Ma belle-soeur

Bonsoir. J'ai longtemps cherché où poster mon "aventure". Je me suis dit qu'ici serait le meilleur endroit. J'espère que vous apprécierez.

Je suis avec mon amoureuse, Hermia, depuis environ six ans. Nous vivons ensemble presque depuis autant, et recemment nous avons decide de nous libérer de contraintes "de couple". Cela ne fait qu'augmenter la necessite de discussion entre nous, mais d'autre part, ces discussions portent maintenant sur fantasmes, sexe, aventures extra-couple. Etc.
Elle a une soeur, Helena, un an plus jeune. Autant mon amoureuse est ouverte d'esprit, à la limite du boheme à tendance hippie, autant sa soeur est un peu precieuse, toujours appretee, maquillée. Et presque totalement impudique. Quand nous sommes chez ses parents, il n'est pas rare de la voir se balader en sous-tif et culotte... Toutes les deux se ressemblent pourtant assez fort, et sont egalement sexy.
Sur le plan sexe, l'harmonie avec mon amoureuse est parfaite. Nous sommes epanouis, ensemble (juste nous ou avec des invités dans notre couples) et "separement" (mais nous nous racontons tout). Rien à dire de ce cote là.

Mais il y a peu, je me suis retrouve à garder la maison de mes beaux-parents. Ils etaient partis en Allemagne en famille (avec Hermia et son frere Alexandre), et je leur rendais ce service. Helena etait restee, et passait son temps chez des amis. Moi, je me contentais de passer une fois ou deux par jour pour nourrir le chat et les poissons rouges.
Un soir, alors que je passais relativement tard, j'ai entendu du bruit à l'etage. Je fais silence, et tends l'oreille. Rien de plus. Je decide d'aller voir. Je tache de faire le moins de bruit possible dans les deux volees de marches qui me separent de l'etage. Là, je tends de nouveau l'oreille. Le bruit se precise, on dirait presque un soupir. J'ouvre la porte de la chambre de ma copine, rien. Celle de son frere, toujours rien. Le bruit s'est tu. J'avance vers les deux derniers chambres, et ouvre celle d'Helena. Malgre la penombre, je l'apercois sur son lit.

-Salut. Tout va bien? Tu es revenue plus tot?
-Oui, me repond-elle, presqu'essoufflee. Je ne savais pas que tu passerais.

Elle a à peine l'air etonnee.

-Tu n'as pas envie d'allumer? me lance-t-elle. Je ne te distingue pas bien...

J'obtempere. Choc. Elle est sur son lit, et ne porte qu'une jupe. J'admire sa poitrine, ronde et ferme, et malgre moi, mes yeux descendent. Sur le matelas, j'aperçois un petit vibro rose et blanc, tout ce qu'il y a de plus girly. Je ne sais que dire.

-Je crois que je n'arriverai à rien comme ça. Viens m'aider.

Sur ces mots, comme je ne réagis pas, elle se leve, et s'approche de moi. Je ne sais que faire, je suis presque terrorise. Paralysé d'excitation. Chaque pas qu'elle fait vers moi augmente l'afflux sanguin dans mon sexe. Je suis dur comme un roc. Et aussi mobile qu'un caillou. Je me débats avec mes considérations, mais elle est deja tout pres de moi, entierement nue.
Elle pose ses mains sur mes epaules, plonge son nez, son souffle dans mon cou. Ses mains descendent le long de mes bras, elle saisit mes mains, les posent sur ses hanches puis se met à onduler.
Elle pose ses lèvres dans mon cou. Je suis electrise...

-Allez! me dit elle en reculant.

Elle me tire par la main tandis qu'elle se dehanche felinement vers son lit. Elle s'y laisse tomber, et m'attire avec elle. Je suis au dessus d'elle. Elle me jette un regard suggestif, passe sa main sur mon pantalon, me sourit.

-Je vois que je vais devoir tout faire, ici.

D'un coup de bassin, elle nous retourne. Nue sur moi, elle descend rapidement ses mains, qui se faufilent dans sous mes vetements. Leur douceur, sur mon sexe, le fait gonfler plus encore. J'ignorais que tant de sang à cet endroit fut possible. Sans que j'ai le temps de comprendre, elle l'a sorti, s'en est approchée plus encore, souffle un peu dessus. Il réagit, se dresse vers cette bouche qui me rend fou. Elle le sais. Elle en joue. Elle me regarde, et recommence.

-Je continuerai jusqu'à ce que tu me le demandes...

Je craques!

-Suce-moi, Helena! Avale ma bite!

En soupirant un "Enfin!" que j'entends a peine, elle gobe mon sexe turgescent. Sa bouche de velours fait des merveilles. Un aller-retour, et je crois deja mourir. Je gemis. Elle sourit. S'arrete.

-Pas avant de m'avoir fait jouir, beau-frere, me dit-elle.

Elle se love sur mes cuisses, sa poitrine contre ma bite, accoudee sur ma taille. Elle me regarde et me demande à quels autres plaisirs interdits je me suis deja abandonne. Je lui reponds que ce ne sont pas les plaisirs qui m'arretent.

-Je vais te faire oublier ma soeur pour un instant, me sourit-elle.

Bien decidee à savoir quels plaisirs je suis pret à explorer, elle saisit son vibro, le depose contre mes levres. Je la regarde, hausse à peine un sourcil, les entrouvre et passe ma langue contre le jouet de son plaisir. Je goute sa mouille, la leche.

-Vas y, montre-moi ce que tu veux que je te fasse.

Ce n'est pas la première fois que je me retrouvais avec une queue en bouche. Mais là, je me suis lache, curieux de voir ses propres capacites. Après quelques bons coups de langue, j'ai enfonce progressivement le vibro tout entier dans ma bouche, jusqu'a la gorge profonde, avant de le faire ressortir, le temps de lui dire :

-A toi maintenant.

Tandis qu'elle lechait ma queue, je lui ai pris le vibro des mains, l'ai allumé et deposé sur les seules levres qu'elle avait encore de libre. Ce fut le moment qu'elle choisit pour prendre pour la seconde fois mon sexe dans sa bouche. La sensation m'engourdit tout le corps. Sous l'effet du plaisir, j'enfoncai le petit vibro dans sa chatte. Elle poussa un rale de plaisir, et s'escrima à avancer ma bite plus profond dans sa bouche. Je sentais sa langue s'enrouler autour de ma queue.
Elle n'y arriva pas, et se retira en toussotant. Je lui souris, et activai un peu plus le vibro dans sa chatte. Malgré les frissons, elle se releva, quitta le lit pour m'arracher mon pantalon, et m'oter le reste de mes vetements. Ca y etait : j'etais aussi nu qu'elle! Et je bandais comme un taureau.

-Je veux que tu me prennes, me dit-elle!

Je me redressai. Au point où j'en etais, autant prendre mon pied... Je l'embrassai langoureusement, et activement cette fois. Ca y etait, la bete en moi s'eveillait. Je passai derriere elle, frottai mon sexe entre ses fesses. Elle ondula du bassin, faisant vibrer ses fesses contre ma bite. Avec un rire charmant, digne d'une pornstar, elle s'avanca vers le lit, sur lequel elle se mit à genoux, puis à quatre pattes, cambrant le dos au maximum pour me montrer sa chatte qui degoulinait litteralement de desir.
J'approchai, lechai sa mouille à meme sa chatte, avant de me positionner derriere elle et de lui enfoncer ma bite.

-Oh, c'est vachement mieux comme ça, gémit elle.

Je commencai à la limer de plus en plus vite, les mains sur ses hanches ou ses seins. Elle ondulait de gauche à droite le long de ma queue en poussant de petits cris. J'attrapai sa tignasse épaisse et l'attirai vers moi, plongeant mon chibre encore plus profond dans sa chatte.
Après une dizaine de minutes de ce traitement, ses gémissements devinrent couinements, puis ses couinements se firent cris qui, de plus en plus vite, passèrent au stade de hurlements! Elle hurla deux ou trois séries de syllabes complètement incompréhensible avant de s'effondrer.

-Tu veux venir finir sur mes seins?
-Je prefererais ta bouche, et te voir tout avaler.

Elle eut une fausse moue, puis se mit a genoux et prit ses seins en mains. Je me levai et lui présentai ma bite. Elle la reprit en bouche, et fit des va-et-viens dessus jusqu'à ce que je lui jouisse en bouche. Elle planta son regard dans le mien, déglutit, puis ouvrit la bouche avant de me dire...

-Heureux?
100% (13/0)
 
Categories: FetishFirst TimeTaboo
Posted by james-f
1 year ago    Views: 3,277
Comments (2)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
1 year ago
Merci.
1 year ago
Très bon récit. Ce qui s'appelle avoir le sens de la famille :)