je suis baisé au chantier

Je suis en stage dans le bâtiment.

Je travaille avec des hommes qui dorment dans des baraques de chantier, ils sont très gentils, il y en a un avec de grosses moustaches qui me regarde avec un drôle d'air.

Le chef, qui est aussi mon responsable de stage, me dit :

- Je ne veux pas te voir en short comme la semaine dernière, même s'il fait chaud. Tu travailles bien, ce serait dommage que tu aies des problèmes. Tu collabores avec des types qui n'ont ni chèvres ni femmes, ne viens pas te plaindre. Et retourne au travail !

Il me donne un bleu de travail et des chaussures de sécurité. Je ne comprends rien à ce qu'il me dit.

Quelques semaines plus tard, je regarde des images de femmes nues collées dans les WC en me branlant, quand je m'aperçois qu'on me regarde par un trou dans la cloison.

Je me rhabille vite fait et sors prestement. Il est là devant moi, me barrant le passage, se lissant la moustache. Le regard dur, sans un mot, il prend ma main fermement et la plaque sur la bosse que fait son sexe sous son pantalon. Je me sens rougir et la retire prestement.

Il dégrafe sa braguette et sort une généreuse queue. Il pose ma main dessus, mes doigts se referment instinctivement sur sa hampe, doucement il les fait coulisser sur toute sa longueur.

- Branle-moi !

Je m'active, son regard planté dans le mien.

- C'est bien, tu es drôlement mignon !

Il déboutonne mon bleu et le baisse avec mon slip à mi-cuisses.

- Tu es encore plus mignon comme ça !

Je suis tétanisé, il me pétrit les couilles et la queue avec vigueur. Sous ses caresses je ne tarde pas à bander, malgré la peur d'être surpris. Comme s'il avait lu dans mes pensées, il me pousse dans les WC, place sa queue sous mes couilles, saisit mes hanches et fait coulisser son gros gland dur et chaud entre mes cuisses. Je suis impressionné par la dureté de sa queue, je bande.

Très vite, il murmure des mots incompréhensibles, grogne, inonde mon entrecuisses et le bas de ma raie de chaude liqueur, il remonte mon slip, mon pantalon et me plante là en criant "à la prochaine !".

Les fesses et l'entrejambes englués de son sperme, je retourne au boulot. Personne ne me regarde, je travaille soulagé.


Depuis ce jour, il ne se passe pas une journée sans que sa main frôle discrètement mes fesses et mon sexe. À table, quand il est à côté de moi, il tripote ma braguette ou prend ma main et la pose sur la bosse de son pantalon, je me sens rougir j'ai peur que les autres s'en aperçoivent et n'ose retirer ma main. De plus en plus entreprenant, Moustache m'entraîne dans les endroits isolés et sombres.

- Allez, mon mignon !

Paralysé par la peur, je le laisse baisser mon pantalon et sa queue vigoureuse coulisse entre l'entrejambes enduit de sa liqueur. Je retourne au boulot.


Au sous-sol, occupé à nettoyer un regard, un bruit me fait sursauter. Je me redresse, il est devant moi.

Terrifié, je le regarde ouvrir sa braguette et sortir sa queue, pointer son gland énorme vers mon visage. Il effleure mes lèvres, ne laissant aucun doute sur ses intentions.

- Allez mon mignon ! Suce !

Son gland frappe mes joues et presse mes lèvres. Épouvanté, je desserre les dents. Son noeud envahit ma bouche, il passe une main derrière ma nuque et enfonce sa bite au fond de ma gorge, ce qui me fait tousser.

- Ouvre ta bouche !

À chaque aller-retour, son gland touche ma glotte, ce qui me fait éructer et monter les larmes aux yeux. Les jointures de mes lèvres me fond mal. Un jet brûlant frappe le fond de ma gorge. Surpris par la quantité je m'étrangle, tousse et ingurgite sa liqueur au goût poivré jusqu'à la dernière goutte.

C'est les lèvres en feu que je regagne la surface.


Un autre jour, dans un local où sont entreposées des bobines de câbles, il devient plus entreprenant :

- Baisse ton pantalon !

Je proteste, d'un geste sec il le tire vers le bas et déchire mon slip.

- J'aime que tu me résistes ! Tu es encore plus aguichant ! C'est charmant de te voir bander quand ma queue glisse entre tes cuisses ! Tu es trop délicat pour me rés****r ! Tu mérites une fessée !

Il me pousse sur une bobine, des claques s'abattent à toutes volées sur mes fesses qui rougissent et me brûlent.

- Tu as un cul prometteur ! Bien rebondi !

Il m'oblige à me cambrer, sa queue coulisse entre mes fesses. Cette tige douce, robuste et chaude me procure une drôle de sensation. Après un long moment, sa liqueur inonde ma raie.

- Ça te plaît de te faire graisser le cul !

Je me sens rougir. Une main appuie sur mes reins puis glisse sur mes fesses et les écarte, un doigt s'insinue dans ma raie, chatouille ma rondelle enduite de sperme et d'un coup, il l'introduit dans mon anus. Une décharge électrique envahit mes couilles et je jouis d'un jet puissant.

- C'est bon de se faire taquiner la rondelle ! Hein ? Tu es de plus en plus dévergondé ! Tu m'affrioles avec ta rosette bien lisse ! Allez rhabille-toi !

Je retourne au travail, j'ai l'impression que tous me regardent. Ma raie trempée de liqueur me rappelle la tige dure et chaude qui y glissait. Je reste médusé par le plaisir que me donnait ce doigt introduit dans mon anus quelques minutes auparavant.


