L’Énorme bite de mon fils. Ch. 5

Chapitre 05 : Maman réalise son fantasme

Lorsque je me réveille le lendemain matin, je sens ma chatte encore trempée de sperme. Nous avons baisé plus de cinq fois ce soir-là et il m'a fait jouir plusieurs fois que je ne pouvais compter mes orgasmes.
Je saute du lit, laissant mon fils endormi. Je descends à la cuisine, je fais du café et je prends mon petit déjeuner. Assise à la table, je me remémore les parties de baise incroyable de ces derniers jours avec mon fils. Son énorme queue, considérant qu'il est encore si jeune et quel amant fantastique j'ai découvert. Le fait qu'il soit le fils que j’ai élevé ne semble pas avoir d'importance car il ne semble pas s’en préoccuper. Il aime caresser mes gros seins et baiser sa mère plusieurs fois par jour.

Je n’arrête pas de penser à lui, là-haut sur mon lit. Ce jeune corps d’athlète prêt a prendre sa maman quand elle le veut. Il a surement une trique d’enfer comme tous les matins, une belle érection que je pourrais sucer et/ou asseoir ma chatte dessus.
Je peux sentir ma chatte qui recommence à mouiller ; ma vulve palpite rien qu’a penser a son sexe qui pourrait m’envahir les entrailles, à sa grosse bite, ma drogue !
Rapidement, je fini mon café et remonte à l'étage. Je suis juste vêtue d’une légère robe de chambre, sans rien en dessous et mes seins ballotes librement et ma chatte à faim.
Lorsque j’arrive à la porte de la chambre je vois mon fils encore endormi, le drap couvrant le bas de son ventre mais moi je sais quelle chose superbe se cache dessous !
M’avançant vers le lit je dénoue la ceinture de ma robe de chambre et je laisse tomber celle-ci par terre exposant mes seins et ma chatte rasée. Je me tiens à côté du lit, nue et prête. Regardant vers le bas je voie que mon fils lui aussi est prêt pour sa maman. Le drap était déformé par un piquet de tente et tirant légèrement dessus je voie maintenant la grosse tête de son monstre me faire un clin d’œil érotique comme si il me disait :
- Alors Maman je te plais !
Dans un mouvement rapide, je tire le drap hors du lit et la merveille des merveilles apparait !
Il dort encore et je ne me lasse pas d’admirer son jeune corps d’athlète et surtout cette énorme matraque de 28 cm qui pointe fièrement vers moi, toute à moi....
Ma chatte devient de plus en plus humide et moi je suis comme une chienne en chaleur devant son mâle.
Mes mains descendent entre mes jambes et mes doigts dérivent vers le bouton de mon clito en pensant aux coups de piston que ma chatte a subi ses derniers jours par cette belle queue que je ne cesse de fixer.
Mon fils a commencé à remuer et j'ai pensé qu'il allait ouvrir les yeux, mais il a remonté ses bras au-dessus de sa tête et saisit de ses mains les barres métalliques de la tête de lit derrière lui.

Voyant cela ça m'a donné une idée. J'ai souvent rêvé d'avoir un homme attaché sur mon lit, nu et à ma Merci.
Je me suis souvent masturbé ma chatte à plusieurs reprises en pensant avoir un homme bien monté, attaché à mon lit, que je pourrais utiliser à chaque fois que je le voudrais, lui sous moi, incapable de bouger ou de se lever, moi qui pourrais monter et rebondir sur lui tout le temps que je voudrais.
Voyant mon fils maintenant en bonne position, je décide qu'il est temps d'assouvir mon fantasme.

Je me dirige vers ma commode, j’ouvre le tiroir du bas et je cherche quelque chose que j’avais caché là. Je retire un vieux chandail et dessous, bingo ! ils étaient là, mes menottes.

Je les avais acheté pour pigmenter mes instant baise avec mon mari, mais celui-ci n’a jamais voulu jouer, alors je ne m’en suis jamais servi. Je n'aurais jamais imaginé qu'un jour je les utiliserais pour attacher mon fils a poil dans mon lit.

J’ouvre la boîte pour voir ces menottes en métal argenté avec une petite clé. Je pose avec précaution la clé sur la table de chevet après les avoir ouvertes.

Aussi doucement que je peux je grimpe sur le lit et je verrouille les menottes sur la barre de lit puis sur ses poignets.
Il n’est toujours pas réveillé et descendant à coté de lui je constate que son érection matinale n’a pas faiblis et son gros nœud pointe toujours en l’air. Son jeune corps est merveilleux, ses bras au-dessus de sa tête et ses mains enfermés dans les menottes sur la barre de la tête de lit, sans défense et à la merci de sa salope de maman qui devient de plus en plus chaude.
Je reste devant lui à l’admirer en caressant mes seins, tirant sur mes mamelons et descendant plus bas je frotte mes doigts sur les lèvres de ma chatte humide et je gratte mon clitoris.
Mais cela ne dure pas très longtemps et je grimpe sur le lit pour me positionner au dessus de lui, les jambes écartées, juste derrière sa queue.
Mon dieu qu’elle est belle cette bite, là, juste devant ma chatte qui baille de plaisir ! Son gros gland frotte mon nombril et je mets ma main autour de cette chose a baiser les chatte en chaleur.
Je commence lentement à déplacer ma main le long de cette bite géante, allant de la tête bombée jusqu'à la base, mon poing venant frapper doucement ses grosses couilles.
Je me suis bien calée sur la partie supérieure de ses cuisses, ma chatte chaude et humide prête à se faire battre par ce bâton d’amour.
Je prends sa queue massive et dure dans ma main et la tape contre ma chatte rasée.
Mike ouvre les yeux et encore à moitié endormi il essai de ramener les mains vers lui, ne comprend pas très bien ce qui se passe, me regarde en train de frapper ma chatte avec sa queue. Il sourit et regarde au-dessus de sa tête. Voyant les menottes autour de ses poignets et verrouillés sur la barre de lit, il se mit à rire et de nouveau me regarde.

- Bonjour mon grand garçon, je pense que tu as été très méchant avec ta maman ces derniers temps. Tu l’as baisée salement avec cette chose immonde, si longue, si dure, que tu l’a fais crier très fort. Il est temps que tu sois puni.
Ta punition sera de rester lié au lit jusqu'à ce que maman soit satisfaite de toi.

- OK maman, Fais ce que tu veux. dit-il par un large sourire.

Je continue donc à branler sa grosse bite dans ma main, heuuu...plutôt dans mes deux mains, pour pleinement profiter de son érection et commencer la punition comme toute bonne mère le ferait à un fils qui c’est mal comporté avec elle !
« Maintenant, bébé, tu es à ma merci. Maman va prendre du plaisir à te punir ! Maman va sucer ta bite et baiser avec toi chaque fois que j'en aurais envie, tu seras mon esclave sexuel et je vais utiliser cet énorme outil de baise pour mon seul plaisir.
Agrippant fermement sa grosse bite dans ma main, je soulève mon cul de ses jambes et j’approche ma chatte humide de son gland.

- Maman va baiser son sale petit cochon de fils qui l’a fait souffrir ces derniers jours !
En disant cela, les lèvres entrouvertes de ma chatte viennent frapper l'énorme tête de bite et abaissant mes fesses, j'ai moi-même englouti son gros bâton à l'intérieur de moi, serrant mes muscles intimes afin de sentir encore plus cette pénétration hors du commun. Sa bite continue à progresser, repoussant, écartant impérieusement et dilatant odieusement mes chairs intimes.
Ça y est, tout est entré et les grosses lèvres écartelées de ma chatte buttent sur ses énormes couilles velues.
- Baise-moi mon bébé, ouiiiii.... Qu’est ce que t’es dur et long, j’en ai plein le ventre !
Je crie en sentant la bite gigantesque de mon fils me remplir complètement. Ma chatte est si humide que son engin glisse bien en moi et me reculant un peu je me renfonce profondément à l'intérieur pour profiter de cette grosse et longue queue.
- AAAAhhhh, putain que c’est bon !je veux sentir ta bite partout dans mon corps... hum... je veux être remplie... et défoncée... par ta saloperie de grosse queue!!
J’ai alors entamé des va-et-vient de plus en plus rapides, touchant le fond de mon vagin à chaque fois.
J’aime la sensation de cette protubérance à l'intérieur de moi, j'ai pris l'habitude de sa grande taille et je peux maintenant me l’enfiler au plus profond sans soucis.
Pour bien profiter de sa bite, je fais des mouvements du bassin vers l’avant puis vers l’arrière et sa queue, bien comprimée, frotte durement sur le haut et le bas intérieur de ma chatte bouillonnante.
- Huumm...que c’est bon, je la sens ta grosse saloperie de queue...je suis complètement remplie par ta bite et j’aime ça et je veux que ça dure !

- Aaaah, je te baise mon bébé... tu es à moi et mon vagin est plein de toi...tu es dans mon ventre qui est martelé par la puissance de ta queue !
Mes cris de plaisir montent en tonalité dans la chambre et je n’arrête pas de tenir un discours assez grossier à mon fils pour l’exciter mais aussi pour augmenter mon plaisir
- Oui Maman, t’es une sacrée salope pour baiser ton fils comme ça, mais pour l’instant je suis prisonnier et ton esclave. Alors profite de ma queue et bourre toi bien avec ma grosse bite.
Et je continue d’aller et venir sur ce pieu qui ne faiblit pas, ma poitrine ballotant dans tous les sens. je vois le regard de mon fils accroché à ces 2 ballons frémissants et il s’en lèche les babines.
Je sais qu’il a envie de les sucer mais il ne peut rien faire ! Il ne peut pas bouger, les menottes l’empêchent d’avancer vers eux Mon fils est complètement à ma merci et soumis à ma fureur sexuelle.
Je lève une main et je gifle son visage.
- CLAP
- OUCHHH » glapit-il. Qu’est ce qui te prend ? Pourquoi tu fais çà ?
- Ça... c’est pour m’avoir transformée en salope qui se laisse baiser par son fils.
- Pour avoir une si belle et si grosse bite qui n’arrête pas de m’exciter et qui me donne tout le temps envie de la mettre dans ma chatte !
- Ça, c’est pour les conséquences. Rien que dit penser, ma chatte mouille tellement que je suis obligée de changer de slip plusieurs fois par jour !
Et je lui balance une nouvelle gifle avant de prendre mes seins a pleine mains et de plaquer nos pubis fortement.
Je monte mon cul doucement à la limite de perdre sa bite, je fais de petites rotations autour de son nœud a l’orée de ma chatte, puis, je redescends lentement pour profiter de toute la longueur de son monstre qui écartèle mes chairs a chaque poussée.
- oui bébé, pour l’instant tu es l’esclave baiseur de maman, cette énorme bite m'appartient et ton objectif est de bien me remplir la chatte et de me faire jouir comme jamais !
Les gémissements de mon fils augmentent de plus en plus au fur et à mesure que je broie sa queue avec mon vagin. Il tire sur ses bras au-dessus de sa tête mais les menottes l’empêchent de se libérer.

- Maman, je veux sucer tes gros seins !
dit-il d'une voix presque suppliante.

- Non mon chéri... pas maintenant... pas avant que maman soit prête... je suis bien trop occupée à faire du cheval sur cette énorme bite...... de cheval !
Un éclair de frustration passe dans ses yeux en regardant mes melons rebondir et se balancer au dessus de lui, et je ne peux pas rés****r à son air de petit garçon frustré qui ne peut pas avoir son bonbon.
- Bon.... tu peux sucer les seins de maman mon chéri, mais juste un tout petit peu !
Je me suis abaissée vers lui et écrasé mes seins contre sa poitrine. Sa figure est à hauteur de la mienne et mon cul continu à rouler et glisser sur sa bite.
- Embrasse-moi fils, pendant que maman te baise et je vais te laisser sucer mes seins.

Je glisse ma langue dans sa bouche et elle se mêle à la sienne. Sa bouche est chaude et nos lèvres verrouillées nous nous sommes embrassés très fort.
A embrasser mon fils comme ça, j’ai un frisson qui monte dans ma colonne vertébrale, sa bite labourant toujours ma chatte dégoulinante de cyprine, nos bassins étroitement mêlés.
J'ai finalement lâché sa bouche et retiré à regret ma chatte de sa bite qui, libérée, à sauté hors de ma fente humide et c’est agitée comme un mât de d****au sous moi.
Je grimpe un peu sur lui, je me penche et mes nichons entrent en collision juste au-dessus du visage de Mike.
Je le taquine en faisant glisser mes seins de son front vers le bas de son visage, puis je les soulève juste au dessus de sa bouche mais sans qu’elle puisse les atteindre.
- Maman...je t’en prie, me suppliât-il...
- Tu veux les seins de maman mon petit chéri ?? Je lui ai chuchoté dans l'oreille en remontant mes seins sur son visage.

- S'il te plaît, maman, j'ai vraiment envie de sucer tes gros seins de salope.
Criât-il, et cela m’a excité et rendu fière du résultat de mes actions.

Je prends mes seins dans mes mains, les rapproche l’un de l’autre puis abaissant ma poitrine vers le bas je guide un mamelon dans sa bouche ouverte.

Il plaque ses lèvres autour de mon téton érigé et dur et commence à le sucer.
Il ouvre la bouche le plus largement possible et englouti le maximum de chair qu’il peut en mordant doucement et en faisant glisser sa langue autour.
- Muuummm... et continuant de gémir j’ai attrapé sa queue palpitante qui frottait sur mon cul.
Je branle et tire fortement son épaisse et longue queue et j’aime bien cette sensation de sentir mon fils sucer et lécher mes seins, mordre mes mamelons et étouffer son jeune visage entre mes deux melons gonflés.

Mon fils a une bouche très talentueuse et cela excite ma chatte qui le démontre en mouillant de plus belle. Après quelques instants, je retire mes tétons de sa bouche vorace et je lui dis :
- Maintenant mon petit salopard, tu vas utiliser ta bouche pour faire plaisir à la chatte en feu de ta salope de mère.
Il sourit et hoche la tête pour signifier son accord.
Je monte mes fesses sur le haut de son corps, je positionne sa tête entre mes cuisses, et j’abaisse ma chatte dégoulinante de jus et toute ouverte et dilatée sur sa langue en attente.

Une vague énorme d’excitation traverse mon corps qu’en sa langue frappe ma chatte et commence à glisser à l'intérieur de mon vagin. Sa bouche grande ouverte il englouti ma chatte et je sens son souffle chaud sur mes petites et grandes lèvres. Je ne peux empêcher mon cul de se mouvoir et je frotte ma chatte sur sa bouche et sur sa langue fureteuse.
- oui bébé, mangez moi...suce bien la chatte à maman...enfonce ta jeune langue bien droite dans ma fente trempée...bouffe cette chaude chatte humide...bois le jus qui sort, c’est ton petit déjeuner au lit.

Je gémie et crie de plaisir quand il explore chaque partie de mon vagin avec sa langue. Mon clito est tendu et vibre de joie quand il le suce goulument, qu’il le mordille doucement mais fermement.
- Tu es doué, petit salaud, tu me rends folle... Ta cochonne de maman adore les léchouilles de son fils, mange sa chatte...fait jouir ta maman et je vais inonder ton visage avec ma mouille.
- Aller, plus fort....Ouiiiii, à la vache....si tu continue, ça va gicler, tu vas pouvoir faire ta toilette matinale avec le jus de ta sale mère i****tueuse.

Il continue à manger ma chatte, à sucer, à lécher et à grignoter les chairs de ma chatte humide qui goutte dans sa bouche. Je sens l'orgasme qui pointe à l'intérieur de mon ventre, je l’att**** par les cheveux et je l’enfonce au plus profond de mes cuisses. J’écrase les lèvres de ma chatte sur sa bouche et je sens mon orgasme arriver.
- Ooooooh, sainte mère, je jouis...ouiiiiii... je jouiiiiis.....Ouahhhh... Merde, çà fais mal mais je ne veux pas que ça s’arrête.
Mon ventre, mon vagin éclate dans un flux orgasmique. Mon fils, aussi excité que moi déplace rapidement et tant qu’il peut sa langue, aspire et boit toute ma jouissance qui coule dans sa bouche.

Je ne sais plus ou j’en suis, je perds la tête, mon vagin ne m’appartient plus, il bouge frénétiquement tout seul sur le visage de mon fils et il continu a l’inonder de mon jus.
- Chériii...ouuiiiii....putain... encore.....prends tout, avale tout le bon jus de ta maman
Je crie, hurle des mots insensés et je n’arrête pas de jouir avec des orgasmes à répétition. Sa langue lape chaque goutte qui sort de ma chatte. Je maintiens fermement sa tête entre mes cuisses trempées en appuyant mon con sur sa bouche chaude et humide.

Mon orgasme passe et je retombe en arrière m’écroulant à coté de mon fils sur le lit. Mon corps continu néanmoins d’avoir des convulsions et de trembler suite à cet orgasme explosif.

- Mon dieu, tu vas me tuer mon chéri. C’est toujours de plus en plus fort.
Je le regarde, couché là et encore menotté au lit ; son énorme bite toujours bandée, droite comme un mat, longue, dure, en attente...
Son visage est couvert de mon jus brulant et brille sous la lumière.
- Oh bébé, si tu te voyais... t’es tout collant et gluant, laisser maman te lécher pour que tu sois tout propre.

Je regrimpe sur lui et je passe ma langue sur son visage, lape et déguste le jus chaud qui couvre mon fils. Je caresse de la langue le pourtour de ses lèvres avant de plonger à l'intérieur de sa bouche et à nouveau embrasser mon Adonis de fils. C’est comme si je goutais à ma chatte, comme si je plongeais dans mon vagin humide et que je lapais comme une chienne tout le jus qui si trouve.

Lorsque j'ai fini de bien nettoyer son visage, je regarde de nouveau cette queue massive qui bat de plaisir dans l’attente d’une salope qui saurait quoi en faire.

Je crois que cette salope c’est moi ;
- Mon gros bébé, maintenant il est temps pour maman de punir cette monstrueuse chose qui me rend complètement dingue et de faire monter la pression pour me payer une bonne rasade de jeune foutre
Il sourit et ouvre grand les yeux quand je descend doucement vers le bas de son corps en le parsemant de baisers mouillés avant
d'atteindre cet énorme bâton qui dépasse son nombril.
- Maman va croquer ta bite et je vais te faire gueuler !
J’att**** ce gros morceau à pleine main, je serre fort et je branle cette merveille de la nature de bas en haut en la tirant vers ses cuisses pour mieux apprécier sa raideur. J’entends Mike gémir de plus en plus fort malgré sa bouche fermée et ses dents serrés. Je souri intérieurement et ouvrant ma bouche toute grande je gobe l'énorme gland qui s’enfonce directement au fond de ma gorge et j’engloutis toute sa grosse bite.
Mike gémit encore plus fort des que je commence à bouger ma tête de haut en bas sur sa bite géante qui malgré qu’elle risque de m’étouffer s’enfonce a chaque fois plus loin dans mon gosier.
Je garde néanmoins ma main sur la base de sa queue pour maitriser la pénétration de cette bite hors nature. De l’autre main je malaxe ses couilles que je sens lourdes et pleines.
Je manque d’air mais rien ne m’arrête tellement j’adore sentir sa grosse bite remplir ma bouche. Sa bite rempli ma bouche et je sens des frémissements monter dans sa succulente colonne de chair.
Il me faut quand même dix minutes de pompage pour sentir les premières pulsations de sa queue Je prends alors juste son nœud en bouche et je le titille avec ma langue avant de me jeter à nouveau sur sa bite et de la reprendre entièrement ma bouche chaude.
- Oh oui j'adore ta façon de me sucer, humm j’aime ta bouche qui bouffe ma bite. Oui suces-moi bien à fond comme ça, entoure mon gland avec ta langue… humm oui comme ça !
- Oui vas-y prend ton pied, je te sucerai autant que tu veux et je vais te faire jouir dans ma bouche,
Je sens soudain ses couilles vibrer dans ma main et sa bite palpiter fortement. Il va jouir, je vais le faire gicler, j’ai gagné !
Il laisse échapper un profond gémissement et une fraction de seconde plus tard un grand jet de foutre chaud rempli ma bouche.

Je garde mes lèvres serrées autour de sa queue alors qu’un jet puissant de foutre frappe mon arrière gorge. J’avale le délicieux nectar, c’est si merveilleux, C’est comme une crème épaisse et chaude. J’avale tout au fur et à mesure de ses nombreuses éjaculations. Ma main, qui est restée sur sa bite, pompe furieusement sur toute la longueur de l’énorme matraque de mon fils et jets après jets mon fils comble mon fantasme avec son sperme si délicieux.
Je suis toujours étonné de voir la quantité de foutre que mon fils peut décharger chaque fois qu'on baise. C’est un flot énorme à chaque fois et qu’en il se répand dans ma bouche je dois vite avaler avant que la prochaine grosse charge soit tirée par sa bite de cheval.

Mais comme une bonne salope que je suis j’avale jusqu'à la dernière goutte et je prends soin de presser sa queue pour être bien sure de ne rien laisser.
Mike n’arrêtait pas gémir même après avoir bien sucé son gland avec ma langue pour extraire la dernière goutte qui perlait.
- Bien mon grand, j’ai eu ce que je voulais. J’adore te faire jouir dans ma bouche et avaler ton sperme mais ce n’est que le début, j’en ai pas fini avec toi et tu es toujours menotté au lit de maman........
J'ai laissé Mike menotté pendant que j’ai pris une douche. En passant devant la porte de ma chambre je constate que Mike était endormi épuisé par sa jouissance, ses bras encore attachées au-dessus de sa tête, les fesses nues avec sa bite molle reposant sur lui.
J’en profite pour aller faire quelques courses
Au supermarché je ne peux pas arrêter de penser à mon fils, nu et menotté dans mon lit, attendant que je rentre à la maison et que je m’occupe a rendre sa grosse bite toute dure. Je sens des picotements dans ma chatte et je commence déjà à mouiller en ayant à l’esprit ce monstre de 28 cm et les choses étonnantes qu’il peut me faire.
Pendant mes courses, je ne peux m'empêcher de remarquer les jeunes gens qui sont là avec leur mère. Je me demande si ces mamans sont la putain de leur fils. Ces femmes ne savent peut être pas que c’est fantastique de se faire baiser par son propre fils, de se faire pilonner par une grosse queue. Mais voila... ont-ils une grosse bite comme mon fils ?
Je devenais moi-même très excitée et j'avais besoin de rentrer à la maison pour profiter de mon fils.
Je rentre donc et jetant mes courses dans la cuisine je crie :
- Mike, t’es réveillé ?
- Oui maman... répondit-il.

Je monte rapidement. Ma chatte est dégoulinante d'anticipation, sachant que mon fils est nu, attaché à mon lit et à ma disposition !
- Bonjour mon grand garçon, que vais-je faire de toi, nu sur mon lit et tout à moi ?
Je prends sa bite molle dans ma main et je commence la procédure désormais familière pour obtenir la dureté totale de mon garçon.

Même au repos mon fils a une grosse bite. Elle fait bien 13 à 15 cm de long et c’est doux au toucher, mais dans ma main experte elle se raidit très rapidement et toute la superbe de sa bite apparait à mes yeux.
- Muuumm, bébé, maintenant que ta bite est de nouveau prête, on joue à quoi ?
- Tu sais les mamans ne devraient pas profiter de leur fils comme ça... faire des pipes humides à leur jeune grosse bite ... ou coller leurs bâtons de baise dans leurs chattes mouillées ... ou rebondir sur leurs queues bien tendues.
Mais ta maman va faire une exception pour toi mon fils... ta maman veut ta queue dure et géante toujours disponible pour sa sale chatte, lui dis-je avec une voix un peu salace.

Mon fils souri et je lui retire ses menottes. Il met ses bras autour de mon cul, et me fout une tappe sur mes fesses.
- Je pense qu’il est temps maintenant que maman prenne cette énorme bite dans son..... CUL !
Les yeux de mon fils se sont écarquillés et il a crié avec enthousiasme :
- Vraiment!, tu crois que je pourrais ?

Je mets mes mains autour de son visage et le regarde dans les yeux et je dis :
- Oui mon beau garçon, il est temps de baiser le cul de ta mère! Mais tu attendras ce soir pour m’enculer avec ton monstre ! En attentant baise ma chatte... petit saligaud.
A suivre pour le final.
94% (18/1)
 
Categories: MatureTaboo
Posted by phantome19
1 year ago    Views: 2,715
Comments (5)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
Ah ça pour nous faire rêver tu nous fais rêver merci beaucoup !!!!!!!!!!!!
OALINE
retired
1 year ago
superbe histoire une suite ?
1 year ago
Non Mick-daniel,c'est un fantasme non assouvi complétement mais il faut le mettre sur papier et rêver un peu pour qu'il prenne vie.
1 year ago
C'est une histoire vraie ?
1 year ago
j'ai hate de lire la suite!!!!!!