Les surprises de Elise.

Élise était venue à Bordeaux avec Patrice. Comme la première fois qu’elle m’avait rencontré, il l’avait laissée dans le quartier où je l’avais vue pour la première fois. Il était censé aller voir des clients, mais il n’en avait pas l’intention. Il était plus complice que jamais avec moi et je savais où le joindre à tout moment.
J’avais donné rendez-vous à Élise dans le café de notre première rencontre. Je lui avais lancé un nouveau défi et, quand je la rejoignis, je constatai qu’elle avait parfaitement respecté mes instructions. Elle était seule à une table. Elle portait la jupe ultra-courte que je lui avais demandé de mettre et le chemisier parfaitement transparent qui ne laissait rien ignorer de ses seins magnifiques. Je vins vers elle en souriant d’un air satisfait.
-C’est bien, tu portes ce que je t’avais demandé… Tu as commandé quelque chose ? lui demande-je.
-Pas encore, me répondit-elle.
-Alors on va boire un truc en vitesse et on file chez moi, sinon, on va être en retard…
-En retard ? me demande-t-elle d’un air étonné.
-Oui… Tu as remarqué que la serveuse habituelle n’est pas la ? dis-je en lui montrant le garçon de café qui nous observait. Elle a pris un jour de congé et doit nous rejoindre chez moi…
-Tu la connais ?
-Disons que j’ai appris à faire sa connaissance depuis la semaine dernière… J’avais remarqué avec quel air coquin elle nous regardait quand je t’ai masturbée sous la table. Alors, je suis revenu plusieurs fois et je lui ai demandé si cela l’avait excitée…
-Et alors ?
-Elle s’est mise à rougir et m’a avoué que « oui ». Et même beaucoup… Je lui ai ensuite demandé si tu lui plaisais et je lui ai dit que j’aimerais beaucoup vous voir faire l’amour toutes les deux. Je m’attendais à devoir déployer beaucoup d’énergie à la convaincre et j’étais même décidé à lui proposer de l’argent, mais elle m’a stupéfait.
-Comment ?
-Elle m’a immédiatement répondu « c’est quand vous voulez » !
-Tu te l’es faite ? me demande-t-elle avec une pointe de jalousie.
Je souris en buvant le café que vient de nous apporter le serveur et je lui réponds.
-Non, pas encore… je la baiserai devant toi tout à l’heure… Finis vite ton café, elle nous attend dans 10 minutes !
Élise se renfrogne et vide sa tasse, puis elle se lève l’air contrarié. Je règle les consommations et nous partons sans nous dire un mot. Elle me fait une crise de jalousie, c’est bon signe.
Une fois arrivés chez moi, nous retrouvons la serveuse qui nous attend devant ma porte. Elle est splendide et porte un débardeur vert avec une mini jupe noire qui lui va à ravir.
-Je m’excuse pour notre léger retard, lui dis-je, mais le barman qui te remplace est beaucoup moins efficace.
-Oh, je viens juste d’arriver, répond-elle en souriant.
Je les fais entrer toutes les deux dans mon appartement. Je fais les présentations /
-Élise, ma maîtresse, que tu as eu l’occasion de voir plusieurs fois dans l’établissement où tu travailles….
La jeune femme s’avança et tendit maladroitement la main à Élise qui ignora son geste. Je repris.
-Élise, je te présente Juliette, qui a envie de partager nos jeux. Tu devrais te montrer un peu plus conviviale à son égard… Embrasse-la et déshabille-la ! ordonné-je d’un ton beaucoup plus sec.
Elle changea enfin d’attitude et s’avança vers Juliette. Les lèvres de Élise se posèrent sur celles de la jeune serveuse brune qui n’avait pas plus de 25 ans. Celle-ci répondit sans hésiter au baiser de Élise et la laissa défaire son chemisier. Elle avait de petits seins fermes et ronds dont le tétons pointaient à travers son soutien-gorge transparent que Élise retira rapidement.
Juliette défit elle-même sa jupe et la fit glisser jusqu’à ses chevilles. Elle ne portait plus qu’un string ravissant et je vis que sa vulve était bombée.
J’ordonnai à Élise de se mettre entièrement nue et elle le fit rapidement. Juliette semblait fascinée par la lourde poitrine de ma maîtresse et s’avança vers elle. Avec beaucoup de douceur, elle caressa les seins volumineux de Élise et les lécha avant d’aspirer les mamelons dans sa bouche l’un après l’autre. Je les trouvais très belles toutes les deux et pourtant si différentes. Je vins me positionner derrière Juliette, et je lui retirai son string. Je ne pus rés****r à la tentation de caresser sa toison finement épilée. Elle n’avait conservé qu’une petite touffe très sensuelle.
Je les invitai à se mettre sur le lit et je commençai à me dévêtir pendant qu’elles s’enlaçaient et échangeaient un baiser fougueux en pressant leurs corps l’un contre l’autre. Leurs mains se firent baladeuses et chacune découvrit l’intimité de l’autre. Je les laissai à leurs plaisirs saphiques un long moment, puis je les rejoignis sur le lit.
Mes mains se posèrent sur les fesses de Juliette et je les écartai, découvrant son anus parfaitement épilé et je vis que son sexe luisait de désir. Je me fis sucer par Élise, puis je retournai Juliette et je lui relevai largement les jambes, les posant sur mes épaules. J’avançai mon sexe turgescent vers elle et la pénétrai sans effort devant les yeux de Élise qui avait l’air contrariée. Il fallait qu’elle apprenne la frustration et je ne m’occupai que de Juliette. Je la pilonnai pendant un bon moment et Élise resta à nous observer en se caressant. La jeune brune connut un orgasme dévastateur qui m’excita au plus haut point. Peu après, je jouis en elle et j’obligeai Élise à la lécher, encore pleine de mon sperme. Sa soumission était totale.
Pendant que Élise léchait ma semence dans le sexe de la belle brune, j’ai pris le gode dans le tiroir et je l’ai pénétrée en attendant que mes capacités érectiles reviennent. Juliette a connu un nouvel orgasme, aussi fort que le premier, grâce à l’agilité de la langue de Élise que j’ai réussi à faire jouir presque en même temps que notre complice.
Peu de temps après, Juliette a pris une douche, elle s’est rhabillée et est partie après nous avoir remerciés. Elle avait beaucoup aimé cette séance et nous avoua que c’était la première fois qu’elle participait à un trio, mais qu’elle recommencerait.
Élise me regarda avec son sourire toujours aussi enjôleur. Finalement, elle ne m’en voulait pas d’avoir pris Juliette devant elle. Elle m’avoua que la situation l’avait même excitée terriblement et qu’elle avait pris un grand plaisir à laper mon sperme dans le sexe de notre partenaire.
Je lui dis que je lui réservais une autre surprise et qu’elle allait être exposée à un voyeur qu’elle ne verrait pas. Elle sembla immédiatement émoustillée par cette hypothèse. J’ai regardé ma montre et je lui ai dit qu’il était l’heure de le faire venir. J’ai pris mon téléphone portable et j’ai envoyé le SMS prévu : « tu peux venir dans 10 minutes ». A peine une minute plus tard, j’ai reçu la réponse que j’espérais : « OK, j’arrive ! ».
Élise avait compris qu’il me faudrait lui bander les yeux et elle alla chercher elle-même le bandeau noir, maintenant qu’elle savait où je le rangeais. Je le nouai autour de ses yeux et je la fis de nouveau installer sur le lit, les bras en croix, puis j’entrepris de l’attacher comme la dernière fois. Je pris mon temps, la couvrant de caresses et de baisers et je lui demandai si cette nouvelle expérience l’excitait.
-Beaucoup, me répondit-elle. Surtout le fait de ne pas savoir qui me regarde.
-Ne t’inquiète pas, lui dis-je. Je le connais, il ne te fera pas de mal.
Je n’eus pas le temps de lui en dire plus. La sonnette de la porte d’entrée retentit et je fis entrer le voyeur. Il s’installa près du lit et regarda Élise avec un œil plein de convoitise. Je pris la cravache et je me mis à parcourir le corps de ma belle soumise avec la boucle de cuir fixée à son extrémité. Pendant un long moment, ce ne furent que des caresses, puis je me mis à donner de petits coups sur les cuisses et sur le ventre de Élise
Le voyeur qui l’observait avait commencé à se masturber et leva le pouce dans ma direction pour me faire signe qu’il adorait. Je me mis à accélérer la cadence et la puissance de mes coups de cravache désormais centrés sur le sexe de Élise Je savais qu’elle appréciait ce genre de traitement et je me mis à viser son clitoris. Elle commença à gémir de plus en plus fort. Notre complice se mit entièrement nu et s’approcha un peu plus.
-Tu peux la caresser, lui dis-je.
Sans un mot, il a alors posé ses mains sur la poitrine de Élise et a commencé à faire rouler ses tétons sous ses doigts. J’ai posé la cravache et je me suis installé entre les jambes de Élise Mon érection était revenue, aussi forte qu’auparavant et je l’ai pénétrée sans ménagement. Très excitée par la situation, elle a joui rapidement. J’ai du la maîtriser, tant elle se tortillait. Je n’arrivais plus à rester en elle.
Soudain, je me suis arrêté et j’ai souri à notre complice. Il était aux anges et je lui ai fait signe que je voulais qu’il prenne ma place. Il ne s’est pas fait prier et a pénétré Élise à son tour. Il l’a pilonné avec une vigueur proportionnelle à son excitation et l’a fait jouir une nouvelle fois. Élise adorait vraiment ce que je lui imposais et nous avons fini en nous masturbant tous les deux, aspergeant son visage masqué de nos spermes qui se mélangeaient.
Cette fois, je l’avais humiliée, offerte et elle avait joui encore mieux que d’habitude. C’était vraiment une belle salope !
Le voyeur anonyme se rhabilla rapidement et je le reconduisis à la porte, laissant Élise prisonnière de ses liens. Il allait repartir sans qu’elle ait pu voir son visage et elle ne saurait même pas que celui qui m’avait regardé la baiser et l’avait baisée devant moi était son mari.
Le rêve de Patrice était enfin accompli : voir sa femme se faire baiser devant lui.
100% (7/0)
 
Categories: Voyeur
Posted by limog
1 year ago    Views: 706
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments