Ladytv en extérieur/intérieur

En extérieur :

A l’époque j’avais l’habitude d’utiliser le téléphone quand j’avais une envie pressante de me faire baiser. Des numéros spéciaux étaient destinés aux travestis. C’est comme cela qu’un soir j’ai été convoquée par un homme que je n’ai jamais vu. Après une description téléphonique rapide, je me suis rendue sur les hauteurs de Toulouse réputées chaudes dès la nuit tombée. Je devais porter une minijupe sans rien dessous, chercher un arbre avec une poche de plastique accrochée dans un petit bois derrière un parking puis suivre ses instructions. A l’heure dite, arrivée au pied de cet arbre je me suis mise à genoux, j’ai remonté ma jupe sur mes reins, j’étais sur les avants bras faisant bien ressortir mon cul blanc entièrement épilé et ma rosette comme une belle cible à la vue d'éventuels promeneurs. J’avais peur, je n’étais pas très rassurée mais la situation était aussi très excitante, je savais que mon futur baiseur était là quelque part en train de me surveiller. Je m’étais bien préparée pour ma future sodomie et surtout j’avais bien dilaté ma rondelle avec mes plus gros godes ne sachant pas à quel calibre j'allais avoir à faire; j’ai entendu craquer des branches, puis j'ai senti des mains froides sur mes fesses mon entre-jambe. Un doigt puis deux sont venu tester mon elasticité puis il s’est installé derrière moi et sans aucun autre préparatif il m’a enculée, sa queue était d'une belle taille j'avais bien fait de me préparer car je me sentais bien remplie. Comme c'était prévu il ne s'est soucié que de son propre plaisir, il m'a baisée pendant une dizaine de minutes puis il a joui dans sa capote et a disparu sans un mot et sans que je n'apercoive mon baiseur d'un soir...


En intérieur :

C’était en 2004, lors d’une visite dans un sex-shop où nous nous rendions régulièrement, Maîtresse montra un jour au vendeur quelques clichés de moi en salope travestie en lui demandant s’il voudrait bien à l’occasion, que je soulage les clients en cabine car Maîtresse voulait que je me perfectionne en pipe. Il m'a regardé en homme d'un air ironique mais au vu des photos a trouvé ma transformation très réussie et que je pourais faire une bonne salope. C’était un simple employé, il devait faire attention mais un soir, rendez-vous fut pris et Maîtresse me déposa au sex-shop en question avant d’aller dîner avec un de ces amants. Je me suis préparée dans une cabine puis retrouvée dans le couloir un peu honteuse à devoir proposer mes services buccaux gratuits aux clients. Tous n’étaient pas d’accord mais la majorité ne se sont pas faits priés. J’ai passé environ 4 heures à faire jouir des bites dans ma bouche et presque tout mon rouleau de mouchoirs en papier y est passé. Pour le remercier j’avais aussi sucé le vendeur qui m’a également bien enculée sur un présentoir un peu avant la fermeture en attendant que ma maîtresse vienne me récupérer. Quand ils sont arrivés avec son amant, je n’avais pas eu le temps de me rhabiller en homme et j’ai du aller jusqu’à la voiture ainsi sous les sifflets et les insultes des quelques parisiens que j’ai croisé. Cette boutique est devenue notre sex-shop attitré, j’y ai été convoquée plusieurs fois, ma bouche et même mon cul ont permis au vendeur d'arrondir ses fins de mois avec la bénédiction de Maîtresse.

100% (1/0)
 
Categories: AnalHardcoreShemales
Posted by ladytv
8 months ago    Views: 1,079
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments