Différence d'âge, récit h

J'ai aujourd'hui 31 ans, mon nom est Noria. Cette histoire fait partie de ma vie et j'ai envie de la partager. ce récit est très intime et je l'ai écrit avec beaucoup de sincérité.

J'avais 17 ans à l'époque, je sortais d'une histoire décevante, comme beaucoup de jeune fille j'avais cru rencontrer l'homme de ma vie mais tout c'était très mal finit... J'avais retrouvé mon homme, de 8 ans mon ainé, la bite enfoncée dans le cul d'une blonde à gros seins, dans le lit même de l'appartement où nous faisions l'amour tout les jours. Je suis brune, les cheveux longs, des fesses bien dessinées, bien fermes, une grande poitrine pour mon age, mais jolie et bien dure. J'ai la peau très claire, des yeux foncés, pas un visage de petite poupée mais un regard profond.

Bref cette rupture m'avait laissé du temps libre et je travaillais dans un restaurant tout les soirs après le lycée pour gagner de l'argent ainsi que pour me changer les idées. C'est là que tout commence. Un soir de travail comme les autres, j'ai vu arriver un client qui ne m'a pas laissé indifférente, grand, brin, une quarantaine d'années. Mon ex tout craché, avec 25 ans de plus, c'est certainement pour cela que j'ai ressenti une pointe d'excitation en le regardant s'installer . Je ne m'occupais pas de sa table malheureusement c'était un de mes collègues, mais je cherchais souvent son regard et nous nous adressions des coups d'oeil complices et des sourires. Pourtant je le vis régler sa note et quitter sa table avec ses amis sans un regard dans ma direction. Je ne terminais que dans une heure, c'est donc déçue que j'ai continué mon travail.

En quittant le restaurant vers 22h30 j'aperçus une voiture noire qui stationnait à l'angle de la rue, elle vint vers moi et je reconnue avec une pointe d'excitation le client qui m'avait plu.
"Montez mademoiselle, vous n'allez pas rentrer seule si tard, je vous ai attendu."
Je m'installai, le remerciant naturellement. Nous ne parlions plus, il roulait, je ne réfléchissais même pas au fait que je ne lui avais donné aucune adresse où me conduire, je me contentais de l'observer. C'était un très bel homme, son visage était parfaitement serein, j'admirai son profil puis son torse sous la veste de son costume.
Nous nous sommes arrêtés sur un parking extérieur, rien de vraiment glauque. Puis nous avons commencé à discuter.
" Quel âge avez vous mademoiselle?"
" 17 ans"
" Vous me semblez un peu jeune pour monter dans la voiture d'un inconnu de 30 ans votre ainé..."
Puis ce fut tout. Après il ne dit plus rien, il ne me demanda même pas mon prénom. Mais il déboutonna son pantalon et en sortit son sexe.

Il était vraiment énorme, aussi gros que dans les films pornographiques que nous regardions avec mon ex. J'étais dégoutée d'un coup, il avait 30 de plus que moi, il avait sorti son énorme bite sous mes yeux alors qu'il me savait mineure, pourtant je ne bougeais pas. Il empoigna doucement mais fermement mes cheveux et abaissa ma tête vers sa bite, honteuse je sentis une bouffée de chaleur dans mon bas ventre. Il laissa glisser de la salive sur son sexe, entrouvra ma bouche avec deux doigts, me maintenant toujours la tête avec son autre main et il enfouit son énorme bite entre mes lèvres. J'hoquetais, elle m'étouffait, mais il appuyait de plus en plus fort et je ne résistais pas, bientôt il me fallut de l'air, il le comprit, sortit sa queue de ma bouche et m'en tapota les lèvres.

" c'est bien soit docile Hanounti, soit sage c'est bien" me dit il.
Etrangement ces simples paroles m'excitèrent, et de moi même je repris son sexe dans ma bouche, mais je ne savais pas comment m'y prendre, il était bien trop gros, j'avais peur de lui faire mal avec mes dents, je me contentais donc de lui lécher et de bien lui sucer le gland. Je commençais à sentir une chaleur agréable entre mes cuisses et me demandais si j'allais pouvoir profiter de l'expérience de cet homme plus âgé ce soir même. Je le suçait tranquillement en me livrant à ses pensées plaisantes quand il me surprit désagréablement, il saisit brutalement ma tête de ses deux mains et tenta de m'enfoncer sa bite au fond de la gorge avec de violents coups de rein en m'intimant de me laisser faire, j'aurais voulu hurler mais son sexe obstruait ma bouche, une violente envie de vomir me prenait chaque fois que je sentais sa queue s'enfoncer très profondément, j'étais déjà au supplice quand je sentis un liquide chaud au fond de ma gorge, s'ayait je vomissais, réalisais-je humiliée, je vomissais sur sa bite! Mais je l'entendis gémir encore et encore et je compris que non je ne vomissais pas, mais il éjaculait puissamment dans ma gorge!

Quand il eu finit, il libéra ma tête, j'avais des larmes plein les joues à cause de tous mes hauts le coeur, je n'osais rien dire, cet acte aurait pu être considéré comme un viol, car je n'avais pas été consentante, mais je ne regrettai pas ce qui s'était passé et surtout mon string était trempé, ce qui n'arrivait pas souvent car d'ordinaire je ne mouillais pas beaucoup. Il essuya les larmes de mes joues, me laissa reprendre mon souffle et me sourit. Puis il souleva avec douceur et assurance ma jupe, et laissa apparaitre ma petite chatte épilée et humide, il ne la toucha même pas.
" Ôtes ton string puce, je le ferai bien moi même, mais les sièges avant d'une auto ne correspondent pas au lieu idéal pour se déshabiller mutuellement."
J'obéis, observant que lui n'enlevait rien.
" Maintenant, enfonces ta chatte sur le levier de vitesse."
" Pardon??"
" Si tu veux que ma bite rentre dans ta chatte étroite de gamine, il faut que tu commences par ça..."
Choquée, j'obéis quand même, et me mis a califourchon au dessus du levier, j'avais honte, je me sentais ridicule, mais l'énorme claque qu'il m'envoya sur le cul m'a convaincu. J'appuyais d'abord tout doucement ma chatte sur le levier, faisant rouler mon clitoris sur le pommeau, je sentis ma mouille couler sur mes cuisses et sur le levier, s'en était trop, j'enfonçais d'un coup ma chatte sur le levier, le faisant rentrer jusqu'au bout en poussant un cri de plaisir.

L'homme m'empoigna le cul et lui fit faire des allées venues brusques sur le pommeau, je gémissais de plus en plus fort, je regardais l'énorme bite de cet homme et me demandais pourquoi est ce que je m'apprêtais a jouir de cette façon alors qu'une queue gigantesque reposait à côté de moi. Puis je ne m'en occupais plus, mes gémissements devinrent des cris, et je sentis ma mouille inonder le levier de vitesse, l'homme lâcha mon cul, c'était fini. J'ôtais le levier de ma chatte et me rassis sur le siège passager.
" Tu veux dormir chez moi ce soir?"
" Oui..."
" Alors préviens tes parents..."
Il me tendit son téléphone, j'appelais ma mère, honteuse d'être si dépendante devant cet homme mûr. Elle m'autorisa à dormir chez "une copine".

Nous avons roulé peut-être un quart d'heure, avant de nous arrêter devant un grand bâtiment, assez chic. Je ne me souviens plus trop comment se sont déroulées les choses ensuite, Nous sommes montés, on a bu quelques verres de Vodka, on a plaisanté, je lui ai parlé du lycée. Il n'était pas loin de minuit quand j'ai entendu l'interphone sonné, je commençait à somnoler, abruti par la fatigue, l'alcool... Je me renfonçais dans le canapé, me demandant qui cela pouvait bien être à cet heure, et qu'allait penser cet inconnu de ma présence ici. Et surtout sa venue contrariait mes plans, l'alcool m'avait excité davantage et je me voyais déjà enfourcher la bite de Slimane. J'avais appris une vingtaine de minutes plus tôt que mon hôte s'appelait ainsi.
Ce dernier alla ouvrir, j'entendis des éclats de rire et il réapparut dans le salon accompagné d'un homme plus jeune que lui, 30 ans environ, le teint plus clair.
«Voici Nordine, il travaille pour moi, je sais qu'il est tard mais nous avons quelques petites choses à régler lui et moi, alors si tu veux bien patienter quelques instants...»
J'acquiescais et ils s'enfermèrent dans la pièce voisine.
L'alcool, l'heure tardive, tout cela m'invitait à m'endormir, mais je me sentais frustrée... Je pensais au sexe imposant de Slimane, à son torse puissant, à ce qui s'était passé dans la voiture et j'en voulu à ce Nordine de me l'avoir « volé ». Une douce chaleur envahissait mes membres, je me resservis un verre de vodka que je bus cul sec et glissais immédiatement ma main dans mon string. Ma chatte était déjà toute humide, je commençais par la masser doucement, puis je caressais plus vivement mon clitoris. Puis repensant au jus de mon hôte qui m'avait inonder la gorge et à ma chatte s'empalant frénétiquement sur le levier de vitesse je sentis mon excitation grandir et j'introduisis mon majeur dans mon trou, puis deux doigts, trois doigts... Ma main effectuait un va et vient rapide et je mouillais tellement que je pouvais entendre ma chatte clapoter. J'étouffais mes gémissements en mordant dans un coussin du canapé, je sentais le plaisir monter, monter quand je fus pris d'un violent haut-le-coeur. J'avais bu bien trop d'alcool, une grande fatigue s'empara de moi et je m'endormis ivre sans avoir atteint l'orgasme.


Je me réveillais doucement, je me sentais barbouillée, je n'avais du dormir qu'une vingtaine de minutes. Je n'osais pas ouvrir les yeux de peur d'être reprise de nausées, mais je distinguais une lumière allumée et quelqu'un bouger devant mes paupières. Je n'étais plus dans le canapé, mais allongée sur le ventre dans un lit, certainement dans une chambre de l'appartement.
Toujours somnolente je sentis deux mains m'écarter brusquement les cuisses et une bite s'introduire d'un coup dans ma chatte toujours trempée, elle était entrée si vite et si fort que les couilles avaient claquées contre mon clitoris. J'avais hurlé de surprise, de plaisir et d'indignation, mais les deux mains de l'homme avait saisit fermement mon cul et sa bite me labourait la chatte. J'avais maintenant les yeux grands ouverts et découvrant christophe devant moi je compris rapidement que c'était Nordine qui me baisait.



« Que faites vous?! Je dormais, je suis mineure, vous n'avez pas honte!!? » leur criais-je tant bien que mal, malmenée par les coups de rein de Nordine . Slimane me sourit.
« Ecoutes ma petite, tu dormais dans mon canapé, les mains dans la culotte, je t'ai porté jusqu'au lit et tu mouillais tellement que Nordine a pu te pénétrer d'un seul coup de rein! Ôses me dire que tu ne veux pas que l'on te défonce! »

Il avait raison, je voulais qu'il me défonce, mais lui pas son employé! Mais Nordine me besognait tellement bien la chatte, s'agrippant à mon cul, ses boules cognant toujours contre mon clitoris, que je n'eus bientôt plus aucun scrupule et je me mis à gémir.

« Tais toi. » m'intima Slimane en m'administrant une claque sur la joue.

Mais ce fut le moment que choisit Nordine pour m'enfoncer un doigt dans le cul! Je criais de surprise peu habituée à ce genre de traitement.!

« Je sais ce qui va te faire taire Kahba. » me dit Slimane que mes cris agaçaient visiblement.

Ses paroles brusques décuplaient mon plaisir et Nordine continuait à me fourrer ses doigts dans le cul avec frénésie. Slimane avait ouvert son pantalon et sortit son monstrueux engin, le redécouvrant je mouillais davantage. Il agrippa mes cheveux, cracha sur sa bite et m'enfonça son gland dur dans la bouche. Tout en pompant je le caressais doucement de ma langue.
J'avais beau être toute habillée, il ne me manquait que mon string, j'avais tout les trous bien emplis et cela me rendait folle.
J'essayais de me concentrer sur la bite de Slimane , mais j'entendais Nordine gémir de plus en plus fort et il me défonçait la chatte avec de plus en plus de v******e. Il avait abandonné mon trou du cul mais m'administrait de fortes claques sur les fesses depuis plusieurs minutes et j'avais la croupe en feu quand je le sentis se retirer de moi brusquement avant qu'un liquide chaude inonde mes fesses. Il jouissait sur mon cul en poussant de grands cris rauques.
Voyant cela, Slimane m'empoignât la tête plus fort et tenta d'enfoncer profondément sa queue dans ma gorge, mais mes nausées me reprirent de plus belle et j'eus tant peur de vomir que je fis tout mon possible pour dégager ma tête de l'emprise de ses grosses mains sans pour autant lui asséner un coup de dent. Il finit par me lâcher, cria à Nordine de dégager. Celui ci, soumis à son patron, récupéra ses vêtements et s'en alla sans un regard pour moi.
Nous nous retrouvions tout les deux...Le voyant se déshabiller je fis de même en l'observant à la dérobé. Son corps était athlétique, j'avais rarement vu un homme de cette carrure.
Nos regards se sont croisés par hasards et je lu dans le sien qu'il me désirait, j'y vis même que nos 30 ans d'écart l'attendrissait et devinais que s'il me traitait comme une chienne, ce n'était qu'une façade... Je dû avoir un air triomphant car il me dit:

« Qu'est ce que c'est que ce regard insolent, gamine, tu penses avoir tout vu, tout connu, simplement parce que j'ai laissé un de mes employés lâcher son sperme sur tes fesses? Attends de voir, cette nuit tu seras ma chienne, je vais te défoncer la chatte, l'anus et tu vas pomper ma bite jusqu'à ce que tu ais des crampes à la nuque, que mes couilles soient vides et que ta bouche et ton cul soit remplit de mon jus! »

Je le regardais, bouche bée, ne sachant quoi répondre. Il éclata de rire et se jeta sur moi. Il m'embrassa goulument, sa bouche dévorait la mienne, beaucoup plus petite. Sa langue m'explorait avec assurance et son sexe, toujours en érection, appuyait contre ma chatte. Je refermais mes cuisses dessus et il entreprit de frotter sa queue contre mon sexe tout en continuant à m'embrasser.
Sa bite était si grande que son gland atteignait presque mon nombril quand il se frottait contre moi.
Il cessa de m'embrasser et me retourna sur le ventre sans ménagement, me saisit les poignets, les ramena dans mon dos et les noua avec sa cravate. Il avait serré bien trop fort mais je n'osais pas me plaindre, de peur qu'il serre davantage. D'un coup je me sentis vulnérable, j'étais saoûle, j'avais sommeil et j'étais immobilisée, le cul relevé vers lui.
Je sentis ses mains masser mes fesses, en fait il étalait le sperme de Nordine sur mes parties intimes pour s'en servir de lubrifiant!

« Petite Kahba, prépares toi à recevoir ma bite entière. » me prévint-t-il.

Je me crispais légèrement mon trou était étroit et j'avais peur que Slimane se mette en colère si il ne rentrait pas tout entier. Agrippant fermement mes cheveux d'une main et tenant sa bite de l'autre, il appuya son gros gland contre mes lèvres et cela fit couler un peu de ma mouille.
Je sentis que j'allais me faire déchirer la chatte pour de bon. Il appuya davantage, faisant rentrer sa queue un peu plus profondément. Je gémissais doucement, je sentais les parois de ma chatte s'élargir au passage de sa bonne bite et cela me plongeait dans un état d'extase. Il continuait sa progression avec lenteur et je sentis monter un orgasme, il fut long, silencieux, profond. Je doute que Slimane s'en soit aperçu. Cela avait du dilater mon sexe, car je sentis ses boules toucher ma chatte! Il était rentrer entièrement, j'en fus la première surprise. Je l'entendis rire et me mis à rire également. Il se retira avec douceur, presque totalement, seul son gland était toujours dans ma chatte, puis il lâcha mes cheveux, agrippa mon cul de ses deux mains et d'un violent coup de rein, il m'enfonçât sa bite jusqu'au bout! Je hurlais de plaisir.

Il recommença encore et encore, je hurlais de plus belle, je n'avais jamais jouis si fort, je ne me contrôlais plus! Il me cria de la fermer, je ne pouvais pas alors il claqua mes fesses, tira sur mes cheveux, mais au lieu de me faire taire ces traitements m'excitèrent davantage. Alors sans sortir son sexe du mien, il attrapa son caleçon et me le fourra dans la bouche sans cérémonie.
Il recommença alors à me pilonner, accélérant progressivement le rythme en émettant des sons rauques. Il me tuait de plaisir, cet homme là savait s'y prendre, ce que je ressentais n'avait rien avoir avec tout ce que j'avais connu. La taille de son sexe me rendait folle, m'élargissait les entrailles, je jouis encore une fois, à bout de f***e.
Ses mouvements se firent plus doux, mais je sentis ses deux pouces s'introduire dans mon cul, le reste de ses mains tenant toujours mes fesses. Il les fourrait avec application. Il s'adressa à moi:

« Ton cul va bouffer ma bite sale chienne. »

J'eus peur, j'essayais de me débattre, mais mes poignets étaient liés, je voulus lui crier de ne pas m'enculer mais son caleçon obstruait toujours ma bouche. On ne m'avait jamais sodomiser, je tolérais qu'on enfonce quelques doigts dans mon petit trou mais ça s'arrêtait là. Et je ne voulais pas que la première bite qu'on m'y enfonce soit monstrueusement grande. Mais j'étais épuisée, attachée et baillonnée... J'abandonnais la partie.
Il ôta sa bite de ma chatte, étala de la mouille sur mon anus et m'y enfonça son majeur tout entier, puis un deuxième doigt. Il les faisait aller et venir, puis tourner dans mon cul. Je sentis un troisième doigt s'y introduire. Je n'en avais jamais eu autant dans le cul. La sensation était très étrange, je ne ressentais ni plaisir ni douleur, mais c'était si spécial, je me sentais sale.
Mon trou s'élargit et Slimane tenta d'y introduire son gland. Je l'entendais souffler fort et mon anus se referma sur sa queue, il gémit et essaya de s'enfoncer plus profondément.

Mais j'étais si tendue que je fermais le passage. Je sentis le corps de Slimane se tendre également, je compris qu'il s'énervait. Il me traita de salope et appuya de toutes ses f***es. La douleur fut terrible, mais je ne pouvais pas crier, ni le supplier d'arrêter. Sa bite progressait doucement mais sûrement dans mon anus, elle me le déchirait mais s'enfonçait toujours davantage. Je pleurai mais Slimane ne pouvait le voir, mon visage étant dissimuler par mes cheveux.

Il voulait rentrer tout entier, de ce fait il se pencha sur moi et s'appuya de tout son poids sur mon corps, ses mains me caressaient maintenant les seins avec douceur. Il semblait s'être attendrit, peut-être avait-il vu mes larmes... Il me détacha même les mains mais laissa son caleçon de ma bouche. Je n'osais l'enlever.
Son sexe avait beau continuer à remplir mon cul, la situation m'était tout de même plus agréable et je me détendis. Il me caressa le dos et la nuque et se remit à me parler:

« Ne t'inquiètes pas tu vas aimer grosse chienne, tu vas jouir du cul sale pute, laisses moi faire. »

Etonnée, je constatais qu'il y avait maintenant de la douceur derrière ses paroles obscènes. Cela me détendit encore et sa queue s'enfonça davantage. Je n'avais presque plus mal. Je ressentais quelque chose d'étrange qui n'était pas encore du plaisir mais c'était presque agréable. Pour m'aider un peu, je surélevais mon bassin et m'introduisit le majeur dans la chatte, je soupirais de plaisir mais ça n'était pas suffisant et Slimane était bien trop occupé à emplir mon cul pour se soucier de mon clitoris. Pourtant il remarqua mon manège et me dit de tendre le bras, qu'il y avait une boîte à côté du lit. J'obéis et attrapais la dite boîte sans que sa queue sorte de mon anus et l'ouvris.
J'y trouvais un petit gode noir en silicone, tout à fait ce qu'il me fallait. Mais je n'avais jamais utilisé de sextoy me dis-je, avant de réaliser que je ne m'étais jamais fait enculer non plus... C'était le soir des premières fois : 1er homme mûr, 1ère sodomie, 1er sextoy...
Je le mis facilement en route et le frotta contre mon clitoris et l'entrée de ma chatte. C'était bon! La bite de Slimane était presque entièrement rentrée dans mon cul et je commençais à sentir des ondes de plaisir m'agiter le bassin.

« Enfonces le gode dans ta chatte et fais toi jouir, ça va te détendre et je pourrais enfin te besogner le cul comme il faut. » me dit-il.

Ensuite il cracha à l'entrée de mon anus pour le lubrifier un peu plus. Cela me convaincu de m'enfoncer le gode dans ma chatte trempée, il vibrait fortement et dès que j'eus du plaisir mon cul se détendit vraiment.

« Enfin! » s'exclama Slimane .

J'effectuais des vas-et-vient très rapide dans ma chatte et je sentis un orgasme monter, monter. Doucement Slimane commença à s'activer dans mon cul, mon orgasme éclata en même temps. Je lâchais le gode inondé de mouille, j'étais épuisée mais je me doutais que Slimane n'en avait pas finit avec moi.
Je sentais son énorme sexe aller et venir dans mon anus avec f***e et chaque fois qu'il l'enfonçait jusqu'au bout je hurlais de douleur comme je pouvais avec son caleçon toujours dans la bouche.
Mais rapidement, mes sensations se modifièrent, je commençais à aimer me faire déboiter le cul.
Slimane du le sentir car il y allait de plus en plus fort, j'étais en sueur, je priais pour que ça continue, pour qu'il n'éjacule pas maintenant! J'allais atteindre le septième ciel quand j'ai ôter son caleçon de ma bouche pour lui crier:

« Encules moi plus fort, j'aime que tu m'exploses le cul, défonce moi l'anus !! ... »

Je n'en revenais pas de parler si crûment, mais c'était tellement bon!
Il éclata de rire et changea de position, nous étions en levrette lui à genoux derrière moi depuis qu'il avait commencé à m'enculer mais il se leva et prit appui sur mes épaules avec ses mains et me déchira le cul avec v******e. Dans cette position sa bite rentrait vraiment très profondément dans mon cul et Slimane n'y allait pas de main morte... Il me pilonnait plus fort qu'il ne l'avait jamais fait en haletant. Je ne pouvais plus me retenir de crier de plaisir, tant pis si mes hurlements l'agaçaient. Je m'abandonnais complètement et hurlais, hurlais... Cela du l'exciter car il me cracha plusieurs fois dessus en me traitant de bonne petite pute.
Puis tout bascula, soudain ce fut terrible, il me pénétrait trop profondément, sa bite était trop grosse... Je ne sais pas pour quelles raisons exactement mais j'eus soudain envie de déféquer, c'était intenable! Je le suppliais d'un coup de cesser de m'enculer, rouge de honte, impuissante, j'étais terrifiée à l'idée qu'il puisse entrer en contact avec mes excréments! Il ne comprenait ce changement brutal de comportement de ma part...

« Ecoutes tu m'as supplié de te défoncer le cul, je le fais, ne joues pas à la gamine, tu vas m'énerver! »

Je tentai de me calmer, ne sachant que faire, mais d'un grand coup de rein il enfonça sa queue jusqu'au fond de mon cul et appuya de toutes ses f***e. Je ne teins plus et lui cria:
« Arrêtes, par pitié arrêtes je vais te chier dessus!! »
Il s'ôta d'un coup sec, m'attrapa par les cheveux me tira jusqu'à une porte, l'ouvrit et me jeta à l'intérieur. C'était une salle de bain, en larmes je m'assis sur les toilettes et je chiais et oui je chiais tout ce que je pouvais, le cul élargit par le passage de sa bite.

« Tu dois me terminer! » cria t-il et il entra brusquement dans la salle de bain. J'étais toujours sur le trône, je n'avais même pas finit de chier mais d'un geste il m'attrapa la tête et empala ma bouche sur sa bite. Et cette bite qui un instant plus tôt remuait dans mon cul allait et venait maintenant entre mes lèvres... Je continuait à chier, incapable de m'arrêter après tout ce qu'il m'avait mis dans l'anus et je le suçait, le suçait...
Jusqu'à ce qu'il sorte sa queue de ma bouche et se branle en face de moi. Je ne bougeais pas, prisonnière de ces toilettes et le regardais. Son corps dégageait une puissance incomparable. Sa grande main s'agitait avec f***e et dignité sur son membre malgré la situation. Ses yeux étaient fermés et sa lèvre inférieure tremblotait, je sentais qu'il allait jouir. Il a gémit très fort et tout son sperme me gicla en pleine figure avec v******e, en plusieurs jets. J'étais trempée, lui essouflé. Ils s'est essuyé le sexe avec une serviette, m'a regardé : le visage inondé de sperme, assise sur le trône, la chasse d'eau non tirée...Il a sourit puis est sortit en refermant la porte derrière lui.


J'étais anéantie, j'ai tiré la chasse d'eau et me suis glissée sous la douche. Je suis restée au moins une demie-heure sous l'eau brulante, à me savonner et à ré-apprivoiser mon corps. J'ai enroulé une serviette autour de moi et tremblante comme une feuille j'ai regagné la chambre.
Slimane m'a montré le lit et je me suis glissée à l'intérieur. Il m'a rejoint et prit dans ses bras. Je me suis endormie sous ses caresses.
Cela peut paraître étrange mais mous nous sommes vus pendant 2 ans. Et pas seulement pour faire l'amour, nous partions en weekend régulièrement, nous allions au cinéma, au restaurant. Il me gâtait beaucoup. Le regard des autres vis à vis de notre différence d'âge a eu raison de notre couple. Mais je pense que c'est mieux ainsi, aujourd'hui j'ai 31 ans et la relation que j'entretiens avec mon homme me correspond bien plus, mais jamais je n'oublierai Slimane et tout ce qu'il m'a apporté.
88% (18/3)
 
Categories: AnalGroup SexMature
Posted by marie86
2 years ago    Views: 1,804
Comments (7)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
trés bien! ca vaut largement un bon film x 5* !!!! Merci Marie... j'en voudrais encore!
1 year ago
Je ne cesse de revenir sur cette histoire vivement la suite s'il y'en a
1 year ago
Ce qu'il me fallait
2 years ago
J'adore ton histoire !
2 years ago
La fin est super violente mais sinon c super excitant!
bi49
retired
2 years ago
un peu hardcore quand même ...
2 years ago
bandant tres bien