louvelovedetoi's Blog
Caresses pour beaux rêves

Ce soir, avant de m’endormir, j’ai eu envie d’apaiser mes sens sensuellement. Je me suis donc dévêtue totalement et glissée nue sous la couette. J’aime la nudité au creux de mon lit. J’aime bouger un peu, sentant les draps caressant ma peau. Dans le noir, mes mains se mettent à explorer mon corps que je connais maintenant si bien. J’aime alors me redécouvrir. Je commence souvent par la poitrine, quelques effleurements, mais elle réagit bien mieux aux lèvres d’un amant cueillant la pointe de mes seins. Je descends plus bas, mes effleurements attisant quelques doux frissons. Mes tétons se dressent, j’ai la chaire de poule. J’aime écarter largement mes cuisses et mes fesses, sans encore me toucher mais pour sentir l’air s’engouffrer vers mes puits de plaisir. La fraicheur qui parfois s’engouffre dans mon lit au gré de mes mouvements contraste avec la chaleur qui émane de mon corps, et ne refroidit en rien les premiers émois attisés par mes caresses et mes idées sensuelles.
Lorsque vient le moment de me caresser les zones encore plus érogènes, j’aime poser ma poitrine contre le matelas, ramener mes genoux vers mon ventre et glisser mes mains sous mon corps. Mon bassin se tend alors en arrière ; s’offrant à un amant absent, mes fesses s’écartent, mes lèvres s’ouvre, je suis ouverte, en attente, en demande, pleines d’envies, de passion…
Alors, lorsque mes doigts rencontrent mon intimité, je suis déjà humide et accueillante. Je sens en moi la place faite au désir par le besoin d’un sexe… Je sais que mes doigts ne me comblerons pas à l’intérieure, mais ils jouent avec mon clitoris qui s’épaissit, durci, bande.
Déjà, je coule un peu le long de mes doigts, je sens quelques secousses. Ma main passe entre mes jambes, remonte vers mon anus. Cela m’oblige à me cambrer encore plus, à me soumettre à mes vices, seule, en attisant moi-même un manque et une attente que seule une bite endurante pourrait vraiment combler.
Mon anus se contracte quand mes doigts effleurent ainsi ma petite étoile. Seule je ne m’aventurerai pas dans cette voie mais je sais que cette résistance se laisserait franchir si on voulait me découvrir ainsi.
Après tout va très vite, mes doigts reviennent entre mes lèvres pour branler mon clitoris, aider par la mouille qui recouvre cette zone si sensible et chaude. En peu de temps, malgré l’absence de cet amant derrière moi, un orgasme me saisit, petit mais prémices d’une longue série…
Probable que cela ne me suffise pas mais la nuit est encore longue et tant pis pour le réveil !
Posted by louvelovedetoi 4 years ago
Comments (2)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
3 years ago
encore une très belle histoire

très sensuelle
4 years ago
Ouaaaahhh ! ce scénario est plus que bandant .. J'y entrevois un cruel manque de chair humaine bien dure.. Etonnant pour quelqu'un de végétarien (ou végétalien, je ne sais plus). Baisers tout mouillés pour t'aider à lubrifier tes orifices gourmands.