Mado dans les bois.

Fréquemment, nous allons faire des promenades dans la forêt avec ma tante Mado (voir mes histoires).
Ce jour là, de fin de printemps, après une bonne heure de marche, nous nous sommes trouvés au bas d’un chemin escarpé et assez pentu.
- Reste derrière moi mon neveu, je suis déjà passée par là. Le sentier est très étroit et on ne peut pas marcher à 2 de front. Allez suis-moi !
- OK Tatie !
- T’es prêt… C’est parti !
Elle me précédait sur le sentier et je voyais ses grosses fesses qui se balançaient devant moi ! La pente était raide et Mado soufflait comme un bœuf. Moi aussi j’étais raide ! A voir le gros cul de ma tante, j’avais une de ces triques dans mon short !
Enfin nous parvînmes en haut de la cote qui débouchait sur une clairière aménagée avec 2 bancs de bois qui permettaient de profiter de la vue. Mado s’affala sur un des bancs, essoufflée par l’effort qu’elle venait de produire…
- Je suis morte ! A mon âge je n’ai plus l’habitude de ces efforts ! Et toi ? Tu as l’air d’être en pleine forme, me dit-elle et je vis que son regard se fixait sur ma braguette déformée par la bandaison.
- Oui Tatie ça va ! C’est la forme !
- Viens t’asseoir à coté de moi mon petit.
- Voilà !
- C’est moi qui te fais bander comme cela ?
- Ben oui ! Ton gros cul et ta grosse poitrine !
- Mon petit chéri ! Dit-elle en posant sa main sur ma braguette et en massant ma bite à travers le tissu.
- Oh oui Tatie, caresses moi !
- Attend j’ouvre ta braguette et je sors ton petit oiseau… Enfin petit si l’on peut dire car tu bandes dur !
- Pendant toute la montée du chemin je fixais tes fesses !
- Quel beau morceau ! Voilà je te branle un peu… Quel jeune bite !
- Oui Tatie tu me fais du bien !
- Le problème c’est que tu ne pourras pas marcher avec une trique pareille !
- Fais-moi jouir alors !
- Oui mais pas ici ! On pourrait nous surprendre… Une vieille tante avec son neveu ! Non, viens dans les fourrés là à coté !
Nous nous levâmes et me tirant par la bite elle m’entraina dans un bosquet touffu où nous étions bien cachés. Adossé à un arbre, elle s'agenouille devant moi, fait sauter rapidement les boutons de mon short, découvre ma bite, elle commence à me caresser, serrant vigoureusement ma bite entre son pouce et son index... Mado semble aimer ce qu'elle fait... Je décide de m'abandonner au plaisir et de la laisser faire... Elle entreprit de me mettre en bouche.
Elle continue à me caresser puis à me sucer, toujours agenouillée devant moi, léchant doucement dans le sens de la longueur ma bite de la pointe de sa langue, alternant sa langue et ses doigts...
Déboutonnant 3 boutons de son chemisier, elle offre à mes yeux ses deux gros seins qui tendent le vêtement en gonflant de plaisir.
Elle faisait agréablement aller et venir sa main sur toute la longueur du manche. Je pense qu'elle ne voulait pas que je m'excite trop vite quand même et que c'est pour cela qu'elle n'insistait pas sur la zone la plus sensible de mon gland.
Elle me pompait divinement bien. Elle alternait les phases de sucions et de branlette, pendant que je lui caressais les cheveux. Ses gros seins ballottaient au rythme de ses mouvements.
- Attend, je vais te mettre un doigt dans le cul, tu vas voir tu vas bander plus fort !
- Aaaah oui quelle sensation ! Quelle belle salope tu fais !
- Bon dieu qu'elle est grosse ! C'est bon ? Tu aimes ?

Il est évident que j’aime la caresse. La bouche ouverte, les yeux à demi clos posés sur ce que fait Mado je sens que je vais me vider.
- Oui ! Ah oui ! Ah que c'est bon ! Ahhh !
-Tu aimes ?
- Ah oui, branle-moi bien ! N'arrête pas ! N'arrête pas je t'en supplie ! Ah ouiiii ! Ahhhhh !

Elle se rend compte que je vais jouir. Elle se penche, tout en attirant vers elle la bite turgescente et l'introduit dans sa bouche.
Elle a du mal à l'introduire. La bouche déformée par la taille du pénis, elle va et vient, l'enfonçant le plus qu'elle peut dans sa bouche. Je ne peux plus me retenir à présent.
- Ah ! Ah c'est bon ! C'est bon ! Ah oui, je vais jouir ! Je vais jouir ! Ah ouiii ! Ahhhhh !

De grandes giclées sortent de ma bite. Tantine accélère la cadence, admirant le sperme qui continue de sortir.
- Quel pied ! Ah oui ! Oui vas-y ! Vide-toi les couilles ! Oui, vide-toi, salaud !
Elle ralentit la cadence quand plus rien ne sort de la tige, qui ramollit mais elle ne semble pas vouloir la lâcher.
- Tu jutes bien dis donc. Tu m’as complètement arrosée ! Tiens regarde.
En effet, des trainées blanchâtres s'étalent sur les vêtements de Mado.
Moi, heureux, je reprends mes esprits.
Mado en se lovant contre moi, me dit :
- J’espère que tu as de la réserve car après la promenade, sitôt rentrés, comme moi je n’ai pas joui, tu vas devoir me baiser et bourrer mon gros cul.
- Entendu Tatie, tu vas voir que je vais bien t’enfiler, ma Tatie cochonne.

100% (13/0)
 
Posted by lisco
1 year ago    Views: 3,098
Comments (3)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
Merci merci!
1 year ago
chanceux
1 year ago
Une tante très gentille et experte le pied... Me suis bien branle sur votre histoire merci