VU SUR LE NET: Maman lesbienne (13)

Notre séjour chez ma tante se poursuivait très agréablement. Maman travaillait la semaine et moi je me reposais en l’attendant tranquillement. Je profitais de la piscine et du soleil. Orky et moi devenions très complices. Je prenais maintenant vraiment plaisir à ce qu’il me pénètre, moi qui avant, sans être pudique, n’aurait jamais envisagé une telle relation bestiale. J’étais cependant tellement en phase avec maman que je me lâchais complément en sa présence. Elle dégageait une telle sensualité que je ne pouvais rés****r à ses désirs quels qu’ils soient.

En ce lundi matin, maman venait de partir travailler. J’avais fait la grasse matinée et émergeais à peine lorsque l’on sonna au portail. Il était un peu plus de dix heures. Je me demandais qui cela pouvait bien être. Je répondis à l’interphone. C’était la factrice qui apportait un colis pour ma tante. Etant nue, je mis un paréo vite fait sur moi pour aller lui ouvrir. Ce devait être une stagiaire car elle semblait aussi jeune que moi. Visiblement, le paréo était un peu trop transparent car son regard allait et venait entre mon visage et le reste de mon corps. Elle me tendit le papier à signer et le colis. Je ne sais pas ce qui me prit, mais je lui proposais de prendre un café ou un thé. Elle regarda sa montre, mon paréo et accepta en me disant qu’elle ne restait pas longtemps car sa tournée était loin d’être terminée.

Je préparai un café en engageant la conversation avec elle. Elle était effectivement stagiaire, embauchée en CDD. Elle espérait être embauchée définitivement à la poste. Elle s’appelait Sophie. Elle n’était pas très grande, ni très sexy dans son uniforme de la poste, mais elle avait un certain charme avec sa coupe à la garçonne et ses taches de rousseur. Je la servis et lui proposai de boire notre café sur le petit de la terrasse. Elle s’assit sur un des fauteuils de jardin et moi dans le canapé face à elle. Nous discutâmes de tout et de rien. Je n’avais pas fait attention, mais mon paréo était légèrement remonté en m’asseyant. Elle semblait troublée et je m’aperçus qu’elle matait carrément mon entrejambe. Je resserrai un peu les cuisses. Incidemment, le lui demandait si elle avait un petit copain. Elle rougit imperceptiblement et me répondit que non. Avec mon franc-parler, je lui demandai directement si elle était lesbienne. Pour le coup, elle rougit carrément en répondant oui. Je m’amusais de la situation et souris en lui disant que moi aussi. Pour le coup, elle me surprit en me disant qu’elle s’en était doutée. En général, les gens qui ne me connaissaient pas me prenaient pour une hétéro et j’étais très féminine.
Nous parlâmes un peu puis en regardant sa montre elle m’annonça qu’elle devait partir. Je la trouvais sympathique et je lui proposais de se revoir si elle voulait. Elle sourit largement et acquiesça. Elle finissait à 14 heures. Je lui dis que, si elle voulait profiter de la piscine, elle pouvait venir dans l’après-midi. Elle accepta et remonta sur sa mobylette pour continuer sa tournée. Je ne pensais vraiment pas à mal et je l’appréciais. Elle était légèrement potelée, un peu plus petite que moi. Elle avait un regard un peu coquin et envoutant, un petit air de ne pas y toucher.
Vers 15 heures, on sonna au portail. C’était Sophie. Elle avait troqué son uniforme pour une charmante une petite robe blanche et rose. Je la fis rentrer et lui proposais de venir se baigner dans la piscine. Elle me suivit en me demandant si elle pouvait se changer dans la maison pour mettre son maillot de bain. Je lui fis remarqué que je n’en portais pas car nous étions vraiment tranquilles et loin des regards indiscrets. Elle insista pour mettre au moins le bas pour se baigner. Je lui laissai donc notre chambre à disposition pour se changer. Lorsqu’elle revint, elle n’était vêtue que de son bas de maillot de bain. Elle arborait une jolie poitrine ferme, plus volumineuse que celle de maman, avec des larges aréoles brunes. Je lui demandai si cela ne la dérangeai pas que je me baigne nue. Elle répondit que non, un sourire dans les yeux. Je me défis de mon paréo pour me glisser dans l’eau rafraichissante de la piscine. Elle me rejoignit. Nous barbotâmes un long moment en discutant. Elle semblait moins coincée et son regard fixait fréquemment ma poitrine ou ma chatte.

Nous finîmes par sortir de l’eau pour nous allonger sur nos transats et prendre un peu le soleil en devisant. Je n’avais cependant pas prévu qu’Orky se réveille et vienne vers moi. Il semblait très en forme et prêt à l’acte. Sophie n’avait sans doute pas remarqué son manège. Il tournait autour de moi en remuant la queue et reniflant ostensiblement ma chatte. Je le repoussai gentiment en espérant qu’il se lasse, mais au contraire, il revenait à la charge de plus belle. Le bout de son sexe commençait à sortir de sa gaine. Sophie finit par s’en rendre compte et me demanda ce qui lui arrivait. Ne la connaissant pas plus que cela, j’étais bien embêtée pour lui expliquer ce qu’il attendait de moi. Lorsqu’il mit ses pattes antérieures sur le transat pour venir me lécher la chatte, elle eut un large sourire et fit « oki je comprends ». Je me sentais mal à l’aise, mais voyant qu’elle ne semblait pas plus choquée que cela, je finis pas lui demander si elle avait déjà eu ce genre de rapport avec un chien. A ma grande surprise, elle me répondit que oui. Moi qui la prenais pour une petite fille sérieuse, je tombais sur les fesses.

Tant pis pour elle, j’ouvris largement les cuisses pour laisser Orky déguster ma chatte à grands coups de langue. Sophie regardait la scène d’un air amusé, ne perdant pas une miette du spectacle qui s’offrait à elle. Visiblement excitée, elle se définit de son bas de maillot pour se caresser. Sa chatte était glabre et ses lèvres dépassaient largement. Cela me rendit un peu plus folle et je me mis à quatre pattes pour qu’Orky me pénètre. Après quelques coups de reins dans le vide, je le guidai en moi. Comme à son habitude, il rentra son sexe d’un seul coup sans douceur. Je poussai un petit cri de surprise et de douleur. Sophie s’approcha de moi pour caresser mes seins et mon clitoris, touchant au passage le sexe d’Orky qui enflait de plus en plus. Elle se pencha un peu plus pour m’embrasser à pleine bouche. Avec habilité, sa langue jouait avec la mienne. Cela décuplait mon plaisir. Le nœud à la base du sexe du chien entra complètement en moi et l’empêcha de sortir. Je sentis sa semence s’écouler au plus profond de mon vagin. Les caresses de Sophie sur mon clitoris, associées à cela, me firent atteindre un très fort orgasme. Je m’écroulai à moitié, le sexe d’Orky toujours profondément ancré en moi. Il fallut attendre une dizaine de minutes avec qu’il ne dégonfle un peu et que dans un bruit incongru il s’extirpe de ma chatte.

Sophie en profita pour glisser ses doigts dans mon vagin et les porter à sa bouche pour gouter la semence du chien mélangé à ma mouille. Je m’assis ensuite pour reprendre un peu mon souffle et quelle ne fut pas ma surprise de voir Sophie se baisser pour prendre en bouche le sexe d’Orky qui avait largement dégonflé et était presque entièrement rentré dans sa gaine. Cette caresse lui rendit sa virilité. Son sexe reprenait une belle taille et des gouttes de liquide séminal s’échappaient par petites saccades. Dans un souffle, elle me dit « aide-moi » en se mettant à quatre pattes et en tenant les pattes antérieures du chien pour qu’il la couvre. D’une main, je dirigeai le sexe d’Orky vers celui de Sophie largement offerte. Je voyais sa chatte ouverte d’où dégoulinait une mouille abondante et poisseuse. Elle eut à peine un frémissement quand Orky la pilonna brutalement. Au fur et à mesure que le plaisir montait en elle, elle se mordait les lèvres. Au bout de quelques minutes, elle poussa un grand râle de jouissance.

Lorsqu’elle se sépara enfin du chien qui était en elle, je découvris sa chatte bien dilatée et dégoulinante de sperme canin. Je ne pus m’empêcher de glisser mes doigts à l’intérieur. La sentant bien ouverte, je réussis à la pénétrer entièrement avec ma main. Celle-ci glissait aisément en elle, bien lubrifiée par la semence et la mouille. Je fermai le poing en elle. Bien qu’elle fût moins large que maman, je pus le faire entrer et sortir de sa chatte facilement. Je modulais la vitesse de pénétration en fonction de ses gémissements, pour finir par la baiser avec ma main comme le faisait Orky avec son sexe. Elle cria littéralement de bonheur quand la jouissance l’envahit. Nous nous allongeâmes dans l’herbe côte à côte, en nous serrant dans les bras.


A suivre...
100% (4/0)
 
Posted by master_h
11 months ago    Views: 358
Comments (1)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
6 months ago
looll