La mature et le maçon : première par

Il s’agit de ma première histoire, n’hésitez pas à laisser un commentaire, positif ou négatif ;)
Le sexe se trouve dans la deuxième partie, mais si vous voulez connaître le contexte je vous conseille aussi la partie 1 :)
Librement adapté d’une histoire que j’ai vécu.

La mature et le maçon : première partie
Je m’appelle Jonathan, j’ai 22 ans, 1m70, plutôt athlétique grâce à mon passé de sportif de bon niveau, châtain aux cheveux courts… Bref je ne suis pas ce qu’on peut appeler un beau gosse mais je ne suis pas à plaindre non plus :) Je suis en école d’ingénieur en électronique, je n’ai donc pas énormément de possibilités de flirter dans ma vie de tous les jours, à cause du peu de filles présentes dans cette filière.
Je vais vous raconter une « aventure » qui m’est arrivée il y a de cela un an en juillet 2012. A cette époque là de l’année mes cours sont finis, et j’en profite pour bosser en intérim. Cet été là j’ai été envoyé à Courchevel par une entreprise de maçonnerie afin de réhabiliter un chalet. Habitant à Dijon j’étais logé à Courchevel aux frais de l’entreprise durant la semaine. Le chantier était déjà bien avancé, je prenais donc le train en route… Début de l’histoire…
Premier jour de chantier, quelle chaleur ! 35 °C à l’ombre, et y’avais pas d’ombre… Je travaillais avec Thomas, le chef de chantier. Soudain une voix féminine provenant du chalet d’en face :
-« Bonjour messieurs ! »
C’était une femme blonde qui me paru plutôt âgée, mais de là où j’étais je ne pouvais déterminer son âge exactement. Elle était perchée au balcon du chalet voisin.
-« Bonjour ! » répliqua Thomas l’air enjoué, un petit sourire narquois au coin des lèvres.
Probablement une bourgeoise friquée qui vient passer ses vacances à Courchevel avec son mari, me dis-je d’un ton détaché plein de médisance. Ou tout simplement une habitante qui regarde l’avancée des travaux, sembla m’indiquer ma bonne conscience.
-« Elle c’est notre copine, me dit Thomas toujours avec son sourire que je pouvais maintenant qualifier de coquin, elle est toujours là à nous mater ! Depuis des semaines ! Elle veut de la bite ou je m’y connais pas ! » dit il avec la délicatesse habituelle des gars de chantier.
-« Haha arrête elle a probablement un mari » dis-je
-« Ouais ! Qui doit plus la baiser depuis des années, moi je te dis elle est en chaleur ! Si j’avais pas ma femme toujours sur le dos j’irais me la tamponner ! »
Ces phrases crues j’en avais l’habitude, mais quelquechose me dérangeais et je ne savais pas quoi… Probablement le fait que sans mes lentilles je n’avais pas pu me faire une idée du potentiel de séduction de la dame en question et que du coup je ne comprenais pas la ferveur de mon chef de chantier. Je me dis que le lendemain je mettrai mes lentilles, et si Thomas disait vrai, je pourrais jauger la mamie.
Deuxième jour à Courchevel, mes lentilles sur les yeux, prêt à reluquer la « matteuse ». En début d’après midi la voilà qui nous salue du nouveau depuis son balcon. A première vue (lentilles aidant) elle devait avoir entre 40 et 50 ans mais était très bien conservée. Sa poitrine semblait très correcte, son visage souriant et le poids des années ne se ressentais probablement pas sur la balance car elle avait une ligne quasi parfaite. La femme mature des pornos amateurs par excellence ! Mais je me ressaisis, la vie n’est pas un porno, cette dame était probablement une mère de famille fidèle. Quel dommage.

La première semaine de boulot se termina, j’aperçu plusieurs fois dans la semaine « notre copine » , et il me semblait de plus en plus que effectivement son petit plaisir de la journée était de venir mater les ouvriers au boulot. Je me prenais à rêver de trouver un moyen de l’accoster, d’entrer dans son appartement et de tenter de la séduire. Elle me faisait envie la vieille, une mature bourgeoise aussi bien conservé j’en avais vu que dans des films de boules, et sans m’en rendre compte, lors de mes visites quotidiennes sur xhamster durant la semaine mes recherches étaient tournées vers la catégorie Mature…
Deuxième semaine, lors de la première matinée les gars devaient partir chercher du béton pour l’un, des outils pour l’autre, je me retrouvais seul sur le chantier pour la matinée. Le soleil étais toujours de sortie et la madame du balcon d’en face aussi… Elle sortit de son appartement en robe de chambre et regarda dans ma direction sans m’apercevoir (j’étais plus ou moins caché par des banches, grandes plaques de bois utilisées pour coffrer les murs). D’où j’étais j’avais une vue imprenable sur ma Juliette et son balcon, à ce moment là je ne pensais qu’à une chose qu’un coup de vent vienne soulever son vêtement et laisse apparaitre ses jambes. Cette pensée me faisait durcir la queue, j’en profitais pour la frotter à travers mon jean et stimuler un peu plus mon envie de baise, tout en continuant à regarder la vieille de ma cachette.
C’était le moment de sortir mon seul atout, je me mis torse nu et vint travailler juste en dessous de son balcon. J’allais piocher sous un soleil de plomb qui ferait reluire mes muscles sous ma peau humide de transpiration. Je rigolais intérieurement en pensant essayer de séduire une femme du double de mon âge de cette façon, elle en avait probablement vu d’autres ! Petit coup d’œil au balcon, elle est toujours là :
-« Bonjour madame ! » Dis-je, me fendant d’un grand sourire.
-« Bonjour ! Répondit-elle, vous êtes seul aujourd’hui ? »
-« Seulement ce matin oui » dis-je dans un grand sourire, contractant les abdos en relevant la tête, m’appuyant sur ma pioche.
-« Vous n’avez pas trop chaud ? »
-« Vous pouvez me tutoyer vous savez, je pourrais être votre fils » dis-je en me notifiant tout de suite que ce n’était pas une très bonne approche, voire même la plus mauvaise.
-« Haha non mon fils est un musicien classique, rien à voir avec un beau gaillard comme toi, mais c’est d’accord pour le tutoiement » répondit elle
Outch, c’est presque du rentre dedans ça ! Me dis-je, sentant un frisson de désir me traverser le corps.
-« Merci madame » dis-je ne sachant plus quoi répliquer…
-« Fais attention ils annoncent de l’orage pour ce soir, il faudra te couvrir un peu plus »
-« Merci du conseil »
J’eu à peine le temps de lui répondre qu’elle me fit un signe de la main et rentra dans son chalet. J’avais encore le gourdin, elle avait vraiment fini de m’exciter avec son robe de chambre qui laissait apparaitre sa poitrine ronde! Je ne pourrais pas tenir la journée dans cet état, il fallait que je me masturbe. Je m’empressais de me rendre jusqu’aux vestiaires, je pris du papier essuie mains et commença à m’astiquer le bout. Je sentais mon chibre se gonfler sous l’action de va et viens… Putain ça faisait longtemps que je n’avais pas sentie ma bite aussi raide entre mes doigts. Et c’était la première fois depuis longtemps que j’éjaculais en moins de 2 minutes sans porno sous les yeux. Le porno d’ailleurs, sûrement lui qui m’avait perverti et mis dans la tête qu’une femme de 40 ans pouvait avoir des envies sexuelles envers des jeunes hommes… Quoi qu’il en soit il fallait absolument que je me la tape.
L’après midi passa sans que ma dame ne sorte au balcon, je ne travaillais plus, jetant sans arrêt des coups d’œil là haut pour l’apercevoir.
Il était 19h et seul dans mon hôtel, après un rapide tour sur xhamster je me dis qu’il valait mieux que j’aille manger en ville pour me changer les idées au lieu de passer ma soirée à me branler seul.
A suivre…

100% (7/0)
 
Categories: AnalMatureVoyeur
Posted by johnjohn91
1 year ago    Views: 1,288
Comments (3)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
Très bon texte. Merci !
1 year ago
Merci beacoup :)
1 year ago
Excellent, on attend la soirée avec impatience !!