Ma dernière aventure en date....02

C’est alors qu’il me dit :
- Je ne suis pas tombé de la dernière pluie ! Je te demande juste une chose : Sois discrète et ramène – moi des photos et prends ton pied comme il le faut !!!
Je ne savais plus où me mettre, quoi faire, quoi dire.
- C’est comme ça que te me remercie ??? Viens par là et fais – moi une bise !
Je me jette à son cou et le fais la plus torride des bises que j’ai en réserve.
Je sens sa main gauche qui me serre la fesse, alors que la droite essaye de f***er le haut de mon pantalon.
Pour lui facilité la tâche je déboutonne mon pantalon qui ne tarde pas à se retrouver à mes chevilles.
J’ouvre les yeux et c’est alors que je repousse mon époux.
- On se calme ! Ma fille nous regarde !
- On ne fait rien de mal !
- Oui ! Mais pas devant elle !
- Va s’y ! Il faut bien qu’elle apprenne comment on doit faire l’amour !
- Oui mais pas à 2ans !
Je relève mon pantalon et me dirige vers ma puce pour la mettre au lit. En revenant 1/2h plus tard je retrouve mon mari étendu sur le sofa, tout nu entrain de maintenir son sexe en éveille.
- Viens par ici, le bien aimé petit serpent demande après toi !, dit – il en me désignant son sexe.
Jouant la provoque, je fais signe de ne pas être trop sûre si cela fera l’affaire. Puis doucement, et tout en me trémoussant, je déboutonne ma chemise. Dégrafe mon soutif, que le lui envois.
Je fais alors deux tours sur moi-même, en lui jetant un regard chaud, plein de désir et en suçant mon index.
Puis doucement, tout doucement, je laisse tomber mon pantalon en remuant du cul comme je vois faire parfois.
Une fois toute nue je lui fais signe de me suivre et me dirige vers notre chambre. Je veux le faire languir le plus longtemps possible.
- J’adore quand tu me guide par le bout…… de la bite ! L’entends-je dire derrière moi.
Je remue alors un peu plus du cul en entendant ses mots. Je suis une coquine comme il se doit d’en être !!!
Arrivé à la chambre, mon mari s’approche précipitamment, me serre dans ses bras et nous tombant sur le lit.
- Tu vas le sentir passer celui là, ma coquine chérie !
Effectivement, je sens cette chair toute tendue entre mes fesses. C’est alors que mon doux époux se relève, me fait mettre à 4 pattes et plonge aussitôt son sexe dans mon puits d’amour.
- Doucement ! chéri….. Je le sens tout au fond !!!
Mes plaintes n’ont rien changé aux coups qu’il me porte.
- Tu me diras plus tard qui baise mieux !
- Ca sera toujours toi, mon amour !......... Car je t’aime !!!!!!...... Doucement….. Oui, doucement !!!...... Oh oui, je vais bientôt jouir !!! Oh oui………. Oui…….. Ouiiiiiiiii !!!!
%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%
Je suis désolée, d’avoir mis autant de temps pour écrire les détails ma dernière histoire vécu, mais, plusieurs questions ont traversé ma petite tête.
Des questions existentielles, des questions qui ont à faire avec moi, avec la religion, avec ce que je veux pour mon avenir, pour ma fille, de comment vais – je être jugé……. Jugé par moi, par ma famille, par les autres……. Et surtout par notre seigneur !
J’en ai tiré des conclusions, que tu découvriras à la fin de mon récit, car il faut que je le finisse pour bien comprendre ma logique, les conclusions que j’en ai tiré et le chemin que je veux et vais suivre !!

Avant de franchir la porte de la salle d’embarquement, mon mari me fait un petit smack (c’est mal vu ici en Tunisie que deux concitoyens se roulent une pelle comme ça en publique, même s’ils sont mari et femme !! C’est pas kifkif avec les européens ! C'est-à-dire que, si c’est deux européens qui s’embrassent goulûment, c’est toléré !) et me dis tout doucement à l’oreille :
- N’oublis pas de te faire prendre en photos !
Et puis il me pousse dans le dos et part comme de rien était.
Durant la petite heure de vol, j’étais absente, du moins peins de choses me traversaient l’esprit, comment j’allais faire, qu’allais-je faire, est ce que je voulais bien le faire…….. et des centaines de questions parcouraient ma petite tête.
La question de mon voisin dans l’avion me sort de mes songes.
- Vous êtes de Sousse ?
- Pardon ?
- Je vous demandais si vous êtes originaire de Sousse ?
- Non ! Répondis – je sèchement.
- Alors vous y allez pourquoi ?
Je le regarde droit dans les yeux, il est pas mal comme bonhomme, il doit avoir dans les 45ans et doit sûrement faire dans les 1m70 minimum, ah si j’avais pas un plan cul en vu, je crois que je n’aurai pas hésiter à le chauffer, mais bon ma priorité est ailleurs en ce moment. Je réfléchi une petite seconde et je lui réponds comme le ferai une garce qui ne veut pas qu’on la drague (car je vois bien dans ses yeux que c’est le cas).
- Je vous pose des questions moi ?? Mais pour répondre à votre question : je vais pour ass****r aux funérailles de mon meilleurs ami ! (ce n’est pas vraiment un mensonge, car je crois qu’avec se que je vais vivre là avec mon ami, je peux dire adieu à notre amitié, car je crois qu’il sera difficile de conjuguer amitié et sexe… L’avenir nous dira si j’ai eu tort ou raison…… Mais pour le moment essayons de prendre notre pied comme il se doit….. Restera – t – on toujours ami comme avant ??? Encore des questions que je me pose là pendant que je vous écris là !!!)
Je vois que le visage de mon voisin se défait en entendant ma réponse, s’excuse de m’avoir importuné et se cale dans son siège.
Toute prise dans mes réflexions, je ne vois pas le temps passer, seulement quand le pilote nous annonce d’attacher nos ceintures car nous allons atterrir. Je regarde ma montre, il est déjà 22h.
N’ayons qu’un petit bagage à main, je ne suis pas obligé d’attendre l’arrivé des bagages, et je sors assez rapidement de la salle des arrivées.
A peine ai – je franchi la porte que je tombe nez à nez avec mon ami.
- Salut DOUDA !
- Ah Boutty, merci d’être là…… Viens, sort – on, il y a un mec qui n’arrête pas de me faire la cours ! Lui menti – je pour être enfin seule avec mon ami.
- Où il est ?? Montre le moi, que je lui casse la gueule !
- Allez… Viens !
Nous sortons et nous nous engouffrons dans le premier Taxi que nous trouvons. Tout le long du trajet, on parlait de tout et de rien, de son travail, de ma fille…
En franchissant la porte de son appartement, je prends mon GSM est appel mon mari pour le rassurer que je suis enfin bien arrivé et que tout c’est bien passé. Mon époux me demande alors de lui passer mon ami, ce que je fis, mais je pris la « précaution » de brancher le haut – parleur.
- Bonsoir ! Alors tu as bien reçu ta récompense ?
- Euh oui ! Elle est bien arrivée.
- Je compte sur toi pour bien la traiter ! Et comme je te l’ai dis, fais la jouir comme il se doit, tu as compris… Elle aime la bite… Et surtout n’oublis pas de faire des photos !
- Promis juré !
- Tu as trouvé ce que je t’ai demandé ?
- Je suis encore entrain de chercher… On me donne la réponse définitive demain matin, répond mon ami qui me fixe du regard.
Je ne sais pas, mais j’ai comme un pressentiment que ce weekend, ça va être ma fête, je ne sais pas pourquoi, mais je le sens comme ça, et cela me fais peur et bizarrement ça m’excite en même temps.
- Alors qu’as – tu programmé pour ce soir ?
Tout en me regardant mon ami me demande :
- On va danser ?
- Mais bien sûre, lui répondis – je, avec un grand sourire. Je me change vite fait et c’est parti !
- Tu as entendu ?? On va se trémousser un chouwaia (un petit peu) ! Et puis comme promis, allons faire dodo ! Demain est un grand jour, si dieu le veut, hahahahaaaa !
Je prends mon sac, mais malheureusement je n’avais pas prévu de tenue de soirée. Je me fais juste un peu plus belle devant le miroir et en deux minutes j’été prête pour débuter cette nuit.
- Ecoute, Douda, il est encore un peu trop tôt pour aller en boîte !
- Et ?
- Ca te dit de faire un petit café en attendant ?
- Yahhh
Bref, je ne vais quand même vous raconter par détail tous mes faits et gestes. Bref nous nous dirigeâmes au salon de thé non loin de la demeure de mon ami.
Et pendant que nous sirotions nos cafés respectifs, j’abordais le sujet brûlant de ma présence ici. Après l’avoir complimenté sur les portraits qu’il m’avait fait parvenir de son amie de l’été et surtout des photos de sa personne, je lui demandais s’il était conscient que se qu’il allait se passer entre nous allait modifier notre relation amicale d’une façon ou d’une autre.
Il me répondit, qu’il s’était aussi posé la question. Mais que surtout sa question principale était, comment en étais – je arrivé là ?
D’ailleurs, moi aussi je me pose souvent cette question mais je ne veux pas y répondre, car j’essaye d’en profiter un peu de cette « liberté » de transgresser les tabous que notre société a placé, car au fond c’est peut être qu’elle avait raison (notre société) d’ériger ses interdits…… Je n’ai franchement pas envie de trop me prendre la tête, bien qu’il me faille un jour le faire !!!
Au bout de plusieurs minutes, dizaines de minutes, de discussion et d’échange d’opinons, de points de vues, de compliments et de quelques arguments « salaces », durant les quels j’ai appris que mon ami était au fond, comment dire…….. Bi ? Oui qu’il avait envie d’essayer l’amour au masculin, mais qu’il avait peur de franchir le pas et d’essayer, bref, ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, comme vous dites.
Ayant remarqué que ne restait plus qu’une autre table et les deux serveurs, je dis à mon ami :
- On y va ? Il reste plus beaucoup de monde dans ce café !
Nous payons le serveur (avec trois cafés bu, il me sera un peu difficile de dormir ce soir), arrêtons un taxi qui nous mène à la « SAMARA » (la de boite de nuit en vogue) où nous y accédons assez rapidement.
Passage obligé par le bar, où mon ami se commande une bière et pour moi cela sera un martini, et c’est alors que nous nous mettons à chercher une table pour poser nos affaires.
Marchant devant, je sens par moment lorsque je me retrouve coincé de les emboutillages, une main que vient apprécier la fermeté de mes fesses, mais je fais rien pour me dérober, du moins c’est le début du cadeau promis, non ???.
Et tout en dansant, mon ami, m’enserre par moment, me prend furtivement les seins en mains, laisse glisser sa main sur mes fesses, il m’envois par moments des bisous dans l’air, tout en sortant sa langue pour exprimer ses envies (du moins je le crois !!!).
Après avoir bien dansé et un peu (bien) bu, et surtout après avoir réalisé qu’il était presque 4h du matin, nous reprenions le chemin de la demeure de mon ami.
Toute contente, de cette soirée, et des moments de jouissances que je vais vivre, je ne cache pas ou plus mes expressions de douceurs et de sympathie pour mon ami. Je dois dire que comme j’attendais impatiemment un baiser, qui tardait à venir, j’ai pris les devants et j’ai empoigné la tête de mon ami et déposer un smack se les lèvres bien douce de mon amant du weekend.
- J’en avais envie, mais tu ne te décidais pas à me le donner, alors je prends les devants, lui dis – je pour expliquer mon geste, avant de rajouter, C’est comme ça pour tout ? Je dois te guider ou tu arriveras tout seul ?
- Tu verras bien par la suite, me répondit – il.
A peine avons-nous franchi la porte de son domicile, que « Boutty » me retourne et me colle ses lèvres aux miennes dans un long et flambant baiser.
Nos langues dansent comme on aurait dansé la « maccarena » (belle image non ??
Toute en s’embrassant, nous arrivions difficilement à nous défaire de nos habits. Ah si nos affaires disparaissaient rien qu’en y pensant, on aurait gagné beaucoup de temps !!
C’était assez drôle, la façon de nous déshabiller, à peine un vêtement par terre qu’on se rejetait dessus dans un fougueux baiser, puis on se « re-détachait » pour enlever un autre morceau.
Ce jeu a peu être duré 3 à 4 mn, mais c’était (pour moi) 3 à 4 mn trop long.
Enfin mon ami est en slip que je me jette à genoux pour libérer la petite bête qui n’en peut plus tellement elle est excitée. C’est à ce moment là, que je réalise qu’inconsciemment j’avais envie folle de gouter à cette chair bien dure de mon ami, j’ai cru entendre sortir de mes lèvres un grand ouf mais à moi-même je me suis dis « tu es as moi mon coco ! Fais – moi jouir !! »
Et c’est alors que j’ai commencé à le sucer. Il était bien dur, bien raide, bien rouge, bien excité.
Mon ami me relève en me prenant par-dessous les aisselles et me pousse vers la chambre.
Dommage, j’aurais bien aimé faire l’amour là sur place, sur le sol !!! Mais bon, il sûrement pensé à notre confort ou à optimiser notre liaison.
%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%
Je me laisse alors tombé sur le lit, sur le dos, en prenant garde à bien écarter mes jambes et je lui dis :
- Viens……. Prends – moi ! Prends ton cadeau !
- Non…….. Mon cadeau c’est de te faire jouir, en premier !
- OUIIIIIIIIIIIIII !!!!!!!!
C’est alors qu’il me pénètre d’un seul coup bien profond, j’ai eu l’impression qu’il allait me sortir de la bouche.
- Doucemmmmmmmment !! Lui hurlai – je aux oreilles, tu as dis que tu allais me faire jouir et non perforer mon sexe !!!
Sans même s’excuser, il s’acharne à me limer avec ardeur.
A chaque coup de boutoir je criais de douleur, j’avais les larmes aux yeux tellement j’avais mal, tellement je sentais que son sexe butait contre mes ovaires et que mes petites ovules étaient secouées. Je m’imaginais qu’elles étaient dans leurs lits, et qu’avec ces coups elles se retrouvaient sur le tapis….. (Je sais, c’est con mais c’est à ça que j’ai pensé à ce moment là pour essayer d’oublier la douleur infligée).
- Mets – toi à quatre pattes ! M’ordonna mon amant.
Et bien entendu, et malgré la « délicieuse » torture qu’il m’a faite subir, j’ai obéis !
Je me suis donc mise en levrette et lui ai présenté ma moule à honorer. Il prit son gland d’une main et la fit passer sur les lèvres de mon minou tout trempé.
Après 3 ou 4 passages, il plaça sa bite à l’entrée de mon sexe, me pris les haches de ses mains et d’un coup introduis son membre tout chaud dans la fente toute gluante de mon minou, tout en poussant un HAN de bûcheron (je n’ai jamais entendu un bûcheron ahaner, mais c’est l’expression que vous les français employez….. Quand j’y pense c’est sûrement vrai……. Quand deux bûcherons coupent le bois…. Bref !!)
- Oui, j’adore quand tu me prends comme ça……. J’adore cette position !!!!!!
A ces mots il met les turbos et me laboure comme il se doit.
Après les douleurs ressentis au début, pris place le sentiment de bienêtre, de bonheur, de joie et d’envie de jouir.
Il me claqua les fesses et je lui en redemandais encore, ce qu’il fit sans trop se faire prier. Encore une autre chose que je découvre chez moi, j’aime qu’on me tape le cul….. C’est bizarre, mais ça m’a mis le feu au cul, ou plutôt au con !!
- Oui, c’est bon…….. C’est bon…… Zobbi que tu es bonne ! Je cru entendre mon ami hurler.
Et c’est alors que j’ai senti qu’il se vida bien au fond de mon sexe et c’est alors que je ressenti une onde qui vint de mon bassin pour exploser dans ma tête.
Wahhh, j’ai jamais connu une telle jouissance ; elle n’est pas explosive, n’est pas banal, ou tout au contraire méga-super-extra, c’est juste une nouvelle forme de jouissance assez bonne je dois avouer !
N’ayant plus trop de f***e dans les bras, je me laisse tomber sur le lit le cul un peu relevé pour sentir son foutre couler.
Je ne sais par quel courage, mais mon ami s’est dirigé vers la salle de bain pour prendre une douche. Trop épuisé, je me suis dis qu’il serait mieux de faire cela demain (car il me faut au moins 30mn sous la douche, ils ne connaissent pas ça les hommes !)
Je me mets alors sous la couverture et décide de livrer mes songes et mes rêves à Morphée.
Quelques minutes plus tard me pousse mon pour s’étendre à mes cotés car s’est un lit à une place, et la seule chose que je me rappel c’est qu’il m’a dit :
- Merci pour ton cadeau !
%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%
Quelqu’un frappe à la porte.
Il est 9h30, mon ami se lève, enfile vite fait son caleçon et me dit :
- Ne bouge pas, je vais voir qui vient me déranger !
Après avoir refermé la porte en sortant de la chambre, je prends possession du lit et tends l’oreille pour essayer de capter la discussion qui se tient dans la pièce d’à coté.
Tout ce que j’arrive à distingué c’est que c’est la voix de 2hommes sans plus.
Au terme de 15-20mn de discussion, mon cher ami revient dans la chambre et me dis tout en se passant une chemise sur le dos :
- Le ciel est couvert, on dirait qu’il va pleuvoir, je parts donc vite fait nous acheter des croissants et je reviens ! A toute di suite ! (le « di » est volontaire !)
Quand j’entends la porte claqué, je me décide enfin à bouger, sortir du lit et aller prendre une douche et essayer de changer les draps du lit pour la prochaine nuit qui va arrivée, au moins qu’on fasse l’amour sur des draps propres !!
Après une douche assez rapide, fait très, très rare j’avoue, je ressors de la salle de bain, pour aller préparer le café qui va accompagner nos croissants, c’est alors que je vois posé sur la table l’ordinateur portable de mon ami. Curieuse, je vais vers lui pour inspecter ses fichiers et voir si je ne tombe pas sur des dossiers « hot ».
En toute logique, je me dirige vers le dossier « mes dossiers » que j’ouvre, puis vers la rubrique « mes photos ».
Je vois alors plusieurs dossiers classer par date.
Mais pour voir sans trop me fatiguer s’il y a des photos dans ces dossiers, je clique sur affichage et je choisi « miniature ». Et c’est alors que je peux apercevoir les dossiers qui contiennent des photos et ceux qui n’en contiennent pas.
Les deux premiers dossiers sont des dossiers avec des photos d’une maison en construction et le 3ème dossier que j’ouvre contient quand à lui les photos d’une ravissante fille.
Je fais défiler les photos tout en admirant les poses que cette ravissante demoiselle est entrain de prendre.
Puis le dossier suivant, il y a en au moins dix.
- C est quand même un sacré dragueur mon amant de la veille, constate ai – je !
Plongé dans ma « découverte » je n’entends pas la porte qui vient de s’ouvrir. C’est mon ami qui revient des courses complètement trompé.
- Il pleut des cordes dehors ! C’est pas un temps à mettre un chat……. Euhhh…… une chatte dehors, dit – il en me souriant. Il va falloir rester ici !!! Mais je te dis, il n’y a pas grand-chose à faire sauf…..
- Sauf….. Sauf jouir ! Rectifiais – je. Mais avant, faut reprendre des f***es !

100% (3/0)
 
Categories: First TimeGroup Sex
Posted by flickr_douda
3 years ago    Views: 410
Comments (1)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
3 years ago
Je reconnais bien la coquinerie des filles de mon pays (bent' bledi)... Douda, tu es bandante et totalement dévergondé. Ton mari aime ça, moi j'adore!