VU SUR LE NET: Le pouvoir de l'i******* (22)

« -Inutile d’essayer de te dérober, ta mère était comme vous deux, une femme très soumise mentalement et sexuellement, ton père m’en a beaucoup appris à ce sujet. » Le visage de Sophie se liquéfia en entendant parler de sa mère. « -Tu as toujours été très jalouse d’elle à ce que j’ai lu, tu aimais ton père au-delà du raisonnable. Alors quand elle est décédée d’un anévrisme à ton adolescence tu y as vu un signe et tu as voulu prendre sa place. Mais ton père était effondré de chagrin car il aimait sa femme et il t’a gentiment éconduite pensant que la disparition soudaine de ta mère t’avait perturbée. »
« -Il en avait rien à foutre de moi, il ne m’aime pas. » Ignorant son commentaire Damien poursuivit.
« -Te sentant rejetée tu es partie faire tes études dans une autre ville et tu as épousé le premier nigaud qui t’a montré de l’affection. Bien évidemment il n’était pas à la hauteur de tes attentes ni de tes désirs enfouis. Mais à ce moment là c’était secondaire pour toi. Les problèmes sont survenus quand tu as rencontré son père, un vieux pervers dominateur qui dénigrait son fils, tu as vu en lui la figure paternelle qui t’avais rejetée. Tu la haïs et tenté de lui échapper une fois encore. Mais lui il s’intéressait à toi et comme il était insistant et entreprenant tu es tombée sous sons joug. Il te rappelait tellement ton père, ou plutôt tu aurais aimé qu’il soit ton père, que finalement tu as accepté et chéri son autorité et ton asservissement. En conséquence tu as de plus en plus méprisé ton mari, lui qui te rappelait trop ton expérience passée et ta déception, préférant te perdre dans cette relation de substitution. »
« -Parfait, brillante analyse, fais psycho tu y as de l’avenir Damien. Mais maintenant tu crois que me foutre à poil dans ma chambre pour que mon père m’y trouve va résoudre quoi ? »
« -Tout en fait, car vois-tu j’ai déjà tout expliqué à ton père et je lui ai aussi tout raconté à notre sujet. »
« -Quoi ? Mais vous êtes dingue. Papa n’est pas un pervers comme nous il va nous… nous tuer ! »
« - N’importe quoi. Tu vois, je sais bien mieux percevoir les réactions et la psychologie des gens que toi, en fait je sais mieux le faire que la plupart de n’importe qui. Donc j’ai déjà tout dit à ton père et comme tu vois je suis toujours bien vivant. »
« -Mais alors ? »
« -Alors depuis ta mère il n’a eu personne, il n’a jamais retrouvé une femme qui soit si parfaite que ta mère. Toi tu es son portrait craché, physiquement et mentalement. Par conséquent tout à fait son type de femme. De plus tu as toujours été sa préférée et il était malheureux de ton brusque départ, de l’incompréhension qu’il y avait entre vous. Tu sais, il souffrait de te voir avec un mari si mal assorti. Rajoute à cela qu’il t’aime vraiment, vraiment beaucoup, que le sexe et la domination lui manque et que comble de tout l’i****te ne le rebute absolument pas. »
« -Mon dieu, papa m’aime. »
« -Oui, je t’aime ma chérie. » Attesta Jaques en entrant dans la pièce.
« -Papa ! » S’écria Sophie en se jetant dans ses bras.
« -Ma chérie, si j’avais su tout ça avant. Tu étais si jeune, je ne voulais pas gâcher ta vie. J’ai tellement regretté après. » Sophie sanglotait de bonheur contre la poitrine de son père.
« -Il ne vous reste plus qu’à ratt****r le temps perdu. Sophie je t’offre à ton père, un vieux pervers dominateur qui t’aimera toute ta vie, ne le déçois pas ! »
« -Ca, ça ne risque pas d’arriver. » Affirma-t-elle en lui tendant ses lèvres pour qu’ils échangent leur premier baiser i****tueux. Jaques ne se priva pas de savourer le fruit de l’interdit dans la bouche de sa fille.
« -Jaques je te confie ta fille, une femelle soumise et sans tabou fais en bon usage. Ah et n’oublie pas ma contrepartie. » Le vieil homme opina de la tête.
« -Une contrepartie, qu’elle contrepartie ? » Questionna Sophie.
« -Celle de nous voir baiser pour la première fois. » Répondit son père.
« - Dans ce cas qu’est-ce que tu attends papa, mon maître. » suggéra-t-elle en lui offrant sa croupe. Jaques déboutonna son pantalon de velours marron élimé, baissa son slip aux taches jaunâtres et enfila sa fille devant les yeux concupiscents de Damien, Elisabeth et Claire.
« -Oui baise moi, papa, depuis le temps que j’attends ça ! »
« -Ta chatte est encore meilleure que celle de ta mère. Je vais te tringler plusieurs fois par jour et dans tous les trous, petite pute. »
« -Oh oui papa défonce moi la chatte, je veux ta grosse bite partout en moi. » Jaques attrapa son visage et le tourna vers le sien pour qu’ils s’embrassent à pleine langue tout en lui pétrissant les seins de son autre main.
« -Ca te fait quoi de voir ton père et ta sœur en train de baiser ? » Demanda Elisabeth.
« -C’est un peu bizarre, mais très excitant aussi. »
« -Tu aimerais être à sa place ? » s’enquit Damien.
« -Non, seul mon maître peut user de moi. »
« -Bien, laissons les et rentrons nous occuper de nos affaires. » Ordonna Damien. Avant de quitter la pièce il se retourna. « -Jaques ne tarde pas à la mettre enceinte, elle a l’âge de porter tes nouveaux enfants.
« -Oh oui papa, quelle merveilleuse idée, mets moi en cloque ! Remplis moi de ton foutre et féconde moi. »
« -Je vais t’engrosser ma fille et pas qu’une fois. » Sur ces bonnes paroles Damien s’éclipsa.

Quatre mois plus tard, Elisabeth promenait difficilement son gros ventre vers la chambre. Elle était nue ses seins énormes gorgés de lait lui faisaient mal. Damien les lui tétait à la moindre occasion, ce qui la soulageait et lui procurait un plaisir délicieusement malsain. Sa fille remuait quand il faisait ça, un signe pour dire qu’elle reconnaissait son père ?
Marlène toujours amoureuse de son Damien lui avait demandé de mettre sa mère enceinte, elle adorait cette idée et se réjouissait de la voir se faire baiser par le chien quand elle aurait un gros ventre. Cette petite était vraiment perverse et n’avait aucune morale. Elle ferait une excellente femme pour son fils.
Elle se mit à quatre-pattes sur le lit et Claire leur femelle soumise vint aussitôt lui lécher la cramouille. Elle n’avait pas lavé sa chatte de cinq jours, elle aimait que son sexe sente fort, Damien aussi, ça le rendait fou d’excitation. Quand elle eut joui deux fois dans la bouche de la ravissante blonde, son fils s’approcha et la pénétra, il la baisait pour la septième fois de la journée, elle était insatiable, si elle avait pu elle aurait gardé sa bite en permanence dans sa chatte. Plus il la tringlait et plus les rapports duraient longtemps pour son plus grand bonheur. Elle entendit Claire sucer le fion de son fils. Des résonances de râles, de chuintements et de clapotis feutrés emplissaient la pièce.
Elle avait jouit encore deux fois quand elle sentit son fils se répandre en elle. Sa chatte était en permanence emplie de son sperme tant ils copulaient. Elle en semait en peu partout dans la maison et demandait à Claire d’en nettoyer les taches de sa langue quand elle les voyait.
La transportant dans un ultime orgasme, le délicieux et chaud trop plein de foutre gicla de sa fente dans une éruption bruyante. Elisabeth posa son beau visage sur l’oreiller douillet et se félicita d’avoir succombé au pouvoir de l’i****te.
FIN
86% (6/1)
 
Posted by master_h
11 months ago    Views: 703
Comments (2)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
master_h
retired
11 months ago
hélas, mille fois hélas ,oui
malheureusement toute les bonnes chose on une fin
mais rassure toi , j'ai encore plein autre récit tout aussi passionnant en stock
11 months ago
Aie fin ?