Mike, sa tante et sa Cousine

Salut, moi c’est Mike. Je travaille dans une société d’informatique et à l’époque de cette histoire je venais d'avoir 18 ans et j'habitais toujours avec ma belle-mère âgée de 38 ans, Marie. J'ai une demi-sœur, Élodie, 17 ans en ce temps là, que Marie à eu avant d’épouser mon père dont elle est divorcé depuis mes 13 ans.
Marie m’a dit qu’elle vous à raconté comment nos relations familiales ont évoluées par la suite après cette histoire.( Voir l’énorme bite de mon fils). Mais vous pourrez constater au fil de la lecture qu’elle n’a pas vraiment dit la vérité !
Je vais essayer de vous raconter fidèlement cette période de ma vie.
Chapitre 1
Nous étions allés voir Élodie pour l’aider à s’installer dans sa chambre de l’université. En partant, Élodie m'a surpris en me donnant un rapide baisé humide sur mes lèvres (avec un petit bout de sa langue) avant de dire au revoir. En revenant à la maison je réfléchi sur ce baiser ; Pourquoi sur les lèvres, et pourquoi sa petite langue a essayé de f***er mes lèvres, et pourquoi son corps c’est collé sur le mien.
Elle c’est accrochée à moi comme si elle ne voulait pas me quitter. Cela m’a turlupiné pendant tout le trajet de retour.
En arrivant j’ai dis à maman qu’Elodie allait beaucoup me manquer car nous avons été très proche avant qu’elle parte près de son père pour ses études et surtout que je couche avec Marie.
Rentrer à la maison maman reçoit un coup de fil de sa sœur en larme qui lui annonce que son mari la fait cocu avec une petite jeune de son bureau.
Bien sur maman fait ce qu’elle peut pour la consoler et en fin de compte lui dit de venir quelques jours à la maison.
Quelques jours plus tard une voiture klaxon devant le portail et ouvrant la porte nous apercevons sa sœur Janine qui à 35 ans. Janine a une fille de 18 ans, Marilyn.

En arrivant prés de la voiture je remarque que celle-ci est chargée à raz bord, bizarre ?
Tante Janine et Marilyn accourent vers nous et c’est les embrassades et les effusions mais elles parlent tellement rapidement que je ne comprends rien.
- Heee, doucement les filles, entrons dans la maison et nous pourrons parler tranquillement.
Une fois à l'intérieur, maman demande :
- Alors...qu’est ce qui se passe ?
- Marie, je suis au bord du gouffre !
Et elle éclate en sanglots, les larmes coulent sur son visage.
- Philipe m’a dit qu'il aime cette salope de dix-neuf ans qui travaille avec lui ! Il a demandé le divorce et il nous a foutu à la porte. On à pris tout ce que nous pouvions et le seul endroit ou aller c’est ici chez toi. Je n'ai jamais travaillé et maintenant comment puis-je obtenir un emploi à mon âge?!

"Ne vous inquiétez pas, vous pouvez rester ici avec nous, nous avons beaucoup d'espace ! Et je peux vous aider à trouver un emploi, je connais beaucoup de gens. Mike, apporte leurs affaires je vais te dire où les mettre. »
- je vais t’aider, me dit Marilyn.
Près de la voiture, je me tourne vers ma cousine qui arrive vers moi et qui d’un seul coup se jette dans mes bras en me tenant fermement et déverse ses larmes sur mes joues. Nous restons comme ça quelques minutes et puis elle s’excuse de m'avoir tout mouillé.

"Marilyn, ma douce, tu peux venir pleurer sur mon épaule à n'importe quel moment, je serais là pour toi.
En la réconfortant mes yeux sont attirés par son petit chemisier devenu presque transparent par ses larmes qui ont coulées dessus. Un petit vent froid passant sur ses tétons a pour conséquence de les faire pointer sous le tissu léger et j’admire au passage sa belle poitrine d’une taille 85 C environ. Comme je bafouillais pour lui parler, ses yeux ont suivi les miens et :
- Ohhh, merde, tu vois mes seins... Je suis désolé, Mike!
Je rigole en lui disant :
- pas de problème, tu sais si tu reste chez nous un moment on aura surement des situations embarrassante pour nous deux. Mais quoi qu’il en soit tu as de très beau seins.
- Merci, tu es gentil, Mike
Répond-t-elle en rougissant. Et en rigolant nous avons déchargé la voiture.
Une fois tout rangé nous sommes tous les quatre assis dans le salon pour parler.
J’écoute tous leurs malheurs pour finalement dire :
- De toute façon je n’ai jamais aimé mon oncle ! C’est un trou du cul dominateur qui pense que le monde est à ses pieds.
Ma tante veut m’interrompre mais je continu :
- ce con à une maitresse alors qu’il est avec une femme canon et qui pour moi me semble parfaite !
Janine rougit et je continue de plus belle ;
- Et il se tape une jeunette en plus, c’est comme si il couchait avec sa fille, elles ont presque le même âge !
- Mike, arrête ! me dit maman
- Mais c'est vrai ! On a le droit de dire ce que l’on pense !
- Bon j’arrête mais Tati, crois moi, tu feras encore tourner la tète aux mecs !
Ma tante rougit à nouveau
- Merci, Mike, je suis d'accord avec toi sur le comportement de ton oncle et je te remercie pour ton beau compliment.
Maman a donné à ma tante la chambre contigüe à la mienne et Marilyn celle au bout du couloir
Le premier mois s'écoulèrent sans problème particulier.
Néanmoins je suis entré deux fois dans la salle de bain et surpris ma tante à sa sortie de la douche, et chaque fois j’ai pu admirer sa beauté. Elle fait environ 1,70 m de hauteur et elle doit peser dans les 55 kg avec une poitrine d’un bon 85 D et une belle paire de fesses bien en chair mais encore très ferme et pas un gramme de cellulite.
Une autre fois c’est Marilyn que j’ai surprise de la même façon ! Elle ressemble étrangement à sa mère dans un gabarit légèrement inférieur avec toutefois un pubis recouvert de quelques poils juste pour cacher son clitoris.

Elles aussi m’on surprit nu dans la salle de bain et leurs yeux se sont écarquillés quand elles ont aperçu mon sexe à moitié dur qui pendait entre mes cuisses.
Une autre fois ma Tante Janine à ouvert la porte des toilettes que j’avais oublié de fermer et ma surpris entrain d’éjaculer après une branlette en pensant à elle !
Les yeux grands ouverts et fixés sur ma bite elle a fait :
- Ooooh...Pardon ! Mais sa langue courait entre ses lèvres humides.
Vous connaissez mon gabarit...28 cm et la grosseur d’un poignet. La chose qui fait fuir plus d'une fille. Il faut deux mains pour bien la branler. Mon gland est de taille normale c’est plutôt ma queue qui s'élargit assez rapidement après !

Nous avons, tous les deux, balbutiés des excuses mais ses yeux n’ont pas quitté ma bite pendant qu’elle reculait en fermant la porte.

Marilyn a changé de lycée pour terminer ses études et s’adaptait bien à sa nouvelle vie.
Tante Janine n'a pas trouvé un emploi et son stress augmentait au fur et à mesure des jours qui passaient.
Un jour je suis rentré beaucoup plus tôt que prévu, maman était au travail, Marilyn à l'école, et aucune idée où ma tante était. Je monte à l'étage dans ma chambre et j’entends quelque chose.

J'approche de la porte de la chambre de ma tante et entends des sanglots derrière elle. Je frappe et je demande si je peux entrer et doucement, elle a dit ;
- Nonnn...heu ouii...Oh merde ! Oui, Mike, tu peux entrer.
Je suis entré et je l’ai vue sur son lit, vêtue seulement d'un ensemble soutien-gorge et culottes en dentelle. D’autres ensembles étaient éparpillés sur le lit.
- Mon Dieu, Qu’elle gâchis ! Tu dois penser que ta vieille tante est complètement folle !
Je m’approche rapidement d’elle et je m’assoie à coté d’elle. Puis je mets ma main sur son bras en disant:
- tante Janine, j'ai plusieurs choses à te dire. Tout d'abord, tu n’es pas folle du tout ! C’est une période très difficile pour toi, mais tu ne dois pas te laisser aller, tu dois reprendre confiance en toi.
Elle veut parler, mais je mets mon doigt sur ses lèvres et je continu ;
- en second lieu, tu n’es pas vielle du tout ! Tu es splendide, belle à croquer et Philipe « je refuse de l'appeler oncle « est un crétin stupide qui n’a pas vu ce qu’il avait près de lui.
Il a abandonné une femme sexy, énergique, dynamique comme une jeune fille! C’est un vrai con !
- Et Troisièmement, il y a un tas d’hommes que je connais qui tueraient père et mère pour être en mesure de t’avoir dans leur lit avec eux tous les soirs pendant le reste de leur vie!
Ma tante me regarde, incrédule, pendant quelques secondes, puis elle a pris un autre mouchoir pour se moucher et essuyer les larmes qui coulaient encore.
Me regardant dans les yeux elle demanda :
- Tu pense vraiment ce que tu dis ou c’est simplement pour que j’arrête de pleurer ?
Je l’att**** par la main et je l’emmène vers le miroir
- Regarde ! Non ! Pas les larmes ! Regarde la femme. Vois comme tu es sexy, belle comme un ange. Tu as eu un enfant mais on pourrait croire que tu as encore 20 ans et que tu es vierge ! Je te jure que ton mari est un vrai connard de t’avoir laissée pour une autre. Moi je ne t’aurais jamais quittée.

Ma tante réfléchie un peu et me demande :
- Tu me vois vraiment comme ça ?
Je hoche de la tête et quant elle se penche contre moi je vois ses mamelons qui ont durcis en quelques secondes.
- C'est la plus belle chose qu’on ne m’a jamais dite!
Ses mains ont attrapé les miennes qui étaient sur ses épaules et elle me les mit sur sa taille en gardant les siennes dessus.
- Mon con de mari ne m’a plus dit un compliment de la sorte depuis belle lurette !
- Oh mon Dieu, je peux te dire que la moitié des mecs du bureau...non tous les mecs, voudraient avoir un rendez vous avec toi !
Je disais cela tout en caressant son ventre.
- Rien qu’a sentir çà, pas un gramme de graisse et... voila... quand tu souris, je vois un ange descendu, ici, sur la terre!
Nous avons tous deux regardé nos mains plaquées sur son ventre et il nous était impossible de ne pas remarquer une tache humide sur sa culotte a hauteur de sa fente.
- Oh mon Dieu, tu es un homme surprenant. Personne ne m’a jamais fait réagir aussi vite !
Cela dit, elle me serre dans ses bras, m’embrasse sur les lèvres et sa langue dans ma bouche recherche de ma propre langue !
Ses jambes écartées se referment sur une des miennes et elle frotte sa chatte frénétiquement contre elle pendant que nous nous embrassons.
D’un seul coup, ma tante tombe à genoux, ses mains ouvrent rapidement mon pantalon et libèrent ma bite en pleine croissance.
- J'ai besoin de ta bite ! Putain... J'ai besoin de ta belle bite...
Elle ne peut plus parler car ses lèvres se sont enroulées autour de mon gland et elle aspire celui-ci comme un aspirateur
Je suis un peu surpris par la tournure des événements, je ne m’attendais pas à ça.
Janine a les deux mains sur mon pieu et elle lâche mon gland brièvement pour dire:
- Oh Mike, ta bite est si dure, si grosse, si longue! Ohhh!
Puis elle dit plus rien car elle à replongé sur ma bite qu’elle enfourne dans sa bouche humide et chaude.

Mes mains sont sur sa tête, quand tout à coup elle enfonce sa tête vers l'avant et prend presque entièrement ma queue dans sa bouche.
- Oh Putain, tante Janine, tu avales ma bite parfaitement, Ouahhhh, c’est bon...
Instinctivement mes hanches commencent à se balancer pour baiser sa bouche.
Ma tante me taille une sacré pipe avec ma bite qui fait des vas et vient au rythme de mes hanches, ses mains sur mes fesses.
- Ooohhh la vache, je te baise la bouche Tatie, ouii c’est boooonnnn...
Je crie quand elle me fait une gorge profonde et que ma bite glisse complètement dans sa bouche et sa gorge ! Pas une seule de mes copines avait été capable de le faire ; beaucoup d'entre-elles n’avaient même pas essayé !
Je suis complètement excité de regarder mon gros sexe entrer et sortir de la bouche de ma tante.
Maintenant je me laisse faire et elle fait toute seule le travail. Elle ressort lentement ma bite de sa bouche, s’arrête sur le gland qu’elle aspire en comprimant ses lèvres autour et je sens sa langue qui titille mon méat. Prenant en main ma bite elle se frotte les joues avec, lèche de bas en haut et att**** mes couilles au passage. Elle replonge sur ma queue en gardant sa main serrée sur sa base et me branle à une vitesse folle !
Nos yeux ne se quitte pas beaucoup et j’ai même l’impression qu’ils sourissent quand je lui dis ;
- Oh putain de merde, tante Janine, tu me fais une pipe incroyable...t’es une sacrée suceuse ! Mais tu vas me faire jouir, fais gaffe ! Je vais me lâcher !
Je sens mon sperme qui monte dans ma queue et qui la gonfle encore plus mais Tatie est comme possédée. Elle att**** mon cul a pleine main et enfonce ma bite le plus loin qu’elle peut.
Je me lâche et je gicle avec plus de f***e que jamais !
Je n'ai jamais eu une fellation où la jeune fille pouvait gérer ma charge. Mon sperme sort comme un geyser mais ma tante a apparemment un appétit de sperme sans pareil. Je regarde avec stupéfaction comment elle avale chaque giclée de sperme jusqu'à la dernière goutte et aspire en vain pour être sûre de ne rien laisser !
Enfin, elle décide de lâcher mon sexe convaincue qu’il n’y a plus rien à tirer de lui. En gémissant je tombe en arrière sur le lit affalé sur le dos, ma bite encore tendue pointant vers le plafond.
Ma tante tombe à mes pieds et s’écrie:
- Mon Dieu, Mike, Ton sperme est le meilleur de tous ceux que j’ai gouté!
Elle est entre mes jambes au bord du lit et elle caresse mes jambes avant de prendre ma bite dans sa main gauche.
- Oh tu es incroyable ! Ta bite est encore dure comme un roc ! Je n’en reviens pas et tu m’excite tellement que je ne peux pas rés****r ! Pardonne-moi, Mike!
Elle grimpe sur son lit, tire sa culotte sur le côté puis me chevauche avant de coller ma bite dans son ouverture.
- Oh doux Jésus, c'est tellement grrrooos... ! criât-elle avant de se laisser tomber et de s’empaler de plus de 10 cm sur ma grosse bite qui trouve facilement son chemin dans sa chatte chaude et humide.
Son corps frémit au-dessus de moi avant qu'elle se soulève de quelques cm et qu’elle retombe en criant ;
- Oh mon Dieu, putain, t’as une bite de cheval Mike ! Tu vas me déchirer... AAAAhhhh.... merde !c'est dingue! OOOOh...Waouh, qu’elle baise... Noooonnn... ne bouge pas, Mike! Laisse-moi m’habituer à ton monstre de queue !
Ma tante s'appuya sur ma poitrine et se cramponna a moi serrant mon corps avec ses genoux. Après environ une minute elle soupira disant:
- ouf, ça y est, ma chatte à pris la dimension de ton énorme queue !
Lentement ses hanches commencent à bouger en ondulant doucement, elle se soulève et retombe en se redressant. Son cul entame des déplacements d’avant en arrière et quand elle recule, ma bite sort un peu des profondeurs de son vagin et frotte sur son clito. Les yeux dans les miens elle continu un moment jusqu’a ce qu'elle gémit,
- Oh mon Dieu, ta bite est si grosse et si longue que je n’aurais pas cru qu’elle puisse tenir entière à l’intérieur de ma chatte.
Disant cela elle ferme les yeux et s’enfonce la chatte le plus loin possible ma bite en complète érection. Elle remue dans tous les sens pour s’assurer qu’elle a bien absorbé la totalité de mon sexe dans sa chatte somptueuse!
- Oooooooohh...je sens que je vais connaitre le 7eme ciel. Aaaaahhhhh... tu es si gros que je te sens partout, je suis pleine de toi ! J’aime cette sensation...Vas-y, Mike. Baise ta salope de tante et fais là jouir ! Elle est en manque en ce moment.
Et la voila qui s’affole sur ma bite, son cul monte et descend de plus en plus vite et moi je l’accompagne comme je peux.
Étant donné que j'ai déjà joui quelques minutes avant, je sais que je peux tenir sa cadence longtemps et que c’est elle qui se lâchera en premier.
Et j’ai raison car son corps se cabre, tremble et ses gémissements montent en tonalité.
- Oooohhhh, je suiiiiiiiis.......je.....jouiiiiiiie ! Je jouies...ouiiiiii continu Mike.... haaaaa.... putain que c’est boooonnnn ! Encoooore Mike, ne t’arrête pas.... AAAAhhhh, je jouie sans arrêt, je vais m’évanouir.... arrête... Noooonnn... continu !
Sa chatte enserre ma bite quand elle est en plein orgasme.
Ses spasmes étant plus espacés et moins fort elle se laisse tomber sur ma poitrine en m’embrassant partout.
Le calme revenu et ayant retrouvé son souffle elle se redresse et dit ;
- Mike, maintenant tu vas me tringler, me baiser pour prendre ton plaisir. Je ne te lâche pas avant de sentir ta crème dans ma chatte en feu. Vas-y, éteint l’incendie !
On roule sur le lit et maintenant c’est moi qui est le dessus et qui commence à ramoner sa chatte dégoulinante.
Et ma tante a commencé à trembler et à crier pendant que je l’enfilais avec ma grosse bite bien dure et en allant frapper violemment le fond de sa chatte qui apparemment ne demandait que ça !
Je n'avais presque jamais entendu ma tante être grossière avant, mais maintenant elle vomie une litanie de mots grossiers du genre ;
- Sainte putain de merde! Fils de pute ! Salopard d’enculé de neveu ! Défonce mon con de salope.... Pour finir par
- Défonce-moi enfoiré de putain de salop !
Tante Janine n’arrête pas d’hurler des cochonneries pendant que je la baise avec f***e et je peux dire que jamais une femme n’a pris ma grosse queue avec autant de puissance et en plus elle en réclame;
- Vas- y salaud...enfonce toi à fond, perfore mon ventre.... AAAaahhhh.... ouiiiii !
Malgré que sa chatte comprime mon engin en pleine éruption il m’a fallu plus de 15 mn pour sentir ma deuxième jouissance arriver. En revanche, ma tante avait des orgasmes à répétition et elle refermait ses cuisses autour de ma taille en la serrant avec plus ou moins de f***e suivant l’intensité de ses spasmes.
- Oh mon Dieu, Mike, je te sens de plus en plus à l'intérieur de moi ! Tu frappe le col de mon utérus ! Donne-moi ton sperme ! MAINTENANT! Je veux ton sperme MAINTENANT !...Lâche toi salaud ! Oooohhhh...
Ma tante est vraie machine à jouir, et qui ne contrôle plus son corps car je ne compte plus ses orgasmes.
Ma bite gonfle dans sa chatte et je crie quand je jouis et que mon sperme sort de ma bite en feu. J’éjacule au moins 8 fois et, surement, inonde le fond de sa chatte et ce n’est pas pour autant que ça calme ma tante.
Quand je veux me retirer de son vagin brulant elle plaque mes hanches contre elle et retient ainsi ma queue au plus profond de son trou d'amour.
Du coup, une nouvelle giclée de sperme vient se rajouter aux précédentes.
Je me laisse tomber sur elle et ses jambes relache enfin mon corps et nous reprenons lentement nos esprits et surtout notre souffle.
Complètement épuisé je vais me retirer de son sexe mais tante Janine mets ses mains sur mes reins et dit ;
- non, ne te retire pas ! Oh s'il te plaît, j'aime te sentir en moi et je te sens encore bien. Ne bouge pas et reste ancré dans mon sexe. Ouiiiii...comme ça, bien collés...huuuummm.
Et nous restons enlacés pendant de longues minutes, ma bite encastrée profondément dans sa chatte. Ma tante se cramponnait fermement à moi et croyez-moi c’est le paradis sur terre de rester connecté dans une chatte brulante et frémissante.
Apres un moment de bonheur mutuel elle me dit ;
- « Oh Mike, tu as été merveilleux ! Je n’ai jamais ressenti de jouissance pareille. Je ne sais même pas combien d’orgasmes tu m’as procuré, mon corps est épuisé mais, au combien comblé par une bite comme la tienne ! Ah la vache ! Elle est belle et tu sais t’en servir !
Pendant qu’elle dis cela, je retire lentement ma queue de son vagin et je l’entend gémir doucement de la perte de mon bâton baiseur.
Ma tante se leve pour aller aux toilettes puis nous prenons une douche ensemble et elle ne peut pas s’empêcher de me tailler une pipe prodigieuse. Elle possède vraiment un talent pour cette activité !
Nous sommes sortis de la douche et séché mutuellement pour aller ensuite prendre une petite collation.
Tout en satisfaisant notre faim avec un sandwich nous avons parlé de ce qui venait de se passer.
- Mike, ce qui vient de se passer est une chose merveilleuse pour moi. Non seulement je n’ai jamais eu autant de plaisir avec un homme mais je me sens maintenant beaucoup mieux. J’étais complètement déprimée, je n’avais plus d’estime pour moi et je ne ressentais plus rien ! Si ce n’est qu’un énorme vide dans ma vie.
Tu es un magnifique étalon et tu baise comme un dieu. Et quelle puissance ! Ta bite est incroyable, d’une grosseur et d’une longueur à faire peur aux jeunes filles vierges !
Elle me prend dans ses bras contre sa poitrine et m'embrasse langoureusement et profondément.
- Un grand Merci pour me faire sentir comme la femme la plus désirable sur la terre!
- Et toi, tante Janine, tu m'as fait sentir comme le roi des baiseurs!

- C’est ce que tu es, mon adonis !
- Je t’aime, tante Janine, j'aime la façon dont tu prends ma bite dans ta chatte et dans ta bouche quand tu l’absorbe entièrement! Aucune fille n'a jamais été capable de le faire!
- Mike, si nous allons continuer à baiser ensemble il faut arrêter de m’appeler « Tante»! D’autre part, les femmes dans ma famille sont faites pour prendre des queues énormes. En fait, nous sommes sexuellement très actives et constamment à la recherche d’hommes bien montés qui puissent remplir nos chattes et assouvir nos besoins.
Je la regarde abasourdie pendant plusieurs secondes. Alors je lui demande ;
- Toutes les femmes de ta famille ? Maman aussi ? Ta fille ?
Avec des pensées quelque peu salaces dans la tête.
- Dis donc, Mike ! À quoi tu pense là ! Tu ne touche pas à ma fille ! Si tu as de gros besoins je suis là, moi !
Et c’est comme cela que nous nous sommes engagés dans des relations tumultueuses avec des baises presque quotidiennes, parfois sauvages étant souvent seuls avant que maman ne rentre tard du boulot.
A certains moments elle me faisait une pipe rapide qui finissait toujours par une décharge de sperme au fond de sa gorge.

En plus de cela, chaque nuit, elle vient se glisser dans ma chambre et elle suce ma bite pendant environ deux heures, et elle me fait jouir une à deux fois, voir certaines nuits, 3 fois!
La première nuit, qu’elle est venue dans ma chambre, je lui ai demandé si elle ne voulait pas que nous baisions mais elle a dit ;
- Non, je crie beaucoup trop fort quand je jouis et surtout avec toi! On réveillerait toute la maison ! Et d’ailleurs, j'aime comment ta bite palpite dans ma bouche, j’aime la caresser de mes mains et de mes lèvres, et au final, ta crème est si bonne ! Parfois je me dis que je ne pourrais plus vivre sans elle et, ton sperme, c’est ma potion magique!

Janine et moi nous faisons l’amour depuis plus d’une semaine maintenant et maman et Marilyn ne se sont aperçues de rien.
Ce matin au petit déjeuner, maman nous informe qu'elle rentrera très tard car elle a un client important en fin de journée. Je rentre à la maison en fin d’après-midi comme d'habitude ce jour-là, et ma tante m'attendait. Et bien sur, on baise comme des fous dans sa chambre avant d'avoir soif. Nous descendons tous nus et prenons une boisson dans le salon. J’allume la chaîne stéréo et je mets une belle musique douce. Il me faut un certain temps pour trouver la station et cette salope de Janine a déjà ma bite dans sa bouche et rapidement elle est remise en état, bien dure et humide. Elle se met à genoux et le cul en l’air et me demande de la baiser en levrette.
Tu penses que je ne me suis pas privé de lui enfoncer mon énorme queue dans sa chatte béante et je l’ai rapidement fait jouir avant de me répandre en elle. Il a fallu nous désaltérer de nouveau puis allongé sur le divan, elle dessus, moi dessous, nous avons un peu perdu la notion du temps.
Je me réveille allongé sur le dos, la tête sur un accoudoir et les pieds à l'autre bout avec ma tante à cheval sur ma bite entrain de faire du rodéo !
Apres que Janine obtiens ce qu’elle voulait c'est-à-dire 2 ou 3 orgasmes elle se laisse tomber sur moi et dit ;
- Beau travail ! Ta bite est toujours disponible et dure comme un roc et encore solidement à l'intérieur de moi. J'aime la façon dont je la sens pleinement en moi!

Donc, au lieu de se lever, nous restons sur le dos, nos tête à l’opposé l’une de l’autre reposant sur les accoudoirs mais soudés par nos sexes, nos pubis face à face, étroitement serrés, et nous parlons de toutes sortes de choses. Nous ne sommes pas pressés de nous désunir car nous profitons des sensations incroyables que nos deux organes sexuels nous procurent par les petits mouvements ou contractions que nous ne pouvons contrôlés.
Avec la musique qui tourne en boucle dans le salon nous n’entendons pas Marilyn qui rentre à la maison.
En entendant la musique elle entre dans le salon et regarde vers le canapé pour apercevoir nos têtes qui dépassent de chaque coté sur les accoudoirs. Nous ne la voyons pas tout de suite et Janine à f***e d’onduler des fesses et de contracter sa chatte sur ma grosse bite arrive presque à un autre point culminant de son plaisir quand nous nous sommes figés en entendant ;
- Ahh, vous êtes là tous les deux.
Je ne sais pas comment Janine va réagir avec sa fille dans le salon et ma bite enfoncée jusqu’aux couilles au fond de sa chatte mais, Marilyn pense que sa maman à peut-être un petit problème en l’entendant gémir doucement.
S’approchant de nous Marilyn nous voit mieux et commençant à dire ;
- maman, Tu te sens bien, es-tu malade et...... OOOH...MAMAN ! Sainte Marie, qu’est ce que vous faites.....
Marilyn regardait vers le bas, la bouche grande ouverte, nos organes étroitement liés et complètement nus. Sa mère gémissait de plus en plus fort arrivant au point de non retour !
- Ooooohhhh, je jouiiiiiiiss. Aaaahhhh... putain de non de dieu ! tu me fais jouiiirrrr !

Et elle n’arrête pas de bouger son cul et de claquer son pubis sur le mien continuant de jouir sur ma bite dure comme du granit!
S’en est trop pour moi. Devant cette scène irréelle et Janine qui continue de traire ma queue et de se baiser toute seule, ma bite gonfle à l'intérieur de son vagin et je commence à l’inonder avec des giclés de sperme.
- Oh putain Mike, je sens ton sperme qui frappe en moi! Oh mon Dieu, Marilyn, c’est si bon ! Oh, ouiiiiii Mike lâche toi, Aaaahhhh... la vache, j’en veux encore, huuuummm... continu !

Marilyn a instinctivement mis ses mains sur ses yeux, mais à entendre son nom, elle nous regarde de nouveau et elle nous voit, sa maman et moi redescendre progressivement sur terre. Sa bouche se referme lentement et quelque larmes coulent sur le corps de sa mère, qui reprenant ses esprits, reste néanmoins encastré à moitié sur ma grosse bite encore gonflée.
- Bon Dieu, maman ! Je n’y crois pas, ce n’est pas possible ! Qu’avez-vous fait ! dit-elle avec des sanglots dans sa voix.

- Oh ma chérie, je comprends que tu sois surprise mais je n’ai pas pu m’arrêter. J’étais en pleine jouissance ! Oh mon Dieu, Mike c’est tellement bon, Merci Mike!

- MERCI MIKE ??? s’écrit Marilyn. Merde Maman, c'est ton neveu ! Comment pouvez-vous faire ça ensemble!?

Tendant la main, Janine prit la main de Marilyn dans la sienne et doucement dit:
- Chérie, c’est arrivé par hasard, un jour ou j’étais complètement déprimée avec des idées noires et heureusement Mike était là! C’est moi qui lui est sauté dessus, je n’avais plus toute ma tête mais maintenant qu'il... que nous avons commencé, je ne peux plus m’en passer!
- Marilyn, mon cœur, ton cousin est le meilleur baiseur que je n'ai jamais eu ! Tu devrais l’essayer, tu vas l’adorer!

Quand sa maman lui dit ces mots, Marilyn regardant ma bite toujours à l'intérieur de sa mère, arrache sa main de la sienne et elle court vers sa chambre en criant que c’est dégueulasse et que nous sommes des porcs lubriques.

- Oh merde, viens en haut avec moi il faut que je lui parle.
- Non, j'ai une meilleure idée. Nous avons besoin d’une bonne douche tous deux, donc je vais te porter vers la douche avec ma bite toujours dans ton sexe pour éviter les écoulements de sperme sur le divan car si maman découvre des traces suspects, ça risque de barder encore plus !
- Dit comme ça, je ne peux rien dire pour m’y opposer, mon bel étalon ! Allons-y !

Je la tire lentement sur mes genoux, la repositionne convenablement et en me levant elle met ses jambes autour de ma taille et m’agrippe par le cou
Je monte doucement les escaliers avec ma Tante se tenant serrée contre moi, ma bite qui a repris de la vigueur profondément enfoncée dans sa chatte brulante. Je ne suis pas certain de ce que j’entends mais on dirait que Janine recommence à gémir à chaque monté des marches et approchant de la porte de la chambre de Marilyn, Janine couine dans mon cou en m’étreignant plus fort de ses bras et de ses cuisses. Tout à coup, juste devant la porte de Marilyn, Janine s'écrie ;
- Mike, Oh... Mike, ce n’est pas possible je vais encore jouir ! Ouuuiiiii c’est ça ! Je Jouiiiiis de nouveau sur ta bite de cheval. Oooohhhh... mon dieu je ne peux rés****r au plaisir que ta putain de queue me donne! Ouillllle... AAAAaaahhh...Whouaiiiii !
Je l’ai fait taire avec un baiser avec ma langue que j’enfonce dans sa bouche à la recherche de ses amygdales. Du coin de l’œil, je vois la porte s’ouvrir légèrement et Marilyn qui jette un coup d'œil dehors pour me voir transporter sa mère sur ma bite et qui s’agite furieusement de bas en haut.
Je vous jure que je l’ai entendu soupirer en refermant doucement sa porte.

Le corps de Janine vibre toujours dans mes bras, sa chatte malmenant sauvagement ma bite quand j’arrive dans la salle de bains. Je tourne le robinet de la douche et une fois l’eau à température j’entre dans la douche et dégage lentement Janine du pieu ou elle est empalée.
Ma tante s'appuie contre le mur de la douche et se retient à moi quand un autre spasme secoue son corps. Enfin elle se redresse en me disant:
- Mike c’était..... C’est.... tu m’as baisé encore mieux que d’habitude. On peut dire que tu sais comment faire grimper les femmes au rideau ! Tu n’as pas arrêté de me faire jouir de tout l’après-midi, mais putain de merde, j’aime ! Tu es incroyable ! Incroyablement incroyable!
Et encore une fois, elle tombe à genoux et suce ma grosse et longue bite jusqu'à ce qu’elle gonfle dans sa bouche et que je lui envoie plusieurs jets de sperme !
- Janine, T’es vraiment la reine des suçeuses! Je ne pourrais plus me passer de tes pipes!
- Oh Mike, j'aime ta bite, j’en suis accro ! Dès que je la voie j’ai envie de la prendre en bouche.
Après plusieurs baisers, nous avons enfin pu nous doucher de la tête aux pieds. Certaines zones nous ont demandé un peu plus de temps que d'autres et enroulés d’une serviette de bains nous sommes sortis de la douche.
Quand nous sommes arrivés à la porte de Marilyn, Janine me dit ;
- Il faut que je lui parle de notre relation.
Avant qu’elle n’entre dans la chambre de Marilyn je l’arrête et lui dis ;
- Permet- moi de lui parler. Elle est surement moins en colère contre moi !
- Eh bien, je suppose que oui..., je te laisse faire!
Et me donnant un petit bisou sur les lèvres elle se dirige vers sa chambre pour s'habiller.

93% (26/2)
 
Categories: First TimeMature
Posted by phantome19
1 year ago    Views: 3,652
Comments (2)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
Oui oui vivement la suite... J'en bande déjà.
1 year ago
Vite la suite ! Jeannine est superbe mais j'ai hâte de savoir ce que réserve Marylin !