VU SUR LE NET: Max et la perversion de deux famill

Obéissant à la demande de Thierry, Julie la petite amie de Max vient de passer à l’arrière de la voiture et Anne se retrouve entre son fils et la jeune femme. Elle lâche la queue de son fils qu’elle était en train de sucer et se redresse pour embrasser sa future belle-fille tout en glissant une main entre les cuisses de la jeune femme pour lui caresser la chatte. Julie passe une main sous le fin tissu du chemisier d’Anne et lui pince doucement un téton arrachant un profond gémissement à la femme qu’elle embrasse à pleine bouche. De son côté, Max ouvre largement les cuisses de sa mère et plante son majeur et son index dans sa chatte en feu. Il approche son visage de celui des deux femmes et murmure :
- Elle te fait du bien ta petite salope !
- Mmmh, ouii et tes doigts aussi, mon chéri !! répond Anne à son fils.
- Tu veux qu’elle y joigne les siens ?
- Ohh, ouiii, tu me rends folle ! faites-moi jouir !!
- Demande-lui qu’elle te les mette !
- Fais-moi du bien ma petite salope, je veux tes doigts dans ma chatte ! dit Anne en approchant ses fesses du bord de la banquette.
A l’avant, Thierry a réglé son rétroviseur pour perdre le moins possible de la scène. Ses trois passagers l’excitent au plus haut point et il bande comme un taureau. La main de Julie qui caressait les seins de sa future belle-mère vient de se placer entre les cuisses d’Anne et elle n’a aucun mal à glisser un doigt près de ceux de Max dans la chatte trempée de mouille par l’excitation. Max sort son majeur de la cavité maternelle et vient le placer sur son orifice anal. Après une brève pression le petit œillet s’ouvre et son doigt disparaît sans résistance dans l’anus de sa mère. Max incite Julie à faire du bien à sa mère et la jeune femme glisse un deuxième doigt dans le vagin d’Anne. Les doigts fins de Julie glissent en harmonie avec celui de son petit ami dans la fente bien lubrifiée jusqu’à ce que celui-ci le retire pour le rapprocher de son majeur planté entre les fesses de sa mère. De sa main libre, Max ouvre le chemisier de sa mère et demande à Julie de lui lécher les seins. Sous les doigts qui lui liment la chatte et l’anus elle prend plaisir à sentir la langue et les lèvres de Julie sur ses seins et ouvre largement les cuisses en poussant de profonds gémissements. Excitée et encouragée par la réaction de sa future belle-mère Julie glisse un, puis deux autres doigts dans la chatte trempée de mouille. Anne se retrouve avec quatre doigts qui s’activent dans son sexe et le majeur de son fils qui lui fouille le cul. N’en pouvant plus de ce traitement, elle se met à jouir, emplissant l’habitacle de la voiture de ses cris et de ses râles. Elle retombe sur la banquette après s’être tordue en tous sens et se remet tout juste de ses émotions au moment où Thierry gare la voiture devant le garage de la maison. Il demande aux deux femmes de rentrer dans la maison pendant que Max lui ouvre le garage afin qu’il y range la voiture. Les deux femmes arrivent dans l’entrée et Anne retire ses vêtements comme elle en a pris l’habitude depuis que Max lui a imposé. Elle demande à Julie de faire de même et c’est simplement vêtues de leurs bas et de leurs porte-jarretelles qu’elles s’apprêtent à accueillir perchées sur leurs hauts talons. C’est Max qui entre le premier et sa mère le reçoit en l’embrassant à pleine bouche comme il le lui a demandé depuis qu’il s’occupe de son corps. Thierry entre juste derrière lui et c’est Julie qui l’accueille de la même façon. Ce dernier lui passe la main sur les fesses et glisse ses doigts dans la raie avant de la pousser doucement vers son fils et de recevoir le baiser passionné de sa femme. Très excité par ce qui vient de se passer dans la voiture, Thierry entraîne tout le petit groupe dans le salon et plaçant les deux femmes face à face il leur demande de s’embrasser. Elles se caressent doucement les seins avant d’unir leurs bouches dans un tendre baiser. Thierry se place derrière Julie et lui prenant un sein dans une main il glisse son autre main entre les fesses de la jeune femme pour rejoindre sa petite fente humide. Max s’est placé derrière sa mère et entreprend la même manœuvre que son père déclenchant un soupir de sa mère dans la bouche de sa petite amie. Thierry qui a maintenant très envie de la petite amie de son fils la retourne et l’embrasse avant de lui demander de lui sucer la bite. Docile, Julie se met à genoux devant son futur beau-père et après qu’il ait baissé son pantalon elle passe sa langue sur son gland avant de le prendre en bouche. Max qui a envie de voir de nouveau sa mère sodomiser Julie monte dans la chambre parentale pour récupérer le gode-ceinture qu’il lui a offert. Lorsqu’il revient au salon, il retrouve son père allongé sur le tapis. Julie est à califourchon sur ses cuisses et il voit très nettement la bite de son père coulisser lentement dans la chatte de sa petite amie. Anne est placée près d’eux et elle a tourné ses fesses vers son mari pour qu’il lui caresse la chatte alors qu’elle masse d’un doigt la petite rosette de Julie. Max vient se placer derrière la jeune femme et de sa langue il vient remplacer le doigt de sa mère tout en lui tendant le gode. Anne qui a deviné les intentions de son fils s’équipe de l’objet sexuel et, lorsqu’elle est prête, elle vient se placer derrière Julie. La poussant tout en douceur, elle incite la jeune femme à se pencher sur le torse de son mari. Dans cette position le petit orifice est bien offert et elle vient poser le gland du gode dessus. La langue de Max a bien dilaté l’anus de Julie et le gland de la fausse queue ne tarde pas à se frayer un passage et, donnant un petit coup de rein, Anne enfonce un peu plus le membre artificiel. Julie, excitée par le fait de se faire prendre dans les deux trous par ses futurs beaux-parents pousse son bassin en arrière et s’empale sur le membre qui lui f***e l’anus. Après un cri trahissant un mélange de douleur et de plaisir, La jeune femme se met à remuer le bassin et imprime le rythme aux deux queues qui la pénètrent.
- Mmmh, ouiiii !! C’est bon !!
- Tu aimes te faire mettre, petite salope ! lui dit Thierry très excité par la situation.
- Oui, Ouiii ! J’aime être votre jouet, défoncez-moi !!!
- Tu as envie de Max, dit Anne en retirant le gode des fesses de Julie.
- Mmmh, oui, sa grosse queue dans mon cul ! Viens mon chéri !
Max se place derrière Julie et pose son gland sur sa rosette. Dans un mouvement de bassin, Julie s’empale sur la bite de son petit ami et reprend sa danse d’amour sur les deux queues qui la pénètrent. Anne vient placer ses cuisses de part et d’autre de la tête de son mari et pose sa chatte sur son visage. Alors que Thierry passe sa langue sur ses lèvres intimes et sur son clitoris, Anne saisit les cheveux de Julie et dirige sa bouche vers le sexe artificiel qui vient de sortir de son anus. En poussant de profonds gémissements, la jeune femme ferme les yeux et prend le membre en bouche. Elle imagine qu’elle suce Max alors qu’elle se fait prendre par son père et son beau-père et dans son fantasme presque accompli, elle se met à jouir comme une folle. Les contractions de ses orifices ne tardent pas à déclencher la jouissance des deux hommes qui se répandent en elle par de longs jets de sperme en poussant de profonds soupirs. Epuisé par cette séance, Max se retire de l’orifice culier de sa petite amie et s’allonge sur le canapé, bientôt rejoint par sa mère. Elle s’allonge près de lui et se câline tendrement entre ses bras. Julie s’est écroulée sur le torse de Thierry et bouge lentement ses fesses sur sa queue qui reprend lentement des proportions normales. Il l’embrasse tendrement tout en caressant son corps dans les moindres recoins. Au bout d’un moment, il s’aperçoit que sa femme et son fils se sont endormis et dit à Julie :
- Je crois que nous allons devoir les réveiller pour aller nous coucher, murmure Thierry.
- Et si on les laissait là et que vous m’invitiez à dormir avec vous ! répond Julie tout aussi doucement.
- Et si tu me tutoyais après ce que nous venons de faire ! lui dit-t-il à l’oreille.
- Non, quand j’ai dit être votre jouet tout à l’heure, c’est à vous que je m’adressais.
- J’aurai l’impression de tromper ma femme si je passe la nuit avec toi !
- Elle m’a tout de même mise dans vos bras !
- Tu as raison, viens ! dit Thierry en l’entraînant vers la chambre conjugale.
Thierry se couche et Julie retire son porte-jarretelles et ses bas avant de le rejoindre entre les draps. Il est allongé sur le dos et Julie vient poser sa tête sur son épaule en faisant glisser sa main sur son ventre avant de poser ses doigts sur son sexe. Elle pose ses lèvres sur les siennes et masse doucement la queue de Thierry qui reprend déjà de belles proportions.
- Tu as encore envie ?
- Oui car vous êtes le seul à ne pas avoir profité de mon petit cul !
- Et tu feras tout ce que je veux si je te donne ma queue ?
- Je suis votre jouet, faites de moi ce que vous voulez !
Thierry ouvre le tiroir de son chevet, en sort le foulard de soie et le place sur les yeux de Julie puis il sort les menottes et lui enfile aux poignets. Il demande ensuite à Julie de se mettre à quatre pattes et d’écarter les jambes avant de lier ses chevilles au pied du lit au moyen d’une cordelette. Il maîtrise cette pratique pour l’avoir souvent utilisée avec sa femme.
- Comme ça, tu es toute à moi !
- Oh, ouii, c’est comme si je me faisais violer par un k**nappeur ! Dit Julie en entrant dans le jeu de Thierry.
- Oui, je vais te violer petite pute !
- Non, monsieur ! Ne faites pas ça, je suis encore vierge !!
- Eh bien, on va commencer par la bouche ! dit Thierry en lui saisissant les cheveux sans trop de ménagement pour porter les lèvres de la jeune femme vers son sexe.
- Non, non (le gland se presse sur ses lèvres qui s’ouvrent lentement car elle a très envie de cette bonne queue dans sa bouche). Non ! Mmh… mmh… mmh, fait Julie en aspirant avec gourmandise la queue de son « violeur ».
Thierry fait aller et venir sa bite dans la bouche accueillante et pose une main sur la croupe tendue de la petite amie de son fils. Cette dernière pousse un profond soupir en sentant un doigt glisser dans sa fente et ondule du bassin lorsqu’elle sent un deuxième doigt la pénétrer. Thierry lui enfonce ses doigts de plus en plus profond et la jeune femme soupire tout en le pompant vigoureusement.
- Je savais que tu allais aimer ça, ma petite salope !
- Non, oui… si, c’est bon ! Encore, oui, répond Julie.
- Je suis sûr que tu as envie que je te baise maintenant !
- Vous êtes un salaud, je ne peux pas me défendre… ah, ouiii, vos doigts !!! Mmmh !!
- Je sais que tu n’as pas envie de te défendre, je suis sûr que tu la veux en toi, dit Thierry en se plaçant derrière Julie.
- Oh, ouiii !! Prenez-moi !!
Thierry saisit les hanches de Julie après avoir posé son gland à l’entrée de la chatte en chaleur et dans un bon coup de rein il pénètre la fiancée de son fils bien à fond. Il la lime ensuite avec plus de douceur et après avoir enduit de salive l’anus de la jeune femme il y pose son pouce et pratique une légère pression sur la petite rosette qui s’ouvre lentement.
- Mmmh, oui ! Oh, c’est bon ce que vous me faite !
- Tu aimes, ma petite pute ?
- Ouiii, ah, encore ! Ouiii, c’est bon !!
- Tu aimerais que je te prenne par là, dit Thierry en enfonçant son pouce dans le rectum de Julie.
- Mmmh, ouiiiii, c’est bon votre doigt, je suis à vous !!!
Thierry sort sa queue toute luisante de mouille de la petite chatte en feu et place son gland sur le petit anus réceptif et c’est sans difficulté que son membre entre dans l’orifice déjà distendu par la sodomie précédente. Il s’enfonce bien au fond et encouragé par les gémissements bruyants de Julie il commence à la limer sortant même parfois complètement sa bite avant de s’introduire de nouveau jusqu’au fond du petit cul accueillant.
- Tu aimes ma queue au fond de ton petit cul de salope ?
- Mmmh, ouiii… défoncez-moi comme votre petite pute !!!
- Tiens prends la bien au fond !!
Au salon, les gémissements et les cris de Julie ont sorti Max de son sommeil et, comprenant que son père est en train de prendre du plaisir avec sa petite amie, son sexe se met à bander de nouveau. Il passe une main sur les fesses de sa mère toujours endormie. Excité par ce qu’il entend, il glisse une main entre les cuisses de sa mère et caresse doucement son clitoris. Sous la caresse, Anne gémit doucement en écartant légèrement les cuisses pour faciliter le passage à Max et lui murmure dans un demi-sommeil :
- Tu as encore envie de ta maman, mon chéri ?
- Ecoute, papa est en train de faire craquer Julie, là-haut dans votre chambre !
Anne tend l’oreille et entend très nettement la jeune femme gémir et pousser de profonds râles. Elle imagine son mari en train de défoncer le cul de sa petite salope de future belle-fille et ouvre largement les cuisses pour que son fils puisse faire glisser ses doigts dans sa chatte qui recommence à mouiller abondamment.
- Ca a l’air de t’exciter ma bonne salope !
- Mmh, oui ! C’est excitant de les imaginer en entendant gémir Julie !
- Et comment les imagines-tu ?
- Je suis sûr qu’il la prend en levrette et peut-être même qu’il l’a attachée, ton père adore ça !
- Tu aimerais la même chose ?
- Oh, oui ! Prends-moi, c’est deux cochons m'ont trop excitée !
Max se dégage de l’étreinte sa mère et se met debout près du canapé. Il retire les bas de sa mère et lui demande de venir se placer en levrette sur l’accoudoir moelleux de son fauteuil. Avec un bas, il lui bande les yeux et avec l’autre il lui lie les poignets puis il se place derrière elle et entreprend de lui caresser la fente tout en remontant vers son anus.
- Mmmh, ouiii !! caresse bien mes deux trous, mon chéri !!
- Je vais te prendre comme ma petite pute obéissante !
- Oui, baise la vite ta petite pute !! qui apprécie de plus en plus ce langage cru.
- Je vais te mettre ma grosse queue et te baiser comme une chienne !
- Oui, défonce ta petite chienne en chaleur, c’est tout ce qu’elle mérite !
Sans le savoir et comme l’a fait son père, il saisit le hanches de sa mère et lui plante son sexe bien raide au fond de la chatte toute trempée. Anne gémit sous les coups de boutoir de son fils et remue les hanches sachant que les mouvements de son petit cul vont exciter Max au plus haut point. Comme l’aurait fait son père, Anne sent son fils lui enduire l’anus de sa salive et poser un doigt sur sa rosette qui vibre déjà sous la caresse. Son petit trou palpite et le pouce de son fils ne tarde pas à la pénétrer lui arrachant un râle de plaisir.
- Mmmh, oui ! c’est trop bon ! tu me rends folle !
- Ca te plait de te faire prendre comme une femme soumise !
- Prends-moi le cul et je serai vraiment toute à toi !
- Oui, je vais t’enculer ma petite pute adorée !
Max sort sa queue de la chatte en feu de sa mère et pose son gland à l’entrée de son petit trou. Anne en a tellement envie qu’elle pousse ses fesses en arrière et s’empale sur la queue de son fils. Max se cramponne aux hanche de sa mère et lime son anus avec vigueur lui arrachant des soupirs et des paroles très crues :
- Défonce-moi, mon salaud ! ouii, Mmmh ! J’aime que tu me bourres le cul comme une grosse chienne !
- Tu l’aimes ma queue….
- Oui, maman aime ta grosse bite ! Mmmh, ta petite pute aime ça !!
A l’étage, Thierry fait glisser sa queue entre les fesses de Julie qui se retrouve la tête sur l’oreiller après avoir fait glisser ses mains menottées entre ses cuisses pour se caresser la chatte du bout des doigts. Elle se contorsionne pour parvenir à glisser deux doigts dans sa chatte et masser la bite de son futur beau-père à travers sa paroi vaginale. Ce contact déclenche une montée du plaisir chez Thierry qui se déverse en de puissants jets de sperme dans le ventre de Julie qui part dans un orgasme qui la fait hurler de jouissance. Thierry se retire et Julie s’écroule sur le lit, ivre de bonheur et de jouissance. Il la détache et s’allonge près d’elle pour la prendre dans ses bras après avoir remonté le drap sur eux. Il l’embrasse tendrement et c’est alors qu’ils entendent les cris de jouissance d’Anne provenants du salon.
- Je crois que nous avons réveillé nos dormeurs, dit Thierry en riant.
- Et votre femme a l’air de prendre autant de plaisir que moi !
- Pas autant que le plaisir que tu as pu me donner !
- Si Anne ne m’avait pas poussée, je crois que je n’aurais jamais osé.
- Oui mais je pense que nous devons tout ça à mon fils !
- Vous avez raison. Je ne sais pas comment il a fait mais il a réussi à nous transformer en véritables petites salopes assoiffées de sexe en quelques semaines.
Sur ces paroles, Julie s’endort sans se douter que celui qui est à l’origine de tous ces évènements n’est autre que son père avec qui elle rêve de faire l’amour.

A suivre

100% (5/0)
 
Categories: Group SexTaboo
Posted by master_h
7 months ago    Views: 1,387
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments