Promenade en sous bois

Une fois n’étant pas coutume, ce jour là, j’avais décidé de laisser mon vélo de course sur son râtelier pour partir faire une promenade tranquille sur les sentiers forestier de Sologne avec mon VTC. Les premiers jours d’automne étaient arrivés, mais la température était redevenue estivale ; le ciel bleu azur n’affichait pas une seule tache blanche à l’horizon ; une belle journée pour aller pédaler.

Je retirais donc ma chemise, mon pantalon et mon caleçon, pour enfiler un cuissard cour et un maillot s’ouvrant entièrement par l’avant. Après avoir rempli deux bidons d’eau, j’enfourchai ma monture et me lança sur la petite départementale, quasi déserte à cette heure de la journée.
Après avoir pédalé sur une vingtaine de kilomètres, je virais à droite, sur un petit sentier de randonnée, bien heureux de me retrouver, enfin, protégé du soleil par les grands arbres bordant le sentier.

Je connaissais l’existence d’un petit étang très peu fréquenté, car peu connu ; perdu au milieu des bois, à 500 mètres du sentier le plus proche, c’était tout à fait par hasard que je l’avais découvert il y a quelques mois. Depuis, j’y venais assez régulièrement pour trouver le calme et l’inspiration pour mes écrits.

Je roulai encore sur une dizaine de kilomètres, puis mis pied à terre pour m’enfoncer dans le sous bois en poussant mon vélo ; le terrain était très accidenté, sans doute un régal pour un VTTiste, mais une gageure pour un vélo tel que le mien.

Alors que je n’étais plus qu’à une trentaine de mètres de l’étang, je vis quelque chose, au travers des feuillages, qui me fis m’arrêter net. Je posai mon vélo contre un arbre et m’avança un peu, en tachant de faire le moins de bruits possible.

Mes yeux ne m’avaient pas joué de tour ; caché derrières les longues branches feuillus d’un saule, je pouvais observer l’une des plus belles visions de mon existence ; à quelques mètres de moi, une femme, aux longs cheveux roux bouclés, dansait simplement recouverte d’un voile bleu transparent.
Elle correspondait parfaitement à tous les critères définissant une déesse dans la Grèce antique ; une peau délicieusement laiteuse, des courbes superbement dessinées sur des formes généreuses. J’eus l’impression de me retrouver devant la réincarnation d’Aphrodite, déesse de l’amour, des plaisirs et de la beauté.

Un instant, je pus contempler la belle inconnue de face, m’extasiant devant sa poitrine alléchante, salivant devant son pubis libre de tous poils.
Un moment, je fus pris d’une envie très forte de la rejoindre au bord de l’étang, mais je me ravisai bien vite, ayant trop peur de rompre cet instant magique.

La danse de la déesse était féérique, envoutante. N’y tenant plus, je plongeais une main dans mon cuissard et commença à me caresser doucement. L’inconnue se pencha en avant, gardant les jambes parfaitement droites, m’offrant une belle vue sur sa croupe qui acheva de durcir ma verge. Je baissai mon cuissard jusqu’aux genoux, pouvant ainsi mieux me masturber.

La fée, la déesse, je ne savais plus comment l’appeler, fit glisser son voile, très lentement, entre ses cuisses, appréciant, sans nul doute, le contact du tissu sur son intimité. J’aurais aimé être ce voile, pouvoir humer le parfum de sa caverne aux délices, pouvoir me délecter, m’enivrer de son nectar sans doute aussi subtil que sa beauté était grande.

Tandis que ma main s’activer de plus en plus sur ma verge, l’autre descendit vers mes parties génitale, continua le long de la raie des fesses ; d’un doigt, je me mis à titiller mon anus, un plaisir que j’affectionnais particulièrement.
Je commençais à sentir la douce chaleur de l’extase monter en moi ; la grosse veine de ma verge se mit à battre de plus en plus vite, de plus en plus fort ; mon index se mit à fouiller ma caverne, m’imaginant que c’était celle de ma déesse ; de doux picotements me parcoururent l’échine, puis mon sperme jaillit brusquement, allant s’écraser contre le tronc du saule.

L’orgasme fut si fulgurent, que je ne pus retenir un gémissement plus fort que les autres. La déesse se retourna, protégeant, dans un réflexe naturel, sa nudité avec son voile transparent ; elle venait de me voir…

Après un court instant de réflexion, la déesse s’avança vers moi ; son pas était léger, souple, d’une grâce intense. Son regard me balaya, de la tête aux pieds, s’attardant plus longuement sur mon sexe qui s’était à peine ramolli.

