De l'art de ramener une russe à la mai

Cette aventure commence lors d'une soirée. Comme tout bon étudiant à l'époque, je sortais avec la ferme intention de boire, et d'assumer les conséquences de cette première action le lendemain.
C'était dans une salle associative, l'ambiance était bonne, et comme en plus c'était la rentrée, il y avait eu un arrivage massif de nouveaux et jolis visages.
N'étant pas forcément le plus beau, mais étant d'un naturel avenant, je papillonnais donc d'une jeune fille à l'autre, lui proposant de danser, de boire, de s'amuser en sorte, sans arrière-pensées.
Il y avait cependant cette nouvelle, tout juste débarqué de Russie, qui semblait toute perdue. Elle était plutôt jolie, fine, avec une poitrine menue et des fesses rondes. Surtout, elle avait de jolis yeux, mais qui semblait un peu triste. C'est donc dans l'idée de la réconforter que j'allais lui parler. Mais apparemment je n'étais pas le seul à avoir eu cette idée aux vues du nombre de ses prétendants. Je lui parlais donc en toute amitié et lui offrit un verre histoire d'établir un premier contact mais je me faisais bientôt doubler par un concurrent dont les intentions se lisaient nettement dans le comportement.
Déçu mais heureux au moins pour lui, je la laissais se faire draguer. Mais un peu plus tard, un ami m'apprenait qu'elle avait tous ces prétendants car elle venait de se faire quitter le matin même par un des garçons présent et que tous ces jeunes voulaient la réconforter. Je ne pouvais cependant plus rien faire pour elle tant le bellâtre à qui je l'avais abandonner étant entreprenant.

A ma grande surprise, elle revint me voir plus tard dans la soirée car elle voulait discuter avec moi. Je vous passerai les détails concernant donc les sujets abordés mais elle finissait par me donner son adresse email n'ayant pas de téléphone français pour l'heure.

Je me retrouvais donc avec son contact pour lui avoir simplement parler sans rien tenter d'extravagant. Cette stratégie qui n'en était pas une finit par payer quand nous montâmes de nuit à La Bastille pour voir la ville car c'est moi, éméché, qu'elle vint voir pour se réchauffer.

Les lumières de la ville, sa chaleur tout contre moi et quelques verres de vin en trop finirent par me laisser aller à l'embrasser. Nous étions donc là, seuls au milieu de tous à nous embrasser, et j'avais le pressentiment que je pouvais rentrer avec elle. Je lui proposais donc de redescendre vers la ville en ma compagnie et c'est ainsi que je la ramenais chez moi.

Mes colocataires étaient tous endormis, et nous filions donc dans ma chambre. Mais j'avais trop bu déjà, et malgré l'état d'excitation dans lequel je me trouvais, j'étais incapable physiquement d'aller plus loin que l'embrasser.
Je m'attelais donc à la tâche à recouvrir chaque parcelle de son corps de caresses et de baisers de plus en plus aventureux. Je découvris alors à ma douce surprise que la belle était des plus expressives ce qui m'excitait encore plus.
Mais ne pouvant la conquérir, nous sombrions finalement dans un sommeil fait de caresses.

Seulement voilà, j'avais oublié une chose: samedi matin ou pas, j'avais un emploi étudiant! Je partais donc avec une gueule de bois pas possible vers mon boulot et laissais la belle aux soins de Morphée et des mes colocs que je prévins d'un mot sur la table.

En rentrant à 13h, je fus accueillis comme un héros par ces derniers, mais il ne l'avait pas vu se lever. Je retournais donc dans ma chambre et la découvrait encore endormie, nue, dans mon lit. Telle que je l'avais laissé en somme.
Ayant retrouvé la vigueur de mes 23ans, et surtout dessaoulé, je me glissais contre elle, nu moi aussi et la réveillais en l'embrassant.
Elle m'avoua alors m'avoir attendue, et commença directement à caresser mon pénis qui n'en demandait pas tant. Je jetais la couette au sol, et je l'embrassais en faisant glisser mes mains sur son corps pour lui signifier mon désir. Elle s'agrippait à mon extrémité ne voulant plus la lâché.
Nous étions là à nous rouler dans le lit quand je la mettais sur le dos et lui écartais lentement les jambes. Je profitai alors du spectacle que l'alcool avait embrumé la nuit précédente: un magnifique corps et un tout petit vagin imberbe qui appelait mes baisers. Je descendais donc chercher son clitoris, quand elle m'intima l'ordre de remonter en remontant ses jambes sur son corps. Elle était souple comme une acrobate, et mettant ses genoux au niveau de ses oreilles, elle frotta mon pénis à l'entrée de son vagin pour me montrer le chemin. Je n'en pouvais plus d'être aussi dur, il me fallait la prendre sur le champ. Je trouvais dans ma commode une capote que j'enfilais aussitôt et je me glissais dans son vagin tout serré! Que de sensations!

Jamais je n'avais pénétré vagin si étroit, et pourtant j'avais dépucelé quelques filles avant, mais là! Je me sentais vivant comme jamais, et posant mes mains sur le creux de ses genoux je la faisais aller et venir sur mon pénis en la basculant d'avant en arrière. Je la regardais dans les yeux et pouvais y lire son plaisir.

Seulement j'avais oublié l'heure et mes colocataires dans les pièces adjacentes. C'est quand elle recommença à faire entendre sa douce mélodie du plaisir que ça me revint mais c'était beaucoup trop bon et trop tard pour faire marche arrière. On continua donc de faire l'amour ainsi, la laissant chanter au rythme de mes va et viens en elle.
Je ne pouvais bientôt plus rés****r et je jouissais finalement en elle. C'était incroyable comme sensation. Ce vagin si serré qui juste avant s'était tout contracté de plaisir semblait vouloir m'aspirer en elle. L'orgasme que j'eus ce jour là était incomparable avec mes expériences précédentes.

On finit par se délacer l'un de l'autre pour finalement sortir du lit. Je pus donc la présenter à mes colocataires après cette petite heure câline, et à la vue de leurs visages on pouvait facilement deviné qu'ils avaient eu un aperçu sonore de l'action.

C'était la première fois que je la voyais mais pas la dernière.

La suite au prochain épisode.



85% (3/1)
 
Categories: Masturbation
Posted by mikmak399
1 year ago    Views: 443
Comments (1)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
Une belle entree en matière, si j'ose dire :-)