Le commencement...

Tout a commencé un mardi. C'était l'un des jours de repos de ma chère cousine. Cousine dont j'ai toujours était proche (mêmes amis, etc., jamais plus). Tessy est une jolie coiffeuse de 21 ans, une petite blondinette d’1m55 pour 45 kg au corps magnifique. Un petit cul à tomber à la renverse et une paire de sein qui ne demande qu’à être caressée.

Toujours habillée sexy, c'est le genre de fille qui ne loupe pas une occasion de ce mettre à son avantage lorsqu’elle est en présence d’homme(s). Elle aime sentir qu'on la regarde et qu'on la trouve "mucha bonitas" (je vous assure, c'est vraiment une petite bombe:) ...
Étant bonne actrice, lorsqu’elle s’amuse à chauffer quelqu'un c’est toujours l’air de rien, en jouant l’innocente. Elle fait sa le plus simplement du monde en tendant son cul ou en s’étirant pour propulser sa petite poitrine bien ferme en avant. C'est toujours discret, mais sacrement bandant.
Personnellement, j’avais depuis longtemps remarqué son petit manège mais ce n’était évidemment pas pour me déplaire. Lorsque j’assistais à l'un de ses "show" destiné à un, ou même plusieurs, gars, je me faisais discret, et l’air de ne pas y toucher, je me délectais.

Ce mardi Tess’ est venue manger cher ma grand-mère. Elle s’était prévue une après-midi sieste et TV dans la maison de ses parents.
Il faisait chaud, un bon 30°c. Elle était habillée léger, top moulant rouge à fines brettelles et short en jean court... Très court !

Avant de descendre cher elle ce jour là, elle devait d'abord couper les cheveux de notre grand-mère.
Elle faisait sa au salon pendant que je buvais le café à la salle à manger sans perdre une miette de son travail, ou plutôt des mouvements de ce corps sur lequel je bavais quelque peu.

Je vous passe les détails de la coupe...

Lorsqu'elle eut terminée, il fallut forcément ramasser les cheveux tombés au sol. Elle fit sa à l’aide d’une balayette, et ... sa a démarré.

Le fait de ce mettre accroupi a fait ressortir en bas de son dos un joli string noir à dentelle. Quand je dis ressortir, je devrais plutôt dire bondir. Le string était visible sur au moins 10 cm, tout comme un tiers de la raie de ses fesses. Et ce à 5 mètre juste en face de moi, je n’en croyais pas mes yeux.
Ne voulant rien manquer de ce spectacle je me suis mis à gesticuler sur ma chaise afin d’avoir la meilleure vue possible.
Ma cousine ne manqua pas de remarquer mon agitation et ne mis pas longtemps à comprendre quelle en était la cause. L’air de rien, toujours accroupi et continuant à ramasser les cheveux de ma grand-mère, elle se mit à faire de petites flexions, elle montait et redescendait son petit cul comme si elle était assise sur une queue.
Ces mouvements faisaient divinement glisser son short en jean le long de ses fesses. En position haute je ne voyais que 2 cm de string dépasser, mais en position basse c’était limite insoutenable, la moitié de ses fesses étaient à l’air et j’en voyais un peux plus à chaque flexion.

A ce moment précis, il me sembla avec certitude (...) que je venais de devenir la cible de ma coquine de cousine.

Lorsqu’elle eut fini de ramasser elle ce releva et rangea ses affaires de coiffure. Comme si de rien n’était elle me proposa de l’accompagner pour l’après-midi détente, ce que j’acceptais volontiers, et nous partîmes finir la journée à flâner cher ses parents qui ne rentraient qu’aux environ de 20 heures.

Arrivés cher elle, on a fait comme d’habitude, on s’est fait un café et on est allé nous mettre au salon.
Elle sur la banquette, et moi à sa droite sur un fauteuil positionné perpendiculairement à cette banquette. La télé est en face de moi, légèrement sur ma droite.
Alors que nous étions "plongés" dans un téléfilm vraiment plus que moyen, je remarquais que ma cousine s’était mise en position allongée (jambes fléchies), ses pieds (nus) en ma direction, et sa tête à l’opposé.
J’avais une vue imprenable sur son merveilleux cul moulé par son short en jean ultra court. C’était reparti, elle recommençait à me teaser comme si de rien n’était, elle bougeait ces jambes l’une après l’autre de façon à m’offrir de multiples angles de vues sur son entrejambe, impossible de ne pas voir la forme de sa chatte compressées par le jean. Par moment je pouvais même apercevoir des petits bouts de string dépasser sur les côtés.
Elle faisait sa tout en me regardant dans les yeux quand elle me parlait ou alors en faisant mine d’être plongée dans le film ... sacrée cousine, l’après-midi commençait bien !

Le temps passait, environ 20 min, je me délectais du spectacle que m’offrait ma chère Tess', lorsque j'eus une drôle d'idée.
L’envie de jouer me pris aussi. Je me suis dit que ma cousine serait peut-être intéressée pour jeter un coup d’œil sur le paquet de son cousin.
Ni une ni deux mes yeux se portèrent sur mon short. Je portais ce jour là un short de basket assez large sur un caleçon large. A priori elle ne serait pas contre puisqu'elle est elle-même entrain de dandiner son cul son mon nez...

J’ai donc décidé de croiser les jambes. J'ai mis ma cheville gauche sur mon genou droit. Cela offrait à ma cousine, du fait de l’amplitude du short, une vue plongeante et assez dégagée sur ma bite et mes couilles.
Le résultat ne ce fit pas attendre très longtemps. Toujours naturelle au possible, ma cousine ce redressa deux ou trois minutes après. Elle jetât un bref coup d’œil en direction de mon short mais n’avais pas l'air bien placée. Elle me proposa un second café afin de pouvoir bouger sans trop se faire repérer, et parti à la cuisine nous chercher sa.

Je supposais à cet instant, ou plutôt j’espérais, que cette manœuvre de sa part était destinée à venir s'asseoir bien en face à son retour. J’en profitais d’ailleurs pour plonger ma main dans l’ouverture pour bien dégager la vue. J’ai pris mes couilles et ma queue à pleine main, et j'ai minutieusement positionné le tout bien en avant. C'était à moitié à l'air sous ma cuisse, tout en restant discret. Si elle voulait voir, elle ne pourrait ainsi rien louper.

Dans le mille ! Lorsqu’elle est revenue avec les cafés, ma cousine s’est assise quasi dans l’axe de mon genou gauche. Elle avait effectivement l’air d’avoir envie de voir la queue de son cousin. De mon coté cette situation m’excitais clairement, je tremblais quelque peut mais s’était cool.
Ce coup ci elle voyait. Sans doute dans une certaine obscurité, mais elle voyait. J’en étais sûr car elle eut un tout petit peu de mal à ce contrôler, elle bloqua 1 seconde, et rougit légèrement avant de reprendre la conversation.

La vue de mon sexe lui faisait de l’effet, j’en étais ravi.

J’étais tellement ravi que je me suis mis à bander. Ma queue s'est mise à durcir et à presser contre le bas de ma cuisse tandis que je faisais le maximum pour la maintenir afin qu’elle ne ce redresse pas d’un coup sec. Au moment où celle-ci a fait un petit mouvement de quelque millimètres vers le haut, et où mon gland à commencer à sortir de son prépuce, j’ai vu ma cousine ce redresser assez brusquement, elle avait un air surpris mais clairement intéressé.
Pendant une quinzaine de seconde elle sembla absente. Elle me répondait par phrase très coutre et ne cessait de remuer son café, penchée en avant, en jetant de nombreux coups d’œil furtifs en direction de l’ouverture de mon short. Et surtout de mon sexe.

Personnellement j’étais heureux que ce stratagème fonctionne et vraiment content de l’effet que je lui faisais. Je trouvais ce mardi après-midi d’été particulièrement chaud et savoureux.

Les 30°c et ma bombe de cousine en mini short en jean qui était entrain de reluquer mes couilles commençaient à faire leurs effets, il faisait horriblement chaud. Je priai ma cousine d’aller nous chercher quelque chose de frais à boire, ce qu’elle fit non sans peine de perdre ma bite de vue. J’en profitais pour me réajuster un peu et pour remettre ma queue et mes couilles devenues toutes moites bien en vue afin que notre petit jeu continu à son retour, toujours comme si de rien n’était bien entendu.

Lorsqu’elle est revenue elle s’est rassise pile au bon endroit. Mais, contrairement à tout à l’heure où elle avait + ou – arrêté son show pour se concentrer sur le miens, elle ne se rassit pas de la même manière. Au lieu de laisser ses pieds au sol elle les mit sur le canapé. Elle avait les jambes pliées, ses talons touchaient le bas de ses cuisses. Elle avait entourée ses genoux de ses bras et écartait plus ou moins les cuisses selon ce qu’elle voulait me montrer. J’avais une vision sublime sur l’entrejambe de ma cousine qui n’arrêtait pas de gigoter pour un oui ou pour un non, sous prétexte de prendre une cigarette ou de monter le son. Elle recommençait le show.
Quel ne fut pas ma surprise lorsque là où j’apercevais des bouts de string, je vis des poils.
(J'en ai déduit que) Ma cousine, qui devait commencer à être un peu excitée, avait profité du moment où elle est allé à la cuisine chercher les boissons fraîches pour enlever sa culotte, elle voulait m’en montrer plus. Je me souviens qu'à ce moment précis elle me parlait d’un vieux-beau qui l’avait saoulée au salon de coiffure. Elle jouait vraiment bien le jeu, on ce montrais mutuellement nos sexes, moi les couilles pendantes et elle les lèvres limite à l’air, et personne ne bronchait, on discutait chiffons, toujours devant notre super téléfilm.

C’est au moment où elle reçue le coup de fil d’une amie qui allait nous rejoindre que j’en eu clairement pour mon argent.
Ces mouvements sont alors devenus bien plus amples. Elle écartait carrément les jambes pour mieux les resserrer. Cette manœuvre avait pour effet de tendre (en position cuisses écartées) et de détendre (en position cuisse serrées) son mini short au niveau de l'entrejambe. Résultat, lorsqu’elle restait en position cuisse serrées avec le short détendu sur le devant, elle me montrait quasiment tout. J’apercevais ses deux jolies lèvres légèrement humides et quelques poils rasés sur le côté. Je ne voyais pas la totalité de ces poils mais j’imaginais le haut taillé court, c’était inespéré et carrément à croquer.

Là, ne pas bander était forcément inhumain. Mon sexe c’est remit à gonfler et est venu ce coller bien dur sous ma cuisse gauche, gland à moitié décalotté, pile en face de ma cousine. Elle regardait mon gland sans doute un peu humide dans les yeux...

Au cours de la conversation qu’elle avait au téléphone, alors que moi, en érection, je regardais la télé (et sa chatte autant que je pouvais) en attendant, elle c'est déplacée et est venue ce mettre accroupi à quelques centimètres de l’entrée de mon short. Elle devait être au plus à 40 cm de mon gland surement légèrement luisant, pile dans l’axe. Elle était entrain de chercher je ne sais quel truc dans le tiroir incorporé sous le fauteuil sur lequel j’étais assis.
Prétexte pour s’approcher de ma queue puisqu’elle restera penchée deux bonnes minutes (toujours au téléphone) pour ne rien sortir du tiroir.
Le fauteuil est assez large, j’étais accoudé du côté droit et je n’avais aucune raison de bouger puisque je ne la gênais en rien. Les yeux sur le film, je ne la regardais pas, lui laissant ainsi la possibilité de ce rincé l’œil relativement tranquillement. Ce qu’elle fit clairement.
Je la voyais s’approcher au maximum. Au plus près ses yeux devaient être à 20cm de mon manche, toujours en érection et collé contre ma cuisse. Elle regardait uniquement vers le fond du tiroir histoire de garder l’œil toujours dans l’axe, l’air de rien elle était comme au cinéma.
Le must, c’est quand je l’ai entendu tenter de flairer les effluves remontant de mon short qui émanaient de mon sexe moite à souhait. D’abord par de petites inhalations, puis par des inhalations plus longues et vraiment prononcées. Sous prétexte d’être en ligne et de chercher quelque chose de façon maladroite elle y allait gaiement. Elle était sous mon genou gauche à 20 cm de mes couilles, les yeux au niveau de mon gland, et elle reniflait carrément. Le tout, toujours en faisant mine de rien comme si tout était normal.

Lorsqu’elle eut terminée avec sa copine (et qu'elle avait bien sniffée) elle ce releva sans rien laisser transparaître de son excitation (présumée), et nous reprîmes notre conversation par le fait que cette copine que je connais très bien également allait arriver d’ici 15 minutes, et blablabla…

Non contente d’avoir reniflée ma queue, ma chère cousine n’en avait pas finis avec moi, je découvrais ce mardi une sacrée coquine … !! Celle-ci prétexta alors avoir besoin du service à raclette de ses parents pour un repas qu'elle prévoyait de préparer dans la semaine. Celui-ci situé très haut sur le buffet de la cuisine. Et ce, fatalement, pour me mettre son cul sous le nez.