Le dernier vendredi du mois de juin, une fête de fin de chantier est organisée, on mange du couscous et on boit du vin. Nous sommes tous plus ou moins enivrés.

Grisé, je me laisse traiter de coquine quand Moustache prend ma main et me dit "Va jouer à la femme !". Tous rigolent.

- Quand le gland passe, tout passe ! Plaisantent-ils de plus belle.

Trop ivre pour réagir, je le laisse m'entraîner vers une cabane sous leurs regards hilares. La porte refermée, il me déshabille, m'allonge sur le lit et m'embrasse dans le cou. Je frissonne sous ces baisers. Il glisse un oreiller sous mon ventre. Toujours le cerveau dans les brumes, je sens à peine ses mains rugueuses écarter mes fesses, sa tige chaude, dure comme de l'acier, glisse entre mes fesses. Cela m'excite plutôt, je me détends, je m'abandonne complètement. Sa bite quitte ma raie. Frustré, je grogne. Brusquement, son gland appuie sur ma rondelle, une décharge électrique traverse mes reins. Dessoulé, je pousse un cri strident de bête agonisante, mes poings serrent les couvertures. J'appelle au secours, j'ai l'impression que mes fesses se séparent.

Je crie "À l'aide ! À l'aide !"

J'entends une voix dire "Il s'est fait embourbé!". Des rires fusent.

Sans s'occuper de mes cris et encouragé par les gloussement du dehors, il saisit fermement mes hanches et, d'une puissante poussée, s'enfonce jusqu'aux couilles dans l'étroitesse de mes reins, bousculant tout sur son passage.

Le souffle court, je me cabre, je rue, je ne pense qu'à ce tison ardent qui brutalise mon étroitesse. Il reste un long moment immobile et se retire. Toute douleur disparaît, je reprends mon souffle et d'un coup il m'encule jusqu'à la garde, il ressort et m'encule à nouveau plusieurs fois de suite, me clouant au lit.

Je crie ma détresse.

Dehors, des voix s'esclaffent : "Tu en prends plein ton cul ! Tu te fais laminer la rondelle!", et ils rigolent.

Sans s'occuper de mes cris, il me sodomise à fond. Plus je me lamente, plus ça l'excite, il devient violent et me claque les fesses en me défonçant la rondelle à grands coups de butoir.

De dehors me parviennent les rires et les quolibets.

Je n'ai plus la f***e de lutter. Sodomisé plus doucement, je me laisse aller, je soupire. Je n'ai plus la volonté de crier, de protester. Il se retire, masse ma rondelle et teste son élasticité avec son pouce. Il s'exclame :

- Tu as un beau cul ! Ta rondelle est très élastique ! Pousse ! Pousse ! Elle s'ouvre comme une jolie fleur ! Je ne peux pas rés****r à une aussi jolie fleur!

Son gland appuie sur ma rondelle qui se dilate et l'engloutit, je ressens un léger picotement. Sa bite coulisse aisément dans mes reins.

Chevillé à ce pieu, je me détends. Tout en me sodomisant, il me susurre à l'oreille :

- C'est mieux qu'un doigt ! Tu es une vraie demoiselle ! Ton silence en dit long !

Il me retourne sans un mot, les yeux brillants. Supérieur, le sexe toujours en érection, il passe une main sous mon menton, m'oblige à redresser la tête, dirige sa queue vers ma bouche, son gland appuie sur mes lèvres. Résigné, je l'avale malgré mon dégoût. Après quelques allers-retours, le goût poivré de sa liqueur envahit ma bouche, inonde le fond de ma gorge, m'obligeant à déglutir sa semence jusqu'à la dernière goutte.



Des larmes coulent sur mes joues, qu'il essuie avec son gland en proclamant "il ne faut pas te plaindre, tout ce qui t'arrive est de ta faute. Allez, mets-toi à quatre pattes."

Asservi, je prends la pose. Je me crispe quand je sens son gland dur et chaud qui appuie sur ma rondelle.

- Tu ne gueules plus.

Sa queue s'enfonce dans mon étroitesse.

- Allez, crie, ça m'excite.

Il me sodomise profondément, écartant bien mes fesses.

- Allez, braille.

Il me claque les fesses à toutes volées. Je hurle à chaque claque. Satisfait, il passe une main sous mon ventre et me branle tout en me sodomisant, une onde de feu irradie mon anus, descend dans mes couilles, une lumière éblouit mes paupières, je me répands en longs spasmes, je chancelle et, au bord de l'évanouissement, je m'écroule.

C'est la première fois que je jouis avec une telle v******e, je mets plusieurs minutes à refaire surface, toujours rivé à son pieu. Doucement, il reprend ses allers-retours, accélère ses va-et-vient, se retire et crache sa sève brûlante sur mon dos en criant "putain que c'est bon de t'enculer, tu me vides les couilles jusqu'à la dernière goutte. Tu as un cul super. Tu baises comme une vraie salope."



91% (35/4)
 
Categories: Gay Male
Posted by lailatvx
3 years ago    Views: 2,642
Comments (7)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
2 years ago
j'adore
3 years ago
J'aime bien...
3 years ago
je ne me suis jamais fait prendre comme ça et j'aimerai bien y gouter aussi avoir un gros dard qui me défonse le cul.belle histoire merci lailatvx
3 years ago
Excellent et brutal!
3 years ago
J'adore!
3 years ago
excellent
3 years ago
superbe