Marylou, mon amour de nièce. Ch.1

Chapitre 1 : prologue

Lorsque Chantale, ma belle sœur, m’a invité pour passer quelque semaines chez elle, j’ai accepté avec joie car cela fait longtemps que je l’ai vue, ainsi que sa fille Marylou. Je suis provisoirement en chômage technique et ma femme m’a quitté depuis plus d’un an. Il est temps pour moi de reprendre ma vie en main.
Le mariage de Chantale s'est disloqué depuis pas mal de temps et elle a gardé la grande maison qu’elle avait achetée avec son ex.
Au téléphone, quand elle m’a proposé de m’héberger, elle a eu ces mots ;
- Ce sera agréable d'avoir de nouveau un homme dans la maison.
De la façon qu’elle a dit cela, mon pénis a gonflé un peu mon pantalon car des souvenirs me reviennent.
En effet quand elle était jeune fille vers ses 16 ans, nous avons batifolé tous les deux et il s’en a fallu de peu que nos petits jeux coquins ne se termine par une partie de jambe en l’air ! Elle avait beau avoir la majorité sexuelle c’était quand même la sœur de ma femme.
Je n’ai plus pensé à ça depuis des années et je me surprends de ma réaction. Je dois être en manque de sexe pour que mon pénis réagisse aussi vite à ces souvenirs.
Chantale est maintenant âgée de 36 ans et moi 45.
Ils vivent assez loin de moi et nos contacts étaient sporadiques ses dernières années.
On prenait des nouvelles par téléphone et par Mail, mais en fait on se voyait rarement. Assis à l'arrière du taxi qui m’amenait chez eux, mon esprit dérive vers cette période ou j’ai flirté avec Chantale lorsqu’elle était jeune fille.
Un matin je suis rentré dans les toilettes et je me trouve nez à nez avec Chantale qui n’a pas verrouillé la porte. Elle est entrain de faire pipi, la nuisette relevée au dessus de la taille et elle ne pouvait faire grand-chose étant statufié par la surprise.
D’autant plus que mon envie étant forte j’ai déjà sorti ma queue de mon pyjama pour éviter qu’une ou deux gouttes ne le salisse.
Et c’est à ce moment là que nos petits jeux érotiques commencèrent.
Me regardant devant elle, le pantalon baissé sur mes cuisses et la bite en l’air, elle n’a apparemment pas pu rés****r à son envie de la toucher, et tendant la main elle sent ma bite se durcir dans sa main.
C'est comme ça que commencèrent nos relations limites i****tueuses mais sages et au cours des semaines et des mois qui suivirent nous avons continué à nous exciter mutuellement lorsque la situation le permettait. On laissait une porte ouverte quand on se déshabillait, elle me demandait de l’essuyer à sa sortie du bain ou de lui mettre de la crème solaire sur les seins . Les moments les plus chauds étaient dans la piscine lorsque nous étions seuls tous les deux. Nos mains se sont souvent baladées dans le slip de l’un ou de l’autre. C’était d’ailleurs souvent elle qui recherchait ma queue. Elle devait adorer la malaxer !
A cette époque nous avons exploré chaque centimètre de nos corps et surtout nos organes sexuels et je ne sais encore pas comment j’ai fait pour résisté à ne pas la baiser !
Le jour de son mariage je me rappelle que je l’ai vue dans sa chambre, dans sa robe de mariée, avant que la famille parte pour l'église. J’ai tout d’un coup réalisé que ma belle-sœur s'était transformée en une femme incroyablement belle, et j’ai avalé plusieurs fois ma salive en l’admirant. Juste après la cérémonie, Chantale et son mari sont partis pour leur lune de miel et ensuite commencer leur nouvelle vie loin de chez moi et on ne se voyait souvent qu’une fois par an pour les fêtes de fin d’année.