J’étais resté assis au salon devant la télé, lorsqu’elle m’appela pour l’aider… Quand je suis arrivé à la cuisine ma cousine était, comme je le présentais, dans une position plus que délicate. Elle était en équilibre instable debout sur une chaise, une jambe tendue et l’autre repliée sur le haut du dossier.
Je me suis donc approché à sa demande pour maintenir la chaise en place et empêcher qu’elle ne glisse. J’étais dos au buffet la chaise face à moi, mon visage pile au niveau de son sexe à une cinquantaine de centimètre.
Le service à raclette n’était visiblement pas facile d’accès puisque je suis resté la tête devant son entrejambe bien 3 minutes pendant qu’elle remuait les cartons au dessus de moi. Dans cette position je ne voyais pas à l’intérieur de son short, mais la vue restait cependant splendide, moulée par ce short si serré, ses lèvres étaient clairement dessinées.
Alors qu'il me semblait qu’elle avait trouvée ce qu’elle cherchait et qu’elle allait redescendre, elle me dit qu’il allait falloir qu’elle mette son 2e pied sur le dossier de la chaise pour gagner les quelques centimètre qui la séparait du fameux service à raclette...

Elle prit appuis avec son 2e pied sur le dossier et bascula en avant pour att****r le carton recherché depuis maintenant 5 minutes. Lorsqu’elle ce pencha elle le fit assez brusquement ce qui fit fatalement glisser la chaise en arrière. Je n’étais non-plus pas forcément placé au meilleur endroit pour la sécuriser au maximum, le mieux aurait était d’être derrière elle, face au buffet et à son fessier… La chaise tombée au sol, ma cousine s’est retrouvée à moitié couchée sur le haut du buffet, le cul et les jambes dans le vide. Elle était juste au dessus de moi avec sa chatte à quarante centimètre au dessus de ma tête.
A ce moment nous nous sommes clairement mis à rigoler de sa position (j’ai même faillit prendre une photo).

Ma cousine ne pouvait cependant pas rester là-haut, il fallait l’aider à descendre.

Elle m’a donc suggéré de l’att****r par la taille et de la maintenir pendant qu’elle ce laisserait glisser jusqu’à mes épaules.
Appuyé contre la cuisinière je me suis exécuté en plaçant mes mains au niveau de son bassin, et elle à commencer à descendre. Je voyais son entrejambe ce rapprocher en gros plan, c’était somptueusement excitant, j'avais l'impression de rêver.
Quel spectacle ce fut lorsqu’elle finit par être en appuie sur mes épaules. J’avais la tête entre ses cuisses au maximum à 10 cm de sa chatte.
Je la tenais au niveau des aisselles, tandis qu'elle avait les bras tendu et les mains accrochées au meuble.
Au moment ou elle a lâchée le buffet, il y eu une petite perte d’équilibre. Elle est légèrement partie en arrière ce qui eut pour effet d’envoyer son pubis vers l’avant en direction de mon visage, jusqu'à entré en contact avec celui-ci. J’avais la tête collée contre son adducteur gauche et légèrement tournée vers la droite tandis que je l’empêcher de tomber en arrière.
Son short était légèrement de travers et je voyais à nouveau son intimité. Là je ne pouvais pas être plus près ! Ses lèvres que je voyais clairement humides étaient à 5 cm de ma bouche, j’aurais presque pu les atteindre si j’avais tiré la langue, c'était dingue !
La vision n’était cependant pas tout. Il y avait également les senteurs... Aussi fou que cela puisse paraître, je pouvais comme elle l’avait fait avec moi quinze minutes auparavant, sentir son sexe. Pour mon plus grand plaisir, l’odeur ce diffusait relativement bien. J'avais ce parfum de chatte chaude qui me remontait dans les narines, c'était exquis.
Nous ne sommes pas restés longtemps dans cette position mais autant vous dire que sa a largement suffit à ce que je m’en mette plein les narines. Rien que d'y penser j'en ai la mi-molle !!!

Au moment de la poser au sol la sonnette retenti, notre copine arrivait, nous allions passer dans une autre dimension !

A suivre...
83% (5/1)
 
Categories: Voyeur
Posted by lamlamel
1 year ago    Views: 1,002
Comments (1)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
Chaud, tout ça ! Vivement la suite !