bite? Toujours gonflée à bloc! Et ne te soucie pas de savoir si j'ai les couilles vides, cela ne m'est jamais arrivé!
Et sur ces derniers mots je commence à la baiser lentement en faisant aller ma bite dans sa chatte super humide et après environ une minute, Caroline enveloppe ses longues jambes autour de ma taille,
- OK, mon étalon, voyons voir si tu dis vrai! Baise-moi comme tu veux mais c'est moi qui vais te faire jouir !
Je l'embrasse à nouveau mais je ne quitte pas sa bouche et laisse nos langues faire plus ample connaissance pendant que mes poussées successives augmentent de puissance, la base de mon pénis frappant contre son clitoris à chaque fois que je m'enfonce à fond dans sa grotte d'amour.
Caroline me tient toujours serré contre elle et un long gémissement lui échappe malgré nos bouches toujours collées l'une contre l'autre. Il me semble qu'elle se refuse à lâcher ma langue pendant que je lui laboure sa chatte.
Après environ cinq minutes, ses jambes qui m'enserrent quittent mes hanches et elle commence à s'agiter sporadiquement.

Elle pousse un profond soupir, et je profite de cet instant pour déposer mes lèvres sur son sein droit et son téton de presque 2 cm de long et de l'aspirer pour le téter comme un enfant.
Cette double excitation de son corps provoque la réaction escomptée et arquant son dos pour s'empaler complètement sur mon pieu elle crie:
- Oh…Mike, je vais… Je… Oh putain ça vient! Je vais jouir! Oh oui mon Dieu, doux Jésus… je…Jouiiiiiiiiiiiiiissssssssssss !
- Ne te retient pas, Caroline…je te l'ai dit! Ce n'est que le début de tes jouissances ! Profites-en pleinement!

Ses hanches viennent frapper mon corps, je la baise maintenant à toute vitesse et je vois son visage déformé par un délicieux bonheur.
- Oh merde ! Oui, baise-moi ! AAaahhhh…Ouiiiiiiiiii ! Plus fort ! Putain de salaud, vas-y ! A fond! BAISE-MOI PLUS FORT ! Oooohhhh… merde, merde, oui, prends moi encore! Et fais-moi jouir! AAAAhhhh, Ouiiiiiiiiii, je jouuuuuiiiiissssssss !
-Stop! Arreeeeete ! Noooonnnnn…
Je ne tiens pas compte de ce qu'elle crie et je continue de la prendre sauvagement en venant frapper son pubis à chaque coup de queue.
Je m'immobilise un instant, ma bite bien au fond de sa chatte et mord doucement un de ses tétons qui me semble encore plus long. Dans le même temps, je glisse ma main entre nous et un de mes doigts titille son clitoris.
Bien que sa chatte soit encore sous l'effet de son dernier spasme elle se raidit et hurle:
- Oh mon Dieu ! Tu me refais encore jouir! Merde, merde, merde, merde, ça repart! Ouiiiiiiiiii ! C'EST BON ! Tellement bon. Ouuuiiiiiiiiiii…. AAAAAAHHHHHHHH ! OH DIEU ...OH MON DIEU, J'AI...J'AI...OH NOOONNNN! STOP ! OUIIIIIIIII !

La tète de Caroline roule d'un coté à l'autre et elle essaye d'échapper à ma bite mais je ne la lâche pas. Ses cris de bonheur se transforment en des gémissements et des forts grognements inintelligibles, pendant que son corps tremble violemment sous le mien et que ses jambes verrouillent de nouveau mon corps.
Ses mains tombent mollement sur le lit et je crois un instant qu'elle c'est évanouie, mais non, elle a seulement perdu toute capacité à contrôler ses membres. Ses jambes sont restées serrées autour de mes hanches uniquement à cause du chevauchement croisé de ses pieds.

Caroline lentement rouvre ses yeux et me regarde hagarde et incrédule. Par deux fois elle essaye de parler mais rien ne sort. Au troisième essai elle peut enfin doucement haleter;
- Putain! Qu'elle baise! C'était l'enfer et le paradis en même temps! Comment tu fais ça!
Elle s'arrête car son corps tremble de nouveau et en gémissant elle continue;
- oh mon Dieu...J'ai été baisée par beaucoup d'hommes, mais jamais je n'ai ressenti ça ! Comment fais-tu... ce que tu m'as fait... c'est…oh mon Dieu…
- Je suis content que ça t'ait plu.
Et je me soulève pour me retirer de sa chatte.
- Oh non, ne par pas! Pas toute suite…
Elle continue ses supplications mais je retire ma bite du trou béant de sa chatte. Elle allait arrêter de se plaindre quand je la fais basculer sur ses mains, et je la mets sur ses genoux pour pousser, de nouveau, ma queue entièrement en elle,pour la prendre en levrette
- ooooooohhhhhhhhhhh…Ouuuiiiiiiiiiii…baise moi comme çaaaaaaaaa! Oh Mike, j'adore cette position ! Comment as-tu deviné?
Sans lui répondre, j'att**** ses hanches et je la pistonne dans une méga levrette en m'enfonçant à fond dans sa chatte.
Moi aussi, j'aime cette position qui me permet de bien voir ma grosse queue pénétrer dans son vagin en écartant ses lèvres intimes qui roulent vers l'intérieur de sa grotte quand je pousse et qui ressortent pour s'épanouir comme les pétales d'une fleur quand je retire ma bite.
Je n'étais pas certain si son corps pouvait encore accepter mon énorme bite une fois de plus, mais quand elle aussi, bougeait son cul pour venir frapper mon pubis, la question ne se posait plus!
C'était l'un ou l'autre qui s'enfonçait à fond. Quand c'était moi qui m'arrêtait une fraction de seconde le gland au bord de sa chatte, elle venait en arrière pour s'empaler et claquer dans un bruit sec son cul contre mon entre jambe. Et vice versa.
Sous ces claquements de chairs, nous avons augmenté lentement notre vitesse et notre f***e également.

Elle m'a surpris en rendant les armes après 15 à 20 minutes de baise intense en laissant tomber sa tête dans l'oreiller et crier;
- MIIIIIIIIIKE ! OHHHH MON DIEEEUUU! JE JOUIIIISSSSS !
Son cul tressautait dans des cris inaudible et incompréhensible pour moi. Toute la maisonnée doit se demander ce que je lui fais!
J'en peux plus moi aussi et mes couilles éclatent en envoyant un torrent de sperme dans les recoins les plus profonds de sa chatte.

Sa tête tendue en arrière, à la première salve qu'elle sent venir frapper son utérus, elle crie:
- Dieu oui, donne moi tout en moi Mike ! Remplis-moi avec ton sperme ! Oh mon Dieu, je le sens bien ! Vas-y! Remplis ma chatte gourmande! Ooooohhhh… je jouiiiiissssss encooooore ! Ce n’est pas possible ! AAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHH…
Elle n'arrêtera pas de gueuler pendant que je giclais en elle et sa chatte n'arrête pas d'avoir des contractions qui pompent ma bite au fur et à mesure que je lui envoie mon foutre.
Elle s'effondre en avant en épuisement total mais la chatte de Caroline comprime si étroitement ma bite que lorsqu'elle est tombée vers l'avant sur son ventre, elle m'entraina avec elle et tombant sur son cul elle gémit de nouveau quand ma bite c'est renfoncée au plus profond de sa chatte en feu. Mes giclées de sperme dans son tunnel de velours se terminant, je retire ma bite pour voir une grotte béante remplie de foutre. Ma queue encore raide, je replonge, oui je dis bien" je replonge", dans ce bain de sperme et de cyprine. Cette crème s'échappe de son réservoir par mes nouveaux coups de bite et Caroline ne tarde pas à gémir de nouveau de plaisir.
- oh, Noooonnnnn, tu ne vaaaaaasss…. paaassssss… Aaaaaaaahhhhhhh, Ouaiiiiiiiiiii…..
Elle n'a pas fini sa phrase car elle se concentre dans la correspondance de mes mouvements pour se donner le maximum de plaisir.
Saisissant ses hanches je me retire complètement de sa chatte pour pousser ma bite facilement dans son trou du cul qui n'arrêtait pas de me faire des clins d'œil depuis un bon moment!
- Ouuuuuhhhh! Salaud! Aiiiiiillllll…putain! Tu m'encule! Oooohhhh la vache! Elle est grosse ta putain de bite!
Apres quelques secondes d'adaptation à ma grosseur elle reprend:
- Waoooouuuuhhh, c'est gros et long! Huuuummm… ouiiiiiiiiii…vas-y, baise mon cul ! Fais-moi jouir avec ta bite dans mon cul! Ouuuuuhhhhhhhh, mon dieu qu'elle est longue! Tu remonte dans mon ventre ! AAAAhhhh, la vache! Allez, baise-moi fort et fais-moi jouir encore…bâtard!
Caroline est devenue hystérique car c'est elle qui s'empale toute seule sur mon pieu. Ces fesses viennent claquer mon pubis et j'ai juste à la retenir pour qu'elle ne perde pas ma bite dans ses mouvements quelque peu désordonnés.
Après presque 5 minutes elle me crie:
- Fais quelque chose bon dieu! Baise- là, ta salope de belle mère! Encule-là à fond cette putain!
Je la maintiens bien et je la baise à mon tour violemment.
- OOUUUUUIIIIII… Comme çà! Ooooohhhh, mon salaud tu sais y faire; tu vas me péter le cul! AAaahhhh, ouiiiiiiiiii…ça vieeeeennt! Je jouiiiiissssss du cuuuul!
Caroline crie comme une damnée et un nouvel orgasme entraine des convulsions et des cris de joie de sa part pour terminer sur:
- Mike! J'aime ta bite!
Enfin, elle avance brusquement et libère son trou du cul de ma bite. Puis, rapidement elle se retourne et me couvre de baisers à m'étouffer en laissant couler des larmes sur ses joues.
- Mon Dieu, j'ai cherché partout mon "Monsieur Pénis" comme dans l'histoire de Grand-mère sans jamais le trouver. Et te voila, toi… S'il te plaît, dis-moi que tu n'arrêteras jamais de me baiser! S'il te plaît, Mike, dis-moi que tu seras pour toujours mon étalon.
Tout en parlant elle a tiré ma tête entre ses seins parfait et elle continue:
- J'étais tellement certain que cette histoire était un conte que j'ai arrêté de chercher ! Oh, mais toi tu es l'homme merveilleux de cette histoire, je n'ai jamais jouis comme ça auparavant, si fort, si longtemps, autant de fois de suite. C'est j'ai jamais senti cette sensation avant. Plusieurs fois, j'ai gouté au sperme sur la queue d'un homme avant toi, mais avec le tien je sais maintenant que c'est vraiment bon! Dans ma chatte, dans mon cul, et dans ma bouche!
Ses mains ont commencé à masser mon sexe et bientôt elle m'a poussé sur mon dos et m'a pris dans sa bouche pour la deuxième fois aujourd'hui.
Cette fois-ci elle n'a pas arrêté d'utilisé ses lèvres et la langue pour enlever toutes les traces de nos aventures dans sa chatte et dans son cul.
Les muscles de son trou du cul m'avaient presque amené à la jouissance et bientôt ses lèvres et la langue se sont avérées être trop pour moi.
- Doux Jésus, Caroline, tu vas me faire jouir dans ta bouche!
Tout ce qu'elle répond c'est;
- Huuuummmm, muuuuummm.
Je cris; Aaaaaaaahhhhhhh avant que mon premier coup explose dans sa bouche et que je continu de me vider dans sa gorge.
Avec une détermination renouvelée la maman de Nath avale rapidement alors qu'elle tente en vain de prendre ma charge entière dans sa bouche sans en perdre une goutte, ce qu'aucune femme n'a jamais réussi jusqu'à ce jour.
Ses joues se gonflent avec le volume de mon sperme puis se creusent qu'en elle avale pour se remplir à nouveau. Elle utilise ses deux mains sur ma queue pour bien la pomper et siphonner goulûment tout le sperme qu'elle en tire.
Enfin, elle me lâche le sexe en disant,
- Putain Mike, après tout ce que tu m'as déjà donné ta quantité de sperme est encore incroyablement énorme! Merde, j'ai oublié quelques gouttes!
Dit-elle quand ses yeux voient quelques perles gouttes sur ses mains et mon estomac. Rapidement elle lèche chaque goutte puis s'assoie en arrière et me regarde.
- Incroyable! Ton sperme est fameux! Normalement je n'aime pas avaler, mais là, j'en avais vraiment envie de ton jus ! Mike, tu m'as rendue heureuse, pleinement comblée par ton énorme bite et je te remercie pour cela. Maintenant, allons voir Nath pour une conversation avec ma fille.
- Je t'ai dis tout à l'heure que ce n'est pas la peine de me remercier à chatte fois que je te baise. A chaque fois que tu auras ta petite chatte qui te démange vient me voir si je suis disponible. Je suis toujours prêt!
Maintenant, je pense qu'il est temps pour un autre round !" Un regard d'étonnement perplexe traverse son visage momentanément avant qu'elle comprenne.
- Oh non, je ne peux pas ! Pas maintenant, mais plus tard à coup sûr, a-t-elle dit rapidement.
- Haha, très drôle, femme sexy et désirable.
Je l'att**** et je la bascule sur le dos alors qu'elle tente de m'arrêter. J'écarte ses cuisses et je glisse mon gland dans sa chatte et d'un coup sec j'enfonce la totalité de ma queue en elle, sans aucun problème, le chemin est encore ouvert!
- Arrête, Mike, je suis épuisé ! J'en peux plus… s'il te plaît ! Tu m'as bien baisée mais je suis bonne à jeter! J'ai plus de f***e.
- Nath m'a ordonné de te baiser jusqu'à ce que, moi, je n'en puisse plus. Alors comme tu peux le voir ma bite réclame encore ta magnifique chatte qui vient de m'accueillir sans rechigner…elle!
Et sans un mot de plus, j'ai repris mes coups de bite dans sa grotte bien rouge pendant qu'elle continu de râler sous moi.
Mais bien vite, ses protestations se transforment en gémissement de plaisir et elle accompagne même mes mouvements.
Après une dizaine de minutes d'intenses martèlement dans sa chatte, je ralenti et je la baise doucement en prenant soin de faire aller et venir ma bite sur toute sa longueur et de compresser son clito quand je suis à fond.
J'aime l'entendre gémir pendant toute la durée ou je m'enfonce car la tonalité de son gémissement est modulée en fonction de ma pénétration.
- OOOOOOOOOOO boooooooooooooooooooooon OOOOOOOOOOOOH…, Suivie de:
- Ouuuuiiiiiiiiii…OOUUUUUIIIIIII….ooouuuuiiii…. Ohhh, ouiiiiiiiiii, baiiiiiise-moiiii !
Caroline, les yeux fermés goutait maintenant son plaisir qui montait lentement en puissance.
- Ooooohhhh, que c'est boooonnnn ! Mon dieu Mike…
Sur ces mots je reprends un rythme plus rapide. A chaque pénétration complète, j’appuie fort contre son clitoris et rouvrant les yeux elle observe ma bite qui la pénètre:
- Oooohhhh …Mike... tu me baise si bien! Je la sens ta grosse bite! Elle me rempli complètement mon vagin…Whaaaa…c'est incroyable, je la sens partout! Aaaaaaaahhhhhhh, ouiiiiiiiiii…que c'est booooonnnnn ! AAAAAAAHHHHHHHHHHH….
Elle jouit de nouveau en hurlant des insanités et d'un seul coup ses yeux se retournent dans leur orbite et sa tête tombe en arrière.
Caroline revient doucement sur la terre, à bout de souffle, et me fixant droit dans les yeux. Je prends ça comme une reddition et qu'elle se soumet à ma volonté et que je peux faire d'elle ce que je veux!
Rapidement je lève ses jambes, appui ses cuisses sur son torse je coince ses pieds derrière sa tête.
Position la culbute
- Ooooohhhh…salllaaauuudd…doucement, tu vas me tuer comme çaaaaaaaaa!
Caroline gémit quand j'ajuste ma position et que je reprends mes longues poussées dans sa chatte écartelée et bien accessible.
- Umph... hououfffff...OOOOH... ungreeee... ouuuaaaaph... Ooooooh... Mon Dieu... Outch... Oui…Aiiiiiillllll…et d'autres grognements saluaient chacune de mes poussées.
Je roule des hanches à chaque poussée de ma queue dans sa grotte luisante pour être sur de masser toute les partie interne de son vagin et surtout son point G.
elle secoue sa tête vers moi chaque fois que je tire ma bite en arrière en appuyant fortement sur le haut de son tunnel.
Après quelques instants de massage intime, elle saisi mon visage et elle prend mes lèvres pour m'embrasser avec plus de passion qu'elle n'a jamais embrassé quelqu'un. Elle me transmet par sa langue tout le désir qui traverse son corps des profondeurs de sa chatte à son cerveau.
Étonnamment, elle trouve encore la f***e de pousser ses hanches encore plus haut pour répondre à ma bite quand elle plonge au tréfonds de son vagin.
Mais son orgasme est de nouveau là et sa chatte se contracte tellement qu'il pratiquement impossible pour moi de bouger ma bite dans sa chatte en feu.. Caroline maintient son baiser pendant ses premières convulsions avant de crier;
- OH MON DIEU, c'est tellement bon ! OH OUI, BAISE-MOI ; BAISE-MOI PLUS FORT! OH OUI COMME ÇA ! JE JOUIIIIIIISSSS, OH MON DIEU ça n'arrête pas! Ouuuiiiiiiiiiii ! Oh putain, oh non de Dieu, oui, oui, oui, oui, oh la vache! Ça continuuuue, Vas-y, baise-moi, oh Mike…t'arrête surtout pas… baise maman, tout va bien, oh ne te retient pas.
Je voudrais bien bouger plus mais ma bite est prisonnière. Enfin ses muscles se relâchent et je peux tirer ma queue en arrière en caressant son point g encore une fois,
- Whaaaaoooooouuuuuu… ça recommence! Je jouiiiiissssss encooooore! Putain de salaud, je vais mouriiiiirr!
Caroline entre en transes et respire difficilement, sa tête battant de tous coté et ses râles de plaisirs ressemble plus à des cris de douleur.
- Oh mon Dieu, s'il te plaît arrête ! Je ne peux plus te supporter ! Oh s'il te plaît Mike, s'il te plaît arrête, mon ventre va exploser!
Je ralenti mes poussées abaissant progressivement l'intensité de sa jouissance puis, avec ma bite enfoncée jusqu'au bout, je l'att**** par la taille et je la tire vers le bas du lit, la faisant gémir à nouveau.
Je monte son cul en l'air en la faisant rouler sur son dos en maintenant fermement ma bite dans sa chatte. Une fois en place, son cul en l'air je repositionne mes jambes pour soutenir son dos et je peux plonger mon pieu, à la verticale, dans le trou béant de la chatte.

Caroline gémit comme une jument en chaleur qui reçoit le vit de son étalon et après s'être mordue la lèvre inférieure quand je suis venu frapper le fond de sa chatte, elle recommence ses lamentations.
- Oh Mike s'il te plaît, je n'en peux plus. Tu vas finir par m'éclater ma chatte ! Je ne pourrais plus jouir non plus ! Oh s'il te plaît arrête, tu entres dans mon ventre, Arrête! Je t'en prie!
Je lui donne quatre longs coups avec ma bite dans sa chatte dégoulinante malgré sa position verticale et je lui dis:
- Tu m'as demandé de te baiser intensément. Eh bien, si tu peux encore dire que tu ne peux plus continuer a prendre ma bite cela signifie que je n'ai pas encore fini de t'anéantir de jouissance.
Et je recommence à pistonner sa chatte en la sortant à chaque fois pour la réintroduire de nouveau dans son trou béant.
Ses halètements et ses gémissements augmentent en volume mais elle ne prononce pas un mot de protestation. Chaque fois que je sors ma queue je vois les lèvres de sa chatte frémir à la recherche d'une lance qui pourrait la remplir.
Après une dizaine de minutes ses muscles vaginaux entrent de nouveau en action et enserrent étroitement mon sexe, à chaque pénétration. Sa respiration est de plus en plus laborieuse.
Je sens que je ne vais pas tarder à lui balancer mon foutre mais je veux jouir avec elle.
Pour libérer son corps de cette position contraignante pour elle je m'assoie par terre en l'entrainant avec moi et en tombant elle s'empale jusqu'aux couilles en criant
- Non de dieu, tu transperce mon corps!
En moins de deux minutes mes couilles lâche leur réserve de jus et elle crie de nouveau :
- Oh mon Dieu ! Baise-moi, baise-moi, baise-moi, Oh Dieu, je jouis encore! Oh merde…Vas-y! Prends-moi! Ouiiiiiiiiii…je jouuuuuiiiiissssssss! Non de dieu, je jouiiiiiisssssssss ! AAAAhhhh… la vache ! Je Jouiiiiiiiiiiiiiissssssssssss !
Ma première giclée de lave blanche frappe sa matrice et je vois de l'émerveillement dans les yeux de Caroline qui me crie:
- Donne-moi tout ! Remplit moi de ton sperme brulant OOOOOhhhhhhh que c'est booooonnnnn…je la sens qui me remplit la chatte! Aaaaaaaahhhhhhh…Ouiiiii…donnes- en moi encore et continue de me baiser!
Elle n'arrête pas de crier en soulevant son cul pour se laisser retomber et bien sentir mon gland frapper le fond de son vagin.
- Oh mon Dieu tu baises bien mon salaud, tu n'arrêtes jamais! Mais c'est moi maintenant qui te baise ! Tiens… et retombant: prends encore ça salaud! Baise-là ma chatte et continue de me donner ton foutre! Salaud de baiseur!
J'ai presque plus de sperme qui sort de ma bite et pendant qu'elle se soulève ma main droite se glisse dans son entrejambe et je pince et tire son clitoris gonflé et dur comme du fer.
- DOUX JÉSUS ! ça recommence! Je jouiiiisssssss… encooooore! Oh mon Dieu, AAAAAHHHHHHH!
Je ralenti le rythme de son bassin sur ma bite en la bloquant contre moi, bien emmanchée sur mon dard, et je la laisse hurler une nouvelle fois sa jouissance sous l'effet de cet orgasme fulgurant.
Quelques minutes plus tard, ses spasmes diminuent et les contractions de sa chatte s'estompent et elle gémit doucement;
- Oh mon Dieu, jamais… non jamais… je n'ai jamais jouis comme cela. Jamais avant toi ! Oh mon Dieu, c'est si bon, ta bite est si bonne…
Et elle s'effondre dans mes bras. Je la soulève ma bite toujours dans sa chatte et la bascule sur le lit ou elle tombe sur le dos.
Sa chatte serrée par l'orgasme s'échappe de ma bite et elle reste immobile, les cuisses écartées, la chatte encore grande ouverte, qui laisse tous le jus qu'elle a emmagasiné s'échapper lentement pendant que ses poumons à bout de souffle recherche l'air qui lui manque.
Couché à côté d'elle, j'écarte ses cheveux qui couvrent son visage, lui caresse la joue et je l'embrasse légèrement sur les lèvres.
Ma main caresse son corps et vient s'égarer entre ses cuisses écartées et mes doigts touchent légèrement les lèvres de sa chatte trempée. Caroline a un sursaut et son ventre se soulève.
- Oooohhhh, non! Je suis tellement sensible que j'ai des spasmes rien qu'en frôlant ma chatte! Je…OOOOOhhhhhhh, mon Dieu Mike, trop sensible ! OoOoOoOh …Arreeeeete!
Je lâche son sexe et caresse sa jambe en disant:
- Chère dame et future belle mère, vous êtes incroyables ! Je sais avec certitude d'où Nath tient sa beauté ! Vous êtes aussi belle et aussi rayonnante qu'elle après l'amour.
- Ce n'est plus la peine de me flatter. Vous obtiendrez tout de moi! Et je crois bien que vous êtes prêt à tout!
Me dit-elle épuisée.
Elle trouve quand même la f***e de m'embrasser amoureusement, sa langue cherchant la mienne pour bien me faire sentir son plaisir.
Apres ce long et doux baiser elle me dit:
- je crois que ma fille a vraiment trouvé l'étalon que nous recherchons toutes dans la famille. Si elle ne vous épouse pas, moi je le ferai. Dans la seconde qui suis! Mari ou pas!

Nous embrassons à nouveau et nous restons enlacés, plutôt encastrer l'un dans l'autre jusqu'à ce que Caroline soit capable de se déplacer.
Enfin, elle dit:
- bon, aide-moi à me lever, je pense que je peux marcher maintenant. Crois-moi, je ne te demanderais plus de me baiser aussi fort et aussi longtemps que tu peux! Maintenant je sais que tu peux!
Je la tire hors du lit mais ses jambes flageolent un peu et je la ratt**** rapidement et la soulève en lui demandant de mettre ses jambes autour de ma taille.

Elle le fait sans arrière pensée et ma bite encore dure glisse tout droite dans sa chatte super humide.
- Oh mon Dieu! Cri-t-elle quand je la laisse tomber entièrement sur moi et que je commence à sortir de la chambre à coucher.
- Mike! Arrête de mettre ta bite dans ma chatte! Ce n'est pas possible tu es insatiable! Moi j'en ai eu assez de ton monstre.
- Pas question! Si je te lâche tu vas tomber.
- Oh merde, Arrête, Mike!
- Mais j'arrête! Je ne te baise pas. Je t'aide seulement à descendre l'escalier

Et marchant dans le couloir c'est elle qui s'agite sur ma bite enfoncée complètement dans son sexe.
Quand je commence à descendre les marches elle crie encore,
- Non, Mike non ! Oh mon Dieu, ça y est..Ça recommence! Tu me baise! OOOOOhhhhhhh qu'elle est bonne et je la sens bien. Ouuuuiiii... oh oui, baise-moi, BAISE-MOI!
Cela dit, c'est Caroline qui a commencé rapidement à lever sa chatte hors de ma queue presque complètement avant de se laisser retomber avec f***e vers le bas pour se baiser toute seule. Je maintenais ses fesses pour qu'elle ne m'échappe pas et coordonner ma bite de concert avec ses mouvements frénétiques.
Au moment où nous avons atteint le bas de l'escalier, elle hurlait dans le ravissement que son orgasme qui éclatait dans son corps en transes.
Ses hanches bougeaient aussi rapidement qu'une scie sauteuse qui martelait ma bite et elle me mord l'épaule pour atténuer ses cris. Apres quelque pas hors de l'escalier son orgasme s'apaise et tout son corps s'affaisse comme une poupée désarticulée dans mes bras.
Je m'assois dans la cuisine sur une chaise mais je garde Caroline sur mes genoux avec ma bite fermement enfoncée dans sa grotte en feu.
Nath qui était dans la cuisine nous regarde et dit :
- je suppose que cela signifie que vous avez terminé ? Il me semble que maman Hors service, mais surement comblée!
- Il me semble aussi qu'elle a son compte! Mais si tu veux on peut continuer à jouer ensemble.
- C'est pour ça que je t'aime, toujours prêt, comme disent les scouts ! Tu ne crois pas qu'elle en a assez!
- Peut-être, mais toi qu'as-tu envie?
- Non, pas tout de suite. Vous devez avoir faim, et je pense que vous avez besoin d'une douche. En outre, ta bite est toujours coincée dans la chatte de ma mère! Elle regarda de près le visage de sa mère et elle demande:
- Doux Jésus, qu'est ce que tu lui a fait ? J'espère qu'elle récupère avant que papa rentre à la maison!
- Très drôle ! Je pense que je devrais vérifier pour voir dans quelle mesure elle vraiment hors service.
Nath me regarde d'un regard perplexe qu'en je retire ma bite pour mieux la renfoncer dans le sexe de sa mère.
- Oooohhhh …non, gémit Caroline.
Ses yeux sont toujours fermé, donc, je recommence, je soulève ses fesses et la laisse retomber sur ma bite. Elle gémit beaucoup plus fort:
- Mike s'il te plaît, s'il te plaît, j'en peux plus, je ne peux pas... Ohhhhhhhhhh,
Son dernier mot quand je lui donne un autre coup de bite.
Nath me regarde et dit,
- Il me semble que tu arrive à attirer son attention.
Elle se penche et m'embrasse doucement puis se tourne et embrasse sa mère tout aussi doucement.
Au même moment que ses lèvres rencontrent ceux de sa mère je donne quelques coups de bassin pour touiller son vagin avec mon bâton de jouissance.
Les gémissements de Caroline s'échappent d'entre leurs lèvres, mais son cul commence à chalouper sur ma bite. Je chuchote à Nath de continuer à l'embrasser tout en prenant un de ses tétons entre mes doigts et doucement je le pince. Le résultat est immédiat! C'est Caroline qui lève maintenant son cul pour redescendre sur mon pieu.
Il me semble avoir entendu " Oooh, baise -moi" et Caroline a continuée à serrer ses cuisses pour soulever sa chatte sur ma queue d'une dizaine de centimètres avant de se laisser retomber pour se ré empaler à fond. Après une minute, Caroline rouvre les yeux et s’aperçoit qu'elle embrasse sa plus jeune fille tout à fait consentante, pendant qu'elle se fait prendre par son fiancé.
- Quoi ! Nath, pourquoi tu... pendant que... oh Dieu, je suis si sensible ! Oh mon bébé, sa queue est si bonne ! Je t'aime Nath, j'adore ce que tu m'offre et ce qu'il me donne! Ohoooooooo…ouiiiiiiiiii, prenez-moi…baiser-moi!
Et Caro devient de nouveau hystérique comme si j'appuyais sur un bouton 'spécial jouissance féminine'.
Ces mouvement de haut en bas d'abord lents s'accélèrent au fur et à mesure que ses gémissements augmente de volume
- Oooohhhh OOOOOHHHHH… AAAAhhhhhh AAAAAHHHHHHH…
Moins de trois minutes se sont écoulées avant que Caroline vienne frapper durement mon pubis et hurle:
- OOOOOOIIIIIIIIIII, je jouiiiiiisssssssss! Aaaaaaaahhhhhhh, que c'est booooonnnnn!
Puis elle colle sa langue à mi-chemin dans la gorge de Nath pendant que sa chatte spasme frénétiquement sur ma grosse bite tendue à l'extrême. Les deux femmes gémissent dans la gorge de l'une et de l'autre et Caroline tremble sauvagement au-dessus de moi. Caroline quitte la bouche de Nath et crie ;
- Oh mon Dieu, oh mon Dieu, c'est tellement bon et si fort, je suis toujours en train de jouir ! OH NATH JE N’ARRÊTE PAS DE JOUIR! SUR SA BITE! Je jouiiiiiisssssssss…. Et j'aime ça! C'est merveilleux! Qu'elle est bonne sa BITE!
- HAAHUUUMMMMMAAAAAAAAOHHHHHhhhhh! Haaaaaaouuuuuu.
Heureusement Nath a retenu sa mère quand elle s'est elle s'est effondrée sur le côté a la sortie de son énième orgasme.
- houlà! Mon étalon, je ne me souviens pas que tu m'aies mis dans cet état après une baise. Je me demande si tu n'aime pas ma mère plus que tu ne m'aime!
- Impossible ma chérie, je n'aime que toi. mais tu m'as demandé de la baiser jusqu'à ce quelle demande grâce ou qu'elle meurt de plaisir. Toi, à ma connaissance tu ne m'as jamais demandé ça!
Nath me jette un regard interrogatif et je rajoute:
- Ta mère m'a dit de la baiser comme jamais et de la mener dans l'enfer du plaisir, c'est ce que j'ai fait! Il me semble?
- Oooh, Ouiiiii, mon amoureux, tu l'as fait et surement au delà de ses espérances!
Une voix à peine audible est venue de Caroline, disant:
- Oooh que oui! Tu l'as fait! Mais tu n'étais pas obliger de le faire plusieurs fois! Je n'arrêtais pas de jouir avec des orgasmes à répétition ! J'ai cru mourir de plaisir!
Elle gémit doucement et Nath rigole, puis elle demande;
- Nath, aide-moi à sortir son engin de ma chatte car toute seule ça va encore finir par une baise!
- Oui, maman! Mais je pense que Mike devrait te placer sur la table allongée sur le dos ! Tu as quelque chose que je veux désespérément!
Quand je me suis levé Caroline gémis de nouveau sous les frottements de ma bite dans son vagin et automatiquement sa chatte se contracte sur ma queue qui la remplit toujours.
Doucement je la pose où Nath voulait qu'elle soit et je lève ses jambes vers elle pour retirer mon sexe.
- Oooohhhh la vache, crie Nath. Tu es toute rouge! Et ta chatte retient encore la bite de mon fiancé!
En effet en tirant ma bite, un anneau de chair c'est formé autour d'elle, la comprimant fortement à tel point que je suis obligé de f***er pour me dégager, sous un cri de Caroline, pendant que nos jus combinés inondent la table.
- Nooooooooonnnnnn !
Je lui donne un dernier baiser d'adieu et lui chuchote, « n' importe où et n'importe quand, Caroline!
- Vas-t’en Mike!
Nath a les larmes aux yeux quand elle s'approche de sa mère. Rapidement elle nettoie la table et ensuite attaque la chatte de sa mère à grand coups de langue. Caroline est de nouveau en jouissance en moins de deux minutes, quand Nath cherche chaque goutte de mon sperme pour finir sur dernier ajout de Caroline grâce à la langue de sa fille !
- Maintenant, je vais à la source! Déclare Nath.
elle se tourne vers moi et immédiatement se met à genoux devant moi et ma bite disparaît instantanément dans sa gorge. Caroline tourne lentement sur la table afin de pouvoir admirer la technique de sa fille.

Quelques minutes plus tard Caroline fait remarquer:
- Je n'en reviens pas que tu puisses faire entrer ce monstre tout entier dans ta gorge, Nath. Tu es si frêle à côté de lui!
Nath retire ma bite de sa bouche,
- vraiment mère, je ne suis pas si petite que çà! Et j'ai une grande bouche! Regarde.
Et elle pose ma bite sur ses lèvres qui disparaissent derrière ma longue bite. Ce qui les fait rire à l'unisson. Nath pointe ma bite vers Caroline en demandant;
- Tu la veux peut-être?
- Pas tout de suite ma chérie, Mike m'a vraiment anéanti. Je vais juste rester là et en profiter pour vous admirer.
Nath c'est rapidement retourné pour attaquer voracement ma bite et elle ne m'a pas lâchée avant que je remplisse sa bouche et sa gorge avec un supplément de crème.
Elle rejoint sa mère la bouche pleine et l'embrasse pour lui transférer une partie de mon sperme dans sa bouche.
Je suis certain qu'elles avaient finis d'avaler mon jus, mais elles ont continué à s'embrasser pendant un certain temps après cela
Apres ce long baisé Caroline me regarde et dit:
- mon Dieu, Mike, Qu'as-tu fait de moi ? Tu es ici depuis moins d'un jour et tu ma déjà prise dans toutes les positions, je n'ai pas arrêté de jouir comme une dingue et tu m'as même enculé! Et pour finir il me semble naturel de regarder ma petite fille te sucer ta bite et échanger avec moi le sperme qu'elle te vole comme deux adolescente en manque!
- Et c'est fameux n'est pas! Dit Nath.
Caroline et moi éclatons de rire. Caroline descend de la table, lui donne un baisé et vient vers moi. Elle saisi ma bite et lui donne quelques coups de langue avant d'arrondir ses lèvres et de faire entrer ma bite profondément dans sa gorge. À l'aide de mouvements extrêmes de succion et de langue elle réussit à extraire quelques gouttes de sperme, puis se penche en arrière avec un regard satisfait sur son visage.

- Mike, Merci de laisser cette chose loin de moi avant que j'oublie comment je suis exténuée et que je grimpe dessus de nouveau! Dit-elle les yeux implorant. Mais Nath peut surement te dépanner !
- Oh non! Venez, nous allons prendre une douche ensemble ! Je suppose que ma pauvre vieille mère ne pourra pas vous bichonner comme moi dans son état!
Caroline commencé à protester, mais Nath lui donne un baiser rapide et dit :
- Je blague maman ! Je t'aime!

Chapitre 10 : Paul et Caro se retrouve

Après la douche, et un bon casse croute, Nath et moi, sommes parti faire des courses laissant Caroline seule à la maison. Quand nous sommes rentrés, on entend quelqu’un chanter. Nath me prend la main pour m’arrêter et dit doucement :
- Chuuuuuuut...
- Nous écoutons attentivement la douce mélodie jusqu'à ce que Nath dise doucement,
- c'est ma mère ! Elle chante !
Après quelques secondes elle ajoute ;
- ma mère ne chante jamais ! Ecoute, elle à l’air pleinement heureuse !
On entre silencieusement vers la porte de la cuisine pour voir effectivement une femme rayonnante en train de préparer le diner du soir. Ce n’est plus la même femme qui m’a accueillit la veille !
- Hello maman, ça à l’air d’aller !
- Oh Nathalie ! Ça alors, comme tu es belle ! Moi je me sens tellement heureuse aujourd'hui, que je chante et j’ai même fredonné quelques airs anciens !
- Maman, peux-tu t’arrêter pendant un certain temps je veux te parler.
Caroline termine ce qu’elle a en cours et nous lui expliquons les liens de parenté éloignée que nous avons découverts.
Caroline a l'air choquée pendant plusieurs instants avant de dire,
- nous sommes liés ? Vous et Nath êtes cousins ? Oh mon Dieu, vous ne pouvez pas vous mariez, vous êtes cousins !
- Calme-toi, Maman. Nous sommes cousins très éloignés et en plus Mike n’es que le beau fils de Marie ! Par contre je suis cousine avec Elodie et nous avons les mêmes gènes. Maintenant tu te sens mieux ?
- D'accord, si tu es sûr de ça... Oh chérie, j'ai hâte de rencontrer la famille de Mike ! Notre famille va s’agrandir, c’est génial ! Mais il faut que je les vois de prés plutôt que sur photos.
Puis Caroline étreint Nath avant de se tourner vers moi et de me serrer dans ses bras. Je l’embrasse doucement sur les lèvres et tout naturellement ma langue cherche la sienne.
Une de mes mains trouve un téton de ses seins et je le pince légèrement du bout de mes doigts et instantanément sa langue f***e ma bouche pour pénétrer plus profondément.
Tout à coup, elle me repousse loin en disant :
- Oh mon Dieu non ! Arrête ! Sinon je vais te sauter dessus pour que tu me baise ici et tout de suite ! Je ne veux prendre aucun risque car Paul sera à la maison dans moins de quinze minutes.
Je mets ma main sur la sienne, elle frissonne et un gémissement s'échappe de ses lèvres,
- Doux Jésus, si je ne me retenais pas ! Oh Nath, j'ai envie de sa bite ! Je la veux en moi sans cesse maintenant ; son pouvoir m’affole et me rempli dans tous les sens !
- oh, je sais très bien ce que cela fait... Maman. Mais ça va aller mieux dans un jour ou deux, ton corps va maitriser ce désir constant et les instants de jouissance que tu obtiendras te suffiront ! Je le sais pertinemment, et tu ne seras même pas jalouse quand Mike sera avec une autre femme.
- Bien sûr, Nath, c'est ton homme, je ne pourrais jamais être jalouse de toi !
- De moi, je le sais bien. Mais que se passera-t-il lorsque Martine et Michel vont être là ? Je te parie qu'elle ne tiendra pas deux jours complets avant qu’elle se fasse baiser par mon mec !
Caroline la regarde avec surprise,
- comment peux-tu dire ça avec tant de facilité ? Ça ne te dérange pas que ton mec baise ta mère et ta sœur ? Surtout Martine, car elle est vraiment sexy, plus que moi !
Je prends alors la parole ;
- Caroline, je dois t’interrompre un moment. Tout d'abord Nath est mon amour, je l’aime et je n'ai jamais rencontré une femme aussi sexy qu'elle ! Deusio, ne te sous-estime pas. Tu es extrêmement désirable, en pleine maturité de la beauté féminine. Il faudrait que Martine soit la copie exacte de Nath pour qu’elle soit plus sexy que toi. Tertio... heuuu... il n’y en a pas ! Les 2 premiers suffisent.
- Oh Mike, toi au moins tu sais parler aux femmes !
- Maman ! Ce n’est pas des conneries ! Tu es une vrai Bimbo ! Papa devrait réaliser quelle chance il a et cesser de courir après d’autres jupes ! Je suis désolée maman ; Je ne veux pas te mettre mal à l'aise en mentionnant ce fait.
- C’est rien, Chérie, je suis aussi coupable que lui ! Et vraiment je ne peux pas lui en vouloir car je sais qu’il n’est pas le Monsieur Pénis, l’étalon que j’ai toujours cherché. Assez parler, je vais finir de préparer le diner.
- Je vais t’aider, chère mère ! Et Mike, toi tu reste ici et tu te repose. Je veux que tu sois prêt et en pleine forme pour moi ce soir !

Quelques instants plus tard, j'entends de nouveau Caroline fredonnant avec contentement dans la cuisine. Pendant que je vérifie mes e-mails, j’entends Caroline crier :
- Salut, chéri, je suis content que tu sois à la maison !
Suivit rapidement d’un baiser sonore.
- Waow, quel accueil, Caro ! Qu’ais-je fais pour mériter ça ?
- Rien... autre que le fait d’être ici, et je que je t’aime !
Nath est également car ;
- Salut papa, tu m’as manqué ! Vient faire un gros câlin à ta fille préférée !
Les effusions terminées il s’adresse à moi ;
- Jeune homme, je ne sais pas ce qui se passe ici, ou ce que vous avez réussi à faire en un jour dans ma maison...
« En moi, je sers les dents et me demande comment ça va finit »
- ...Mais continuez comme ça !
Je ne sais quoi dire et il poursuit ;
- je ne me souviens pas de la dernière fois ou Caroline m’a accueillit comme ça ! Et Nath, bien qu'elle soit toujours belle, maintenant elle est éclatante de beauté ! Si ma petite fille est heureuse, alors je vous en serai éternellement reconnaissant. Je souhaite juste que vous exerciez votre magie sur mon autre fille et son couillon de mari.
- Que voulez-vous dire, Monsieur ?
- Appelez-moi Paul mais jamais Monsieur. Pour répondre à votre question, Michel est... Eh bien... comment dire... une grosse déception pour ma fille Martine. Je sais que tous les deux veulent que leur mariage tienne, mais il y a certainement quelque chose qui leur manque. Je sais qu'il l'aime, mais cela ne suffit pas. Je sais aussi qu'elle l'aime ! Je suppose que cela les fait tenir le coup... Ils disent que « l'amour vaincra tout », mais je ne suis pas sûr. Vous qui venez de redonner le gout de vivre à ma famille essayer votre magie eux !
- Eh bien, je vous promets de faire tout ce que je peux pour les aider, et vous pouvez prendre ça comme argent comptant !
- Je compte sur vous, Mike. Maintenant je vais prendre une douche avant le souper.
Il se lève et commence sortir de la pièce, puis se tourne et dit,
- nous parlerons plus tard. Oh, en passant... tu es le premier mec que l’une ou l'autre de mes filles m’a présenté que j’apprécie tout de suite.

Caroline a fait un délicieux repas qui disparait en un record de temps. Tout le monde complimente Caroline. Nath débarrasse la table et son père part au salon. Caroline s'approche de moi et me donne un baiser sur les lèvres.
- Merci de nous aider, Mike, et j’en veux un autre !
Elle m'embrasse sur la bouche tout en frottant ma bite à travers mon short.
- Oh Mike, je suis tellement excitée par ta bite ! je ne sais pas si je vais pouvoir attendre jusqu'à demain que Paul parte au boulot.
Je caresse ses seins en les comprimant doucement et je lui dis :
- alors pourquoi ne vas-tu pas t’amuser avec sa queue pendant une heure ou deux. Cela devrait te calmer et lui faire surement plaisir ! En outre, si tous les deux vous sous exprimez bruyamment ça peut donner des idées à Nath.
- ça me parait possible et pourquoi pas intéressant.
Et elle me roule une galoche à donner la gaule à un sacristain.
- Et bien bonne nuit, vous deux, et faites aussi tout le bruit que vous voulez !

Sa main vient juste de quitter ma bite quand Paul revient dans la pièce.
- Dis, Caro, tu veux faire quelque chose ou aller quelque part ?
Sa femme le surprend en disant,
- Oui je veux quelque chose. Je serais ravi que l’on passe dans notre chambre et que tu baises ta femme !
Il la regarde en état de choc, n’ayant pas l'habitude qu’elle parle de cette façon et a commence à la reprendre quand elle continue,
- Alors...t’es d’attaque ou je vais chercher ailleurs ?
Il hausse les épaules et nous regarde, Nath et moi avec un sourire, avant d'envelopper ses bras autour de la taille de Caroline et une main sur son cul en disant :
- Bonsoir les enfants... à demain matin !
Après avoir quitté la pièce Nath me dit,
- ça alors, je ne les ai jamais vus comme ça ! Je suppose que je dois te remercier pour cela ! En fait, j'ai jamais vu maman si heureuse et si excitée !
Quand Nath et moi avons regagné notre chambre, des bruits caractéristiques venaient de la chambre de ses parents. De forts grognements et des gémissements passaient par-dessous la porte et en arrivant juste devant on entend caroline :
- Oh bébé, oui ! Vas-y chéri, Baise-moi, prend ma chatte ! Tu sens comme elle est chaude ! Fais-moi jouir avec ta bite dans mon con ! Oh j'ai besoin de ton foutre...arrose ma chatte, ouiiiiiiiii...plus fort ! AAAAhhhhhh... ouiiiiii, je jouiiiiissssss, putain ! Je jouiiiiissssss ! Vas-y ! Enccoooreee, oh ouiiiii que c’est boooonnnn ! Ouiiiiii... Baise-moi, baise-moi, baise-moi, baise-moi !
Après la fermeture de notre porte de chambre, Nath éclate de rire et pleure en même temps ce qui fait que je reste un peu perplexe.
- Nath ? Tu pleures ? Pourquoi ?
- Ecoute, c'est drôle de les entendre. Ce que je veux dire c’est que je les ai déjà entendus faire l’amour mais c’était beaucoup plus silencieux et feutré. Cette fois, je sais que maman prends vraiment son pied !. C'est tellement beau de les entendre comme ça.
Nath me donne un baiser profond et baveux avant de finir avec ;
- Je parie que papa se demande comment sa femme est redevenue une gentille salope après une si longue retraite chez les nones !
On s'arrête de parler et Nath grimpe sur moi pour s’empaler direct sur ma queue sacrément excitée par ce que je viens d’entendre. Elle se fait jouir toute seule, comme une grande (avaleuse de grosse bites) et recommence une deuxième fois pour récolter mon foutre au fond de son vagin.
Après m’avoir aussi inondé du jus de sa jouissance elle repose sur ma poitrine et je lui dis :
- Ecoute mon cœur, ils recommencent !
Nath écoute attentivement avant de sourire en disant :
- Tu sais...je ne peux que te remercier encore car cela ne serait jamais arrivé sans toi. Ils se seraient encore engueulés dans une de leurs disputes habituelles se terminant par papa allant dormir sur le canapé. Dieu que je t’aime !
Et du coup elle reprend ma bite au fond de son vagin et bouge tout doucement son bassin en écoutant ses deux parents exploser de plaisir sous leur orgasme respectif.
Pendant au moins 2 heures nous écoutons ses parents crier leur découverte et leur épanouissement sexuel et ensuite nous faisons de même et je suis sûr qu’alors, c’est eux qui nous écoutent pour remettre le couvert après nous !
Vers 7 heures, Nath me réveille en grimpant de nouveau sur moi pour profiter de mon érection matinal et se prends un rapide orgasme avant d'aller prendre son petit-déjeuner et surtout elle prend un acompte de crème en me faisant une pipe avec sa langue magique et elle me fait éjaculer pour la première fois de la journée. Elle doit être particulièrement coquine car elle a délibérément laissé une goutte de sperme glisser de sa bouche et s’écouler juste qu’en dessous de sa lèvre inférieure.
Puis elle enfile un chemisier et un short et me dit :
- Bon ! Je descends voir mes parents avant que papa ne parte au boulot.
Je mets un short et je la suis dans les escaliers. Entrant dans la cuisine, je vois Paul qui avale une gorgée de café mais qui manque de s’étouffer en apercevant le visage de Nath rayonnant,
- Bonjour papa, bonjour maman ! Belle matinée, non ?
Je réussis à coincer Caroline juste en dessous du GUI et je lui prends ses lèvres pendant que Paul ne peut nous voir car il regarde une gouttelette de mon sperme qui pend de la lèvre de Nath.

Caroline a rapidement dit bonjour à ma langue avec la sienne et rompant le baiser elle se tourne vers son mari au regard interrogateur. Avant qu'elle puisse lui demander ce qui cloche Nath l’embrasse profondément sur la bouche en s’assurant que sa mère a pris la goutte de sperme égarée. Leur baiser terminé, Caroline se tourne vers son mari et lui demande,
- Il y a quelque chose qui te tracasse, chéri ?
Ses yeux exorbités vont du visage de Nath à celui de Caroline et ce, plusieurs fois. Il n'y a aucune gouttelette à voir et il abandonne presque sa tasse de café avant de murmurer :
-Heuuu, rien chérie, j’ai cru voir quelque chose, mais je me suis trompé.
Nath a sauté sur lui et lui donne un gros baiser qui a glissé sur le bord de ses lèvres.
Paul regarda sa montre et dit :
- Oups, je ferais mieux d’y aller ou je serai en retard. Je devrais être maison environ une heure tôt ce soir. J’ai modifié mon emploi du temps, donc je vais rentrer plus tôt ces quatre prochains jours, et nous pourrons avoir une vie de famille agréable pour ces fêtes.
Puis il s'approche de Caroline et lui donna un baiser profond d’amoureux avant de lui chuchoter ;
« la nuit dernière à été fantastique ma chérie, j’espère que tu n’es pas trop fatiguée »
Puis plus fort,
- Je t’aime mon amour, à ce soir !
Avant de donner un baiser sur le bord des lèvres de Nath et de dire :
- Toi aussi je t’aime ma chérie.
Et il me met la main sur mon épaule et dit doucement :
-Et surtout ne changer rien, quoi qu’il arrive !
Une fois parti, Nath demande :
- Whaoo maman, Qu’avez-vous fait tous les deux hier soir ? Je n’ai jamais entendu autant de cris venant de votre chambre avant !

Riant, Caroline répond,
- vous devez le savoir... j'étais tellement excitée hier soir que je voulais que ton père me baise comme Mike ! Lui aussi devait être excité et en manque de sexe et moi, pour une fois, j’ai mené les ébats en me rappelant ce que Mike m’avait fait. Paul n’en ai pas encore revenu ! Ensuite nous vous avons entendu et Paul à voulu remettre ça ! Tu parles que je l’ai laissé faire ! Et tant que vous avez baisé on vous à suivi. Nath, ton père n’est surement pas mon étalon, puisque j’ai découvert que c’est Mike, e serait pas mon étalon, mais il baise encore bien qu’en c’est moi qui mène la danse.
Tout en parlant, Caroline s’est rapprochée de moi et caresse ma bite à travers mon pyjama short. Ma queue hypersensible se redresse immédiatement et elle la tire dehors, puis, laissant tomber sa chemise de nuit elle me chevauche, prend ma bite en main, la guide, et se l’introduit jusqu’aux couilles dans sa chatte qui est vachement humide de si bon matin.
Avec un grand soupir de satisfaction qu'elle s'installe bien sur moi et elle me demande ;
- Maintenant Mike, que voulait dire mon mari par « ne change rien, ne t’arrête surtout pas ? »
Je lui donne un baiser mouillé et langoureux en lui pelotant les seins avant de répondre ;
- Eh bien, je crois que...hummmm...
En l’enfonçant à fond en tirant sur ses hanches
- Putain vous êtes incroyable ! Même après la nuit dernière il vous faut encore ma bite ! Je pense que ton mari est bien loin de se douter de ce qui se passe et de ce que je commence à faire !
- Eh bien moi dit Nath, je pense qu’il vaut mieux commencer de suite car tu as deux femmes très cochonnes qui ont besoin de toi!
Je me lève en tenant Caroline qui se tortille du cul sur ma bite et ses bras autour de mon cou et les jambes enroulées autour de mes hanches nous montons vers les chambres.
- Dis donc Mike, comment se fait-il que tu n’as jamais faire ça avec moi ?
Se plaint Nath en voyant sa mère qui gémit et frotte sa chatte sauvagement sur ma bite pendant que je marche et monte les escaliers.
- Il faut toujours une première fois et tu auras ton tour aussi, ma chère fille ! Ooooohhhh, ouiiiiii, Mike, baise-moi, tu es tellement bien en moi, c’est boooonnnn !
Nous ne sommes qu’au tiers des marches que Caroline commence à gueuler avec les premiers spasmes précurseurs de son orgasme. A chaque pas, elle cri quand sa chatte s’enfonce sur mon sexe en pleine érection et son plaisir monte en puissance au fur et à mesure.
- Ooohhh...Aaaah...Hooouuuuuu...
A chaque étape sa chatte se contracte sur ma queue qui lui sert de point d’ancrage et qui bute sur son utérus.
À mi-chemin vers le haut elle n’en peut plus et la tête en arrière elle cri ;
- Putain de queue ! Ta bite me rend complètement folle...je vais... jouiiiir... je... jouiiiiissssss... Oooohhhh... ta queue, ouiiiiii ta queue ! Mon dieu... AAAAHHHH...Ouiiiiiii...putain ! Ouiiiiii baise moi !
Ses hanches écrasées contre moi, empalée jusque qu’au fond de son vagin elle laissait son orgasme prendre son corps et son esprit et les mains sous ses fesses je maintenais fermement malgré ses soubresauts.
Une fois calmée, elle a saisi mes épaules pour ne pas quitter ma bite et ses jambes ont affermi leur emprise autour de mes fesses, sa chatte appuyant fortement sur ma bite qui porte la plus grande partie de son poids. En marchant vers sa chambre, je sais que son clitoris est écrasé entre nous et au moment où que je la dépose doucement sur le lit, qu'elle tremblait encore du massage qu’a subit son clitoris.
- Mike s'il te plait, ne quitte pas ma chatte, baise-moi encore ! je suis tellement excitée par ta queue en moi qu’il faut que tu me fasse encore jouir. S'il te plait, vas-y ! Prends-moi encore.
Je n’ai pas eu le temps de répondre car je tombe sur le lit sans que sa chatte perde ma bite, car ses jambes sont restées enroulées fermement autour de moi, et qu’elle m’a embrassé à perdre le souffle.
En moins de quatre minutes, la baisant de plus en plus rapidement et toujours plus fort et le plus loin que sa chatte me le permet, elle entre en convulsions sous moi et jouis de nouveau.
Revenant sur terre, ses yeux verrouillé sur ma bite qui va et vient encore doucement en elle, divers grognements accompagnent mes pénétrations. J’accélère un peu et elle sort de son hypnose.
- Ouiiiii... que c’est bon ! Oui, baise-moi plus vite ! Oh tu me rempli si bien... plus fort... plus vite...PLUS VITE ! OOOOIIIII... OOHHHH...MON DIEUUUUU !
Son orgasme passé, Caroline reprend doucement sa respiration en continuant de gémir de plaisir sous les frottements de mon sexe qui rempli toujours sa chatte
Je regarde Nath, prêt à basculer vers elle, mais elle me dit doucement:
- Non, Mike, je veux encore profiter de ce moment et regarder mon homme rendre ma mère tellement heureuse !
Je la regarde d’un air interrogatif, et elle continue,
- Oui, s'il te plaît, baise ma mère, baise là encore. Elle va devoir se passer de ta bite quand Martine et Michel serons là. Moi, je peux attendre. Je t'aime tant !
Et comme je me suis un peu soulevé, Nath saisi mes hanches et me pousse pour renfoncer ma bite dans la chatte de Caroline.

Je relève les jambes de Caroline vers sa tête et je la poignarde de mon pieu comme si je voulais l’éventrer puis je refais des va et viens vigoureux.
Je me plaque contre son pubis et je frotte le mien en roulant sur son ventre ma bite profondément à l'intérieur d’elle.
- Oh Dieu, Mike, j'adore sentir ta monstrueuse bite bouger en moi ! Je voudrais la garder toujours en moi !
Après quelques allers retour profondément dans sa chatte, je la retourne et la prend à nouveau en position de levrette.
- Oh ouiiiii, tu sais que j'aime ça ! BAISE-MOI MIKE !
Caroline a crié et c’est elle qui commence à pomper ma bite. Rapidement, nous nos mouvements sont en parfaite synchronisation. Je grogne à chaque poussée et elle gémit des mots que je ne comprends même pas quand son orgasme la saisit de nouveau.
Elle vient frapper mon ventre violemment et tout son corps tremble.
- Putain, je jouiiiiss encoore ! cri-t-elle, mais tout en continuant encore et encore sur moi.
- N’arrête pas, Mike, oh mon Dieu, ne t’arrête surtout pas ! Plus fort... non de dieu !
Tu pense que je n’arrêtais pas ! Je la bourrais violemment en projetant ma queue à toute vitesse dans son trou à bite grand ouvert et dégoulinant de cyprine.
- Vas-y, baise-moi ! Plus fort ! Frappe mon cul ! Ouiiiiii, làààà...Oooh ouiiiii, c’est làààà ! Mon dieu, aaaaaaaahhhhhhh ! Oh oui, c'est là, c'est tout juste là... JE JOUIIIIIIIIISSSSSSS... OOOOOHHHHH... OUIIIIIIII !
Même en plein orgasme et traversée de spasmes elle trouve encore la possibilité de dire ;
- n'arrête pas Mike, continu de ma baiser ! laisse ta bite en moi !garder me baise ! S'il vous plaît juste garder putain moi!"
Lui maintenant fermement le cul en l’air je continu de la pilonner rapidement et ses gémissements montent en puissance. Si je ralenti c’est elle qui martèle son corps sur ma bite tendue.
- Oh oui, c'est tellement bon ! Oh Nath, je ne peux pas m’arrêter, tu as raison, c’est bien notre étalon familiale ! Oooohhhh ouii, baise moi avec ta grosse bite, j'adoooore çaaaaaaaa !
Lentement, je cesse mes mouvements et bien calé je résiste aux coups puissant de son cul qui vient me frapper. Moins de quatre minutes s’écoulent pour qu’elle hurle sous un autre orgasme d’une f***e incroyable car ses cris sont insupportables
- OOOOOOOOOOOOOHHHHHHHHHHHHHHH AAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHH ! Je JOUIIIIIIIISSSSSSS, PUTAIN JE JOUIIIIISSSSSSSSSS ! OUIIIIII...BAISE MOI ! N’ARRÊTE PAS ! Oui, oui, oui, OOOOOHHHH OUIIIIII !
Caroline ne cesse de crier sous la jouissance et son corps tremble de manière incontrôlée, et, je ne risque pas d’arrêter car je suis immobile et c’est elle qui se baise toute seule.
Alors que son orgasme s’apaise et que je crois qu’elle va se calmer, un autre orgasme la prend et sa chatte c’est contractée sur ma queue avec une telle f***e que ça d’éclanche ma montée de foutre dans ma bite qui se gonfle sous la pression.
Caroline malgré son orgasme détecte immédiatement ce changement dans mon sexe et crie ;
- Oh oui, donne-moi ton foutre ! Rempli ma chatte en feu ! Ooooohhhh, ma jouissance ne s’arrête pas ! Donnez-moi ton sperme !
Je n’ai pas besoin de bouger, c’est sa chatte, par ses contractions, qui pompe tout mon jus dans son vagin.
- Continu de me faire jouir, Mike, je suis en jouissance continu sur ta bite ! Oh mon Dieu, donne-moi tout !
A chaque giclée successive de mon sexe son corps tremble devant moi et ses muscles vaginaux m’enserrent de plus en plus fort et frénétiquement, elle martèle de nouveau son cul sur moi, et à chaque recul ;
- OUI ! OUI ! OUI ! OUI ! JOUIS ! JOUIS ! JOUIS ! JOUIS !
- Mes couilles sont littéralement essorées et sa chatte reprend ma bite immédiatement si elle a le malheur de sortir d’elle. Nos gémissements se mêlent ensemble jusqu'à ce qu’elle desserre ma bite de sa chatte sans pour autant la libérer.
- OOOOOhhhhhhh, C’est si bon, si bon, Mike, Tu baise si bien ! Mon dieu !
Et elle s’écroule à plat ventre de la bave coulant au bord de ses lèvres.
Je la suis dans son mouvement n’ayant, moi aussi, pas envie de quitter sa chatte brulante. Je la prends dans mes bras en m’écrasant sur elle. Ses gémissements sont doux et peu à peu je sens sa chatte libérer complètement ma queue et après un moment de douce plénitude je glisse en arrière et hors de sa chatte bien baisée, la faisant doucement gémir ;
- Oooohhhh, Noooonnn...
Je rampe vers le haut du lit et je tombe sur le dos en soufflant :
- Putain de merde ! Quelle baise ! Une vraie tigresse !
Nath rampe sur moi et je peux encore dire :
- nous avons réveillé un autre monstre, chérie ! Dieu nous protège !
Avant qu’elle n’enjambe mon corps et se laisse tomber sur ma queue qui n’a pas eu le temps de ramollir.
Nous gémissons tous deux de plaisir car une fois qu’elle à bien senti ma grosse bite au fond de son vagin bien humide, elle commence lentement à faire plaisir à sa chatte qui devait attendre ça avec impatience.
- je t'aime Mike, et moi aussi j'ai besoin de te sentir à l'intérieur de moi. Mais aujourd'hui, tu dois prendre soin de ma mère ! Elle ne sera pas en mesure de t’avoir au moins deux jours et probablement quatre jours, et ça pourrait la tuer de te sentir si près et de ne pas avoir ta bite dans sa chatte.
Elle pompe ma queue plusieurs fois avant de finir,
- Alors, baise là autant qu'elle veut, mon amour. Baise là pour moi et je me ratt****rai pendant ces 4 jours.
Quelques instants après que j'ai hoché la tête en signe d’approbation, Nath a éclaté dans un orgasme violent qui excite toutes les fibres nerveuses de son corps. Revenue de son plaisir, elle m'embrasse profondément avant de rouler hors de moi et de permettre à Caroline de prendre sa place. Apparemment rassasiée par ses orgasmes précédents, Caroline se déplace lentement sur moi, appréciant chaque sensation dans le frottement de nos deux sexes.
Elle n'a plus de spasmes frénétiques, au lieu de cela, elle et moi profitons lentement du plaisir que nos sexes surexcités nous procurent jusqu'à ce que nous soyons complètement, totalement, submergés par notre jouissance finale.
Par 3 fois cet après-midi-là, nous avons encore baisé ensemble et Caroline, complètement usée, épuisé est incapable de se déplacer pour avoir son dernier orgasme. Je l’ai déplacé pour la prendre dans la position du cavalier à la barre

Et très rapidement je l’ai achevée avant que Nath a prenne sa place et en moins de dix minutes, elle me vide complètement.
Ce n'est que lorsque je me suis dégagé de Nath que je remarque que Caroline est sortie de la chambre.
Quand Nath et moi sommes sortis de la salle de bain je suis tombé sur sa mère qui s’affaire à nettoyer les traces de nos ébats puis elle s’apprête à descendre pour préparer le souper. Nous l’avons tous deux regardé avec étonnement, car Caroline avait l'air radieuse et aussi énergique, que si il ne c’était rien passé !
Caroline me donne un baiser rapide avant de passer comme un éclair dans le couloir. Nath tire mon bras disant :
- Tu vois, je te l’ai dit que tu ferais du bien à ma mère ! Je ne me souviens pas qu’elle ait été aussi en forme ! Et Ecoute, elle est encore entrain de fredonner ! Je n’ai jamais vu ça depuis que je suis petite !
Nath me tire vers elle et m'embrasse passionnément avant de dire,
- je sais que la plupart des gens vont penser je suis complètement folle, mais te voir baiser ma mère si bien c’est le plus beau cadeau que je... nous, pourrons jamais lui donner ! Et à en juger par la nuit dernière, il semble que c’est aussi un bon cadeau pour mon papa qui en profite !
- Oui, mais il a été plutôt stupéfait ce matin. je ne sais pas si il soupçonne quelque chose ou non, mais il m'a dit deux fois de «continuer à faire quoi que ce soit que je fais" !
Alors comme j'ai sa bénédiction et la tienne, j'ai l'intention de continuer!
Apres avoir fait un peu de gymnastique suivi de quelques pompes et de retour à l'étage, Nath m'att**** et me pousse sur une chaise.
- maman et moi avons décidé quelque chose. Martine et Michel seront ici demain matin autour de 11:00. Nous savons toutes deux qu'elle a besoin de ta bite autant que nous. J'ai forcé les choses avec maman pour qu'elle soit rapidement comblée, mais nous ne voulons pas faire cela à Martine. Au lieu de cela, nous voulons voir combien de temps elle peut tenir, en étant près de toi, avant qu'elle te baise de son plein gré, quand elle ne pourra plus rés****r.
Je la regardais d'une manière interrogative mais Caroline qui n'était pas loin hocha la tête pour confirmer son accord.
- nous voulons que tu l'excite en tombant sur elle par inadvertance ou que tu te frotte contre elle par hasard. Tu dois lui faire croire que tu ne le fais pas exprès.
Nous pensons qu'elle ne tiendra pas longtemps, mais Maman pense qu'elle le fera quand Michel rentrera le lendemain de Noël. Papa dit qu'il sera toujours la maison et c'est une première, mais je suis certain qu'elle trouvera un moyen, même si Papa est là.

Elle réagira probablement juste en ta présence, mais nous pourrons accélérer les choses si nécessaire. Peux-tu faire cela pour nous ?
- Comment puis-je refuser quelque chose à deux belles femmes sexy comme vous ? Bien sûr je vais le faire. Mais que se passe-t-il si elle m'attaque à la table pendant le repas ?
- Très drôle, Mike, Je pense que si elle tente quoi que ce soit, ça se passera dans la cuisine. Mais, si nous voyons que ça arrive, maman et moi occuperont les gars ailleurs. Nous promettons que vous ne serez pas interrompu!
Leur plan est accepté et quand plus tard Paul rentre à la maison, Caroline immédiatement le sert dans ses bras avec un long baiser de langue, le laissant bouche bée.
- Qu'est ce que j'ai fait pour mériter un tel accueil aussi chaleureux?
- Oh, chéri, je t'aime tellement, et je veux juste te faire savoir combien je suis heureuse que tu sois là les quatre prochains jours !
La nuit fut une répétition de la précédente, nous avons baisé bruyamment les premier, puis les parents de Nath ont pris la suite comme des sauvages, puis nous, puis eux. Et comme ça jusqu'à ce que Paul n'a pas pu continuer après 3 jouissances très bruyantes. Nath m'a fait encore jouir 2 fois en me disant que c'était sa nuit.
Nath et moi sommes réveillés tôt et après avoir baisé gentiment et plutôt amoureusement, nous descendons prendre notre café
Paul descend les escaliers et s'affalant sur une chaise il nous dit:
- Heureusement que Caroline vous aime tous les deux, Mike, sinon je vous demanderais de quitter cette maison après cette nuit ! Au lieu de cela, je me demande… désolée Nath... Comment diable pouvez-vous continuer à baiser aussi longtemps ? Et ne me répondez pas cette réponse " la jeunesse Papa!"
- Bon, Alors je suppose que c'est juste un cadeau des dieux!
- Beau cadeau alors ! Tu es d'accord, Nath?
- Oooh, ça alors oui, papa, je suis complètement accro à sa bite! Répond-elle. Et je remonterais bien pour qu'il me prenne le cul ! À moins que ça ne te dérange pas si nous le faisons ici!
- NATH ! Ne parle pas comme ça!", a-t-il crié les yeux écarquillés de stupéfaction. Dans votre chambre à coucher c'est très bien. Mais s'il vous plaît essayez de réduire le volume!
- Mais papa, il me fait jouir comme une folle! Je n'arrive plus à me contrôler quand j'ai des orgasmes aussi forts. Mais spécialement pour toi, je vais essayer d'être un peu plus calme.


Chapitre 11 : Martine, ma future belle-sœur

Martine et Michel arrivèrent vers 11:30. Martine a salué avec enthousiasme ses parents et sa sœur tandis que Michel semblait mal à l'aise. Nath m'a présenté à lui et il m'a serré la main timidement, semblant mécontent d'être là.
Nath m'a présenté à sa sœur:
- et ce beau mec est mon fiancé Mike. Mike, c'est ma sœur Martine. Nath avait réussi à mettre sa sœur directement sous le GUI, alors j'ai pris sa main tendue et lui ai dit « Salut » avant de la tirer vers moi et de l'embrasser sur le bord des lèvres. Martine instantanément essai de s'écarter mais je la maintiens contre moi pendant quelques secondes, et ne la libère que lorsque j'ai senti le bout de sa langue commencer à s'enfoncer dans ma bouche.

Martine est énervée quand je la lâche, surtout si l'on considère ce qu'elle a commencé de faire, et je lui dis rapidement:
- Il faut faire attention, votre mère fait n'importe quoi sous ce Gui!
Quelques minutes plus tard en portant les valises de Martine j'ai chuté et Martine m'a rattrapé. Levant ma tête, nos bouches étant face à face, elle m'a donné un baiser et sa langue à rapidement pénétrer à l'intérieur de ma bouche pour s'enrouler autour de la mienne plusieurs fois avant qu'elle ne me lâche.
Au cours de la journée, je me suis vite rendu compte que le mariage de Martine et Michel n'était pas au beau fixe.
Peu de temps après 09:30 Paul a chuchoté quelque chose à Caroline, puis ils sont partis vers le haut, en disant" bonne nuit les enfants"
Nath m'a fait un clin d'œil et Martine la regarde toute étonnée.
- Que ce passe-t-il ici, on dirait deux adolescent amoureux
Nath en souriant répond:
- Oui, exact, Titine, ce n'est pas beau ça. Mais moi je dirais plutôt comme un chien et une chienne en chaleur!
- Arrête de m'appeler comme ça, tu sais bien que je n'aime pas ! Puis elle continue
- Ils n'ont jamais agi comme cela, Nath. Ce n'est pas normal…. ou est-ce que vous les avez drogué…ou c'est a cause de Mike?
-Allez, Titine, admet que c'est vraiment agréable de voir nos parents agissant comme des amoureux et pas comme des vieux mariés.
- Putain, je t'ai dis de ne pas m'appeler comme ça!
Et elle saute sur Nath et elles tombent sur le sol dans un combat de chatouilles.
Michel et moi nous les regardons s'agiter et se tortiller sur le sol pendant un instants avant d'entendre la voix de Caroline crier,
- Oh mon Dieu, Paul, baise moi plus fort ! C'est ça, oh ouiiiii, comme ça…c'est si bon ! Oh Dieu, tu me fais jouiiiirrrr ! Oooohhhh… Ouiiiii… plus vite, Paul, donnez-moi ton sperme ! Oh ouiiiii, vas-y… baise moi encore et remplis-moi
- Nath, est-ce que nos parents…?
Martine reste la bouche ouverte avant de continuer:
- Je n'ai jamais entendu un cri pendant leurs rapports sexuels, ils étaient toujours très calmes. Zut, je ne savais même pas quand ils le faisaient.
Et a ce moment là, la voix de Caroline retenti à nouveau quand un nouvel orgasme la fait vibrer et on peut aussi entendre les grognements et les gémissements de Paul qui doit jouir dans sa chatte.
Le silence revenu, Martine regarde Nath d'un air incrédule, puis en levant deux doigts elle ajoute;
- Et maman est venue deux fois ! DEUX FOIS ! Comment c'est possible? Je n'ai jamais entendu quoi que ce soit comme ça quand nous étions jeunes.
Michel, muet, son visage passe du rose et au rouge est évidemment très mal à l'aise. Nath leur assure que c'est bien vrai.
Quelques instants plus tard des cris de plaisir résonnent de nouveau dans la maison et Martine dit :
- je ne peux plus entendre ça. Je vais me coucher avec mes bouchons d'oreille ce soir!
Je regarde Michel et il me fait une sorte de coup d'œil avant de se lever.

Nous dirigeant tous les 4 vers l'escalier, Paul et Nath montent les marches et quand ils disparaissent dans le tournant je retiens Martine en lui demandant d'attendre une minute. Elle se tourne vers moi avec un regard exaspéré sur le visage, un regard qui disparait rapidement quand je lui roule un patin du diable.
Dans le couloir Nath et Paul se dirigent vers leurs chambres et en passant devant Martine pour rejoindre Nath, elle me retient et c'est elle qui m'embrasse et verrouille ses lèvres sur les miennes avec sa langue qui se noie dans ma bouche sans se préoccuper de la présence de Nath ou de son mari.
Elle ne s'arrête que lorsque Michel se gratte la gorge deux fois.
Nous nous souhaitons bonne nuit et Martine et Michel entre dans la l'ancienne chambre à coucher de Martine, qui était juste à côté de la notre. Nath me dit alors;
- Je crois bien qu'elle ne va pas rés****r longtemps. Elle a quatre ans de plus que moi et quand nous étions adolescentes, je savais toujours quand elle était en train de se masturber.
Je la regarde un peu surpris et elle continue,
- Ma sœur entre en transe quand elle jouit. Tous d'abord elle se raidi le corps quand elle approche de l'orgasme, et quand elle jouit …Eh bien, ses cuisses battent la cadence, claque l'une contre l'autre et elle gueule assez fort.
Nath réfléchie un moment avant de continuer.
- Puis, elle a commencé à faire venir des gars dans sa chambre et elle se faisait baiser pour trouver son étalon.
Nath ,tout en parlant, caressait ma bite et quand elle a en mains un bâton bien dur elle dit,
- Assez parler! Maintenant monte sur moi et baise moi! J'ai attendu ça depuis ce matin. D'ailleurs, maman vient de s'arrêter de crier, donc c'est mon tour!"

Nath a été beaucoup plus bruyante que d'habitude pendant la monté de son plaisir et au summum de son orgasme ses cris de joie non jamais été aussi forts.
Je pense que certains de ses cris étaient plus au profit de sa sœur que pour nous ou ses parents. Pendant une bonne heure Martine a du entendre les rounds successifs de ses parents et de sa sœur. Par contre nous n'avons jamais entendu un son provenant de la chambre de Martine.

Le matin de Noël, Nath et moi nous réveillons autour de 06:30, elle rampé rapidement sur moi en position 69 et nous avons tous deux travaillé nos sexes jusqu'à l'orgasme… en fait elle en a eu trois... avant d'aller en bas. Elle a mis son léger peignoir et j'ai juste enfilé un pyjama short. Caroline commençait tout juste à faire du café, alors je m’approche derrière elle et je lui fais un gros câlin par derrière en l’embrassant dans le cou. Caroline se tortille et me prie d'arrêter, mais au lieu de cela, je me presse contre son cul et je lui pelote les seins.
Dès qu'elle a mis le café en route elle dit :
- Oooh, tu es le diable en personne !
Et elle se retourne et s’agenouille devant moi, respire l’odeur de ma bite et commence à me sucer désespérément. Nath prépare 3 tasses à café et s’installe pour nous regarder.
Caroline a des compétences orales fantastiques et elle réussi rapidement à me faire éjaculer dans sa bouche pour avaler tout mon sperme. Quand elle est bien certaine qu'elle a obtenu toute ma crème matinale, elle se lèche ses lèvres puis embrasse le bout de ma bite avant de se relever en disant :
- Mike, ta crème est onctueuse et je souhaitais que tu commence bien cette journée de noël.
- Attention Caroline, je pourrais certainement m’habituer à que genre de baiser, c'était incroyable !
Et je l’embrasse pour déguster avec elle les saveurs de sa bouche écrémée.
A ce moment, j'entends Paul en haut des escaliers qui dit ;
- Le café est prêt ?
Caro baissant les yeux, elle me remonte vite fait mon short en disant :
- Cache-moi cette chose qui me donne des picotements dans ma chatte !
et elle avale un peu de café pour masquer l’odeur de sperme juste avant que Paul ne s'approche d’elle et l'embrassa durement sur la bouche. Quand ils arrêtent de s’embrasser, il lui dit bonjour et me regarde d’un air interrogateur. Puis il quitte ses pensées et nous dit « bonjours mes enfants ».
Nath m'a poussé sur une chaise à la table et chaque fois que son père ne la regarde pas elle tripote mon sexe pour le maintenir au trois quarts bandé.

Nath vient juste de remplir ma tasse de café que Martine entre dans la cuisine.
- Bonjours, ça a l’air d’aller... vous qui ne dormez pas quand vous allez lit ?
Chacun d'entre nous la saluons gaiement tout en ignorant sa remarque. Caroline lui verse une tasse de café et quand elle se retourne elle cogne de sa hanche Martine qui en position instable tombe sur moi.
Je la maintiens et elle m’embrasse pendant que ma main derrière sa tête intensifie la pression sur nos lèvres.
Peu avant, Nath avait enfoncé ma bite dure entre mes jambes pour la cacher et lorsque Martine c’est assise sur mes jambes face à moi ce n'était pas un problème. Cependant, elle n’arrête pas son baiser et bientôt ma bite s’échappe d’entre mes cuisses et vient frapper contre les lèvres de sa chatte. Les yeux de Martine ouvrent soudainement et elle regarde ce qui appui contre elle et hâtivement elle saute hors de moi en disant :
- Oh mon Dieu ! En évitant de regarder sa sœur.
Nath prend les choses en main et donne un gros câlin à sa sœur
- Bien le bonjour, sœurette ! Désolé si nous avons fait trop de bruit la nuit dernière. Mais...Mike est un sacré baiseur et je ne résiste pas !
Martine commence à rougir et Nath continue
- D’ailleurs tu as l’air d’apprécier ses baisers, hein, sœurette ?
Martine manque un peu d’air et très embarrassée dit :
- Hum, oui...il embrasse bien. Excusez-moi de mettre laissé aller comme je l'ai fait ! Je ne...Je ne sais pas ce qui m’a pris.
Tout en disant ça, Martine regarde mon entrejambe où ma bite est toujours fièrement à l'intérieur de mon short en faisant une immense toile de tente. Lentement, elle remonte à mes yeux et dit doucement,
- S'il vous plaît, pardonnez-moi, Mike.
Je lui prends sa main et lui fais une bise en disant :
- Je n’ai rien à te pardonner !
Elle nous regarde, Nath et moi plusieurs fois et je continue ;
- Cependant, ma réaction est aussi extrêmement inopportune, donc, s’il vous plaît, veuillez m’excuser de mon état.
La journée se passe sans incident par contre Martine c’est arrangée pour passer sous le Gui en même temps que moi en disant ;
- C’est la coutume, ici, on s’embrasse quand on est sous le Gui !
Et elle a aussi trouvé un grand nombre d'occasions pour frotter son corps contre le mien. Chaque fois que nous nous sommes séparés, elle semblait énervée et sa respiration devenait plus saccadée.

Dans l’après-midi, Martine entre dans le salon et s’assoie en face de nous.
- Nath, est-ce que tu vas enfin me dire ce qui arrive à maman ! Je ne l’ai jamais vu comme ça et je suis sur que tu y es pour quelque chose !
Nath regarde sa sœur pendant plusieurs minutes avant de dire ;
- peut-être que nous venons de trouver ce que nous recherchons depuis longtemps. Je sais très biens se que moi j’ai... et elle me donne un baiser mouillé avant de continuer ;
- Ou, peut-être que c'est seulement héréditaire !
Martine nous regarde en réfléchissant avant de dire ;
- Non, ce n’est pas possible, c'est tout simplement impossible !
Quand Caroline commence à mettre la table, le téléphone sonne, et elle répond avant de dire,
- Paul, c’est ton Patron ! Il t’appelle probablement pour te souhaiter un joyeux Noël !
Nath me chuchote, que chaque fois que le patron a appelé, son père a attrapé sa valise et il est parti hors de la ville.

Son père parle au téléphone moins qu’il n’écoute avant de dire avec f***e,
- Non ! C'est stupide, et c'est Noël ! Ils peuvent attendre jusqu'à demain. Il écoute encore une fois pendant quelques instants avant d’interrompre son patron,
- Pas du tout Tom, j'ai largement gagné le droit d’être chez moi à Noel ! Ne compte pas sur moi aujourd’hui ! Et quelques secondes plus tard ;
- si c'est comme ça que tu le prends je te souhaite bonne chance pour trouver un couillon disponible !
Paul raccroche bruyamment et dit
- Eh bien, je viens juste d’être viré !
Caroline crie et court vers lui.
- Ne t’inquiète pas chérie, il n’a personne qui connaisse aussi bien le système interne que moi !
Et il débranche le téléphone en disant :
- Voila ! On sera tranquille pour passer un agréable noël en famille.
Nous avons tous apprécié le repas délicieux que Caroline a préparé et puis nous avons ouvert tous les cadeaux. Une fois le dernier cadeau ouvert et le désordre nettoyé, Paul se dirige vers le téléphone et le remet en ligne.
Une minute après le téléphone sonne.
- Tiens, re-bonjour Tom… Tu plaisantes ou t'as vraiment l'intention de me réengager… Ecoute, si je reviens c'est avec une augmentation de mille Euros par mois, et je voyage moins pour avoir du temps pour bien former Eric et Josiane, qui pourront ainsi faire une partie de mon boulot à l'étranger.
Paul écoute son patron pendant plusieurs minutes avant de dire:
- OK, je serai à l'aéroport à 7 heures. Vous vous assurez que le jet de la compagnie est là ainsi qu’Éric et Josiane, et nous serons chez nos clients avant qu'ils ouvrent. Et tu me devras 2 jours de congé supplémentaire
Il raccroche le téléphone doucement puis se tournant vers Caroline il l'étreint en disant:
- Eh bien, Tom a réalisé qu'il a fait une connerie. Il me réembauche avec une promotion et augmente mon salaire en conséquence. Et en plus je serais plus à la maison!
Caroline crie de joie et saute dans ses bras, et j'entends Martine tranquillement demander à Nath:
- qui sont ces gens? ! Et où sont nos parents?
- Je suis heureuse de dire, qu'ils sont juste là devant nous! Répond Nath
Puis, Martine et Nath se disent des choses que je ne comprends pas.
Nous avons eu une agréable soirée, Martine est restée songeuse mais ça n'a pas duré très longtemps. Caroline et Paul sont allés au lit vers 8:30, Paul prétextant qu'il lui faut préparer sa valise.
La valise a dû être vite faite car peu de temps après être monté nous avons entendu les cris de Caroline qui demandait à être baisée plus fort et plus vite.
Nath a rigolé et moi avec. Michel semble contrarié et Martine semble plutôt envieuse et jalouse.
Dans la cuisine avec Martine, alors que Nath est avec Michel au salon, Martine a remarqué que Caroline a déplacé le Gui à nouveau et que je suis directement dessous. Rapidement, elle se place face à moi et m'embrasse sur les lèvres en gémissant doucement quand nos langues se réunissent et entament une danse lascive dans ma bouche.
Son baiser se poursuit et elle resserre son emprise autour de mes épaules et je sens sa chatte se frotter sur ma cuisse. Après deux ou trois minutes, elle réalise ce qu'elle est en train de faire et s'écartant de moi:
- Oh mon Dieu, je… Je suis désolé, Mike. Pendant un moment j'ai pensé que vous étiez Michel ! Pardonne-moi! Oh ce que va dire Nath?
Je la resserre contre moi en lui murmurant;
- Je n'ai toujours rien à vous pardonné, Martine. Et votre sœur vous aime plus que vous ne le pensez. Ce petit baiser que nous avons partagé ne la dérangera aucunement.
- Vrai? demande-t-elle incrédule, C'est si peu pour vous? Vous avez une curieuse façon de voir les relations de couple.
Avant que je puisse répondre elle continue de parler:
- Pas la peine de répondre, je connais la réponse! Vous jouez les couples libérés. Mais j'ai encore une question. Comment faite vous pour que Nath, euh… se déchaîne comme elle le fait et n'êtes vous jamais fatigué de …euh… vous comprenez?
Et ses joues rosisse a vu d'œil.
- Oh, oui je pense avoir compris. J'adore Nath et je fais tout ce qui peut lui faire du bien et la rendre heureuse. Et je suis en assez bonne forme, c'est assez rare que je sois trop fatigué pour continuer. De plus, même si je suis fatiguée, elle sait très bien me faire oublier ma fatigue et me remettre rapidement en forme! Mais pourquoi me demandez-vous ça, belle dame?
- Oh, je ne sais pas… ou… et bien… je suppose je suis tout simplement jalouse. Je ne pense pas qu'il me soit possible de crier comme elle l'a fait hier soir!
- Oh, il ne faut jamais jurer de rien! On ne sait jamais ce que la vie vous réserve. Pour ma part je suis encore surpris de ce qui m'est arrivé les cinq ou six derniers mois!
Puis je la plaque contre moi et je lui roule une galoche du tonnerre de dieu avant de la relâcher et qu'elle rejoigne Nath et Michel dans la salle familiale.
Cinq minutes ne se sont pas écoulées avant que Martine ne murmure à l'oreille de Michel et qu'ils se lèvent et montent se coucher après avoir marmonné leurs bonnes nuits.
Une fois dans la chambre de Nath, nous pouvons encore clairement entendre les cris de plaisir, provenant de la chambre des parents de Nath et les encouragements de Caroline pour que Paul la baise plus fort, suivie de ses soupirs de soulagement et ses gémissements de satisfaction quand il fait exactement qu'elle demande. De l'autre coté du mur, on entend facilement Martine supplier Michel de ne pas s'arrêter mais apparemment ce n'est pas ce qu'il fait car elle doit rester insatisfaite et je l'entends brièvement sangloter de tristesse.
Ensuite, Nath m'a grimpé dessus et j'ai oublié tout le monde dans la maison. Vaguement, j'ai entendu que les parents de Nath baisaient comme des lapins lubriques et quand ils se reposaient c'était notre tour.
Je suis réveillé, comme bien souvent, par Nath qui me fait une pipe fantastique et peu lui importe ce que je peux faire ou dire, elle n'arrête que lorsque je lui inondé sa bouche avec giclée de l'aube.
Une fois bien certaine de n'avoir rien perdu, elle saute du lit :
- allez, debout! Je veux dire au revoir à papa et Michel avant qu'ils partent.
Ses parents sont déjà habillés et prennent leur petit déjeuner, Michel est en train de charger sa voiture. Martine est assise à la table le regard dans le vague.
- Oh, Nath, tu es levée, déclare sa mère avec enthousiasme. Que dirais-tu de t'habiller et de nous accompagner, ton père et moi à l'aéroport. Martine n'est pas tres bien et je ne veux pas y aller toute seule. Mike peut rester ici pour tenir compagnie à Martine puisse que Michel part en même temps que nous. Et il arrivera peut être à lui remonter le moral, ajoute-elle en souriant. Nath lui rend son sourire et part s'habiller et se maquiller.
Après nous avoir quittés, (Caroline et Nath m'ayant toutes deux souhaité bonne chance) je demande à Martine,
- Alors, Martine, qu'est ce qui ne va pas ce matin ?
- Oh, je suis tellement fatigué ce matin. Je n'ai pas bien dormi la nuit dernière.
- Ohhh, c'est dommage, moi que j'ai dormi comme une pierre.
- Je me demandais quand vous alliez finalement vous décidé à dormir!
Je lui lance un coup d'œil innocent, et elle continue,
- Je ne sais pas comment vous faite et excusez mon langage, mais j'avais l'impression que Nath des faisait sauter par une équipe de football!
- Je ri franchement avant de répondre:
- Je prends ça comme un grand compliment ! Et arrêtez de vous excuser sans cesse. D'ailleurs je ne vous ai pas encore entendu dire un quelconque juron. Mais si vous voulez aller vous reposer, allez- y!
Martine regarde ses pieds avant de dire:
- C'est de votre faute aussi! Je vous entendais, je suis sure que Nath a jouie au moins 3 fois! Elle s'arrête et prend une profonde inspiration, puis;
- je me suis retrouvée tellement… tellement excitée que je n'arrivais pas à m'endormir. Je veux dire, que…chaque fois que je fermais mes yeux je vous visualisais sur ma sœur en train de … faire… et puis j'ai commencé à pleurer, et...et...

Je mets mon bras autour d'elle et elle appui sa tète sur mon torse.
- Ne vous inquiétez pas, Martine, je suis certain que ça finira par aller mieux pour vous et Michel. Il me semble être un gars beaucoup plus agréable que votre père m'a amené à le croire. Pourquoi n'allez-vous pas essayer de dormir pendant que je vais faire un peu d'exercices physique pendant un certain temps?
Elle réfléchie et décide d'essayer de dormir, dans l'espoir de se sentir mieux plus tard. Elle monte dans sa chambre et je me dirige vers la salle de sport au sous-sol. Je suis en train de faire mes abdos, mes pieds accrochés sous une barre, quand j'entends un fort bruit métallique et la barre supérieure de la planche abdominale vient me coincer les pieds fortement et je ne peux m'empêcher de gueuler!
Malheureusement, je suis incapable de me déplacer assez pour me libérer.
J'entends les pas de Martine sur les marches quand elle descend rapidement.
- Oh mon Dieu, que se passe-t-il ? Ça va ? Vous pouvez bouger ? Que puis-je faire?
Si je n'avais pas tellement mal, j'aurais ri de la façon dont ses questions sont sorties de sa bouche. Nous réussissons à sortir mes jambes de l'appareil et elle court chercher de la glace à poser dessus.

Elle place soigneusement les sacs de glace sur chacune de mes chevilles et me redemande si je vais bien. Je lui demande si elle peut masser délicatement chacune de mes jambes et elle le fait sans hésiter. Après quelques minutes je lui dis qu'elle peut arrêter.
- Êtes-vous sûr, Mike ? Y a-t-il autre chose que je peu faire pour vous? demande-telle tandis que ses mains sont restées sur mes mollets. Je la regarde et ensuite je pense que c'est le moment de profiter de la situation.
Je lui souri et dis:
- pour être honnête, vos mains sur mes jambes me font vraiment du bien et c'est tres agréable. Je n'ai plus mal du tout! Tenez-les, bien.
Je reprends lentement mes abdos sous son regard incrédule. Je ferme les yeux et mes mouvements avec mes mains contre mes jambes font lentement glisser mon short vers le bas de mon cul. Au moment où que je dis « 70 », la ceinture de la taille est sous mes fesses. Ma queue à demi bandée est tout juste caché par le haut du short. Et je sens que Martine respire un peu plus vite.
Quand je dis doucement « 90 » Martine halète vraiment et dit:
- euh, Mike, euh... Vous êtes... euh, oh mon!
Mon short a glissé plus bas et la moitié de ma bite est exposée à sa vue.
- T'inquiète, Martine, je suis bien!
Et les yeux entrouvert je la vois se tortiller.
- Tu m'aide vraiment et je vais bientôt arriver à 100 abdos. Ne me lâche pas maintenant. Tu me diras comment je peux te rembourser de ta gentillesse.
Je l'ai tutoyée volontairement pour être plus proche d'elle et en réglant mes mouvements, je modifie mon rythme de tel façon que mon short glisse complètement et quand je dis « et 100 » ma bite est complètement à l'air libre.
- OOooooooohhhhhh bonté divine! Halète-telle en perdant un peu son emprise sur mes jambes.

J'ai du mal à cacher mon amusement sur sa réaction en voyant ma virilité maintenant entièrement dressée. En gardant mes yeux fermés, je lui dit,
- s'il te plaît ne pas lâcher prise, Martine, je vais bientôt finir!
- Heuuu…il me semble que tu viens juste de te mettre en route! Balbutiât-elle. Mais prend ton temps.
Je note avec satisfaction le tutoiement et je reprends mes abdos. Arrivé à 130 j'entends Martine dire:
- Stop, Mike, j'ai besoin de te prendre mieux.
Je grogne un accord et je la sens se déplacer au-dessus de moi, prendre ma bite en main et s'empaler dessus rapidement en position inversée de cavalière. Je feins la surprise et elle cri,
- Mike… Oooh… Mike, pardonne-moi, mais je suis tellement excitée, et je t'ai entendu tellement faire jouir Nath que je ne peux plus rés****r ! Oh mon Dieu, tu as une bite si grande et si grosse que tu me remplis complètement! Je n'ai jamais ressenti cette plénitude! Oooohhhh que c'est bon! Putain qu'elle est grosse!
Puis elle commence des vas et viens sur ma bite dressée qui accepte avec joie ce nouveau vagin bien humide et chaud. Contrairement à sa sœur, plus étroite, mon pénis se sens parfaitement à l'aise dans sa chatte plus large et plus profonde.
Ses mouvements s'accélèrent comme si elle recherchait une nécessaire jouissance pour se libérer. Je me redresse pour lui att****r et lui caresser ses gros seins en lui disant:
- Doucement, Martine profite bien de ma queue, apprivoise là avec ton sexe, fait toi plaisir…ouiiiii comme ça…
Mais c'est trop fort pour elle et après quelques minutes ou elle essaie de maitriser le mouvement de son cul, son corps commence à trembler.
Je bloque son début de jouissance et lui dis:
- Martine, tourne autour de mon pieu. Je veux te voir quand tu auras ton orgasme.
Elle a commencé à soulever hors de ma bite, mais je la saisi par ses hanches et tire son dos en arrière.
- non, ne sort pas ma bite de ton sexe! Soulève-toi légèrement et tourne autour comme sur un pivot!
Lentement, elle fait comme je lui demande, puis elle repose ses mains sur ma poitrine pour recentrer sa chatte sur son pivot et se laisse tomber en arrière sur mon pieu. J'att**** ses gros seins lourds, je tire sur ses tétons et elle frissonne en réponse à cet étirement de ses chairs. Bientôt elle claque sa chatte sur la base de mon sexe et écrase son clitoris entre nous à chaque mouvement. Je me soulève en la prenant par la nuque et prends ses lèvres en cherchant sa langue qu'elle me donne volontiers. C'est à qui avalera la langue de l'autre, à tel point que nos baves mêlées s'écoulent a la commissure de nos lèvres. Puis j'aspire son mamelon gauche dans ma bouche et je mords son long téton dur.
- OOooooooohhhhhh…que c'est boooonnnnnn, Mike, Continuuueeee…
Cinq minutes s'écoulent ou nous profitons tous deux de se frottement de sexes excités qui se cherchent, se trouvent, se gonfle, se resserre pour mieux sentir ma queue, et elle redemande en criant presque:
- oh ouiiiii… oui Mike, c'est merveilleux! Qu'est ce que je te sens bien! Donnez-moi toute ta bite! J'y suis presque ! Oui, oui, Ooooohhhhh, ouiiiii, j'ai besoin de ta grosse queue ! OH...OH...OH mon Dieu… OUIIIIIIIIII ! AAAAAAHHHHHHHH…
Et son orgasme envahi de spasmes son corps qui se tend et se raidi sous ce plaisir à la limite de la douleur.
Elle se laisse tomber sur ma poitrine pour profiter des dernières contractions de son vagin sur ma pine au summum de sa raideur.
Enfin, elle soulève la tête et sourit en me disant:
- Oh Mike, c'est incroyable! J'ai cru un instant que tu allais entrer dans mon utérus au moment ou mon orgasme à éclaté! Merci pour ce plaisir que tu m'as donné. Mais je ne t'ai pas senti…tu as …
- Si tu veux dire, éjaculer et jouir c'est non.
Je vois son sourire disparaitre et avant qu'une parole sorte de sa bouche,
- Oooh, ne t'inquiète pas! J'étais aux anges! Mais je voulais tout d'abord que tu prennes un pied d'enfer, que tu libère ton corps de tes frustrations passées et que t'a sexualité exacerbée se libère.
Une larme perle au coin de son œil et elle commence à sangloter.
- Stop! On ne pleure pas dans ses moments là! Tu es une femme extrêmement désirable, et sexy au diable! Tes lèvres sont pleines, rouge et gonflées quand tu as envie de faire l'amour et j'ai envie de les mordre! Et ta chatte! C'est un puits de plaisirs ou l'on se noie volontiers dans ce jus bouillant. Et sans oublier qu'elle est parfaitement à la taille de ma grosse queue qui se languie de la prendre et de lui donner encore du plaisir. Je pense que nous devrions continuer de faire connaissance dans un endroit plus approprié, comme votre chambre!
- Continuer ? Mais...
- Assurément, nous devons continuer. En fait je ne crois pas que j'ai vraiment commencé. Pour ce premier round, c'est toi qui a tout fait!
Elle me regarde incrédule, et elle commence à se soulever pour se libérer de ma bite qui est toujours étroitement liée a sa chatte mais je la maintiens fermement.
- Ne bouge pas! Je suis en pleine forme après cet exercice matinal. Att**** mon cou et surtout ne quitte pas ma bite qui ne veux pas perdre une seconde cette merveilleuse chatte!
Avec un regard mi choqué mi surpris et craintif elle me laisse faire. Je me tourne pour m'assoir sur la table de sport et je me lève avec elle toujours bien empalée sur ma queue et mes mains sous ses fesses.
Je remonte l'escalier et lentement je la fais rebondir sur ma queue plus que nécessaire pour monter les marches.
Sur la sixième marche elle ferme les yeux et se serre plus fort contre moi, puis elle gémit à chaque nouvelle marche. Juste avant que je n'atteigne le palier elle cri:
- Oh mon Dieu, ça recommence…ça revient… Oooh mon Dieu j'y crois pas! Ouiiiii, c'est ça ! OOOUUUIIIIIIIII… PUTAIN, OUIIIIIII! AAAHHHHHHHH, OUIIIIIIIII…. ENCOOOOORE….AAAGGGRRREEEEEE!
- Oh Mike, je n'ai jamais joui comme ça avant ! Comment peux-tu ….. oh mon Dieu! Ooooohhhhh…ça continue….
En effet sa chatte continue de vibrer sur ma bite alors je prends tout mon temps pour me diriger vers les escaliers du 1er étage.
De mes mains j'accorde le mouvement de son cul à ma marche et je commence à monter vers sa chambre. Des gémissements de plaisir, modulés en fonction des pressions de ma bite s'échappent de ses lèvres. Elle halète et gémit désespérément quand je ressens de nouveau ses muscles vaginaux compresser ma queue.
Martine enfoui sa tête dans ma poitrine et elle a commence à pomper sauvagement pomper sa chatte sur mon sexe dur et gonflé. Ses ongles labourent mon dos quand j'arrive sur les dernières marches et qu'elle hurle;
- AAAAAAHHHHHH..HHHHHOUUUUUUU… OUIIIIIIIIIIIIII! Mon Dieuuuuuuuuu!
Et elle s'effondre sur moi pendant que je la retiens fermement et me dirige vers sa chambre.

Je l'assoie sur le bord du lit et elle pousse son dos en appuyant sur moi, mais je la suis en tenant ses jambes que je pose sur mes épaules.
Elle me regarde avec des yeux vitreux puis, réalisant sa posture, interrogatifs:
- c'est mon tour maintenant ! Et je ne m'arrêterais pas avant que tu me demande grâce sous tes cris de jouissance!
- Mais...J'AI...Je te jure que jamais ! Jamais! Je n'ai demandé grâce!
- Et bien ma belle, on va voir!
Je pousse ses cuisses vers elle en les écartant et je commence lentement à la baiser en donnant des longs coups, tirant vers l'arrière jusqu'à ce que mon gland soit au bord de ses lèvres déjà bien rouge, avant de lentement pousser entièrement ma grosse bite de nouveau au fond de sa chatte.
Martine ses yeux verrouillés sur nos sexes se mâche sa lèvre inférieure légèrement quand je frappe son utérus et que nos pubis sont collés l'un sur l'autre. Je reste un moment immobile puis je déplace mes hanches dans un mouvement giratoire, écrasant son clitoris entre nous alors que mon gland frotte le col de son utérus.
- Oh, Mike! Qu'est ce que c'est bon de te sentir dans mon corps, Mike, c'est incroyable la façon dont ta bite frotte mon vagin, je la sens partout! Oh s'il te plaît n'arrête pas! Donne-moi encore du plaisir.
Tu pense que je vais encore la faire jouir! J'adore tellement voir les femelles qui gueulent sous leur orgasme! C'est à ce moment là quelles sont les plus belles!
Je redonne des petits coups de reins en enfonçant mon phallus de quelques centimètres seulement puis, tenant ma bite d'une main je fais aller mon gland le long de sa fente rouge et dégoulinante de cyprine. Je folâtre sur son clito et je caresse sa raie des fesses du bout des doigts en accentuant ma pression progressivement, tant devant que derrière sur sa corole brune. Je constate avec plaisir que çà lui fait de l'effet car je sens de nouveau son vagin se contracter sur le bout de ma queue qui glisse doucement en elle.
Mon pouce gauche trouve son clitoris et je le frotte gentiment en continuant mes allers et retours dans sa merveilleuse chatte. ses contraction sont de plus en plus fortes et rapides. Elle commence à crier,
- Oh Mike, c'est si bon, je suis presque, Ouiiiii là ! Oh oui, c'est tellement...OH NON ! Vas-y prends moi fort et vite!
- Tu vas trop vite ma petite Martine. Je veux que tu apprécie vraiment d'avoir une belle queue qui te fouille la chatte. Pour moi, "tout va bien" j'ai tout mon temps pour jouir de ton corps!
Elle remue son cul pour se faire baiser plus vite mais je la maintiens à mon rythme.
Maintenant, en désespoir de cause, elle plaque sa main sur sa chatte et commence à se branler elle-même. Je tape sur sa main et la lui tire vicieusement loin de sa chatte.
- Ooooooh, nooonn, Mike dit-elle en pleurnichant de frustration.
Elle regarde ma bite s'agiter devant elle et en gémissant doucement, elle dit:
- Mike! Baise-moi fort! Plus fort…putain de salaud! Vas-y!
Je creuse ma main derrière mon oreille et lui demande:
- Quoi? Que dis-tu? Tu veux quelque chose?
Le visage grimaçant elle me crie;
- Putain! BAISE-MOI! J'en peu plus! Enfourne ta grosse bite à fond! Fais-moi mal! Mais baise-moi! BAISE-MOI, NON DE DIEU!
Instantanément, je lui enfonce mon pieu violemment à fond pour la faire gueuler et je commence à la marteler sans pitié à coups de queue bien dure.

Martine satisfaite commente en criant:
- Ouiiiii, c'est ça! AAaahhhh quelle est dure et longue ta bite! Putain t'es monté comme un âne mon salaud! Mais qu'est ce que je t'aime! Huuuummmm…Aaaahhhhh, la vache! Ça y est je vais jouiiiirrrr! Continue…continue…continue…
Ses jambes encerclent ma taille pour m'emprisonner profondément en elle et :
- Je jouiiiiiisssssssss! Ouiiiii! Je jouiiiiiisssssssss! AAAAHHHHhhhhh, ouiiiiiiiiii!
Son corps se tend comme un arc et elle hurle sa jouissance en me plaquant contre elle.
Son orgasme diminuant, elle essaye de reprendre sa respiration mais sa tête ne commande pas encore bien son corps car les muscles de sa chatte tremblent toujours autour de mon sexe.
- C'est bien Martine, c'est beaucoup mieux! Tu commence à jouir presque bien! Mais je pense que vous tu pourras faire encore mieux la prochaine fois !
Et immédiatement je lui repousse ses jambes et je tire son corps plus près du bord pour que ma bite pénètre fermement à l'intérieur de sa chatte maintenant grande ouverte pour accueillir mon engin. D'elle-même elle prend ses mollets pour les tirer de chaque coté de sa figure.
A ma première poussée dans son con, elle gémit,
- Oh mon Dieu, Mike, tu vas si loin que tu vas finir par me casser en deux ! Oooh, ta bite est si énorme... oh oui, j'ai besoin d'elle... oh Dieu, baise-moi encore, Ouiiiii, reprend ma putain de chatte! Je deviens nympho mais je m'en fou! Je veux ta bite! Ta belle et grosse bite!
- Tu veux de bite! Et bien tu vas en avoir!
Et je me remet à l'ouvrage et je la pilonne pendant au moins 3 minutes en ne tenant pas compte de ses gémissements ou de ses cris
Quelques instants plus tard, elle commence à sentir son orgasme arriver.
- Oh...Oh...Oh...Oh...Oh...Oh... Ouii! Ouii! Ouiiiii!
Quand je sens son orgasme éclater dans son vagin, j'att**** ses hanches et je me plaque violemment contre elle au moment ou son corps se tend.
- OH OUIIIIIIIII! JE JOUIIIIISSSSS! ENCORE…ET ENCORE… JE JOUIIIISSSSSSS! PUTAIN DE BIIIITE! AAAAAHHHHHHHHHHHH……….
Et elle s'écroule dans les vapes.
Lentement, elle récupère et me regardant elle dit faiblement,
- putain, t'es le dieu de la baise, Mike, je n'ai jamais été baisée comme ça avant ! Oh mon Dieu, Qu'est ce que tu m'as fais jouit! Mais je n'ai toujours pas senti ton foutre ! Comment peux-tu tenir aussi longtemps?
- Eh bien… j'ai très bon contrôle de ma bite. Je m'intéresse plus au plaisir de ma partenaire qu'au mien. Et pour tout t'avouer, Nath m'a fait une pipe d'enfer ce matin et vidé mes couilles au max!

Je ne sais ce qui passe dans sa tête quand je lui rappelle sa sœur Nath mais elle se met à crier;
- Oh mon Dieu, Nath ! Qu'ai-je fait ? Je viens de baiser comme une folle avec le fiancé de ma sœur ! Je suis une belle salope ! Oh mon Dieu, elle ne va jamais me pardonner!
- Eh bien, ma petite salope, qui vient de se faire baiser plusieurs fois, serait surprise par la réaction de sa sœur.
Et je la retourne pour la mettre à quatre patte et la reprendre en levrette.
Elle n'en revient pas avec quelle rapidité je la pistonne mais apprécie cette position comme sa mère.
- Maintenant c'est à moi et je n'arrête que lorsque ta chatte sera remplit de mon foutre!
- Mais... Ooooohhhhh….
- Et crois moi que tu vas le sentir mon sperme brulant!
- Mais... oh Dieu je te sens bieeeennnn! Si bien comme ça! Oh...Mike... tu ne...Arrête ! Je ne peux pas faire ça à Nath!
- Salope! Tu as eu ton compte toi! Au moins cinq orgasmes tonitruants grâce à ma bite ! Maintenant c'est mon tour de jouir!
En quelques secondes elle oublie Nath et me prie même de la baiser encore plus fort.

Cinq ou six minutes plus tard, mes couilles se préparent au feu d'artifice alors je glisse ma main droite autour de sa hanche et att**** son clito.
Immédiatement, Martine atteint un nouveau palier sur l'échelle de son plaisir en criant,
- Oh mon Dieu, ce n'est pas possible! Tu vas me faire jouir de nouveau ! Fait-le, Mike, fait-le ! Baise la sœur de ta fiancée et donne-moi toute ta semence! Plus fort, baise-moi plus fort ! Je veux ton sperme ! Donnez-le moi, donnez-le moi !
- OUIIIII! CA Y EST! TU ME DONNE TON SPERME! Que je sois damnée… mais putain… que c'est bon te sentir ton jus remplir ma chatte! Et je Jouiiiisssss sur ta bite! OH PUTAIIIIIINNNNNN!

Ma bite, enfoncée complètement en elle et comprimée par ses contractions de plaisir à effectivement explosée et je lâche tout mon foutre au fond de son vagin et dans son utérus.
- Ouiiiii, prend le mon foutre! Tu le voulais! Et bien tien! Prends-en encore!
Et je me vide complètement pendant que Martine avec sa chatte super serrée par son orgasme me pompe tout ce que je peux lui donner.
J'en ai presque mal aux couilles et sûr de n'avoir plus rien à juter je retire ma bite de sa chatte qui m'étrangle mais nous gémissons tous deux à la perte de l'intimité de nos sexes


Chapitre12 : Martine découvre d'autre plaisirs.

Je m'apprête à monter sur le lit pour me mettre prés d'elle quand Nath et Caroline entre dans la chambre.
- Eh bien, je suis heureuse de vous voir tous les deux faire bon usage du temps où l'on vous a laissé seuls! dit Nath avec un petit sourire.
Martine s'écarte de moi et essaye de se couvrir en sanglotant,
- Oh, Nath! Ma sœur, je suis désolée ! Mike c'est blessé et j'essayais juste de l'aider et...et… les choses…enfin…c’est devenu incontrôlable ! Oh Nath, s'il te plaît pardonne-moi, s'il te plaît!

Nath s'assoie puis se couche à côté de sa sœur. Elle caresse ma bite avec une main tandis que l'autre vient caresser et sentir la chatte de sa sœur.
- Il n'y a rien à pardonner, ma chère sœur. Ooooh, ta chatte est littéralement imbibée… (Elle écarte ses lèvres gonflées et rouges) non… remplie du sperme de Mike ! Viens jeter un coup d'œil, maman...
- MAMAN! Hurle Martine en regardant vers la porte où se trouve Caroline.
Nath avec une mimique d'appréciation:
- Viens voir elle est tellement pleine que ça déborde! Mike, combien de fois lui as-tu rempli sa chatte?
- Une seule fois.
- Tu vois, maman, je te l'avais bien dis qu'il ne fallait pas rentrer trop tôt! Maintenant toi et moi on doit repartir pour quelques heures!
Elle se penche vers moi et m'embrasse avec ferveur avant de passer à sa sœur et de l'embrasser avec tout autant d'ardeur.
- Maintenant, Martine, Amuses-toi au maximum et nous parlerons plus tard, cet après-midi, quand maman et moi serons rentrées.
Martine regarde incrédule sa sœur et demande;
- mon Dieu, Nath, Tu n'es pas en colère contre moi ? Je viens juste de me faire baiser et… plusieurs fois…par ton fiancé et tu ……
- Je sais très bien ce que tu as fait. Il est vraiment bon, non ? Et tu vois ma chère sœur… c'est précisément pour ça que je l'ai pris pour moi et que je tenais à te le présenter.
Martine lui jette un regard très perplexe et Nath a continué avec;
- J'étais sûre qu'aussi bien ma mère que ma sœur avait besoin d'être vraiment baisées pour de bon. N'ais-je pas eu raison… ma chère, maman ?
- MAMAN?
- ET oui…ma chérie! Et fait tout ce que tu peux pour profiter encore de ce merveilleux cadeau que la nature à donné à Mike. Et n'oublie surtout pas de sucer ce monstre de chair, c'est tout simplement délicieux!


- Ooh, beurk ! Maman ! C'est déjà assez dur pour moi de m'imaginer ce que toi et Mike avez fait, n'en rajoute pas! Et maintenant tu me suggère de lui sucer sa bite! Tu dois savoir combien je déteste faire cela ! C'est tout simplement trop dégueulasse pour moi!
Pour ma part, je me suis rapproché de Martine et doucement, sans demander la permission à qui que se soit, j'ai remis, par derrière, ma bite dans sa chatte alors qu'elle recevait des baisers de Nath et Caroline. Lentement, je m'enfonce dans son tunnel parfaitement aléser à ma taille et Martine fermant ses 0paupières se remet à gémir de plaisir.
- C'est ça, Mike, baise ma sœur comme elle n'est surement jamais été baisée avant. Fais la jouir jusqu'à ce que ses yeux soient bordés de reconnaissance et que ton foutre lui sorte par la bouche!
Et se dirigeant vers la porte;
- Chère sœur, fais le nécessaire pour apprécier mon cadeau au maximum ! C'est ma façon de te démontrer combien je t'aime ! Bye maintenant, amusez-vous bien tous les deux!
Dès que la porte c'est refermée, Martine crie;
- Alors, baise-moi encore!
Et après quelques instants de gémissements modulés, elle ouvre les yeux en disant;
- c'est…oooooohhhhhhhooooooo... vraiment dur à comprendre... Ohoooooooo... Comment ma sœur peux me donner à toi et...Oh Ouiiiiiiiiii... te dire de me baiser comme ça. Je ne peux pas comprendre...
- Martine, arrête de parler et profitons de cette journée au maximum. Nous aurons le temps plus tard pour parler de ça.
Elle s'échappe, grimpe sur moi pour aussitôt s'introduire ma bite dans sa chatte, enroulé ses bras autour de moi et gémit doucement en m'embrassant longuement.

Martine quitte ma bouche pour jouir légèrement cette fois et dire;
- Oh mon Dieu, mon futur beau-frère est un étalon! Un Dieu de la baise avec une bite fantastique ! Je suis toujours en jouissance sur cette magnifique queue! Baise-moi Mike, baises moi encore, n'arrête jamais et fais moi jouir sans arrêt!
Et c'est ce que nous avons fait pendant les deux prochaines heures ! Je ne sais pas combien de fois Martine à jouit sous mes coups de bite, mais je pense qu'elle a surement dépassé les dix orgasmes tonitruants, plus un nombre incalculable de petits points culminants. Chaque fois ses jambes étaient soit serrés autour de moi, ou haut au-dessus de sa tête. J'ai réussi à lui remplir trois nouvelle fois son réservoir a sperme de mon jus de lave blanche. On a revisité le Kâma-Sûtra au travers d'innombrables positions différentes pour finalement revenir à la position du missionnaire.
Voulant me retirer de sa chatte avec une idée en tête elle pleure de désespoir:
- Non! Remet là! Ses jambes autour de moi et me tirant entre ses cuisses ouvertes.
Mais j'ai guidé ma bite légèrement plus bas et elle n'a réussi qu'à la faire entré profondément dans son trou de cul retroussé et vierge.
- NON! PAS LÀ ! Je n'ai jamais fait ça, STOP ! Oh Dieu... Noooonnnnn!
Mais je reste bien empalé dans son trou du cul sans bouger.
- Oooohhhh, Mike! Qu'est ce que je la sens bien! Putain je n'ai jamais senti une bite par là! C'est bon, Mike! C'est…. Je ne … Oooohhhh, Ouiiiii! Elle est bien dans mon cul ! Je suis persuadée que t'aime ça! Hein, Mike! T'aime ça, enculer les filles! T'es un vrai salopard, mais j'aime tellement ta queue que je la veux partout dans mon corps. Alors baise mon cul! Dilate-le à mort! Fais-moi jouir par le cul! Salaud!

Son corps vibre sous mes coups de boutoir dans son cul. J'accélère mes mouvements dans cette porte arrière anciennement intacte. Ma bite était implacable, je lui défonce le fion à grands coups de pieu dur comme la pierre et je sens mes couilles qui se préparent encore une fois à lui injecter une bonne quantité de sperme.
Ayant fait jouir Martine si souvent que je peux sentir qu'elle s'approche d'un autre orgasme. Voulant m''assurer que celui-ci serait le BIG orgasme qu'elle n'oublierait jamais, je renf***e mes efforts encore plus et je tends bien ses jambes de chaque côté.
-Oh Dieu, Mike, je suis… je vais…Ouii, je le sens! Ta glorieuse bite va me… Ooooohhhhh…Ouiiiii…! Oh Dieu, oh oui, ça vient!
Et a cet instant, sphincter se resserre et écrase ma bite qu'elle s'enfonce elle-même au fond de ses entrailles et mon premier jet de sperme explose profondément dans trou du cul de merde, la faisant hurlée:
- AAAHHH, oui ! jouis dans mon cul! mon Dieu, je jouis comme une dingue! AAAAHHHHHHHHHHHHHHH, Mike! C'est fort! J'ai Maaaall! Mais continu! BAISE-MOI ! OH Dieu BAISE MOI OUIIIIII! ENCORE!
Ses jambes se raidissent et elle commence à taper sur le lit en faisant tellement rebondir son cul que j'ai du mal à la suivre pour maintenir ma bite dans son trou du cul pour finir de lui remplir de ma sauce!
Martine à un orgasme colossal! Je n'ai jamais vu une femme secouer son corps aussi violemment!
Moi je n'arrête pas de gicler dans son boyau et son orgasme toujours à son apogée ne faiblit pas. Mes hanches continuent à marteler son cul et mon pieu pénètre à fond dans son trou du cul a chaque poussée et ravive constamment son orgasme.
Elle saisi ma tête et tire mes lèvres sur les siennes et sa langue cherche la mienne pour un baiser profond tout en gémissant de plaisir.
Elle me relâche pour crier de nouveau:
- Oh mon Dieu, merde, oh Dieu, mon cul me brule! Oh Dieu, oh Dieu, OH Dieu oui ! OH OUI! OU! Je vais mourir! AAAAAAAAHHHHHHAAAAHHHHH!
Tout à coup ses mains tombent à côté d'elle et de son corps devient mou. Je m'arrête de l'enculer et ma bite entièrement à l'intérieur de son cul je lui dit,
- Martine, Çà vas? Martine….
Une larme roule sur ses joues, avant que ses yeux ne s'ouvrent et avec un faible sourire
- C'est…Dantesque! Fantastique! Incroyable! Merveilleux!
- J'étais inquiet, tu m'as semblé évanouie.
Elle enroule ses bras autour de moi et me serre contre elle avant de dire,
- Je me suis évanouie un court instant. Personne ne m'a baisé jamais comme ça ! J'ai jamais vibrée aussi fort, sauf peut-être lorsque je me branlais toute seule, mais ça durait qu'un très court instant. J'ai cherché partout un gars qui pourrait me faire jouir très fort sans jamais le trouver. Oh mon Dieu, j'aime ce que tu peux faire de moi et tirer de mon corps.
Je te remercie et Nath aussi pour cela ! J'oublierai jamais cette baise fantastique d'aujourd'hui!
Je lui souris avec un regard particulier.
- Quoi? Dit-elle
- Tu ne pense pas que l'on va en rester là!
- Tu veux dire que…! Comment peux-tu penser un seul instant que Nath, nous permettrait de baiser comme ça une fois de plus?
- Parce que je connais bien Nath ! Elle aime tellement sa sœur qu'elle veut que tu sois heureuse. Nath sait pertinemment que baiser avec moi est la meilleure chose qui peut t'arriver!
- Et toi…quand pense tu,
- Oh, ma chère future belle sœur! Moi je veux te baiser chaque fois qu'il me sera possible de le faire. Car quand tu as ma bite dans ta chatte, ou dans ton cul, tu te transforme en un volcan de plaisir et une baise avec toi c'est fantastique!
- Je ne suis pas encore près d'être aussi bon que toi, mais Merci pour les compliments ! Je n'ai jamais permis à n'importe quel mec de baiser mon cul, même mon mari! Mais ta bite se sent si bien à l'intérieur de mon cul, que tu dois me promettre de m'enculer à nouveau.
- Absolument ! Mais en ce moment je pense que nous avons besoin d'une douche.
Cela dit je me lève avec Martine toujours empalée sur ma bite. Je me dirige vers la salle de bain et ouvre l'eau tandis que Martine s'accroche fermement à moi. Lorsque la température de l'eau est bonne, j'entre dans la douche avec le trou du cul de Martine bien planté sur ma bite.
- Bonté divine! Quel sportif! Çà sert tes séances de gym! Tu à une f***e incroyable dans toutes les parties de ton corps! Une spécialement et je dois admettre que je pourrais m'habituer à transportée sur un axe aussi rigide comme ça ; C'est si intime et sexuel!
Doucement je la soulève et je libère son cul de ma bite. Elle grogne de tristesse devant ce sentiment de vide dans son corps. Je savonne mes mains et lave son corps tout entier, accordant une attention particulière à ses seins, sa chatte et son cul. Lorsque qu'une zone est nettoyée je l'embrasse légèrement avant de passer à l'autre. Puis je lui lave ses cheveux collés par sa transpiration et la rince avant de lui passer le jet de douche.
Mes lèvres parcourent toutes les surfaces de son admirable corps. Agenouillé, je presse les lèvres de sa chatte et doucement je commence à glisser ma langue le long de sa fente, forçant les petites lèvres pour pénétrer dans cet écrin soyeux.

- Oh Mike, Il y a si longtemps… personne ne m'a fait ça pour me...Ooooohhhhh... depuis mes 16 ans ! Oh Dieu, ta langue est chaude…ouiiiii elle me fait du bien!
Je fini par mordiller son clito tout dur, ce qui à pour effet de m'électriser les couilles et nous crions mutuellement:
- Ooooohhhhh, putain!
Martine frotte rapidement sa chatte contre mon visage et j'alterne entre le léchage de sa fente sur ses parois internes et l'attaque de son clitoris dur avec ma langue et mes dents.
Martine se cale dans un coin, alors je m'arrange pour lui soulever sa jambe gauche et la passe par-dessus mon épaule. Elle halète quand elle sent que cette position améliore l'accès de sa chatte.
- Ah, la vache, c'est boooonnnn ! Il faut que Michel se mette à me faire ça!
Je suce maintenant son clitoris tout en faisant tourner ma langue autour puis je titille le bout de son clito avec le bout de ma langue. Dans le même temps, je glisse ma main vers son sexe et enfonce mon pouce dans sa chatte tandis que 2 doigts glissent dans son trou du cul encore bien ouvert.
- OOOOHHHHHH, OUIIII! Prends mon cul et ma chatte.
- Alors, si c'est ton désir… allons-y!
Je ne résiste pas à l'envie de mettre mes 4 doigts dans son cul et, avec mon pouce dans sa chatte, je me mets à la baiser avec ma main.
Ce n'est que gémissements.et exclamations et enfin, ses hanches commencent à trembler violemment et je m'accroche à elle pour ne pas tomber.
- Vas-y! Baise mon cul! Ouiiiii! Ma chatte! Oooohhhh ma chatte! Ta langue! Putain! Nooonn, pas mon clito! Salaud! Ouuuhhhhh! Ouiiiii…je vais jouiirrrr… ne t'arrête surtout pas! Suce mon clito, suce mon clito! PLUS FORT! BAISE-MOI FORT AVEC TES DOIGTS ! Oh Dieu, je vais encore jouir!... oh mon Dieu, oh mon Dieu, çà- y- ai OOOOHHHHHH… je JOUIIIIIIIIIIISSSSSSSS!
Je ne peux la retenir et Martine s'écroule devant moi et son corps continu de trembler. C'est fou! Son corps entier est traversé par des spasmes quand elle jouis de la sorte et je dois la serre contre moi pour qu'elle ne se cogne pas contre la douche. Quelques instants plus tard elle dit doucement :
- Oh doux Jésus, personne ne m'a jamais fait jouir de la sorte et de cette façon ! Oh mon Dieu, c'est a chaque fois encore plus fort! Mike je ne saurais jamais te rendre ce que tu viens de me donner!
Je commence tout d'abord à retirer mon pouce et mes doigts restés coincés dans son intimité mais elle secoue vivement sa tête en disant:
- non, pas tout de suite, reste encore. Oh Dieu, je suis si sensible... supeeeeeree sensible!
Ses mains sur mon dos pour se soutenir elle commence à bouger son cul sur ma main en poussant des soupirs de bien-être.
Après environ une minute, elle me dit:
- bon, il faut que je me calme sinon je repars pour un nouvel orgasme et je ne sais pas si je peux le supporter! Tu peux me lâcher.
Elle se relève avec moi et mous nous embrassons amoureusement comme deux amants comblés et rassasié d'amour.
- Martine, je suis vraiment heureux te t'avoir fait plaisir et surtout jouir!
Rapidement, elle dit,
- Aimé ! Mon Dieu, Mike, je n'ai pas aimé! J'ai adoré! Une baise comme çà, avec des orgasmes à répétition je n'ai jamais connu çà! Oh merci, Merci, Merci!
- De rien, chère Martine ce fut un réel plaisir.
- Si seulement Michel pouvait aussi faire ça, ne serait- ce que le quart de ce que tu ma fait!
Ensuite, c'est elle qui prend le savon et commence à me laver de la tête aux pieds. Elle fini par ma bite et doucement, avec amour, elle la prend dans ses mains et l'inspecte soigneusement tout en commentant:
- Mike, ta bite est vraiment incroyable. J'ai couché avec plusieurs mecs qui avaient des grandes bites, mais aucun d'eux ne peuvent se mesurer avec la tienne! Et surtout me faire ce que tu m'as fais aujourd'hui ! Une fois, un gars avait une bite aussi longue que mon avant bras mais, maintenant, je sais qu'il ne savait pas s'en servir. Et elle était moins grosse que la tienne. Et à chaque fois c'est moi qui devais faire tout le travail. Chaque fois ! Mais toi, toi! tu as su me prendre et tu as libérer ma sexualité frustrée depuis des lustres.
Ses mains caressaient lentement ma queue qui bien sûr sous cette douce caresse reprenait de la vigueur.
elle commence à me donner des baisers sur mon corps, et à partir de mes lèvres et descend vers le bas. Puis, arriver en dessous de mon nombril elle se laisse tomber à genoux devant moi.
- Martine, que fais-tu?
- Chuuut…
Lentement ses lèvres s'approchent de la base de ma bite et je vois un frisson qui traverse son corps.
- Martine, tu n'as pas à faire cela. Je sais que tu n'aime pas çà, et aujourd'hui, tu dois ne faire que ce qui te fait plaisir.
Lentement, elle glisse le bout de sa langue le long de la partie inférieure de ma bite jusqu'à la pointe de mon gland décalotté.
- Jusqu'à aujourd'hui peut -être, dit-elle, Permet-moi de faire ça pour toi... pour ton plaisir. Je tiens moi aussi à te rendre très heureux! Et tu m'en à donné envie!
Et elle a glisse mon gland entre ses lèvres et avec une légère hésitation elle englobe et pousse ma bite dans sa bouche tout en frottant sa langue en dessous.
- Oh Martine!
Elle me regarde souriante et les yeux brillants puis lentement, sa tête s'enfonce vers l'avant jusqu'à ce que mon gland vienne cogner contre l'arrière de sa bouche. Martine balance sa tête avec ma bite au fond de sa bouche pendant quelques instants avant de la retirer en laissant sa langue serpenter le long de ma veine gonflée.
- Alors, ça te plait, tu aime? Je veux savoir si je fais ça correctement.
Puis elle me reprend dans sa bouche quand je lui réponds:
- Oh mon Dieu, Martine, vous faites çà merveilleusement! Çà me fait vachement du bien!
Et tenant la partie encore libre dans une main elle commence à me branler de sa bouche et de sa main. Pour ne pas aimer faire des fellations, elle se débrouille vraiment bien et fait un travail incroyable sur ma queue tendue, me faisant gémir et me tortiller devant elle.
Elle me suce avec application pendant plus de dix minutes et je sens que je ne vais tenir longtemps avant d'envoyer ma sauce. Elle à aussi senti quelque chose car;
- s'il te plait…ne jouis pas dans ma bouche. Averti moi que je la retire.
- Mais c'est le meilleur d'une pipe!
- Non, s'il et plait…pas dans ma bouche! Promet moi!
- Bon, Martine, je te préviendrais juste à temps. Mais c'est vraiment la meilleure partie d'une fellation et tu devrais essayer!
- Surement pas! A la première pipe que j'ai fait à la demande d'un mec, il à giclé dans ma bouche et c'était dégueulasse et vraiment mauvais ! En fait, depuis je n'ai jamais laissé un homme me cracher son sperme dans la bouche. Même avec mon mari, Michel. D'ailleurs je ne me rappelle pas l'avoir sucer!
- C'est peut-être la raison pourquoi il ne te bouffe pas la chatte non plus! Je vais lui donner des conseils.
Mais elle reprend ma queue qu'elle à pourtant l'air de bien aimer, car elle la suce comme une friandise, dont elle aurait été privée depuis longtemps.
Néanmoins elle tient fermement le bas de ma bite pour que je ne pénètre pas trop loin dans sa gorge. Elle n'aime peut-être pas encore le sperme mais je sais qu'elle à déjà eu quelques doses de pré sperme car je suis au bord de l'éjaculation.
Peu à peu c'est Martine qui me suce de plus en plus frénétiquement en gémissant et sa langue fait des merveilles autour de mon gland et autour de ma bite. De plus je m'enfonce plus loin car je sens par moment mon gland pénétrer dans son arrière gorge.
- Oh Martine, tu fais ça de mieux en mieux! Tu la sens ma grosse bite, hein! Tu vois que tu aimes çà! Coquine! Ouiiiii….lààààààààà…Oooohhhh, j'y suis presque, oh Dieu je vais……Martine, STOP ! Je vais!
Mes mains tentent de la repousser mais elle enroule ses bras autour de mon cul et tient serré contre elle pendant que sa bouche intensifie ses sucions.
- Ooooooh, Martine ! Arrête ! Martine! Tu vas me faire jouir! Non! Arrête!
Martine me regarde et ses yeux verrouillés sur les miens elle enfonce sa bouche sur ma queue le plus loin qu'elle peut!
- Oh merde, je vais jouiiiirrrr!
Et un flot de foutre sort de ma bite en feu et rempli sa bouche bien fermée sur mon pénis.
Je regarde avec effroi ses joues se gonfler comme une baudruche avant évidement d'avaler cette première giclée. Puis ses joues se regonflent et pour cette deuxième charge elle la garde un moment avant de la faire descendre dans sa gorge.
Quand mon dernier jet, nettement plus réduit que les précédents, vole dans sa bouche, Martine utilise sa langue pour la faire tourner plusieurs fois autour de ma bite avant d'avaler mon sperme. Elle continue de sucer délicatement ma bite en s'attardant longuement sur mon gland avant de la lâcher et de s'écarter de moi.
- Oh mon Dieu, Martine, je suis désolé ! J'ai essayé de t'avertir, mais je crois bien que c'était trop tard!
- C'est bon, Mike, j'ai aimé ton pré-sperme et alors j'ai décidé de te surprendre. Et pour tout t'avouer je ne voulais quitter ta bite pour rien au monde!
Elle embrasse le bout de ma bite puis dit:
- Mike, j'ai aimé quand ta queue à tressauter dans ma gorge! J'ai eu une sensation de puissance. Tu m'appartenais! C'est moi qui te prenais et je devais le faire! Te faire jouir et surtout te sentir jouir! Et maman à raison! Ta crème est bonne. Je n'aurais jamais cru dire çà un jour, mais j'ai presque jouis quand j'ai senti ton premier jet frapper ma gorge puis remplir ma bouche. Putain! Tu crache une telle quantité que j'ai failli étouffer.
- Dis Mike, je ne sais pas comment maman te suce mais est-ce que j'ai fait comme elle?
- Eh bien, pas tout à fait comme toi, tu fais.
- Que veux-tu dire?
- Elle me fait une gorge profonde. Elle avale mon sexe entièrement et mon gland étant dans sa gorge, mes premiers jets vont directement dans son estomac, puis elle se retire en arrière pour garder les derniers jets de sperme et elle les déguste avant de les avaler.
- C'n'est pas possible! Elle t'avale entièrement! Maman te fais des gorges profondes avec ton monstre!
- Ouais, Nath aussi.
- Oh mon Dieu. elle halète en essayant de bien saisir l'ampleur de ma déclaration.
- Ma petite sœur peut prendre ta bite en entier dans sa gorge?
Encore une fois je hoche la tête.
- C'n'est pas possible mais je veux quand même essayer! Arrière- gorge
Elle me reprend en bouche et je sens mon gland passer les amygdales et presque pénétrer dans sa gorge.
Elle se retire et;
- c'est tout simplement incroyable! Je crois qu'avec de l'entrainement je pourais aussi le faire! Ça alors! C'est ma journée découverte!
Je lui suggère d'aller nous sécher, ce qu'elle accepte, mais regardant ma bite de nouveau raide par sa dernière mise en bouche:
- Non, tu peux encore…dit-elle en caressant mon sexe
- Absolument!
Avec un cri de joie, elle saute dans mes bras, s'accroche à mes épaules et enroule ses jambes autour de ma taille. Je rie doucement et je me dirige vers le couloir. Ma bite, relevant le défi trouve facilement un tunnel à combler et elle s'enfonce toute droite dans sa chatte. Au moment où que je m'apprête à la déposer sur le lit c'est elle qui est la plus rapide et elle se retrouve sur moi.
Je me couche sur le dos et j'admire cette femme extrêmement sensuelle empalée sur mon pieu et qui commence à se baiser.
Martine se fait jouir une nouvelle fois et nous sommes restés au lit à nous embrasser et nous caresser comme deux amants qui se découvrent pour la première fois.
Notre rythme a ralenti considérablement car on ne baisait plus, au lieu de cela, nous avons fait avec passion l'amour à l'un et à l'autre.

En dépit de notre rythme beaucoup plus lent, Martine a eu d'autres orgasmes d'intensité variable et je lui ai encore rempli sa chatte et son cul de mon sperme chaud.
En descendant nous restaurer, elle est déçue que je ne la porte pas à cheval sur ma bite car elle m'avoue qu'elle a particulièrement aimé çà!
Terminant un bon déjeuner Martine me regarde et dit:
- maintenant il est temps de prendre le désert!
Puis elle a glisse de sa chaise et prend ma bite molle dans sa bouche que ses nouveaux talents oraux permettent de la ramener à la vie.


Chapitre 13: Épilogue

Martine est en train de faire un remarquable travail de succion sur ma queue quand Nath et Caroline entre dans la chambre et Caroline dit,
- Beurkk! Je cru entendre, il y a pas longtemps, que les fellations c'était dégueulasse!
Martine, surprise, relève la tête mais ne lâche pas ma bite pour autant. Nath rigole franchement avant que sa mère ne continue;
- Martine, je suis vraiment heureuse que tu as suivi mon conseil au sujet de cette merveilleuse bite à sucer.
Martine hoche simplement la tête sans perdre un cm de ma bite dans sa bouche, sa langue faisant des miracles sur ma queue sensible.
Caroline s'agenouille à côté de sa fille et la regarde pratiquer sa fellation pendant plusieurs secondes avant de Martine ne retire ma bite de sa bouche et la tend a sa mère. Sans hésitation, Caroline me prend dans sa bouche et elle enfonce la totalité de ma longue queue complètement mettant son nez dans mes poils pubiens.
- Mon Dieu! Dit Martine haletante. Putain…Maman! C'est fantastique! Putain que c'est beau! Et maintenant je sais ce que tu dois ressentir.
- Maman, dit Nath, Ma sœur si prude vient de dire «putain », et elle l'a dit deux fois dans un souffle! Je crois qu'elle se dévergonde et devient aussi un peu salope comme les autres femmes de la famille.
Quand Caroline retire ses lèvres de ma bite luisante, Martine l'avale rapidement et se l'enfonce aussi loin que sa mère.
Puis Martine se tourne vers sa sœur:
- Petite sœur, je suis certaine que tu as envie de cette monstrueuse chose…cette merveille…la bite de ton fiancé!
- Sans un mot, Nath se glisse à côté de Martine et elle me prend le sexe en bouche en passant sa langue autour et plus particulièrement sur mon gland gonflé et rougeâtre qu'elle apprécie particulièrement.
Elle regarde Martine dans les yeux et lentement enfonce mon pénis dans sa bouche et l'avale entièrement.
- Mon Dieu, Nath ! Comment… toi aussi tu lui bouffe complètement sa monstrueuse bite! Putain de merde! Comme maman!C'est vraiment de famille!
Et pendant que Martine s'exclamait, Nath, non seulement avait fait disparaitre entièrement ma queue mais en plus elle att**** mes couilles et la base de mon sexe et elle tire dessus pour gagner encore 2ou 3 cm.
- Nath, arrête! Tu vas te blesser! Cri Martine
Enfin, Nath retire ma queue de sa bouche et dit à sa sœur.
- A ton tour, sœurette, et ne t'inquiète pas, la merveilleux bite de mon mec ne blessera jamais quelqu'un. Nous avons seulement une chance incroyable de l'avoir pour nous.
Martine suce ma bite un moment avant de la repasser à Nath et de répondre;
- vous êtes tous deux très chanceux de vous être rencontrés!
Nath me laisse glisser de sa bouche et Martine m'aspire rapidement vers l'arrière de sa bouche tandis que Nath dit,
- Ce n'est pas tout à fait ce que je veux dire. Mais, oui, je pense que Mike est plutôt chanceux, parce que quand je dis "nous" c'est toi, maman et moi!
Martine manque de s'étouffer et Nath continue,
- J'ai l'intention de partager mon homme avec les deux femmes que j'aime le plus, pour autant que vous le vouliez ! Et je suppose que vous aller être d'accord et certainement l'utiliser de nouveau! N'est ce pas Maman!
Caroline regarda sa fille aînée, sucer ma bite et dit :
- Martine, tu fais ça surement très bien pour certains qui ne le méritent pas. Maintenant, il te faut pratiquer les gorges profondes pour Mike et tu atteindras le nirvana sexuel!
Martine la regarde un peu terrifiée à l'idée d'essayer, donc Caroline continue,
- je sais que ce ne sera pas si difficile pour toi. De plus, tu ne connais pas cette sensation quand son putain de gland glisse dans ta gorge et ensuite tu le sens gonfler encore plus avant qu'il commence à battre à l'intérieur de ta gorge et tire son foutre profondément en toi.
- Oooh, merde, rien que d'en parler, ça m'excite! De plus, si tu es comme moi, ce que je pense, tu voudras le faire Michel, tout comme je le fais maintenant avec Paul!
Nath regarda sa mère et demande:
- Tu suce vraiment papa?
- Je le fais maintenant. Avant que tu m'offre le plus beau des cadeaux, je me serais tué moi-même plutôt que de lui donner une fellation ! Heureusement il ne m'a jamais forcé. Mais il est un mari heureux et surpris par les dernières nuits!
- Vraiment! Je dis, jusqu'à quel point tu l'as surpris, Caroline?
- Eh bien, vous savez dans ces moments « calmes » quand vous deux vous baisez comme de animaux en chaleur?
Nath et moi hochons la tête tandis que Martine partage son attention entre ma bite dans sa bouche et sa mère.
- Nous ne faisions pas juste que de vous écouter. Soit je lui sucais sa bite pour la conserver bien dure et parfois quand votre accouplement durait assez longtemps on se bouffait le sexe l'un et l'autre. Ton père est devenu un mangeur de chatte!
- Martine est tellement surprise par les déclarations de sa mère, qu'elle s'enfonce, sans vraiment le vouloir, ma bite jusqu'à la racine. Les yeux exorbités, en état de choc, elle se retrouve le nez dans mon fouillis de poils. Je mets ma main sur l'arrière de sa tête pour l'empêcher de se retirer en arrière, mais elle n'a pas essayé. Ses yeux se tournent vers sa mère et lentement elle oscille de la tête, déglutie, et s'arrache de ma bite pour prendre un grand bol d'air.
- Ouah, putain, t'as raison Maman! Mon Dieu, la bite de Mike, c'est génial dans ma gorge, je ne l'aurais jamais cru ! Oh Dieu, Mike, je vais te faire jouir! Tu vas jouir pour moi! S'il te plait, jouis dans gorge!
Elle reprend ma bite en bouche et descend lentement sa tête vers le bas. Je sens mon gland glisser sur sa langue, passer les amygdales et pénétrer dans sa gorge. Avec ces 3 femmes qui n'arrête pas d'exciter mon gland je sens bien que je ne vais pas tenir le coup et que Martine ne va pas attendre trop longtemps pour être satisfaite. Mais je résiste aussi longtemps que possible. Elle a vraiment compris, aujourd'hui, comment utiliser sa bouche, ses lèvres et sa langue sur une queue.
Elle travaille parfaitement mon pénis qui commence à gonflé dangereusement et je prends sa tete en main et c'est moi maintenant qui baise sa bouche à ma convenance.
- Ooooooh… Martine, je suis presque ! Quelle pipe! AAAAAAHHHHHH, merde, Putain de femmes ! Ma salope, tu vas me faire jouir! OUIIIIIIII! AAAAAGGGRRRREEEEEE….
Martine, ses yeux verrouillée sur les miens, reçoit ma première salve profondément dans sa gorge. Ses yeux restent fixés sur moi quand les jets de sperme, l'un après l'autre, vont directement dans son estomac avant qu'elle ne tire sa tête en arrière et garde les dernières giclées dans sa bouche, pour les faire rouler sur ses papilles et bien en apprécier la saveur pour enfin d'avaler cette crème chaude et délicieuse.
Avec un grand sourire, Martine s'exclame:
- Ouais! Oh mon Dieu, je l'ai fait ! Comme Maman! Oh Mike, j'aime ta bite ! Nath, j'aime la bite de ton fiancé! C'est complètement immoral mais je m'en fou!
Elle att**** Nath et lui donne un baiser dès plus passionné avant de reprendre ma bite encore frémissante dans sa bouche.
Elle est devenue hystérique! Une nouvelle accro à ma bite, comme les autres femmes de sa famille. Si je ne l'arrête pas elle va finir par me la bouffer réellement!
- Martine… j'ai l'impression que tu veux encore quelques giclées de sperme.
- Tu peux encore m'en donner?
- Surement. Mais comme tu m'as déjà bien drainé ma bite il faudra un certain temps. Je pense que tes mâchoires vont te faire mal.

Elle mâchouille ma queue puis la suce avec ses lèvres bien serrées autour en prenant soins de bien la prendre entièrement. Lentement, très lentement, elle se retire en arrière mais sa langue serpente sauvagement sur le dessous et les cotés de ma bite.
Juste avant qu'elle retire complètement ma bite de sa bouche elle fait tourbillonner sa langue rapidement autour de mon gland me faisant vaciller vers un plaisir extrême. Enfin, elle pose un baiser d'adieu sur le bout de ma bite et s’assoie sur ses pieds avec un regard triomphant sur son visage.

- Oh maman, C'est vraiment incroyable et tellement bon ! J'ai adoré quand j'ai senti la bite de Mike gonfler et tressauter dans ma gorge et puis...OH mon Dieu... lorsqu'il a éjaculé…mon Dieu, j'ai failli jouir quand sa bite à éclaté et expulsé son foutre profondément dans ma gorge! Sainte Nathalie, tu es bénie des dieu de l'amour!
Martine lui donne un rapide baisé et lui demande:
- Comment as-tu trouvé un mec si fantastique?
- Je vais aller chercher des photos et tout t'expliquer.
Nath est revenue avec les photos de famille puis raconte, avec l'aide de Caroline et moi, comment elle à découvert nos relation familiales et comment nous nous sommes rencontrés.
Martine assise la regarde étonné e par ses révélations
- Tu me dis que Mike est vaguement lié à nous? Et qu'il est notre « étalon », notre " Monsieur Pénis"?. Comment peux tu être sur que…
- Eh bien, quand j'ai rencontré Mike, j'ai su immédiatement qu'il y avait quelque chose de différent chez lui par rapport à tous les autres hommes que j'ai pu rencontrer. Je me suis immédiatement sentie attirée à lui. Je n'ai jamais senti ça auparavant. Maman elle l'a remarqué aussi, juste après que nous sommes arrivés ici, et tout comme toi quand tu es arrivée avec Michel. Je pouvais le voir sur vos visages et vous n'essayiez même pas de le cacher!
- Et cette expression je l'ai vu aussi sur le visage de sa sœur, ma colocataire!
D'un regard amusé, je regarde l'impact des déclarations de Nath sur sa mère et sa sœur commence à haleter.
- Et oui! Toutes deux, il faut que vous compreniez bien notre relation.
Avant que je réalise que Mike est mon… notre…étalon, il avait déjà été découvert par Janine, sa tante, sa cousine Marilyn, sa mère Marie et sa sœur Elodie!
De nouveau Martine s'écria,
- Putain de merde! Tu viens de dire que Mike a baisé déjà toute sa famille ! Et tu es d'accord avec ça!?
- Complètement, ma chère sœur!
- Mais... c'est... c'est de l'i****te ! Doux Jésus, Nath, comment peux-tu accepter une pareille chose!
- Martine, avant de te répondre, répond à la mienne; Maintenant que tu sais que Mike n'est pas l'étalon juste pour nous mais de SIX Femmes en plus de toi, est ce que cela va t'empêcher de le sucer ou de te faire baiser par lui?
Martine ne répond pas immédiatement, mais finalement elle secoua la tête et dit doucement,
- Aucunement petite sœur! Rien ne pourrait m'en empêcher!
- Eh bien, moi aussi! J'aime vraiment cet homme et je veux l'épouser ! Nous avons eu le temps de parler intimement de toutes sortes de choses, et c'est l'homme de mes rêves dans tous les sens ! De plus, je sais qu'il ne fera jamais de mal à l'une d'entre nous car il sait quelle importance il a pour les femmes dans notre arbre généalogique, et heureusement, il est prêt à nous aider à satisfaire nos besoins sexuels. Donc, comme on dit souvent, il n'y a pas de honte à se faire du bien ou à être mal à l'aise quand il comblera de joie une des femmes de notre famille.
- Mais merde, Nath, comment pourra-t-il gérer... euh... beaucoup de femmes à la fois, et en plus avec nos besoins?
Demande Martine et Caroline hocha la tête pour confirmer sa question.
- Vous savez, nous allons laisser cette question là sans réponse pendant environ trois ou quatre jours. Si vous avez encore besoin d'une réponse je vous en donnerai une.
- Bon, je peux attendre.
- En parlant d'attente, déclaré Caroline, çà fait trop longtemps que je n'ai pas senti la belle et grosse queue de Mike ! Mais je ne suis pas toute seule! Martine…tu as terminé avec lui?
- Oui, Maman. Ma chatte a été tellement baisée par cette énorme bite qu'elle ne peut plus se refermer! Peut-être que plus tard je vais avoir une montée de température dans mon bas ventre mais pour l'instant je te le laisse si Nath est d'accord.
- Sœurette, mon seul désir est de vous voir heureuses et complètement satisfaites sexuellement. je sais que mon mec peut parfaitement vous satisfaire! Alors profitez de sa présence ici avant que je ne vous l'enlève.
Caroline me prend ma main et m'entraine vers sa chambre pendant que Nath et Martine rigolent et tire des plans sur leur avenir.
Caroline n'a pas été trop possessive avec moi et elle c'est limitée à une seule giclée de sperme après ses 2 jouissances avant que je ne la baise de nouveau dans sa chatte pleine de jus bien chaud pour la faire gueuler de plaisir une nouvelle fois.
Paul a du prolonger son déplacement et il ne rentrera que dans neuf jours. Il a surprit Caroline en lui téléphonant tous les soirs pendant au moins trente minutes chaque fois. Quand il est rentré il est aussi étonné de l'accueil tres chaleureux de son épouse et de ses deux filles qui semble parfaitement heureuses.

Encore une fois, après une nuit particulièrement sauvage avec Caroline il m'a dit,
- Je ne te le dirais plus à l'avenir, mais il faut que tu comprennes ce que je ressens. Je ne sais pas ce que tu as fait ici, ou comment tu t'y es pris, et je ne veux pas le savoir, mais surtout ne t'arrête pas! Ma femme s'est transformée en la plus sensuelle des femmes qu'un homme peut rêver et je peux te dire que plus jamais j'irais voir ailleurs! Elle m'a fait découvrir des truc que je ne soupçonnaient même pas et atteindre des sommet de jouissance inconnus pour moi jusqu'à présent! Alors ne t'arrête pas, fait tout ce que tu veux avec mes femmes pour quelles restent heureuses.
Je n'ai jamais vu Martine aussi heureuse et elle me parait deux fois plus belle qu'avant t'a venu! Michel m'a appelé pour savoir ce qui avait bien pu arriver à sa femme ! Il était exalté et n'arrêtait pas de me faire des louanges sur Martine ! De plus, il m'a même avoué qu'il découvrait en amour une nouvelle femme et qu'en fait il ne connaissait pas grand chose sur le sexe et ses possibilités.
J'ai néanmoins quelques soupçons sur les raisons de ces changements mais comme je t'ai dis je ne veux rien savoir!
De toute façon, ta présence ici a eu un effet incroyable et bénéfique sur les femmes dans ma vie!
Il me prend ma main et la secoue vigoureusement,
- je te remercie et j'ai hâte de vous marier avec ma petite fille et rejoindre ainsi notre belle famille!
*******************

Voila vous connaissez toute l'histoire de ma famille.
Maintenant j'ai plus de 40 ans, marié avec trois belles filles (18, 17 et 15 ans) et la meilleure femme qu'un homme peut espérer, Nath. Nath est toujours aussi heureuse et se réjouit de voir ses filles grandir mais comme toute mère appréhende l'instant ou elles quitteront le foyer familiale.
Elodie vit deux maisons plus loin et nous avons deux filles jumelles de 16 ans. Marilyn, veuve il y peut de temps, vit trois maisons encore plus loin et nous avons un fils de 14 ans et une fille de 17 ans.

Martine et Michel vivent environ à une heure de route et s'aiment toujours autant. Leur famille se compose de leur fils de 19 ans et de trois filles (18, 15 et 13) Une ou trois de moi? Je ne le sais mais au moins deux ressemble au mienne mais comme ma femme est sa sœur…
La famille de Nath et Martine vit maintenant à moins d'une heure de route et Caroline vient nous rendre visite au moins deux fois par semaine. Janine n'a jamais a quitté la maison de maman et elle est devenue une experte sur internet et gagne beaucoup d'argent

Mon « harem », comme je les appelle, a élaboré un calendrier où je peux faire l'amour à l'une ou l'autre d'entre elle chaque jour de la semaine. Nath n'a jamais demandé plus de sexe que le calendrier lui accorde et elle est toujours aussi heureuse quand elle entend les cris de bonheur venant les autres femmes de notre famille.
Chaque année pour mon anniversaire mon harem se rassemble et passe la journée a faire du cheval sur ma queue, avec leur chatte ou leur trou du cul, et à sucer ma bite à plusieurs jusqu'à me faire hurler comme un loup dans la forêt.
Nath m'a récemment avouée avec enthousiasme que notre fille aînée, Rose, (nommée ainsi comme la vieille femme sur la photo qui nous relie ensemble) a des comportements « étrange » quand elle est près de moi et qu'elle pose beaucoup de question sur ce mystérieux étalon !
AAaahhhh non! Ça ne va pas continuer!
*******************************
D'après un texte original en anglais de dezurtdawg et très librement traduit et adapté par
72% (6/2)
 
Categories: AnalGroup SexTaboo
Posted by phantome19
1 year ago    Views: 2,545
Comments (2)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
3 months ago
c'est chaud !
1 year ago
une fin sublime !! Quelle histoire de famille dis donc !! Si on relient tout les chapitres entre eux ça devrait faire un jolie bouquin non ?