VU SUR LE NET: Max et la perversion de deux famill

Après s’être levés tard ce samedi matin, Julie et Thierry descendent au rez-de-chaussée et retrouvent Anne et Maxime en train de prendre le petit déjeuner dans la cuisine. Aucun d’entre eux ne semble gênés de les voir arriver ensemble. Julie s’approche de Max et l’embrasse à pleine bouche alors que Thierry fait de même avec sa femme. Puis Julie s’approche d’Anne et l’embrasse de la même façon qu’avec Max en lui caressant les seins. Ils se mettent ensuite à table et prennent le petit déjeuner en plaisantant et en se remémorant les meilleurs moments de la soirée. Il n’existe plus de tabou entre eux et les deux femmes ne se gênent pas pour se caresser les cuisses sous la table.
En milieu d’après-midi, le téléphone de Julie sonne et après une courte conversation elle annonce qu’elle doit rentrer chez elle. Son père a du s’absenter pour la fin du week-end car sa mère est souffrante. Isabelle, la mère de Julie, lui a demandé de rentrer car elle n’a pas envie d’être seule jusqu’à dimanche soir. Devant la mine boudeuse de sa petite amie, Max lui propose d’aller passer le reste du week-end chez elle pour qu’elle ne soit pas seule avec sa mère. Julie accepte avec joie sans se douter que son petit ami a déjà une idée derrière la tête.
Avant que les jeunes gens ne quittent la maison, Anne entraîne Julie dans sa chambre et, ouvrant son dressing, elle lui demande de choisir quelques parures de sous-vêtement de grande collection. Un peu gênée, Julie refuse mais sa future belle-mère dit qu’elle n’a jamais tout pu porter et que quelques ensembles ne lui ferons pas défaut. La jeune femme se laisse alors tenter et fouillant dans les effets elle jette son dévolu sur une parure en soie blanche et dentelle noire puis une entièrement en dentelle rouge. Anne cherche dans un autre tiroir et lui offre une jolie guêpière rouge et noir qu’elle a achetée à l’intention de sa future belle-fille. Elle insiste pour que la jeune femme l’enfile et l’aide pour accrocher tous les petits fermoirs dans son dos. Elle la fait ensuite s’allonger sur le lit et fait glisser de fins bas résilles sur ses jambes nues avant de les accrocher aux jarretelles de la guêpière. Julie ferme les yeux et se rappelle du contact avec les mains de son père lorsqu’il l’avait aidé à enfiler son premier porte-jarretelles. Comme un appel à la caresse, Julie ouvre largement les cuisses et Anne se laisse aller à poser sa bouche sur la petite chatte toute lisse de la jeune femme. Un soupir l’encourage à aller plus loin et elle passe sa langue entre les lèvres intimes de Julie pour remonter vers son petit bouton. La jeune femme commence à remuer les hanches et à gémir sous la merveilleuse caresse et Anne en profite pour introduire un doigt dans la petite chatte déjà toute trempée. Quelques va et vient suffisent à faire partir Julie qui jouit sur la bouche de sa future belle-mère qui se délecte de son jus d’amour. Anne remonte le long du corps encore secoué par la jouissance et vient poser ses lèvres sur celles de Julie qui ouvre les lèvres pour laisser passer la langue d’Anne qui l’embrasse avec passion en lui caressant sa petite chatte. Après une dernière étreinte, Anne se relève en annonçant :
- Ma petite chérie, il va falloir penser à t’habiller pour rentrer chez maman.
- J’étais si bien, là, avec toi!
- Je sais mais il faut donner un peu de ton temps à ta mère. Nous nous reverrons bientôt.
- Bien, j’y vais mais je vais devoir enlever tout ça avant de rentrer à la maison.
- Comme tu veux mais je veux que tu le portes ce soir pour mon fils.
- Si tu me le demandes, je le ferai! Je suis toujours ta petite salope!
- N’oublie pas ton petit cadeau d’hier soir! dit Anne en tendant à Julie le collier et la laisse qui étaient restés sur le lit après les ébats de la veille.
- Bien sûr que non, je me sentirais nu maintenant sans ça!
Julie prend un petit moment pour s’habiller et oubliant volontairement de mettre des sous-vêtements car depuis qu’Anne et Max lui ont fait découvrir elle aime à se sentir nue sous ses vêtements en pensant qu’à tout moment un inconnu peut deviner dans un mouvement qu’elle ne porte rien dessous. Elle rejoint Max et Thierry au rez-de-chaussée et annonce qu’elle est prête à partir. Elle embrasse tendrement son futur beau-père qui passe une main sur ses fesses avant d’entraîner Max vers la sortie de la maison. Anne les attend dans le salon et les deux jeunes gens l’embrassent tendrement en passant leurs mains sur ses seins avant de prendre congé. Max et Julie montent chacun dans leur voiture et prennent la route pour se rendre chez les parents de la jeune femme.
Ils rangent leurs voitures et entrent dans la maison où ils retrouvent Isabelle qui se prélasse devant la télévision. Elle porte une jupe sage taillée au dessus du genou et un petit chemisier qui laisse deviner la beauté de ses seins. Julie lui pose une rapide bise sur la joue et se précipite aux toilettes prise d’un besoin pressant. Isabelle qui n’a pas revu Max depuis le jour où il l’a merveilleusement baisée dans la salle de bain se lève gênée pour saluer son futur gendre. Elle s’approche pour l’embrasser sur la joue mais Max passe sa main sur sa taille et l’embrasse sur les lèvres.
- Non, il ne faut pas! chuchote Isabelle.
- Ce n’est pas ce que tu m’as dit la dernière fois!
- J’ai été folle d’agir comme ça, nous ne devons pas faire ça! tu es le petit ami de Julie!
- C’est sa présence qui te gêne, dit Max en passant sa main sur les fesses d’Isabelle.
- Oui, l’autre jour c’était différent! Nous étions seuls!
- On pourrait….
La conversation reste en suspend car Max vient d’entendre la porte des toilettes s’ouvrir. Il lâche Isabelle et reprend une conversation normale avant que Julie ne revienne au salon. Ils passent tous les trois un bon moment à discuter de choses et d’autres et, à l’approche du repas, Isabelle se lève pour se rendre à la cuisine. Julie embrasse Max et lui dit qu’elle va aller prendre une douche en lui suggérant de donner un coup de main à sa mère. Max lui dit qu’il va faire pour le mieux et regarde sa petite amie se diriger vers la salle de bain. Après une minute, il se dirige vers la cuisine où il trouve Isabelle affairée à préparer le dîner. Elle lui tourne le dos et il s’approche doucement d’elle. Il se colle à elle et passe une main sur l’un de ses seins.
- Tu es fou, Julie est à coté, dit Isabelle en sursautant.
- Elle est partie se doucher, répond Max en faisant glisser sa main sur le ventre de la mère de sa petite amie.
- Il ne faut pas, dit Isabelle dans un souffle. Mais sa respiration trahit son excitation.
- Tu as pourtant retiré ta culotte depuis notre arrivée, rétorque Max en passant sa main sur son mont de Vénus.
- Mmmh, oui, c’est vrai, dit Isabelle en sentant les doigts de Max glisser sur son clitoris.
- Tu as envie de ma queue!
- Oui, mais il y a Julie ! Arrête de me caresser, tu vas me rendre folle!
- Je dois pouvoir arranger ça! dit Max en cessant sa caresse.
- Je n’en suis pas vraiment sûre, comment vas-tu faire?
- Tout ce que je te demande, c’est d’aller prendre un bain et de passer une tenue sexy.
- J’ai toujours réservé ces tenues à Pierre, Julie ne va pas comprendre!
- Tu ne connais pas ta fille autant que tu le crois, laisse-moi faire et vas prendre ton bain!
Max embrasse avec fougue sa future belle-mère avant de la laisser se diriger vers la salle de bain. Isabelle entre dans la pièce et trouve sa fille nue en train de se maquiller devant le miroir. Elles échangent quelques banalités et Isabelle se surprend à admirer le corps de sa fille en faisant couler son bain. Sa fille a une très belle silhouette et ses lignes harmonieuses attirent le regard. Isabelle retire ses vêtements en tournant le dos à sa fille et cette dernière l’admire dans le miroir en pensant que sa mère n’a rien à lui envier. Julie repense à ses ébats avec Anne en regardant sa mère et sent une chaleur monter dans son ventre. Isabelle se glisse dans son bain et Julie pose une serviette autour de son corps avant de quitter la salle de bain dissimulant son trouble. Elle retrouve Max qui s’affaire dans la cuisine et vient se blottir contre lui. Il l’embrasse tendrement tout en glissant une main sous la serviette et constate que sa chatte est humide.
- La douche n’a pas l’air de t’avoir calmée!
- Mmmh, depuis que je suis ta chose, j’ai toujours envie!
- Vas mettre le cadeau que maman t’a offert!
- Comment tu sais ça!
- Parce que je l’ai choisi avec elle!
- Tu as bon goût, mon chéri. Je file m’habiller.
Pendant que les deux femmes se préparent, Max va à la cave et choisit une bonne bouteille de vin pour accompagner le dîner. Son regard se pose sur une alvéole remplie de champagne. Il prend une bouteille pour la mettre au frais en pensant que ça fera un bon digestif. Il met la table et prépare un cocktail pour accueillir les deux femmes dans le salon. C’est Julie qui revient la première. Elle porte une jupe noire qui moule ses hanches et ses cuisses et qui recouvre tout juste le haut de ses bas. Elle a enfilé une veste croisée blanche dont le décolleté laisse entrevoir le bustier de sa guêpière. Julie n’a pas oublié de placer sur son joli cou le collier en cuir clouté que lui a offert Anne et tend avec soumission la laisse à Max. Ce dernier admire la grande beauté de sa petite amie et l’invite à s'asseoir près de lui avant de lui tendre un verre.
- Si tu es sage et que tu fais ce que je te demande ce soir, je te promets que bientôt tu connaîtras l’amour avec ton père.
- Tu es sérieux? lui répond Julie.
- Oui mais ce soir il va falloir donner du plaisir à ta mère. Elle m’excite tant!
- Ca me fait peur mais je suis à toi et je ferai tout ce que tu veux.
Ils s’embrassent passionnément avant de goûter au cocktail que Max a préparé à leur intention. Isabelle fait alors son apparition dans le salon. Julie n’en revient pas, sa mère porte une robe courte croisée dont le décolleté descend largement entre ses seins montrant ainsi qu’elle ne porte pas de soutien-gorge. Ses longues jambes son gainées de bas de satin et la démarche que lui donne ses escarpins à talons hauts laisse entrevoir le haut de ses cuisses entres les pans de sa robe. Max ne manque pas de remarquer que ses tétons pointent à travers le tissu de sa robe. Un peu gênée par le regard des jeune gens, elle prend vite place dans un fauteuil et laisse Max lui servir son verre. Ils discutent un bon moment avant de passer à table. Pendant le repas, Max ne manque pas de servir du vin aux deux femmes et après un bon repas il les invite à passer au salon pour prendre le digestif. L’alcool aidant, les deux femmes sont détendues et s’installent dans le canapé en riant. Max passe à la cuisine pour récupérer la bouteille de champagne et retrouve les deux femmes au salon pour leur servir une coupe. Il s’installe à son tour sur le canapé près d’Isabelle qui se retrouve entre sa fille et son futur gendre. Ils trinquent une nouvelle fois et dégustent avec bonheur le doux breuvage. Isabelle croise les jambes et, dans le mouvement, les pans de sa robe s’ouvrent laissant entrevoir le haut de ses bas. Julie remarque alors le regard de Max plongé sur les cuisses de sa mère et, soudain troublée, dit :
- Je ne t’avais jamais vu en bas, maman!
Gênée, Isabelle saisit un pan de sa robe pour recouvrir ses cuisses mais Max retient sa main l’obligeant à laisser ses atouts en vue. Il pose une main sur sa cuisse en disant à Julie :
- C’est joli, mais je suis sûr que tu as mieux à montrer à ta mère.
- Tu veux que je lui montre ton petit cadeau? dit Julie la tête un peu embrumée par l’alcool.
- Bien sûr, je veux qu’elle voit comme tu es désirable!
Julie se lève et, se plaçant face à sa mère, elle retire sa veste qui s’ouvre sur le haut de sa guêpière en dentelle rouge et noire. Troublée par cette vision, isabelle ne peu détacher son regard du corps de sa fille et ne se défend pas lorsque Max remonte sa main sur le haut de sa cuisse. Julie dégrafe sa jupe et la laisse tomber à ses pieds pour se retrouver face à sa mère en guêpière et en bas ayant totalement oublié qu’elle n’a pas mis de culotte et qu’elle offre sa chatte toute lisse à la vue de sa génitrice. Max se lève et sortant la laisse de sa poche, il l’accroche au collier de Julie. Il se rassied à coté d’Isabelle et tirant sur la laisse, il oblige sa petite amie à se mettre à genoux devant lui. Sous le regard d’Isabelle, il saisit la main gauche de Julie et la pose sur son sexe à travers l’étoffe de son pantalon. Julie comprend qu’elle est arrivée au point de non retour et que quoi qu’il arrive, elle fera tout ce que Max lui demandera tant il la tient par son envie de sexe. Julie caresse doucement le sexe de son petit ami alors que celui-ci se penche vers sa mère pour l’embrasser à pleine bouche en glissant une main entre ses cuisses. Grisée par l’absorption d’alcool, la vue de sa fille si docile face à Max et la main de ce dernier qui se glisse entre ses jambes, Isabelle se laisse aller au baiser du jeune homme en ouvrant les cuisses pour lui faciliter le passage. Il glisse un doigt sur sa chatte humide et remonte vers son clitoris qui bande déjà d’excitation. De sa main libre, il prend la main qui lui caresse la queue et la place dans le décolleté d’Isabelle. Comprenant la volonté de son petit ami, Julie place sa main sous le tissu de la robe de sa mère et caresse ses seins nus lui arrachant un soupir de satisfaction. Max ramène sa main libre vers son sexe et ouvre son pantalon en demandant à Julie :
- Suce-moi ma petite salope, je veux ta bouche sur ma queue!
Sans dire un mot, Julie approche son visage près du sexe de Max et passe sa langue gourmande sur son gland. Ses lèvres descendent et remontent le long de sa hampe avant qu’elle ne prenne la grosse queue au plus profond de sa gorge. Max soupire d’aise et glisse un doigt dans la chatte trempée de mouille de sa future belle-mère qui ouvre largement les jambes pour lui faciliter le passage. Max en profite pour glisser un deuxième doigt dans la chatte accueillante arrachant un profond soupir à la mère de sa petite amie. Très excité par les caresses de Max et par le spectacle que lui offre sa fille, Isabelle pose sa main sur la bite de Max et le branle doucement pendant que Julie le suce. Branlé par la mère et sucé par la fille, Max a du mal à se contenir et envoie quatre longs jets de foutre dans la bouche de sa petite amie. Il tire sur la laisse de la jeune femme en disant :
- Partage avec maman, ma petite chienne!
Julie se lève gardant une partie de la semence dans sa bouche et se plaçant à califourchon sur les cuisses de sa mère, elle approche sa bouche de la sienne pour glisser sa langue entre ses lèvres et partager le sperme de Max dans un fougueux baiser. Julie enserre amoureusement le cou de sa mère alors que cette dernière lui caresse les fesses en goûtant le jus du jeune mâle dans sa bouche. Très excitée, Julie ouvre la robe de sa mère et la lui retire tout en l’embrassant fougueusement. Elle plaque ses mains sur ses seins pour les caresser alors que sa mère malaxe ses fesses tout en soupirant dans sa bouche. Max les laisse se caresser un instant avant de tirer sur la laisse de Julie en disant :
- Il va falloir que vous me remettiez en forme mes petites salopes!
- Comme vous voudrez, maître! lui répond Julie.
Max se place au milieu du canapé et demande aux deux femmes de se placer de part et d’autre de son corps. Il leur impose de se mettre à genoux et attire les deux têtes vers son sexe qui commence à reprendre de bonnes proportions. Dans cette position, les deux femmes ont la croupe en l’air et il lui est aisé de passer une main sur leurs sexes trempés de mouille. Il introduit un doigt dans chacune des deux chattes en chaleur alors qu’Isabelle se saisit la première de sa queue. Elle passe sa langue sur son gland avant de descendre le long de sa hampe avant de venir lui lécher les couilles. Elle remonte ensuite ses lèvres le long de la tige avant de la prendre en bouche pour pomper le nœud avec douceur. Elle relève enfin la tête et, du regard, invite sa fille à reproduire la même caresse. Max fait maintenant coulisser deux doigts dans chacune des deux chattes arrachant des soupirs aux chiennes qui le sucent. Isabelle pose un baiser sur à la commissure des lèvres de sa fille qui suce toujours Max et lui dit dans un souffle :
- Mmmh, c’est bon, il me défonce la chatte avec ses doigts!
- Moi, il m’en a mis un dans le cul! dit Julie en lâchant la queue de Max et en poussant un râle.
- Aaah, on ne m’a jamais fais ça! il me met aussi un doigt, non, pas moi…
- Mmmh, laisse toi faire maman tu vas aimer! oh oui, il m’en met un deuxième, J’aimeeee…
- Aah oui, il est entré! Mmmh, c’est vrai que c’est bon! Vas-y défonce moi mon salaud!
- Tu aimes ça! Tu en veux un autre dans le cul? demande Julie à sa mère.
- Ooh oui, c’est trop bon!
- Espèce de petite pute! Donne-moi ta bouche pendant qu’il nous défonce le cul!
Ces mots dans la bouche de sa fille auraient du la choquer mais excitée par cette caresse jusqu’alors inconnue, Isabelle tend ses lèvres à sa fille et l’embrasse avec fougue. Leurs lèvres se séparent et Isabelle dit à sa fille dans un souffle:
- J’ai envie de ta chatte, ma petite chérie!
- Tu l’as déjà fait! demande Julie, surprise.
- Oui, il y a longtemps avec une copine de lycée.
- Allez-y les filles! dit Max en retirant ses doigts des orifices dilatés des deux femmes.
Julie entraine sa mère vers la chambre conjugale et s’allonge sur le lit les jambes largement ouvertes. Isabelle place ses jambes de chaque coté de la tête de sa fille et plonge entre ses cuisses. Sa langue prend possession de la vulve de Julie alors que Max viens de les rejoindre après s’être mis complètement nu. Isabelle sent la langue de sa fille se poser sur son clitoris alors que son futur gendre lui caresse doucement les fesses.
- Oh oui, prend moi mon grand pendant que je mange la chatte de ma fille!
- Tu es aussi salope que ta fille!
- Non, plus, car je veux me faire mettre par son petit ami!
- Alors, il va falloir lui demander la permission!
- Julie, s’il te plait! J’ai trop envie de sa queue!
- Fais-moi jouir avec ta langue pendant qu’il te baise comme une petite pute! répond Julie.
Isabelle replonge son visage entre les cuisses de sa fille et se délecte de sa mouille en passant alternativement ses lèvres sur son clitoris et ses lèvres intimes. Max se place derrière sa future belle-mère et lui saisissant les hanches il plante son dard dans sa chatte lubrifiée à souhait. La langue de Julie s’active sur le petit bouton de sa mère et l’effet conjugué de la caresse et de la pénétration arrache de profond soupires à Isabelle. Max dépose de la salive sur le petit trou d’Isabelle et masse doucement la rosette du pouce avant de l’introduire progressivement. L’orifice déjà dilaté par la précédente pénétration laisse le doigt s’introduire sans résistance. Pour la première fois de sa vie, Isabelle est prise par les deux trous et se laisse aller à glisser deux doigts dans la chatte de sa fille qui gémit en lui mangeant le clitoris. Ayant bien dilaté le petit trou de sa future belle-mère, Max retire son pouce et vient placer son gland sur le petit œillet palpitant d’Isabelle. Il pousse lentement son bassin vers l’avant jusqu’à ce que son gland entre dans le petit cul arrachant un cri à la mère de Julie. Il marque une pose avant de reprendre sa progression pour s’enfoncer complètement en elle. Pour aider son petit ami, Julie écarte de ses mains les fesses de sa mère tout en lui léchant le clitoris. Isabelle se détend et commence à pousser de profond soupirs lorsqu’elle sent la queue de Max faire des va et vient dans son anus dilaté par l’excitation.
- Aah, il m’encule le salaud!
- C’est tout ce que tu mérites, ma petite pute! dit Julie avant de lui enfoncer deux doigts dans la chatte.
- Oh, oui! traitez moi comme une chienne, j’ai trop envie de jouir!
- Mets tes doigts dans mon cul et fais-moi jouir, espèce de salope! dit Julie dans un cri.
Au bord de la jouissance, Isabelle introduit deux doigts dans le rectum de sa fille déclenchant en elle une onde de plaisir qui l’amène rapidement vers la jouissance. N’y tenant plus, Max décharge dans le fondement de sa future belle-mère l’entrainant vers un orgasme qu’elle n’avait pas connu depuis longtemps. Ils prennent ensemble un pied phénoménal et se laissent retomber sur le lit, las de leurs ébats. Ils passèrent le reste de la nuit entrelacés dans le même lit ne sachant jamais vraiment à qui était la main qui se promenait sur leur corps.

A suivre
0% (0/3)
 
Categories: Group SexTaboo
Posted by master_h
8 months ago    Views: 159
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments