Branlette

J'avais honte de me branler mais je ne pouvais m'en empêcher et je redoutais que ma copine s'en aperçoive, elle qui voulait bien qu'on fasse l'amour ensemble mais qui trouvait que dix-huit ans, c'était trop jeune pour le faire. En fait, elle refusait de voir les choses en face. Ce week-end là, nous étions partis tous les deux et sa soeur et le copain de sa soeur au bord de la mer au Tréport et je m'emmerdais à cents sous de l'heure quand, n'y tenant plus, je suis allé au fond du jardin de la maison et en quelques touches, j'ai eu la trique et j'ai pu commencer à me branler.

Je sentais que ça allait venir et qu'une fois encore j'allais gaspiller ma semence et qu'elle allait gicler et s'étaler dans l'herbe quand j'ai senti une main sur la mienne. Je n'avais rien vu ni rien entendu venir et je sentais juste que c'étaient des doigts de femme sur mes doigts puis une voix qui me disait de me laisser faire et ce n'était pas la voix de ma copine mais celle de sa soeur. J'ai continué à regarder droit devant pendant que les doigts me branlaient tout doucement et j'imaginais qu'ils étaient là tous les trois et que j'allais être confondu, considéré comme vicieux.

- Laisse-moi faire m'a dit la soeur de ma copine pendant qu'elle accélérait le mouvement, ajoutant qu'elle n'aurait jamais imaginé que ça puisse nous arriver à elle et à moi puis j'ai senti que ça venait, que j'allais jouir et éjaculer et je l'ai dit, comme ça, dans détour et la soeur de ma copine m'a répété que je devais me laisser aller. Les doigts étaient plus délicats et j'ai joui et j'ai senti partir mon sperme en un furieux jet puis un autre et un autre et un autre.

- Laisse-toi aller, m'a répété la soeur de ma copine ! C'est pour toi que je fais ça ! Tu es mignon...

Je sentais le souffle de sa respiration derrière mon oreille et c'était excitant.

- J'ai su tout de suite que tu es un petit cochon, a poursuivi la soeur !

Ses doigts pressaient ma bite, des couilles au gland pour en faire sortir le maximum de sperme. Je sentais les ongles dans ma chair. La fille m'a embrassée rapidement dans le cou puis elle s'est mise devant moi. Il y avait du vent et ses cheveux volaient au vent. Je n'avais jamais fait attention à elle parce que j'étais fou amoureux de sa soeur et elle, avec ses vingt-deux ans, ne m'intéressait pas.

Mais il y avait cette robe et ces boutons ouverts et la naissance des seins et les doigts qui déboutonnaient la robe et les seins lourds. Il y avait des boutons jusqu'à la hauteur du nombril et plus bas, la robe était cousue. Les doigts ont défait tous les boutons jusqu'à ce que je vois le nombril puis l'ongle de l'index s'est planté dans le nombril.

Je ne sais pas si on peut dire qu'une fille bande mais les deux mamelons pointaient fièrement en avant et la soeur de ma copine me regardait et elle avait un sourire provoquant.

- Alors, ils ne te plaisent pas mes seins, m'a-t-elle demandé ?

Ils me plaisaient vraiment car je n'avais jamais touché les seins d'une fille et encore moins ceux de ma copine qui repoussait ma main avec sa main quand je la posais sur sa robe, elle qui me laissait plus volontiers glisser mes doigts à l'intérieur de ses cuisses. J'ai touche les seins de la soeur du bout des doigts puis j'ai glissé les doigts sous ses seins pour les soulever, les soupeser. La fille a ri en me disant qu'elle n'était pas une vache dont on soupèse les pis à la foire mais elle m'a laissé continuer et j'ai pincé les mamelons et j'ai tiré dessus pour tirer les seins vers le haut et les laisser retomber. A chaque fois, ça a fait un "flac" quand les seins se sont écrasés sur la peau du torse de leur propriétaire qui m'a dit que je n'étais qu'un gamin.

- Soulève ma robe, m'a-t-elle demandé ensuite !

J'ai soulevé sa robe. La fille n'avait pas de culotte et encore moins de poils sur le ventre et les petites lèvres pendaient, humides, entre les grandes. Je n'avais jamais vu ça que dans des revues porno et dans des vidéos que me passaient mes copains et je réalisais que cette fille avait des petites lèvres de femme mature qui a beaucoup pratiqué ou qui s'est énormément masturbée.

- Ça te plaît, m'a demandé la soeur de ma copine ?

Bien sûr que ça me plaisait. Elle a ajouté que c'était à moi parce que sa soeur était trop bête pour comprendre que je n'étais pas pour elle. Ma future belle-soeur m'a emmené dans la cabane à outils et nous avons fait l'amour, je veux dire le sexe car elle a commencé par me sucer avant qu'elle ne se mette sur moi pour se baiser sur ma bite et nous avons fini en levrette et comme j'avais été trop rapide, elle est restée en place et elle s'est masturbée sous mes yeux.

Je vais m'arranger pour que mon ami drague ma soeur, a-t-elle ajouté tout en enfilant sa robe ! J'ai besoin d'une queue et la tienne me convient très bien !

FIN
68% (5/3)
 
Categories: First Time
Posted by gerpier
3 years ago    Views: 1,053
Comments (2)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
3 years ago
J'aime beaucoup
3 years ago
Super histoire, bravo ;-)