Je sentis le rouge me monter aux joues en imaginant l’image que je devais lui renvoyer, avec mon cuissard descendu aux genoux, mon maillot de cycliste entrouvert et ma verge pointant dans sa direction.

Elle regarda le sperme qui continuait à couler le long du saule et éclata de rire, un rire à la sonorité cristalline.

- Je ne suis pas certaine que votre semence, tout aussi bonne soit-elle, puisse apporter quelque chose à cet arbre ! s’esclaffa-t-elle. En revanche, cher monsieur, je suis flattée de l’effet que mon corps à produit sur vous.

Elle s’approcha encore plus près de moi et saisit ma verge à pleine main ; le contact était doux et chaud ; elle dégageait un parfum que je n’arrivais pas à reconnaître, mais ô combien flatteur pour les narines.

Toujours en me tenant par le sexe, elle m’amena au bord de l’étang ; voir son fessier onduler au travers de son voile transparent était un vrai régal pour les yeux. Sans avoir réellement débandé, ma verge se retendit à l’extrême.

- Etes-vous toujours aussi en forme ?
- Il est difficile, belle dame, qu’il en soit autrement, tant votre corps est un hymne à l’amour.

Elle ria à nouveau ; ses yeux étaient pétillants de malice.

- Je m’appelle Izzie, me dit-elle en me caressant la verge du bout des doigts. Tout aussi tentant qu’est votre dard, il me semble que vous avez un peu d’avance sur moi en termes d’orgasme.

Elle s’allongea dans l’herbe grasse, posa son voile sur le côté et ferma les yeux. Comprenant le message, je m’agenouillai auprès d’elle, très ému devant ce corps qui s’offrait à moi.
Elle avait de jolis petits pieds, finement manucurés. Je me mis à les embrasser, l’un après l’autre, puis remonta sur les orteils que je léchais goulument. Aux différentes réactions de son corps, je compris que la belle Izzie n’était pas insensible à ce traitement.

Je pris l’un des gros orteils à pleine bouche et commença à le sucer comme si je lui faisais une fellation. Je vis la peau laiteuse d’Izzie se couvrir de chair de poule ; j’entendais sa respiration s’accélérer légèrement.

Je quittai les orteils, remonta le long d’une cheville, puis me mis à honorer les deux jambes parfaites, tantôt en y déposant de furtifs baisers, tantôt en les titillant de la pointe de ma langue. A présent, le corps de la belle réagissait au moindre de mes assauts de bouche ou de langue ; sa respiration, devenue saccadée, était entrecoupé par de petits gémissements.

Enfin, j’arrivai auprès de ce pubis si délicatement épilé ; les grandes lèvres semblaient avoir été ciselées par un sculpteur ; son bouton d’or, sorti de sa cachette, m’appelait irrésistiblement.

Izzie tressaillit de plaisir que je me mis à promener la pointe de ma langue sur son clitoris ; elle me saisi brusquement par les cheveux pour me plaquer contre sa féminité. Je pris alors son bouton entre mes dents et fit tournoyer ma langue sur lui, tantôt lentement, puis rapidement. Les gémissements de ma déesse se faisaient de plus en plus nombreux, de plus en plus fort ; son corps ondulait ; ses mains me caresser tendrement le cuir chevelu.

Je changeai de position, me mettant légèrement sur le côté, pour pouvoir fouiller son antre intime, tout en continuant à sucer son clitoris. Je fis pénétrer mon annulaire et mon index dans la fente accueillante et partis à la découverte des lieux, fouillant le moindre recoin de sa cavité.
Son corps s’agita de plus en plus ; j’accélérai mes mouvements de sucions et me mis à gratter le haut de sa paroi ; elle était incroyablement trempée.

Je l’entendis hurler quand la vague orgasmique déferla en elle et c’est à ce moment que j’eus droit à ma seconde surprise de la journée.
Avec une grande rapidité, Izzie dégagea mes doigts de sa fente, me tira par les cheveux et coinça ma tête, plaquée contre sa vulve, entre ses cuisses. Son corps se déchaîna totalement, se tordant dans tous les sens et de longs jets d’un liquide incolore vinrent s’abattre au fond de ma gorge, manquant de m’étouffer sous l’effet de surprise.

Avec un plaisir non feint, je me délectai de ce breuvage si féminin, presque déçu lorsque la source se tarit.
71% (5/2)
 
Categories: Sex Humor
Posted by limog
3 years ago    Views: 817
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments