VU SUR LE NET:Julie, Maîtresse d'&eacu

Retour au lycée Condorcet 3/3




Précédemment : La proviseure-adjoint, Julie Juannot, dispense son premier cours à Arielle. Elle lui fait connaître les délices de la sodomie. Et plus encore. Toutefois, Arielle n’est pas au bout de ses surprises…


« Il est six heures du matin et vous écoutez Rocket Radio, la radio qui envoie du lourd ! En direct, Ray, votre animateur… »

Une main émerge des couvertures et tâtonne dans le vide, survole la table de chevet, et à l’aide d’une petite tape désactive l’alarme du réveille-matin. Et puis le silence. C’est au bout de cinq minutes qu’un grognement se fait entendre. Arielle ouvre les yeux, lentement, souhaitant ne jamais s’être réveillée. Enfin, elle soulève les draps, jette ses jambes sur le côté, et quitte son lit pour se diriger vers la fenêtre de sa chambre. Il fait encore sombre dehors. Arielle pousse un long soupir. Elle a encore en tête les derniers évènements survenus au lycée Condorcet, il y a de ça deux jours. Elle ne sait toujours pas quoi en penser. Finalement, elle prépare ses affaires pour son jogging matinal. Voilà qui devrait lui changer les idées.

Il s’écoule une heure avant son retour. Arielle réalise quelques étirements, puis file à la douche pour enlever la crasse. Elle retourne dans sa chambre, met des vêtements propres et attache ses cheveux avec un ruban de couleur rouge. Par la suite, elle rallie la cuisine. Arielle a la bonne surprise de croiser sa mère. Elle ne la voit pas beaucoup en ce moment, à cause de son travail.

– Bonjour, ma chérie.
– Bonjour, répond Arielle. Tu as travaillé toute la nuit ?
– Oui. Nous sommes sur une grosse affaire. Les effectifs sont tous mobilisés. Je ne peux pas t’en dire plus. Ne m’attends pas pour dîner. Je vais probablement rentrer très tard.

Arielle écoute sa mère avec attention, faisant tournoyer sa cuillère au milieu des céréales.

– Et comment ça va au lycée ?
– Tout va bien. Les professeurs sont vraiment cool avec moi.
– Ah ! J’oubliais… Tu as reçu une lettre.

Arielle att**** l’enveloppe que sa mère lui tend, la dépouille et s’étonne en voyant un DVD atterrir dans le creux de sa main.

– Je te souhaite une bonne journée, déclare sa mère avant de quitter la maison.

Arielle regarde à l’intérieur de l’enveloppe mais ne découvre aucun autre contenu. Elle ne sait même pas qui est à l’origine de ce courrier.

Intriguée, elle monte dans sa chambre, allume son ordinateur et insère le disque dans le lecteur. Une fenêtre s’ouvre alors sur le Bureau. Un fichier vidéo se met en route. Son sang ne fait qu’un tour. Arielle reconnaît immédiatement la classe de biologie. Et sur la table, elle et la proviseure-adjoint. Le visage de cette dernière est floutée mais le sien est parfaitement reconnaissable. Elle regarde la vidéo en silence, incapable de faire le moindre mouvement. La caméra se concentre un moment sur la proviseure-adjoint, affublée d’un gode-ceinture, faisant des va-et-vient à l’intérieur de sa chatte. Elle l’a saisit par la taille, lui chuchote des propos avilissants et la pénètre encore plus violemment. Arielle peut entendre ses gémissements malgré le son très faible de la vidéo, suppliant la proviseure-adjoint de la faire jouir.

Arielle reprend ses esprits et coupe le film, interdite. Elle continue de fixer l’écran de son ordinateur, ne sachant pas qu’elle attitude adopter. Les pensées se bousculent dans sa tête. Les minutes défilent. Arielle n’arrive pas à savoir ce qui est le plus dérangeant : la vidéo amateur faite à son insu ou le plaisir qu’elle a pris au cours de cette soirée ?

Ce sentiment étrange ne la quitte pas jusqu’à son arrivée au lycée. Mais aussi durant les premiers cours de la matinée.

Arielle a de plus en plus de mal à avoir les idées claires. Elle profite alors de la récréation pour se rendre au bureau de la proviseure-adjoint, frappe à la porte et patiente un petit moment avant d’être invitée à entrer. La pièce a conservé son atmosphère inquiétante, encore une fois plongée dans la pénombre.

– Je t’attendais.

Julie Juannot regarde sa petite protégée avec un sourire amusé, ajuste son chemisier, ce qui à sa plus grande satisfaction met mal à l’aise sa visiteuse, et d’un geste de la main indique la position d’un petit meuble à l’autre extrémité du bureau. Arielle traverse la pièce, puis rapplique avec un sac de sport.

– Tu viendras à mon bureau après la fermeture du lycée. Cette séance devrait répondre à tes nombreuses questions.

Arielle sent un frisson la parcourir. La proviseure-adjoint peut lire en elle comme dans un livre ouvert. Finalement, elle acquiesce d’un geste de la tête.

Quelques heures plus tard, Arielle franchit à nouveau le seuil du cabinet. Elle avance lentement en direction du bureau, parfois de façon maladroite à cause des talons hauts qu’elle porte aux pieds. Mais ce n’est rien comparé à la combinaison en résille de couleur noire qui recouvre la quasi-totalité de son corps, ouverte à l’entre-jambes (avec un petit string assorti) et amplifie encore davantage sa nudité. Et pour finir, un collier autour du cou, fait de cuir, doté d’un anneau sur le devant.

– Je suis prête pour ma leçon, Madame la Proviseure-adjoint.
– Evidemment. Et j’ajouterais que ces vêtements te vont à ravir.

Julie s’appuie sur le rebord de son bureau, remonte sa jupe et fait signe à Arielle de venir la rejoindre. Elle se délecte du spectacle alors que sa nouvelle recrue lui broute le minou, puis exerce une pression sur la tête de cette dernière pour accroître son plaisir.

– Oh ! J’aime le contact de ta langue sur ma chatte !

Durant cet intervalle, un homme entre dans le bureau, en silence. La présence des deux femmes ne semble pas le surprendre. La plus vielle esquisse même un sourire à son arrivée. Il prend un moment pour les regarder, très intéressé par la jeunette qui n’a pas encore détecté sa présence.

Arielle laisse échapper un petit cri quand l’homme pose ses mains sur son postérieur. Elle tourne la tête dans sa direction, aussitôt remise dans le droit chemin par la proviseure-adjoint qui la dirige vers son sexe imbibé de mouille. Elle n’a qu’un bref aperçu de l’individu : très grand, de couleur noire et une musculature impressionnante.

– Hamadou est un vieux camarade de lycée, explique Julie. Il m’a fait découvrir certaines vérités sur moi-même…

Arielle peut sentir les mains de l’homme caresser ses fesses, puis sa chatte avec pour seul rempart le string minuscule fourni par la proviseure-adjoint. Elle sait pertinemment que cette défense ne tiendra pas. D’ailleurs, les caresses appliquées du black font leur effet sur la petite nouvelle. Arielle ouvre la bouche et laisse échapper quelques râles de plaisir, son corps assaillis par des sensations très puissantes, cédant à toute retenue.

– C’est une belle salope que vous avez dégotté ! s’exclame Hamadou.

Arielle gémit encore plus fort quand l’homme, après avoir écarté son string, entrouvre ses lèvres et insinue deux doigts à l’intérieur de sa fente, faisant un mouvement de va-et-vient. Par la suite, il titille son clitoris avec sa langue, mordille ses petites lèvres gonflées de désir et les aspire délicatement dans sa bouche. Arielle qui a toujours sa langue fourrée dans la chatte de la proviseure-adjoint est sur le point de jouir. Elle atteint finalement le point de non retour lorsqu’un doigt expérimenté s’aventure près de son anus. Elle soulève un peu plus haut son bassin, ouvre la bouche en grand et laisse éclater sa jouissance, tandis que le black goûte son jus intime.

A peine remise de ses émotions, Arielle perçoit le sexe démesuré du black repousser ses lèvres et pénétrer son vagin avec vigueur, lui octroyant un autre cri. Il augmente soudain la cadence, les mains posées sur la taille pour la maintenir en place. Arielle a la chatte en feu. Mais le plaisir ressenti est si intense qu’elle en oublie la douleur. Elle peut sentir les coups de reins de son partenaire, ainsi que ses testicules en train de claquer contre ses fesses.

– Tu aimes ça, n’est-ce pas ? poursuit Hamadou, complètement déchainé. Dis-le !
– Aaaah ! Oui ! Oui ! J’aime ça !

La verge du black quitte momentanément les entrailles de la jeune femme, puis plonge à nouveau à l’intérieur, sans la moindre retenue.

– Ta chatte est encore un peu serrée mais ça ira mieux après quelques séances !

Pendant ce temps, Julie enlève ses vêtements et continue de fixer sa protégée en pleine action avec Hamadou. Elle encourage son compagnon, puis enfile le gode-ceinture déjà utilisé la fois précédente.

– A présent, tu n’es plus une simple lycéenne, explique Julie. Et nos rôles respectifs seront très différents de ceux interprétés jusqu’alors. Je fais de toi mon esclave sexuelle.

Arielle est toujours aux prises avec Hamadou. Elle n’entend qu’à moitié les propos de Julie mais n’émet aucune protestation, et supplie même Hamadou à la baiser avec encore plus de fougue.

– Tu es à moi. Désormais, tu feras selon mes désirs, peu importe le contexte. Est-ce bien clair ?
– Aaaah ! Oui ! Madame la…
– Oui, maîtresse.
– Oui, maîtresse. Aaaah ! Je comprends !
– Très bien. Et maintenant, tu vas ouvrir la bouche…

Arielle suit les ordres de sa maîtresse. Elle tend la langue vers le gode, lèche son extrémité et l’engloutit entièrement, lui valant les félicitations de Julie.

– Hmmm ! Une esclave si obéissante.

Julie saisit sa nouvelle esclave par la tête et fait coulisser son engin à l’intérieur de sa bouche, et par la même occasion indique à Hamadou de passer à l’étape suivante. Le black ne cache pas son bonheur. Il att**** les fesses de la jeunette, les ouvre en grand et dépose une belle quantité de salive sur son petit trou.

Arielle, le phallus de sa maîtresse au fond de la gorge, sent Hamadou écarter son anus avec l’aide de ses pouces, et ne peut s’empêcher de lâcher un petit gémissement.

– Ne te retiens pas, dit Julie. C’est une grosse cochonne que nous avons là.

Son petit trou finissant par céder à la pression, Arielle se cambre encore davantage afin de recevoir le gros sexe de son bienfaiteur.

– Ooooh ! Je… C’est dedans ! s’écrie-t-elle, surexcitée.

Hamadou reste sourd à ses propos. Il parvient à combler son arrière-train au bout de quelques secondes, prenant ses précautions pour qu’elle puisse s’habituer à sa présence. Mais le rythme s’accélère très vite une fois les premiers mouvements de va-et-vient passés. De son côté, Arielle peine à conserver son équilibre. Elle décolle du sol à plusieurs reprises. Chaque coup de butoir est un nouveau pas vers l’extase.

Après deux orgasmes consécutifs, Julie prend la place de son esclave. Elle aussi veut sentir le sexe bien dur d’Hamadou lui remplir ses deux trous.

– Approche un peu, dit-elle à Arielle.

La jeune soumise obéit. Et ne peut s’empêcher de faire partager son plaisir lorsque Julie insinue son index à l’intérieur de son vagin, puis l’annulaire.

– Hmmm ! Ta chatte est toute mouillée…

Julie continue de branler son esclave, et en vient même à brouter son minou alors que son compagnon fait coulisser son gourdin au plus profond de ses entrailles. Elle finit par jouir, accompagnée de sa protégée. Hamadou n’est pas long à les suivre. Il éjacule dans son vagin.

– Tu es la meilleure des esclaves que je n’ai jamais eues, avance Julie après s’être remise de ses émotions. A présent, tu va me nettoyer tout ça.
– Oui, maîtresse. Tout de suite.

Arielle se faufile entre les cuisses de Julie, tend la langue vers sa chatte gluante et boit la semence qui s’en échappe encore, abandonnant toute retenue, et répète la même chose avec le braquemart d’Hamadou. Ce dernier ne peut s’empêcher de lâcher un autre jet de sperme sur le visage de la blondinette. Il est encore tout chaud lorsqu’elle introduit ses doigts couverts de jus intime dans sa bouche. Elle rejoint enfin Julie.

– Que puis-je faire pour vous satisfaire, maîtresse ?
– Oh ! Je te réserve de très nombreuses occupations, ma belle esclave. Tout ça n’était que le commencement…

Julie adresse un sourire à la jeune femme. Puis un clin d’œil.

Arielle perçoit alors le sexe massif d’Hamadou dans son dos, ainsi que ses mains puissantes la saisir par les épaules et la maintenir sur place. Elle réalise alors que le black n’est pas seul. Elle perçoit un deuxième engin presser son petit corps servile. Et encore un autre. Et ainsi de suite…



Note de l’auteur : Premier acte fini ! Vous l’aurez compris, le récit en question reprend les aventures de « Julie, Pute de l’école » quelques années plus tard et met en scène une nouvelle héroïne : Arielle Lalande. Ce tome comporte trois chapitres. D’autres histoires verront le jour. Entre-temps, je travaille sur plusieurs projets parallèles, tous issus de l’univers « Julie, Maîtresse d’école ». Merci de votre attention.



100% (2/0)
 
Categories: HardcoreTaboo
Posted by master_h
8 months ago    Views: 187
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments