GENESE DE LA MAISON MAITRE DE L'ORDRE PHI

RESUME DE LA GENESE DE LA MAISON MAITRE DE L’ORDRE PHI

Genèse

L’honorable Ordre Phi vît le jour en l’an de grâce 1813 lorsque Maître Percefort et Maître Preptus se rencontrèrent dans des circonstances qui restent sombres et floues pour le commun des mortels. Très vite, ils allèrent d’orgasmes en plaisirs divers et variés. Leurs honorables semences sous l’effet des crispations orgasmiques se répandaient en jets et flots. Après un pacte scellé par leurs propres semences, Maître Percefort et Maître Preptus devinrent fondateurs de l’Ordre secret Phi ; un ordre sans nul autre pareil puisque celui-ci prônait la liberté sexuelle et le plaisir extrême durant leurs assemblées.

Un autre membre vint se joindre à leurs rangs : Bandinius, il fut le Disciple Premier ; le seul disciple appartenant aux deux castes en même temps (Percefort et Preptus.)

A ce titre, il eut l’honneur d’ouvrir solennellement la première assemblée secrète devant les dix premiers disciples le 29 juillet 1814 dans les caves d’un vignoble. Bien que les éventuelles relations homosexuelles entre hommes ou femmes étaient dépénalisées depuis le Code Napoléon, le 21 mars 1804, l’Ordre préférait agir dans l’ombre et le confort soyeux de l’anonymat.
C’est pourquoi, lors des assemblées, les disciplines s’affublaient d’un masque noir de bois peint ainsi que d’une cape à large capuche d’une Aune de Rouen (approx. 1m50) de longueur à partir des épaules.

A la suite d’une assemblée durant laquelle un disciple reconnu sa sœur nonne dans les Promises d’une orgie, la loi « irreprehensibilis faciem » (visage irrépréhensible) fut déclarée par Maître Percefort qui fut suivit par Maître Preptus. Cette loi, toujours en vigueur de nos jours, ordonne que tout disciple et tout maître, ne peut enlever son masque sous peine d’être banni de l’Ordre, et ce, sur 3 générations à compter de sa descendance.
Dès lors, seules les femmes n’appartenant pas à l’Ordre (Promises) étaient entièrement nues et à visage découvert. C’est ainsi que l’Ordre découvrit la perversité extrême des femmes de puissants hommes politiques, délaissées par leurs conjoints.


De nos jours...


De nos jours, l’Ordre Phi fonctionne toujours de la même manière bien que certains détails, toujours forts proches des anciennes lois, aient été modifiés après l’assemblée de La Chambre de l’Ordre en 1988. Actuellement, pour entrer en tant que disciple dans l’Ordre Phi, il y a quelques conditions à respecter et épreuves à passer.

Abstinence de 4 jours

Tout d’abord, il y a l’abstinence de toute forme de sexe ou de masturbation durant 4 jours. Ces jours seront mis à profit par l’aspirant disciple pour apprendre l’histoire de l’Ordre ainsi que ses grades et ses objectifs.
Ensuite, l’aspirant sera présenté à l’assemblée réuni pour l’Agogé. Il portera un costume sombre et un masque blanc, symbole de la lumière de l’extérieur en opposition aux masques noirs des disciples représentant les ténèbres veloutés des assemblées. Il sera ensuite appelé à se déshabiller et l’Agogé commencera.


L'Agogé

L’aspirant devra se masturber sur quelque Promise ou disciple nue et exposée à son regard et produire une turgescence (érection) Il devra ensuite enfiler un préservatif, la pénétrer et déverser sa semence dans une coupe qui sera déposée sur une table devant le Maître qui préside l’Agogé.

Lorsque le Maître a donné son consentement pour la suite des évènements, l’aspirant doit toujours être capable de produire une turgescence en se masturbant à nouveau et en prenant part à une double pénétration formée par un Maître désigné par la présidence de l’Agogé et une Promise différente (ou quelques fois la même). L’entrée de pénétration du disciple sera tirée au sort. Il sera demandé à l’aspirant de répandre sa semence sur les seins de cette Promise à l’issue de la double pénétration. En général, le Maître prenant part à la double pénétration devient le conseiller et protecteur du futur disciple.
Une fois la semence répandue sur ses seins, la Promise se dirige vers la présidence de l’Agogé qui décide ou non de prendre l’aspirant comme disciple (celui-ci est généralement accepté puisqu’il est introduit par un des membres).

L'acceptation et l'adoubement

Dans le cas où l’aspirant est accepté comme disciple, le Maître qui préside l’assemblée mélange la semence dans la coupe avec un pigment, la lève devant l’assemblée et la verse sur le symbole de la Maison (il peut s'agir d'un glaive, d'un phallus en bois, d'un fanion,...)
L’assemblée applaudit alors et le Maître conseiller du nouveau disciple lui revêt sa cape.

Dans le cas où l’aspirant est rejeté, le contenu de la coupe est versé sur le sol, il revêt ses vêtements tout en gardant son masque jusqu’à ce qu’il sorte. Il déposera alors son masque devant l’entrée alors que les guetteurs seront retournés pour éviter de voir son visage.
En concertation avec la personne qui l’aura introduit, il pourra alors retenter l’Agogé trois fois.
0% (0/1)
 
Posted by ordre_phi
11 months ago    Views: 370
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments