Entretien d'embauche

Je m’appel Melanie, mariée depuis 10 ans a un homme merveilleux, et qui après 2 grossesses, et la difficulté de retrouver le corps de mes 20 ans, et garder quelques rondeurs pas désagréable, que je mets en valeurs par la façon de m’habiller. Toujours en jupe , petit chemisier, talon et surtout ce qui n’est pas pour déplaire aux hommes toujours avec une paires de bas nylons.
Apres ma deuxième grossesse, et un an de chômage, je décidai de reprendre une activité, j’épluchais les annonces de l’ANPE, jusqu’à trouver une qui disait « Recherche en Urgence secrétaire bilingue etc… » . J’obtins un rendez vous dans la semaine. Le jour J arriva, après un bon café et une bonne douche le dilemme de toutes les femmes devant son armoire était, que vais-je mettre.
Mon mari me voyant préoccupée s’occupa de choisir ma tenue, il ce décida sur un jolie tailleur blanc , avec un debardeur bien plongeant ( deux grossesse laisse une agreable poitrine), la jupe asymétrique, tout en m’habillant je le vis fouiller dans les tiroirs, et me sorti une paire de bas couleur chair avec une grande jarretière, cela était généralement reservé pour nos sorties, mais il me dit qu’il fallait que je mette en valeur. Une fois habiller je chaussa mes chaussures, des talons blanc vertigineux, qui me faisait une merveilleuse cambrure.
Aux momment de partir mon mari s’approche de moi me colle contre le mur, ce colle a moi de dos et me glisse a l’oreille, bonne chance. Je sentais son sexe gonfler entre mes fesses, je le regardai et je lui dis a ce soir. En descendant les escaliers du hall pour rejoindre la voiture, je croisa mon voisin, qui était plutôt mignon et coquin, et avec des yeux tout brillant et un sourire des plus radieux , il me dit :
- Salut , Melanie, mais tu es magnifique aujourd’hui.
- Ah bon ! juste aujourd’hui. lui répondis-je
- Nan mais la te croiser comme ca le matin, habiller ainsi tu as éclairer ma journée, tu va ou ?
- J’ai un entretien pour un boulot.
- Attend moi je descends au garage aussi, tu vas me raconter tout ca.
Tout en descendant vers la voiture, la discussion tournais autour de moi et ma tenue.
-Tu sais Melanie habillez comme ca ; tu es sur de l’avoir le boulot.
-J’espère. Au faites tu va ou ? lui dis-je.
-Je t’accompagne, c’est un plaisir de suivre, surtout dans les garages.
-Toi ta idée derrière la tète ?
Et la sans me rendre compte au moment ou je me suis baisser pour enfoncer la clef dans la serrure de la porte de la voiture, je l’ai senti ce coller a moi, et la bosse était si énorme que je pouvais croire que c’était son sexe. Il me retourna et me dis :
-J’ai une des ces envies de toi et je sais que c’est réciproque.
-Oui mais la je n’ai pas le temps !
Il descendit ces mains le long de mon corp. remonta ma jupe jusqu’en haut de mes bas m’enleva le string, me lécha. Ensuite il ce relava sorti son énorme sexe et me dis d’un ton autoritaire, « Suce-moi » et la accroupi au fond d’un garage sombre entrain de le sucer profondément, il me redressa sauvagement me retourna sur le capot et me pénétra violement, son sexe était si énorme que chaque coup qu’il me mettait me coupais la respiration, il s’arreta brutalement me remis son sexe dans la bouche et je n’ai eu le temps de faire quoi que ce soit il ce vida complètement au fond de ma gorge en poussant des grognement. Moi pour ma part je restai sur ma faim, avec une chatte complètement ouverte et ruisselante.
Au moment de partir il ce retourne vers moi me montre mon string et me dis tu le récupéra ce soir, je t’invite toi et ton mari pour l’apéro. Je m’asseyais dans la voiture pris un bonbon à la menthe, je me remaquillais car mon rouge à lèvre c’était étalé sur le sexe de mon voisin. Et pris le départ.
Je pris la route toutes excitée, je pensais encore à cette poutre qui ne m’avais pas encore amenée au bout, j’étais trempée et ma chatte ruisselais toujours, arrivée sur l’autoroute je me suis retrouvée dans les bouchons, rêveuse sur le sexe de mon voisin, quand soudain un coup de klaxon m’extirpa de ce rêve , c’était 3 hommes dans un camion de déménagement qui me regardais avec de grand sourire coquin, que je leurs renvoyais, mais il ne lâchais pas ils restaient toujours a coter de moi coller a ma voiture, j’ai même eu l’impression que le passager ce masturbais, j’étais gênée et c’est la que je me suis rendu compte que ma jupe asymétrique le coter droit étant plus court que le gauche dévoilait quasiment toute la jarretière de mon bas ce qui m’excita encore plus, je tenais plus il fallait que je m’arrête a la prochaine station service et j’espère trouver une culotte pour retenir ce débordement dans mon intimité. Au loin j’aperçu mon bonheur, une station total, je m’insert dans la voie et me gare sur le parking , a peine ai-je eu le temps de sortir de la voiture que je suis rejoins pas les 3 hommes de tout a l’heure qui ce gare a coter de ma voiture. Je rentre dans la station et fait un tour dans les rayons sans trouver ce que je cherchais, j’en ai profité pour prendre a café histoire de me calmer, une fois le café en main je me pause sur une des table haute et commence à le siroter, quand soudain je sent une main m’effleurer les fesses, un frisson me traverse le corps, je me retourne et me trouve nez a nez avec le déménageur que je soupçonnait ce masturber quand ils roulaient a coter de moi, un échange de sourire ce fait, puis il ce dirige a la machine a café, il était de dos je le regardais son dos muscler taillé en V, des mains fortes et des fesses à tomber, mon esprit commençait a vagabonder, je me voyait prise par cette f***e de la nature. Une fois son café servi il se retourne me regarde avec un sourire coquin et me rejoins, je commence à bouillir, je sens de la mouille qui coule de mon entrejambe, il s’approche vers moi et me dit :
-Bonjours !! Je tenais a vous dire que vous êtes une femme magnifique et très désirables.
-Merci ! C’est tres gentil. Lui répondis-je
-Sur la route vous nous avez offert un magnifique spectacle.
-J’avais pas fais attention. Répondis-je d’un ton gêné.
-Et la en vous voyant ainsi, perché sur vos talon blanc et vos bas chair, c’est un veritable supplice pour nous les hommes.
-Je vous fais de l’effet ?
-Plutôt deux fois qu’une !!! et mon collègue aussi n’est pas rester de marbre, y à que notre chauffeur qui n’à rien vu et il le regrette.
-De toutes façon vous êtes garer a coter de moi, il pourra me voir la.
-Et bien écouter je vais faire un petit tour au toilette, et je sors défiler.
- Bonne idée vous aller pouvoir égayer la journée de notre chef.
-Ok à tout de suite, je reviens.
Je me dirige vers les toilettes, m’enferme dans l’unes d’elles et fais ce que j’ai à faire, quand soudain quelqu’un cogne à la porte.
-Oui !!! Dis-je
- Excusez-moi de vous déranger, je suis Jérôme le déménageur avec qui vous discutiez.
-Que voulez-vous ?
-Vous voir !!
- Attendez je sort.
Je me rhabille ouvre la porte, et la il était la devant moi, il ne dit rien, il m’att**** par la taille et me remet dans les toilettes, m’assoie dessus, défait son pantalon et me sors un sexe immense. Il me dit :
-Je tiens plus je me branlais sur toi tout a leur, la j’ai trop envi que tu me suce. Me dit-il son sexe à la main.

Et la sans me faire désirer j’att**** son sexe en pleine main et le dirige dans ma bouche, à peine quelque va et vient, que son sexe prend une empleur telle que ma bouche est ouverte au maximum, il m’att**** la tête et s’occupe du mouvement, je me retiens en attrapant ces deux fesses muscler a souhait, ca va de plus en plus vite je sais plus ou je suis, quand soudain je sens une chaleur dans ma bouche il vient d’ejaculer. Il se retire ce rhabille et avec un grand sourire de satisfaction il me remercie, il sort des toilettes sans un mot me laissant là toute étourdie. Je me ressaisis et sors pour rejoindre ma voiture, là j’aperçue Jérôme assis sur le capot de ma voiture, je m’approche de lui d’un pas rapide faisant virevolter ma jupe et laisser apparaître les bas et lui demande.

-Ca ta pas suffit ? Lui dis-je en espérant une réponse négative de sa part.
-J’ai mes collègues qui sont partis boire un café et j’ai les clef du camion, ca te dis de continuer ce qu’on a commencé au toilette à l’arrière du camion.
-Pourquoi pas !!
-alors vas-y monte…

Et la tout était prévu des couverture parsemer sur le sol, il m’y allonge, me caresse les jambes jusqu’à remonter sur ma chatte, à peine commencé à me titiller que je suis dans un autre univers, tellement ailleurs que je ne me suis pas rendu compte que ces deux collègues l’avait rejoint, je me lève subitement toutes gênée, là Jérôme m’att**** et m’embrasse à pleine bouche, ces deux compère le rejoins et me caresse dans tout les sens ils commencent à me deshabiller en enlevant ma veste et mon chemisier, les caresse allaient de plus en plus vîtes six mains qui s’attardait sur mes seins et sur mes jambes. Soudain Jérôme appuya sur ma tête pour que je me mette accroupi, je me retrouvais avec trois sexe devant le yeux dont deux énormes et la elles s’afféraient telles des serpents vers ma bouche, pendant que j’en suçais une je branlais les deux autres et ainsi de suite. J’étais si excitée que je me retourna me mettais a quatre pattes en leurs offrant mon orifice abondant de cyprine, ne regardant pas qui viendrai le premier je fermais les yeux et les laissais faire, je pouvais sentir le mouvement qui ce faisait autour de moi, un des trois ce plaça devant moi et enfourna son sexe dans ma bouche, c’était celle de taille moyenne mais elle était dure comme du béton rien ne pouvait la casser, quand soudain je sentis ce présenter un sexe énorme dans ma chatte me pénétrant en profondeur et en douceur , une fois prête les va et vient ce sont fait plus actif, la sensation était aussi énorme que le sexe qui me pénétrait, au bout de cinq celui qui ce masturbais dis « Maintenant Jérôme faut lui préparer son cul », la je pris peur ca je n’avais jamais été sodomiser par des colosses, le sexe de Jérôme s’extirpa et il commença à amener ma mouille sur mon cul et me doigter, une fois terminer et quasiment de suite je sentis mes fesses s’ecarter, ca faisiat mal mais aussi un bien fou, tellement de bien que mon compagnon que je suçais c’est retirer de ma bouche car il à faillit éjaculer , mon troisième compagnon qui ce masturbait s’allongea sur le sol et me fit signe de venir que c’était à son tour, je m’exécuta, me positionna sur lui attrapa son sexe à pleine main et le guida dans ma chatte et l’enfonça jusqu’aux bout, j’exerçais des mouvements de bassin de plus en plus rapide, il m’attrapa les seins encore enfermé dans mon soutiens gorge rouge et noir, je regardais le petit que je suçais depuis tout a l’heure et lui dit « occupe toi de mes fesses » il s’exécuta et me pénétra sauvagement, sur ce Jérôme me fourra son sexe dans la bouche et ce fut les instant les plus complet de ma vie. Apres m’être fait prendre par un long moment, enfin qui paru long tellement j’ai jouie, je m’allongea sur les couvertures avec trois sexe ce masturbant sur mon visage et chacun leur tour la fourra dans ma bouche pour ce vider. Tout le monde ce rhabilla, Jérôme me raccompagna à ma voiture et me dis qu’il désirait me revoir si c’était possible, je lui est répondu en m’approchant vers lui et en attrapant son sexe à pleine, que vu ce qu’il pouvait m’offrir ca serait avec un énorme plaisir, il me donna son téléphone et ce retira au camion, puis mes trois compagnon s’en alla.

J’étais sur les rotules, mais j’ai un entretien il me restais plus beaucoup de temps et fallait que je me refasse une beauté, j’ouvris mon coffre sortis ma trousse a maquillage et commençait le ravalement. Soudain une voiture s’arrêta et le chauffeur m’interpelle, je me dirige vers sa voiture et me demande « c’est combien », là je lui repondu que je n’étais pas une prostitué, il m’a répondu que vu ma tenue je devrais et s’en alla. Je me rendis compte que j’avais oubliée de redescendre ma jupe et qu’on voyait mes bas et si on insistait la culotte que je n’ai plus. Il était bientôt 11H et j’avais rendez vous à 11H30, je me dépêchais pris chemin de mon futur employeur.
11H30 j’arrive à la société, me fais connaitre à l’accueil, l’hôtesse me dirige vers un bureau et me dis de patienter. Je me retrouve seul, je m’ajuste correctement sur la chaise , redescend ma jupe car elle était un peu remonter et on apercevait mes bas, à ce moment là un hommes entre dans le bureau, stop cinq secondes en me regardant de haut en bas, je me leve pour le saluer, ce présente, et me fait le détail du poste, après une études de mon CV et une discussion de 20 min en anglais, il me demande si ca ne me dérange pas de continuer l’entretien au restaurant car il était l’heure de manger et que je correspondait à la recherche, et qu’il voulait approfondir l’entretien, on s’en alla et il précisa à l’hôtesse d’accueil qu’il ne voulait être dérangé par personne. Arrivé au restaurent il demanda une table un peu reculé pour pouvoir bavarder correctement, le serveur nous guida dans une arrière salle, ou ce trouvais déjà quelque personne, le serveur tira ma chaise pour que je puisse m’assoir, une fois en place le serveur nous propose de prendre un apéritif et mon futur employeur qu’on va appeler « Joe » commanda deux kir royal, la discussion bat son plein il a l’air satisfait de mes réponses , mais je me rend compte que son regard est fuyant, qu’il fixe souvent mon assiette et c’est la que je me rend compte que c’est une table en verre et que je n’avais pas reajuster ma jupe quand le serveur m’as fais assoir, je jette un coup d’œil furtif sur ce que je dois offrir à Joe et la je m’aperçois que ma jupe est relevée que mes bas sont visible et même voir mon sexe nue, ayant le doute je décide de croiser les jambes pour cacher mon intimité mais en contrepartie je laisse apparaitre la jarretière de 12 cm avec un peu du haut de ma cuisse. Son regard étant plus insistant et les kir de plus en plus nombreux, je décidai d’aller au toilette en m’excusant à Joe. Je me lève redescend ma jupe discrètement et entrepris le voyage jusqu’aux toilette, je me réajuste devant la glace, puis la porte s’ouvrit et un homme entra, c’était un de nos voisins de tables, et me demande si ca va, car il m’avait vu tituber jusqu’aux toilette et qu’il s’inquiétait, je lui est précisée qu’avec mes talon haut et les trois kir que j’ai pris ca faisait pas bon ménage il me dit qu’il savait ce que ca faisait et que je mette un peu d’eau sur le visage pour me rafraichir , je me penche sur le lavabo et commence a m’arroser délicatement quand soudain je sentis l’homme ce coller derrière moi et me remonter la jupe, j’étais pétrifier je ne bougeais plus, j’entendis ca braguette ce défaire et en un rien de temps il me pénétra , si vite qu’il a éjaculer sur mes fesses, j’étais complètement abasourdi, j’étais la penché sur le lavabo le cul à l’air dégoulinant de sperme chaud, mon hôte était déjà remonté en salle. Je me redresse essuie mon posterieur, me refait une beauté et rejoins Joe.
Pendant le repas qui était bien arrosé, Joe commença a me poser des question plus personnelle :
-Dites moi Melanie, Puis vous appeler Melanie ?
-Oui bien sur.
-Je tenais à vous dire que notre échange a été tres constructif, et que je serais heureux que vous soyez mon assistante personnelle. Par contre êtes vous mariée ?
-Oui ca va faire 10 ans .
-Car le poste comporte des déplacements ou des diners avec des clients le soir.
-Cela ne me pose aucun problème, surtout si le revenue est à la hauteur.
-Il le sera ! Ne vous inquiétée pas. En contrepartie ce sera tenue correct tous les jours, il nous est arrivé d’avoir des babas cool, ce qui n’est pas très bon pour l’image de l’entreprise.
-Ca ne me dérange pas du tout, d’ailleurs ce que je porte actuellement vous convient-il ?
-Absolument !! Vous êtes radieuse.
Apres ce compliment , l’homme des toilettes nous rejoignais, c’était en faites l’associé de Joe, il fait les présentation et me dis que je devrais travailler avec lui aussi, la fin du diner approcha et Joe me proposa de me raccompagné à la société pour signer le contrat, on sortit du restaurent, Joe m’ouvrit la porte de sa voiture, telle un homme galant, qui en faites ne voulait pas perdre une miette, et j’en jouait en remontant legerement ma jupe laissant apparaitre un petit bout de bas. Il va s’assoir à son tour, met les clef sur le contact, me regarde droit dans les yeux et me dit :
-Mon associé ma dit que vous étiez très professionnel.
-Ah Bon ? Répondis-je gênée.
-Oui et je voulais savoir à qu’elle point ?
A ce moment la ca main ce posa sur ma cuisse et la caressa tout en remontant ma jupe laissant la jarretière de mes bas bien visible, je voyais que caresser ce voile doux ne le laissait pas insensible vu la bosse qui ce profilait dans son pantalon. Je dégrafa les bouton sortis son membre dur comme du béton en entrepris une fellation, après une dizaines de minutes de va et vient, il ejacula au fond de ma gorge, je me redresse il me regarde et me dit « vous commencez lundi ». il me recondisit à ma voiture et me dit qu’on régleras tous les papier lundi. On se serre la main et me dis vivement lundi avec un petit sourire coquin.
Je reprend la route de la maison , avec dans la tètes cette série de sexe enchainé, qui m’excita de plus en plus, tellement excité, qu’à mon arrivé chez moi je pris mon jouet pour adulte préférée et me suis masturbée, j’étais la sur le canapé jambes écartées jupe relevée en m’enfonçant ce jouet de taille hors norme, quand tout un coup j’entendis la porte d’entrée s’ouvrir, c’étais mon mari qui rentrais, je fis en sorte de me réajuster de cacher mon gode, il rentra dans la salle a manger et me dis :
-Bonjours ma puce, tu es rentré ça c’est bien passer ton entretiens ?
-Très bien chéri, je commence lundi. Répondis-je d’une voix tremblante.
-Temps mieux. J’ai bien fait des déposer les enfants chez ma mère, on va pouvoir fêter ca.
-pourquoi tu les as déposer.
-Le voisin nous as inviter a boire l’apéro, je me suis dit qu’il valait mieux faire garder les enfants, tu sais comment ca ce termine en général, on picole on n’est pas en bonne état pour garder les enfants.
-Ah ok !! Tant mieux d’ailleurs, car j’avais prêté quelque chose à Luc (le voisin) et je tiens à le récupérer
Mon mari s’assit à coter de moi sur le canapé commence à me caresser la cuisse et remonte jusqu’en haut, mais je l’en empêche, car j’ai passer la journée sans mon string, même si j’avais une folle envie qu’il me prenne j’ai du me résoudre à l’abnégation en lui répondant ce soir, mais la il fallait que j’aille prendre une douche, ce qui me fit un bien énorme après cette dure journée. Une fois ma douche terminé je me dirige vers la chambre, pour choisir ma tenue de ce soir, je pensais à quelque chose de décontracté et soudain me vint à l’esprit l’énorme sexe de Luc entrain de me pénétrer sur le capot de la voiture. Alors j’opte pour une tenu plus provocante, je choisis un chemisier transparent avec un soutien gorge à dentelle rouge, pour le bas ce seras une jupe moulante qui arrive mis cuisse et qui est fendue à l’arriere jusqu’aux bas des fesses, accompagnée d’une paire de bas noir autofixant avec une grande jarretière blanche et couture, et pour les chaussure mes talons que je réserve généralement pour les soirée coquine avec mon mari avec des talon aiguilles immense, vernis, et la semelle rouges. Je rejoins mon mari dans le salon défile devant lui, et me dit d’un ton joueur que ce soir j’allais mettre le feu et j’y compte bien lui répondis-je avec un petit sourire.
Nous nous rendons chez Luc, descendre un étage avec ces talons est très périlleux, arrivée devant ca porte mon mari sonne et me dis soudain de ne pas bouger qu’il avait oublier ces cigarettes, je me retrouvai devant la porte seul quand Luc vint ouvrir la porte, me regarda de haut en bas et me sourit et me dit :
-Je t’en pris rentre, ton mari n’est pas la ?
-Si, il arrive il à oublié ces cigarettes.
-Alors permet moi de te dire que tu es sublime et extrêmement bandante !!
-Je t’en remercie pour ce compliment un peu hors du commun.
- De rein c’est un plaisir, allez suis moi je vais te présenter mes amis de la salles de sport , je leur est tellement parlé de ma sublime voisines, que quand je leur est dis que tu passais ce soir ils tenaient a te rencontrer.
-Tu aurais pu prévenir je ne me serais pas habillée comme ca !!! Ils vont me prendre pour une salope.
Je rentre dans le salon précédé de Luc, et la je vois cinq hommes taillé dans la masse et très beau par la même occasion, là deux des invités ce décale sur le canapé pour me laissée de la place, je m’assois au milieu de deux montagnes et je m’y sens bien, soudain Luc revint avec des pailles et en fait tirée une à chacun de ces convives, ils jouaient à la courtes pailles, je ne savais pas pourquoi ils faisaient ca et ils n’ont pas tenue à me le dire, après quelques minutes et quelques que caresse furtives, mon mari nous rejoins et s’assoie à l’opposer de moi, je vois qu’il est gêné de me voir entouré de tant hommes habillé comme je suis. Enfin l’apéro arrive et l’esprit de mon mari va pouvoir ce libérer, vu qu’il ne tient pas très bien l’alcool, et de verre de whisky en verre de wisky, il commence à ce lâcher et discute avec les amis de Luc, ils parlaient de moto, sujet que mon hommes connait bien, sachant que ca allait durer un temps je rejoignis Luc à la cuisine, une très belle cuisines américaine attelé à la salle mangé, Luc me précisa que si mon mari commençait à parler moto avec ces potes ils en auraient pas fini.
-Ca nous laisseras le temps de discuter sur l’objet que je tiens à récupéré.
-Je pense plutôt récupérer celui que tu as sur toi actuellement !!!
- pas de chance je n’en ai pas mis.
-Nan sérieux ?? Montre moi !!!!
Là je remonte ma jupe tout doucement cacher par le bar de la cuisine, pendant que mon mari et les invités discutaient à peine à cinq mètre de nous. Luc m’attrapa par les épaules me fis mettre accroupi, ouvrit ca braguette, j’en sortis son sexe tout moue que je me mis immédiatement à sucer, a peine trois aller retour que je sentis ma bouche s’écarter de façon exponentiel , il me redressa , me retourna contre le bar, passa son énorme sexe à travers la fente de ma jupe et me penetra sans vergogne de manière profonde et violente, j’étais obligé de mettre ma main devant la bouche pour ne pas hurler de plaisir, Luc ralentissait je voyais les invités me regardé discrètement surement pour ne pas éveillé mon mari qui était de dos et complètement saoul, soudain un des invité ce leva et nous rejoignis, posa une paille sur le bar et dis « a mon tour de baiser cette salope » En même temps qu’il disait ces mot il dégrafa son pantalon, je me baissa et me mis à le sucer pendant que Luc me défonça, il retira son sexe ce rhabilla et son compagnon pris ça place, ainsi de suite jusqu’aux dernier tous mon pénétré sans jouir, a un moment mon mari c’est levé du canapé en titubant, m’as rejoins de l’autre coter du bar et m’embrassa, il ne s’était même pas rendu compte que le dernier amis de Luc avait les main sur mes hanches son sexe enfoncé profondément, j’étais dans un état d’excitation extrême que j’embrassa mon mari intensément et pour ne pas aider notre amis qui était derrière moi donna des petit coup de reins provoquant des petit hale de jouissance, mon mari me regarda et s’en alla au toilette. Là je me retrouvais seul, mon compagnon en profita pour me pénétrer bestialement puis ce retira à son tour, ce rhabille et retourna s’assoir, je fis de même mais il était plus difficile pour moi de rejoindre le canapé j’avais les jambes sciées, je repris ma place à coter de mes deux compères qui s’empressèrent à me caresser les cuisses puis remonter discrètement ma jupe pour faire apparaitre mes bas, je n’ai pu m’empêcher de malaxer leurs énormes sexe a travers leur pantalon, quand soudain mon mari fis son entré dans le salon, j’étais tétanisé, puis s’asseyait sur le canapé me regarda sorti un foulard de sa poche le donna au compagnon qui était à ma droite me bande les yeux avec et la ce fut le noir complet, je sentis le canapé ce vider, il n’y avait plus personnes, une main vint att****r la mien, me fis me lever, me guida dans une autre pièce, cela devait être la chambre car je fus allongée à ce qui ressemble à un lit, là du monde s’affairait autour de moi, des caresses d’une multitude main envahis mon corps, m’écartant les jambes et la d’une f***e un sexe me pénétra me lima d’une telle vitesse que j’en avais le souffle coupé qui ce retira par la suite pour finir dans ma bouche ce vider. En fin de compte c’était mon mari, il me dit par la suite dans l’oreille qu’il rentrais à la maison et que je profite de cette soirée au maximum.
93% (18/1)
 
Posted by mealanie
11 months ago    Views: 4,201
Comments (7)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
8 months ago
Tellement bandant ! Grosse salope tous les males veulent te culbuter !
9 months ago
Très très bonne !
9 months ago
Histoire très excitante.
11 months ago
une salope dans toute sa splendeur! quoi de mieux qu'une telle truie vicieuse pour lui en mette plein les trous.
11 months ago
Tu m'as fait bander comme un fou..j'ai adoré t'imaginer avec toutes ces queues, pendant que je me suis branlé et joui pour toi..merci ma belle..
11 months ago
de très belle histoire , a quand les suites....
11 months ago
mmmm terriblement excitante comme histoire!