je reconforte ma soeur

Bonjour, je m’appelle Michael, j’ai 32 ans et je vis seul depuis peu, car ma dernière petite amie m’a quitté, il y a 2 jours. Ma sœur, Céline, vient d’avoir 17 ans et vit chez mes parents Rod, 54 ans, et Paula, 52 ans. Elle vient me voir de temps en temps pour que l’on discute un petit peu ou pour qu’on sorte tout les deux. Bien que nous ne nous connaissons pas beaucoup, car j’ai quitté la maison lorsqu’elle avait 4 ans, nous avons créé des liens très forts entre nous.

Nous sommes dimanche, c’est le jour du grand nettoyage à la maison, donc en caleçon, je prends le balai et je nettoie les poussières et autres, puis je passe un coup d’eau de javel sur les sols, je fais les vitres, en même temps je fais tourner une machine car je n’ai plus rien à me mettre. Ma sœur m’avait appelé vendredi soir et voulait venir dimanche midi pour que l’on déjeune tout les deux. J’attends que le sol sèche, c’est alors que j’entends sonner à la porte, je vais ouvrir et je vois ma sœur sur le pas de la porte.

« Jolis abdos... ! », me dit-elle, en faisant un petit sourire.

Je me regarde de long en large et me rends compte que je lui avais ouvert en caleçon. Je la fait entrer et l’installe dans le salon pendant que je vais dans ma chambre enfiler quelque chose.

« Tu es là tôt aujourd’hui ! », lui dis-je, en m’habillant.
– Et bien, je me suis dis, plus tôt je serai là, plus longtemps, on se verra ! »

J’enfile une petite chemise et un pantalon et nous sortons, ma sœur et moi, pour manger dans un petit restaurant pas trop cher où nous avons l’habitude d’aller. Là-bas, nous commandons notre repas et nous discutons tous les deux de choses et d’autres.

« Comment cela se passe-t-il au niveau sentimental ?
– Merveilleusement bien, mon copain est un amour !
– C’est bon à savoir ! Et l’école ?
– Ouais, de ce côté-là, c’est pas tip top !
– Tu veux de l’aide ?
– Non, ça ira, merci frérot ! »

La nourriture arrive et nous mangeons, tout en continuant à discuter. Au fil de la journée, nous allons nous promener dans les rues, puis à la fin de la journée, je la raccompagne en voiture à la maison des parents.

« Bon, et bien, nous sommes arrivés !, semble le regretter Céline.
– Tu t’es bien amusée ?
– Oui, c’était génial !
– Tu m’appelles quand tu veux, ma chérie !
– Merci frérot ! », me dit-elle, en me posant un baiser sur la joue.

Elle sort de la voiture et se dirige vers la porte de la maison. Avant d’entrer, elle se retourne et nous nous faisons, mutuellement, un signe de la main pour nous saluer. Je rentre à la maison et termine les tâches que j’avais commencées dans la matinée, c’est-à-dire, mettre le linge propre dans le sèche-linge, changer les draps du lit, etc.…

Quelques jours passent et le jeudi soir, par une nuit d’orage, j’entends quelqu’un sonner à ma porte. J’ouvre et je découvre ma sœur trempée et en larmes.

« Qu’est-ce qui se passe Céline ? »
– C’est mon copain, il m’a trompée ! », me dit-elle, en venant m’enlacer.

Je la porte dans mes bras et la pose dans le canapé du salon.

« Bouge pas, je vais te chercher une serviette et des vêtements secs !
– Merci Michael ! »

Je fonce dans la salle de bain chercher une serviette et dans ma chambre pour récupérer un short et une chemise. Je l’aide un peu à se déshabiller, car elle a l’air anéantie, mais je la laisse faire et me retourne lorsqu’elle arrive aux sous-vêtements. Ma sœur, une fois complètement déshabillée, s’essuie avec la serviette que je lui ai fournie et enfile les vêtements.

« Tu veux quelque chose à boire ?
– Oui, un truc chaud, s’il te plaît !
– Café, chocolat, thé ?
– Un chocolat, s’il te plaît !
– C’est comme si s’était fait !
– Merci frérot ! »

Je file dans la cuisine préparer un chocolat et reviens deux minutes après pour le lui servir dans une tasse. Je rapporte la casserole à la cuisine, retourne dans le salon et la prends dans mes bras, en la serrant contre moi, pour la réchauffer.

« Dis-moi ce qu’il s’est passé, mon bébé !
– En début d’après midi, j’ai décidé de sécher les cours pour aller voir mon copain et lui faire une petite surprise, mais lorsque je suis arrivée dans sa chambre, je l’ai vu avec cette pétasse en train de ……… !, me dit-elle, sans pouvoir finir sa phrase, étant noyée par le chagrin.
– Pourtant, ça avait l’air de bien coller entre vous !
– Moi aussi, c’est ce que je pensais, mais apparemment non ! »

Ma sœur ayant quelques frissons, je décide de la frotter à travers la serviette pour la réchauffer. Nous nous regardons fixement tout les deux, puis d’un coup, elle avance son visage vers le mien et ses lèvres se posent sur les miennes. Nous nous retirons brusquement

« Désolé, c’est ma faute !
– Non, tu n’a pas à t’excuser, c’est moi ! »

Puis, en ayant terminé sa phrase, elle repose de nouveau sa bouche sur la mienne. Cette fois, nous restons collés et la langue de ma sœur s’insinue entre mes lèvres. La main de Céline s’est posé sur ma cuisse tandis que la mienne est sur son visage pendant que nous nous embrassons. J’ai envie que ce baiser dure éternellement, je ne me rends pas compte que je suis en train d’embrasser ma sœur. Ma main glisse le long de son corps et s’arrête sur son sein gauche. Je lui caresse délicatement le sein, tout en continuant à lui rouler une pelle. Je retire la serviette qu’elle a autour d’elle et déboutonne la chemise. Peu à peu, je vois se dessiner les seins de ma sœur tout en retirant délicatement chaque bouton de cette chemise. Une fois celle-ci complètement déboutonnée, je lui retire et admire sa poitrine qui m’appelle. Je réponds à son appel et pose ma bouche sur un de ses tétons tandis que je taquine l’autre du bout de mes doigts. Ma sœur pousse quelques gémissements et commence à retirer ma chemise. Elle m’enlève entièrement celle-ci et me caresse le torse avec ses mains. Nous continuons toujours à nous embrasser et elle m’aide, en levant ses fesses, à retirer son short et de la découvrir en string. À son tour, elle pose ses mains sur ma ceinture et la déboucle. Elle prend les pans de mon pantalon et le fait glisser le long de mes jambes. Avec ses doigts, elle taquine l’objet qui se trouve coincé dans mon boxer et je lui dis :

« On ne devrait pas faire cela !
– J’ai envie de toi frérot !
– Et si les parents l’apprenaient ?
– Chut... ! Laisse-moi t’envoyer au 7ème ciel ! »

Ma sœur prend l’élastique de mon boxer et le tire vers le bas, ce qui permet à mon membre d’enfin respirer. Ma sœur l’admire et l’entoure de ses doigts, elle entame un lent mouvement d’aller-retour, ce qui me laisse échapper quelques gémissements de satisfaction. Je ferme les yeux pour profiter de cette masturbation et je sens une chose humide sur mon gland. J’ouvre les yeux et vois la bouche de ma sœur autour de mon membre. Je la vois aller et venir sur mon membre et parfois, faire le tour de mon membre avec sa langue. Elle relâche mon pénis et s’allonge dans le canapé, je prends les bords de son string et le lui retire. J’admire sa petite chatte bien épilée et je pose ma bouche dessus.

« Je ne l’avais pas épilée pour toi, mais ce n’est pas grave !
– Oublie-le, ma chérie ! Ce soir, c’est nous deux et personne d’autre ! »

Je repose ma bouche contre ses lèvres vaginales et avec mes mains, je lui palpe les seins. Céline lâche quelques gémissements de plaisir, alors que j’insère deux doigts dans sa chatte.

« Oh oui, c’est bon. Michaël, je t’aime... !
– Humm, Céline, j’adore le goût de ta chatte, je pourrais rester collé à elle !
– Arrête, tu me gênes ! »

Je me relève, prends mon sexe en main et le dirige dans la chatte de ma sœur. Celle-ci gémit doucement et me prend par le cou alors que je lui donne de léger coup de boutoir. Je regarde ma sœur dans les yeux et vois son visage se déformer par le plaisir à chaque fois que j’intensifie mes coups de rein. Le son de ses gémissements augmente et je la sens arriver à l’orgasme. J’accélère mes coups de rein et je fais jouir ma sœur. Nous changeons de position, ma sœur se met à 4 pattes et je m’insinue derrière elle pour la pénétrer. Mon sexe s’insère facilement dans sa chatte et je peux reprendre un rythme soutenu. Ma sœur pousse de puissants gémissements de plaisir, ce qui me fait monter de plus en plus vite à l’extase. Encore quelques coups de rein, j’arrive finalement à la jouissance et je me déverse dans le chaud conduit de ma sœur. Céline s’assied à mes côtés et me donne un petit bisou sur la joue en me disant :

« Merci de m’avoir remonté le moral !
– Tu veux rester ici, ce soir, je dirai aux parents que tu te sens pas bien pour demain !
– Dis-donc, pour quelqu’un qui ne voulait pas me faire l’amour, tu prends les choses bien en mains !
– Non, c’est juste pour que tu te remettes de ta rupture et puis, ça ne peut pas marcher entre nous, nous sommes frère et sœur ! »

Je sens ma sœur un peu déçue, mais c’est la meilleure solution à prendre. Elle se rend dans la salle de bain récupérer ses affaires et interloqué, je lui demande :

« Tu fais quoi ?
– Je vais rentrer, j’ai un contrôle en maths demain !
– Ok, tu veux que je te ramène ?
– Non, ça ira... ! »

Ma sœur enfile ses vêtements qui sont encore humides, prend ses affaires et quitte mon appartement. Une fois rentrée chez elle, elle m’envoie un message pour me dire qu’elle est bien arrivée. Je vais dans le salon regarder la télévision et je repense à l’acte que nous avons fait, il y a une heure de cela. Je sens mon sexe grossir sous cette pensée, alors j’essaie de réfléchir à autre chose. Même en regardant les émissions débiles à la télévision, je n’arrive pas à me défaire de la pensée de ma sœur. Je sors mon sexe de mon pantalon et je me décide, finalement, à me masturber. Pendant cette masturbation, je n’arrête pas de penser au corps de ma jeune sœur et lorsque l’orgasme m’atteint, j’envoie un long jet de sperme sur la télévision. Je n’avais jamais joui aussi fort depuis bien longtemps. Cependant, même après avoir terminé cette masturbation, je n’arrive pas à oublier ma sœur. Je décide d’aller me coucher pour l’oublier pendant une nuit.

Le lendemain matin, à 10h30, je pense encore à ma sœur. 10 minutes après m’être levé, je lui envoie un message.

« J’ai besoin de te voir, c’est urgent !
– Pourquoi ?
– Viens, il faut qu’on parle ! »

Ma sœur arrive à la maison 30 minutes plus tard, je me suis un peu habillé pour la recevoir et je fais en sorte qu'elle s'asseye sur le canapé du salon. Elle me demande aussitôt :

« Qu’est-ce qu’il y a ?
– J’ai un problème !
– De quel genre ?
– Et bien, depuis que tu es partie hier soir, je n’arrête pas de penser à toi !
– À moi... ?
– Oui, j’ai même été obligé de me masturber, tellement c’était intense !, lui dis-je, en faisant les 100 pas dans la pièce.
– Comment je peux t’aider ?
– Je ne sais pas ! »

Alors que je me retourne vers ma sœur, je n’avais pas remarqué qu’elle s’était mise nue devant moi.

« Ça, ça peut t’aider ?
– Non, Céline, on ne doit pas ! »

Elle s’assied dans le canapé, écarte impunément ses jambes et se masturbe devant moi, comme si elle était seule. Je m’approche, petit à petit d’elle et je caresse son corps. Envahi par l’excitation, je me rue sur elle, je pose brutalement mes lèvres sur les siennes et je l’embrasse en lui insérant 3 doigts dans la chatte. Ma sœur gémit rapidement et je sens qu'elle est prête à jouir. Je sors mon sexe de mon pantalon et je lui cale violement celui-ci dans sa bouche. Avec mes mains, je prends sa tête et je donne un rythme intense à cette fellation. Je sens ma sœur à la limite du vomissement lorsque j’enfonce ma verge profondément dans sa bouche

« Gla...... Groaa...... Glaa...... Glaa, glaa…... Gla, glaa, glaaa... !
– Oh oui, c’est bon, Céline, prends-la profondément ! »

Je sors ma verge de la bouche de ma sœur et la lui insère dans sa petite chatte bien étroite. Je la prends encore violement, ce qui lui fait lâcher des râles de plaisir. Je lui donne des coups de rein hallucinants et Céline crie de plus en plus fort. Elle pose sa bouche sur la mienne pour étouffer ses gémissements de plaisir, puis elle jouit, finalement, dans un long soupir. Je la retourne, la positionne en levrette et j’insinue de nouveau ma bite dans sa chatte et lui pistonne son con. J’intensifie ma pénétration à chaque coup de rein et ma sœur ne s’arrête pas de crier

« Oh oui, c’est bon, Antoine, tu peux aller te rhabiller !, dit-elle, en parlant de son copain.
– Hum, Céline, ta chatte est trop étroite, c’est exquis !
– Défonce-moi bien... ! Vas-y, baise-moi fort... !

Sous ces mots, je continue ma pénétration active et ma sœur enchaîne les orgasmes, elle crie mon prénom quand elle jouit et cela m’excite encore plus. À chaque fois qu’elle crie mon prénom, je lui pistonne un peu plus la chatte. Je sens, tout à coup, la sève monter et je me vide dans la grotte de ma sœur. Je m’étale à côté d’elle tout en soupirant et lui demande :

« Tu prends la pilule, j’espère ?
– Oui, ne t’inquiète pas !
– Ouf... ! »

Elle s’allonge sur moi et nous nous endormons dans le canapé. Nous avons dormi toute la journée et vers 19h, nous sommes réveillés par un coup de téléphone. Je réponds, c’est ma mère qui s’inquiète pour sa fille. Je lui dis que tout va bien et silencieusement, ma sœur me demande si elle peut rester dormir. J’acquiesce de la tête et je le dis à ma mère qui me dit que cela ne la dérange pas et que cela fera une bouche de moins à nourrir, dit-elle en rigolant. Ma sœur et moi allons dans la cuisine pour prendre quelque chose à grignoter et 30 minutes plus tard, nous sommes en train de baiser dans ma chambre. Une fois cette partie de jambes en l’air terminée, nous nous endormons de nouveau comme deux gros bébés. Ma sœur est dans mes bras en train de souffler sur mon torse.

Le lendemain matin, je me réveille avant ma sœur et lui prépare un petit déjeuner. Quand elle est réveillée, je le lui apporte au lit et je m’assieds à côté d’elle en la regardant manger et lui déclare :

« Ce n’est pas bien ce que l’on fait !
– On ne fait rien de mal, c’est entre nous !
– C’est contre la morale, un frère et une sœur ne doivent pas avoir ce genre de relation !
– Et qui l’a décrété ? Je me sens bien avec toi et j’ai envie que cela reste comme ça ! Tu es le seul garçon en qui je puisse avoir confiance, jamais tu ne me tromperas ! »

Après avoir dit cela, ma sœur pose ses lèvres sur les miennes, pour un baiser passionné. Je me dirige vers la salle de bain pour prendre ma douche et je laisse ma sœur terminer son petit-déjeuner. Je sors de la douche et je vais dans le salon pour mater la télévision. Ma sœur va, à son tour, dans la salle de bain pour prendre sa douche. Je débarrasse la cuisine et nettoie la vaisselle pendant qu’elle prend sa douche. Une fois qu’elle a terminé, elle sort de la salle de bain, vient me voir et me dit :

« Micha, je peux ramener quelques vêtements de chez moi, la prochaine fois que je viendrai ici ?
– Oui pourquoi ?
– Ben, par exemple, quand je viens dormir comme ça, j’ai plus de vêtements pour le lendemain !
– Ok, si tu veux, ma chérie ! »

Nous retournons chez les parents, en voiture, pour que ma sœur prenne quelques vêtements au cas où la prochaine fois, elle dorme de nouveau chez moi. En rentrant, nous allons, tous les deux, saluer les parents, puis nous montons dans sa chambre après qu’elle ait expliqué à notre mère ce qu’elle allait faire.

« Tu fais quoi ma chérie ?, demande Paula, ma mère.
– Je prends 2 ou 3 vêtements pour les mettre chez Micha, pour la prochaine fois où je dormirai chez lui !
– Ah d’accord... !
.. Ça va toi mon chéri ?, dit-elle, en s’adressant à moi.
– Nickel maman, la vie est belle !
– C’est bien, mon chéri, bon moi, je vais faire une sieste ! »

Une fois que ma sœur a choisi ses vêtements, nous retournons chez moi pour les mettre dans ma buanderie. Une fois cela fait, ma sœur s’accroche à mon cou et m’embrasse passionnément. Je la repousse gentiment et lui dis :

« Céline, j’ai réfléchi et je t’aime, je veux que l’on continue cette relation !
– C’est vrai... ?
– Oui, comme tu l’as dit, qui a décrété que les frères et sœurs ne pouvaient pas s’aimer ! »

Ma sœur se jette dans mes bras et pose de nouveau ses lèvres sur les miennes. Une fois notre baiser achevé, je lui dis :

« Met ta plus belle robe, je t’invite au restaurant, ce soir, pour fêter ça !
– Je t’aime, Micha !
– Je sais, ma chérie... ! »

Ma sœur disparaît dans la salle de bain avec une robe noir scintillante. Quant à moi, j’appelle le restaurant pour réserver une table. Je me change dans ma chambre en passant un peu de déodorant et du gel. Une heure plus tard, elle ressort transformée. Elle est magnifique !

« Waouh, ma chérie, tu es sublime... !
– Toi aussi, tu es beau, mon bébé ! »

Je lui tends mon bras et nous descendons l’immeuble et entrons dans ma voiture. Arrivés au restaurant, je donne mon nom au réceptionniste et je fais assoir ma belle puis je m’assieds en face d’elle.

« Waouh, c’est magnifique ici, mon chéri ! »

Je m’avance vers elle et je l’embrasse à rendre jalouse toutes les personnes présentes dans le restaurant.

« Tout comme toi !
– Oh Micha, tu es si mignon ! »

Alors que nous avons commandé notre repas au serveur, ma sœur se glisse sous la grande nappe de la table pour me remercier de l'avoir amenée au restaurant. Je sens les boutons de mon pantalon se défaire et une main se glisse dans mon caleçon. Une fois mon sexe à l'air libre, je sens quelque chose d'humide qui l'entoure, j'en conclus que ma sœur est en train de me sucer en plein restaurant. Heureusement que la nappe couvre tout, sinon on aurait pu choquer du monde. Ma sœur utilise sa langue agile et je jouis sur celle-ci en essayant de ne rien faire paraître aux autres personnes du restaurant. Ma sœur sort d'en dessous la table et une fois que j'ai rattaché mon pantalon, je lui donne un baiser pour la remercier.

Nous discutons pendant toute la soirée, tout en dégustant nos plats, puis, une fois finis, nous rentrons chez moi. Ayant du mal à marcher avec les chaussures que ma sœur a mises, je la porte jusqu’à mon appartement, en la couvrant de baisers. Une fois à l’intérieur, je la conduit directement dans ma chambre. Je la pose délicatement sur le lit et je l’effeuille lentement. Je lui retire sa robe et elle est en string devant moi. Je retire ma chemise et mon pantalon et je la rejoins dans le lit. Nous soudons nos lèvres, l’une à l’autre, en nous prodiguant quelques caresses intimes. Je fais glisser ma bouche le long de son corps et gratifie son sein et son téton de quelques coups de langue qui la font frémir. Je descends plus bas et lui retire le dernier rempart qui me bloque l’accès à ce fruit frais. Une fois celui-ci retiré, je pose ma langue sur son bouton plein de désir et commence à le lécher délicatement. Ma sœur me caresse la tête et m'encourage à continuer mon léchage, elle me dit également des mots doux. Une fois que j'ai bien goûté ses jus intimes, je remonte au niveau de son visage et l'embrasse passionnément. Je prends mon sexe en main et je l'insère dans l'antre de ma sœur, en entamant quelques va-et-vient tout doux. Ma sœur gémit doucement en m'embrassant de temps en temps sur les lèvres. Puis, je vais de plus en plus vite et ses gémissements se sont intensifiés également. Elle me mord l'oreille pendant que je suis en train de lui pilonner la chatte de mes coups de bite. Je retourne ma sœur et la place à 4 pattes sur le lit, je prends de nouveau mon sexe en main et l'insère dans son conduit chaud pour, encore, lui défoncer la chatte. Ma sœur gémit et des spasmes lui parcourent le corps, elle est en train de jouir. Je continue, pendant quelques minutes, à la prendre en levrette jusqu'à ce que je sorte mon sexe de sa chatte et que je lui éjacule sur les fesses. Je m'allonge, exténué, au côté de ma sœur qui s'endort dans mes bras.

Le lendemain matin, nous nous réveillons dans les bras l'un de l'autre et nous nous embrassons. Je dis à ma sœur de rester au lit et je lui apporte le petit déjeuner. Je la regarde manger en lui embrassant le corps. Une fois que ma sœur a fini de manger, je lui enlève le plateau et pars dans la cuisine pour faire la vaisselle. Dans la matinée, nous sortons pour aller au parc et nous promener comme deux amoureux. Pendant notre promenade, une envie de faire l'amour nous prend et nous allons dans un coin du parc à l'abri des regards. J'allonge ma sœur sur le sol et l'embrasse en lui caressant le corps. Je la déshabille un petit peu, histoire de pouvoir câliner sa poitrine et me frotter à sa chatte. Je sors mon sexe de mon pantalon et lui insère directement dans son abricot. Je continue d'embrasser ma sœur en la pénétrant activement. Je sens une présence autour de nous, je continue quand-même de baiser ma sœur en regardant autour de nous. C'est là que je vois un homme en train de se masturber en nous observant. Discrètement, je le dis à l'oreille de ma sœur qui tourne la tête et voit également l'homme en train de se faire plaisir.

Nous continuons tout de même à faire l'amour et ma sœur jouit fortement, ce qui fait également jouir le mec qui nous observe. Quant à moi, je retourne ma sœur, la place à 4 pattes et lui pénètre de nouveau la chatte. Pendant 5 bonnes minutes, je lui défonce son fruit défendu et je jouis, finalement, à l'intérieur. Ma sœur m'embrasse pour me remercier, nous nous rhabillons et partons comme si rien ne s'était passé. Lorsque nous sommes à la maison, nous remettons le couvert dans ma chambre, pendant 2 bonnes heures.

Depuis ce jour, ma sœur et moi vivons une histoire d’amour secrète que personne ne sait et nous sommes heureux ainsi. Aujourd’hui, j’ai 37 ans et ma sœur 22 ans et elle attend un bébé de moi !

Fin

Laissez moi un petit commentaire si cela vous a plu et qu'est-ce qu'il y a à améliorer pour mes prochaines histoires


se n'est pas mon histoire mais elle ma bocoup plus je voulez vous la fair partager
98% (62/1)
 
Categories: FetishTaboo
Posted by feetlover57
3 years ago    Views: 12,649
Comments (11)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
8 months ago
ca me rappelle des souvenirs de jeunesse avec ma cousine
1 year ago
Très très excitante cette histoire
sebas61
retired
2 years ago
tres belle histoire vraiment bandante
2 years ago
excitant comme situation ! j'adore
2 years ago
hier j'ai giclé sur cette histoire :)
3 years ago
Beau récit très sensuel j'ai bien aimé! Merci.
CinquantN...
retired
3 years ago
Bonjour...
Histoire troublante mais excitante...
J'avoue avoir rencontré seulement 2 fois ce cas de figure... une fois frère et sœur comme vous et une fois mère et fille.. Dans le cadre de parties (oui comme DSK ...) organisées par des amis..
J'avoue que se retrouver avec maman et fifille au lit.. c'est très chaud...

Certains critiquent... mais devraient commencer par apprendre à écrire à peu prés correctement.
Savoir que les relations incestueuses ne sont pas répréhensibles du moment que les personnes ont atteint la majorité sexuelle et qu'elles son consentantes.. après la morale ce n'est pas mon problème en général on tente d'appliquer la sienne aux autres ou de l'imposer.. moi chacun est libre de ses actions et pensées..
Ce qui est encore mieux c'est de partager et raconter..
J'ai toujours aimé partager .. ma compagne.. celles des amis.. me partager entre f et h.. je suis très partageur.. on se refait pas..
En tout cas super histoire.. vécue ou pas c'est sympa..
3 years ago
je te signale que c'est une histoire c'est pas forcement du vecu et si c'est le fantasme de certaine personne libre et son plaisir
3 years ago
incroyablement bien comme histoire !
kazeharry
retired
3 years ago
très bonne histoire !
3 years ago
Joli