Le train.

Un jour, en attendant mon train sur le quai bondé, une femme que j’avais l’habitude de remarquer (pour ne pas dire reluquer), s’exclama près de moi :
- Oh, ils sont pénibles, ont en a assez de leurs retards à répétition!
Tout de suite je me dis :
- tiens ne serait-ce pas là un signal inconscient qui veut dire j’ai besoin de parler, de revendiquer, voir même d’être rassurée, d’être comprise ?!…
Gentiment je me tourne vers elle, et me dis :
- elle approche la cinquantaine, elle prend soin d’elle ça se sent, ça se voit. Les détails sont là, ses ongles sont longs, impeccablement manucurés, sa frange est joliment tirée, son rouge à lèvres, rouge vif donne du relief à ses lèvres charnues.Belle grosse poitrine.
Mais pour être honnête, ce qui a surtout attiré mon attention, c’est son cul ! Ce cul haut perché, si magnifiquement moulé dans ce tailleur droit. Je me dis qu’avec le froid qui règne sur ce quai, et malgré les épais bas noirs qui moulent ses belles cuisses, cette dame doit bien avoir besoin d’être réchauffée...
Je ne tarde donc pas à fantasmer sur elle, ni à sentir une bosse se former dans mon boxer… Surtout que ses gros mamelons sont là tout près et se collent peu à peu à moi en raison de la cohue ambiante, à l’approche du train…
Moi de mon coté, toujours propre sur moi, bien rasé, je savais qu’un petit "frottis frotta" passerait comme une lettre à la poste.
J’ai remarqué que l’habit faisait souvent le moine, avec mon air de garçon bien élevé,
Sur de mon fait j’en profite. Je me frotte peu à peu à ses gros seins, certes cachés derrière un beau manteau mi-long, mais dont l’on devine aisément le galbe. Je sens qu’ils sont charnus. Je les sens lourds, prêt à remplir une bouche ou prêt à astiquer un manche bien raide jusqu’à le faire reluire…
Je commence à avoir la trique, mon cœur bat légèrement plus vite, mon instinct bestial et mon excitation croissent aussi rapidement que ma queue. Elle sait que je la matte, elle sait qu’elle m’excite sous son faux air de bourgeoise perdue sur un quai de gare, mais elle sait surtout que je suis conscient de l’exciter elle aussi ! Faisant mine de regarder ma montre l’air agacé, j’effleure de mon avant bras droit son sein gauche, et malgré l’épaisseur du manteau je sens son téton qui pointe. Je visualise ce téton qui ne demande qu’à être sucé, léché.
Hypocritement je me confonds avec un grand sourire, d’un malicieux :
- Excuser moi Madame.
- Mais il n’y a pas de mal Monsieur, répond-t-elle en me rendant ce coquin sourire.
Après ce majestueux échange de commodités, je sais alors que la conversation peut venir tout naturellement…
Le train arrivant enfin à quai, comme tout garçon bien éduqué, je l’invite à passer devant moi afin qu’elle puisse monter la première :
- Allez-y Madame, je vous en prie.
- Merci bien jeune homme, vous êtes bien aimable.
Cette marque de galanterie de ma part, était avant tout un stratagème afin que je puisse frotter mon sexe déjà bien dur entre ses fesses. Elle sent alors mon gland congestionné et elle ne se tourne pas pour me lancer un regard noir ou même me coller une gifle. Bien au contraire, elle cambre légèrement ses fesses en dandinant son magnifique cul. Ma queue bandée vient se caler entre ses deux merveilleuses fesses.
Mais l’appel du chauffeur du train me ramène à la réalité :
- VEUILLEZ LAISSER LES GENS DESCENDRE AVANT DE MONTER, MERCI !
Je patiente avec un réel plaisir, je me frotte encore et encore sous les effets de la bousculade. J'ai la tête au dessus de son épaule, elle aime çà, je le sens, je le vois, je le sais. Elle sent mon souffle chaud.
Soudain son odeur de parfum m’envahit, elle prend son temps elle aussi pour monter la marche qui la sépare du train, je l'entends gémir, apprécier, et personne ne remarque rien.
Au moment de monter dans le train, je me colle à elle encore plus, et dans la confusion générale, j'en profite pour glisser ma main sous sa jupe…
Et là, à mon grand bonheur mes suppositions se vérifient, le fantasme rejoint la réalité !!!
J'entends un :
- Hummm! Elle inspire. Heuuuh.
Un soupir qui en dit long, sur l'état de la dame. Malgré les apparences, notre inconnue est déboussolée elle ne s'attendait sûrement pas à une telle "audace".
Une fois dans le train je la suis, je reste collé à elle.
Tel un chien je me suis frotté à elle comme j'ai pu dans la cohue générale. J'ai même réussi à soupeser discrètement un de ces mamelons lors d'une bousculade et à lui pincer son gros téton, sans qu’elle ne bronche.
Nous nous retrouvons entre deux wagons, là ou le bruit est le plus assourdissant.
Je lui souffle alors à l'oreille :
- Vous être trempée Madame, je sens même votre forte odeur...
- Vous n'y êtes pas étranger jeune homme, et sachez que j’apprécie. Je dirai même que j’aime çà…me répond elle. J'en profite alors pour lui passer à nouveau la main sous sa jupe et lui caresser son petit bouton.
Son clitoris est gonflé il va exploser. Elle gémit, mais à l'endroit ou nous sommes confinés personne ne remarque son état second ni même ses yeux révulsés ! Nous sommes pris en sandwich entre la paroi des toilettes et celle du wagon, il n’y de la place que pour nous deux…
Je me dis alors que le lieu est propice pour tenter quelque chose…
A l'approche d'un tunnel, je baisse ma braguette, relève d'un seul geste la fente de sa jupe et d'un coup sec je lui enfonce mon gland dans l'anus tout en lui caressant la chatte !!! Ma bite est idéalement calée entre ces fesses !!! Je l’encule à sec !
Je sens tout d’abord sa surprise et sa douleur, elle mordille ses lèvres pour ne pas crier trop fort.
Puis, comme je l’avais fantasmé, plus je m’enfonce entre ses fesses, et plus la douleur laisse place au plaisir…
Elle me confie :
- Ahhh! Oui allez-y jeune homme défoncez moi ma p’tite rondelle !
Elle s’empale avec v******e sur mon dard, elle le suce, elle l’aspire même avec son cul, comme si il s’agissait de sa bouche !!!
Elle prend son pied et moi aussi…. En cadence elle laisse échapper des :
- Oui, baisez-moi ! Encore ! Encore ! Oui Oui Oui comme ça !
Dans le vacarme et dans la pénombre, personne ne remarque rien
Ses mots me chauffent, son air distingué et sa façon de m’appeler "Jeune Homme" ou même de me vouvoyer m’excite encore plus…
Conforté par ce sentiment d'impunité, je la pilonne alors à grands coups de reins. Sa bague anale est de moins en moins serrée, elle se détend peu à peu sous mes coups de boutoirs, voila ma queue au chaud serrée dans son petit tunnel, et là je me lâche :
- Han ! Han ! Han ! T'adores qu'on te sodomise, je savais bien que tu étais une sale garce ! Finit les "Madames", tu veux la sentir ?! Tu vas la sentir ! Tu veux du cul hein ?!
Elle en demande, elle me supplie presque ! Mes mots l’excitent encore plus :
- Oui Ouiiiiii ! Déchirez-moi !! Hhsss Ahhahhh, bourrez moi l'anus !! Doigtez-moi. Doigtez-moi comme une chiiiiiienne !!! Jeune homme, je vous l’ais dis J’aimme çaaa Aaaah !!!
- Alors si tu aimes ça, bouge, bouge !!! Encore et encore plus ton gros cul p’tite traînée, colle toi à ma queue! Colle-toi !!! Je te dis, que je te l’enfonce jusqu’aux couilles mon gros dard!!!
- Oui, jeune homme enculez moi jusqu'au fond .Déchirez mon p’tit œillet !!!
- Alors écarte ! Ecarte le moi ton cul ! Que je t’embroche belle cochonne !
Là elle s’exécute comme une chienne. Elle passe sa main sous la fente de son tailleur, et att**** avec fermeté le haut de sa cuisse droite pour me tendre ses fesses tel une offrande… Sa main gauche lui permet de se caler contre la paroi du wagon et de cacher son visage perlant de sueur.
Puis elle me grogne :
- Bitez moi le trou du cul mon petit, cognez au fond!
Il n’en fallait pas temps pour que je me déchaîne et que j'exauce ses désirs…
Là elle déguste, elle savoure, c’est une vraie salope, elle le vit comme tel car cela l’excite car elle sait que cela m’excite.
Plus je la matraque et plus elle jouit, mes caresses sont incessantes, ma main est pleine de son jus, j’ai réussi à enfoncer trois doigts dans sa chatte qui se contracte pour mieux apprécier !!!
Avec mon pouce je constate que son clitoris est gonflé comme une petite bite, je sens que l’orgasme est proche pour Madame ! Je la caresse frénétiquement et continue à la bourrer avec f***e et vigueur.
Elle va prendre son pied la p’tite Dame, là dans ce train, avec une bite bien fourrée dans son cul, trois doigts actifs dans sa chatte et un pouce qui lui titille le clito !!!!
L’inconnu du quai est sur le point de faire exploser de plaisir Madame la Bourgeoise …
Qui aurait pu penser cela d’une femme aussi distinguée ?! Elle qui donne son joli cul à un inconnu, là devant tout le monde, sans que quiconque ne remarque quoi que se soit.
Ses paroles crues, son excitation, la situation, le frottement et l’intensité de cette pénétration anale, n'ont pas tardés à me faire jouir.
Mon gland se contracte au maximum et j'explose presque en silence dans son trou du cul !!!!
- Ahhhh,ouiiii, ça vient ! Ça vient !! Ça viiiieeennt !!! Aahhhhhh… Je balance tout !
J’expulse un jet puissant et incessant qui inonde ses entrailles, son anus est empli de mon sperme chaud.
Je l’entends elle aussi :
- OhOui !Ohhouiii ! Je jouiiis, je jouiiis !!Aahhhaaaaaaaaah
Et je l'entends dans un dernier râle :
- Aaaaaaahhh! Ouiiiii, c’est trop bon....je suis une vraie catin !!!!! !!! Salaud de jeune queutard !
Inondée de foutre la petite dame !
Je me retire alors comme je suis entrée, brutalement et sans précautions !!!
Le train passe sous un dernier tunnel, je range discrètement ma queue. Elle réajuste ses vêtements. Nous échangeons à peine un regard, comme les parfaits inconnus que nous étions il y a vingt minutes...
Je la vois là devant moi vidée, titubant presque. Quelle belle femelle ! Je l’imagine surprise par la tournure des événements. Son visage se "recompose", elle reprend peu à peu ses esprits… Je me mets enfin près d’elle comme un quelconque voyageur, qui attend d’arriver en gare.
Personne n’a rien remarqué. En un mot tout c’est fait dans la totale INDIFFERENCE !!!
Au moment de descendre du train, petit clin d’œil, je lâche un :
- Au revoir Madame, passez une bonne journée…
- Au revoir Jeune Homme… Elle à déjà bien commencé, malgré les apparences… me répond-t-elle avec un large sourire.
Puis elle rajoute d’un air coquin :
- Et j’espère à bientôt ?

100% (17/0)
 
Categories: AnalHardcoreMature
Posted by lisco
1 year ago    Views: 3,701
Comments (4)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
superbe histoire
1 year ago
Excitante cette situation !
1 year ago
moi je pratique trop bbon bize thierry et nathy
1 year ago
le reve de beaucoup d'entre nous, belle histoire !