amour sans jour (2 sur 2 )

Mon fils

Chapitre 2


Le lendemain, nous étions seuls, libres, amoureux honteux, mais sereins, nous sommes allés nous promener et nous avons ri sur des bêtises incroyables, un chat trop moche, une voiture à laquelle il manquait un phare, un gars du coin qui disait Bonjour avec un accent pas possible… Bref, Damien et moi dans tous nos délires. Puis nous sommes rentrés et nous avons refait l'amour, une fois très doucement avec tendresse, une autre comme des bêtes, Nous avons décidé de faire tout ce que nous désirions sexuellement…
Pour moi, rien de compliqué, car je pratique le sexe sans tabou depuis toute jeune, mais pour mon fils, j'ai tout à lui apprendre..., que du bonheur... !

Le samedi est passé très vite, c'est fou comme le temps passe vite quand on est bien, quand il n'y a pas de restrictions ou de problèmes du quotidien…
Je me souviens que mon mari m'a appelée pour prendre des nouvelles, alors que Damien me sodomisait – même si je préfère dire m'enculer, je trouve que ça fait plus salope. Je vais dire sodomiser, pour ne pas heurter les âmes sensibles...
Donc mon mari m’appelle et je discutais un moment avec lui alors que Damien me ravageait l'anus et la seule chose qui est venue à mon esprit, à cet instant, c'est : « si tu savais comme on en chie... ! ».

Je sais ce n'est pas très original, mais Damien a explosé de rire et nous avons ri encore comme des enfants... Une fois de plus, j'étais heureuse que mon mari soit cocufié par Damien...

Estelle aussi me téléphone pour m’annoncer qu'elle reste encore le samedi soir avec ses ami(e)s. Donc la nuit est à nous.....

J'ai sucé Damien comme jamais je n'avais sucé un mec, il a joui dans ma bouche et je me suis régalée de son sperme. Il m'a ENCULÉE comme une chienne en chaleur, il m'a léchée et mordu mon clito comme un pervers, il m'a bourré ma chatte de mère i****tueuse et fière de s'offrir à son garçon… Je lui ai dit de m'insulter, de me claquer les fesses, il m'a fait mettre à genoux, m'a fait lécher ses couilles... Bref, j'ai passé un week-end de baise et d'amour avec mon fils comme une putain de libertine et, chaque fois qu'il crache sa semence en moi, je jouis de savoir que ce n'est pas celle de mon mari.. .Je crois que j'aime cette perversion qui est en moi…

Damien me dit : « tu es ma PUTAIN d'amour... ! ».

Le Dimanche, Estelle nous rejoint enfin et nous rangeons nos affaires, puis nous reprenons la route. Dans la voiture, une ambiance de sérénité nous envahit tous les trois… Estelle est pleine de tous ses partenaires, moi pleine de Damien et Damien vide et ravi. Il avait appris, en 2 jours, des choses avec moi qui le rendaient plus grand et plus sûr de lui...
La semaine suivante est terrible, car nous ne pouvons pas assouvir nos envies…
Moi, je fais l'amour avec mon mari, mais toujours en pensant à Damien…

Bref, afin de pouvoir continuer à faire l'amour avec Damien, je pose des jours de RTT par ci par là et nous le faisons chez nous, la perversité est bien instaurée entre nous car nous le faisons dans mon lit conjugal. J'aime me faire prendre par derrière, les cuisses bien écartées et le cul en l'air sur ce lit qui grince et je peux me faire prendre dans tous les sens par mon fils qui se régale de me remplir…

Me faire baiser comme une putain d'amour, en sachant que le soir je recommencerai avec son père, quel bonheur, j'en perds la tête…

Mes plus beaux orgasmes étaient dans notre salle de bain, nous avons une baignoire en forme de haricot et 2 personnes y tiennent à l'aise. Dans cette baignoire, je me suis fait enculer comme jamais et parfois, Damien sortait sa queue de mon cul, puis en me tenant les cheveux, il crachait son sperme sur ma langue en criant : « avale mon sperme, petite pute de maman... ! ». Il jouissait et nous nous regardions dans les yeux comme pour mieux accepter cet échange mutuel de couple i****tueux…

C'est un moment de ma vie ou j'étais vraiment heureuse et épanouie par ma relation extra conjugale avec mon deuxième fils…

Parfois à table, je prenais une banane et je faisais semblent de la lécher discrètement et Damien qui mangeait en face de moi, ne tenait plus sur sa chaise…

J'ai tout fait pour exciter ce mec qui me rendait folle.. Il nous arrivait même de partir dans un délire où nous quittions tout pour nous installer ensemble et Damien voulait que je lui fasse un enfant..., honnêtement, l'idée m'est passée par l'esprit…

Ce qui était formidable, c'est que nous nous engueulions comme dans toutes les familles…
C'était extra de voir la queue de Damien dans ma chatte à 14 h de l'après midi et, à 18 h30, nous nous disputions sur des sujets politiques ou autres, sans jamais mélanger notre relation sentimentale amant-maîtresse et notre vie de famille mère-fils…

Damien a encore mûri et nous arrivions à la date anniversaire de nos premiers rapports…

Damien a marqué le coup et il m'a offert une nuit dans un hôtel...
Attention, pas n'importe lequel, souvenez vous de cet hôtel au fameux mariage...

Nous avons encore joui comme des chiens...

Puis Damien a eu son permis, on lui a acheté une voiture et comme tous les gars de son âge, il sortait en boîte, il ne rentrait plus le matin car ce salopard baisait toutes les petites minettes qui rôdaient autour de lui... Il faut dire qu'il s'est vite fait une bonne réputation de super baiseur et était accompagné d'une bande de copains bien portés sur la chose...

Moi, j'étais très jalouse et triste, car je savais que je ne faisais pas le poids contre des gamines de 16, 18, 20 ans et plus, qui pour certaines, pratiquent les gangs-bang…

Damien a découvert d'autres pratiques sexuelles…

Enfin c'est la vie.

Après son bac et quelques études infructueuses, Damien s'est engagé dans l'armée. Lui qui était très sportif et très discipliné, a tout de suite adopté ce nouveau rythme de vie...

Il a fini sergent et est parti en Afghanistan en compagnie de combat.

Cette période a été très dure pour moi, car je ne dormais plus à l'idée qu'il pouvait se faire tuer...

J'ai vraiment été malheureuse et j'ai perdu beaucoup de poids et toute ma libido…
De ce fait, mon mari avait des relations avec de nouvelles maîtresses et moi, je m'en foutais…

Pendant toute cette période, nous sommes restés en contact, mais du fait de ses missions, je ne savais pas tout à fait comment il allait car il était tenu au secret militaire...

Bref à sa première permission, il est revenu à la maison, il avait bien changé, son visage et son sourire d'ange s'étaient transformés en un regard grave et sérieux, ce n'était plus mon Damien d'amour et je crois que quand il m'a vue dans cette état, je n'étais plus sa putain d'amour...

Il est resté 7 jours et pendant cette semaine, quand nous étions ensemble, nous sommes allés marcher au bord de la mer nous avons parlé de nous deux…

J'ai beaucoup pleuré dans ses bras, car avec son père, nous parlions de séparation et j'étais de plus en plus mal, maigre, moche, dépressive...

Le dernier soir, il m'a embrassée comme il savait si bien le faire et il m'a dit :

« Maman, je t'aime, mais je vis quelque chose de terrible… ! Il faut que tu reprennes le dessus car je rentre définitivement dans 2 mois et je veux te retrouver comme avant..., OK ?
– OK… ! »

Ses paroles m'ont redonné le goût à la vie...

Avec ces quelques mots et ce baiser d'amour, je repris goût à la vie, Damien repartit et moi, je décidai de me reprendre en main. je retrouvai l'appétit et le sommeil, je repris le sport et avec Estelle, nous nous fîmes des soirées girls…

J'ai même retrouvé ma libido et un soir j'ai violé mon mari avant qu'il n'aille rejoindre sa pute...

Enfin le grand jour est arrivé, Damien de retour pour toujours, c'était un homme que j'avais laissé partir, mais un guerrier est revenu..

Après une semaine où il a fait le tour de la famille et un grand repas tous ensemble, nous nous sommes enfin retrouvés, lui et moi. Entretemps, mon fils aîné est parti s'installer à Marseille avec sa copine, une vie classique en fait…

Bref, mon mari de moins en moins à la maison, après un bonne discussion, nous avons décidé qu'il pouvait faire ce qu'il voulait, mais que nous restions amis, moi je ne voulais divorcer de toute façon pour des raisons de finances j'avoue – perverse jusqu'au bout.

Ce soir, seule avec Damien, il entre à la maison pose son sac, il me regarde et il s'approche de moi, la main tendue, il me prend par la taille et il m'embrase comme jamais, nos langues se lèchent et je sens en moi monter ce désir de sexe i****tueux que j'avais perdu depuis des mois,

Il me caresse, me déshabille, me serre contre lui, puis il me dit : « viens dans ta chambre ! », une fois dedans, il me pousse sur le lit et il m'arrache mes bas, il est excité et j'avoue que j'aime sa v******e, il déchire ma culotte et plonge sa tête dans mon entrecuisse et il pose ses lèvres sur mes lèvres et d'un coup de langue. Il caresse mon clito d'une main, il pelote mes seins de l'autre, il introduit 1 doigt dans ma chatte puis 2 et il les bouge en moi. Je me tortille dans tous les sens, il me dit : « Christine, ta chatte sent si bon la vanille, tu es une petite pute et je vais te remplir comme avant, j'en tellement envie de toi, maman ! ».

Me voici prise par mon fils qui me pénètre la chatte avec sa queue et il commence un va-et-vient rythmé par mes soupirs de plaisirs, il glisse ses doigts entre les miens et m'embrasse comme un fou, je suis pénétrée 2 fois, par sa queue et sa langue, il me comble de plaisirs, m'insulte, me retourne et m'encule comme une chienne en chaleur, il s'enfonce dans mon anus sans pitié, puis il me bourre et me claque le cul, je hurle mon amour pour lui, il me tient les cheveux et me traite de vieille putain soumise, la honte m'envahit, il me dit : « je vais te remplir, salope, tu vas recevoir mon sperme dans ton cul de mère i****tueuse, je vais t'apprendre à baiser avec ton fils, je vais te prêter à mes amis... ! ».

Oh ouiiiiiiiiiiii, Encooorrreeee..., j'ai joui à ces mots, j'ai crié très fort, j'ai extériorisé 6 mois d'attente, il éjacule enfin en moi, sa queue est au fond, je le sens se vider au plus profond de moi, son sperme me comble de bonheur, son orgasme est infini, je crois qu'il ne va jamais s'arrêter, puis ça y est, je suis enfin pleine de mon fils, il s'écroule sur moi... Nous transpirons, je sens son souffle sur ma nuque et sa queue frétille encore en moi, une fois de plus je retrouve cette sensation de puissance interdite, ce sentiment que cet homme m'appartient, oui mon fils m'appartient sexuellement... Il se retire, sa queue glisse et sort de moi, quel plaisir..., il part à la salle de bain, je l'entends dire : « putain, comme c'est bon, humm son cul, sa chatte de pute..., j'en ai pas fini avec cette putain ! », puis il me crie : « tu vas boire du sperme, salle chienne... ! ».

Je suis encore le cul en l'air sur mon lit avec la semence de Damien en moi, je sens sa vie en moi, heureuse et comblée, j'attends la suite, je suis folle amoureuse de ce grand salopard qui va me donner tout le plaisir qu'une femme réclame, qu'une maman i****tueuse réclame...

J’entends qu'il se nettoie, puis il revient et il me fait mettre à genoux sur le tapis et me dit : « ouvre la bouche, femme ! ». Je m'exécute et il introduit sa bite dedans, je suce mon fils à genoux, il me regarde dans les yeux et il dit : « aspire doucement voilà comme ça, un peu plus fort, très bien continue... ! ». Je comprends qu'il règle ma bouche à son plaisir, je me sens esclave de cette queue que je dois sucer, aspirer comme il le souhaite, lui. Je suis son esclave, cet homme que j'ai mis au monde, fait de moi, sa maman, esclave et j'aime ça, je suis même en extase devant ce monstre de beauté et de f***e, prête à tout lui donner et à tout recevoir de lui, au bout d'un long moment de suçage, d'insultes, de claques, il m'att**** les cheveux, puis me bloque la tête et c'est lui qui baise ma bouche, il me viole carrément la bouche à grands coups de reins, je m'accroche à ces fesses et il jouit sur ma langue, encore son sperme si bon, si interdit, tout se raidi en lui, ses cuisses, ses fesses, ses abdos, sa queue crache ce sperme illicite, comme c'est bon de l'entendre râler grâce à ma langue, je prends ses couilles dans ma main, comme elles sont fermes, rondes mais vides, maintenant…, enfin je bois mon fils, sa semence passe de ma langue à ma gorge et disparaît dans mon estomac....

La soirée continue et nous voici tous les deux dans mon lit, sous la couette douce et Damien commence à raconter son mandat en Afghanistan, il me parle de ses déplacements en zone, de sa section et, par moments, il rit d'une histoire drôle et un instant d’après, il fronce les yeux pour des choses plus graves – je ne m'attarde pas, c'est son histoire. Damien est là, à côté de moi, il est nu comme moi et je regarde ses bras, ses épaules larges et musclés, je caresse son torse imberbe et si doux, je regarde ses lèvres bouger et je sens son odeur, il est tout à moi, je me régale de l'écouter et je coule comme une fontaine de me blottir contre mon fils que j'aime et qui me donne tant de plaisir et de honte, je descends ma main pour caresser sa queue sous la couette, mais il la retient et la remonte sur ses pectoraux, je recommence et j’essaie à nouveau, mais il ne veut pas que je lui att**** sa queue, quel salopard, il me rend folle et je comprends qu'il se fait désirer, je l'embrasse dans le cou, des baisers savoureux et interdits d'une mère à son fils et puis je craque…, je me tourne vers lui et je lui monte dessus, là avec ma main, j'att**** sa mâchoire et je lui roule une pelle d'amour, comme j'aime lécher la langue et avaler sa salive, tout est bon en lui, il sourit et moi, je m'empale à nouveau sur sa bite qui entre en moi et qui écarte mon vagin, hoooo... quel supplice d'être pénétrée par la chair de sa chair, sentir un sexe d'homme s'enfoncer dans sa chatte en feu, ce sexe qui donne la vie se glisse en moi et c'est mon fils d'amour qui me donne ce plaisir.... Je vais mourir de désir pour lui s’il ne me remplit pas de sa semence fertile… Si je n'ai pas sa présence dans mon ventre dans quelques minutes, je serai vraiment en colère... Je bouge et il me claque le cul encore et encore, me mord les seins, écarte mes fesses, me tire les cheveux et il me dit : « hhhoooo..., petite chaaattteeee... ! », il jouit, enfin, déversant ce sperme si chaud... Pour une fois, il ne m'a pas insultée, je reste surprise, mais aussi heureuse d'être sa petite chatte..., une fois de plus, on se regarde et ce sentiment d'être sale revient un instant, puis de toute façon, je l'aime, donc je m'en fous…

Nous nous sommes endormis comme des enfants et le lendemain, nous avons pris notre petit déj’, heureux de ces retrouvailles et comblés d'êtres seuls dans cette maison qui nous offrait des tas d'endroit où nous pourrions faire l'amour.

Christ in love
100% (1/0)
 
Categories: First TimeMatureTaboo
Posted by kamaly1
1 year ago    Views: 706
Comments
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
No comments