Quand ma nièce Marylou était née, je suis venu pour son baptême et je l’ai tenu dans mes bras pour quelques photos de famille et j’étais en admiration pour ce beau bébé. Au cours des années suivantes, quand j’avais l’occasion de la voir je remarquais qu’elle ressemblait de plus en plus à sa mère et quelle avait hérité de la beauté de sa mère.
Lorsque le taxi arrive à la maison de Chantale, je règle celui-ci et frappe à la porte d'entrée. Quelques instants plus tard, la porte s’ouvre et Chantale souriante dit simplement
- héééé...salut Dany.
Ma belle -sœur porte un vieux jeans très moulant et un chemisier blanc très court qui expose son ventre plat et invite mes yeux à poursuivre l’exploration de son corps vers ses hanches, les cuisses mais aussi vers son entrejambe.
Avant que je puisse répondre, elle se jette dans mes bras et elle m’embrasse carrément sur la bouche comme une femme amoureuse ! Son corps semble se fondre dans le sien et mon nez respire son parfum. Elle arrête son baiser et elle enfui son visage dans mon cou.
- Dieu que c’est bon de te voir, dit-elle dès qu'elle a retiré son visage et me regarde dans les yeux.
- Et bien compte tenu de l’accueil, c’est également bon pour moi de te voir petite sœur ! Je l’appelais comme ça lorsque nous flirtions ensemble.
J’espère qu’elle n’a pas senti quelque chose gonfler dans mon pantalon quand elle a plaqué son corps contre le mien.
- Chantale, tu es encore plus magnifique et belle que jamais.
- Houai....merci! Dit-elle, et bien qu’elle soit heureuse d’entendre ce compliment elle rajoute :
- Je suis malheureusement une jeune femme plus âgée maintenant.
- Moi je ne le remarque pas, tu es aussi magnifique que le jour de tes 16 ans.
J’ai dis cela pour la complimenter sur sa réelle beauté, mais apparemment elle doit se rappeler comme moi de quelques souvenirs. Il me semble qu’un frisson a fait trembler son corps et Chantale a rougi en repensant aux choses que nous avons faites à cet âge.
Reprenant ses esprits, Chantale recule et me dit :
- allez, entre donc.
Je la suis dans le petit hall et dépose mes bagages. Chantale se tourne vers l’escalier et crie :
- Marylou, ton oncle Dany est là.
J’entends des pieds courir sur le palier de l’étage et en même temps un téléphone sonne quelque part dans la maison.
- Merde... désolé Dany, je dois répondre.
- pas de problème, vas-y... et un tourbillon déboule de l’escalier.
- Oncle Dany! s'écrie Marylou avec enthousiasme et elle se projette sur moi du haut de la 3eme marche !
Je n’ai pas d’autre choix que de l'att****r au vol.
Ses bras s’enroulent autour de mon cou et ses jambes autour de sa taille et instinctivement je la saisis par son petit cul. Il ne me faut que quelques secondes, pour me rendre compte que cette jeune adolescente ne porte pas de culotte sous sa jupe et que mes doigts ont profondément glissés dans la fente de son cul et la fente de sa petite chatte.
C'est tellement inattendu que je suis encore en état de choc lorsque que Marylou m’embrasse comme sa mère sur la bouche et qu’elle tortille son petit cul sur mes doigts. Par hasard ou à dessein, elle se tortille tellement que sa chatte s’entrouvre et mon doigt glisse a moitié à l'intérieur de son corps.
- Hum... humm... Marylou...attention, tu n’es plus une petite fille pour me sauter comme ça dans les bras !
Cela n’a pas l’air de la déranger car Marylou se lâche un peu plus sur mes mains et réussit à obtenir qu’un de mes doigts pénètre plus profondément dans son puits d’amour.
Elle arrête de m’embrasser et rie en voyant mon regard étonné, mais son cul continu de s'agiter sur ses mains.
- Marylou ! Crie Chantale, et mon cœur se met à battre sauvagement pensant avoir été surpris, mais la voix vient d'une des chambres et elle continue ;
- Emmène ton oncle Dany à l'étage et tu lui montre sa chambre. J’en ai pour quelques minutes de plus au téléphone."
Son sexe est très chaud et maintient bien mon doigt quant elle se met à rire et dit:
- Tu veux bien me porter à l'étage... oncle Dany. »
Dans un état second, je lui obéis comme un zombie et à chaque marche, je sens bien que ma dévergondée de nièce appuie son cul de plus en plus sur mes mains et que surtout mes doigts explorent plus profondément sa petite chatte.
Je n’ai maintenant plus aucun doute sur ce qu’elle fait et nous savons tous deux qu’elle se laisse délibérément doigter le cul par son oncle.
Mon majeur s’est complètement enfoncé dans sa chatte sans rencontrer aucune résistance en dehors de son étroitesse naturelle et il est évident qu’elle n’est plus pucelle !
Au moment où j’atteins le haut de l'escalier, un deuxième doigt est aussi entré à l'intérieur de la chatte de mon adorable nièce et elle n'est pas maintenant seulement chaude, elle mouille !
Ses joues virent au rouge et elle me montre une porte de chambre ouverte et dit :
- Voici notre chambre... heuuu, ta chambre !
En entrant dans la chambre, les fesses de Marylou augmentent leurs mouvements de bas en haut sur ses doigts et je comprends qu'elle se baise toute seule jusqu'à ce qu'elle se donne un petit plaisir que je sens à la crispation de sa chatte sur mes doigts.
Une petite quantité de cyprine coule hors de son tunnel d’amour dans la paume de ma main en même temps qu’elle se blottie dans son cou en poussant un soupir comme une chienne en chaleur.
Remise de son mini orgasme je la pause par terre et elle rit doucement quand je lève mon doigt sous mon nez avant de lécher son jus. Mon pantalon est complètement déformé sur le devant et elle me caresse légèrement quant on entend la voix de Chantale, venant du bas de l’escalier, annoncer:
- Descend Dany, le café est prêt.
- Merci Tonton..., a bientôt... Chuchote Marylou en sortant de la chambre avec un sourire coquin.
Je tombe sur le lit et j’essaye de comprendre ce qui vient de se passer !
C’est comme dans un rêve ou notre subconscient nous fait vivre un de nos fantasmes. Marylou reproduit les mêmes choses que j’ai faites avec sa mère. Toute jeune fille, Chantale avait sauté aussi dans mes bras et elle aussi n’avait pas de culotte ! Ca doit être dans les gènes !
J’émerge de mes pensées et portant mes doigts sous mon nez je suis sûr que je n’ai pas rêvé en sentant la douce odeur de la chatte de ma nièce !
Je me décide à descendre et je trouve Chantale dans la cuisine assise à la table du petit déjeuner devant une tasse fumante de café. Elle hoche la tête vers la cafetière et dit:
- Si ça te tente, sers-toi.
Assis en face d’elle, je suis encore frappé par sa beauté, mais je ne peux retirer de ma tète ce qui vient de se passer. Je me demande qu’elle réaction elle aurait si elle découvrait comment sa fille c’est comportée et surtout que je l’ai laissé faire... non, plutôt que j’ai participé !
Je me demande si je dois rester plusieurs jours comme prévu ou si je dois vite rentrer chez moi. Je dis à Chantale :
- Tu sais j’ai peur de vous déranger et tu as certainement ta vie et .......
Voyant la grimace de ma belle-sœur je m’arrête et elle me dit :
- Pour tout t’avouer, j'étais impatient de te voir et que tu nous tiennes compagnie. Je pense que ce serait bien pour nous deux, de passer du temps ensemble plutôt que seul chacun dans notre coin. Je sais que Marylou le veut aussi. Elle était vraiment excitée quand je lui ai dis que tu resterais un moment ici. »
Je ne sais pas trop quoi répondre. L'idée de rester dans la même maison que ma belle sœur et ma nièce adolescente apparemment très portée sur le sexe est très attrayante, mais les conséquences peuvent-être désastreuses.
- Dany... S'il te plaît. Ce sera comme autrefois tous les deux quand j’avais l’âge de Marylou.... tu te rappelle... ont étaient très proche, n'est ce pas?
Ce n’est pas la question à poser avec les idées qui trottent dans ma tète et quelque chose dans sa voix la rend encore plus étrange. Regardant son visage en lui souriant j’acquiesce de la tête et Chantale sourit et dit:
- bon ! C’est réglé alors tu reste pour nous tenir compagnie et nous distraire un peu.
Apres le café je retourne dans ma chambre pour ranger mes affaires. Il est vrai que cela va me changer les idées de passer quelques jours en famille mais dans le même temps je réalise que Chantale travaille la journée et que je vais me retrouver seul avec Marylou quand elle rentrera de ses cours.
Cette pensée m’excite mais elle me fait peur aussi.
Le reste de la journée, j’aide Chantale à préparer le repas du soir et ensuite nous nous installons tous les trois dans le divan du salon pour regarder la télévision. Dans la pièce juste éclairée par l’écran de télé je regarde le corps de ma belle sœur et je ne peux empêcher mon imagination de courir, pleine de phantasmes, imaginant ce qui est sous ses vêtements.
Je regarde aussi ma jolie nièce et je m’en veux d’avoir les mêmes pensées.
J’ai avec mes doigts gouté à sa petite chatte mais, je ne l’ai pas encore vue, et je me demande si j’oserais lui suggérer.
Chantale et Marylou semblent inconscientes de ce que je pense et je suis obligé de me déplacer légèrement, mal à l'aise dans ma position actuelle, et tentant de mettre ma bite en érection dans une meilleure position.
Le lendemain matin, je traine un peu dans mon lit retardant inconsciemment le moment d’être en face de ces deux belles femelles.
Quand je descends Marylou est déjà partie pour l'école et sa mère pour son bureau.
Je trouve une note sur la table de la cuisine me disant de faire comme chez moi. Alors, après mon café je visite la maison.
A l’étage j’ouvre la porte de la chambre de Chantale et mes yeux font le tour de la chambre pour voir un lit fraîchement refait avec un mobilier soigné et une porte de salle de bains privative.
Je ne résiste pas à aller dans la salle de bain et sentir l'air parfumé doux et humide. Chantale a surement pris sa douche ce matin car il reste une légère condensation brillante sur les murs carrelés et l'air est parfumé de son parfum.
Je soulève le dessus de son panier à linge et je suis déçu de le trouver vide car, dans nos jeux érotiques du passé, la petite coquine me faisait humer ses culottes humides.
Je sors de la pièce en la laissant exactement comme je l’ai trouvée, je traverse le couloir et ouvre la porte de la chambre de Marylou.
Si la chambre de Chantale est bien rangée, chez sa fille s’est exactement le contraire. C’est un peu le foutoir et il y a des vêtements jetés négligemment dans chaque coin de la chambre. Je souris intérieurement et je m'apprête à fermer la porte sur ce désordre quand tombent sur une petite culotte rose tombée sur le sol à côté du lit. Je ramasse le sous-vêtement et je m’aperçois que l’entrejambe est taché. Je porte le tissu à mon nez et j’inhale profondément. Il y a une légère odeur de pipi mais rapidement éclipsé par l'odeur de son sexe qui me rappelle le jour précédent.
Avec le slip sous mon nez, je me dirige rapidement vers ma propre salle de bain et je sors ma bite en complète érection. Me regardant dans le miroir, j’écrase la culotte de Marylou contre mon nez et je me fais une petite branlette en pensant à elle et je ne tarde pas à éjaculer dans le lavabo.
L’après midi je fais une petite sieste quand je suis réveillé brutalement par une forte détonation. Avant que mon cerveau détermine la source du bruit, j’entends quelqu'un courir dans l'escalier à toute vitesse et je réalise que Marylou vient de rentrer à la maison.
Heureusement j’ai remis sa culotte sale dans sa chambre, car quelques secondes plus tard, la jeune fille fait irruption dans ma chambre en criant,
- Bonjour oncle Dany.
- Salut Marylou, t’as passé une bonne journée ?
- Une journée de merde, » répond-elle, me surprenant par son langage, et elle saute sur mon lit et s'assoie face à moi.
Elle se met dans la position du yoga en écartant ses genoux et de ce fait j’ai devant mes yeux sa petite culotte blanche sous sa courte jupe.
Complètement indifférente que je puisse voir sa culotte sous sa jupe, elle ajoute :
- Cependant nous avons fait du sport et je suis toute en sueur. »
La culotte de ma nièce est si étroitement plaquée sur la rondeur de son pubis que je peux voir nettement la forme de sa fente sous le tissu et c’est tout juste si j’entends ce qu'elle dit.
- Ouais, et en plus il fait très chaud dehors. Dis-je en mâtant entre ses jambes.
Je me f***e à détourner mon regard et dit :
- Je peux te préparer un gouter si tu veux?
- Bien sûr, dit-elle avec un sourire en descendant du lit, mais j'ai besoin de faire pipi. Puis-je utiliser ta salle de bain?
- Bien sûr ma puce, fais comme tu veux.
Allongé à moitié sur le lit et la tête reposant sur le montant de lit, la porte des toilettes est juste en face de moi.
Je regarde le petit cul ferme de cette l****a se balancer doucement en entrant dans la salle de bain et quand elle se retourne et descend sa culotte jusqu'aux chevilles, je comprends qu'elle n'a pas l'intention de fermer la porte.
Dès qu'elle s'assoie, j’entends le doux clapotis de son pipi qui sort tout droit entre ses genoux écartés. C'était la première fois que je vois sa chatte et ce spectacle érotique fait durcir ma queue instantanément. Je devrai détourner le regard, descendre du lit et sortir de la chambre, mais mon corps n’obéit pas à mon cerveau. Mes yeux restent rivés sur ma nièce et je me retiens de gémir en écoutant ce flux puissant qui éclabousse l'eau en dessous.
Marylou tend la main et prend une feuille de papier hygiénique et elle essuie soigneusement sa belle petite chatte.
Au lieu de jeter le papier, elle approche celui-ci prés de son nez et inhale bruyamment.
- J'aime cette odeur de pisse. Pas toi... oncle Dany? demanda-t-elle ingénument.
J’ai la bouche tellement sèche que je dois saliver et humecter mes lèvres avant de lui parler. Mais dans le cas présent je n’arrive qu’à dire oui en hochant la tête.
Un large sourire illumine son visage et elle me tend le papier hygiénique et me demande:
- Tonton... tu veux sentir mon odeur ?
Je ne sais vraiment pas comment réagir face à cette jeune fille dévergondée. Ce qui est arrivé hier aurait du être un contact accidentel et ne pas aller plus loin.
Mais maintenant, Marylou jouais les petites salopes en lui faisant des avances à caractère sexuelles moins subtiles et mon cerveau entrait en ébullition.
Bon dieu que dois-je faire ?
Je l’engueule! Je la punie! J’appelle sa mère ! Je la traite de putain ! Je sors de la pièce! Je pars en courant et je rentre chez moi!
ET non ! Tout ce que je fais c’est de continuer à hocher la tête en regardant Marylou sortir des toilette et se diriger vers moi.
Elle marche en se dandinant parce que sa culotte est toujours autour de ses chevilles, mais finalement elle atteint le bord du lit et m’offre comme un présent inestimable sa culotte humide.
Rigolant comme une petite fille quand elle me voit sentir sa pisse, elle remet sa petite culotte et me demande innocemment :
- Puis-je obtenir mon gouter maintenant?
La façon qu’elle a de se comporter me fait quand même un peu peur. D’un coté Marylou agi comme une vraie salope en recherche de sexe et de l'autre, elle se comporte comme une toute jeune fille. Comprend-elle vraiment se qu’elle fait ! Ses actions sont elles complètement innocentes ou volontairement effectuées ? Je me demande dans quoi je risque de me fourrer si je ne réagis pas plus que ça.
Lorsque Chantale rentre du bureau elle me trouve perdu dans mes pensées et se penchant sur moi elle me dit :
- Tu m’as l’air bien pensif. Tu as un problème?
Je me f***e à sourire et en secouant la tête je réponds:
- Non, je vais très bien. Je me demande si je ne vais pas rentrer pour chercher un nouveau job plutôt que de profiter de votre accueil.
Je n’ajoute pas que je maitrise mal les soubresauts de ma bite à chaque fois que je vois ma jolie nièce me faire du rentre dedans d’une façon éhontée et que je pourrais bien ne pas rés****r à ses avances.
Chantale hoche la tête de droite à gauche et me dit :
- Ah non ! Tu ne vas pas recommencer. Vois le bon côté des choses, si tu as un peu le bourdon moi et Marylou nous sommes là pour prendre soin de toi.
Et elle ajoute :
- Tu sais que j’ai toujours eu un sentiment très fort pour toi. Alors crois-moi, je vais bien m’occuper de toi et tu auras tout ce dont tu as besoin! Et si nécessaire Marylou me donnera un coup de main !
- Merci, t’es un amour. J’ai dis cela tout bas et je ne suis pas sur qu’elle est entendu d’autant que Marylou est rentrée dans la pièce en faisant du bruit.
Le lendemain matin, je sors de mon lit assez tôt pour me joindre à eux pour le petit déjeuner. Alors que je bois mon café, Chantale dit:
- Dany, tu peux me rendre un service?
- Bien sûr, que faut-il faire?
- Je dois travailler tard au bureau ce soir et je ne serai pas à la maison avant 10 heures. Peux-tu surveiller Marylou et la faire diner avec toi. Tu prends soins de ta petite nièce en attendant que je rentre. Enfin tu vois ce que je veux dire. Je serais plus tranquille car elle agit parfois comme une gamine.
- Pas de problème je suis à ta disposition, demande-moi ce que tu veux.
Elle sourit et se tourne vers sa fille qui la regarde et qui lui dit :
- Et toi tu ne fais pas tourner ton oncle en bourrique. N’abuse pas de sa gentillesse.
Mon cœur se met à battre mais je ne vois pas comment me sortir de cette situation d’autant que Marylou se tourne vers moi et avec un petit sourire sur ses lèvres elle me demande :
- C’est vrai, tonton que tu prendras soin de moi ?
Le soir quand Marylou rentre de ses cours je suis entrain de préparer le repas du soir .Ma nièce va dans sa chambre pour réviser ses cours.
Après le diner je débarrasse la table et ma nièce va regarder la télévision. Lorsque je rentre dans le salon, Marylou est assise sur le canapé, mais je n’en croie pas mes yeux en voyant les images sur l’écran de la télévision.
Une grande femme aux gros seins est en train de se faire baiser par deux belles queues noires, avec, une bite dans sa chatte et l’autre bien enfoncée dans son trou du cul. Effaré je m’écrie :
- Marylou ! Mais c’est du porno que tu regarde !...........


96% (16/1)
 
Categories: First TimeTaboo
Posted by phantome19
1 year ago    Views: 1,506
Comments (3)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
22 days ago
c'est palpitant !
1 year ago
A quand la suite?
1 year ago
J'attend la prochaine.. :)