Rex Morgan aka Buck Hayes (mon premier amour) my f

Ce mec, pornstar des années début 80, ressemble comme deux gouttes d'eau à mon premier amour.

J'avais 19 ans et lui 33. Il était marié, père de trois enfants. En ce temps là, je demeurais encore à Chicoutimi et pour assouvir mes instincts de mâle, je me retrouvais souvent au vieux port où les mecs, le soir venu, se rejoignaient pour baiser incognito. Et un beau soir, il se présenta devant moi. Il portait une chemise ouverte qui laissait entrevoir ses muscles et un jeans si serré (c'était la mode dans le temps) que je pouvais facilement m'imaginer la grosseur de sa queue. Moi, j'étais assis sur un banc et lui se posta devant moi et resta debout à me sourire, sans dire un seul mot. Je comprenais parfaitement le message de son sourire, me disant pourtant qu'un mec comme lui ne pouvait s'intéresser à moi. Cependant, je voyais bien que sa bite grossissait dans son jeans et je n'avais qu'une envie; la toucher, la libérer pour la prendre entièrement dans ma bouche. Et soudain, il me dit: "Je n'ai pas envie de baiser ici. Tu veux qu'on aille au motel"? J'avais 19 ans, j'étais jeune et je n'avais peur de rien, surtout pas d'un mec dans son genre. J'acceptai donc immédiatement et lui suivit jusqu'à sa voiture. Nous prîmes la route pour se rendre à un motel non loin de là. Tout le long du trajet, ni l'un ni l'autre ne prononça un seul mot. J'étais intimidé, sachant bien qu'il était plus vieux que moi et lui semblait un peu gêné, comme s'il n'était pas habitué à ce genre de rencontre. Nous nous retrouvâmes donc dans une chambre. C'était la première fois qu'on m'amenait dans un motel. Toutes mes baises, je les avais faites au vieux port. J'ignorais totalement si on baisait différemment dans un lit que dans un bosquet. Je me disais que le mec saurait quoi faire jusqu'à ce qu'il m'avoue qu'il n'avait jamais encore baisé un mec. Il poursuivit en me disant qu'il était marié depuis plus de 10 ans et qu'il avait 3 enfants mais qu'il y avait très longtemps qu'il avait envie d'un mâle. "Dès que je t'ai vu, j'ai su que c'était avec toi que je voulais m'initier". Je devais donc prendre la situation en main et, sans rien dire, je détachai son jeans pour en sortir une magnifique queue déjà bien dure. "Pas comme ça, dit-il en reculant un peu. Je ne veux pas que ça se passe comme dans un film de cul". Je ne comprenais pas vraiment son désir de faire jusqu'à ce qu'il me demande de m'étendre sur le lit où il me rejoignit pour poser ses lèvres sur les miennes. Il m'embrassait tendrement sans même me toucher la queue. Son corps plaqué contre le mien, je recevais sa langue si douce dans ma bouche comme une bénédiction; ça changeait des baises vite faites où, la plupart du temps, le mec m'utilisait pour son plaisir et rien d'autre. Là, c'était différent. Pour la première fois de ma vie, je ferais l'amour... ou du moins je ferais autre chose que juste me faire baiser. Lentement, je le débarrassai de sa chemise pour caresser sa poitrine musclée. Il avait un corps de dieu et je dois avouer que je mourrais d'envie de le voir nu mais je devais me contenir pour ne pas le brusquer. Lentement, il me déshabilla, complètement, et m'observa pendant quelques instants, glissant son regard partout sur mon corps. "Tu m'excites au max, me dit-il. Tu es tellement beau". Je ne le croyais pas. Ce mec pouvait se taper n'importe qui et c'est moi qu'il avait choisi. Il enleva son jeans, me laissant enfin voir ses fesses, ses cuisses musclées et, bien entendu, sa bite qui se dressait devant moi en semblant me crier de la prendre dans ma bouche.

Bien entendu, c'est ce que je fis, prenant conscience que le mec offrait sa queue à un autre mec pour la première fois de sa vie. Je le suçais doucement et ses gémissements me disaient bien qu'il adorait cela. Se faire bouffer l'engin n'était pas chose jamais faite car une bouche, qu'elle soit féminine ou masculine, reste une bouche. Par contre, lorsqu'il s'approcha de ma queue et écarta ses lèvres, ce fût là que tout changea dans sa vie. Il sentait réellement sur sa langue un gland, un vrai gland de mec et non un clitoris. Ma bite remplissait sa bouche et s'enfonçait dans sa gorge et je dois avouer que j'avais du mal à croire qu'il le faisait pour la première fois. C'était si bon de sentir la chaleur de sa bouche et sa langue qui glissait le long de ma queue et lui adorait cela, ne voulant pas lâcher le morceau. "Tu aimerais m'enculer"? Lui demandai-je. Il me regarda et me sourit, m'avouant qu'il n'aurait jamais osé me le demander mais qu'il y pensait depuis qu'il avait vu mon postérieur. "Par contre, moi, je ne veux pas me faire enculer", me dit-il. Aucun problème car jamais encore je n'avais embroché un mec. J'offrais toujours mon cul et on ne le refusait jamais et lorsque je ne l'offrais pas, on le prenait quand même alors. Je m'agenouillai donc pour lui donner ce qu'il désirait et sans attendre, il m'enfila sa queue lentement, si lentement que je lui dis de ne pas avoir peur de me faire mal. Je m'abstins cependant de lui avouer que j'étais habitué à recevoir et que ma rondelle était bien apte à en prendre. Il me pénétra donc profondément et commença ses mouvements de va-et-vient. Sa queue était bonne et juste assez grosse pour me procurer un plaisir immense. Je l'entendais gémir, priant pour qu'il n'éjacule pas tout de suite. A mon grand étonnement, il me laboura pendant plusieurs minutes, accélérant toujours plus sa cadence. Nos cris s'unissaient, s'excitant l'un l'autre et il me remplit de son yaourt pendant que je jouissais, éjaculant sur les draps. Il sortit sa queue et aussitôt, je la pris dans ma bouche pour la lécher et après, il en fit de même avec ma bite.

Lorsque je vins pour me lever, il m'en empêcha en me retenant près de lui, me demandant si j'étais pressé. Comme je n'avais rien de prévu, je lui répondis que j'avais tout mon temps. "Ma femme et les enfants sont en dehors de la ville jusqu'à demain. On pourrait profiter de la chambre pour la nuit". Je le regardai, le fixai, l'observai. Pour une fois, je ne relèverais pas mon jeans pour quitter les lieux en sachant bien que le mec qui venait de m'enculer ferait semblant de ne pas connaître sur la rue. Ce mec si beau, si sensuel et sexuel désirait passer la nuit en ma compagnie. Je m'endormirais collé contre un mec et me réveillerais tout aussi collé, du moins si je parvenais à trouver le sommeil. "Tu as faim? me demanda-t-il. Nous pourrions aller casser la croûte au petit resto et après, revenir ici pour y passer la nuit".

Ce fut alors que je tombai éperdument amoureux de ce mec. Il était tout ce que, adolescent, je m'étais imaginé d'un homme. Je ne savais pas en ce moment précis que je le reverrais deux fois par semaine, dans cette même chambre de motel et ce, pendant trois mois. Ce fut merveilleux. Je ne vivais que pour ces moments où je le retrouverais, sachant bien pourtant qu'il ne laisserait jamais sa famille et ce, il me l'avait bien avoué.


Un beau soir, je l'attendis mais il ne vint jamais et l'autre soir aussi et ainsi de suite. Je m'y rendis pendant deux semaines mais rien. C'est ainsi que prit fin ma première grande histoire d'amour et encore aujourd'hui, lorsque je pense à ce mec, j'ai un petit pincement au coeur. On n'oublie jamais son premier amour.

17% (1/6)
 
Categories: Gay Male
Posted by etienneguy48
1 year ago    Views: 216
Comments (2)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
6 months ago
Merci. Super gentil
6 months ago
Beau et bien écrit!