P'tit trou, rivale de minou.



Je la connais depuis quelques années et il est vrai que dès le début on s'est très bien entendu sexuellement. Elle a pour mérites d'être multiorgasmique - Elle peut jouir toutes les 2 à 3 minutes, jusqu'à en avoir mal à la tête ! - et cerise sur le gâteau elle est ... fontaine ! ça fait un tempérament de feu dans un corps pourtant discret.

Si je devais parler de sa chatte, je dirai que non seulement que ses lèvres proéminents appellent à des étreintes longues et inoubliables mais surtout que son intérieur est musclé et tapissé de velours. Un vrai minou nervuré qui demande beaucoup d'endurance et de techniques quand on le besogne au risque de décharger dès qu'elle jouit fort ! Surtout qu'il faut souvent la tenir fermement par les hanches quand elle se cambre et se tord dans tous les sens possédée par son désir ou dès fois carrément sortir d'elle sinon pas moyen de continuer le rodéo. Bref, elle est une femme qu'on oublie pas.

Mais ce qui m’emmène à partager ce récit , c'est que depuis quelques mois nous pratiquions régulièrement la sodomie. Il s'avère qu'elle jouissait encore plus fort quand je la conjoint dans son fondement et que cela inonde carrément sa chatte qui dégouline à n'en plus finir à tel point que sa mouille coule jusque sur mes couilles et en passant lubrifie sa lune ! C'était devenu un rituel, elle était même frustrée quand on le faisait que devant, comme elle aime le dire, et que je ne la prenais pas par derrière.



Avec le temps, j'ai fini par tellement aimer la prendre par son fondement que je m'amusais à ne la prendre que par là et pendant des heures jusqu'à ce qu'elle aie mal à la tête et m'ordonne d’arrêter tellement qu'elle n'en pouvait plus de jouir. Le couple qui habite à coté d'elle ne rate rien de nos ébats, cloison poreuse oblige, mais heureusement qu'eux aussi ne sont pas en reste en termes de cochoncetés. Bonjour les salutations mi-gênées mi-amusées dans l'ascenseur quand on se croise.

Puis vint comme dans beaucoup de tandem de choc, des fêlures dues aux projections que chacun se fait sur l'autre et bien sur des sentiments, venant d'elle, qui souvent gâchent tout au plaisir sexuel sans engagements, nos discussions ont fini par nous éloigner. Pourtant chaque soir, à chaque fois que mon collègue me déposait au bout de son avenue et que je la remontais pour bifurquer au rond-point pour aller chez moi, je ne pouvais me faire la réflexion que son cul allait beaucoup me manquer et que et que et que ...



Ce jeudi, mon jour de congé, je me suis réveillé la bite bien dure, des idées cochonnes plein la tête et les messages que " chienne en chaleur ", une abonnée de Xhamster et habitant le plat pays, avait laissé sur mes photos m'ont donné une trique qui ne me quittait plus. Je suis allé prendre une douche chaude et en me peignant les cheveux, je surpris un filon de mouille qui perlait de mon gland jusqu'au parquet ! C'est là qu'en regardant mes cheveux crépus dans la glace, je me suis souvenu d'elle et surtout d'un soin qu'elle avait chez elle qui avait le mérite de démêler mes cheveux crépus et rebelles. Alors j'ai pris mon téléphone pour lui demander comment ça s'appelait et c'est toute ravie qu'elle m'a répondu et même qu'elle m’apprenait que j'avais oublié ma doudoune à capuche chez elle. L'hiver était passé depuis longtemps et en prenant mes affaires qui traînaient chez elle, je n'avais pas pensé à décrocher les vestes sur sa penderie. Je lui ai demandé si je pouvais passer le chercher, elle m'a répondu affirmativement mais que ce serait tard parce qu'elle devait sortir. Je lui ai dit qu'elle me fasse signe quand elle serait de retour chez elle.

Dans la journée, je faisais des courses au centre-ville mais je n'avais en tête que ce que je pourrai faire pour profiter du fondement de la belle encore une fois. Quand il a été 19 heures, je suis allé au cinéma, pour voir un film que je ne qualifierai pas de grand oeuvre du 7ème art, " Les gardiens de la Galaxie ", et bien pendant la projection, à l'UGC DeBrouckere, je me suis surpris à mater les fesses de Zoé Saldana, et ça ce n'était pas mon esprit tordu mais bien le cadreur qui faisait tout pour prendre la belle sous des angles osés ! A mon avis ce cadreur a été à la même école que celui de Kechiche dans " La Graine et le mulet ". Je n’arrêtais pas de zieuter mon portable, il était presque 21 heures quand j'ai vu que j'avais raté 3 appels !


Une fois sorti du ciné , je l’appelle et là je la sens plus froide, elle m'annonce qu'elle avait des migraines, qu'elle n'était pas sorti, qu'elle avait passé la journée à ranger chez elle et que " les anglais étaient là ". A chaque fois que l'heure de se voir se rapprochait, elle avait toujours joué la carte de la distance. Mais je ne me suis pas laissé intimidé, j'avais déjà en tête de lui ramoner sans ménagements son fondement et même d'en faire profiter tous ceux qui traînent comme moi sur Xhamster dans la rubrique des sœurs de Shéhérazade. Mes couilles étaient pleines pour une bonne rasade de foutre dans son fion ! J'ai pris avec moi mon appareil photo pour immortaliser cela et quand je suis arrivé chez elle, après m'avoir ouvert, comme à son habitude, elle est allé se blottir sous sa couette, son appartement avait changé et était illuminé que d'une bougie qui répandait une senteur digne d'un comte de mille et une nuits.

J'ai pris ma veste, surprise, il y en avait même deux puis j'ai fait semblant de partir et là elle m'a demandé de venir rester un p'tit moment à coté d'elle dans le lit. Elle m'a dit que je lui manquais et qu'elle se sentait seule. Quelques larmes perlaient de ses yeux et là, j'avoue ce n'était pas très classe mais sincère, je lui ai dit que ses fesses allient me manquer. C'est là, excédée, elle me dit qu'elle n'est pas que des fesses ! Et je lui répond que ses fesses au moins avaient le mérite de ne jamais me dire des choses qui me donnaient plus envie de la voir.

Elle m'a dit que je pouvais partir. Voulant ratt****r le coup, j'ai d'abord fait semblant de sortir mon appareil pour prendre en photo la basilique de Koekelberg qu'on voit surplomber les immeubles en face de par son balcon mais l'autofocus capricieux de mon compact m'a très vite rappeler que le mieux c'était déjà de préparer mes réglages pour des photos d’intérieur. Elle avait toujours voulu que je prenne, avec elle, des photos osées mais j'avais toujours refusé.

Pour détendre l'atmosphère, j'ai déposé mon appareil, j'ai allumé sa lampe de chevet au coin de son lit et j'ai commencé à l'embrasser, à lui faire des suçons dans le cou, j'alternais des baisers mouillés avec ma langue, des caresses sur ses seins qui pointaient mais elle ne voulait pas laisser rentrer ma langue dans sa bouche tant bien même qu'elle répondait à mes baisers. Elle était habillé d'un joli top blanc à motif et un mini short rose à pois blanc qui moulait bien son cul ferme. Elle a commencé à se tordre de plaisir et se masturbait à travers son short, j'ai posé ma main droite sur le haut de son pubis pour exercer une pression, elle de sa main elle astiquait la zone de son clitoris et moi de ma main gauche je malaxais fermement son sein droit tout en léchant le gauche. ça n'a pas duré deux minutes qu'elle avait joui ! N'en pouvant plus, malgré les anglais, elle m'a dit qu'elle avait très envie et qu'elle voulait que je la prenne par derrière et que pour ça , elle voulait d'abord aller se rafraîchir. Je lui ai dit oui et je lui ai intimé l'ordre de garder son short. Avant d'aller dans sa salle de bain, elle est passé dans sa cuisine pour fumer et je l'ai suivi avec mon compact.



J'ai pris en photo ses fesses et elle sous la douche, puis elle a rejoint son lit avec de l'huile de massage érotique qu'on utilise comme lubrifiant, avec un gland large comme le mien dit-elle, elle voulait un peu d'aide pour m'avaler dans son fondement. Arrivée au lit, elle s'est mise en chien de fusil, j'ai pris l'huile et je lui ai enduit l’intérieur des fesses et j'ai commencé à masser son trou et mes doigts étaient, déjà presque aspirés par réflexe, c'était très chaud et je n'ai pas tardé à y présenter mon gland circoncis.

Bien calé derrière elle, lui faisant des suçons dans le cou, je sentais son sphincter intérieur qui se dilatait, m'aspirant progressivement et elle, déjà, qui étouffait ses râles dans son oreiller. Je voulais sentir ce moment plus longtemps, ne glissant que le début de mon gland et quand je sentais qu'il allait disparaître dans son fondement, je le ressortait doucement comme un noyé qu'on tire d'un tourbillon et puis quand elle s'y attendait le moins, je me suis enfoncé en elle, pas d'un coup sec, mais bien profondément , elle s'est tordu, serrant très fort son oreiller et elle avait de nouveau joui.

Je lui demande alors : " T'as déjà joui combien de fois ? "
Elle sort sa tête de l'oreiller pour me dire : " Trois fois ! ".

J'ai commencé mes va-et-vient, elle s'est mise sur le ventre et là je me suis allongé sur elle mais évitant de l'écraser de tout mon poids préférant toujours prendre appui avec mes bras, j'aime que nous ayons comme seul zone de friction mon membre, son fondement et bien sur mon pubis quand il vient claquer sur ses fesses écartées. Ah ces fesses ! Pas seulement les tiennes mais celles de toutes les sœurs de Shéhérazade, je peux bien écrire tout un traité érotique dessus qui rivaliserait d'engouement avec celui du Cheikh Nefzaoui. Le couscous les moule pour en faire des atouts de charmes qui ravissent tout amant qui aime des femmes de caractères et de chair, faites pour les choses de l'amour.

Plus je la prenais profondément, plus elle me disait qu'elle me sentait très fort et qu'elle n'en pouvait plus, qu'elle était prise par une envie pressante d'uriner. Je l'ai tenu fermement par les bras pour qu'elle ne se dégage pas et j'ai pris appui sur mes orteils pour cette fois-ci la pénétrait d'un angle qui a pour mérite de cogner bien au fond d'elle. Il a suffit d'un coup, de deux pour qu'elle gueule et qu'elle se sauve en courant dans la salle de bain ! Elle avait la vessie qui allait exploser. Je l'ai suivi dans la salle de bain pour d'autres photos.



En urinant elle me dit : " Je mouille tellement de devant que ça coule comme pas possible. ça me frustre d'avoir les anglais je veux que tu me prenne de là-bas , s'il te plait ! ". Et quand elle est revenue au lit, je l'ai mise à quatre pattes, au bord du lit et elle m'a dit: " Avec tes centimètres et ton diamètre, vas-y lentement, tu n'es pas devant ! "




Je l'ai tenu fermement par les hanches, la pilonnant de manière élégante mais efficace, mon membre toujours pris en anneau par son sphincter intérieur qui malgré le traitement et l'heure et demi écoulé depuis que je l'usais, tenais le rythme et était toujours ferme. Je n'avais plus compter le nombre des fois qu'elle avait joui, me répétant sans cesse : " J'aimerai tellement avoir une autre bite devant pendant que tu me prends derrière comme ça " et elle ne tenant plus cette levrette, elle s'est effondrée sur sa couette qui lui servait d'appui, je l'ai tenu par les cheveux l'enfonçant bien la tête dans son oreiller pour limiter les nuisances érotico-sonores pour les voisins et j'ai déchargé toute ma semence dans son fondement.

J'ai joui longtemps, presque une minute et mes contractions ont duré jusqu'à la dernière goûte. Quand elle s'est dégagée, elle a couru dans les toilettes et j'ai entendu le bruit de ma semence qui se libérer de son fondement et je l'ai entendu dire : " Qu'est-ce que tu as joui ! "



Mes photos sont trop volumineuses, les 46 millions de Pixel de mon appareil faisant de gros JPEG, je ne peux pas les poster avec mon histoire mais je vais les réserver à mes amies sur Xhamster quand je les aurai mis à moins de 5 Mo. Il est 15h29, c'est le dernier tour du grand prix de Belgique de Formule 1 que vient de gagner Daniel Ricciardo, bon vu que Hamilton est parti en tête et a été percuté par son coéquipier, j'ai préféré écrire cette histoire, la publier plutôt que de vivre le cauchemar de mon champion.

A bientôt, pour d'autres histoires .... Je devrai lui trouver sur Bruxelles, une partenaire femme, même deux parce qu'elle aime les filles et une autre bite en plus de la mienne !

100% (7/0)
 
Posted by djexxl
5 months ago    Views: 5,637
Comments (2)
Reply for:
Reply text
Please login or register to post comments.
5 months ago
Merci !
5 months ago
Superbement bien écrit